Navigation – Plan du site
Howard Becker
Découvertes / Redécouvertes
Howard Becker

Sur le concept d’engagement

Howard S. Becker

Résumés

Le terme « engagement » connaît un succès grandissant dans les débats sociologiques. Dans ce texte, l’auteur examine les utilisations du concept d'engagement afin de comprendre les raisons de sa popularité grandissante, il signale la nature d'un des mécanismes sociaux auquel le terme se réfère implicitement, et développe une théorie embryonnaire des conditions et des processus sociaux impliqués dans le fonctionnement de ce mécanisme. Étant donné la variété sémantique du terme, il s'avère infructueux de spéculer sur son « véritable » sens. Une des images évoquées par « l'engagement » a été retenue pour en préciser la signification.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction par Marc-Henry Soulet, Diane Baechler et Stéphanie Emery Haenni de l’article « Notes on the Concept of Commitment » extrait de l’ouvrage Sociological Work. Method and Substance, Chicago, Adline Publishing Company, 1970 (initialement publié dans American Journal of Sociology, 66:32-40, 1960) dont la traduction paraîtra prochainement chez Academic Press Fribourg.

Ce texte a été initialement mis en ligne en 2006 pour la première version de la revue SociologieS.

Texte intégral

1Le terme « engagement » connaît un succès grandissant dans les débats sociologiques. Les sociologues utilisent ce terme dans leurs analyses des comportements des individus comme de ceux des organisations. Ils l'utilisent comme un concept descriptif pour souligner une forme d'action caractéristique de groupes ou de personnes spécifiques. Il s'agit d'une variable indépendante pour rendre compte de certains types de comportements. Cette notion permet d'analyser une large variété de phénomènes : le pouvoir, la religion, le recrutement, la bureaucratie, la politique, etc 1.

2Malgré cet usage très large, l'apparition du concept d'engagement dans la littérature sociologique a une curieuse particularité, le lecteur possédant le sens des détails l'aura remarquée. Dans les articles cités à la note 1, truffés de citations sur des concepts familiers de pouvoir ou de classes sociales, la notion d'engagement apparaît telle quelle dans une seule référence. Cela révèle une réalité de fait : il y a eu relativement peu d'analyses formelles sur le concept d'engagement et peu de tentatives visant à l'intégrer explicitement dans les théories sociologiques actuelles. Ce concept a été appréhendé de façon rudimentaire, utilisé selon les besoins, sans explication ni examen de ses caractéristiques ou de ce à quoi il fait référence. Comme il en est souvent ainsi avec les concepts non analysés, utilisés selon l'envie, il recouvre un large panel de significations, laissant la porte ouverte aux ambiguïtés.

3Dans ce texte, j'examine les utilisations du concept d'engagement afin de comprendre les raisons de sa popularité grandissante, je signale la nature d'un des mécanismes sociaux auquel le terme se réfère implicitement et je développe une théorie embryonnaire des conditions et des processus sociaux impliqués dans le fonctionnement de ce mécanisme. Étant donné la variété sémantique du terme, il s'avère infructueux de spéculer sur son « véritable » sens. J'ai donc choisi une des images évoquées par « l'engagement » et essayé de préciser sa signification. Ce faisant, je ne contenterai inévitablement pas ceux pour qui ce terme évoque plus fortement une autre image. La seule manière de réparer cette injustice consiste à classifier et clarifier toutes les familles d'images associées à l'idée d'engagement 2.

4Les sociologues utilisent le concept d'engagement quant ils essaient de rendre compte du fait que les individus s'engagent dans des trajectoires d'activité cohérentes (Foote, 1957). Irving Howe et Lewis Coser, par exemple, tentent d'expliquer ainsi le comportement des partisans du parti communiste : « Le staliniste ne s'engageait pas dans le marxisme ; il s'engageait dans la revendication du Parti "incluant" le marxisme » (Howe et Coser, 1957). Cela signifie que le staliniste ne se référait pas toujours à la pensée marxiste mais il honorait toujours les revendications du parti s'approchant de ce qu'il pensait être la vérité marxiste. En bref, les auteurs expliquent le soutien continu d'un homme à un parti ayant une ligne politique changeante en se référant à un engagement personnel dans la conviction que le parti représente la source de la connaissance marxiste correcte.

5Le concept d'engagement est utilisé dans les études sur les carrières professionnelles. On peut expliquer le fait que les individus s'installent dans une carrière dans un domaine restreint et ne changent ni de travail et ni de carrière malgré les modifications des conditions du marché, en se référant au processus par lequel ils se sont engagés dans cette activité particulière. James Carper et moi-même avons découvert que les détenteurs d'un diplôme en physiologie voulaient à la base devenir médecins mais se sont finalement investis dans le champ de la physiologie d'une manière telle qu'ils n'ont plus été intéressés à s'engager sur la voie médicale dont ils avaient tant rêvé (Becker et Carper, 1970).

