Navigation – Plan du site
Pour un dialogue épistémologique entre sociologues marocains et sociologues français

Sociologie des engagements ou sociologie engagée ?

Sur quelques problèmes axiologiques qui se posent à la sociologie des mobilisations
Lilian Mathieu

Résumés

Face à des acteurs qui s’engagent, l’injonction classique adressée au sociologue de rester « neutre » et « objectif » apparaît bien vaine. D’une part, parce que des considérations normatives, propres à la trajectoire et à l’expérience sociale ou politique du chercheur, sont fréquemment au principe de ses choix d’objets de recherche. Ensuite, parce que le chercheur est généralement sommé de s’engager, ou a minima d’expliciter ses préférences, par ceux-là même dont il entend étudier les activités militantes. L’article explore les atouts mais aussi les points aveugles méthodologiques et les chausse-trappes épistémologiques d’une intrication de la posture militante et de l’activité de sociologue.

Haut de page

Texte intégral

1L’objet de cette contribution est d’aborder certains des problèmes méthodologiques et épistémologiques que pose au sociologue l’étude des mobilisations contestataires. Face à des acteurs qui s’engagent publiquement pour défendre leurs orientations normatives, le sociologue peut-il rester « neutre » et « objectif », comme semblent y inviter les deux fondateurs de sa discipline – Émile Durkheim exigeant de traiter froidement les faits sociaux comme s’ils étaient des choses et Max Weber enjoignant de conserver coûte que coûte une posture de « neutralité axiologique » ?

2Plusieurs éléments, évoqués dans un premier temps, conduisent à répondre par la négative : la posture de neutralité, d’objectivité froide, a toutes les chances d’être un leurre, et bien naïf serait le sociologue qui prétendrait s’être totalement affranchi de toute orientation normative dans le choix et l’abord d’un objet précisément défini par ce que l’on pourrait appeler sa normativité pratique. On verra cependant, dans un deuxième temps, que l’abandon de cette prétention naïve à la neutralité présente un péril inverse, dont on envisagera trois formes. Celle, tout d’abord, d’une démarche qui revendique pleinement son caractère engagé mais sans expliciter les horizons normatifs qui la guident. Celle, ensuite, d’une conversion à la cause étudiée qui trouve à s’exprimer non dans des prises de position explicites mais dans l’emploi de catégories d’analyse dont la normativité reste indiscutée. Celle, enfin, qui entend s’appuyer sur une capacité des agents sociaux à l’élaboration de l’analyse de leur pratique. On verra, dans un troisième temps de conclusion, comment un retour à des principes wébériens revivifiés à l’aune de nouvelles traductions peut permettre de conjurer certaines des difficultés que continue à poser la tension entre les inévitables engagements (ou tout au moins inclinations axiologiques) du chercheur et la distanciation inhérente à la démarche scientifique.

Le sociologue et son objet

3Norbert Elias a bien résumé la difficulté que rencontre le chercheur en sciences sociales, dont l’activité a ceci de particulier qu’elle est menée par un agent social sur d’autres agents sociaux et qu’elle exige, pour rendre pleinement compte de leur conduite, une forme minimale d’identification :

« Si pour comprendre la structure d’une molécule on n’a pas besoin de savoir ce que signifie se ressentir comme l’un de ses atomes, il est indispensable, pour comprendre le mode de fonctionnement des groupes humains, d’avoir accès aussi de l’intérieur à l’expérience que les hommes ont de leur propre groupe et des autres groupes » (Elias, 2005, p. 29).

  • 1 On pourrait d’ailleurs discuter de la pertinence de la distinction, sur ce plan, entre sciences « d (...)

4Les sciences sociales, autrement dit, se distinguent des autres disciplines par l’impossibilité, pour le chercheur, d’adopter la position froide et de surplomb de l’observateur extérieur pour à l’inverse suspendre ses propres représentations du monde pour tenter de reconstruire celles qui caractérisent le groupe qu’il observe 1. On reconnaît là la perspective wébérienne d’une sociologie compréhensive, i.e. qui entend reconstruire le sens intentionnellement visé par l’acteur et plus globalement celle des approches subjectivistes ou phénoménologiques. On perçoit également ce qui la distingue de celle d’ Émile Durkheim : alors que celui-ci pense qu’il est nécessaire, pour écarter les prénotions, de traiter les phénomènes sociaux comme des choses extérieures, c’est au contraire par une exploration des intériorités qu’une part au moins de la réalité sociale peut être saisie.

