Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison février 2015

La présente livraison se distingue d’abord par le Dossier qu’elle propose, plus volumineux que de coutume, consacré à la sociologie pragmatique. Issu de séminaires collectifs, il entend principalement discuter, sous l’horizon de ses apports possibles à la pratique sociologique actuelle, l’héritage du pragmatisme américain, qu’il soit philosophique – William James, John Dewey, Charles Sanders Peirce – ou sociologique, l’école de Chicago, George Herbert Mead… Il s’articule selon trois axes. Le premier, « S’engager dans l’enquête en passant par Chicago » s’ouvre sur un texte inédit dans lequel Isaac Joseph s’interroge sur ce que signifie « enquêter ». Daniel CefaÏ propose une approche généalogique au sein de la mouvance pragmatique du concept de monde social thématisé plus tard par Anselm Strauss ou Howard Becker. La contribution de Jean-François Côté porte sur le travail de George Herbert Mead. Elle montre comment s’y déploie, en proximité avec les théoriciens de l’école de Chicago et notamment Robert Park, une vision « kaléidoscopique » du social. Enfin, Joëlle Zask, à partir des travaux de John Dewey et des anthropologues Franz Boas et Bronislaw Malinovski, explique comment s’y construit une vision, riche et stimulante, de la culture comme expérience. Le deuxième axe, « Autour du politique : de multiples expériences d’enquête », s’interroge, toujours sous l’horizon du pragmatisme américain, sur les relations entre la sociologie pragmatique et la question du politique. Francis Chateauraynaud, au travers du concept d’emprise, se propose de restituer une place centrale aux jeux de pouvoirs au sein de la sociologie pragmatique. Mathieu Berger, s’appuyant sur des travaux empiriques menés en Belgique et aux États-Unis, réfléchit aux échecs de la participation, en particulier aux mises en formes qui en anticipent et en organisent l’infélicité. Enfin, Alexandra Bidet, Manuel Boutet, Frédérique Chave, Carole Gayet-Viaud et Erwan Le Méner questionnent les expériences citoyennes « en-deçà » des espaces habituels de la politique, au cœur du vivre-ensemble ordinaire. Le troisième axe, « Traverses : de nouvelles voies d’investigation », commence par une contribution où Louis Quéré et Cédric Terzi ouvrent un dialogue avec le concept d’enquête, central chez John Dewey, en réfléchissant notamment à la question de l’entrée en enquête et de ses obstacles ainsi qu’aux enjeux de ce qu’ils nomment « problématicité ». Antoine Hennion, dans un dialogue avec William James, revient sur la portée du concept d’attachement et de ses implications quant à ce que peut vouloir dire enquêter. C’est à une problématisation de la filiation entre le pragmatisme des débuts et les travaux d’Alfred Schutz et Harold Garfinkel qu’est consacré le texte de Joan Stavo-Debauge. Pour finir, Roberto Frega montre les atouts d’une approche pragmatique pour assumer les différentes dimensions inhérentes à l’idée de normativité.

Elle se distingue ensuite par la grande variété des contributions. Le Grand résumé nous est offert ici par Alain Cottereau pour son livre, rédigé avec Mokhtar Mohatar Marzok, Une Famille andalouse. Ethnocomptabilité d’une économie invisible. Discuté par Virginie Tournay et par Nathalie Zaccaï-Reyners, un des apports essentiels de cet ouvrage est – renouant ainsi avec les critiques adressées par Frédéric Le Play à la discipline économique naissante au 19e siècle – de mettre en évidence les raccourcis que celle-ci est arrivée à imposer sur ce que valeur et évaluer peuvent signifier.

Dans la rubrique « Théories et recherches », Marylène Lieber propose une réflexion sur les transformations des enjeux de justice sociale en Chine sous l’influence d’ONG dont elle propose une typologie et du référentiel de la responsabilité sociale des entreprises.

Au sein des « Débats », la thématique « Penser les inégalités » s’enrichit d’une contribution de Denise Helly, fort opportune dans le contexte actuel, intitulée, « la peur de l’Islam », une peur qu’elle se propose de contextualiser et d’expliquer.

Pour terminer, la contribution d’Alain Müller pour la thématique « Rationalités, référentiels et cadres idéologiques » de la rubrique « La recherche en actes » questionne et problématise méthodologiquement et épistémologiquement la pertinence de la distinction entre insider et outsider.

Derniers textes

Actualités