6Dans les exemples cités ci-dessus, comme dans d'autres, l'engagement est utilisé pour expliquer ce que j'ai déjà appelé « les comportements cohérents ». Quelles sont les caractéristiques de ce type de comportement, pour lequel l'engagement semble une variable explicative si utile ?

7Pour commencer, l'engagement s'inscrit dans une certaine période temporelle. La personne continue à suivre la ligne du parti ; elle demeure dans la même activité. Mais la notion de trajectoire d'activité cohérente implique plus que cela, car bien souvent des combinaisons d'activités fort différentes sont qualifiées de cohérentes. En fait, les exemples cités masquent une grande diversité d'activités. Le staliniste peut s'engager dans des trajectoires d'activité diamétralement opposées étant donné que la trajectoire du parti se déplace. Une personne demeurant dans la même profession peut s'engager dans beaucoup d'activités différentes au cours de sa carrière. Celles-ci ont en commun le fait qu'elles sont perçues par les acteurs comme des activités poursuivant un même but, malgré leur diversité apparente. Finalement, la notion de trajectoire d'activité cohérente semble impliquer un rejet des alternatives envisageables. L'acteur se trouve devant divers parcours possibles, tous autant recommandables, mais choisit le plus à même de servir ses buts.

8L'un des problèmes fondamentaux des sciences sociales réside dans l'explication de la cohérence, dans notre cas, du comportement humain. Un grand nombre d'explications existent, mais toutes ont essuyé des critiques. La quantité de critiques suggère que les sociologues sont toujours en quête d'une théorie générale de la cohérence du comportement humain. Au risque d'écorner, par manque de temps, certains raisonnements complexes, résumons ces explications et leurs critiques.

9Les explications les plus clairement sociologiques (dans le sens où elles se basent uniquement sur les processus d'interaction sociale) sont des théories construites autour des concepts de sanction sociale et de contrôle social. Ces théories émettent l'idée que les individus agissent de manière cohérente car certains types d'activité sont tenus pour justes et adéquats par les membres d'une société ou d'un groupe social et parce qu'agir d'une autre manière se révèle moralement discutable, particulièrement inopportun, voire les deux à la fois.

10Une telle théorie permet d'expliquer de manière logique les comportements déviants. La déviance est souvent expliquée par un processus circulaire : une personne qui commet pour commencer une infraction mineure se voit peu à peu mise au ban de la société, c'est pourquoi elle sera tentée de commettre des infractions toujours plus importantes, et ainsi de suite (Parsons, 1951, pp. 249-325). Ce phénomène est aussi expliqué comme le résultat d'un processus d'association différentielle (Cohen, Lindesmith et Schuessler, 1956, pp. 7-29) : le déviant entretient plus de relations avec des individus pensant que son acte déviant est adéquat qu'avec la majorité déniant son acte. Encore un fois, la déviance est expliquée par le conflit entre les buts culturels valorisés par tous les membres de la société et le manque de moyens socialement valorisés pour y parvenir (Merton, 1983). Cette explication, cependant, ne vaut que pour la genèse de la déviance et traite de la question de la cohérence seulement en admettant la représentation continue du conflit chez l'individu. De sérieuses objections quant à la validité de l'aire d'applicabilité de toutes ces théories ont été émises, aucune ne permet une explication complète de la cohérence du comportement déviant 3.

11Le deuxième problème lié aux théories basées sur le concept de contrôle social consiste en ce que les individus obéissent à des règles sociales, même si aucune sanction ne fait suite à une infraction. Ce problème a été réglé en postulant l'intériorisation d'un autrui généralisé qui constitue l'assistance cachée poussant à observer les règles. Cette théorie est généralement acceptée par les sociologues mais elle se trouve aussi au centre de la critique car elle n'offre pas d'explication satisfaisante quant aux modalités de choix de l'assistance pouvant être convoquée mentalement pour statuer sur un acte donné.

