Navigation – Plan du site
Pour un dialogue épistémologique entre sociologues marocains et sociologues français

Engagement et réflexivité

Enquêter sur le militantisme
Bertrand Geay

Résumés

Contre les visions routinisées d’une coupure entre savoir sociologique et engagement, l’article met en avant les atouts d’une familiarité réflexive se nourrissant de l’observation participante. Cette hypothèse épistémologique et méthodologique est principalement travaillée à partir d’une enquête menée sur le mouvement étudiant de 2006 dans une ville de province en France. Tant l’analyse des différentes dimensions du mouvement en train de se faire que des conditions de son démarrage ont bénéficié de la proximité des enquêteurs vis-à-vis de l’action. Cela conduit l’auteur à revenir sur Le Métier de sociologue de Bourdieu, Chamboredon & Passeron (1968), en en proposant une lecture décalée par rapport aux interprétations les plus courantes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dont l’usage et la traduction par l’expression de « neutralité axiologique » sont pour le moins bia (...)

1Dans nombre de manuels méthodologiques de sciences sociales, engagement et connaissance scientifique sont envisagés de façon contradictoire. La reprise sans examen des règles durkheimiennes de la méthode et la référence rapide à la notion wébérienne de Wertfreiheit 1 font office de rappel à une bienséance académique qui voudrait que la qualité de l’analyse sociologique soit directement corrélée à l’occupation d’une sorte de lieu neutre, présumé à l’écart de toutes déterminations et intentionnalités sociales. En prenant appui sur l’étude des mouvements sociaux, et notamment sur la recherche que nous avons dirigée sur le mouvement étudiant de 2006, nous défendrons ici l’idée que si l’objectivité doit être défendue contre toute vision radicalement relativiste de la connaissance sociologique, cela n’implique nullement une forme de désengagement du sociologue.

Sociologie de la pratique et engagement

2Notre objet ne consiste pas à envisager la sociologie comme engagement. Cette question n’est pas sans lien avec celle que nous souhaitons poser : la démarche sociologique n’est jamais aussi puissante que lorsqu’elle met à distance le monde tel qu’il est pour mieux en examiner les logiques, la genèse ou les formes de légitimation. Mais l’interrogation au départ de notre analyse est autre, elle mobilise la notion d’engagement dans un sens plus trivial : est-il possible de faire la sociologie d’un mouvement dans lequel on est soi-même engagé ? Peut-on construire dans ces conditions des connaissances objectives sur le monde social ? Quelle est la portée de ces connaissances ? Se pourrait-il que les connaissances ainsi construites soient parfois plus systématiques et en définitive plus efficientes ?

3Bien entendu, d’autres postures épistémologiques et méthodologiques peuvent être d’un grand rendement heuristique. Dans la continuité des réflexions de Jean-Claude Passeron sur le pluralisme théorique et méthodologique en sciences sociales (Passeron, 2006), on peut défendre l’intérêt, dans d’autres circonstances, de la distance au terrain et de la non familiarité à l’objet. L’enjeu est surtout ici de montrer qu’une démarche associant proximité et réflexivité a de nombreuses vertus pour l’étude du militantisme, en particulier si l’on s’intéresse aux pratiques militantes, à leur genèse et à leur transformation, au cours de l’action collective. Si l’on suit la définition que Pierre Bourdieu a donnée de la notion de pratique (Bourdieu, 1980et 1997), il s’agit en effet d’être au plus près des significations vécues et spontanément mobilisées dans l’action, de les comprendre dans leur caractère ambigu et matriciel, en mettant à distance les approches scolastiques de l’action, tout en se donnant les moyens d’en saisir la genèse, dans un mouvement, en quelque sorte second, de mise à distance de l’expérience partagée.

