Navigation – Plan du site
Où en est le pavillonnaire ?

L’utopie du middle landscape américain

The american middle landscape’s utopia
Catherine Maumi

Résumés

« Les maisons et les automobiles sont d’égales créations de l’imagination liées à un grand rêve » expliquait Reyner Banham (1971) dans Los Angeles, « le rêve du homestead urbain, […] d’une vie plaisante hors des conditions sordides de la ville de type européen ». Décoder ce rêve auquel est associée la maison suppose que l’on retourne aux fondements même d’une culture de l’habiter spécifique aux États-Unis, qui trouve ses racines dans les premières implantations sur les terres du Nouveau Monde. Ce rêve n’a cessé de mobiliser les esprits dans l’espoir de voir se réaliser un monde idéal où plus aucune distinction n’existerait entre ville, campagne et nature, à l’image de la Broadacre City de Frank Lloyd Wright, s’inscrivant dans cette longue quête mythique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La traduction française de l’article est tirée de Maumi (2015, p. 195).

1« La maison à coût modéré n’est pas seulement le problème architectural majeur pour l’Amérique mais aussi le problème le plus difficile pour ses grands architectes » 1 affirmait Frank Lloyd Wright en introduction à l’article consacré à la maison conçue pour la famille Herbert Jacobs, publié dans The Architectural Forum en janvier 1938. Choisie pour illustrer le « manifeste » de la maison usonienne, celle-ci démontrait en effet qu’il était possible de construire une habitation d’une grande qualité spatiale et disposant d’un jardin spacieux pour un prix tout à fait abordable. Sa réalisation découlait de longues recherches effectuées par Frank Lloyd Wright depuis le début des années 1930 sur ce nouveau cycle typologique que constituait la maison usonienne. L’enjeu était de premier ordre : il visait à réaffirmer le rôle majeur de l’architecte dans cette mission essentielle que constituait la conception de « la "petite maison" américaine », qui, selon Frank Lloyd Wright, aurait dû être une priorité pour l’homme de l’art plutôt que de l’abandonner aux constructeurs de maisons individuelles. Il entendait également, par là-même, dénoncer la politique mise en œuvre par le gouvernement américain qui, par ses choix de financement et ses orientations normatives, favorisait, d’une part le logement de masse pour les plus démunis – avec des programmes s’apparentant à ceux des pays européens lorsqu’ils n’étaient pas conçus par des architectes européens – et d’autre part la répétition en des centaines d’exemplaires de petites maisons identiques posées sur des petites parcelles rectangulaires dont l’unique qualité résidait dans leur rentabilité pour les constructeurs et les lotisseurs (lorsqu’il ne s’agissait pas de la seule et même personne). Il s’agissait donc, avec la maison usonienne, de résoudre à la fois la question de la réduction du coût de construction tout en optimisant l’espace de la maison et celui du jardin, car si le coût final se devait d’être minimum, l’espace intérieur – de la maison – et extérieur – du jardin – devait être, quant à lui, maximum. Cette recherche à l’échelle de l’architecture domestique était, de plus, indissociable de cet autre projet fondamental élaboré simultanément : Broadacre City, la ville usonienne.

  • 2 Il est difficile de traduire homestead en français, le terme renvoyant à la propriété familiale, ou (...)

2Le choix d’introduire nos propos avec ces projets architecturaux élaborés durant les années de crises – économique, écologique, sociale et culturelle – précédant la Seconde Guerre mondiale, vient de ce qu’ils constituent des jalons essentiels pour saisir les spécificités d’une culture architecturale et urbaine souvent difficile à décoder et que Frank Lloyd Wright invite alors à revisiter pour en recouvrer les fondements. Broadacre City et la maison usonienne constituaient en effet, aux yeux de celui-ci, une vision et une réponse architecturales au problème crucial que l’urbanisation – ou plutôt la métropolisation galopante à l’échelle du territoire des Etats-Unis – posait alors à un nombre d’Américains de plus en plus conséquent, car celle-ci mettait en péril cet idéal sur lequel l’Union avait été fondée : celui de la « nation de la nature » à laquelle était associé le homestead 2 auquel pouvait prétendre tout habitant des États-Unis. Avec la maison et la ville usoniennes – qui réinterrogent à la fois l’espace domestique de la maison et l’organisation de la communauté d’habitants, de même que les valeurs qui la rassemblent et lui donnent sa cohérence – Frank Lloyd Wright inscrit sa pensée dans la grande Histoire culturelle des États-Unis dont l’origine est à rechercher dans un idéal, ou mythe, consolidé à la fin du xviiième siècle : celui du middle landscape de la pastorale.

  • 3 Pour plus de précision, cf. Maumi (2009).