12Les autres tentatives d'explication de la cohérence des trajectoires d'activité ont aussi essuyé des critiques. De telles activités sont parfois expliquées par l'existence présumée de valeurs culturelles communément acceptées qui contraignent le comportement. Ainsi, une société est caractérisée, disons, par une insistance sur la valeur de la neutralité affective ou de la réussite ; c'est pourquoi on soutient que les individus choisissent logiquement, dans toutes les situations, l'alternative permettant l'expression de cette valeur. En d'autres termes, les individus choisissent des solutions concordant avec cette valeur de base et déductibles logiquement de celle-ci. Cependant, une telle théorie peine à spécifier ce que sont les valeurs de base d'une société ; les théoriciens affirmant que la caractéristique principale de la société moderne réside dans l'augmentation des conflits autour des valeurs soulèvent souvent ce type de difficultés. En outre, une telle théorie n'explique pas le processus par lequel les valeurs, ainsi conçues, affectent les comportements. Il est peu probable, par exemple, que les personnes fassent des déductions logiques à partir des prémisses valorielles et agissent en fonction d'elles.

13Les explications des comportements cohérents sont parfois importées de la psychologie ou de la psychanalyse. Elles attribuent la cohérence des comportements à la stabilité de la structure des besoins personnels. Elles postulent que les individus ont des besoins stables et agissent de manière cohérente afin de maximiser leur satisfaction personnelle. Ce type de schéma est largement usité en sociologie, seul ou dans une combinaison éclectique. Mais l'explication des comportements en référence aux besoins non directement observables et, en fait, souvent mêlés aux comportements qu'ils sont censés expliquer, décourage les sociologues.

14Bref, beaucoup de sociologues ne sont pas satisfaits des explications actuelles de la cohérence du comportement. À mon avis, l'emploi du concept d'engagement dans la sociologie actuelle constitue une tentative de résolution sociologique du problème de la cohérence du comportement humain sans les inconvénients souvent attribués aux théories développées ci-dessus. Le concept suggère seulement l'existence d'une théorie générale, il ne délivre pas de théorie systématisée. Une telle théorie contiendrait une définition de la nature des actes ou des degrés de l'engagement. Elle spécifierait les conditions dans lesquelles est généré l'engagement. Elle indiquerait les conséquences des comportements selon les actes ou les degrés d'engagement. Dans ce qui suit, je prends en considération certains de ces points, sans tenter de construire une théorie générale, mais en donnant une première tentative de réponse à ces questions.

15Ce faisant, j'ai délibérément restreint l'usage du terme d'engagement à un mécanisme psychosocial spécifique. Il est clair que ce mécanisme ne constitue pas l'unique explication de la cohérence du comportement humain. La présente analyse entreprend simplement de clarifier la nature d'un des mécanismes opérant dans la production de ce résultat.

16II
Quel type d'explication de la cohérence du comportement humain est sous-jacent au concept d'engagement ? Clairement, la personne est susceptible de s'être comportée d'une telle manière (« s'être engagée ») ou d'être dans un tel état (« être engagée ») qu'elle va dorénavant suivre une trajectoire cohérente. Mais dans l'usage courant du terme, la nature de cet acte ou le degré d'engagement n'est pas spécifié; l'un comme l'autre étant considérés comme allant de soi ou compréhensibles intuitivement. Si nous utilisons le concept de cette manière, dire que l'engagement produit des trajectoires d'engagement cohérentes est une tautologie, car l'engagement, malgré nos intuitions sur son existence indépendante, est en fait lié au comportement cohérent qu'il est censé expliquer. Il s'agit d'un événement hypothétique ou conditionnel dont l'existence est déduite du fait que les gens agissent comme s'ils étaient engagés. Utilisé de cette manière, le concept contient les mêmes erreurs que les théories psychologiques expliquant le comportement en se référant à l'invisibilité du psychique de l'acteur, ce fait est déduit de l'existence de l'événement qu'il est censé expliquer.

17Afin d'éviter ce péché tautologique, nous devons spécifier les caractéristiques du fait « d'être engagé » indépendamment du comportement que l'engagement servira à expliquer. Thomas Schelling, dans ses analyses du processus de négociation, fournit un exemple hypothétique dont l'analyse peut nous aider à caractériser les éléments d'un des mécanismes pouvant être appelé « engagement » (Schelling, 1956). Imaginez que vous négociez le prix d'achat d'une maison ; vous offrez seize mille dollars mais le vendeur vous en demande vingt mille. Maintenant imaginez que vous donnez au vendeur des preuves conformes que vous avez parié cinq mille dollars avec un tiers que vous ne payerez pas plus de seize mille dollars pour la maison. Votre adversaire doit reconnaître sa défaite car vous perdriez de l'argent en augmentant votre offre ; vous vous êtes engagé à ne pas payer plus que ce que vous avez offert initialement.

18Cet engagement a été rendu possible en faisant un pari adjacent. L'individu engagé a agi de façon à inclure une tierce personne, initialement extérieure à l'action dans laquelle il est engagé. De par ses actions précédant la phase de négociation, il a misé sur quelque chose représentant de la valeur à ses yeux, quelque chose n'étant pas relié originellement à la présente action : il a misé sur la cohérence de son comportement. Les conséquences de l'incohérence seraient si coûteuses que celle-ci ne représente plus une alternative envisageable dans la négociation.