5Nous ne trancherons pas dans cette opposition, principalement du fait qu’il est maintenant établi – spécialement depuis les théorisations de Pierre Bourdieu et de Peter L. Berger et Thomas Luckmann – que les sciences sociales se doivent de saisir les deux dimensions de la réalité, à la fois objective et subjective, structurelle et phénoménologique. Mais nous reviendrons sur le problème que pose Norbert Elias immédiatement après avoir pointé l’indispensable engagement du sociologue dans la réalité qu’il étudie : « Comment séparer, en évitant équivoque et contradiction, [les] deux fonctions, celle de participant et de chercheur ? Comment les sociologues, en tant que groupe professionnel, peuvent-ils garantir dans leur travail la domination incontestée de cette dernière fonction ? » (Elias, 2005, p. 29). La phase de la distanciation, c’est-à-dire de l’objectivation du rapport à l’objet, est tout aussi nécessaire que celle de l’engagement, mais c’est elle qui, dans bien des cas, est la plus délicate. Seront sollicités plusieurs exemples relevant de l’étude de la participation politique pour discuter de cette difficulté.

6La phase de l’engagement est d’autant plus aisée que le chercheur éprouve a priori une forme de sympathie à l’égard du groupe qu’il étudie. S’agissant de mouvements sociaux, le fait de partager les inspirations idéologiques et les orientations programmatiques de son objet d’étude facilite bien évidemment l’intégration de l’observateur. La situation est (en apparence au moins) encore plus favorable lorsque le chercheur est lui-même militant au sein du mouvement qu’il a choisi d’étudier. Le cas n’est pas rare, notamment dans les travaux d’étudiants, et on ne voit pas ce qui interdirait d’étudier des gens qui vous sont proches. Se comprendre soi-même au travers d’une étude de son groupe d’appartenance peut être une démarche tout à fait salutaire, que Pierre Bourdieu désigne comme celle de l’auto-socio-analyse, et l’on sait que l’intérêt qui aura marqué toute sa carrière pour l’école et la culture tient en large part à sa propre expérience de miraculé scolaire. Nous avons conduit pour notre part plusieurs recherches sur des mouvements sociaux dont nous étions par ailleurs membre actif. Ainsi, c’est tout d’abord comme militant que nous avons rencontré le mouvement contre la double peine (Mathieu, 2006). Plus exactement, nous avons dans un premier temps (de 1997 à 2000) été militant au sein d’un collectif local, en participant comme tel à des activités comme des réunions, manifestations, distributions de tracts, présence auprès de grévistes de la faim, etc. C’est dans un second temps, alors qu’une campagne nationale se mettait en place, que nous avons endossé une position de sociologue en réalisant une ethnographie de cette campagne – position qui a bien sûr bénéficié de notre intégration préalable au mouvement. Toutefois, si l’indécision des statuts de chercheur et de militant a pu faciliter les relations avec certains enquêtés, l’identification à une composante de ce mouvement, par ailleurs traversé par des tensions, a pu gêner l’accès à ses composantes rivales. Être membre d’un mouvement peut faciliter les choses, mais être identifié à l’un des « camps » qui le composent peut les compliquer.