Enquête sur une mobilisation étudiante

4C’est ce type de perspective que nous avons mise en œuvre au cours de la recherche qu’avec un groupe de jeunes chercheurs nous avons conduite sur le mouvement étudiant de 2006, en France (Geay, 2009). Notre enquête a porté sur la mobilisation à l’échelle d’une ville qui présentait des caractéristiques exceptionnelles du point de vue de la durée de l’action (de fin janvier à début mai), de son ampleur (majorité des facultés bloquées à partir de fin février, plusieurs opérations de blocage de la circulation dans l’ensemble de l’agglomération, assemblées générales réunissant des milliers d’étudiants) et de l’absence de cadre syndical d’organisation. Même si la configuration du mouvement était singulière, le style de l’action constituait une sorte d’épure des modes de délibération et d’action les plus caractéristiques du mouvement de 2006 à l’échelle nationale : défense des formations universitaires générales, actions de blocage dans un style bon enfant, mise à distance des discours proprement syndicaux, délibérations contradictoires et votes individualisés. Constitué en l’absence de traditions syndicales de lutte et d’une certaine façon contre elles, le mouvement avait ici plus qu’ailleurs produit ou réinventé ses propres cadres dans le temps de l’action elle-même. Il pouvait être traité comme une sorte de cas expérimental permettant d’étudier in vivo ces processus de production et de réinvention. Il pouvait aussi être considéré comme un phénomène social total que l’on pourrait décomposer par niveaux d’analyse, en allant de ses conditions de possibilité à sa structuration, aux pratiques et au style d’action produit et jusqu’aux traces laissées pour la mémoire collective.

5Cette problématique n’était pas étrangère à celle que nous avions mise au point pour notre thèse sur le syndicalisme des instituteurs, une quinzaine d’années plus tôt (Geay, 1999). Prenant le parti d’une approche à la fois structuraliste et constructiviste (Bourdieu & Wacquant, 1992), nous avions en effet proposé une analyse sociohistorique articulant l’étude des conditions structurales de la genèse du syndicalisme de corps, le travail de construction de la profession et de l’institution mis en œuvre par le groupe organisé et les processus de reproduction et de transformation de l’identité professionnelle et de l’identité syndicale. Mais il s’agissait cette fois de restituer le même type de processus à l’échelle micro-historique, dans le cas d’un groupe aux contours et aux pratiques beaucoup plus flous et qui nécessitait de faire intervenir des cadres d’interprétation ajustés à l’étude d’interactions dans un contexte plus insaisissable.

6Dans le but d’informer ces différents niveaux d’analyse, l’enquête a été déployée dans des directions très diversifiées : utilisation secondaire de données statistiques et production d’un questionnaire, pour mettre au jour les caractéristiques de la population étudiante locale et celles des fractions les plus mobilisées ; réalisation d’entretiens pour recueillir des éléments sur le déroulement des événements, sur les trajectoires des étudiants occupant des positions remarquables dans le mouvement et sur leurs représentations des études, du travail et de la politique ; articles de presse pour rendre compte des perceptions externes de la mobilisation et des luttes pour le contrôle de sa représentation ; observation participante et exploitation d’un corpus de documents audiovisuels pour étudier le plus finement possible les pratiques ordinaires de mobilisation, les dispositifs protestataires, les hexis corporelles et les discours en contexte.

  • 2 Syndicat national de l’Enseignement supérieur, affilié à la Fédération syndicale unitaire, majorita (...)

7Si une partie des analyses produites auraient pu l’être dans le cadre d’une enquête classique, extérieure à la mobilisation, certains des aspects décisifs de notre interprétation globale n’ont pu être développés que parce que nous avions noué, dès le mois de février, une relation de proximité et de complicité avec les quelques dizaines d’étudiants qui organisaient l’action jour après jour. Plusieurs d’entre nous participaient non seulement aux actions publiques mais aux réunions quotidiennes de la coordination ; un doctorant de l’équipe joua quelque temps le rôle d’une sorte de conseiller en syndicalisme étudiant ; nous-mêmes syndiqué au SNESup 2 et ayant participé à l’animation des luttes universitaires locales entre 1998 et 2004, nous étions l’un de ceux qui assuraient le lien entre l’intersyndicale des personnels et la coordination étudiante. Ces relations permirent de coproduire, avec certains membres de la coordination chargés de la communication, le questionnaire diffusé auprès des participants aux assemblées générales. Surtout, notre implication dans le mouvement nous a permis d’être attentifs à la dimension émotionnelle et subjective de la mobilisation, aux aspects les plus imperceptibles des processus d’adhésion, de prise de décision et d’apprentissage, particulièrement importants dans le cas d’un mouvement de style anti-institutionnel mais dont on peut faire l’hypothèse qu’ils sont toujours plus ou moins à l’œuvre quelque soit le type de mouvement.