19Les principaux éléments de l'engagement sont représentés dans cet exemple. Primo, l'individu se trouve dans une situation dans laquelle sa décision, au regard de certaines trajectoires d'action particulières, a des conséquences sur d'autres intérêts et activités pas forcément liées à celle-ci 4. Secundo, l'individu s'est mis lui-même dans cette position, par ses actions antérieures. Tertio, un autre élément est présent mais il est si évident qu'il en devient indétectable : la personne engagée doit être consciente qu'elle a fait un pari adjacent et doit admettre dans ce cas que sa décision aura des répercussions sur d'autres choses. Le fait de reconnaître l'intérêt créé par une de ses actions antérieures est un composant nécessaire à l'engagement, l'individu ne va pas agir en fonction de cela (ne va pas agir en vue de tirer profit de son pari adjacent) à moins de réaliser que cela est nécessaire.

20Notez que dans cet exemple l'engagement peut être spécifié indépendamment de la cohérence de l'activité qui est sa conséquence. Le pari adjacent permet de tenter de ne pas payer plus et l'intérêt additionnel créé par le fait de rester sur l'offre initiale n'est pas lié au refus de payer plus. Si l'on interrogeait ce négociateur intelligent avant la fin de la négociation, il nous dirait probablement que ses intérêts pourraient être défendus uniquement en ne payant pas plus.

21Ainsi, chaque fois que nous expliquons la cohérence du comportement par l'engagement, nous devons faire diverses constatations sur les composantes majeures d'une telle proposition : (1) les actions antérieures des personnes mettant en jeu des intérêts initialement éloignés de la poursuite d'une trajectoire cohérente d'activité ; (2) une reconnaissance de la part de la personne de son engagement dans quelque chose d'initialement extérieur à son activité ; et (3) la trajectoire cohérente en résultant.

22Nous ne pouvons pas, bien entendu, nous attendre à ce que la vie sociale soit d'une telle simplicité. Les intérêts, les paris adjacents et les actes d'engagement, de même que les comportements en découlant semblent plutôt confondus et irrémédiablement enchevêtrés, et requièrent beaucoup d'ingéniosité pour imaginer des indices appropriés permettant de faire un tri. Mais cet exemple économique nous montre le schéma que nous pouvons suivre pour comprendre des processus sociaux plus complexes.

23III
Si nous confinions l'utilisation du concept d'engagement aux cas où les individus ont sciemment fait des paris adjacents, nous l'inclurions rarement dans l’analyse des phénomènes sociaux. Il est plus intéressant d'utiliser ce concept pour expliquer des situations dans lesquelles une personne découvre que son implication dans l'organisation sociale a pour effet la production de paris adjacents contraignant son activité future. Cela peut se passer de diverses manières.

24Parfois une personne découvre qu'elle a fait des paris adjacents influençant son activité présente en raison de l'existence d'attentes culturelles généralisées pénalisant ceux qui ne les respectent point. De telles attentes se donnent à voir dans le monde du travail. Les personnes estiment qu'un individu ne devrait pas changer de travail trop souvent et que celui qui le fait est peu fiable et imprévisible. Deux mois après avoir été engagé, un individu se voit offrir un poste nettement plus intéressant à ses yeux : sa réputation quant à sa loyauté est mise en jeu et il décide finalement, avec regret, de refuser l'offre. Sa décision est contrainte par son changement récent de travail et par sa prise de conscience du fait que, malgré l'attractivité de l'offre, la sanction, donc la réputation d'être instable et imprévisible, serait sévère s'il l'acceptait. L'existence d'attentes culturelles généralisées sur le comportement humain s'est combinée avec des intérêts liés à sa réputation, normalement sans lien avec le nouveau travail.

25Les individus pensent souvent que les paris adjacents sont rendus indispensables en raison d'une transaction bureaucratique impersonnelle. Par exemple, un homme désirant quitter son travail actuel peut trouver que, en raison des lois régissant le fonds de pension du personnel de son entreprise, il ne peut le faire sans perdre une somme d'argent considérable. Toute décision relative au nouvel emploi implique un pari adjacent financier mettant en jeu l'argent placé pour lui dans le fonds de pension.