7Il y a donc, fréquemment, des ressorts non scientifiques mais normatifs au principe du choix d’un objet de recherche. L’enjeu, plus ou moins conscient ou explicite, peut être d’assurer une forme de légitimation de la cause dont on est membre ou sympathisant par une publicisation de ses enjeux et de son action. L’inverse peut tout autant être vrai, et la révélation de l’indignité de tel groupe et du caractère condamnable de ses pratiques ou idéologies peut également motiver le chercheur. Travailler sur des gens qui vous sont antipathiques présente cependant des difficultés spécifiques et on peut faire l’hypothèse que si les mouvements progressistes sont davantage étudiés en France que ceux davantage conservateurs ou réactionnaires, c’est en partie du fait de l’orientation à gauche de bon nombre de sociologues. Là aussi nous ferons référence à notre propre expérience pour illustrer ce cas de figure. Nous avions initialement prévu de travailler sur les mouvements hostiles à l’avortement, mais force a été de constater, un an après avoir initié ce projet, que nous n’avions absolument pas avancé dans la collecte des données. Un reste de culpabilité nous a alors conduit à une « Marche pour la vie », manifestation annuelle des opposants à l’IVG, mais un fort sentiment de ne pas être à sa place – cristallisé par l’hésitation d’un jeune scout à nous tendre un tract – nous a conduit à nous en retirer très vite.

8Non seulement la posture de neutralité complète est un leurre – parce qu’il est lui-même un agent social, le sociologue a toujours une représentation préalable et plus ou moins normative de son objet – mais même dans les cas marqués par une certaine indifférence, l’observateur a toutes les chances d’être sommé par ses enquêtés de prendre position et d’expliciter son système de valeur. Nous avons ainsi très fréquemment été enjoint de clarifier ce que nous pensions de la prostitution lorsque nous avons travaillé sur ce terrain. Certes, le sociologue ainsi sommé de dire « ce qu’il pense » de l’enjeu de la cause peut toujours mentir, mais au risque d’une position inconfortable et de se voir exclu du terrain en cas de révélation de sa duplicité. Le chercheur peut en outre être contraint à un engagement militant par le mouvement qu’il étudie, via des formes de transactions imposées par des enquêtés qui entendent introduire une forme de réciprocité dans la relation d’enquête. Éric Doidy a ainsi dû assurer des cours bénévoles pour l’association Droit au logement en échange d’un accès au terrain (Doidy, 2002), et Lucie Bargel a finalement préféré adhérer au Mouvement des jeunesses socialistes pour faciliter son enquête ; elle a notamment dû donner des gages en « se mouillant » par une participation à la fabrique de fausses adhésions (Bargel, 2009). Enfin, cela peut être par sa seule présence – et malgré lui – que le sociologue se trouve enrôlé dans l’action collective qu’il étudie. Nous avions beau nous interdire d’intervenir lors des réunions du comité du Réseau éducation sans frontière que nous observions, notre présence n’en avait pas moins des effets. Certains militants nous ont ainsi révélé que nous avions un rôle pacificateur et que les réunions étaient beaucoup plus conflictuelles lorsque nous étions absent.

L’explicitation des ressorts de l’engagement sociologique

9Nous ne pensons en aucun cas qu’un choix de terrain ou un rapport à l’objet normativement orientés soient préjudiciables à la recherche sociologique. Certains des travaux les plus importants de notre discipline sont le produit de la transmutation de préoccupations politiques ou idéologiques (au sens large) en une libido sciendi féconde. Ont été cités les travaux de Pierre Bourdieu sur l’école et la culture, mais ceux de Max Weber et de Norbert Elias ont eux aussi manifestement à voir avec leurs rapports personnels à la construction de l’État national allemand et à la religion protestante dans le cas du premier et à la confrontation à la violence de masse (guerre de 14-18 puis Shoah) chez le second. Plus encore, des travaux se revendiquant d’emblée comme engagés, et nés d’un mouvement social ou politique, peuvent également présenter une grande richesse sur le plan scientifique. L’exemple du marxisme vient immédiatement à l’esprit, mais le féminisme le suit de près. C’est parallèlement au développement du mouvement des femmes qu’en France comme aux États-Unis s’est développée une sociologie prenant la domination masculine pour objet, et la contribution majeure d’une Christine Delphy à l’étude de la vie domestique est indissociable de ses engagements féministes. Le cas de la sociologie du genre est de ce point de vue particulièrement intéressant, car celles qui s’y sont spécialisées n’ont jamais occulté leurs orientations normatives, à savoir de rendre visibles les inégalités et dominations entre les sexes qui perdurent dans une société qui se prétend égalitaire.