Des apports de l’observation participante

8Ainsi, les prises de parole face au groupe mobilisé et les phénomènes d’adhésion qu’elles suscitent ont pu être étudiés sur un mode pragmatique en les replaçant dans leur contexte immédiat, loin des réductions utilitaristes – qui assimilent toute prise de parole à une action dont les effets ont été délibérément calculés – ou psychologisantes – qui réifient les dispositions individuelles des orateurs les plus « charismatiques ». Nous avions en effet remarqué que dans l’univers spécifique que nous étions en train d’observer, univers marqué par le refus des « leaders » et de la « violence », l’autorité sur le groupe s’acquérait au fil du temps, non par les prises de parole les plus apparemment charismatiques (celles qui déclenchaient le plus d’applaudissements), mais par une forme de retenue et d’identification aux valeurs « basistes » du groupe, en fonction de ce qui était perçu comme « utile » et « authentique ». L’observation continue, le fait que nous ayons nous-mêmes été dans le public et parfois à la tribune, ont ici joué un rôle déterminant dans la formulation des hypothèses. Les matériaux audiovisuels collectés ont permis de valider empiriquement ces hypothèses et d’étayer un cadre théorique s’inspirant autant de John Langshaw Austin (1991) que de Pierre Bourdieu (2001a), en ce qu’il cherchait à établir des formes d’ajustement conjoncturel entre des personnes (des dispositions), des conventions (un dispositif de mobilisation) et des circonstances (un contexte politique).

9De la même façon, la place des émotions dans des événements tels que les occupations et les « blocus de ville », la gestion de ces événements par les organisateurs et par les porte-parole (de fait) du groupe, ont pu être appréhendées grâce à notre participation à ces actions et aux matériaux recueillis in situ. On a pu de cette façon percevoir puis objectiver les nécessités pratiques qui s’imposent à ceux qui ont acquis un capital de reconnaissance dans les premiers temps du mouvement et se doivent de prendre part à l’action, même s’ils n’y sont pas favorables, à la fois pour tempérer les interactions entre les manifestants et la police et pour conserver leur crédibilité. De même, les émotions spécifiques qui traversent les étudiants engagés dans une altercation ou lors d’une action « à risques » ont pu être approchées directement. Ces observations et les analyses qu’elles ont permis d’étayer ont joué un rôle fondamental dans le cadre d’un projet qui visait à articuler l’étude des conditions sociales du mouvement et celle de sa fabrication au quotidien, la prise en compte des socialisations antérieures à la mobilisation et la portée socialisatrice de la mobilisation. Trop souvent, dans les études sur le militantisme, on s’en tient à l’étude des formes d’action les plus ritualisées, comme les assemblées générales ou les manifestations, et l’on alterne entre une interprétation par les logiques de reproduction et une simple description de la part d’invention d’un mouvement. Observer et se donner les moyens d’interpréter les ajustements et les apprentissages in situ permet au contraire de penser la continuité du passé et du présent en train de se faire.

Prolongements sociologiques

10On disposait ainsi de fragments d’analyse portant sur les processus de structuration du groupe mobilisé et sur la façon dont le style du mouvement déployait progressivement sa cohérence au travers des interactions propres à ses différentes scènes : assemblées générales, coordinations, manifestations, « blocus », etc. Restait à élucider le démarrage du mouvement, dans une configuration particulière où n’existait pas de tradition syndicale, où un langage commun n’avait pas encore été mis en forme mais où, pourtant, le blocage d’une majorité de facultés avait été particulièrement rapide.