26La situation des enseignants de Chicago donne à voir un système encore plus compliqué de paris adjacents relevant de transactions bureaucratiques. Les enseignants préfèrent enseigner à des élèves de la classe moyenne. Pour ce faire, ils doivent être affectés à une école composée de tels enfants. Les enseignants peuvent demander une affectation dans dix écoles différentes ; les affectations sont proposées, quand des postes se libèrent, à l'enseignant dont la demande de mutation dans une école particulière est la plus ancienne. Les enseignants nouvellement arrivés sont affectés dans des écoles dont personne ne veut : les écoles dont les élèves proviennent des plus basses couches de la société. Les écoles les plus attractives ont les listes d'attente les plus longues, tandis que les écoles les moins désirables ont des listes plus courtes. L'instituteur enseignant dans une école peu désirable voulant être transféré doit, en choisissant les dix écoles pour lesquelles il désire postuler, prendre en compte les paris adjacents résultants des transactions bureaucratiques induites par les mécanismes de transfert. Ce type de pari est largement influencé par l'aspect temporel. Si l'enseignant sélectionne l'une des écoles les plus demandées, il perd un pari en raison du temps que cela va lui prendre pour quitter son poste actuel, étant donné qu'il faut un temps considérable pour atteindre la tête de liste pour l'une de ces écoles. Il peut à la place choisir une école moins désirable (mais mieux que celle dans laquelle il enseigne actuellement) dans laquelle il serait transféré plus rapidement et gagnerait donc un pari adjacent sur le temps. Ce système de pari contraignant ses demandes de transfert a été effectué à l'avance par les règles bureaucratiques gouvernant les transferts 5.

27On peut se demander dans quel sens les actions antérieures des personnes ont créé des paris adjacents dans ces deux exemples. Comment se sont-elles mises, par leurs propres actions, dans une position où leurs décisions sur le nouveau travail ou la nouvelle demande de transfert sont influencées par d'autres considérations ? Ne peut-on pas imaginer que les individus n'ont aucune prise sur ces décisions, qu'ils sont contraints par des forces externes uniquement ? Nous pouvons, sans sophisme, je pense, localiser l'action cruciale ayant permis l'engagement de la personne dans l'acceptation du système, dans le fait d'admettre que le monde du travail se trouve sous l'influence de règles bureaucratiques. Ce faisant, elle a placé tous les paris dans la structure de ce système, paris dont elle ne prendra conscience qu'au moment où elle devra prendre une décision importante.

28Les paris adjacents contraignant le comportement apparaissent aussi à travers le processus d'ajustement individuel aux positions sociales. Une personne peut adapter ses modèles d'activité en se conformant aux attentes liées à une position sociale éloignée d'elle, de façon telle qu'elle se ferme d'autres postes auxquels elle pourrait avoir accès. En se comportant de la sorte, elle a parié sur la facilité de garder son rôle actuel. Si l'on se réfère à l'exemple précédent, des enseignants de Chicago ont choisi de rester dans une école réunissant des élèves issus de classes sociales inférieures le temps d'atteindre la tête de la liste d'attente pour accéder à une école plus attractive. Quand l'opportunité d'opérer un tel changement est arrivée, ils se sont aperçus qu'ils ne voulaient plus changer de poste car ils avaient tellement ajusté leur manière d'enseigner aux problèmes des enfants des classes populaires, qu'ils ne pouvaient envisager les changements radicaux nécessaires pour enseigner aux élèves de la classe moyenne. Ils avaient appris, par exemple, à discipliner les élèves par des voies pouvant choquer les parents des classes moyennes et se sont habitués à enseigner à un niveau trop bas pour les écoles des classes moyennes (Becker, 1970). Ils avaient, pour résumer, misé sur la facilité de jouer un rôle qu'ils jouaient depuis longtemps, ils étaient donc engagés à rester.

29Les analyses d'Erving Goffman sur les interactions de face-à-face suggèrent une autre manière de faire des paris adjacents au travers du fonctionnement des processus sociaux (Goffman, 1955). Il souligne que les personnes montrent à leurs semblables, dans toutes les séquences d'interaction, une image d'eux-mêmes qu'ils sont capables ou non de réaliser. En ayant prétendu une fois être un certain type de personne, ils trouvent nécessaire d'agir, autant que possible, de manière appropriée. Si quelqu'un prétend implicitement, en se présentant à d'autres, être digne de confiance, il ne peut se permettre d'être pris en flagrant délit de mensonge et s'est donc engagé à dire la vérité. Erving Goffman souligne que les règles gouvernant les interactions de face-à-face sont articulées de telle manière que les tiers aident l'individu à jouer son rôle (« sauver la face »). Néanmoins, les activités d'une personne s'avèrent souvent contraintes par le type de rôle qu'elle a joué plus tôt dans l'interaction. Elle pense avoir parié sur une apparence de participant responsable et continue donc dans une trajectoire d'activité congruente avec ce rôle.

