Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison mai 2015

Deux Grands Résumés ouvrent cette nouvelle livraison. Gérard Bouchard qui, il y a quelques années, fut, avec Charles Taylor, chargé par les autorités politiques canadiennes de réfléchir à ces questions, nous propose un grand résumé de son livre L’Interculturalisme, un point de vue québécois, dans lequel il s’interroge sur les formes politiques de « gestion de la diversité » et sur les différences entre multi- et inter-culturalisme.Son texte est discuté par Céline Saint-Pierre et par Luc Turgeon. Dans son ouvrage Penser le changement institutionnel, Virginie Tournay nous propose de revisiter ce concept d’institution, capital dans l’histoire de la discipline sociologique, notamment en accordant une place centrale aux perceptions que les acteurs en ont, mais aussi en cherchant à en éclairer les formes d’apparition au travers des travaux de Philippe Descola. Le Grand Résumé qu’elle nous en propose est discuté par Louis Quéré et par Fabrizio Cantelli.

Pour cette livraison, Charles Gadea et Reinhard Gresselont coordonné le dossier Enjeux environnementaux et dynamiques des groupes professionnels, dont Charles Gadea a rédigé l’introduction. L’enjeu est de saisir en quoi la montée des nouveaux référentiels environnementaux, développement durable, empreinte écologique, haute qualité environnementale… affecte les pratiques et les statuts de différentes professions. Dans leur contribution, Rudy Amand, Stéphane Corbin, Maxime Cordellier et Estelle Deléage montrent comment l’importance prise par la « transition énergétique » n’affecte en réalité en rien le processus de disparition des exploitations entamé dans le contexte de la promotion de l’agriculture intensive. C’est vers les architectes, confrontés aux exigences de « haute qualité environnementale » (HQE), que Lionel Cauchard porte son attention dans son article, y montrant comment ils se trouvent confrontés à de nouveaux concurrents risquant de perdre une part de leur autonomie professionnelle. C’est au travers d’une approche davantage élargie de l’impact de la performance énergétique sur la recomposition des métiers de la construction que Romain Gournet et Christophe Beslay analysent comment les professionnels du bâtiment font face aux enjeux de la performance énergétique. Claire Chay et Jens Thoemmes s’intéressent à un nouveau métier de l’environnement, trieur industriel. Ils en montrent les facettes, les enjeux et les difficultés. Christelle Didier et Kristoff Talin ont quant à eux enquêté auprès des ingénieurs, en montrant le caractère paradoxal de leurs positions face aux enjeux environnementaux, comparativement aux citoyens d’une part et, surtout, au regard des implications écologiques de leurs professions. Enfin, Marine Béguin se penche sur les transformations des conditions de travail des éboueurs, un métier dont l’importance s’intensifie en régime d’attention écologique mais dont les conditions de travail peuvent toutefois s’en trouver négativement affectées.

La rubrique La recherche en actes nous propose un dossier coordonné et introduit par Martina Avanza, Olivier Fillieule et Camille Masclet, « Ethnographie du genre. Petit détour par les cuisines et suggestions d’accompagnement ». Ce dossier entend réfléchir aux enjeux méthodologiques spécifiques à l’usage des approches ethnographiques dans les études de genre. Xavier Dunezat y revient sur sa propre pratique en y interrogeant les tensions entre constructivisme et essentialisme. C’est l’exemple de la position des femmes dans les pratiques aériennes de cirque qui permet à Marie-Carmen Garcia de mettre en évidence les difficultés liées à l’usage des catégories binaires « masculin-féminin » dans la compréhension des pratiques. Dans sa contribution, Béatrice de Gasquet réfléchit à ce « que fait le féminisme au regard de l’ethnographe ». Enfin Guénolé Marchadour met en relief dans son texte les apports d’une enquête multisituée pour l’observation des « rapports sociaux de sexe ».

La rubrique Découvertes/Redécouvertes propose cette fois, introduits par Jacques Hamel, l’avant-propos de 1944 ainsi que la préface que Everett C. Hughes rédige en 1963 pour l’édition en français de son célèbre ouvrage Rencontre de deux mondes. La crise d’industrialisation du Canada français, actuellement réédité par les éditions Boréal, à Montréal.