3Henri Raymond n’a cessé d’insister sur l’impérieuse nécessité de considérer et de comprendre les « modèles culturels » qui fondent un mode d’habiter au sein d’une société donnée (Raymond, 1980 ; 1996), ce qu’il s’est attaché à démontrer dès les années 1960 pour l’habitat pavillonnaire tel qu’il s’était développé en France. Pour autant, nombre de chercheurs justifient encore aujourd’hui la diffusion du pavillonnaire sur le territoire français par une américanisation de la société ; il n’en est bien évidemment rien. Dans les faits, les deux logiques de développement sont parfaitement distinctes, et ce en tout premier lieu parce qu’elles correspondent à des modèles culturels en tout différents, voire opposés. Henri Raymond prévenait notamment : « Il faut donc distinguer radicalement le pavillon, solution architecturale d’un problème d’urbanisation, et l’utopie pavillonnaire qui est sans doute l’image idéalisée d’un mode de vie et qui ne relève pas de l’architecture » (Raymond, 1980, p. 72). Notre contribution vise à offrir quelques clefs pour mieux comprendre cette image idéalisée, ou mythe, sur lequel les États-Unis se sont fondés, ce « grand rêve » auquel Reyner Banham faisait référence, qui participe à expliquer ce processus d’urbanisation propre au territoire étasunien, fondé sur la propriété et la maison individuelles. Cette culture de l’habiter a souvent été qualifiée d’« anti-urbaine » à la suite, notamment, des travaux de Morton et Lucia White (1962) ; et s’il est vrai qu’elle s’est érigée en opposition à la culture urbaine telle que définie en Europe, nous préférons toutefois, pour notre part, la considérer comme une tentative d’édification d’un monde autre où ville, campagne et nature n’entretiendraient plus des rapports antinomiques mais composeraient au contraire le milieu de vie équilibré et cohérent de l’habitant du Nouveau Monde. L’histoire de son élaboration s’apparente à une longue quête amorcée dès le xviième siècle, et notre article ambitionne de revenir sur les étapes dans la réalisation de cet idéal que nous considérons comme déterminantes, avec un intérêt particulier pour les dispositifs spatiaux inventés pour l’ancrer sur le sol du nouveau continent, tout en favorisant le déploiement des nouveaux modes d’habiter qu’il supposait. Trois moments majeurs sont identifiés dans la construction – intellectuelle et physique, ou matérielle – de ce mythe du middle landscape. L’époque de la colonisation anglaise sur la côte Est, puis l’invention de la démocratie agraire étasunienne, qui auront pour visée essentielle de transformer le Nouveau Monde en « Jardin du monde » – ce, avant que n’émerge au xixème siècle la volonté d’inventer un nouveau paysage « suburbain », ou « pastoralisme urbain » (Machor, 1987), caractérisé par l’omniprésence de la « nature » – elle même réinventée – dès lors que la croissance de la grande ville (city) deviendra une évidence, à combattre. Enfin, il est pertinent de clore sur le paradoxe auquel les Américains se trouvent confrontés au xxème siècle : le développement de la maison individuelle et du suburb est en effet analysé, par les uns comme la perpétuation de ce « grand rêve » étasunien, tandis qu’il en illustre la trahison pour les autres (dont Frank Lloyd Wright), ce développement n’étant ni plus ni moins qu’un objet de spéculation supplémentaire au service de la métropole qui assoit par ce biais sa domination sur des territoires de plus en plus étendus. Gageons que le choix des différentes étapes de cette longue histoire – tout sauf linéaire – même si réducteur et simplificateur 3, saura néanmoins offrir des jalons utiles pour décoder ce mythe du middle landscape, cette quête d’une synthèse idéale entre mondes rural, urbain et naturel qui participe à expliquer ce mode d’urbanisation spécifique aux États-Unis, associé ipso facto à la maison individuelle.

Le « Jardin du monde » du Nouveau Monde

  • 4 Une acre équivaut à environ 4 000 m2 (ou 40 ares).
  • 5 Pour ceux intéressés, cf. Osgood (1904), Meining (1986) et Stilgoe (1982).
  • 6 Film de Ralph Steiner et Willard Van Dyke, écrit par Pare Lorentz, Henwar Rodakiewick et Lewis Mumf (...)