30Ce compte-rendu des mécanismes sociaux au travers desquels les personnes font des paris adjacents étrangers à une trajectoire d'activité particulière, qui néanmoins finissent par contraindre cette activité, n'est pas exhaustif. Il est utile uniquement pour souligner la direction prise pour l'étude empirique des mécanismes de pari adjacent, au cours de laquelle une classification plus précise peut être faite.

31IV
Comme certains de nos exemples l'indiquent, les engagements ne sont pas nécessairement pris consciemment et délibérément. Certains engagements résultent de décisions conscientes, mais d'autres surviennent progressivement ; la personne prend conscience qu'elle s'est engagée uniquement lors de certains changements et semble avoir pris l'engagement sans s'en rendre compte. En examinant des cas représentant ces deux types, on se rapproche de la théorie de la genèse de l'engagement.

32Une telle théorie peut commencer en observant le fait que l'engagement pris sans en avoir conscience – que l'on peut appeler « engagement par défaut » – survient au travers d'une série d'actes dont aucun n'est crucial mais qui, pris ensemble, constituent pour l'acteur une série de paris adjacents d'une telle ampleur qu'il peut vouloir ne pas les perdre. Chaque acte insignifiant d'une telle série est, pour ainsi dire, une petite brique d'un mur atteignant pour finir une telle hauteur que la personne ne peut le gravir. La routine quotidienne – les événements se reproduisant chaque jour – impose d'accorder une valeur toujours plus importante à la continuité d'un comportement cohérent, bien que la personne réalise rarement qu'il en soit ainsi. C'est seulement lorsque certains événements changent la situation, de manière à mettre en danger ces paris adjacents, que la personne comprend ce qu'elle va perdre si elle modifie sa trajectoire d'activité. La personne versant une petite part de son salaire à un fonds de pension intransférable, dont le montant finit par être non négligeable, donne une bonne illustration de ce processus : elle pourrait volontiers se passer de payer les contributions mais pas du total accumulé sur une longue période.

33Si tel est le cas avec l'engagement par défaut, on peut imaginer qu'il en sera de même pour l'engagement résultant de décisions conscientes. Les décisions en tant que telles ne résultent pas de trajectoires d'action cohérentes, car elles changent souvent. Mais certaines décisions produisent un comportement cohérent. Nous pouvons peut-être expliquer cette variété de conséquences des décisions en disant que seules les décisions soutenues par des paris adjacents non négligeables produiront un comportement cohérent. Les décisions non soutenues par de tels paris adjacents manquent d'endurance, s'effondrant à la moindre opposition ou s'évanouissant pour être remplacées par d'autres décisions peu importantes jusqu'à ce qu'un engagement basé sur des paris adjacents stabilise le comportement 6.

34Nous pouvons aussi souligner qu'une trajectoire d'activité cohérente est souvent basée sur plus d'un type de paris adjacents ; différentes choses précieuses pour la personne peuvent être mises en jeu sur une trajectoire d'activité particulière. Par exemple, l'homme hésitant à accepter un nouveau travail peut en être dissuadé par un ensemble de paris adjacents : la perte financière mise en relation avec un fond de pension qu'il perdrait s'il quittait son travail ; la perte des droits liés à l'ancienneté et des « connexions » dans son entreprise actuelle lui promettant un avancement rapide s'il reste ; la perte de l'aisance dans son travail en raison de ses ajustements fructueux en fonction des conditions de celui-ci ; la perte de l'aisance dans la vie privée en raison du déménagement, etc.

35V
Afin de comprendre la totalité des engagements d'une personne, nous avons besoin d'un élément supplémentaire : une analyse du système de valeurs ou, peut-être mieux, des valeurs avec lesquelles des paris peuvent être faits dans le monde dans lequel la personne vit. Quel type de choses peut être désiré communément, de quelles pertes a-t-on peur ? Quelles sont les bonnes choses de la vie dont la jouissance continuelle peut être mise en jeu tout en continuant de suivre une trajectoire cohérente ?

36Certains systèmes de valeurs pénètrent toute une société. Pour revenir sur l'exemple de Thomas Schelling d'un acheteur de maison rusé, les engagements économiques sont possibles seulement à l'intérieur d'un système restreint de propriété, d'argent et d'échange. Un pari adjacent de cinq mille dollars fait sens uniquement dans les endroits où l'argent a une valeur communément reconnue.

