Navigation – Plan du site
Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations
Traverses : l’exploration de nouvelles voies d’investigation

Pour une sociologie pragmatiste de l’expérience publique

Quelques apports mutuels de la philosophie pragmatiste et de l’ethnométhodologie
Louis Quéré et Cédric Terzi

Résumés

Au croisement de la philosophie pragmatiste et de l’ethnométhodologie, les auteurs présentent les lignes directrices d’une sociologie de l’expérience publique. Ils proposent d’observer l’organisation politique des collectivités, en étudiant les questions qu’elles se posent, la manière dont elles les problématisent et les procédures qu’elles mettent en œuvre pour les résoudre. L’application empirique de cette démarche à la question du rôle de la Suisse durant la Seconde Guerre mondiale fait apparaître comment une situation problématique peut devenir un environnement polémique, susceptible d’inhiber la conduite de recherches et donc l’organisation d’une expérience publique. Ces observations servent d’arrière-plan critique pour préconiser une analyse des publics engagée en faveur des enquêtes et donc de l’élargissement du domaine de la « problématicité ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Daniel Cefaï a proposé une lecture critique de cette ligne de recherche animée par Jean Widmer et L (...)
  • 2 Cette conception de l’expérience est proche de celle d’Erving Goffman qui proposait de l’analyser e (...)

1Nous contribuons depuis plusieurs années aux recherches qui entendent déployer une sociologie de l’expérience publique au croisement de la philosophie pragmatiste et d’une sociologie ethnométhodologique 1. Cette ambition nous a conduits à envisager le public comme une forme et une modalité d’expérience (Quéré, 2003) dont nous nous efforçons d’étudier empiriquement l’organisation pratique 2. Nous avons ainsi élaboré une perspective pour laquelle les ajustements comportementaux dont sont coutumiers les sociologues de l’« espace public urbain » et les controverses discursives habituellement associées aux affaires de l’« espace public politique » apparaissent comme deux aspects (ou deux moments) d’un seul et même phénomène (Relieu & Terzi, 2003 ; Tonnelat & Terzi, 2013).

  • 3 Les premières versions de ce texte ont bénéficié des lectures critiques d’Alain Bovet, Daniel Cefaï (...)

2Les recherches empiriques que nous avons menées en suivant ce fil conducteur ont donné consistance à deux intuitions complémentaires. D’une part, elles ont fait apparaître qu’une collectivité politique se constitue notamment par les procédures que ses membres mettent en œuvre pour (se) poser certaines questions (au détriment d’autres possibles) et pour élucider et parfois résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés. D’autre part, elles ont suggéré que ce travail de constitution (impliquant notamment l’identification, la définition, l’élucidation et, éventuellement, la résolution d’une situation problématique) gagnerait à être analysé à l’aide de méthodes habituellement réservées à l’analyse des interactions 3.

  • 4 Relevons que ces analyses recourent à une métaphore constructiviste dont notre démarche s’écarte fe (...)
  • 5 Par ailleurs, la reprise du lexique goffmanien des « cadres » masque une profonde divergence de dém (...)

3Cette seconde intuition n’est pas sans lien avec celle des politistes qui, à la suite de David Snow (Snow et al., 1986), avaient entrepris d’étudier la contribution des médias au « cadrage » des problèmes publics (par exemple Gamson & Modigliani, 1989) 4. Toutefois, leur problématique des « cadres » 5 – thématisés comme autant de perspectives préétablies et disponibles pour le traitement d’une grande variété de situations problématiques – ne répondait que très imparfaitement à nos préoccupations. En effet, la définition des problèmes publics nous intéressait moins en tant que résultat établi qu’en tant que procès contingent. Afin d’en rendre compte, nous avons abordé les problèmes publics comme des intrigues (Ricœur, 1983) qui avancent au gré des actions conjointes de leurs protagonistes et nous avons entrepris l’analyse de ces dernières en nous inspirant des méthodes développées en ethnométhodologie et en analyse de conversation pour élucider l’organisation séquentielle et catégorielle des interactions.

  • 6 L’ethnométhodologie propose d’aborder les « ordres sociaux » sous l’angle de leur « accomplissement (...)
  • 7 Pour John Dewey, la prise en considération des conséquences est un aspect essentiel des processus p (...)

4Ces intuitions, qui s’étaient imposées à nous de façon disparate au cours de nos recherches, ont gagné en consistance avec la lecture du Public et ses problèmes de John Dewey (2010 [1927]). Notre attention a particulièrement été retenue par sa conception émergentiste d’un public qui se constitue et s’organise dans l’enquête qu’il mène afin de contrôler à distance des transactions dont les conséquences l’affectent indirectement. Cette approche est venue conforter notre intuition selon laquelle l’analyse des activités impliquées dans l’émergence des problèmes publics offre un accès privilégié pour rendre compte des formes d’ordres politiques en tant qu’ils sont pratiquement accomplis 6. Cette perspective nous a encouragés à développer une sociologie politique radicalement empirique, qui se donne pour tâche d’observer et de décrire, au plus près des pratiques, le déroulement des enquêtes publiques. Nous nous efforçons donc de documenter comment des activités et des actes de discours interviennent dans la conduite des enquêtes et de rendre compte de leurs conséquences 7 notamment s’agissant de la configuration des problèmes et de l’organisation des collectifs politiques qu’elles accomplissent. De plus, l’analyse de John Dewey nous a conduits à expliciter la portée normative d’une telle étude empirique de l’expérience publique, en tant qu’elle valorise une approche expérimentale du politique et une conception participative de la démocratie, ce qui implique d’assumer le caractère irrémédiablement contingent du devenir politique. Finalement, le pragmatisme deweyen nous a conduits à affirmer le caractère réflexif de nos analyses des problèmes publics en tant qu’enquêtes (sociologiques) sur des enquêtes (publiques), animées par la conviction « que nous pouvons comprendre nos manières de comprendre, ce que depuis Emmanuel Kant on nomme la critique » (Widmer & Terzi, 1999).

  • 8 À ce sujet, voir Quéré & Terzi (2011a)
  • 9 Les écrits par lesquels John Dewey s’oppose aux conceptions métaphysiques surnaturalistes et à tout (...)
  • 10 Cette manière de lier l’organisation de l’expérience publique à des exigences ou à des critères sou (...)
  • 11 Cette question est au cœur de l’échange que John Dewey a noué avec Léon Trotski. Dans son fameux es (...)

5La lecture des philosophes pragmatistes a conforté nos intuitions empiriques et nous a permis de les ressaisir à l’horizon d’une philosophie politique et de rectifier quelques lacunes de notre démarche ethnométhodologique 8. En retour, nos travaux empiriques ont buté sur des difficultés que John Dewey avait remarquées, sans les analyser. Nous avons observé que certaines situations indéterminées sont envisagées sous une forme qui inhibe le lancement d’une enquête et que la conduite de cette dernière n’organise pas nécessairement une expérience publique 9. Autrement dit, la démocratisation de l’ordre politique n’est pas garantie par le seul fait qu’un collectif conduise des enquêtes pour contrôler à distance les transactions qui l’affectent indirectement. Ce double questionnement nous a conduits à considérer que les enquêtes ne peuvent pas être menées à bien par n’importe quelle manière de penser ; que l’identification d’un problème n’est pas satisfaite par n’importe quelle manière de percevoir une situation indéterminée ; et que toute forme d’organisation collective ne satisfait pas aux exigences de l’institution d’un public d’enquêteurs 10. En conséquence, nous soulignerons avec John Dewey que l’organisation de l’expérience publique implique l’institution d’une forme d’éthique politique expérimentale et radicalement anti-dogmatique. Étroitement associé à la valorisation de tous les « chocs » qui entravent les habitudes et ébranlent les routines, le refus des « éthiques absolutistes » est très affirmé dans la philosophie pragmatique en général et dans l’œuvre de John Dewey en particulier 11. Il anime également les pensées politiques d’inspiration phénoménologique qui, à l’instar de Claude Lefort, soulignent que la démocratisation des collectivités politiques va de pair avec la « dissolution des repères de la certitude ». Nous verrons que, malgré la proclamation d’une posture d’« indifférence » à l’égard des questions théoriques et politiques, le projet de la sociologie ethnométhodologique implique, elle aussi, la valorisation radicale d’une problématisation généralisée. Mais avant d’y revenir, faisons un rapide détour par les travaux empiriques qui ont attiré notre attention sur certaines conditions de la problématicité.

La polémique comme objection à l’enquête

6La philosophie pragmatiste de John Dewey associe étroitement la perception affective des situations problématiques, le lancement des enquêtes et l’organisation des publics. Or, nos recherches empiriques font apparaître le caractère excessivement optimiste de cette approche qui confère une valence positive aux « chocs » et aux « coups ». Ce sont eux qui sont censés faire apparaître le caractère problématique d’une situation en suscitant le lancement d’une enquête. À ce sujet, Joan Stavo-Debauge (2012) signale fort à propos que ceux qui subissent le choc ne sont pas toujours en mesure d’en apprécier les bienfaits, en particulier quand ils se trouvent dans l’incapacité de l’encaisser et a fortiori d’y puiser l’énergie nécessaire au lancement d’une enquête.

