Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison novembre 2014

Cette nouvelle livraison est particulièrement riche par la variété des types de contributions qu’elle nous offre.

Dans la foulée de la traduction de Burawoy sur la sociologie publique présentée dans la livraison précédente, elle propose tout d’abord deux Grands résumés. L’ouvrage de Philippe Corcuff Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs est discuté par Bruno Frère et Sandra Laugier. Ce sont ensuite Marc Jacquemain et Stéphane Vibert qui réagissent au grand résumé que Jan Spurk propose de son récent livre Avenirs possibles : Du bâtiment de la société, de sa façade et de ses habitants. 

La rubrique Découvertes/redécouvertes s’enrichit d’une traduction et d’une introduction par Nathalie Zaccaï-Reyners de l’article de Jeannette Pols, Washing the Citizen: Washing, Cleanliness and Citizenship in Mental Health Care, dans lequel l’auteure, sous l’angle d’une éthique empirique fort développée aux Pays-Bas, propose une réflexion originale et inhabituelle sur le soin à partir d’une analyse extrêmement fine des pratiques de toilette.

Le Dossier est cette fois-ci consacré aux « échelles territoriales de l’intervention sociale : enjeux et défis d’une mutation profonde ». Dirigé par Maryse Bresson et Michel Messu, il entend interroger en quoi les déplacements d’échelles de l’action publique induisent des transformations significatives de l’intervention sociale entendue comme l’ensemble des processus dont l’objet est d’assurer la protection et l’aide sociales, du niveau supranational au niveau micro-local, en passant bien sûr par le niveau national où ont pris corps les dispositifs de l’État social. La contribution de Youri Kazepov interroge les transferts de responsabilités du niveau national vers les niveaux supra- et infra-national dont sont l’objet les politiques sociales ainsi que les nouveaux modes de gouvernance qui les accompagnent. Michela Pellicani, Valeria Moro et Antonio Rago analysent les politiques d’intégration des populations d’origine étrangère dans la région italienne des Pouilles au travers des stratégies d’apprentissage linguistique qui se sont mises en place sous l’horizon de l’interculturalité. Dans leur article, Sophie Thunus et Nadège Lorquet rendent compte des évolutions des politiques en matière de santé mentale en Belgique, en particulier sous l’angle de la montée progressive du référentiel réticulaire. La question de l’insécurisation et de la reconstruction des identités professionnelles au sein de Pôle Emploi dans un contexte marqué par les processus de centralisation/décentralisation que connaît la France est au cœur du texte proposé par Marnix Dressen. C’est la territorialisation de l’action publique qui mobilise les investigations rapportées par Alain Penven, au travers d’une réflexion sur la négociation d’un « ordre territorial » cherchant à articuler et à concilier les spécificités du monde vécu des jeunes avec les contraintes administratives qui pèsent sur les équipes de prévention. Portant également sur les politiques de la jeunesse, la contribution de Sylvain Bordiec s’intéresse spécifiquement à l’hétérogénéité des modes d’intervention et des profils professionnels au sein du travail social territorialisé au niveau du quartier. C’est le niveau micro-local qui est au cœur des réflexions que développent Jacqueline De Bony et Patrick Nivolle à partir d’une analyse des péripéties qui entourent le statut d’un local social au sein d’une tour d’habitat, local autour duquel cherchent à se nouer des liens entre objectifs de cohésion et de participation. Enfin, Corinne Dallera, Valérie Hugentobler et Annick Anchisi montrent comment, en Suisse, les déplacements des modes et des échelles de l’intervention sociale envers les populations âgées accompagnent l’émergence d’une marchandisation de l’offre de services.

Dans la rubrique Théories et recherches, c’est tout d’abord à partir d’une étude de cas portant sur un comité de pilotage ayant pour mission de « mettre en place une politique de développement et de promotion de l’activité physique sur un site de lutte contre le cancer » que Thomas Ginsbourger et Philippe Terral montrent comment s’y rencontrent des dynamiques d’ « humanisation » et de « managérialisation » pour s’articuler et/ou s’opposer. Le questionnement qu’Anca Boboc, Kevin Bouchareb, Valérie Delruelle et Jean-Luc Metzger développent réfléchit, à partir d’initiatives de coworking, le potentiel de lutte contre l’isolement au travail que recouvrent différentes formes organisationnelles, des formes qui pourraient être internalisées ensuite dans de grandes entreprises. Les transformations comparées du champ psychothérapeutique en Angleterre, en France et aux Pays-Bas depuis les années 1960 sont au cœur de l’article proposé par Françoise Champion, Nadia Garnoussi, Giel Hutschemaekers et David Pilgrim, en particulier pour réfléchir au sein de ce champ la montée des « thérapies par la preuve » ainsi que celle du référentiel capacitaire. Enfin, Marc Leroy propose un exposé de la sociologie fiscale de Pareto en évaluant le potentiel explicatif de ses différentes et multiples dimensions par rapport à la situation socio-économique actuelle.

Pour finir, deux contributions nourrissent la rubrique Premiers textes. L’article d’Élise Vandeninden porte sur la profession d’art-thérapeute dont l’auteure met en évidence les multiples manières dont s’y construisent des identités professionnelles, en particulier entre des accentuations « artistiques » et « thérapeutiques ». Se centrant principalement sur le suivi attentif de deux expériences de confrontation au cancer de personnes âgées, Hélène Marche et Anaïck Pian réfléchissent aux manières d’assumer une confrontation au diagnostic, que ce soit dans le rapport au monde médical ou encore aux formes de rapport à soi et à son corps.

Derniers textes