37Quoi qu'il en soit, il est important de reconnaître que beaucoup de choses de valeurs ont uniquement de la valeur à l'intérieur d'une sous-culture et que beaucoup de paris adjacents produisant l'engagement sont faits à l'intérieur de systèmes de valeurs déterminés. Les sous-cultures régionales, ethniques et sociales fournissent toutes du matériel brut pour des paris adjacents spécifiques à une certaine culture, à un âge particulier et à un genre. Une personne membre d'une classe sociale dans laquelle la virginité est moins valorisée ne pourrait pas être engagée dans cette voie ; et, mis à part dans les enclaves puritaines de notre société, les garçons ne peuvent s'engager dans de telles voies, car la virginité masculine est peu valorisée, et aucun pari adjacent ne pourrait être fait 7.

38Des sous-cultures plus restreintes, telles que celles associées aux professions ou aux partis politiques, procurent aussi une combinaison de valeurs avec lesquelles des paris adjacents peuvent être faits. Ces systèmes ésotériques de valeurs doivent être découverts si l'on veut comprendre les engagements des membres du groupe. Par exemple, le musicien de danse professionnel obtient une sécurité du travail en se faisant connaître comme un homme digne de confiance auprès d'un grand nombre de chefs d'orchestre et auprès d'un nombre encore plus important de musiciens qui ne sont pas des leaders mais qui le recommandent s'ils entendent parler d'un poste à prendre. L'homme digne de confiance est, entre autres, un homme qui accepte n'importe quel travail à moins qu'il soit déjà engagé ailleurs ; en faisant cela, il montre qu'il ne laissera pas tomber un chef d'orchestre ayant absolument besoin d'un musicien. Sa réputation de ne pas laisser tomber les leaders représente une valeur économique, les chefs d'orchestre croyant en sa réputation l'engageront. Si on lui propose de faire quelque chose qu'il ne connaît pas, pour quelque raison que ce soit, il se sent engagé à accepter le travail, sans quoi il perdrait sa réputation et donc le stock constant de travail sur lequel le système de valeur du monde de la musique avait misé pour lui en raison de sa cohérence dans le fait d'accepter n'importe quel emploi 8.

39Bref, pour bien comprendre le concept d'engagement dans sa totalité, nous devons découvrir les systèmes de valeur à l'intérieur desquels les mécanismes et les processus décrits ci-dessus fonctionnent. En faisant cela, nous comprenons non seulement comment les paris adjacents sont réalisés mais encore le type d'étalon avec lequel ils peuvent l'être ; nous ne pouvons pas comprendre le premier sans comprendre le second.

40VI
La conception de l'engagement que j'ai proposée comporte certains désavantages pour le travail théorique et empirique. En premier lieu, beaucoup de difficultés rencontrées dans l'utilisation d'autres théories ne sont pas résolues. Les personnes doivent souvent faire face à des engagements contradictoires et la théorie proposée ici n'offre aucune réponse à la question de savoir comment les personnes choisissent parmi les engagements quand de tels conflits apparaissent. De tels problèmes ne disparaissent pas magiquement avec l'introduction d'un nouveau concept.

41En outre, la conception limitée de l'engagement que j'ai suggérée recouvre un champ restreint. Beaucoup de comportements cohérents ne sont probablement pas explicables de cette manière. Quoi qu'il en soit, la précision analytique provient du fractionnement des catégories globales en types classificatoires plus homogènes et plus limités. Malgré tout, le concept d'engagement a été créé pour couvrir un nombre si important de phénomènes dans le discours ordinaire que la confusion peut naître de la tentative de limiter son usage. Cette difficulté devrait être résolue par la clarification analytique des divers mécanismes ayant été subsumés par le concept d'engagement, des conditions dans lesquelles ils fonctionnent, et des manières dont ils peuvent être distingués les uns des autres 9.

42Il semble commode de mobiliser le concept d'engagement pour expliquer les mécanismes spécifiques du comportement contraint au travers de paris adjacents préalablement engagés et d'utiliser des termes tels que « participation », « attachement », « vocation », « obligation », etc. en référence à des phénomènes apparentés mais différenciables. Malheureusement, nous ne pouvons pas définir précisément nos concepts et en même temps conserver toutes les significations qu'ils ont acquises dans le discours ordinaire.

43Ces désavantages, aussi importants qu'ils soient, doivent être comparés aux avantages conférés par l'utilisation du concept. Premièrement, l'idée de paris adjacents nous permet de spécifier les composantes de l'engagement indépendamment de la trajectoire cohérente du comportement dont ils rendent compte et permet donc d'éviter la tautologie. Bien qu'il ne soit pas toujours aisé de trouver des indicateurs empiriques des paris adjacents contraignant les activités des personnes, ces paris et la cohérence des activités évitent toutefois une difficulté fréquente dans l'utilisation de concepts.