11L’étude des propriétés sociales de la population étudiante locale apportait un éclairage sur les conditions de possibilité du mouvement. Cette université de taille moyenne se caractérisait par un recrutement social relativement populaire et par le fait que la majorité des étudiants issus des classes moyennes cultivées se trouvait particulièrement exposée à la faiblesse des débouchés dans l’emploi industriel et commercial. D’un côté, pour une majorité des étudiants des filières générales de lettres, sciences humaines et sciences, le Contrat première embauche (CPE, dont le retrait constituait la première revendication du mouvement à l’échelle nationale), représentait le risque d’un enfermement dans la précarité ; de l’autre, pour tous ceux qui visaient plus spécifiquement les métiers de l’enseignement, la disparition de nombreux postes aux concours de l’Éducation nationale portait directement atteinte à l’avenir des étudiants (la question apparaissait de façon marginale dans la plate-forme revendicative nationale mais était localement mise sur le même plan que le retrait du CPE). Par ailleurs, nombre des étudiants des filières générales de lettres, sciences humaines et sciences sociales entretenaient un rapport ambivalent à l’action politico-sociale mais percevaient très négativement la politique d’inspiration néolibérale du gouvernement de droite. De larges secteurs de la population étudiante étaient ainsi disponibles pour entrer en révolte contre le pouvoir politique.

Le démarrage du mouvement

12Qu’en était-il du démarrage du mouvement lui-même, sur un mode strictement empirique ? Les récits recueillis et l’observation directe apportaient sur ce point des éléments d’élucidation. Paradoxalement, le « blocus » de l’ensemble de l’Université avait été instauré lors d’une assemblée générale réunissant à peine une soixantaine de participants et mis en œuvre de façon assez brutale, à l’aide de chaises et de tables, de chaines et de cadenas. Mais une sorte d’intuition avait guidé les premiers activistes dont la majorité était issue des classes moyennes cultivées et disposaient le plus souvent d’une expérience dans l’animation et pour certains d’entre eux dans l’action politique, soit chez les jeunes socialistes soit au sein des courants libertaires. Il s’agissait moins de mettre en avant un discours revendicatif élaboré que d’inviter la « communauté étudiante » à se réunir « spontanément » et à décider par elle-même. La violence du blocage décidé à quelques-uns était ainsi atténuée par cette invitation à débattre de la façon la plus ouverte. Il ne s’agissait pas de s’engager dans un combat minoritaire mais de se soumettre au choix du plus grand nombre. Dans cet univers étudiant soumis à la pression des débouchés et d’un certain utilitarisme, le fait que tous s’exposent aux mêmes risques pour les examens était en particulier particulièrement convaincant. Et l’amateurisme revendiqué des entrepreneurs de mobilisation apparaissait comme une garantie de l’authenticité de leur démarche.

13À l’entrée de chacune des facultés, les « bloqueurs » expliquaient simplement que chacun devait venir « donner son avis », en exprimant leur colère en même temps que leur relative impréparation, mobilisant leur identité sociale plus qu’une identité politique perçue comme extérieure au monde étudiant. L’interposition « pacifique » par les corps et la recherche du dialogue – créant une sorte de double démocratique au barrage brutal des objets – préfiguraient le style « non violent » qui allait être formalisé au cours des semaines suivantes. Par cette sorte de coup de force pratique et symbolique, l’avant-garde du mouvement se plaçait dans les faits à la tête de la mobilisation tout en se niant comme telle.

Détour

14Nous disposions ainsi d’une analyse permettant de rendre compte du démarrage de l’action et de la constitution d’une sorte de protolangage de la lutte, puis du déploiement du style de la mobilisation, de son langage commun et des effets performatifs associés à son activation lors des grandes assemblées générales qui scandaient le déroulement temporel du mouvement. Mais nous souhaitions aussi rendre compte de ce que la mobilisation fait à ceux qui y participent. La participation régulière aux réunions de la coordination, aux actions quotidiennes mais aussi aux moments les plus informels de la vie du groupe mobilisé s’est ici montrée particulièrement précieuse. D’un point de vue théorique, nous avons procédé par une sorte de détour, en nous intéressant simultanément à l’organisation interne du collectif et à la socialisation aux pratiques militantes, à la production de liens internes au groupe mobilisé et au processus d’apprentissage que produit l’inclusion durable à ce dispositif de fractions jusqu’alors peu expérimentées en matière d’action collective.

