Navigation – Plan du site
La transmission du métier

Transmission et apprentissage du métier de coureur cycliste

Nicolas Lefèvre

Résumés

Le capital spécifique efficient dans le métier de cycliste est faiblement codifié et les conditions de son acquisition sont informelles. Les voies par lesquelles les jeunes coureurs accèdent au métier font ainsi appel à des droits d’entrée tacites et l’acquisition des savoirs professionnels fait une large place aux apprentissages « sur le tas ». En s’appuyant sur des entretiens, cet article revient sur les modalités de cet apprentissage et sur la socialisation professionnelle spécifique qu’elles sous-tendent. Le propos insiste notamment sur l’idée que la transmission du métier s’inscrit dans une économie des échanges entre pairs au sein des équipes, où les plus anciens ont en charge la formation des nouveaux arrivants.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les travaux sociologiques les plus récents sur le cyclisme abordent principalement ce sport au prisme du dopage (Lê-Germain & Leca, 2005 ; Schneider, 2006 ; Brisonneau et al., 2008 ; Lentillon-Kaestner & Brissonneau, 2009). Plus particulièrement, tous s’attachent à comprendre comment se constitue une culture (ou « sous-culture ») du dopage dans cet univers. Saisies comme des normes et des valeurs régissant les conduites, les pratiques dopantes sont considérées comme fondatrices de la culture cycliste professionnelle. La « carrière pharmacologique » (Brissonneau et al., 2008) apparaît notamment comme la pierre angulaire qui ponctue les conditions d’entrée et d’exercice du métier de coureur cycliste. Bien qu’apportant des éléments nécessaires à la compréhension de ce dernier, ces travaux n’abordent pourtant pas de manière significative l’activité de travail ordinaire des coureurs et un ensemble de conditions objectives qui l’organise. En centrant la focale sur les formes de médicalisation et de rationalisation de la préparation des coureurs, ils minimisent tout un pan de la culture professionnelle dans lequel s’ancrent les pratiques quotidiennes des coureurs au-delà de l’intériorisation des normes et valeurs propres aux pratiques dopantes. De fait, ils passent sous silence les conditions de constitution et de mobilisation du capital spécifique (Mauger, 2006) efficient dans ce champ de pratique dont il convient de disposer pour espérer y faire carrière. Nous avons abordé ailleurs cette question sous l’angle des compétences (Lefèvre, 2011). À cet effet, nous avons notamment souligné que les conditions de reconnaissance et de mise en œuvre des compétences professionnelles sur le marché du travail cycliste s’inscrivent dans une économie des rôles (Combessie, 1982) au sein du groupe. Nous aimerions prolonger ici la réflexion en revenant sur la question de la transmission et de l’apprentissage des savoirs nécessaires à la construction de ces compétences.

2Reposant sur la valorisation d’expériences pratiques, la formation au métier de cycliste ne fait l’objet d’aucune reconnaissance par un titre garantissant une compétence donnant un droit légitime d’entrée sur le marché du travail. Le capital spécifique efficient dans le cyclisme est faiblement codifié et les conditions de son acquisition sont informelles. Les voies par lesquelles les jeunes coureurs accèdent au métier de cycliste font ainsi appel à des droits d’entrée tacites et l’acquisition des savoirs professionnels fait une large place aux apprentissages « sur le tas ». Ces conditions d’apprentissage du métier reposent sur des processus implicites et demeurent largement invisibles aux yeux de tous. Cette dynamique de formation renforce les représentations substantialistes qui mobilisent le registre de la vocation et du don comme condition de possibilité de faire carrière dans ce sport (Lefèvre, 2010). Également, elle crédibilise encore davantage la figure du sportif autodidacte dont le seul « talent » serait finalement source de réussite.