7Nous pourrions ajouter dans cette même veine que la survenue d’un problème et sa perception par une collectivité qui s’organise pour y remédier ne garantissent pas à elles seules l’organisation d’une expérience publique – en quoi notre analyse s’écarte des thèses de Joseph Gusfield sur la culture publique (Gusfield, 2009 [1981] et 2012 [1996]). Les situations indéterminées ne sont pas toujours à l’origine de la constitution d’un public d’enquêteurs, ouvert à un questionnement salutaire et disposé à y prendre appui pour expérimenter des solutions inédites. Elles peuvent au contraire raviver des craintes identitaires suscitées par la menace d’un conflit interne. Les collectifs politiques y réagissent parfois par la déportation du conflit à l’extérieur des frontières et par l’affirmation d’un nous inclusif associé à des certitudes dogmatiques doublées d’une morale absolutiste. Cette manière de restaurer l’unité menacée par le surgissement d’un problème fait écho à ce que René Girard a écrit du mécanisme victimaire en tant que violence fondatrice :

« Les communautés menacées par la violence interne comprennent très bien le péril dont le lynchage unanime les libère. Pendant la crise, la population entière semble menacée. Et voilà qu’une victime, à elle seule, rétablit l’ordre et la paix […] Avoir un bouc émissaire, c’est ne pas savoir qu’on l’a, c’est le prendre pour un vrai coupable qui, en mourant “comme il le mérite”, semble-t-il, devient, pour des raisons purement mimétiques, le sauveur très réel de la communauté » (Girard, 2007, p. 18).

8Quand une telle manière de faire face aux problèmes se routinise, la collectivité tend à s’installer dans une posture défensive de repli, de telle sorte que les problèmes qui émergent, loin de l’ébranler, ne font au contraire que la conforter encore plus dans ses préjugés les mieux ancrés et dans ses habitudes les plus routinières.

  • 12 Les lignes qui suivent reprennent quelques résultats tirés de Terzi (2005).

9Les recherches dirigées par Jean Widmer indiquent qu’en Suisse les troubles tendent à être envisagés comme les manifestations d’une crise identitaire (Widmer, 2010). Quand survient une situation indéterminée, sa résolution va certes de pair avec la constitution et la mobilisation d’une collectivité politique, mais celle-ci ne s’organise pas en public. De telle sorte que l’émergence d’un problème n’en fait pas nécessairement un problème « public ». Cette dynamique de repli a été particulièrement vive au milieu des années 1990, quand des revendications internationales ont mis en cause le rôle joué par diverses institutions suisses durant la Seconde Guerre mondiale 12. Les questions portaient notamment sur les transactions que la Banque nationale suisse a entretenues jusqu’aux derniers mois de la guerre avec la Reichsbank allemande ; sur les décisions du Conseil fédéral de refouler les réfugiés dès 1938 puis de fermer totalement la frontière en 1942, scellant ainsi le sort de nombreux Juifs déportés et assassinés par les nazis ; ou encore sur le refus des banquiers suisses de restituer à leurs héritiers légitimes les biens qui leur avaient été confiés par des victimes de la Shoah.

  • 13 Une variante de cette controverse a été reconduite à partir de 2009. Suite à de vives pressions int (...)

10Face à l’insistance de ces troubles historiques et moraux, les autorités fédérales ont été contraintes d’accorder, le 19 décembre 1996, un mandat de cinq ans à une « Commission indépendante d’experts Suisse – Seconde Guerre mondiale » (CIE) chargée de conduire une vaste enquête historique et juridique. Immédiatement, de nombreuses voix se sont empressées de préconiser une lecture alternative de la situation. Elles proposaient de considérer les revendications étrangères comme autant d’attaques contre les banques et donc contre la Suisse. Par une intervention particulièrement remarquée du 31 décembre 1996, le président de la Confédération a mis les Suisses en garde contre leur candeur : les revendications étrangères n’étaient que de la « rançon » et du « chantage » exercés sous la pression d’organisations juives (Widmer, 1999 et 2010, pp. 87-121). L’implication des gouvernements états-unien et britannique dans cette polémique pour demander des comptes aux banquiers suisses n’avait rien de vertueux. Leur seule ambition était d’ouvrir une brèche dans le secret bancaire qui assurait un net avantage concurrentiel aux banques suisses face à leurs concurrents étrangers 13. Sous couvert de revendications historiques et morales, les autorités étrangères ne faisaient que défendre les intérêts de leurs banques dans la guerre sans merci que se livraient les places financières. Céder à leurs revendications revenait à admettre que l’honneur, l’identité et la prospérité suisses soient remis en cause. Dans la configuration d’un tel enjeu identitaire, être Suisse, c’était faire front aux côtés des institutions nationales pour mener la riposte contre les attaques étrangères.

  • 14 C’est littéralement que Jean Ziegler a été poursuivi pour haute trahison suite à la publication de (...)

11Cette conception du problème s’est stabilisée en août 1998. Poursuivis devant un tribunal new-yorkais par une class action, les deux principaux établissements bancaires privés suisses ont accepté de verser 1,25 milliards de dollars en échange de l’interruption définitive de toutes les poursuites à l’encontre de toutes les institutions suisses. À la lumière de cet accord global, les enquêtes historiques et juridiques sont apparues superflues et les Suisses qui s’y étaient engagés ont découvert que leurs recherches étaient considérées comme des menaces, susceptibles de raviver les polémiques éteintes par les banquiers. Dès lors, les enquêteurs ont couru le risque d’être considérés comme des traîtres à la patrie 14.

12Si la tournure conflictuelle prise par la controverse n’a pas interrompu les recherches de la CIE, la dynamique de son enquête a non seulement été reléguée au second plan, elle est aussi devenue suspecte au point que ses commanditaires politiques en ont ignoré les résultats. Cinq ans durant, plus de cent collaborateurs ont travaillé à l’établissement de neuf monographies publiées sous la forme de rapports intermédiaires et à l’élaboration de vingt-cinq volumes d’études, de contributions juridiques et de contributions à la recherche. Les résultats exposés par ces quelque 11 000 pages ont été synthétisés en un volumineux rapport final répondant au mandat du gouvernement qui avait été adopté à l’unanimité par les deux chambres du Parlement. Les auteurs de cette gigantesque enquête pouvaient donc s’attendre à ce que le fruit de leur travail connaisse quelque retentissement politique. Pourtant, le président de la CIE, Jean-François Bergier, a découvert que le cadrage conflictuel de la situation avait rendu l’enquête inaudible et inopérante. Comme il l’indique dans l’extrait d’entretien qui suit, les autorités fédérales qui l’avaient commandée se sont contentées d’en accuser réception, sans jamais en discuter.

« Et pour ce qui est du débat politique ?
Niente, nada, rien du tout.
Qu’en pensez-vous ?
J’en suis un petit peu triste pour mon pays. D’abord nous avons répondu à une demande politique. Nous aurions attendu qu’il y ait un écho une fois cette demande satisfaite. Or l’écho n’est pas venu. Visiblement, l’autorité politique, à tous les niveaux, du Conseil fédéral jusqu’au Parlement, a plutôt minimisé la chose, voire l’a passée complètement sous silence, du moins l’a marginalisée. Symbolique à cet égard, l’attitude du Conseil fédéral le 19 décembre 2001 lorsque nous avons voulu lui remettre le rapport et qu’il a refusé d’en prendre connaissance […] Une délégation du Conseil fédéral nous a reçus fort aimablement – en l’absence de tout journaliste. Mais elle a refusé de prendre possession des exemplaires que nous étions fiers de lui remettre. Elle craignait les fuites ! C’est quand même affligeant, ou inquiétant. Ça nous a choqués […] À la publication du rapport, le 22 mars 2002, nous avons tenu le matin notre conférence de presse à la Bibliothèque nationale, puis l’après-midi, le Conseil fédéral a tenu la sienne au Palais fédéral. Kaspar Villiger [alors Président de la Confédération] s’est borné à lire un communiqué très bref qui prenait acte et nous remerciait. C’est tout […]
Vous y attendiez-vous ?
Pas vraiment. Je pensais que la réaction – la déclaration de l’autorité politique – serait un petit peu plus étoffée, qu’elle prendrait position. Dans l’intervalle, les fonctionnaires compétents avaient eu le temps de lire le rapport et auraient pu suggérer un certain nombre de réflexions sur les conséquences politiques, sur ce que cela pouvait signifier hic et nunc. Mais ça n’est pas venu.
Restait le niveau parlementaire. Quelques députés ont souhaité le débat. Il y a eu une discussion au sein de la Commission des affaires juridiques du Conseil national à laquelle j’ai été convié avec quelques représentants de notre Commission. Consternant. Un débat nul, où l’on n’a abordé que des questions de procédures, de finances, du coût de l’opération, de la restitution des copies d’archives, ou bien des déclarations globales, des professions de foi, mais aucun débat sur le fond. Et finalement, il y a eu décision de ne pas proposer de débat en session plénière. Je le regrette » (Müller & Boschetti, 2006, pp. 100-102).

  • 15 Préfacier d’un petit ouvrage de vulgarisation présentant « le rapport Bergier pour tous », Jean-Fra (...)

13Dans cet entretien, Jean-François Bergier raisonne en enquêteur pragmatiste. Il envisage la recherche historique comme une activité qui devrait porter à conséquence. Quels qu’en soient les résultats, ceux-ci devraient offrir un fondement solide pour l’ouverture d’un débat politique orienté vers une action qui s’efforce d’en tirer les conséquences, dans le présent et pour l’avenir 15. Mais il est contraint de reconnaître à regret qu’une situation envisagée comme un conflit ne laisse pas place à l’enquête. Pétrifiée par la hantise d’une crise identitaire, l’attention politique est entièrement tendue vers la défense d’une identité nationale – souvent évoquée en termes de « réputation » ou d’« image » – menacée par des attaques étrangères.

Problématicité et organisation de l’expérience publique

  • 16 Avec son sens inimitable de la formule, Jeanne Favret-Saada a bien remarqué combien les situations (...)