15La proximité aux étudiants nous rendait particulièrement sensibles aux coulisses de la vie du groupe, aux formes de mise en suspens des cadres de la vie quotidienne que constitue la participation intensive à une mobilisation de ce type, aux divisions selon le sexe et l’origine sociale selon lesquelles se distribuaient les responsabilités de façon largement invisible, mais aussi au caractère très inclusif d’une organisation où chacun doit spontanément trouver sa place. Dans la mesure où il s’agissait de rendre compte de cette fabrication tâtonnante de relations de solidarité fondées sur une division du travail militant, à base d’expériences « personnelles » souplement orchestrées, nous nous sommes inspirés, d’un point de vue théorique, aussi bien du Émile Durkheim de La Division du travail social (Durkheim, 2004) que du Erving Goffman de La Mise en scène de la vie quotidienne (Goffman, 1973). Nous souhaitions de cette façon rompre avec certaines analyses savantes de l’action collective, qui ne décrivent que la part la plus présentable, ou si l’on veut politique, des pratiques militantes, mais ne se donne aucun moyen de comprendre les façons ordinaires de s’organiser et de s’approprier les principes d’action qui se structurent au fil de la mobilisation. En étant au plus près des pratiques ordinaires qui se structurent lors des réunions, des pots ou des manières d’être ensemble sur les points de « blocus » des facultés, il s’agissait au contraire de se doter d’outils d’objectivation des impressions singulières et du processus de reconfiguration partielle de l’habitus que produit l’implication totale dans un tel dispositif d’action.

Temps de l’analyse et familiarité réflexive

16La proximité au groupe mobilisé et la participation quotidienne au mouvement ont ainsi joué un rôle déterminant dans l’élaboration du modèle d’analyse et la collecte des matériaux permettant de le valider. Pour autant, le temps de l’exploitation de ces matériaux a été essentiel pour construire les catégories d’interprétation. Au cours de la mobilisation, nos hypothèses restaient très largement à l’état d’intuitions, utiles pour orienter l’enquête dans les bonnes directions, mais insuffisantes pour tester telle ou telle hypothèse et vérifier la cohérence d’ensemble du modèle. Surtout, notre proximité à la cause défendue par les étudiants nous permettait d’entrer dans les coulisses du mouvement et d’éprouver nous-mêmes les émotions liées aux différents types de réunions et d’actions ; mais le travail d’objectivation des mois qui ont suivi, adossé à la relecture des entretiens, à l’exploration statistique et au décryptage des documents audiovisuels, fut tout aussi utile pour mettre à distance notre sympathie pour les manières d’être et de faire de ces jeunes étudiants, comprendre les divisions cachées qui traversaient le groupe mobilisé et relativiser la part universaliste de leur lutte.

17En ce sens, si dans un cas comme celui-ci la familiarité peut constituer un outil pour une meilleure connaissance sociologique des ressorts de l’action, elle ne peut en aucun cas être tenue pour suffisante. Le travail réflexif sur les outils utilisés et sur nos propres impressions reste indispensable pour mener à bien l’exploitation scientifique des matériaux et la formalisation du modèle d’analyse. La mise en œuvre de cette familiarité réflexive, étayée empiriquement et théoriquement, permet en revanche de rendre compte des processus que les approches scolastiques des mouvements sociaux n’appréhendent que de manière formaliste et parcellaire.

