Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa récente rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers son autre rubrique récente, « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison mars 2014

Cette nouvelle livraison propose tout d’abord deux importants Dossiers. Coordonné et introduit par Sophie Divay et Florence Legendre, le premier est consacré à la question, en apparence simple – mais en apparence seulement – de la transmission du métier. Loin des figures classiques du travailleur expérimenté transmettant son savoir à un travailleur jeune et novice dans le métier, ce Dossier se donne comme ambition d’en comprendre, dans le contexte actuel d’évolution rapide des professions mais aussi de précarisation et de flexibilisation des carrières, les formes, les contenus et les enjeux. La diversité des figures contemporaines de la transmission transparaît au travers des différentes contributions. Christian Martinez-Perez porte son attention sur le métier de chaudronnier en développant l’hypothèse d’un processus d’individuation des apprentissages professionnels. Sophie Divay interroge la transmission du métier de soignante au regard notamment des pratiques de contrôle des débutantes par les anciennes, mais aussi des évolutions contextuelles liées à la montée du référentiel managérial ou gestionnaire et au refoulement des espaces où les pratiques de sollicitude peuvent se déployer. La contribution de Nicolas Lefèvre se penche sur les processus de transmission propres au monde du cyclisme professionnel. La gestion du risque dans les écoles supérieures du cirque est abordée par Florence Legendre au travers notamment d’une analyse des rhétoriques professionnelles portant sur cette question, en mettant en évidence le pluralisme des rapports au risque qui s’en dégage. Dans son texte, Charlotte Paul s’intéresse à la transmission du métier d’artisan batelier dans un contexte où la transmission traditionnelle, largement intra-familiale, cède progressivement le pas à des formes de transmissions davantage institutionnalisées, liées aux apprentissages scolaires – une évolution qui n’est pas sans affecter les enjeux identitaires. C’est enfin à la transmission du métier d’éleveur qu’est consacré l’article de Dominique Jacques-Jouvenot. L’auteure y montre comment des processus de dénégation de la logique de transmission sont en somme constitutifs de celle-ci.

Le second dossier, coordonné par Marco Martiniello, porte sur les enjeux que présente aux politiques culturelles l’accroissement de la diversité artistique, notamment celle liée à la montée de la multiculturalité. Dans son introduction, Marco Martiniello montre comment les deux tendances liées à la diversification culturelle – segmentation ethnique d’un côté, intégration multiculturelle ou multi-ethnique de l’autre – se retrouvent dans le domaine artistique, regrettant au passage que cette dimension ait été peu étudiée dans la littérature sociologique sur l’immigration. À partir du cas de la Belgique francophone, Jean-Louis Genard réfléchit à la place du référentiel « urbain » au sein des politiques culturelles. Il montre également comment les nouveaux référentiels de la « ville créative » et de l’« attractivité peuvent infléchir la prise en compte des différentes pratiques culturelles urbaines. Dans son article, Lello Savonardo montre comment la richesse culturelle napolitaine apparaît comme un véritable « sismographe » de la réalité urbaine, intégrant, interrogeant et révélant à la fois sans cesse ses évolutions. Les analyses de Farid El Asri portent sur les formes de l’intégration de l’appartenance islamique au sein du champ musical européen, notamment dans les populations jeunes. Enfin, au travers du titre provocateur « Les "dominés" peuvent-ils créer ? » et en interrogeant les théories bourdieusiennes, Lionel Arnaud se penche, à partir de trois cas empiriques situés à Lyon, à Londres et à Fort-de-France, sur les pratiques créatives des minorités ethniques. 

À ces deux dossiers s’ajoutent deux Grands résumés. Dans celui qui présente son ouvrage L’Universalisme ou le pari de la raison. Anthropologie, histoire, psychologie, Gérard Lenclud revient, en exploitant notamment les ressources de la philosophie analytique anglo-saxonne, sur la tension particulièrement prégnante aujourd’hui entre prétention à l’universalisme et relativisme, plaidant pour un universalisme réinterprété, seul susceptible selon lui de fonder une unité des sciences de l’homme. Jean-Louis Fabiani et Damien De Blic en sont les deux discutants : le premier principalement sous l’angle des apports possibles des travaux de Gérard Lenclud à l’épistémologie d’une anthropologie contemporaine souffrant souvent d’un déficit à ce niveau, le second en profitant des réflexions de Gérard Lenclud pour mesurer les apports épistémologiques potentiels de la sociologie pragmatique. C’est plutôt la question et les difficultés du constructivisme qui sont au centre de l’ouvrage de Pierre Livet et Frédéric Nef, Les Êtres sociaux. Processus et virtualité dont Pierre Livet nous offre un grand résumé. Les discussions qu’en proposent Nicole Ramognino et Michel Messu s’interrogent, avec des réponses opposées, sur la pertinence d’appuyer les théories sociologiques sur l’affirmation d’une réalité ontologique des êtres sociaux, cette ontologie fut-elle celle des processus, articulant actualité et virtualité, que suggèrent Pierre Livet et Frédéric Nef. 

La rubrique Premiers textes nous propose deux contributions. À distance des interprétations dominantes, en particulier dans la littérature française sur le sujet, Sarah Demart interroge l’hypothèse d’une ethnicisation des pratiques religieuses en mettant au centre de ses propres analyses certains acquis des approches postcoloniales ainsi qu’un parti-pris de contextualisation de cette émergence où transparaît lourdement l’importance d’un racisme au moins latent. Le travail de Tristan Fournier construit, à partir d’une analyse des effets de recommandations anti-cholestérol sur les pratiques alimentaires, l’hypothèse d’un « relativisme nutritionnel » qui pourrait caractériser un certain rapport français à la nourriture.

Pour terminer, la rubrique Théories et recherches nous propose trois contributions. Se basant sur une étude comparative Suisse-Québec, Caroline Henchoz met en évidence les effets pervers possibles des politiques d’égalité des sexes, en particulier au niveau d’une indépendance économique domestique des femmes qui apparaît plus grande en Suisse alors même que les politiques d’égalité y sont bien moins présentes. Se situant dans le champ de la sociologie du handicap, les analyses de Pierre Dufour s’interrogent sur les effets potentiellement discriminants de la parole portant sur le corps. Enfin, le texte de Sadio-Ba Gning réfléchit aux évolutions que connaît, au Sénégal, la prise en charge des personnes âgées en particulier au sein de familles en ascension économique et sociale.

Derniers textes