3Pourtant, à étudier de près les conditions d’appropriation des savoirs nécessaires au métier de cycliste, il s’avère que la figure de l’autodidacte reste en grande partie un mythe servant à alimenter l’image médiatique du champion incréé. En effet, si l’on considère que l’autodidaxie renvoie à « l’appropriation hérétique de savoirs légitimes » (Poliack, 1992, p. 10), il est visible que l’appropriation des savoirs nécessaires à l’exercice du métier de coureur cycliste s’inscrit dans un système de relations et d’interdépendances où une contrainte collective pèse sur le jeune apprenant. De fait, s’il n’existe pas une trajectoire idéale-typique, un certain nombre de points de passage, marqués par l’institution et par les pairs, semblent cependant obligés. Passer outre réduit considérablement les chances d’entrée et de maintien dans l’univers professionnel. En nous appuyant principalement sur une série d’entretiens (Cf. encadré Méthodes d’enquête), notre propos revient sur cette socialisation professionnelle spécifique. Particulièrement, nous insistons sur l’idée que ce qui est en jeu dans celle-ci n’est pas seulement la transmission de savoirs et savoir-faire qui prennent forme pratique dans les corps de façon individuelle mais aussi celle de normes et de valeurs, de convictions, de représentations communes, d’obligations et de règles implicites qui fondent les rapports sociaux spécifiques sur lesquels s’appuie le métier. Nous montrons que cette transmission s’inscrit particulièrement dans une économie des échanges entre pairs au sein des équipes, où les plus anciens ont en charge la formation des nouveaux arrivants.

Méthodes d’enquête
L’enquête présentée ici s’appuie sur un travail mené durant plusieurs années sur le cyclisme amateur de haut niveau et professionnel français (Lefèvre, 2007). Pour les besoins de la présente analyse, nous exploitons uniquement certaines données recueillies par entretiens au sein du cyclisme professionnel. Nous mobiliserons ainsi une série de vingt-trois entretiens. Parmi ceux-là, seize entretiens biographiques ont été menés auprès de coureurs cyclistes professionnels en activité ou ayant eu une carrière entre les années 1990 et 2000. Par cet intermédiaire, il s’agissait de retracer des trajectoires singulières capables de rendre compte des processus objectifs et subjectifs qui fondent les pratiques professionnelles. Ont ainsi été questionnés tout à la fois les conditions d’entrée sur le marché, les formes d’apprentissage du métier, les logiques d’organisation et le fonctionnement du collectif de travail ou encore les conditions d’intégration professionnelle. À cela se sont ajoutés sept entretiens de type semi-directif conduits auprès de managers ou de directeurs sportifs d’équipes professionnelles en activité ou reconvertis (Tableau de présentation des interviewés en Annexes). Le guide d’entretien utilisé avait vocation à aborder les différentes dimensions constitutives des pratiques de détection, de formation et de recrutement des équipes professionnelles, mais aussi les prises de positions et les catégories de perceptions qui organisent ces pratiques.

Modalités de transmission du métier

  • 1 Enquête menée par nos soins en 2005 auprès de l’ensemble des coureurs professionnels français évolu (...)

4La moyenne d’âge des coureurs cyclistes professionnels français est de vingt-six ans, le plus jeune coureur ayant dix-neuf ans et le plus ancien trente-sept ans. 15,7% des coureurs ont moins de vingt-trois ans (catégorie espoirs), 47,1% ont entre vingt-trois et vingt-six ans et 37,1% ont vingt-sept ans et plus 1. La cohésion sociale qui caractérise les équipes professionnelles répond de cette distribution hétérogène des âges. Celle-ci a un rôle déterminant sur les conditions de formation des jeunes arrivants. Les relations entre les anciens (qui peuvent être jeunes biologiquement) et les nouveaux, entre « celui qui sait et celui qui apprend », apparaissent comme « le "lieu" spécifique de transmission du métier » (Jalaudin & Moreau, 2002, p. 56) : « Le métier de coureur tu l’apprends avec les anciens, avec les capitaines de routes qui sont là justement pour apprendre le métier de coureur aux plus jeunes. C’est comme chez les amateurs ça se transmet, c’est… ça se transmet » (Laurent).

5À l’image du compagnonnage, cette transmission s’opère de manière privilégiée au travers de maîtres que sont les « capitaines de route ». Coureurs expérimentés, reconnus au sein de l’équipe, voire même dans le peloton, pour leur « professionnalisme », personnes de confiance sur qui l’on peut compter, c’est sur eux que les équipes professionnelles reposent pour former les plus jeunes. Le capitaine de route est un relais privilégié entre la direction sportive et les coureurs, il gère et organise le groupe sur le terrain.

  • 2 Lorsqu’il y a du vent, « faire une bordure » (ou « faire un éventail ») désigne le fait que plusieu (...)