18Dans quelle mesure le modèle proposé relève-t-il encore du structuralisme constructiviste évoqué en introduction ? Sur le plan théorique, on a vu qu’il était apparu utile, en différents points de l’analyse, de mobiliser d’autres cadres interprétatifs que ceux proposés par Pierre Bourdieu. Qu’en est-il sous l’angle épistémologique ? Cet auteur n’est-il pas réputé pour encourager une forme de distance radicale à l’égard de l’expérience sensible et, plus spécifiquement, à l’égard de l’expérience militante ? De fait, nombre de chercheurs qui ont travaillé à partir de son corpus théorique sont restés prudents à l’égard de toute restitution de leurs affinités politico-sociales, comme si le parti pris d’objectivation systématique était incompatible avec toute forme d’engagement extrascientifique. Les engagements politico-sociaux de Pierre Bourdieu à la fin des années 1990 et les conflits politico-scientifiques qu’ils ont suscités ont sans doute paradoxalement réactivé cette posture, même si cet auteur avait alors ébauché une reformulation de sa conception des relations entre science sociale et action politique (Bourdieu, 2001b). L’ouvrage publié sous la direction de Delphine Naudier et Maud Simonet, Des Sociologues sans qualités ? (Naudier & Simonet, 2011), a sans doute modifié la donne. Il reste que le couplage entre objectivation scientifique et critique sociale semble surtout s’être imposé pour dévoiler les conditions dans lesquelles se reproduisent les groupes dominants ou pour rendre raison de ce que les structures sociales font aux groupes les plus dominés. La proximité aux mouvements sociaux issus de catégories intermédiaires semble quant à elle porter le risque d’une sorte de porosité vis-à-vis de la sociologie indigène (ou, si l’on veut, organique) propres aux groupes militants, avec son lot d’illusions et de visions prophétiques.

Retour décalé au Métier de sociologue

19Nous souhaitons au contraire défendre, pour conclure, que c’est précisément sous l’angle épistémologique que la sociologie de Pierre Bourdieu est la plus utile pour rendre compte du type d’enquête évoqué ici. La relecture attentive du Métier de sociologue, ouvrage publié en 1968 par Pierre Bourdieu, Jean-Claude Passeron et Jean-Claude Chamboredon, est de ce point de vue particulièrement utile.

20L’ouvrage est surtout connu pour insister sur la nécessité de la rupture avec les présupposés et semble plaider, conformément à l’air du temps positiviste de la fin des années 1960, pour une mise à distance radicale de toute familiarité avec les manières de penser indigènes. Une première lecture de l’ouvrage peut en effet accréditer à une telle présentation. La rupture épistémologique est définie comme urgence première de la démarche de recherche en sciences sociales (Bourdieu, Chamboredon & Passeron, 1968, p. 24). Selon la formule de Gaston Bachelard, l’ordre des raisons épistémologiques suppose que le fait scientifique soit d’abord conquis pour pouvoir être construit et enfin constaté. Plus précisément, la familiarité est l’obstacle épistémologique premier « parce qu’elle produit continûment des conceptions ou des systématisations fictives en même temps que les conditions de leur crédibilité » (Ibid., p. 27). Dès les premières étapes de la recherche et tout au long du travail de construction de l’objet, il s’agit de tenir à distance les interprétations de leurs actions que proposent spontanément les agents sociaux et les chercheurs eux-mêmes, et la vigilance du sociologue doit être sous-tendue par une forme d’attention à l’inattendu et guidée par l’expérience des recherches empiriques que lui-même ou d’autres ont préalablement conduites.

