Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison mars 2016

Le 20e Congrès international des sociologues de langue française aura lieu à Montréal début juillet 2016. Sa thématique « Sociétés en mouvement, sociologie en changement » s’y déclinera selon trois axes qui en scanderont les séances plénières : « Décentrer le regard », « Décloisonner la sociologie », « De nouveaux mondes à comprendre ». En collaboration avec la revue Cahiers de recherche sociologique qui prendra en charge la troisième thématique, SociologieS propose un double dossier « spécial Congrès », préparé et introduit par Jean-Louis Genard et Marta Roca i Escoda et organisé autour des deux premières thématiques.

Le « décentrement du regard » sera abordé au travers de réflexions sur ce que les différentes studies ont fait et font à la sociologie ; comment, chacune sur leur terrain, elles ont remis en question une certaine « hégémonie » sociologique. Il n’était évidemment pas possible de couvrir l’ensemble du « champ » foisonnant de l’ensemble des studies. Des choix ont donc été faits. Olivier Moeschler analyse la genèse, les évolutions internes et les difficultés de réception en France des cultural studies. Marie-Blanche Tahon décrit et analyse, sur une quarantaine d’années, les contributions significatives des sociologues féministes francophones. Sarah Demart retrace le processus d’intégration des enjeux postcoloniaux au sein de la sociologie, et la lente constitution d’une sociologie postcoloniale. Les difficultés que rencontrent les queer studies  illustrent les tensions entre minority studies et sociologies hégémoniques : Marie-Hélène/Sam Bourcier fait de cet enjeu le centre de sa contribution, interrogeant le rôle des institutions académiques et de l’Université dans la constitution et le maintien d’une hégémonie qui n’est pas sans lien avec la montée du néo-libéralisme. La montée des féminismes a bien entendu obligé à penser la domination masculine, mais, comme le montre Jean-Yves Le Talec ce nouveau contexte a aussi permis de repenser non pas la mais les masculinités au-delà du seul patriarcat. Enfin, Dominique Vinck analyse comment, d’un domaine spécifique et relativement isolé des sciences sociales, les science studies en sont venues progressivement à infléchir l’épistémologie de ces sciences et notamment à permettre de repenser le concept d’agency.

Le « décloisonnement de la sociologie » ne pouvait aborder l’ensemble des disciplines qui, ces dernières années, ont questionné « de l’extérieur » la sociologie. Cette deuxième partie du dossier en envisage six. Jérôme Michalon, Antoine Doré et Chloé Mondémé retracent l’histoire récente des relations entre sociologie d’un côté et études animales de l’autre, en relation avec les avancées de ces dernières. Comme en a témoigné et en témoigne encore un important débat porté par SociologieS, les relations entre la sociologie et les disciplines de l’humain posent la question du « naturalisme ». Celui-ci fait l’objet de trois contributions. Virginie Tournay pose la question sous l’horizon des avancées de la biologie, questionnant les « biais cognitifs » que génère une transposition des modèles naturalistes pour étudier le social. Les relations entre sociologie et neurosciences sont analysées par Francesco Panese, Mathieu Arminjon et Vincent Pidoux, à la fois sous l’angle de leurs possibles apports réciproques, mais aussi sous l’angle politique de ce que la montée des neurosciences fait aux pratiques sociales. Ce sont enfin les progrès de la biologie et de la médecine qui sont au centre des interrogations de Nicolas Le Dévédec au travers d’une réflexion sur les modifications des frontières de l’humain, illustrées par la pensée transhumaniste. Jacques Commaille montre ensuite comment les évolutions du droit peuvent constituer un bon analyseur des évolutions sociales. Et enfin Bruno Frère analyse, à partir d’études empiriques, comment la philosophie, en l’occurrence ici certains travaux phénoménologiques, peut enrichir la sociologie.

En plus de ce double dossier « spécial Congrès », cette livraison propose deux « Grands résumés ». L’ouvrage d’Isabelle Ferreras Gouverner le capitalisme ? Pour le bicamérisme économique, est discuté par Corinne Gobin et par Christian Thuderoz. La réaction au livre de Michel Agier La Condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire, a été confiée à Hervé Marchal ainsi qu’à Mathieu Berger et Louise Carlier.

À partir de l’exemple de deux sites touristiques sénégalais, l’île de Gorée et l’île de Saint-Louis, le « Premier texte » d’Hélène Quashie analyse comment s’y conjuguent patrimoine et tourisme.

Enfin, la rubrique « Théories et recherches » s’enrichit de trois textes. Sandra Gaviria montre comment la multiplication des retours chez les parents à l’âge adulte oblige à repenser la signification sociale de celui-ci. Les conditions de productivité des recherches partenariales sont au centre de la contribution d’Alain Penven. Et, pour terminer, Samuel Julhe, Émilie Salaméro et Marina Honta s’intéressent aux conditions de reconversion des artistes chorégraphiques et de cirque.

 

 

Derniers textes