Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison novembre 2015

La présente livraison s’ouvre sur deux « Grands Résumés ». L’ouvrage de Vincent Kaufman Retour sur la ville. Motilités et transformations urbaines est discuté par Pierre Lannoy et Paul Sabourin, celui de Nicolas Marquis Du Bien-être au marché du malaise. La société du développement personnel par Luc Van Campenhoudt et Luca Pattaroni.

Le « Premier Texte » de Manuel Cervera-Marzal analyse les rapports de genre au sein d’un collectif altermondialiste en principe engagé dans la défense de la cause féministe.

La rubrique « Théories et recherches » s’enrichit d’une contribution dans laquelle Pascale Garnier, s’appuyant sur les ressources de la sociologie visuelle, jette un nouveau regard sur la socialisation des tout-petits au sein des structures d’accueil qui leur sont réservées.

Philippe Corcuff et Ben Mohamed Kostani coordonnent et introduisent un dossier qui, dans un dialogue entre sociologues français et marocains, interroge l’épistémologie de notre discipline sous le double angle de sa prétention à la scientificité et de son engagement. La place réservée au « sens commun » est au centre de la contribution de Ben Mohamed Kostani au travers d’une mise en dialogue de la position de Durkheim avec les apports de la pensée d’Ibn Khaldoun. Le texte de François de Singly, croisant des références à la littérature – Annie Ernaux ou Doris Lessing – et les apports de la sociologie, en particulier de Georges Herbert Mead, questionne la place réservée au « Je » au sein de la sociologie. Grazia Scarfò Ghellab analyse l’articulation entre l’exigence d’auto-analyse du chercheur et la prétention à la scientificité de sa démarche. Dans sa contribution, Bertrand Geay, à partir d’une observation participante au sein d’un collectif étudiant, revient sur les agencements entre construction du savoir sociologique et engagement militant. C’est également cette question de la « gestion » épistémologique de l’engagement qui est au centre des réflexions de Lilian Mathieu. L’article d’Abdelmalek Ouard propose un bilan de la sociologie marocaine débouchant notamment sur une proposition de typologie des manières d’être sociologue au Maroc. C’est à un questionnement épistémologique des travaux de Bernard Lahire qu’est consacré le texte de Mohamed Faoubar. Enfin, Philippe Corcuff, s’appuyant sur différents apports possibles de la philosophie, investigue la richesse épistémologique potentielle de concepts tels que « antinomies », « analogies », « équilibrations des contraires »…

Le dossier coordonné et introduit par Stéphanie Vincent-Geslin et Emmnuel Ravalet porte sur la question de la mobilité envisagée prioritairement sous l’angle de ses imaginaires. Dans sa contribution, Leslie Belton-Chevalier questionne et problématise la tension entre mobilité et immobilité, cherchant à en dépasser les théorisations les plus courantes, et l’analysant plutôt sous l’horizon d’agencements, d’arbitrages ou de négociations aux contours souvent divergents. L’articulation entre mobilités spatiale et sociale est au centre des analyses de Josette Debroux à partir des stratégies des travailleurs pendulaires qui ont opté pour une implantation résidentielle dans des zones périurbaines. À partir d’une étude empirique menée dans les aéroports, Jean-Baptiste Frétigny questionne la figure de l’hypermobilité et de ses imaginaires. Ce sont les imaginaires que projettent les professionnels du tourisme social sur leur clientèle qu’interroge l’article de Giulia Fabbiano. Enfin, David Scheer réfléchit aux relations entre spatialité, mobilité et immobilité à partir de l’exemple de l’univers carcéral tel qu’il s’organise dans une prison contemporaine.

Pour terminer, Luc Van Campenhoudt nous invite à redécouvrir le texte que le sociologue belge Maurice Chaumont consacrait en 1962 aux grandes grèves qui ont secoué le paysage social et politique de la Belgique en décembre 1960 et janvier 1961.

 

Une lettre de la revue Droit et Société à laquelle SociologieS s'associe

Le sens d’une revue académique

La revue Droit et Société fête son 30ème anniversaire. Une superbe occasion de se tourner vers ce qui justifie son existence auprès de ses lecteurs, de son public, de ses contributeurs. Une belle opportunité de dialoguer avec d’autres revues académiques dans le monde évoluant dans les mêmes domaines de savoirs et poursuivant les mêmes finalités.

Il s’agit donc de se saisir de cet anniversaire, moins pour célébrer et faire célébrer les propres vertus d’une revue, que pour partager avec d’autres publications ce qui la fonde dans l’accomplissement de cette mission de promotion de l’activité de connaissance, du point de vue de ce qui constitue son identité, de ce qui témoigne d’un esprit dans lequel une telle mission est accomplie, des principes qui en sont au fondement.

La revue Droit et Société est issue d’une rencontre entre la théorie du droit et la sociologie juridique. La poursuite de l’objectif de la recherche de sens du droit et de ses mises en œuvre y est progressivement devenue indissociable dune quête de connaissance par les sciences sociales sur ce que le droit, à travers ce qu’il dit et ce qu’il fait, révèle, avec une force particulière, des transformations des sociétés.

L’aventure intellectuelle que repsente une revue ne peut réussir que si elle est en même temps   une aventure humaine. L’évidence   d’une   pluridisciplinarité contenue dans la conception de départ et l’horizon d’un tel projet ne peuvent être conçus et assumés que s’il existe de la  tolérance et de  l’écoute, en un  mot l’adhésion sans réserve au principe de l’altérité, au-delà de la diversité des spécialisations et des compétences, des appartenances disciplinaires et des Écoles de pensée.

Une revue est plus que la réunion de comtences. Elle peut être une communauté jusqu’à aspirer à la réalisation de l’utopie d’une « République des savants ». peut résider sa force pour dépasser les assignations de toute sorte, intellectuelle, idéologique, politique ou administrative, pour devenir un espace d’échanges et de confrontations des idées, un lieu de débats où le seul impératif est celui de  la quête permanente, en l’occurrence, d’une intelligence du droit, lui-même miroir du fonctionnement des sociétés et de leur devenir dans ce qu’ils recèlent de menaces ou d’indignités mais aussi de promesses. Une revue peut être un lieu de désintéressement au sens le seul profit qu’elle vise est celui d’une production de connaissances conçue non pas comme un en-soi du monde savant mais comme une exigence face aux incertitudes de ce que sont et de ce que deviennent les mondes sociaux et politiques.

C’est tout cela que la revue Droit et Société souhaite partager à l’occasion de son 30ème anniversaire.  La plus belle récompense qu’elle peut recevoir à cette occasion, c’est l’assurance que nombre de revues dans le monde, relevant du même champ de connaissance, se déclarent partie prenante d’un tel partage.

Derniers textes