14Ce mode de traitement d’un problème public devrait éclairer l’importance que nous attachons à la problématicité dans les pages qui suivent. La Suisse est un État de droit doté d’institutions démocratiques remarquablement ouvertes à la participation citoyenne et qui garantissent une grande liberté d’expression et de recherche. Pourtant, il suffit de retracer la manière dont les enjeux nationaux y sont traités pour découvrir à quel point il s’avère difficile d’y mener des enquêtes à leur terme. En effet, les situations indéterminées qui sont à leur origine sont rapidement ressaisies sur un mode conflictuel qui fait objection à l’enquête et à la constitution des publics. Les difficultés auxquelles se confronte la collectivité politique sont alors envisagées comme autant de crises identitaires résultant de menaces ou d’attaques étrangères, face auxquelles les citoyens sont appelés à s’unir pour se défendre et riposter. La situation est thématisée selon une métaphore guerrière et la Suisse est envisagée comme une citadelle assiégée que ses citoyens ont le devoir de défendre. Quand une telle configuration agonistique s’impose, elle appelle l’engagement de tous et de chacun en tant que « citoyen-milicien », ne laissant plus place ni aux « citoyens-enquêteurs », ni aux observateurs extérieurs 16. De telle sorte que les nationaux engagés dans la dynamique des enquêtes se retrouvent sous la menace constante d’être accusés de trahison à la cause nationale. La pointe critique de leurs recherches s’en trouve émoussée, à tel point que leurs enquêtes risquent fort de s’avérer inopérantes s’agissant d’élucider des problèmes et d’en constituer les publics. Dans ces conditions, l’émergence d’une situation indéterminée, loin d’alimenter l’institution d’un régime de problématicité, devient l’occasion de conforter le bon sens du peuple et de réaffirmer son unité dans l’adversité.

15Ces observations empiriques font apparaître qu’il existe d’innombrables manières de faire face aux situations indéterminées et que certaines sont loin d’alimenter une enquête permettant l’élucidation d’un problème et la constitution de ses publics. Ainsi, les recherches que nous avons menées en Suisse ces vingt dernières années nous ont permis d’observer comment s’y sont routinisées des manières de faire face aux situations indéterminées qui les constituent comme des attaques étrangères auxquelles doit répondre un peuple uni. Cette manière de penser ressemble par bien des aspects aux « idéologies » que les recherches critiques s’efforcent de dévoiler derrière la surface lisse des apparences. Cependant, dans le cas que nous venons d’évoquer, cette manière de penser ne repose pas sur un système d’idées relativement occulte. Au contraire, cette raison ordinaire s’y présente sous les traits d’un sens pratique et d’habitudes tenues pour acquises qui s’exercent au grand jour. Elles relèvent en ce sens d’une attitude naturelle préservée du doute (Pollner, 1991 [1974]). Or, il est indispensable que les manières de penser par lesquelles les communautés restaurent leur unité autour de certitudes dogmatiques soient ébranlées pour que puisse s’organiser une expérience publique. Tel est l’enjeu de la problématicité.

  • 17 D’un point de vue wittgensteinien, l’ébranlement des certitudes a des limites. Il existe des « cert (...)
  • 18 Cette conception de l’expérience publique n’a rien d’un plaidoyer anarchiste pour la « révolution p (...)

16C’est sur cet arrière-plan critique que nous avons abordé l’expérience publique sous les auspices de l’enquête et donc d’un mode d’organisation de la vie sociale qui exige que ce qui est routinièrement tenu pour acquis dans l’attitude naturelle reste disponible à sa problématisation et que les certitudes qui la fondent restent susceptibles d’être ébranlées 17. À l’instar de Claude Lefort qui définissait la démocratie par la « dissolution des repères de la certitude » (Lefort, 1986, p. 30), le philosophe pragois Jan Patočka plaçait la problématicité au fondement de l’histoire, de la philosophie et de la politique (Patočka, 1999 [1990]). Ainsi définie, l’émergence des « sociétés historiques » passe par leur ouverture à tout ce qui ébranle le sens évident du monde, questionne et porte à l’enquête. Au sein de ces formes de vie, qui se laissent mettre en question à travers l’examen de situations indéterminées, l’expérience publique ne prend pas la tournure d’une réaffirmation de valeurs communes autour desquelles s’effectue l’intégration sociale. Elle se présente au contraire comme un ensemble de dynamiques expérimentales au gré desquelles des « communautés d’ébranlés » se constituent en publics pour reconfigurer des institutions et engager un travail de valuation et d’évaluation (Dewey, 2011 [1939] et 1943) autre que celui qui est d’ordinaire tenu pour allant de soi 18. Placé sous les auspices de l’enquête, le public est donc indissociable de l’expérience de la problématicité.

  • 19 Mustafa Emirbayer et Douglas W. Maynard (2011) ont consacré un symposium de la revue Qualitative Re (...)

17Il reste cependant que si elle contrecarre l’emprise de l’allant de soi et de la connaissance de sens commun et si elle soumet, de droit, les certitudes de l’« attitude naturelle » au doute et au questionnement, ce n’est là qu’une de ses conditions de possibilité. L’enquête en régime de problématicité n’est elle-même possible que pour autant que tout n’est pas soumis au doute et elle requiert donc une connaissance des processus par lesquels l’allant de soi est instauré et maintenu. D’où le croisement que nous avons tenté du pragmatisme deweyen et de l’ethnométhodologie pour étudier empiriquement l’expérience publique 19.

18Certains commentateurs ont remarqué, à juste titre, que les recherches en ethnométhodologie placent l’expérience sous les auspices de l’attitude naturelle et de la normalisation. Ainsi, les analyses ethnométhodologiques de la vie ordinaire tendent à mettre l’accent sur les dynamiques d’auto-préservation de l’attitude naturelle et de l’ordre moral qui lui est attaché, au détriment des processus politiques de revendication, de protestation et de changement. Dans un commentaire aussi sévère que perspicace, Joan Stavo-Debauge (2015, dans ce Dossier) montre que l’héritage de la sociologie phénoménologique d’Alfred Schütz conduit l’ethnométhodologie à envisager l’appartenance comme un accomplissement de routines qui préservent continûment tout ce que la persistance des collectifs politiques implique de tenir comme allant de soi. Ces derniers apparaissent alors comme des entités rétives à l’exploration et à la critique. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que certains travaux se réclamant de l’ethnométhodologie manifestent un indéniable penchant conservateur.

  • 20 Alain Bovet nous a fait remarquer que l’ambivalence entre conservatisme et parti pris pour la probl (...)

19Pour notre part, nous préconisons une lecture alternative de la tradition ethnométhodologique, qui renoue avec la critique fondatrice qu’elle adresse à la sociologie classique. Harold Garfinkel reproche à cette dernière d’utiliser l’attitude naturelle en tant que ressource pour l’enquête, alors que toute analyse scientifique devrait en faire un thème de recherche à part entière. C’est dire que l’ethnométhodologie se donne pour tâche d’interroger radicalement ce qui est tenu pour acquis, plus précisément, de montrer par quels processus il est produit et doté de ses propriétés (Pollner, 1987) 20. Bien que Harold Garfinkel se soit toujours retranché derrière l’indifférence ethnométhodologique, sa démarche implique de fait une forme d’éthique politique. En effet, en décrivant la production et le fonctionnement du sens évident du monde, ses enquêtes ébranlent celui-ci, éclairent les conditions de sa transformation et ainsi élargissent le domaine de l’expérience publique. C’est en ce sens qu’elles peuvent combler un manque dans la philosophie politique de John Dewey. Sous cet angle, l’ethnométhodologie est sans doute la sociologie la mieux outillée pour analyser les méthodes et les opérations de l’enquête et du raisonnement de sens commun, ou celles du « travail » de production endogène de l’ordre social. Son livre fondateur, Recherches en ethnométhodologie (Garfinkel, 2007 [1967]), consacrait lui-même de longs passages à l’enquête sur des enquêtes sociologiques, statistiques et judiciaires. En revanche, force est de constater qu’elle n’a que marginalement inclus le domaine politique dans ses champs d’investigation. C’est pourquoi nous proposerons de relire son analyse de l’« accountability » et celle des ethnométhodes qui accomplissent un ordre observable et descriptible, au prisme de la problématique deweyenne de l’expérience publique.

Expérience et accountability

20Le motif de l’expérience, qui est au fondement du pragmatisme et de la phénoménologie, constitue un excellent point de départ pour problématiser le public, dans une acception moins exigeante que la conception deweyenne du public d’enquêteurs. En effet, toute expérience, pour autant qu’elle est intelligible, peut être dite publique, au sens où elle ne peut se structurer, revêtir une forme intelligible et donc être observée et décrite en tant que telle, que si elle incorpore des médiations publiques.

21Cette remarque préliminaire est l’objet d’un large accord. C’est à ce titre que Ludwig Wittgenstein excluait qu’il puisse exister un langage privé (Wittgenstein, 2001 [1953]). Dans une veine analogue, John Dewey relevait que, pour observer un événement en tant qu’il est ceci ou cela, il faut recourir à des caractéristiques publiquement déterminées dans le langage, qui est quelque chose d’« appris sous des conditions sociales et publiques » (Dewey, 1943 ; 1993 [1938]).

  • 21 L’« accountability » est un motif central de l’ethnométhodologie. Dans son texte fondateur, Harold (...)