10Que des agents sociaux portant un regard critique sur le monde se tournent vers la sociologie est des plus logiques. Celle-ci est, parmi les disciplines scientifiques, une des mieux à même de nourrir une critique au sens de Luc Boltanski (2009), c’est-à-dire de faire apparaître des décalages ou des contradictions entre ce que les institutions disent d’elles-mêmes et la réalité de leur fonctionnement – que l’on pense aux statistiques scolaires ou carcérales, qui révèlent les inégalités sociales dans l’accès aux diplômes ou devant la justice. Mais le même Luc Boltanski avait antérieurement, avec Laurent Thévenot, relevé que cette démarche critique de la sociologie omettait fréquemment d’expliciter ses propres appuis normatifs, les présupposés et les conceptions du bien commun en regard desquels telle situation peut être critiquée au nom de la sociologie (Boltanski & Thévenot, 1991). Pour être véritablement critique, la sociologie a aussi besoin d’une sociologie de la critique, c’est-à-dire d’un langage par lequel expliciter les principes supérieurs communs auxquels elle se réfère.

  • 2 Exercice auquel se livraient d’ailleurs Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron dans leur « post-sc (...)

11Nous n’entendons pas discuter ici des apports et des limites de la perspective élaborée par Luc Boltanski et Laurent Thévenot, mais retenir un aspect majeur de leur propos, à savoir la nécessaire explicitation des références normatives de la critique sociologique 2. En d’autres termes, un sociologue engagé dans un mouvement social ou partageant certaines convictions politiques, philosophiques ou autres, a tout à fait le droit de choisir de travailler sur les causes et les valeurs qui lui tiennent à cœur, mais à la condition de rendre explicites ces orientations, en d’autres termes à la condition de se soumettre à un exercice rigoureux d’auto-analyse, visant à « objectiver l’objectivation » qu’il conduit et au besoin d’en indiquer les éléments les plus importants à son lectorat. Faute de cet exercice et plus globalement d’une phase de distanciation d’avec l’objet, il y a de grandes chances que l’analyse finale reste imprégnée de considérations normatives insidieuses car produit d’une sympathie (ou antipathie) implicites pour l’objet. En sociologie des mobilisations contestataires, un des symptômes les plus courants de ces insuffisantes objectivations et distanciations est la reprise, plus ou moins traduite en jargon sociologique, de catégories directement issues du mouvement étudié – cela d’autant plus que celui-ci se livre à une théorisation de sa pratique – et une exposition de son action conforme aux objectifs qu’il s’est officiellement donnés. On en trouve une illustration dans les travaux qui reprennent les présentations de soi que leur livrent les mouvements qu’ils prennent pour objet et qui ce faisant valident sociologiquement des prétentions à l’horizontalité organisationnelle ou à l’innovation militante qu’une observation empirique un peu attentive porte pourtant à récuser (Mathieu, 2013).

12Un autre de ces symptômes est le recours privilégié à un vocabulaire sociologique ou philosophique connoté qui, certes, permet d’opérer une rupture au moins apparente avec le discours des agents mais qui ne fait que le traduire en langage intellectuel. Un des exemples récents est le succès que le terme de subjectivation, emprunté à Jacques Rancière, rencontre dans certaines études de mouvements sociaux, principalement de groupes dominés. La subjectivation est pour Jacques Rancière le processus par lequel des individus rejettent « une identité imposée par un autre, fixée par la logique policière » (Rancière, 2004, p. 121) pour se doter d’une nouvelle identité, plus authentique, porteuse d’un « être-ensemble » (Ibid., p. 122) tendu vers l’égalité. L’un des avantages de ce vocabulaire, à l’évidente parenté avec celui de la « prise de conscience », est qu’il permet de rejoindre les rationalisations de leur action que livrent les militants étudiés (qui visent effectivement à convaincre un public de la justesse de leur diagnostic d’injustice et de l’utilité de la lutte) tout en leur conférant une plus-value intellectuelle. Le souci est que ces rationalisations, pour subtiles et élaborées qu’elles puissent être parfois, ne rendent pas compte d’autres aspects décisifs du processus, telles que les conditions sociales d’élaboration de la subjectivité « authentique », les inégalités d’accès aux outils de la subjectivation (et les rapports de domination entre « émancipateurs » et « émancipés ») ou encore les modes d’attestation de l’« authenticité » de la nouvelle identité.