« J’étais capitaine de route quatre ans chez X [équipe professionnelle] […] Je devais éduquer les jeunes, transmettre mon savoir-faire aux jeunes […] C’était ça un peu mon rôle, d’apprendre à faire une bordure 2, d’apprendre à rentrer dans les délais, toutes les petites ficelles du métier […] capitaine de route t’es en relation avec le directeur sportif et les coureurs. Tu fais un peu le pont entre les deux. Capitaine de route c’est un peu ingrat parce que t’es 50% avec les coureurs, 50% avec le directeur sportif. Donc moi je devais redonner toutes les infos au directeur sportif et c’est moi qui gérais un peu les coureurs sur le terrain en course. T’es un peu responsable des coureurs. Leur dire ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire. "Ne va pas là chercher un bidon parce que ça roule à cinquante à l’heure, faut savoir que pour aller chercher un bidon, il faut y aller quand il y a vent de face ou qu’il y ait un moment stratégique". Ou "attends untel parce qu’il a crevé, mais descends pas à la file des voitures, attends derrière le peloton", c’est tout ça. Donc j’étais un petit peu éducateur pendant quatre, cinq ans » (Paul).

6Au travers de conseils techniques et tactiques, le capitaine de route transmet des manières de faire afin que les nouveaux arrivants puissent répondre aux exigences collectives qu’impose le travail en équipe. Reconnu comme chef de file, il est un véritable guide « en acte », dont les conseils prennent tout leur sens dans la confrontation à des difficultés immédiates. Il tend à ce que les jeunes coureurs acquièrent un sens de la course. Dans cette démarche, leur expérience des courses sur le circuit national et international est un bien précieux auprès des jeunes pour qui ces courses sont une découverte.

« On découvre, on découvre un peu, mais en même temps les anciens sont là aussi, ils connaissent aussi comment ça se passe, au niveau des courses ils les ont faites plusieurs fois donc ils savent comment gérer la course, le directeur sportif aussi, donc on prend aussi exemple sur les anciens, en tant que directeur sportif et coureur » (Sébastien).

7Les capitaines de route font en sorte que le jeune coureur apprenne à se placer dans le peloton, qu’il en repère les mouvements, qu’il anticipe ses évolutions, qu’il devienne autonome dans la façon de gérer sa course, bref qu’il « apprenne à courir ».

« Les plus anciens c’est bien parce qu’ils permettent de nous mettre un petit peu de pression aussi, de nous donner des petits conseils, des petites choses qu’un jeune ne peut pas te dire, ou tu vas peut-être l’écouter peut-être moins facilement qu’un ancien. Moi je voyais quand j’ai gagné l’étape à la Sarthe, y’a Laurent Brochard qu’est venu me voir et il m’a dit : "Vas-y, c’est là qu’il faut que tu te replaces, avant le virage, parce qu’après ça va être vent de côté et après c’est fini". Et puis j’ai fait ce qu’il m’a dit et ça a payé, je gagne. Il était content » (Marc).

8« Les petits trucs que les anciens apprennent aux jeunes » (Marc) portent au-delà du sens de la course sur toutes les dimensions constitutives du métier. Les conseils prodigués portent par exemple sur la récupération et l’hygiène de vie à tenir lorsqu’on est coureur professionnel : « Les anciens ce qu’ils t’apprennent c’est surtout après, surtout à être bien tranquille dans les chambres, faut avoir le moins de perte de temps possible aussi, que tu ne trainasses pas au camion, tu files, c’est le repos, la récup’, pas mal de choses » (François). Les coureurs les plus aguerris aux pratiques de négociation et aux tractations sur le marché du travail peuvent également conseiller les plus jeunes dans la négociation de leur salaire par exemple. C’est ce que laisse entendre l’exemple suivant.

« En 99, je terminais ma deuxième année de contrat et là des équipes ont commencé à s’intéresser à moi, notamment X [une équipe professionnelle]. Et là on commence à me proposer des salaires aux alentours des cents mille francs, là ça commence à être des gros, gros salaires […] Et c’est les premières grosses négociations et on n’est pas forcément prêt à négocier des sommes comme ça parce qu’on ne sait pas. Quand c’est comme ça, souvent, on va voir les anciens. Moi je me souviens à l’époque j’avais demandé un peu à S., à L. : "À ton avis, combien, comment je peux faire ? etc., etc.". Donc les gars m’avaient orienté, comme j’étais tout jeune et que mon salaire c’était eux qui le tenaient en main, ils m’ont dit : "Laisse parler les gens d’abord et après tu vois, tu ne dis pas forcément oui même si t’es super content". Parce que quand on m’a proposé cent mille francs j’étais, euh… [il avale exagérément sa salive pour dire qu’il était estomaqué, puis il prend un air faussement sérieux et dit] Euh, oui, d’accord, c’est à peu près ce que j’avais prévu ! [Il rit]. Mais en fait c’était pas du tout ça quoi ! Mais bon c’est… en fait c’est les anciens qui nous apprennent à négocier notre salaire » (Marc).