4Le Nouveau Monde que représentait le continent américain a longtemps constitué le terrain par excellence de l’utopie et notamment par le fait même de vouloir se démarquer, dès les premiers pas effectués sur le sol du nouveau continent, des dogmes, traditions, coutumes ou politiques en vigueur sur le territoire du Vieux Monde de l’Europe. Telle fut en effet, dès le début du xviième siècle, la volonté des premières colonies de pèlerins implantées sur la côte est : alors que les colonies du sud prendront possession du sol en créant de vastes propriétés (plantations) indépendantes, ne voyant aucune nécessité à la fondation de villes, celles du nord, au contraire, s’accorderont sur un mode d’implantation parfaitement organisé, correspondant à l’ordonnancement social de la communauté qu’ils souhaitaient voir se développer. Fut en effet créée, en Nouvelle Angleterre, l’entité du township, dont le modèle idéal fut décrit par Thomas Grave dans Essays on the Laying Out of Towns (1635). Le township consistait en une communauté agricole de taille réduite, composée de petits propriétaires exploitants bénéficiant tous de la même superficie de terre, des mêmes droits, ainsi que des mêmes devoirs vis-à-vis de la communauté. Pour ce faire, la surface allouée au township était divisée en lots de superficie et de qualité équivalentes, chaque famille se voyant attribuer une parcelle sur laquelle elle se devait d’édifier son habitation et à laquelle s’ajoutaient des lots destinés à la culture. Des terres de pâture et des espaces de forêt étaient préservés pour un usage commun. Sur l’un des côtés du common – champ de pâture commun ayant été le plus souvent transformé, depuis lors, en parc public – étaient édifiés la meeting house, lieu de rassemblement et point central de la communauté, puis le temple, dès lors que les moyens de la communauté le permettaient. La superficie des parcelles destinées à l’édification de l’habitation familiale, on ne peut plus généreuse (allant de une à quatre ou cinq acres 4), témoigne d’une densité extrêmement faible. Le township consistait en fait en une agglomération d’exploitations agricoles auxquelles les voyageurs européens n’accordèrent que très difficilement le qualificatif de ville, ou village, tant les habitations étaient dispersées, éparses, dans ce paysage de campagne de la Nouvelle Angleterre 5. Cet idéal de la communauté du township, ou town – petite ville rurale – de la Nouvelle Angleterre, n’a cessé d’être présent dans les esprits (Tunnard, 1953) ; il a notamment été réactivé au début du xxème siècle par les partisans du regional planning et de la garden city, comme Benton MacKaye ou Lewis Mumford. Benton MacKaye, par exemple, ne quitta jamais longtemps Shirley Center qui constituait à ses yeux le modèle de communauté idéal, restant organisée selon les « cinq sens » (MacKaye, 1969) qu’étaient la meetinghouse, le homestead, le town hall (mairie), la schoolhouse (école) et le country store (magasin). En opposition aux taudis, à la misère, à la pollution, à l’anonymat et à l’asservissement que l’on connaissait désormais dans les grandes villes industrieuses, Shirley Center servit à illustrer, dans le film documentaire The City 6 projeté en 1939 lors de l’Exposition universelle de New York organisée sur le thème « Le monde de demain », le mode de vie sain et serein d’une petite communauté coulant des jours paisibles et heureux au contact de la nature.

  • 7 Lettre de Thomas Jefferson à James Madison (1787), dans Foley (1967).

5Le township constitue également la base de l’organisation spatiale et sociale imaginée par Thomas Jefferson pour l’Union des États-Unis. Dès leur indépendance, en 1776, Thomas Jefferson milita en faveur de la mise en œuvre d’une gestion du territoire qui permettrait d’ancrer de façon définitive la démocratie sur le sol de la nouvelle nation. Celle-ci fut instituée par les votes, en 1884 et 1885, des ordonnances qui fixèrent à la fois le mode de division du territoire en futurs États fédéraux, puis celui assurant une répartition équitable de leur sol entre les habitants à venir (Maumi, 2007). La Land Ordinance de 1785 constitue un texte majeur en cela qu’elle arrêta à la fois le mode de relevé de ces terres que l’on ne connaissait encore pas, tout en organisant simultanément le cadastre des États-Unis. La grille du National Survey instaurait en effet le township comme entité administrative (échelle à laquelle sont gérées les questions relatives aux enjeux locaux de la communauté), mais aussi comme dispositif spatial essentiel puisque son unité – un carré de six milles de côté – organisa progressivement l’ensemble du territoire des États-Unis. Subdivisé à son tour en trente-six sections de un mille carré (640 acres), dont certaines étaient réservées aux institutions publiques (éducatives, religieuses, etc.), le système permettait ainsi un mode de répartition des terres équitable, simple et démocratique. La section correspondait à cette unité de base du homestead auquel avait droit tout Américain à la condition qu’il la cultive et l’habite, c’est-à-dire qu’il y construise sa maison, sans quoi la propriété lui était retirée. Une telle surface étant souvent difficile à exploiter par un seul homme (ou famille), surtout lorsqu’il s’agissait, au départ, de défricher et de rendre les terres productives, furent par la suite définies et allouées les demi-sections, puis quart de sections, etc., jusqu’au quart de quart de section (40 acres), unité la plus couramment attribuée jusqu’au xxème siècle. Asseoir la démocratie supposait, aux yeux de Thomas Jefferson, d’œuvrer pour éviter la concentration des hommes, des pouvoirs et de l’argent entre les mains de quelques-uns et de prévenir toute forme de spéculation, foncière notamment. La démocratie américaine ne pouvait donc qu’être agraire, ses citoyens étant dans leur plus grande majorité des petits agriculteurs libres et indépendants ; selon cet idéal, toute forme de concentration dans de grandes villes, comme en Europe, était proscrite. « Quand nous serons entassés les uns sur les autres dans de grandes villes comme en Europe, nous deviendrons aussi corrompus qu’en Europe » affirmait Thomas Jefferson en 1787, alors ambassadeur à Paris 7.