22Dans une veine plus phénoménologique, les ethnométhodologues ont fait de la « transparence scénique du monde social » un levier d’analyse empirique (Jayyusi, 1991). Pour Harold Garfinkel, l’attitude naturelle peut être saisie en tant que thème de recherche sociologique précisément parce qu’elle est « accountable » 21 et donc parce que l’identification que nous faisons des événements et des comportements n’est ni privée, ni idiosyncrasique, mais qu’elle est faite du point de vue de tout un chacun, de sorte qu’elle pose une réalité objective. Dans cette perspective, analyser l’attitude naturelle, c’est mettre en évidence l’ordre moralement constitué auquel les gens (y compris les sociologues les plus critiques) souscrivent et sur l’arrière-plan duquel les scènes de la vie sociale acquièrent leur intelligibilité. C’est donc focaliser l’attention analytique sur l’organisation pratique qui est au fondement de l’attitude naturelle, mais qui disparaît dans la perspective de cette dernière (Garfinkel, 2007 [1967]).

Problématicité et organisation de l’expérience

23Cette problématique ethnométhodologique de l’« accountability » trouve un intéressant prolongement dans le « behaviorisme social » des philosophes pragmatistes. Ainsi, dans le modèle écologique de John Dewey, l’expérience relève d’une transaction entre un organisme et ce qui constitue son environnement (par exemple Dewey, 2005 [1934], pp. 59-83). C’est dire que l’expérience est un processus observable, dès lors que, en tant que transaction entre un organisme et son environnement, elle a lieu dans le monde. Plutôt que « processus », il vaudrait peut-être d’ailleurs mieux dire « procès » pour souligner, d’une part, que l’expérience est une organisation dynamique, séquentielle, progressive, graduelle, cumulative et orientée, d’autre part qu’elle a des critères internes d’accomplissement – l’expérience n’est pas nécessairement menée à son terme ; elle peut rester « informe et décousue », notamment si les situations demeurent « inachevées et flottantes ».

  • 22 Les sociologies d’Erving Goffman et de Harold Garfinkel sont largement consacrées aux méthodes de r (...)

24Pour rendre compte de ce procès d’organisation de l’expérience, John Dewey a explicité le schème de l’enquête (Dewey, 1993 [1938], pp. 165-185). Le déroulement de toute enquête est indissociable d’une situation qui est « directement et immédiatement qualitative ». C’est quand une situation est saisie comme « problématique dans sa qualité immédiate », c’est-à-dire embrouillée, conflictuelle, relativement désordonnée, etc., qu’elle suscite une enquête. L’enquête prend fin quand la situation est ordonnée et unifiée – ce qui est un état aussi qualitatif que le point de départ – et permet ainsi d’aboutir à un jugement pratique, c’est-à-dire de savoir quoi faire 22.

25En affirmant que l’unité d’expérience est la situation, John Dewey souligne que l’enquête ne modifie pas seulement les croyances de l’enquêteur, auquel elle offre une représentation plus précise ou plus appropriée d’un problème et de ses solutions possibles. Elle produit également un changement extérieur à l’organisme : elle transforme les conditions existantes de la situation, de telle sorte que son caractère problématique puisse être résolu.

Réceptivité et expérience publique : acteurs, témoins et spectateurs

  • 23 Jacques Rancière a vivement critiqué cette délégitimation du spectateur (Rancière, 2008). À ce suje (...)
  • 24 Erving Goffman était sensible à ce pluralisme de l’expérience. Il l’a thématisé en développant la n (...)

26Les approches classiques de la « sphère publique » tendent à privilégier la seule perspective des « sujets » qui prennent activement part à des débats ou à des mobilisations. Contre cette pente hyper-activiste, la problématique pragmatiste indique que l’expérience publique n’est pas réservée aux seuls participants, mais qu’elle est susceptible d’être « eue » de diverses manières 23. Elle peut bien sûr l’être dans la perspective d’un agent/patient « en première ligne » (décideur, expert, activiste, undergoer, victime, etc.) impliqué dans une transaction ou empêtré dans une situation. Mais elle peut également l’être du point de vue d’un témoin direct (d’un événement, d’une scène, d’un comportement problématique, etc.) ou de celui d’un spectateur. Chacune de ces perspectives peut elle-même revêtir plusieurs formes 24. Ainsi, une part essentielle de notre expérience publique concerne des événements et des situations, ou des actions et des propos qui nous sont rapportés indirectement, notamment par l’intermédiaire des mass-médias, via des actes de discours de différentes natures (annonces, reportages, commentaires, analyses…). Or, nous savons que nous pouvons adopter toutes sortes d’attitudes en recevant ces « nouvelles ». Il en va de même pour la plus grande partie des processus de problématisation : ils se font en dehors de nous et sans notre concours ; nous pouvons les faire nôtres, les relayer dans nos conversations, les contester, les dénoncer, prendre parti lorsqu’ils sont conflictuels, etc.

27Pour saisir les nuances qui colorent la palette des modalités de l’attention publique, il est possible de prendre pour point de départ la distinction que John Dewey introduit entre la reconnaissance et la perception. La reconnaissance est de nature identifiante et catégorisante. Elle ne s’accompagne ni d’émotion, ni de réaction. Ainsi une attention relevant de la simple curiosité n’enclenche pas une interaction avec un objet ou un événement :

« Lorsqu’il s’agit de reconnaissance, nous avons recours, comme pour un stéréotype, à un quelconque schéma préétabli. Un détail ou un assemblage de détails sert de déclencheur à la simple identification. Pour la reconnaissance il suffit d’appliquer cette esquisse sommaire comme un stencil à l’objet concerné […] Ce type de reconnaissance n’entraîne aucun tressaillement de l’organisme, ni aucun émoi interne » (Dewey, 2005 [1934], pp. 78-79).

28Bref, la simple reconnaissance n’enclenche pas d’expérience à proprement parler. À l’inverse, la perception réactive est empreinte d’émotion. Elle n’advient qu’à condition que se crée et se développe une interaction entre l’organisme et ce qui est perçu (objet, événement, situation). La personne qui perçoit doit créer sa propre expérience, accomplir un certain travail, regrouper des détails éparpillés pour former un tout… C’est à cette condition qu’elle peut comprendre et assimiler l’objet ou la scène perçus.

29Ces modalités de l’attention publique sont étroitement corrélées avec la gamme des expériences publiques possibles, qui se décline entre le pôle d’une expérience « informe et décousue » et celui de l’expérience intégrée et cumulative rendue possible par un engagement dans une interaction avec une situation.

Ethnométhodologie, accountability pratique et normalisation

30L’analyse pragmatiste ouvre de nombreuses pistes s’agissant d’élucider le rôle crucial joué par la problématicité dans l’organisation de l’expérience publique. Elle place au centre de l’attention analytique la dynamique des enquêtes (qui articule perception, émotion et communication), mais elle n’offre que peu de prises pour observer et décrire les opérations pratiques qui président à leur conduite.

31Afin de rendre compte du procès réel des enquêtes, nous nous sommes tournés vers l’ethnométhodologie. Ce courant sociologique minoritaire se concentre en effet sur les méthodes du raisonnement pratique et des enquêtes de sens commun. Les recherches qui en sont issues montrent en particulier comment les conduites et les attitudes adoptées par les « membres » en situation assurent non seulement l’ordonnancement de leurs activités et de leurs interactions de l’intérieur de leur accomplissement (temporel, séquentiel, sériel), mais aussi l’organisation circonstancielle et durable de cet environnement en tant qu’univers connu en commun avec les autres. Au sein de l’ethnométhodologie, une tension est apparue entre deux approches. La première privilégie systématiquement la seule perspective des « praticiens ». C’est dire qu’elle exclut de son horizon la problématique de l’expérience publique : elle concentre son attention sur les « membres » directement engagés dans les transactions, de manière à montrer comment l’intelligibilité du monde social qui se présente à leurs yeux est réflexivement liée à l’accomplissement de leurs activités. La seconde laisse davantage place à une problématique de l’expérience publique, mais elle n’envisage cette dernière que sous l’aspect de l’expérience impersonnelle associée à la préservation de l’ordre social et moral, ainsi que des croyances et des connaissances de sens commun au sujet de la vie en société qui le fondent (Pollner, 1991 [1974]).

  • 25 Nous avons proposé une critique détaillée de cette perspective (Quéré & Terzi, 2011b).

32La première sensibilité privilégie l’accountability pratique des situations telle qu’elle se présente dans la perspective de ceux qui accomplissent une activité. Elle imprègne notamment les recherches d’un Éric Livingston sur le raisonnement pratique, lesquelles tendent à montrer que l’ordre social n’est autre que l’ordre occasionné qui gouverne l’accomplissement situé des activités et de l’intérieur duquel les situations pratiques – les protagonistes, les choses, les événements qui y surviennent – sont rendues intelligibles pour ceux qui agissent (Livingston, 2008)  25.

33Toutefois, la démarche ethnométhodologique n’implique ni de cantonner l’intelligibilité des situations à ce qui est disponible aux « praticiens », ni de réduire l’ordre social à l’organisation que ceux-ci produisent dans les limites d’une situation identifiée à l’ici et maintenant de leur accomplissement. En effet, Harold Garfinkel ne cesse de souligner que, pour identifier les circonstances pratiques dans lesquelles ils sont impliqués, les membres se servent d’« attentes d’arrière-plan » (background expectancies) et des caractéristiques institutionnalisées de la collectivité (institutionalized features of the collectivity) en tant que « schèmes d’interprétation ». Cette perspective conduit cet auteur à mettre l’accent sur le « monde naturel » et sur l’« attitude naturelle » de ses habitants, c’est-à-dire sur leurs certitudes habituelles et sur leur « foi inébranlable » quant à la stabilité des environnements dans lesquels ils agissent. Dans la terminologie de Jan Patočka (1999 [1990]), il s’agit d’un monde d’« avant la problématicité », dont le sens est donné et accepté comme évident. Il l’est tellement que, dès qu’un trouble surgit, la réaction spontanée est de normaliser les incongruités « dans l’ordre des événements de la vie ordinaire » (Garfinkel, 2007 [1967], p. 121), de conférer ses « valeurs de normalité » à ce qui se passe, de retrouver le fonctionnement normal.