9Enfin, les anciens participent d’une certaine manière à ce que les plus jeunes intériorisent ce que l’on pourrait appeler un « sens du métier ». Dès son arrivée, le nouvel arrivant est ainsi confronté à un processus de désacralisation d’un métier vécu comme la réalisation d’un rêve : « Moi, quand je suis arrivé, je regardais tous les coureurs et je me disais "je suis à côté d’eux", je vivais un rêve quoi » (Loïc). En leur faisant prendre conscience des réalités qui entourent le métier et de ce qui s’y joue, les anciens tendent à en donner une vision « désenchantée » : « J’ai un peu plus de responsabilités, notamment au niveau des jeunes, de bien leur tracer la voie, de leur dire un peu de conseils, comment ça se passe, parce que c’est vrai que quand tu débarques chez les pros, si tu vois la vie en rose c’est pas ça du tout quoi ! » (Raphaël). Le pragmatisme avec lequel le jeune coureur doit envisager son métier n’annihile pas pour autant la passion. Si celle-ci persiste – et ne doit pas être passée sous silence au risque de paraître désajustée dans un univers qui la revendique comme moteur des conduites – il reste que l’enchantement qu’elle peut susciter doit quant à lui être relégué pour se confronter aux enjeux d’un jeu qui n’autorise pas le dilettantisme :

« En fait, faut mettre la passion de côté. Moi, c’est ce qu’on m’a dit quand je suis arrivé chez les pros, les mecs de l’équipe m’ont dit "tu mets la passion de côté, maintenant tu fais ton métier. C’est ton métier, c’est fini la passion. Faut plus rêver, c’est ton métier" » (Philippe).

Une nécessaire soumission

  • 3 Pour Max Weber, le caractère traditionnel de la domination repose « sur la croyance quotidienne en (...)

10Comme le rappelle Bernard Lahire, « c’est toujours à travers la maîtrise d’autrui, à travers des formes toujours spécifiques d’exercice du pouvoir que peuvent se "transmettre" ou se construire les savoirs et savoir-faire » (Lahire, 1995, p. 120). Les conditions de transmission du métier de cycliste n’échappent pas à ce principe. La légitimité de la domination exercée par les coureurs les plus expérimentés sur les plus jeunes trouve son fondement dans son caractère traditionnel 3. La place immuable des « anciens » dans le processus de formation au métier de coureur est reconnue de tous et semble indiscutable, ce que l’on entrevoit avec Bruno, manager général d’une équipe professionnelle, pour qui la légitimité de ceux qui ont l’expérience ne peut en aucun cas être remise en cause : « Faut respecter les anciens, y’a des capitaines, ça se respecte. Et le jour où ils ont tort, c’est pour toutes les fois où ils ont raison, ils ont toujours raison. Parce que personne n’est infaillible. Non, c’est la transmission tout simplement. C’est très simple » (Bruno).

11L’attachement au respect des « aînés », s’inscrit plus globalement dans une vision conservatrice des valeurs traditionnelles du cyclisme où le respect de l’ordre établi est entretenu par un processus de reproduction des membres en interne. Des observations que nous avons effectuées (en 2005) indiquent ainsi que 70 % des directeurs sportifs et des managers généraux des équipes professionnelles françaises sont d’anciens coureurs professionnels et que les 30 % restant ont quant à eux connu une carrière d’amateur de haut niveau. Pour Yves, ancien directeur sportif, l’univers du cyclisme reste « un petit milieu qui vit en autarcie et en consanguinité, c'est-à-dire que les anciens coureurs deviennent des mécanos, des soigneurs, des directeurs sportifs et tout ce beau monde perpétue les traditions, les us et coutumes et la culture qu’ils ont appris ». Ceux par qui les conditions de la reproduction sont possibles font ainsi en sorte de ne jamais oublier de faire référence à l’héritage passé comme fondement de la culture du cyclisme. Fréquemment mobilisées dans les discours de célébration, les références à la mémoire collective ont pour fonction d’affirmer la légitimité des pratiques mises en place et par là même celle de leurs producteurs. En témoignent les propos suivant de Gilles :

« Je pense qu’on est porteur d’un mode de fonctionnement, de valeurs, bon ça ressort finalement à un moment et à un autre. Je pense qu’il y a la nécessité de faire référence aux anciens, parce que c’est un sport de culture, y’a quand même plein de gens qu’ont marqué l’histoire du vélo avant que nous, on intervienne. Et puis, à côté, la nécessité de s’inscrire dans la modernité parce que y’a aussi des choses qui évoluent […] Donc y’a la nécessaire adaptation à ces nouvelles conditions mais en même temps y’a des racines » (Gilles).