  • 8 Le concept de wilderness renvoie à la nature originelle, sauvage, mais aussi à l’étendue désertique (...)
  • 9 Cf. les écrits de Henry David Thoreau, dont Walden (1854) et de Ralph Waldo Emerson, dont Nature (1 (...)

6Ce mythe de la pastorale domina durant tout le xixème siècle ; la progression de la grille des townships et sections vers l’ouest, associée à celle des pionniers qui défrichaient la wilderness 8 pour la transformer en « Garden of the World » (Dana, 1856), participa d’ailleurs à instaurer cet autre mythe aux États-Unis qu’est celui de la frontière (Turner, 1893). Transformer la wilderness en « jardin du monde » ne fut pas une entreprise aisée (Marx, 1964) ; elle mobilisa des énergies considérables jusqu’au xxème siècle et fut très rapidement violemment critiquée, l’agriculteur et son « jardin » détruisant irrémédiablement ce véritable patrimoine pour l’humanité que constituait la nature sauvage, originelle 9.

Le « pastoralisme urbain »

  • 10 Un nombre conséquent d’ouvrages retrace cette histoire du suburb américain depuis le début du XIXe (...)

7En 1811, une autre grille – qui n’avait absolument rien de démocratique mais n’était que pure spéculation – marqua les esprits : celle du plan d’expansion de New York. Elle signifiait qu’était mis à mal ce mythe d’une nation agraire – qui se développait néanmoins progressivement vers l’ouest grâce à l’action des arpenteurs et des valeureux pionniers. S’accentua dès lors l’opposition entre la petite ville rurale (town) de l’Ouest, aux vastes horizons, et la grande ville (city) industrieuse de l’Est, abandonnée au vice et à la corruption, noyée dans la pollution (Monkkonen, 1988 ; Warner, 1972). Une issue devait rapidement être trouvée pour cette population urbaine de la city afin qu’elle recouvre un environnement de vie plus sain, tant d’un point de vue physique que moral. Les premières familles aisées des grandes villes, telle Boston, commencèrent à fuir la congestion dès les années 1820, allant s’établir dans les borderlands (Stilgoe, 1988), ou franges, entre ville et campagne. Ces borderlands, toutefois, offraient certes un lieu de vie plus calme, à l’abri des nuisances et pollutions de la ville, mais ne présentaient aucune qualité spatiale ou paysagère, pas plus qu’ils ne proposaient des lieux de sociabilité permettant à une communauté de se reconstituer : la campagne n’était ni plus belle ni plus « habitable » aux yeux de ces citadins fuyant la city que la wilderness. Concevoir ce paysage et lieu de vie autre, imaginé comme nouvelle articulation ville-campagne-nature, constitua l’un des grands projets du xixème siècle aux États-Unis. Il fut l’objet d’un nombre considérable d’ouvrages, de revues, voire de romans, qui façonnèrent l’idéal du « suburb pittoresque », avant qu’il ne commence à être édifié 10. Deux auteurs, dont les ouvrages constituèrent des best-sellers en leur temps, nous permettent de comprendre les principaux enjeux que l’on se donna alors à relever : le premier se concentra sur ce nouveau paysage à inventer, l’autre sur la restructuration complète de l’espace domestique de la maison, les deux visant à offrir un espace de vie correspondant aux aspirations de la famille américaine, libérée des contraintes de la ville.