  • 26 La question des limites qui interdisent de mener à bien une entreprise de « respécification » génér (...)

34Pourtant, le monde de l’attitude naturelle décrit par Harold Garfinkel n’est pas un monde sans enquête et donc sans questionnement ni problématisation : il faut bien y surmonter des obstacles, réduire des incongruités, résoudre des problèmes, former des jugements de pratique, produire des évaluations, établir ce qui peut être tenu pour fait incontestable, distinguer ce qui relève du fait et de la fiction, ce qui est réel et ce qui est apparent, imaginaire, invraisemblable, etc. Si cet auteur n’a pas abordé les caractéristiques d’un monde fondé sur la problématicité, ses travaux soulignent que cette dernière ne peut être généralisée. En un sens nous ne pouvons pas quitter ce « monde naturel » sans plonger dans un grand chaos. Et même lorsque nous enquêtons, c’est encore ce monde qui fournit l’arrière-plan sur lequel émergent nos doutes et nos questionnements, ainsi que l’environnement où nous apprenons à juger et à rechercher. Comme l’a expliqué Alfred Schütz, il est le point de départ et le point de retour de nos incursions dans les « différentes provinces limitées de sens » (Schütz, 1987 [1945], p. 131) 26.

35Sur ce point, les recherches en ethnométhodologie entretiennent de nettes affinités avec celles de Ludwig Wittgenstein qui indiquait, dans De la Certitude, que la méthode de l’enquête est acquise à travers l’apprentissage de la bonne manière de douter, de questionner et de chercher : on ne peut pas douter, questionner ni chercher n’importe comment (Wittgenstein, 2006 [1970]). L’enquête n’est pas possible si l’on doute de tout ou si l’on doute n’importe comment : « Il faut que quelque part je commence à ne pas douter ; et ce n’est pas là, pour ainsi dire, une procédure trop précipitée mais excusable ; non, cela est inhérent à l’acte de juger » (Ibid., § 150, p. 55, traduction modifiée). Apprendre à enquêter c’est apprendre à chercher en prenant appui sur des choses que l’on considère comme solidement fixées.

L’ethnométhodologie : une problématisation radicale

36Dans ses acceptions dominantes, l’ethnométhodologie est donc une sociologie qui privilégie la perspective de l’accomplissement des praticiens au détriment de celle des témoins et des spectateurs et qui souligne l’inertie normalisatrice de l’attitude naturelle. Cependant, ces sensibilités n’épuisent pas la démarche ethnométhodologique, laquelle pourrait être caractérisée comme un engagement pour l’enquête. Elle se donne en effet pour tâche de « respécifier » les recherches traditionnelles en sciences sociales, de manière à analyser les présupposés de l’attitude naturelle, de la croyance dans l’objectivité des structures du monde social, qui sont au fondement de leur réalisation. C’est dire que l’ethnométhodologie se donne pour tâche de faire de cette attitude naturelle un thème de recherche à part entière et donc de la problématiser. Sous cet angle, l’ethnométhodologie apparaît comme une contribution radicale à la problématicité, en ce sens qu’elle ouvre la possibilité de décrire tout ce que nous tenons pour acquis – au sujet de notre monde et de notre manière d’être au monde – comme autant d’accomplissements, pratiques et situés.

La tension fondatrice de l’expérience publique

37À ce point de notre propos, les lignes directrices de notre démarche commencent à se dessiner. Nous nous inspirons dans une large mesure de la philosophie politique de John Dewey, qui saisit le public comme une expérience et comme une expérimentation, dont il est possible de retracer le développement en observant le déroulement des enquêtes, c’est-à-dire la manière dont des agents font face à des situations problématiques, les élucident et les résolvent. Si cet auteur affirme le caractère observable de l’expérience publique, l’ethnométhodologie ouvre la possibilité de la rapporter systématiquement à la conduite d’enquêtes, qu’il est possible d’observer et de décrire comme autant d’accomplissements pratiques et situés.

38Le croisement de ces démarches fait apparaître leur apport mutuel pour une problématique de l’expérience publique. La philosophie politique de John Dewey met en évidence les vertus de la problématicité, laquelle a été minimisée par Harold Garfinkel qui, sans doute obnubilé par son entreprise de respécification du fonctionnalisme parsonien, n’a cessé de souligner que la stabilité du monde naturel et des structures des systèmes sociaux est pratiquement accomplie et préservée par des pratiques situées et méthodiquement organisées. En retour, l’analyse ethnométhodologique des enquêtes pointe les limites de la problématicité, en rappelant qu’un questionnement ou une investigation porte toujours sur un aspect du monde et que sa mise en œuvre implique réflexivement la réactualisation d’un ensemble de croyances au sujet de son objectivité et de sa stabilité.

39Par-delà les différences de leurs approches, John Dewey et Harold Garfinkel partagent donc un engagement similaire pour l’enquête. Leurs démarches impliquent l’idée que tous les aspects du monde naturel et social, ainsi que les croyances que nous entretenons à leur sujet, sont disponibles à la problématisation. En revanche, leurs travaux font clairement apparaître que tous les aspects du monde ne peuvent pas être problématisés simultanément. Cette précaution est décisive pour une problématique de l’expérience publique. Si John Dewey et Harold Garfinkel s’engagent en faveur de l’enquête, si leur travail contribue à ouvrir le monde à la problématicité, l’un comme l’autre marquent très nettement leurs distances à l’égard du soupçon généralisé. Dans leurs perspectives, si l’enquête problématise l’attitude naturelle, elle n’invite en aucun cas à adopter une posture sceptique, qui consisterait à douter de tout.

40Ces réserves ont une portée politique. En effet, elles recoupent la conception arendtienne du domaine public, qui souligne que la cohésion des collectivités est fondée sur le partage d’un monde commun, qui seul est en mesure de relier et de séparer leurs membres :

« Le mot “public” désigne le monde lui-même en ce qu’il nous est commun à tous et se distingue de la place que nous y possédons individuellement […] Vivre ensemble dans le monde : c’est dire essentiellement qu’un monde d’objets se tient entre ceux qui l’ont en commun, comme une table est située entre ceux qui s’assoient autour d’elle ; le monde, comme tout entre-deux, relie et sépare en même temps les hommes » (Arendt, 1983, p. 92 [1958]).

41Claude Lefort a explicité les conséquences politiques de cette conception du public :

« Il n’y a politique que là où se manifeste une différence entre un espace où les hommes se reconnaissent les uns les autres comme citoyens, se situant ensemble dans les horizons d’un monde commun et la vie sociale proprement dite où ils font seulement l’épreuve de leur dépendance réciproque, cela sous l’effet de la division du travail et de la nécessité de satisfaire à leurs besoins » (Lefort, 1986, p. 69).

42Il pointe ainsi une tension au fondement même du politique. D’un côté, la « démocratie s’institue et se maintient dans la dissolution des repères de la certitude. Elle inaugure une histoire dans laquelle les hommes font l’épreuve d’une indétermination dernière quant au fondement du Pouvoir, de la Loi et du Savoir […] » (Ibid., p. 30). De l’autre, le « totalitarisme est ce régime, semble-t-il, où tout se présente comme politique : le juridique, l’économique, le scientifique, le pédagogique » (Ibid., p. 68). Telle est précisément la tension qui traverse les œuvres de John Dewey et de Harold Garfinkel. L’un comme l’autre s’engagent radicalement en faveur d’un monde ouvert aux enquêtes, tout en pointant les limites d’une problématisation qui n’est vertueuse qu’à condition qu’elle s’autolimite afin de ne pas alimenter les dynamiques délétères du soupçon généralisé (qui rendent l’enquête impossible).

43Notre problématique de l’expérience publique invite donc à penser ensemble la problématisation de l’attitude naturelle et sa préservation. Elle implique de s’engager en faveur des enquêtes, fondatrices d’une problématicité qui se détache du « monde naturel », parce qu’elle interroge le sens évident qui y prédomine, ébranle les certitudes, questionne les valeurs admises, etc. Mais elle appelle, dans le même mouvement, à reconnaître que toute production endogène de l’ordre social mobilise des manières de procéder de sens commun, prend appui sur la « connaissance de sens commun des structures sociales » et que toute enquête, aussi critique soit-elle, ne peut être conduite qu’à condition de tabler sur la disponibilité des pratiques, des activités et des relations sociales à l’enquête (observation, description, narration, explication…), disponibilité produite par leur organisation et leur accomplissement ordinaires situés (principe de l’accountability).

Le public comme communauté des ébranlés

44Ce petit détour permet de revenir à Jan Patočka (1999 [1990]). Selon lui, la forme de collectif fondé par l’expérience de la problématicité est une « communauté des ébranlés ». Il s’agit d’une communauté qui partage, non pas un même sens assuré de la vie et du monde, mais un même sentiment d’ébranlement du sens toujours à construire et à renouveler. La communauté des ébranlés désigne une modalité de l’existence tournée vers autrui, ce que l’on nomme en philosophie l’être-avec. En d’autres termes, il s’agit d’une manière de se penser comme existant dans un monde commun dont le sens n’est pas évident et de faire de cette non-évidence, le socle d’une société nouvelle, ouverte à l’universel à partir d’un ébranlement de la différence. Si l’on transfère maintenant cette idée d’ébranlement à la politique et à la société, une communauté des ébranlés est une communauté habitée par un sentiment que le vrai en politique ne réside pas dans des valeurs ou des savoirs établis, mais dans l’expérience de l’être-avec, dans sa recherche renouvelée.