21Une seconde lecture du Métier de sociologue fait à l’inverse apparaître la familiarité non plus comme un obstacle mais comme une ressource épistémologique. L’éloignement du monde et la distance aux groupes étudiés peuvent en effet elles aussi, selon les trois auteurs, apparaître comme problématiques. Contre tous les excès généralisateurs de la théorie et les routines de la méthode, il s’agit d’en revenir aux réalités observées et de demeurer particulièrement vigilant à l’égard de la propension des chercheurs à toutes les formes de l’ethnocentrisme de classe. La technique de l’entretien semi-directif, bien faite pour rapporter des collections d’opinions symétriques, en toute fidélité au pseudo-principe de « neutralité axiologique », présente en particulier le risque d’ignorer la diversité des rapports au langage et la réalité des rapports sociaux qui traversent la situation d’enquête. L’observation ethnographique est au contraire plus susceptible de garder le chercheur attentif à la complexité et à l’agencement spécifique du réel observé. Et, en définitive, « il n’est pas jusqu’à l’intuition qui ne puisse recevoir une fonction scientifique, lorsque, contrôlée, elle suggère des hypothèses et même contribue au contrôle épistémologique des autres opérations » (Ibid., p. 82). On voit que si Les Méditations pascaliennes (Bourdieu, 1997) ont largement développé la critique de la position scolastique, le propos parcourait déjà largement Le Métier de sociologue. Ce double rejet de l’intuitionnisme et du positivisme a d’ailleurs trouvé sa traduction dans nombre de travaux ultérieurs, du Sens pratique (Bourdieu, 1980) à La Misère du monde (Bourdieu, 1993).

22C’est précisément cette posture que nous avons proposé de nommer familiarité réflexive. Armée contre elle-même, la proximité peut constituer un atout pour échapper aux impasses du théoricisme et de l’artificialisme. Et dès lors qu’il se donne les moyens de la distanciation et de l’objectivation, il n’y aucune raison pour que le sociologue n’assume pas la part d’engagement qui conditionne en certains cas la réalisation de son travail de recherche.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Austin J.-L. (1991 [1962]), Quand Dire, c’est faire, trad. franç. et introduction de G. Lane, Paris, Éditions du Seuil.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourdieu P. (1980), Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit.
DOI : 10.3406/arss.1976.3383

Bourdieu P. (dir.) (1993), La Misère du monde, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. (1997), Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. (2001a), Langage et pouvoir symbolique, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. (2001b), « Pour un savoir engagé » (intervention de décembre 1999), dans Contre-feux 2, Paris, Éditions Raisons d’agir, pp. 33-41.

Bourdieu P., Chamboredon J.-C. & J.-C. Passeron (1968), Le Métier de sociologue. Préalables épistémologiques, Paris-La Haye, Éditions Mouton/Bordas.

Bourdieu P. & L. Wacquant (1992), Réponses. Pour une anthropologie réflexive, Paris, Éditions du Seuil.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Durkheim É. (2004 [1893]), De la Division du travail social, Paris, Presses universitaires de France.
DOI : 10.1522/cla.due.del1

Geay B. (1999), Profession : instituteurs. Mémoire politique et action syndicale, Paris, Éditions du Seuil.

Geay B. (2009), La Protestation étudiante. Le mouvement du printemps 2006, Paris, Éditions Raisons d’agir.

Goffman E. (1973 [1959]), La Mise en scène de la vie quotidienne , 2 tomes, trad. franç. d’A. Accardo (tome 1) et d’A. Kihm (tome 2), Paris, Éditions de Minuit.

Naudier D. & M. Simonet (dir.) (2011), Des Sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, Paris, Éditions La Découverte.

Passeron J.-C. (2006 [1991]), Le Raisonnement sociologique. Un espace non-poppérien de l’argumentation, Paris, Éditions Albin Michel.

Weber M. (2005), La Science, profession et vocation (conférence de novembre 1917), suivi de « Leçons wébériennes sur la science et la propagande » par Kalinowski I., trad. franç. d’I. Kalinowski, Marseille, Éditions Agone.

Haut de page

Notes

1 Dont l’usage et la traduction par l’expression de « neutralité axiologique » sont pour le moins biaisés en France : voir la traduction d’Isabelle Kalinowski dans Max Weber (2005).

2 Syndicat national de l’Enseignement supérieur, affilié à la Fédération syndicale unitaire, majoritaire dans ce secteur en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Geay, « Engagement et réflexivité », SociologieS [En ligne], Dossiers, Pour un dialogue épistémologique entre sociologues marocains et sociologues français, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://sociologies.revues.org/5146

Haut de page

Auteur

Bertrand Geay

Professeur de science politique à l’Université de Picardie Jules Verne, France, Directeur du CURAPP-CNRS - bertrand.geay@u-picardie.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page