8« De quelle manière peut-on imiter la nature en termes de jardin paysager » questionnait en effet Andrew Jackson Downing dans son Treatise on the Theory and Practice of Landscape Gardening adapted to North America, après avoir fait le tour des « styles » et modes de faire en France, Angleterre, Chine, entre autres et évoqué différents exemples de réalisations aux Etats-Unis (Downing, 1841, p. 33). Pour cet auteur, en effet, premier théoricien et praticien américain de l’art des jardins – nous ne pouvons encore employer le terme de landscape architecture – il était évident que cette nature en quête de laquelle le citadin était parti n’était pas celle des champs cultivés, ni la nature sauvage de la wilderness – inhabitable. Il restait donc à inventer cette nature harmonieuse aux yeux de l’homme, au sein de laquelle il prendrait plaisir à vivre, qui ne serait pas un « fac-similé », comme certains adeptes du « style naturel » le prônaient, ni une pure abstraction géométrique comme d’autres le privilégiaient. Nul besoin, non plus, de partir en quête d’exotisme ; le lieu, pour Andrew Jackson Downing, recelait en lui-même des richesses inestimables qu’il suffisait de révéler, en valorisant notamment les essences indigènes.

  • 11 Les architectes-paysagistes du magnifique Prospect Park de Brooklyn à New York ouvert en 1867, part (...)

9Cette attention portée au jardin allait de pair, pour Andrew Jackson Downing, avec celle consacrée à la maison : « l’amour de la campagne [country] est indissociable de l’amour de la maison [home] » affirmait-il, car « aucun travail ou loisir n’offre à l’esprit une satisfaction plus importante ou constante que celle de cultiver la terre et orner notre propre propriété » (Idid., p. iii). De ce fait, parut en 1842 le non moins célèbre ouvrage Cottage Residences, qui fut l’objet de nombreuses rééditions tout comme le Traité de 1841 cité précédemment. Ce dernier proposait une variété innombrable de cottages et d’aménagements de jardins d’agrément et de potagers, pour la campagne comme pour le suburb. Son influence fut considérable, les modèles présentés participant à renouveler les « styles » courants à l’époque – et notamment le Greek Revival ; il supplanta les références qu’avaient jusqu’alors constituées les Builder’s Guides, diffusés pour former les charpentiers œuvrant à la construction des maisons américaines (Scully, 1971). Il fut suivi, en 1850, par The Architecture of Country Houses, including designs for cottages, farm houses and villas, with remarks on interiors, furniture, and the best modes of warming and ventilating, témoignant de ce que l’enjeu visait à inventer non seulement un nouvel environnement pour la maison, mais aussi une nouvelle organisation de son espace intérieur, plus fonctionnel, efficient, flexible, confortable. « Quelle inébranlable barrière contre le vice, l’immoralité et les mauvaises habitudes sont ces goûts qui nous conduisent à embellir un foyer, vers lequel à tout moment et en tout endroit nous nous tournons avec plaisir, étant l’objet et la scène de nos attentions, travaux et joies les plus chères » déclarait Andrew Jackson Downing (1842, p. iv). L’architecte Alexander Jackson Davis, qui avait travaillé à l’un des projets de cottages présentés dans l’ouvrage, proposa en 1853 le premier plan de « suburb pittoresque » pour la Llewellyn Park Community, établie dans le New Jersey. Les maisons de cent familles furent implantées dans un vaste parc de 750 acres environ, bénéficiant de l’ensemble des services indispensables : école, bibliothèque, etc. Avec Llewellyn Park était réalisé l’idéal de la triade maison-nature-esprit de communauté ; cet idéal inspira la construction de centaines de planned communities à compter des années 1850 et offrit une multitude d’exemples devenus depuis lors célèbres, tel Riverside, conçu en 1868 par Frederick Law Olmsted et Calvert Vaux 11, dans les environs de Chicago.

10Il s’agissait d’offrir les conditions de vie les meilleures, les plus saines et confortables à la famille américaine avec, pour visée finale, la parfaite éducation des futurs citoyens américains. C’est dans cet esprit que fut entreprise une rationalisation essentielle des tâches domestiques et nombreuses furent les familles qui eurent également dans leur bibliothèque, dès 1841, A Treatise on Domestic Economy for the Use of Young Ladies at Home de Catharine E. Beecher, qui institua comme science la tenue et la gestion de la maisonnée. L’ensemble des tâches quotidiennes de la ménagère était analysé de sorte à alléger et faciliter le dur labeur de la mère de famille. L’enjeu de « l’économie domestique » revenait à questionner la condition de la femme en ce milieu de xixème siècle et à revendiquer pour celle-ci un véritable statut social, égal à celui de l’homme. L’autre objectif majeur visé avec cette nouvelle organisation du travail ménager consistait à réduire le besoin de personnel de maison – la domesticité, telle qu’instituée en Europe, étant incompatible avec la démocratie. Des solutions détaillées furent présentées dans le second ouvrage The American Woman’s Home, rédigé avec sa sœur Harriet Beecher Stowe et publié en 1869 ; dessins à l’appui, les sœurs Beecher décrivaient dans le détail comment organiser chacune des pièces de manière à rendre la maison plus fonctionnelle et confortable, et moins dévoreuse d’énergie pour la maîtresse de maison. Ces ouvrages nous invitent à mieux comprendre les spécificités de la maison américaine – en tant que house et home : un noyau « dur » réunit l’ensemble des composants techniques, autour duquel se développe l’espace de vie du home, tandis que l’enveloppe se caractérise par sa flexibilité, pour mieux s’adapter aux évolutions de la famille.