45John Dewey, quant à lui, envisage une continuité entre les différentes situations de problématicité, puisqu’il postule un schème unique de l’enquête ancré dans la biologie. Néanmoins, il associe un type de problématicité particulier à la politique et cela sous trois formes : celle de la régulation des conditions des activités sociales à partir de l’observation de leurs conséquences indirectes au regard du bien commun ; celle de la recherche de la communauté au-delà des associations naturelles ; et celle de la formation des valeurs. Toutefois, il n’explicite nulle part comment cela se réalise concrètement, par quelles opérations, par quel travail organisationnel, dans quels contextes, etc. De plus, si la vie collective dans une société humaine est morale, cela vaut tout d’abord pour le « monde naturel », comme l’a montré l’approche ethnométhodologique.

46C’est ici que l’on peut de nouveau se tourner vers cette dernière. À la fin de son analyse du « cas Agnès », Harold Garfinkel introduit, en passant et sans la thématiser, une considération de grande portée, qu’il formule en ces termes :

« Agnès ne partageait pas ces croyances [celles des gens normaux dans l’idée d’une identité sexuelle normale, entendue comme un “cas de la chose réelle”] : c’était pour elle chose impossible. Elle savait au contraire et contrairement aux personnes normales, que la manière dont le sens commun reconnaît l’identité sexuelle normale, y voyant un “cas de la chose réelle”, n’est rien d’autre qu’un accomplissement sérieux, situé et courant, procédant d’activités concertées et réciproques dont le succès habituel et ordinaire a pour premier effet d’assujettir leur résultat à ce que Merleau-Ponty nomme le “préjugé du monde” [considérer le monde comme donné]. Supplice et privilège à la fois, incommunicable particularité aussi, Agnès était en mesure d’observer les procédés par lesquels la société rend son travail d’organisation invisible à ses propres membres, les conduisant ainsi dès lors à considérer les structures sociales comme autant d’objets autonomes et déterminés. Ce que voyait Agnès dans la personne normalement sexuée, telle qu’on peut l’observer, c’était, en substance, le travail inexorable, organisationnellement situé, sans lequel de tels objets ne sauraient surgir » (Garfinkel, 2007 [1967], pp. 287-88).

47Que dit ce passage ? Au moins les choses suivantes :

48- Le « monde naturel » est le produit d’un travail d’organisation accompli de manière située ;

49- Ce travail passe par les activités concertées et réciproques des membres dans leur vie courante ;

50- Il est non seulement invisible, mais il est aussi rendu tel aux yeux de ceux qui l’accomplissent ;

51- Cela conduit les membres à « considérer les structures sociales comme autant d’objets autonomes et déterminés », soustraits à leur prise ;

52- Ce travail peut cependant accéder à la visibilité dans certaines conditions : celles où sont désactivées les routines de la production du « monde naturel » ;

53- Ce travail devient observable pour celui qui s’est dégagé de ces routines et qui, en un sens, en a fait un objet d’exploration, notamment aux fins pratiques d’organisation de la conduite (ce qui était le cas d’Agnès).

54Harold Garfinkel n’en dit pas plus ; en particulier il n’évoque pas une prise possible sur ce travail d’organisation pour le réorienter. Son caractère « inexorable » et son invisibilité accomplie excluent peut-être une telle prise, qui de toute façon n’est pas à la portée d’un individu. Quoi qu’il en soit, ils constituent un défi pour la politique, dont la prise sur la vie sociale n’est sans doute possible qu’à la marge, sauf à verser dans le totalitarisme (Lefort, 1975).

55Cependant on pourrait prolonger le constat de Harold Garfinkel, de la manière suivante, sans introduire d’incohérence. À travers ce qui est devenu observable pour Agnès, l’analyse ethnométhodologique elle-même acquiert la capacité d’observer le travail social d’organisation du « monde naturel » dans son évidence et de le décrire. En constituant ce travail comme objet d’enquête, elle le problématise et le soustrait à son statut d’évidence et à son invisibilité. Elle en produit ainsi une connaissance éprouvée, fût-elle partielle. Cette capacité n’est pas condamnée à rester celle d’un spectateur désengagé. En soumettant l’organisation du « monde naturel » à une « situation de problématicité » (Patočka, 1999 [1990]), elle rend envisageable une prise collective, réfléchie et délibérée, sur les conditions et les processus de sa production. Ce que précisément John Dewey attribuait comme objectif au public.

56Le paradoxe est que cette objectivation génératrice des prises fondatrices d’une capacité d’action ne peut se faire elle-même qu’à partir du « monde naturel » et en lui, à travers des accomplissements soutenus par les méthodes du raisonnement et de l’action pratiques. Ce qui veut dire que l’action politique s’élabore irrémédiablement à l’intérieur même du monde social qu’elle entend transformer. En ce sens, le travail collectif destiné à intervenir sur le travail par lequel la société organise la vie sociale s’accomplira dans les mêmes conditions que le travail scientifique – un travail qui n’est pas aussi transparent à lui-même, ni aussi dégagé de la gestion des circonstances pratiques et des contingences de son effectuation, que pourraient le laisser supposer le discours épistémologique, ou même la description par John Dewey du schème de l’enquête (Garfinkel, Lynch & Livingston, 1981).

  • 27 Les objections à l’enquête viennent parfois de l’extérieur du domaine scientifique, à l’instar de c (...)

57S’il est vrai que la « société rend son travail d’organisation invisible à ses propres membres, les conduisant ainsi dès lors à considérer les structures sociales comme autant d’objets autonomes et déterminés » (Garfinkel, 2007 [1967]), on ne peut pas envisager de soumettre davantage l’organisation de la vie sociale à la méthode de l’intelligence, comme le souhaitait John Dewey, sans une meilleure connaissance du « travail » invisible de la société dont cette organisation procède. Ce qui confère aux sciences sociales une place dans l’expérience publique plus diversifiée que celle qu’envisageait cet auteur, soit en termes d’expertise dans la définition et la résolution des problèmes sociaux, soit en termes de capacité de la science à influencer la formation des désirs et des buts ou à contribuer à refaçonner les institutions et les valeurs. Il manque en effet à cette vision une conscience et une connaissance des processus et mécanismes par lesquels la société se protège de la problématicité et limite son extension. Or seules les sciences sociales peuvent remédier à une telle lacune. Réciproquement, quand les sciences sociales sont orientées vers l’extension du domaine de la problématicité, les objections qui s’opposent à leurs enquêtes ne sont pas seulement des obstacles à surmonter 27. Elles accomplissent pratiquement les limites qui restreignent l’organisation de l’expérience publique et elles méritent, à ce titre, d’être analysées comme des thèmes de recherche à part entière.

Haut de page

Bibliographie

Arendt H. (1983 [1958]), Condition de l’homme moderne, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

Barthélémy M. (1992), « Événement et espace public, l’affaire Carpentras », Quaderni, n° 18, pp. 125-140.

Barthélémy M. & L. Quéré (1991), La Mesure des événements publics. Structure des événements et formation de la conscience publique, rapport polycopié, Paris, ATP CNRS Communication et société.

Bogen D. & M. Lynch (1993), « Do We Need a General Theory of Social Problems? », dans Holstein J. A.& G. Miller (dir.), Reconsidering Social Constructionism, New York, Aldine de Gruyter Editor, pp. 213-237.

Boschetti P. (2004), Les Suisses et les nazis. Le rapport Bergier pour tous, Genève, Éditions Zoé.

Bovet A. (2013), La Démocratie et ses gènes. Le génie génétique dans l’espace public suisse (1990-2005), Lausanne, Éditions Antipodes.

Cefaï D. (2013a), « L’expérience des publics : institution et réflexivité. Sur la sociologie des problèmes publics 1/2 », EspacesTemps.net, 4 mars.

Cefaï D. (2013b), « Opinion publique, ordre moral et pouvoir symbolique. Sur la sociologie des problèmes publics 2/2 », EspacesTemps.net, 8 avril.

Cefaï D. et al. (2010), « Codifier l’engagement ethnographique ? », dans L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 493-546.

Cefaï D. & C. Terzi (dir.) (2012), L’Expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS, série « Raisons pratiques » 22.

Dewey J. (1943), « Further as to Valuation as Judgment », Journal of Philosophy, vol. 40, n° 20, pp. 543-552.

Dewey J. (1993 [1938]), Logique. La théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France.

Dewey J. (2005 [1934]), L’Art comme expérience, Paris, Publications de l’Université de Pau/Éditions Farrago.

Dewey J. (2010 [1927]), Le Public et ses problèmes, Paris, Éditions Folio.

Dewey J. (2011 [1939]), La Formation des valeurs, Paris, Éditions La Découverte.

Diaz Aravena P. (2014), L’Expérience publique des crimes politiques du passé. Le cas du Chili post-dictature (1990-2004), Paris, EHESS, Thèse pour le doctorat de sociologie.

Emirbayer M. & D. Maynard (2011), « Pragmatism and Ethnomethodology », Qualitative Sociology, vol. 34, n° 1, p. 221-261.

Favret-Saada J. (1977), Les Mots, les morts et les sorts, Paris, Éditions Gallimard.

Gamson W. & A. Modigliani (1989), « Media Discourse and Public Opinion on Nuclear Power », American Journal of Sociology, vol. 95, n° 1, pp. 13-37.

Garfinkel H. (2007 [1967]), Recherches en ethnométhodologie, Paris, Presses universitaires de France.

Garfinkel H., Lynch M. & E. Livingston (1981), « The Work of a Discovering Science Construed with Materials from the Optically Discovered Pulsar », Philosophy of the Social Sciences, vol. 11, n° 2, pp. 131-158,

Girard R. (2007), De la Violence à la divinité, Paris, Éditions Grasset.

Goffman E. (1991 [1974]), Les Cadres de l’expérience, Paris, Éditions de Minuit.