13Il s’agit bien d’une distanciation – et non d’une complète rupture – d’avec les agents étudiés et d’avec les catégories dans lesquelles ils rendent compte de leur pratique. La rupture avec les catégories de la pratique telle qu’elle pouvait être défendue dans Le Métier de sociologue (Bourdieu, Chamboredon & Passeron, 1983) apparaît en effet coûteuse, car ces catégories sont dignes du plus haut intérêt pour le sociologue – mais à condition de les considérer pour ce qu’elles sont, c’est-à-dire des objets d’analyse. La reconnaissance des compétences pratiques et intellectuelles des agents sombre dans une forme d’abdication populiste, scientifiquement régressive, lorsqu’elle les place sous l’angle d’une hiérarchie, qu’il s’agirait de nier voire d’inverser, avec le discours scientifique, sur le mode : « les agents en savent autant, si ce n’est plus, que le sociologue ». Le problème n’est pas de savoir qui en sait plus ou mieux, mais de garder en tête qu’agents sociaux et sociologues ne savent pas la même chose et que leurs régimes de connaissance d’une même réalité ne relèvent pas du même « jeu de langage », pour parler comme Ludwig Wittgenstein (2002, p. 39, partie 1, §23).

14C’est dire combien paraissent à la fois naïves et périlleuses les démarches, parfois associées aux subaltern studies et à certains courants féministes, qui entendent réhabiliter le « point de vue des acteurs » (en réalité, le plus souvent celui de leurs porte-parole militants plus ou moins représentatifs) sans prendre en compte que celui-ci relève d’un jeu de langage différent de celui de la connaissance scientifique. C’est le cas, par exemple, de certaines formulations de l’« épistémologie du point de vue » issue de la critique féministe des sciences (Flores Espinola, 2012). Celles-ci dénoncent dans la prétention à l’objectivité un regard en fait situé, celui que des hommes (dominants dans l’univers scientifique comme en maints lieux de pouvoir) portent sur la réalité en évinçant celui des dominés, en l’occurrence celui des femmes. Le point de vue scientifique universel et surplombant n’en serait qu’un parmi d’autres possibles ; il exigerait d’être relativisé pendant que celui, disqualifié et occulté, relevant d’une expérience directe de la domination, mériterait d’être réhabilité.

15Cette critique est à coup sûr salutaire par sa ferme invitation à intégrer la diversité des expériences d’une même situation. Elle n’est pas aussi révolutionnaire que le croient certaines de ses promotrices, qui n’ont certes pas été les premières à remarquer que le chercheur occupe lui-même une position dans le monde social et qu’il est indispensable d’objectiver le travail de l’objectivation sociologique. Les choses se compliquent surtout lorsque la démarche procède d’un relativisme (le point de vue des acteurs vaut bien celui de l’analyste), voire d’une volonté de renversement de ce qui est perçu comme un rapport de pouvoir : contre un analyste qui prétendrait connaître mieux que les acteurs le sens de leur conduite, ceux-ci devraient pouvoir arguer de leur expérience directe de leur condition pour remettre celui-là à sa place en lui imposant leur propre point de vue. La critique n’est pas tant infondée que décalée et en fin de compte vaine : il n’y a précisément pas lieu de hiérarchiser, dans un sens ou dans l’autre, des comptes rendus (d’analyse ou d’expérience) qui ne relèvent pas du même jeu de langage.