Vers une synthèse ville-campagne-nature ?

11L’entrée des États-Unis dans le xxème siècle fut marquée par une confrontation violente entre mondes réel et mythique (Monkkonen, 1988). Les données statistiques étaient intraitables : en 1900, près de 40% de la population américaine était urbaine et la production était partagée pour moitié entre économie agricole et industrielle. Au sortir de la Première Guerre mondiale, l’industrialisation du pays s’accéléra, doublée d’une transformation radicale des modes de production agricole promue par le gouvernement américain qui avait vu, dans le développement de la culture intensive, la solution pour alimenter l’Europe pendant les années de guerre. Le jardin du monde, tout comme le pastoralisme urbain, se désagrégeaient sous les yeux des Américains, ruinés par les forces du capitalisme triomphant qui consolidaient le pouvoir des grandes métropoles, New York en tête, et uniformisaient le pays grâce à sa puissance industrielle, inondant le pays d’automobiles et de petites maisons fabriquées à la chaîne, posées sur des petites parcelles rectangulaires tracées aux abords de la grande route. « Fermes et villages sont plus semblables dans leurs "différences" que tout le reste » déplorait Franck Lloyd Wright en traversant les vastes plaines de l’Ouest. « Comment tout cela est-il devenu aussi ressemblant ? Une maison de charpentier de la Nouvelle-Angleterre est une maison produite par la machine en Iowa et, de même, une maison produite par la machine en Californie » (Wright, 1932, p. 310). La maison et la ville usonienne furent donc imaginées pour lutter contre « cette mortelle uniformité » décriée par Franck Lloyd Wright et la destruction du tissu social qu’elle illustrait. Vincent Scully, en conclusion à son histoire de la maison américaine, rappelle combien l’architecture de Franck Lloyd Wright s’inscrit dans la grande tradition américaine, témoignant de la volonté de créer un environnement qui « maintient en vie ce sens de l’union avec la terre qui avait été à la racine de ce développement domestique intrinsèquement américain depuis les temps d’Andrew Jackson Downing » (Scully, 1971, p. 163). La maison usonienne démontrait qu’il était possible, grâce au pouvoir de la machine, de concevoir des maisons toutes différentes les unes des autres, répondant aux modes de vie et désirs de ses habitants et offrant des espaces de grande qualité. Broadacre City, la ville usonienne, réactivait quant à elle le mythe jeffersonien de la démocratie agraire. Elle s’opposait aux forces nuisibles de la métropole – et de ses extensions malignes par le biais du suburb  qui détruisaient irrémédiablement campagne et nature, en plus d’annihiler l’homme. À Broadacre, les Usoniens disposaient tous, de droit, d’une superficie de terre d’une acre pour y édifier leur maison ; ils avaient ainsi la possibilité de produire leurs propres fruits, légumes, œufs, etc. Par ailleurs, le marché coopératif local était quotidiennement approvisionné en produits frais par les fermes de Broadacre, l’ensemble de la population disposant ainsi d’une alimentation saine et fraîche, pour un coût moindre. La production locale était d’ailleurs privilégiée pour l’ensemble des biens, produits dans des petites usines ou des ateliers dispersés au sein de la communauté. Les écoles, crèches, terrains de jeux et de sports étaient également situés au cœur de la communauté, chaque enfant pouvant aisément s’y rendre à pied par des cheminements sûrs, à l’écart des automobiles. La culture était elle aussi largement accessible grâce aux musées, salles de spectacles, cinémas, etc. régulièrement répartis, sans oublier la radio qui représentait un véritable outil de démocratisation de la culture et du savoir. L’automobile, le téléphone, l’électricité, la radio, permettaient, enfin, d’organiser la décentralisation des activités humaines telle qu’elle avait été imaginée par Thomas Jefferson. La grande ville était atomisée. De plus, était ainsi perpétuée l’idée selon laquelle la machine avait pour principale mission d’offrir à l’homme plus de liberté et de démocratie, a contrario de ce que l’on constatait alors en observant le degré d’asservissement dans lequel l’habitant des villes comme des campagnes était tombé. L’idéal mythique d’une synthèse ville-campagne-nature était finalement réalisé à Broadacre City, l’Usonien ayant réappris à vivre en accord avec la nature et étant redevenu un habitant de la Terre, qu’il respectait tout autant qu’il se respectait en tant qu’Homme.