Gonzalez P. (2014), Que ton Règne vienne. Des évangéliques tentés par le pouvoir absolu, Genève, Éditions Labor & Fides.

Gusfield J. (2009 [1981]), La Culture des problèmes publics. L’alcool au volant et la production de l’ordre symbolique, Paris, Éditions Economica.

Gusfield J. (2012 [1996]), « Significations disputées. Contester la propriété et l’autorité des problèmes sociaux », dans Cefaï D. & C. Terzi (dir.), L’Expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS, série « Raisons Pratiques » 22, pp. 109-132.

Jayyusi L. (1991), « The Reflexive Nexus: Photo-Practice and Natural History », Continuum: The Australian Journal of Media & Culture, vol. 6, n° 2.

Lefort C. (1975), Un Homme en trop. Essai sur l’archipel du goulag de Soljénitsyne, Paris, Éditions du Seuil.

Lefort C. (1986), Essais sur le politique, XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions du Seuil.

Livingston E. (2008), Ethnographies of Reason, Aldershot, Ashgate Editor.

Malbois F. (2011), Déplier le genre. Enquête épistémologique sur le féminisme antinaturaliste, Zürich, Éditions Seismo.

Moyal-Sharrock D. (2005), Understanding Wittgenstein’s On Certainty, New York, Palgrave Macmillan Editor.

Müller B. & P. Boschetti (2006), Entretiens avec Jean-François Bergier, Genève, Éditions Zoé.

Patočka J. (1999 [1990]), Essais hérétiques, Sur la philosophie de l’histoire, Paris, Éditions Verdier.

Pollner M. (1987) Mundane Reason: Reality in Everyday Life and Sociological Discourse, Cambridge, Cambridge University Press.

Pollner Melvin (1991 [1974]), « Que s’est-il réellement passé ?, Événement et monde commun », dans Petit J.-L. (dir.), L’Événement en perspective, Paris, EHESS (« Raisons pratiques », vol. 2), p. 75-96.

Pollner M. (1991) « Left of Ethnomethodology: The Rise and Decline of Radical Reflexivity », American Sociological Review, vol. 56, pp. 370-380.

Quéré L. (2003), « Le public comme forme et comme modalité de l’expérience », dans Cefaï D. & D. Pasquier (dir.), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France, pp. 113-134.

Quéré L. & C. Terzi (2011a), « Some Features of Pragmatist Thought Still Remain Insufficiently Explored in Ethnomethodology », Qualitative Sociology, vol. 34, n° 1, pp. 271-275.

Quéré L. & C. Terzi (2011b), « Ethnometodologia : une svolta problematica », Quaderni di teoria sociale, vol. 11, pp. 61-102.

Relieu M. & C. Terzi (2003), « Les politiques ordinaires de la vie urbaine », dans Cefaï D. & D. Pasquier (dir.), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France, pp. 373-397.

Rancière J. (2008), Le Spectateur émancipé, Paris, Éditions La Fabrique.

Ricœur P. (1983), Temps et récit. 1. L’intrigue et le récit historique, Paris, Éditions du Seuil.

Schütz Alfred (1987 [1945]), « Sur les réalités multiples », dans Le chercheur et le quotidien, Paris, Éditions Méridiens Klincksieck, pp. 103-167.

Snow D. et al. (1986), « Frame Alignment Processes, Micromobilization and Movement Participation », American Sociological Review, vol. 51, pp. 464-481.

Stavo-Debauge J. (2012), « Des “événements” difficiles à encaisser. Un pragmatisme pessimiste », dans Cefaï D. & C. Terzi (dir.), L’Expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS, série « Raisons pratiques » 22), pp. 191-223.

Stavo-Debauge J. (2015), « De The Stranger d’Alfred Schütz au cas Agnès d’Harold Garfinkel. Des théories sociales étrangères à l’hospitalité et au pragmatisme ? », dans ce numéro de SociologieS.

Tarde G. (2011), L’Opinion et la foule, Paris, Éditions Sandre.

Terzi C. (2005), « Qu’avez-vous fait de l’argent des juifs ? » Problématisation et publicisation de la question « des fonds juifs et de l’or nazi » par la presse suisse, 1995-1998, Thèses électroniques de l’Université de Fribourg [ethesis.unifr.ch/theses/downloads.php?file=TerziC.pdf].

Tonnelat S. & C. Terzi (2013), « Espace public », dans Casillo I. et al. (dir.), Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation, Paris, GIS Démocratie et Participation [dicopart.fr/it/dico/espace-public-0].

Trotski L. & J. Dewey (2014 [1938]), Leur Morale et la nôtre, Paris, Éditions Les empêcheurs de penser en rond/La Découverte.

Widmer J. (1999), « J.-P. Delamuraz prend position. Analyser le pouvoir symbolique dans le texte », dans Widmer J. & C. Terzi (dir.), Mémoire collective et pouvoirs symboliques. Discours et société n°1, Fribourg, Département sociologie et media, Université de Fribourg (Suisse), pp. 205-221.

Widmer J. (2010). Discours et cognition sociale. Une approche sociologique, Paris, Éditions des Archives contemporaines.

Widmer J., Boller B. & R. Coray (1997), Drogen im Spannungsfeld der Öffentlichkeit. Logik der Medien und Institutionen, Basel, Helbing & Lichtenhahn Verlag.

Widmer J. & C. Terzi (dir.) (1999), Mémoire collective et pouvoirs symboliques. Discours et société n°1, Fribourg, Département sociologie et media, Université de Fribourg (Suisse).

Wittgenstein L. (2001 [1953]), Philosophical Investigations. The German Text, with a Revised English Translation, Oxford, Blackwell Editor.

Wittgenstein L. (2006 [1970]), De la certitude, Paris, Éditions Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Daniel Cefaï a proposé une lecture critique de cette ligne de recherche animée par Jean Widmer et Louis Quéré (Cefaï, 2013a et b). Elle s’est déclinée en de nombreuses monographies, au rang desquelles nous pouvons mentionner le travail précurseur que Michel Barthélémy et Louis Quéré ont consacré à l’affaire du cimentière juif de Carpentras (Barthélémy & Quéré, 1991 ; Barthélémy, 1992) ; les premiers travaux dirigés par Jean Widmer au sujet du problème de la drogue en Suisse (Widmer et al., 1997) ; les travaux qu’Alain Bovet poursuit au sujet des controverses soulevées par la régulation des OGM (Bovet, 2013) ; les recherches que Philippe Gonzalez consacre aux ambitions politiques affichées par certains mouvements évangéliques suisses (Gonzalez, 2014) ; le travail de réévaluation critique des théories féministes conduite par Fabienne Malbois (2011) ; la thèse que Paola Diaz Aravena a consacrée à la transition démocratique chilienne (Diaz Aravena, 2014).

2 Cette conception de l’expérience est proche de celle d’Erving Goffman qui proposait de l’analyser en tant que procès d’organisation conjointe (Goffmann, 1991 [1974]). Cette démarche n’a rien à voir avec les « sociologies de l’expérience » qui saisissent celle-ci sous la modalité du « vécu » personnel ou subjectif.

3 Les premières versions de ce texte ont bénéficié des lectures critiques d’Alain Bovet, Daniel Cefaï, Philippe Gonzalez, Virginie Milliot et Joan Stavo-Debauge.

4 Relevons que ces analyses recourent à une métaphore constructiviste dont notre démarche s’écarte fermement (à ce sujet, voir Cefaï & Terzi, 2012).

5 Par ailleurs, la reprise du lexique goffmanien des « cadres » masque une profonde divergence de démarche (pour une critique détaillée, voir Terzi, 2005, pp. 210-216).

6 L’ethnométhodologie propose d’aborder les « ordres sociaux » sous l’angle de leur « accomplissement pratique ». Cet exercice se concrétise notamment par un effort de « respécification », qui consiste à systématiquement rapporter l’objectivité du monde – i.e. tout ce qui peut donner lieu à une désignation nominale : l’identité sexuelle, les pulsars optiques, le social ou l’État – aux opérations méthodiques de son accomplissement. En fin connaisseur de l’ethnométhodologie, Jean Widmer a affirmé qu’aucun motif d’ordre théorique ni méthodologique n’implique que cette démarche soit cantonnée au seul « ordre de l’interaction » et que rien ne s’oppose à sa mise en œuvre pour l’élucidation de phénomènes politiques à large échelle géographique et historique.

7 Pour John Dewey, la prise en considération des conséquences est un aspect essentiel des processus politiques. Pour notre entreprise analytique, cette conception entretient d’intéressants liens avec le rôle de l’interprétant dans la sémiotique de Charles Sanders Peirce et en particulier avec sa conception des habitudes qui interrompent « à toutes fins pratiques » (comme le diraient les ethnométhodologues) la dynamique potentiellement interminable d’établissement du sens.

8 À ce sujet, voir Quéré & Terzi (2011a)

9 Les écrits par lesquels John Dewey s’oppose aux conceptions métaphysiques surnaturalistes et à toutes les formes de dogmatismes religieux et politiques indiquent qu’il avait remarqué que certaines manières de poser les questions inhibent l’enquête. À ce sujet, un passage de sa théorie de l’enquête est particulièrement mordant : « Un problème n’est pas une tâche à accomplir qu’une personne s’impose ou qui lui est imposée par d’autres – comme un “problème” d’arithmétique à l’école […] poser un problème qui ne provient pas d’une situation réelle, c’est faire œuvre morte, quand bien même elle serait active. Les problèmes que l’on se pose à soi-même sont de simples excuses pour faire semblant de faire quelque chose d’intellectuel, quelque chose qui a l’apparence, non la substance, de l’activité scientifique » (Dewey, 1993 [1938], pp. 172-173).