12Cette manière de voir les choses impose les plus anciens dans le métier comme détenteurs uniques des vérités de la pratique. En les mobilisant comme voie privilégiée d’accès aux savoirs relatifs au métier, les équipes professionnelles transforment par là-même des différences de carrières et de position en inégalités de prestige (Sabelli, 1982). Sous la forme du « j’ai encore beaucoup à apprendre », les plus jeunes concèdent alors une véritable confiance, une estime et une reconnaissance aux coureurs les plus expérimentés en qui ils voient la source de l’apprentissage des « ficelles du métier » qui leur permettront de progresser dans le milieu : « Quand tu vas en élite, que tu vas avec les anciens, eux ont fréquenté le haut niveau, ils savent ce qu’il y a à faire et pas faire et c’est là où tu vois les résultats. Tu regardes pas mal ce qu’ils font et c’est là où t’apprends » (Sébastien). Il faut toutefois nuancer le propos en précisant que la valeur de l’expérience peut aussi être remise en cause si elle n’est pas accompagnée de manière générale d’un palmarès, d’une sorte de « passé glorieux » ou d’une réputation au sein de l’espace de pratique. C’est ce que sous-entend Raphaël que l’on interroge sur la façon dont il a appris les premiers rudiments du métier : « Avant, j’avais des petits conseils à droite à gauche. Après j’essayais de bien me concentrer sur les conseils des anciens qu’ont eu de la réussite, qu’ont une bonne mentalité, des choses comme ça quoi ».

  • 4 « Tout véritable rapport de domination comporte un minimum de volonté d’obéir, par conséquent un in (...)

13Usant tout à la fois de l’expérience accumulée reconnue par les pairs et de la légitimité que leur accorde l’institution, les plus anciens sont alors plus à même de voir les nouveaux arrivants se conformer à leurs attentes. Toutes les formes d’exploitation sont alors admises et acceptables par ceux qui les subissent dans la mesure où elles sont censées conférer des profits en retour 4. Profits que le jeune entrant ne peut obtenir qu’en « faisant ses preuves », passage obligé reconnu comme nécessaire à l’apprentissage (« il faut en passer par là »), sans lequel l’intégration dans l’équipe et la reconnaissance des pairs ne peut être acquise. Exercer le rôle d’équipier est ainsi le moyen privilégié par lequel se réalise cette acquisition : « En général ils [les jeunes arrivants] font l’équipier, c’est une manière d’apprendre le métier, apprendre à courir, etc. » (Yves). Parce que « la jeune pousse » ne peut espérer glaner un poste de chef de route au sein de l’équipe, notamment du fait qu’on la considère encore inexpérimentée et « trop tendre », elle doit ainsi comprendre que le rythme d’accès à ce type de poste est « contraint par la durée socialement définie comme nécessaire à l’acquisition des savoir-faire » (Paradeise, 1987, p. 39). L’ordre des choses, ainsi défini, installe une dépendance des jeunes envers les anciens. C’est ce que l’on peut envisager avec François. Au moment où nous le rencontrons, il a déjà signé un contrat avec une autre équipe pour sa prochaine saison. Étant donné son jeune âge, les conditions de son engagement en tant qu’équipier ont été clairement énoncées. Il voit dans ce rôle la source d’acquisition d’un savoir qu’il ne pourrait obtenir autrement.

« Quand j’ai eu le directeur sportif, il m’a dit "tu feras les classiques, mais tu seras là pour épauler S." [un des leaders de sa nouvelle équipe]. Ils ne me demanderont pas de finir, mais j’aurai un objectif de tant à tant de kilomètres, faut que lui il soit bien placé, il n’a pas à bouffer du vent et tout. C’est comme ça que t’apprends. C’est en épaulant les grands que… moi je vois, j’en parlais avec E. [un coureur expérimenté], il me dit "Paris-Roubaix j’ai épaulé Duclos-Lassalle quand il a gagné ses Paris-Roubaix, c’est là que t’apprends". Parce que l’ancien, tu l’aides, mais lui il te fait des retours aussi, il t’apprend les petits filons que d’autres à côté, quand toi tu fais ta course petit, tu ne vois pas non plus. Faut tout faire pour apprendre aussi […] Moi je sais que peut-être qu’un jour j’arriverai peut-être à percer, mais je sais qu’avant il faut que je progresse, que je passe par là, à aider les grands leaders et à apprendre. Faut pas se voiler la face » (François).