16D’autres difficultés, d’ordre davantage « politique », découlent de l’ambition de réhabilitation des expériences dominées dont procèdent les « épistémologies du point de vue ». Qu’un chercheur soumette ses analyses au regard de la population qu’il a enquêtée peut représenter un bon moyen de faire progresser une réflexion et de repérer des erreurs d’interprétation. La démarche apparaît plus délicate lorsqu’elle voisine avec une autorisation de censure, par les enquêtés, des analyses qui pourraient leur déplaire ou leur être défavorables : l’autonomie du champ scientifique exige que le chercheur reste seul maître (et par conséquent responsable) de ses interprétations et ne soit soumis à l’influence de personne, fût-ce une population victime d’une injuste domination. On perçoit d’ailleurs combien une telle démarche est davantage politiquement que scientifiquement ancrée : conçue pour des groupes dominés qu’il s’agirait de soutenir, elle apparaît moins défendable s’agissant de groupes dominants ou oppresseurs. Pas évident de promouvoir l’épistémologie du point de vue pour l’étude d’opposants à l’avortement ou de militants néofascistes…

La relecture wébérienne

17Nous l’avons indiqué en introduction, Max Weber a longtemps été perçu en France pour un tenant de « la neutralité axiologique », de la mise à distance par le chercheur de ses valeurs ou préférences politiques afin qu’elles ne contaminent pas son analyse. Une telle conception aurait dû paraître curieuse de la part d’un sociologue qui n’est pour le moins pas resté à l’écart de la vie politique et qui n’a jamais hésité à prendre publiquement position sur l’actualité de son temps. Elle est le produit d’une première traduction de Max Weber par Julien Freund sous l’égide de Raymond Aron (Weber, 2002). Dans un contexte (celui des années 1950-1960 marquées par la Guerre froide) de domination intellectuelle du marxisme – science engagée s’il en est – invoquer une exigence de neutralité du chercheur permettait à ces sociologues situés à droite de défendre la « vraie science », objective et neutre, contre une « idéologie » politiquement déterminée et de ce fait posée comme dénuée de valeur pour la connaissance du monde social.

18De nouvelles traductions des textes de Max Weber – et spécialement celles d’Isabelle Kalinowski (Weber, 2005) – ont permis de redécouvrir son œuvre sous un angle nouveau. Cela est particulièrement vrai de la notion de Wertfreiheit, traduite donc par Julien Freund par « neutralité axiologique ». Celle-ci désigne pour Max Weber non pas une posture de neutralité devant l’objet mais une certaine rigueur d’exposition des analyses par le savant, qui tient à éviter toute « suggestion » sur son lectorat. Max Weber était suffisamment spécialiste du charisme pour savoir que le scientifique dispose d’une autorité statutaire sur ses étudiants et ses lecteurs, dont il peut tirer avantage pour imposer, comme subrepticement, ses propres valeurs. C’est cette attitude d’abus d’autorité que récuse Max Weber, en ce qu’elle dévoie le discours scientifique en une propagande insidieuse.

19Ici encore, le concept de jeu de langage peut se révéler utile. Maw Weber ne pense pas que l’engagement personnel du chercheur soit un obstacle à la connaissance scientifique. Il ne lui interdit pas non plus d’exprimer et de défendre ses options idéologiques ou politiques dans un propos scientifique – mais à condition qu’il indique clairement le registre du propos qu’il tient, afin de ne pas entretenir de confusion entre jugement de fait et jugement de valeur. Il indique ainsi que « la confusion permanente entre discussion scientifique des faits et raisonnement axiologique est une des particularités les plus fréquentes et les plus néfastes dans les travaux de notre spécialité » (Weber, 1992, p. 132).

20L’honnêteté exige de reconnaître que, pour fautives qu’elles aient pu être parfois, les traductions de Julien Freund ne font pas silence sur ce point. Sa traduction des Essais sur la théorie de la science rend bien compte de cette idée :

« Le deuxième commandement fondamental de l’impartialité scientifique est-il celui-ci : il importe à tout moment d’indiquer clairement dans ces cas [d’exposition d’idéaux normatifs] au lecteur (et, répétons-le, avant tout à soi-même) où et quand cesse la recherche réfléchie du savant et où et quand l’homme de volonté se met à parler, bref d’indiquer à quel moment les arguments s’adressent à l’entendement et quand au sentiment » (Ibid.).