12Si les descriptions anticipatrices de l’évolution de l’urbanisation étasunienne – critiquée par Franck Lloyd Wright dès les années 1930 – semblaient dépeindre, à première vue, le paysage que les Américains virent s’édifier dans l’après Seconde Guerre mondiale, rien pourtant ne permet de rapprocher Levittown de Broadacre City. Lewis Mumford, condamnant la prolifération illimitée du suburb sur le sol des États-Unis, alerta rapidement ses contemporains quant au fait que l’image suburbaine qui prévalait dans ces années d’après-guerre – célébrant la maison et l’automobile et leur production de masse – « en avait fini avec l’ordre suburbain tel que celui-ci fut réellement accompli par le suburb du xixème siècle » ; de même, elle « ne disposait pas de la cohérence formelle […] proposée par Frank Lloyd Wright avec ses plans de Broadacre City » (Mumford, 1962, p. 128). Ainsi, tandis que la suburbanisation de masse signifiait pour certains la victoire de la métropole (city) sur le middle landscape de la pastorale et par conséquent la trahison de cet idéal de la démocratie agraire, d’autres au contraire regardaient l’Edge City qui se développa durant la seconde moitié du xxème siècle comme le nouveau produit de cette quête utopique d’un monde intermédiaire entre ville, campagne et nature. « Il est possible que Edge City soit la tentative la plus déterminée que les Américains aient réalisée depuis l’époque des Pères fondateurs, en vue d’essayer de créer quelque chose comme un nouvel Eden » déclarait en effet Joel Garreau en 1991 (p.14).

13De fait, la population suburbaine des États-Unis doubla de nouveau au cours de la seconde moitié du xxème siècle, tant et si bien que plus de 50 % des Américains habitaient le suburb en 2000 (Warner, 1989). Si les crises économiques et écologiques, ou l’augmentation du prix du gallon d’essence, ne sont pas parvenues à éroder jusqu’alors l’image de la maison dans l’imaginaire américain, une évolution est néanmoins observée ces dernières années en certaines parties du territoire, qui est à mettre en lien avec un changement progressif du modèle familial. Selon l’architecte et urbaniste Peter Calthorpe, la maison américaine ne correspondrait plus, en ce xxième siècle, aux besoins de la société américaine, composée pour 27 % seulement de couples mariés (Calthorpe, 2001, p. 2). La démographie et les changements sociétaux – vieillissement de la population, augmentation du nombre de divorces et de familles monoparentales, nombre moindre d’enfants résultant de l’investissement des mères de famille dans leur carrière professionnelle – participeraient ainsi à expliquer le retour vers la ville d’une partie de la population. La mutation de l’image de la famille américaine aura-t-elle raison de l’idéal du homestead et de la maison unifamiliale ?

Haut de page

Bibliographie

Banham R. (1971), Los Angeles. The Architecture of Four Ecologies, Baltimore, Pelican Books.

Beecher C. E. & H. Beecher Stowe (1869), The American Woman’s Home, New York, J. B. Ford & Co Editors.

Calthorpe P. & W. Fulton (2001), The Regional City. Planning for the End of Sprawl, Washington, Island Press.

Dana C. W. (1856), The Great West, or the Garden of the World, Boston, Wentworth and Company Editors.

Downing A. J. (1841), Treatise on the Theory and Practice of Landscape Gardening adapted to North America ; with a View to The Improvement of Country Residences, with remarks on Rural Architecture, New York, Wiley and Putnam Editors.

Downing A. J. (1842), Cottage Residences ; or a Series of Designs for Rural Cottages and Cottage-villas and their Gardens and Grounds adapted to North America, New York, Wiley and Putnam Editors.

Fishman R. (1987), Bourgeois Utopia : the Rise and Fall of Suburbia, New York, Basic Book.

Foley J. (dir.) (1967 [1900]), The Jefferson Cyclopedia. A Comprehensive collection of the views of Thomas Jefferson, New York, Russell & Russell Editors.

Garreau J. (1991), Edge City. Life on the New Frontier, New York, Doubleday Editor.

Hayden D. (2004), Building Suburbia. Green Fields and Urban Growth, 1820-2000, New York, Random House Inc.

Jackson K. T. (1985), Crabgrass Frontier. The Suburbanization of the United States, New York, Oxford University Press.

MacKaye B. (1969), Expedition Nine. A Return to a Region, Washington D.C., The Wilderness Society Editor.

Machor J. L. (1987), Pastoral Cities. Urban Ideals and the Symbolic Landscape of America, Madison, The University of Wisconsin Press.

Marx L. (1964), The Machine in the Garden. Technology and the Pastoral Ideal in America, Londres, Oxford University Press.

Maumi C. (2007), Thomas Jefferson et le projet du Nouveau Monde, Paris, Éditions de La Villette.