  • 5 Ce d’autant plus qu’il n’est pas rare que les coureurs qui ont du métier jouent un rôle central dan (...)
  • 6 On retrouve également ce type de processus au sein du corps préfectoral tel que décrit par Éric Kér (...)

14En même temps qu’elles prennent la forme d’exercices structuraux, les situations où les plus jeunes doivent se mettre au service des plus anciens se présentent comme un véritable rite d’institution visant à ce que les nouveaux arrivants incorporent aussi le sens des limites, notamment les principes de division du collectif dans lesquels ils doivent reconnaître l’autorité morale des plus anciens et leur montrer une certaines docilité : « Si t’arrives et que tu fais le caïd, là ça passe pas. Il faut arriver par la petite porte, faut s’intégrer » (Paul). On comprend par-là que « la docilité apparente n’est pas une condition suffisante, mais certainement une condition nécessaire de toute promotion » (Boigeol, 1989, p. 54) et d’intégration au sein du groupe. En se conformant au discours officiel, aux règles implicites et à la hiérarchie qu’il impose, les plus jeunes tendent progressivement à acquérir un rôle au sein de l’équipe et la confiance du groupe. Il n’est pas dans leur intérêt de remettre en question la définition légitime et les normes officielles dont les coureurs les plus anciens se font porteurs, au risque d’être exclu et donc d’amputer leurs chances futures de réussite 5. Aussi, en étant conformes aux valeurs du groupe et à ses règles ils peuvent espérer retirer les profits symboliques supplémentaires liés à cette conformité et de fait acquérir un nouveau statut dans l’équipe. Tout comme l’apprentissage des lads jockey jusque dans les années 1960, le conformisme est « constitutif de la socialisation professionnelle au cours de laquelle l’individu intégrait profondément les exigences du métier sous formes d’habitus » (Ould Ferhat, 2003, p. 222) 6. Parce que la consécration appelle aussi à une reconnaissance de l’ordre établi qui accorde cette consécration, rares sont ceux qui ne tiennent pas cette position : « Tu sais, quand t’es jeune, en général, la première année surtout, il n’y a pas trop de grandes gueules » (Bernard, directeur sportif). Outrepasser cette posture est immanquablement s’exposer à des rappels à l’ordre des plus anciens et au contrôle social qu’ils exercent – dont l’efficacité trouve son principe dans le fait qu’ils s’adressent à des individus prédisposés à les percevoir comme tels et donc à en tenir compte. La soumission comme forme d’acquisition des savoirs est donc un prérequis qui s’avère plus payant que toute forme de résistance ou d’émancipation qui chercherait à braver la hiérarchie établie.

Apprendre sur le tas

  • 7 Vélo Magazine, n°439, mars 2007, p. 24.

15Cette modalité de transmission du métier ne peut néanmoins être efficace que si elle s’inscrit dans un processus d’échange et non un dans processus unilatéral (de l’ancien vers le jeune). Comme le rappelle Bernard Zarca à propos des compagnons les plus expérimentés dans les métiers de l’artisanat traditionnel, « ceux-ci trouveront des gratifications symboliques à transmettre savoir-faire, tours de main et ficelles du métier à des jeunes qui auront montré, par leur attitude, leur désir d’apprendre » (Zarca, 1988, p. 261). En effet, sentir un auditoire réceptif est sans nul doute une des conditions nécessaires pour que les coureurs les plus expérimentés prodiguent leur savoir. C’est ce que l’on comprend dans ce que livrait à un magazine spécialisé Erik Zabel, coureur professionnel allemand de trente-huit ans au moment de l’interview : « Dans l’équipe, certains jeunes sont à l’écoute de ce que je dis. [Ils] ont envie d’apprendre. Nous sommes souvent ensemble à table ou après le repas devant un café et je leur donne quelques conseils. Je sens qu’ils sont contents que je leur parle » 7. Autant qu’il leur est transmis, le savoir relatif au métier doit faire l’objet d’un processus actif d’appropriation par le coureur qui passe par l’observation. Tout comme la boxe (Wacquant, 2002) ou la danse, « regarder, observer attentivement ou furtivement pour imiter, est une modalité d’apprentissage essentielle » (Faure, 2000, p. 120). Comme l’évoque Denis (directeur sportif), « le coureur doit beaucoup observer […] il faut qu’il observe beaucoup au contact des autres, des autres coureurs de son équipe, mais des autres coureurs du peloton également, je pense que c’est en observant déjà qu’il faut voir un petit peu et progresser à partir de là ».