10 Cette manière de lier l’organisation de l’expérience publique à des exigences ou à des critères souligne la dimension normative de la notion de « public d’enquêteurs » que nous garderons pour horizon tout au long de ce papier.

11 Cette question est au cœur de l’échange que John Dewey a noué avec Léon Trotski. Dans son fameux essai intitulé « Leur morale et la nôtre », ce dernier affirmait : « La morale indépendante des “fins”, c’est-à-dire de la société – qu’on la déduise des vérités éternelles ou de la “nature humaine” – n’est au bout du compte qu’un aspect de la “théologie naturelle”. Les cieux demeurent la seule position fortifiée d’où l’on puisse combattre le matérialisme dialectique » (Trotski & Dewey, 2014 [1938], p. 37). Dans sa réponse, John Dewey commence par souligner qu’il s’accorde avec son interlocuteur à ce sujet : « [Trotski montre] que la seule position alternative – à celle selon laquelle la fin justifie les moyens – est une forme ou une autre d’éthique absolutiste basée sur les prétendues certitudes de la conscience, ou le sens moral, ou une variété quelconque de vérités éternelles, je précise que j’écris d’un point de vue qui rejette toutes ces doctrines de manière aussi définitive que Trotski […] » (Ibid., p. 100).

12 Les lignes qui suivent reprennent quelques résultats tirés de Terzi (2005).

13 Une variante de cette controverse a été reconduite à partir de 2009. Suite à de vives pressions internationales, les autorités suisses ont été contraintes de reconnaître le caractère douteux des pratiques des banquiers suisses qui contribuaient activement au délit d’évasion fiscale commis par certains de leurs clients étrangers. Très rapidement, cette situation a été problématisée dans un registre guerrier : la Suisse et ses banques étaient l’objet d’attaques étrangères qui menaçaient le secret bancaire, garant de la prospérité nationale. Dans cette configuration discursive, les Suisses étaient appelés à s’unir pour faire front aux côtés de leurs banques. En conséquence, les employés d’établissements bancaires qui s’étaient aventurés à coopérer avec les autorités fiscales étrangères sont apparus comme des traîtres à la cause nationale.

14 C’est littéralement que Jean Ziegler a été poursuivi pour haute trahison suite à la publication de La Suisse, l’or et les morts (Paris, Seuil, 1997). C’est métaphoriquement que le Jean-François Bergier, l’historien chargé de présider la CIE, a évoqué cette expérience : « [P]resque du jour au lendemain, par une espèce de paradoxe, nous sommes devenus pour beaucoup l’ennemi public n°1, le traître, alors que notre démarche n’avait pas varié d’un pouce. » (Müller & Boschetti, 2006, p. 106.)

15 Préfacier d’un petit ouvrage de vulgarisation présentant « le rapport Bergier pour tous », Jean-François Bergier concluait son texte par un optimiste « Que le débat soit ouvert ! » (dans Boschetti, 2004 , p. 12).

16 Avec son sens inimitable de la formule, Jeanne Favret-Saada a bien remarqué combien les situations conflictuelles s’opposent aux exigences de publicité engagées par les descriptions ethnographiques classiques : « Autant dire qu’il n’y a pas de position neutre de la parole : en sorcellerie, la parole, c’est la guerre. Quiconque en parle est un belligérant et l’ethnographe comme tout le monde. Il n’y a pas de place pour un observateur non engagé » (Favret-Saada, 1977 , p. 27). Et d’en conclure : « Quand la parole, c’est la guerre totale, il faut bien se résoudre à pratiquer une autre ethnographie. » (Ibid., p. 30.)

17 D’un point de vue wittgensteinien, l’ébranlement des certitudes a des limites. Il existe des « certitudes objectives » (telles que : « j’ai deux mains », « le monde existait avant moi », etc.) dont la mise en question relèverait du dérangement mental (Wittgenstein, 2006 [1970]). Ces certitudes fonctionnent comme les charnières ou les gonds de nos pensées et de nos actions. Nous les acceptons dans une attitude pratique de confiance foncière (Ur-trust), et non parce que nous serions intellectuellement convaincus de leur validité (voir Moyal-Sharrock, 2005).

18 Cette conception de l’expérience publique n’a rien d’un plaidoyer anarchiste pour la « révolution permanente ». Comme nous aurons l’occasion de le souligner, dire que les différents aspects de la vie sociale doivent demeurer disponibles à leur problématisation n’implique aucunement qu’ils soient tous problématisés. Par ailleurs, l’engagement en faveur des enquêtes n’exclut pas qu’elles conduisent à constater empiriquement qu’il est préférable de privilégier le statut quo.

19 Mustafa Emirbayer et Douglas W. Maynard (2011) ont consacré un symposium de la revue Qualitative Research aux relations entre la philosophie pragmatiste et la sociologie ethnométhodologique. Nous y avons contribué aux côtés de John Heritage, Christopher Winship & Christopher Muller, Anne Warfield Rawls.

20 Alain Bovet nous a fait remarquer que l’ambivalence entre conservatisme et parti pris pour la problématicité mériterait d’être rapportée à une tension qui traverse la pensée de Harold Garfinkel, comme celle de Ludwig Wittgenstein. D’un côté, ils élèvent un refus quasi-obsessionel contre toute démarche susceptible de rectifier ou même de toucher aux pratiques et aux jeux de langage ordinaires. De l’autre, ils font preuve d’une sévérité particulièrement intransigeante à l’encontre des pratiques et des jeux de langage de leurs collègues sociologues et philosophes.

21 L’« accountability » est un motif central de l’ethnométhodologie. Dans son texte fondateur, Harold Garfinkel l’introduit de la manière suivante : « L’idée qui guide [les recherches en ethnométhodologie] est que les activités par lesquelles les membres organisent et gèrent les situations de leur vie courante sont identiques aux procédures utilisées pour rendre ces situations accountable » (Garfinkel, 2007 [1967], p. 51, traduction modifiée). Il affirme ainsi qu’une relation interne unit l’organisation des pratiques quotidiennes et les opérations qui permettent d’en rendre compte (i.e. leur disponibilité à la mise en récit), de les comptabiliser (par exemple d’en produire une version statistique) et d’identifier les agents qui en sont comptables (notamment d’établir ce que Joseph Gusfield appelle les responsabilités causales et politiques d’une situation). C’est dire que les opérations les plus routinières des sciences sociales sont redevables de l’organisation pratique qui assure l’intelligibilité des actions qu’elles analysent.

22 Les sociologies d’Erving Goffman et de Harold Garfinkel sont largement consacrées aux méthodes de raisonnement ordinaire mises en œuvre pour résoudre ces problèmes (What’s going on et What to do next) « à toutes fins pratiques ».

23 Jacques Rancière a vivement critiqué cette délégitimation du spectateur (Rancière, 2008). À ce sujet, Gabriel Tarde mérite une mention particulière, lui qui, avant d’évoquer l’action des publics se demandait : « Puis-je parler de publics agissants sans abuser des métaphores ? Le public, cette foule dispersée, n’est-il pas essentiellement passif ? » (Tarde, 2011, p. 44.)

24 Erving Goffman était sensible à ce pluralisme de l’expérience. Il l’a thématisé en développant la notion de « statuts de participation » (Goffman, 1991 [1974], pp. 223-241) afin de rendre compte de la variété des droits et des obligations engendrés par la coprésence. Par exemple, les conversations que nous entretenons dans les transports en commun peuvent être entendues par toutes les personnes avec lesquelles nous voyageons. Les interlocuteurs ratifiés sont ceux qui prennent activement part aux échanges. Les auditeurs ratifiés peuvent manifester l’attention qu’ils portent à ce que disent les participants sans pour autant intervenir. D’autres enfin ont, du fait de la coprésence, accès à la discussion, mais ils doivent faire preuve d’inattention civile et feindre de ne pas écouter ce qui se dit et même de n’en rien entendre.

25 Nous avons proposé une critique détaillée de cette perspective (Quéré & Terzi, 2011b).

26 La question des limites qui interdisent de mener à bien une entreprise de « respécification » généralisée et qui bornent donc l’horizon de la problématisation, a donné lieu à d’intenses débats en ethnométhodologie. Melvin Pollner a vivement regretté que l’ethnométhodologie ait renoncé à la radicalité de son projet initial, visant à établir une « réflexivité généralisée », concrétisée par l’affirmation que les analyses sociologiques et ethnométhodologiques sont elles-mêmes socialement accomplies (Pollner, 1991). David Bogen et Michael Lynch ont pris leurs distances avec cette position qui implique d’opposer le constructivisme des analyses sociologiques au réalisme naïf qui caractériserait les compréhensions vernaculaires (Bogen & Lynch, 1993).

27 Les objections à l’enquête viennent parfois de l’extérieur du domaine scientifique, à l’instar de celles qui ont empêché la Commission indépendante d’experts de mener son travail à bien dans les circonstances que nous avons évoquées dans la première partie de notre article. La question peut se poser à l’intérieur même du monde scientifique, par exemple quand des associations savantes entreprennent d’établir des Codes d’éthique professionnelle dont les exigences risquent d’interdire la possibilité même de mener à bien des enquêtes ethnographiques (Cefaï et al., 2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Quéré et Cédric Terzi, « Pour une sociologie pragmatiste de l’expérience publique », SociologieS [En ligne], Dossiers, Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4949

Haut de page

Auteurs

Louis Quéré

EHESS, Centre d’études des mouvements sociaux, Paris (France) - quere@ehess.fr

Articles du même auteur

Cédric Terzi

Université de Lille 3 et Centre d’études des mouvements sociaux, EHESS, Paris (France) - cedric.terzi[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page