Maumi C. (2009), Usonia ou le mythe de la ville-nature américaine, Paris, Éditions de La Villette.

Maumi C. (2015), Franck Lloyd Wright, Broadacre City, la nouvelle frontière, Paris, Éditions de La Villette.

Meining D. W. (1986), The Shaping of America. A Geographical Perspective on 500 years of History, Vol. 1 : Atlantic America 1492-1800, New Haven, Yale University Press.

Monkkonen E. H. (1988), America Becomes Urban. The Development of U.S. Cities & Towns 1780-1980, Berkeley, University of California Press.

Mumford L. (1962), « The Future of the City Part 1 - The Disappearing City », The Architectural Record, vol. 132, n° 4, pp. 121-128.

Osgood H. L. (1904), The American Colonies in the Seventeenth Century, Vol. 1 : The Chartered Colonies, Londres, The MacMillan Comp Editor.

Oelschlaeger M. (1991), The Idea of Wilderness, From Prehistory to the Age of Ecology, New Haven, Yale University Press.

Raymond H. (1980), « Architectes et pavillons. Le lièvre moderne et la tortue modèle », AMC, n° 51, pp. 70-72.

Raymond H. (1996), « L’usage du logement. Traduire ou trahir », Les Cahiers de la recherche architecturale, n° 37, pp. 19-24.

Schmitt P. J. (1990), Back to Nature. The Arcadian Myth in Urban America, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

Schuyler D. (1986), The New Urban Landscape. The Redefinition of City Form in 19th Century America, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

Scully V. Jr. (1971 [1955]), The Shingle Style and the Stick Style. Architectural Theory and Design from Downing to the Origins of Wright, New Haven, Yale University Press.

Stilgoe J. R. (1982), Common Landscape of America 1580 to 1845, New Haven, Yale University Press.

Stilgoe J. R. (1988), Borderland. Origins of the American Suburb, 1820-1939, New Haven, Yale University Press.

Tunnard C. & H. H. Reed (1953), American Skyline. The Growth and Form of our Cities and Towns, New York, A Mentor Book.

Turner F. J. (1893), « The Significance of the Frontier in American History », dans American Historical Association, Annual report for 1893, Washington D.C., 1894.

White M. & L. White (1962), The Intellectual versus the City. From Thomas Jefferson to Frank Lloyd Wright, Cambridge, Harvard University Press, .

Warner S. B. Jr. (1972), The Urban Wilderness. A History of the American City, Berkeley, University of California Press.

Warner S. B. Jr. (1989), « When Suburbs Are the City », dans Kelly B. M. (dir.) Suburbia Re-Examinited, New York, Greenwood Press, pp. 1-10.

Wright F. L. (1932), An Autobiography, New York, Longmans, Green and Co Editors.

Haut de page

Notes

1 La traduction française de l’article est tirée de Maumi (2015, p. 195).

2 Il est difficile de traduire homestead en français, le terme renvoyant à la propriété familiale, ou ferme, définie par la Land Ordinance de 1785 et dont la superficie et le mode d’attribution furent modifiés par différentes lois foncières au cours du xixème siècle, la plus importante étant le Homestead Act de 1862.

3 Pour plus de précision, cf. Maumi (2009).

4 Une acre équivaut à environ 4 000 m2 (ou 40 ares).

5 Pour ceux intéressés, cf. Osgood (1904), Meining (1986) et Stilgoe (1982).

6 Film de Ralph Steiner et Willard Van Dyke, écrit par Pare Lorentz, Henwar Rodakiewick et Lewis Mumford (narrateur).

7 Lettre de Thomas Jefferson à James Madison (1787), dans Foley (1967).

8 Le concept de wilderness renvoie à la nature originelle, sauvage, mais aussi à l’étendue désertique (Oelschlaeger, 1991).

9 Cf. les écrits de Henry David Thoreau, dont Walden (1854) et de Ralph Waldo Emerson, dont Nature (1836).

10 Un nombre conséquent d’ouvrages retrace cette histoire du suburb américain depuis le début du XIXe siècle ; citons entre autres : Fishman, 1987 ; Hayden, 2004 ; Jackson, 1985 ; Schmitt, 1990 ; Schuyler, 1986.

11 Les architectes-paysagistes du magnifique Prospect Park de Brooklyn à New York ouvert en 1867, participeront également (au début) à l’aménagement de Central Park au milieu de Manhattan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Maumi, « L’utopie du middle landscape américain », SociologieS [En ligne], Dossiers, Où en est le pavillonnaire ?, mis en ligne le 21 février 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5926

Haut de page

Auteur

Catherine Maumi

Laboratoire Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoires, École nationale supérieure d’architecture de Grenoble, France - Catherine.maumi@grenoble.archi.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page