16Observer le « coup de pédale », le placement des coureurs expérimentés dans le peloton, leur façon de se comporter dans une échappée, de se comporter hors de la course, etc., sont autant d’indices que le nouvel arrivant va pouvoir ensuite imiter : « Tu regardes beaucoup les vieux comment ils font et t’essayes de les copier un peu. Tu singes plutôt qu’autre chose quoi [il rit] » (Marc). Dans les propos de Marc joue ici ce que Bernard Zarca appelle « l’identification mimétique » où « le geste appris est un geste regardé » (Zarca, 1988, p.250). Les coureurs ne miment pas « des "modèles" mais les actions des autres » (Bourdieu, 1980, p. 124). C’est ce que l’on peut lire dans le récit de Steve Chainel, néo-professionnel en 2007 :

  • 8 La France Cycliste, n°2226, juin/juillet 2007.

« Je sais que je dois encore apprendre. C'est la raison pour laquelle je me rapproche de coureurs comme Sébastien Joly, Jean Patrick Nazon, Sébastien Chavanel ou même Philippe Gilbert. Je les observe, regarde les braquets qu'ils utilisent. Moi, j'ai souvent tendance à trop mouliner. Je suis en quête de petits conseils. Avec Gilbert par exemple, quand je suis loin dans le peloton, je lui dis en rigolant : "On est pas mal là, non, Philippe ?" Et lui me répond : "Ah non, là, tu vois, on est un peu loin..." C'est en regardant des coureurs comme lui qu'on apprend et que moi, au fil du temps je vais pouvoir faire mon petit bonhomme de chemin » 8.

  • 9 On retrouve ce processus dans la construction de l’habitus marin tel que décrit par Cécile Créach’ (...)

17Le coureur doit donc apprendre autant qu’on lui apprend 9 : « Ça vient pas comme ça, donc faut apprendre, ouvrir les yeux, savoir ce qu’il faut faire, pas faire et puis faire attention à ce qu’on fait » (Raphaël). Le coureur apprend ainsi en toute circonstance, sur le vélo mais aussi en dehors, notamment lors de moments qu’offre le collectif de travail en dehors de la course, tout comme il apprend à trier parmi les informations perçues et reçues de l’ensemble du milieu pour finalement intérioriser la « culture du métier » comme le souligne l’extrait d’entretien suivant avec un ancien directeur sportif :

« L’apprentissage, il est tout le temps en fait. Prenons le cas du néo-professionnel. Bon, il arrive à l’hôtel, déjà on va le mettre dans une chambre avec un ancien, on le met avec quelqu’un qu’est pas obligatoirement un très ancien mais qu’a un peu de bouteille, qui a peut-être deux ou trois ans de plus, de manière à ce qu’il apprenne. Parce que si on met deux néo-pros ensemble, ils ne vont rien s’apprendre, si on le met avec quelqu’un d’un peu plus mûr il va apprendre. Il va apprendre en course, il va apprendre dans la chambre en discutant de la course le soir, il va apprendre dans la chambre en préparant ses affaires, il va apprendre avec les mécanos, il va apprendre avec les soigneurs en se faisant masser, en fait il reçoit des infos beaucoup plus qu’on ne croit toute la journée. Ce n’est pas que dans la course. Il apprend à table quand on mange, y’a des histoires qui se racontent. À partir du moment où on vit ensemble vingt-quatre heures sur vingt-quatre, deux-cents-quatre-vingts jours par an, la formation est permanente, elle est avec les coureurs dans les chambres, dans la course, après la course, avec les soigneurs au massage. […] Et en fait au bout de deux ou trois ans, ils se font une culture cycliste. C’est assez… y’a pas de cours, y’a pas de… en fait c’est tout le monde qui participe consciemment ou inconsciemment à la formation des jeunes, à donner la culture du métier ».

18Dans cette façon de voir les choses, l’erreur fait inévitablement partie du jeu. Les conditions dans lesquelles les savoirs sont appris – par « le bouche à oreille » et « en ouvrant les yeux » – et les conditions dans lesquelles leur efficacité est vérifiée, c'est-à-dire uniquement en pratique, entretient l’idée que le cyclisme « n’est pas une science exacte » et que l’erreur, inévitable soit-elle, demeure source d’apprentissage. C’est aussi par cet intermédiaire que l’on comprend que pour les coureurs le processus d’apprentissage du métier est irréductible au temps de la carrière, comme le suggère Marc :

« Je crois que t’apprends toute ta carrière ; déjà d’une, parce que t’apprends toujours, toujours, toujours… j’ai encore appris sur l’entraînement cette année. On apprend sans arrêt parce que plus t’avances, plus tu fais d’erreurs et que cette erreur faut plus la faire. On en fait toujours des erreurs et puis l’année d’après on essaye de plus en faire ».