Le Premier texte de Stéphanie Goirand, sur l’intervention sociale en « Réussite éducative », met en évidence la tension, inhérente à la relation d’aide, entre ambition d’autonomie d’un côté et subordination institutionnelle de l’autre et cela au cœur des nouveaux référentiels de l’aide sociale.

Enfin, la rubrique Théories et recherches s’enrichit de quatre contributions. S’appuyant sur une observation de longue durée de discussions électroniques à propos de logiciels libres, Alexandre Delanoë et Bernard Conein, dans leur texte sur le contrôle de la forme des réseaux par leurs membres, réfléchissent aux formes de coordination et aux processus d’apprentissage propres à ces environnements réticulaires. L’article d’Iris Loffeier traite des effets pervers de la montée du référentiel de la bientraitance au sein des maisons  de retraite, en particulier au niveau des formes et des conditions de travail des professionnels. Dans sa contribution, Nicolas Marquis analyse les rapports de pouvoir dans l’underworld de la prostitution à Buenos Aires en 1924. Enfin, Michel Grossetti propose une « Note sur la notion d’encastrement » où il reconstruit l’histoire et les significations du concept d’embeddedness, parcourant ses usages chez des auteurs comme Mark Granovetter, Karl Polanyi ou Harrison White.

 

Une lettre de la revue Droit et Société à laquelle SociologieS s'associe

Le sens d’une revue académique

La revue Droit et Société fête son 30ème anniversaire. Une superbe occasion de se tourner vers ce qui justifie son existence auprès de ses lecteurs, de son public, de ses contributeurs. Une belle opportunité de dialoguer avec d’autres revues académiques dans le monde évoluant dans les mêmes domaines de savoirs et poursuivant les mêmes finalités.

Il s’agit donc de se saisir de cet anniversaire, moins pour célébrer et faire célébrer les propres vertus d’une revue, que pour partager avec d’autres publications ce qui la fonde dans l’accomplissement de cette mission de promotion de l’activité de connaissance, du point de vue de ce qui constitue son identité, de ce qui témoigne d’un esprit dans lequel une telle mission est accomplie, des principes qui en sont au fondement.

La revue Droit et Société est issue d’une rencontre entre la théorie du droit et la sociologie juridique. La poursuite de l’objectif de la recherche de sens du droit et de ses mises en œuvre y est progressivement devenue indissociable dune quête de connaissance par les sciences sociales sur ce que le droit, à travers ce qu’il dit et ce qu’il fait, révèle, avec une force particulière, des transformations des sociétés.

L’aventure intellectuelle que repsente une revue ne peut réussir que si elle est en même temps   une aventure humaine. L’évidence   d’une   pluridisciplinarité contenue dans la conception de départ et l’horizon d’un tel projet ne peuvent être conçus et assumés que s’il existe de la  tolérance et de  l’écoute, en un  mot l’adhésion sans réserve au principe de l’altérité, au-delà de la diversité des spécialisations et des compétences, des appartenances disciplinaires et des Écoles de pensée.

Une revue est plus que la réunion de comtences. Elle peut être une communauté jusqu’à aspirer à la réalisation de l’utopie d’une « République des savants ». peut résider sa force pour dépasser les assignations de toute sorte, intellectuelle, idéologique, politique ou administrative, pour devenir un espace d’échanges et de confrontations des idées, un lieu de débats où le seul impératif est celui de  la quête permanente, en l’occurrence, d’une intelligence du droit, lui-même miroir du fonctionnement des sociétés et de leur devenir dans ce qu’ils recèlent de menaces ou d’indignités mais aussi de promesses. Une revue peut être un lieu de désintéressement au sens le seul profit qu’elle vise est celui d’une production de connaissances conçue non pas comme un en-soi du monde savant mais comme une exigence face aux incertitudes de ce que sont et de ce que deviennent les mondes sociaux et politiques.

C’est tout cela que la revue Droit et Société souhaite partager à l’occasion de son 30ème anniversaire.  La plus belle récompense qu’elle peut recevoir à cette occasion, c’est l’assurance que nombre de revues dans le monde, relevant du même champ de connaissance, se déclarent partie prenante d’un tel partage.

 

Derniers textes