21Plus loin, il invite « le professeur qui croit ne pas pouvoir renoncer à faire des évaluations pratiques, de les présenter clairement comme telles à ses élèves et surtout à lui-même » (Ibid., pp. 378-379). Ce « à lui-même » nous fait retrouver la question de l’auto-socio-analyse et de l’objectivation du rapport à l’objet. Celle-ci n’est certes pas un exercice facile et tombe parfois dans un narcissisme complaisant. Des outils pratiques – tels que la tenue d’un journal de terrain recueillant sur l’instant les impressions et sentiments éprouvés au cours de l’enquête, notamment de sympathie ou d’antipathie spontanées pour certains enquêtés – permettent cependant de le mener à bien.

22Certaines tendances actuelles à faire de la domination subie ou dénoncée l’étalon de la pertinence d’une assertion se réclamant de la sociologie et à mixer engagement et recherche de manière à échapper aux exigences de chacune, indiquent que si nous n’avons fait ici que radoter des principes méthodologiques maintenant vieux d’un siècle, leur rappel reste toujours salutaire.

Haut de page

Bibliographie

Bargel L. (2009), Jeunes socialistes/Jeunes UMP. Lieux et processus de socialisation politique, Paris, Éditions Dalloz.

Boltanski L. (2009), De la Critique, Paris, Éditions Gallimard.

Boltanski L. & L. Thévenot (1991 [1987]), De la Justification, Paris, Éditions Gallimard.

Bourdieu P. & J.-C. Passeron (1968), « L’examen d’une illusion », Revue française de sociologie, n° hors série, pp. 227-253.

Bourdieu P., J.-C. Chamboredon & J.-C. Passeron (1983 [1968]), Le Métier de sociologue, Paris, Éditions Mouton.

Doidy É. (2002), La Vulnérabilité du sujet politique. Régimes de proximité dans les arènes d’engagement public, thèse de doctorat de sociologie sous la direction de L. Thévenot, EHESS, Paris.

Elias N. (2005 [1983]), Engagement et distanciation, trad. franç. de M. Hulin, avant-propos de R. Chartier, Paris, Éditions Pocket.

Flores Espinola A. (2012), « Subjectivité et connaissance : réflexions sur les épistémologies du "point de vue" », Cahiers du genre, n° 53, pp. 99-120.

Mathieu L. (2006), La Double peine. Histoire d’une lutte inachevée, Paris, Éditions La Dispute.

Mathieu L. (2013), « Un militantisme qui n’a de nouveau que le nom », dans Frère B. & M. Jacquemain (dir.), Résister au quotidien ?, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 223-240.

Rancière J. (2004 [1990]), Aux Bords du politique, Paris, Éditions Gallimard.

Weber M. (1992), Essais sur la théorie de la science (textes de 1904 à 1917), trad. Franc. de J. Freund, Paris, Éditions Pocket.

Weber M. (2002), Le Savant et le politique (conférences de novembre 1917 et janvier 1919), trad. franç. de J. Freund, Paris, Éditions 10-18.

Weber M. (2005), La Science, profession et vocation (conférence de novembre 1917), suivi de « Leçons wébériennes sur la science et la propagande » par Kalinowski I., trad. franç. d’I. Kalinowski, Marseille, Éditions Agone.

Wittgenstein L. (2002), Recherches philosophiques (manuscrit de 1936-1949), trad. franç. de F. Dastur, M. Élie, J.-L. Gautero, D. Janicaud et É. Rigal, Paris, Éditions Gallimard.

Haut de page

Notes

1 On pourrait d’ailleurs discuter de la pertinence de la distinction, sur ce plan, entre sciences « dures » et sciences humaines ; il n’est pas certain, en effet, que travailler sur tel type de molécule pouvant connaître des applications sanitaires ou industrielles soit totalement « neutre » socialement.

2 Exercice auquel se livraient d’ailleurs Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron dans leur « post-scriptum » à « L’examen d’une illusion » (Bourdieu & Passeron, 1968, pp. 252-253).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Sociologie des engagements ou sociologie engagée ? », SociologieS [En ligne], Dossiers, Pour un dialogue épistémologique entre sociologues marocains et sociologues français, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 23 juillet 2016. URL : http://sociologies.revues.org/5150

Haut de page

Auteur

Lilian Mathieu

Directeur de recherche en sociologie au CNRS, Centre Max Weber - ENS de Lyon, France - lilian.mathieu@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page