44Au-delà, la conception de l'engagement que j'ai esquissée nous donne des outils théoriques permettant d'assimiler l'idée communément partagée que les gens suivent souvent des trajectoires d'activité pour des raisons assez éloignées de l'activité en soi. Bien que nous soyons tous conscients de ce fait, nous n'avons pas d'outils conceptuels nous permettant de l'intégrer dans nos recherches et nos théories. Le concept d'engagement permet de résoudre ce problème. En outre, il donne un aperçu des mécanismes par lesquels les actions passées lient des intérêts externes à une trajectoire d'activité.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Abramson E. & alii (1958), « Social Power and Commitment : A Theoretical Statement », American Sociological Review, vol. XXIII, février
DOI : 10.2307/2088619

Becker H.S. (1953), « Some Contingencies of the Professional Dance Musician's Career », Human Organization, vol. XII, printemps

Becker H.S. (1961), « The Implications of Research on Occupational Careers for a Model of Household Decision Making », Consumer Behavior, vol. IV

Becker H.S. (1970), « La carrière de l'enseignant de l'école publique de Chicago », dans Becker H.S., Sociological Work. Method and substance, Chicago, Adline Publishing Company

Becker H.S. & Carper J. (1970), « Le développement de l'identification à une profession », dans Becker H. S., Sociological Work. Method and substance, Chicago, Adline Publishing Company

Cohen A.K. (1959), « The Study of Social Disorganization and Deviant Behavior » dans Merton R.K., Broom L. & L.S.Cottrell, Sociology Today : Problems and Prospects, New York, Basic Books

Cohen A.K., Lindesmith A.R. & K.F Schuessler (dir.) (1956), The Sutherland Papers, Bloomington, Indiana University Press

Foote N.N. (1957), « Concept and Method in the Study of Human Development » dans Sherif M. & Wilson M.O., Emerging Problems in Social Psychologie, Norman, Institute of Group Relations

Goffman E. (1955), « On Face-Work », Psychiatry, vol. XVIII, août

Goffman E. (1961), Encounters, Indianapolis, Bobbs-Merrill

Howe I. & Coser L. (1957), The American Communist Party : A Critical History, 1919-57, Boston, Beacon Press

Merton R.K. (1983), Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Éditions Plon

Parsons T. (1951), The Social System, Glencoe, Free Press

Schelling T. (1956), « An Essay on Bargaining », American Economic Review, vol. XLVI, juin

Selznick Ph. (1953), TVA and the Grass Roots, Berkeley, University of California Press

Stone G.P. (1959), Clothing and Social Relations : A Study of Appearance in the Context of Community Life, Thèse de doctorat non publiée, Département de sociologie, Université de Chicago

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Wilson B.R. (1959), « An Analysis of Sect Development », American Sociological Review, vol. XXIV, janvier
DOI : 10.2307/2089577

Haut de page

Notes

1. Par exemple Abramson et al., 1958 ; Becker et Carper, dans le présent ouvrage ; Wilson, 1959; Selznick, 1953 ; Howe et Coser, 1957.
2. Cela ne sera pas tenté dans le présent article. Pour cela, il convient de se référer aux travaux pionniers de Stone (1959). Je me suis limité à analyser le concept dans le cadre des comportements individuels, bien que cela apparaisse souvent dans les analyses portant sur le comportement des organisations.
3. En cas de questions sur les approches mertoniennes et parsoniennes, se référer à Cohen (1959). Pour une critique d'Edwin Sutherland sur la théorie de l'association différentielle, voir Cohen, Lindesmith et Schuessler, 1956, pp. 30-41 ; Foote, 1957, p. 35.
4. Jusqu'ici, la définition de l'engagement proposée correspondait à celle faite par Abramson : « Les trajectoires d'engagement sont ces trajectoires de l'action que l'acteur se sent obligé de poursuivre, sous la contrainte ou la sanction […] Les trajectoires d'engagement […] sont des séquences d'action avec des sanctions et des coûts arrangés de manière à garantir leur sélection. » (Abramson et al., 1958)
5. Pour une explication plus précise de ce système, voir Becker (1970).
6. Les paragraphes précédents sont adaptés de Becker (1961).
7. Je me hâte de dire que cette illustration est hypothétique ; je ne connais pas les chiffres de la distribution différentielle des évaluations de la chasteté.
8. Un compte-rendu moins récent et quelque peu différent à propos de la sécurité du travail des musiciens de danse peut être trouvé dans Becker (1953).
9. Voir Stone (1959) ; Goffman (1961).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Howard S. Becker, « Sur le concept d’engagement », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Howard Becker, mis en ligne le 22 octobre 2006, consulté le 25 juillet 2016. URL : http://sociologies.revues.org/642

Haut de page

Auteur

Howard S. Becker

Professeur émérite, Northwestern University, Chicago, États-Unis - hsbecker@earthlink.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page