19Tout comme les musiciens de jazz, « l’apprentissage consiste pour l’essentiel à appréhender les difficultés en situation et à construire au coup par coup les savoir-faire nécessaires à leur résolution » (Coulangeon, 1999, p. 60). L’accumulation des situations pratiques, mises en relation avec les savoirs transmis oralement par les pairs ou les autres agents, constitue progressivement un modus operandi propre à éviter la reproduction des mêmes erreurs. Par cet intermédiaire se comprend également la façon récurrente par laquelle les indigènes font du cyclisme un sport à « maturité tardive ». Si celle-ci renvoie très souvent dans les discours à une maturité physiologique – relative notamment au fait que le coureur au fil des années « prend de la force » – l’expérience vécue n’est jamais très loin : « La maturité physique je pense que c’est environ trente ans et après t’as plus de maturité sur l’expérience, sur les erreurs à ne pas faire » (Marc). C’est bien parce que « la science de la course s’apprend en pratiquant » (Yves) que le nombre des années « pèse dans la balance » pour les coureurs. Acquérir de l’expérience par la répétition des mêmes courses, des difficultés qu’elles proposent et des erreurs commises permet d’anticiper son déroulement et constitue autant d’atouts qui fondent l’efficacité du coureur qui « a du métier ». 

« L’expérience c’est aussi les courses. Les quatre jours de Dunkerque par exemple, ça doit faire la sept ou huitième fois que je le fais, donc forcément je sais plus ou moins comment ça va se courir, je me fais moins avoir. Quand je sais que y’a beaucoup de vent, je prends plus le temps de bien regarder la carte alors qu’un jeune dira "on verra comment ça va se passer" et nous les anciens on sait un peu plus où ça va se faire, alors que les jeunes n’ont pas regardé, donc ils ne savent pas. Bon c’est des bricoles comme ça qui font la différence » (Marc).

20Ces connaissances pratiques sont davantage que des « ficelles du métier », elles permettent finalement de faire la différence avec les nouveaux arrivants en cours d’apprentissage.

Conclusion

  • 10 À ce propos, Erik Dekker, coureur professionnel hollandais de trente-six ans rappelait lors d’une i (...)

21L’apprentissage du métier de coureur cycliste trouve son fondement dans les rapports qu’entretiennent les coureurs et prend forme dans un processus d’échange où les anciens diffusent les « ficelles du métier », indiciblement ou explicitement, pendant que les jeunes les décodent, consciemment ou non, en même temps qu’ils en font l’expérience, avant finalement de les intérioriser. Processus diffus, constant, non réductible dans le temps, suscité autant que sollicité, l’apprentissage du métier est le fruit d’une longue transmission tacite où chaque individualité qui fonde la culture du milieu participe à sa manière. L’efficacité de cette transmission collective tient au fait qu’elle est omniprésente et sans cesse réactualisée en fonction des nouveaux acquis du coureur. La transmission entre pairs comme acte traditionnel d’apprentissage, perpétue ainsi la culture du métier de cycliste de génération en génération 10. Elle reproduit de fait les normes et les valeurs dominantes historiquement produites qui règlent les rapports sociaux et avec elle les formes de domination traditionnelle qui les accompagnent. Celles-ci sont finalement admises et acceptées par ceux qui les subissent dans la mesure où elles confèrent des profits en retour : celui d’apprendre les « ficelles » du métier ; et celui d’être reconnu par les pairs comme faisant partie des « gens de métier ».

Prénom (fictif)

Âge

PCS

Situation au moment de l’enquête

Diplôme

Père

Mère

Philippe

22

Menuisier ébéniste

Mère au foyer

Néo-professionnel

BEP Mécanique Auto

Pierre

22

Chef de service dans une usine

Coursière pour un laboratoire d’analyse

(mi-temps)

Néo-professionnel

Aucun diplôme

Julien

23

Chargé de mission cyclisme dans un Conseil Général

Institutrice

Néo-professionnel

Licence STAPS

François

23

Carrossier

Aide-soignante

Néo-professionnel

Bac Pro Vente

Jonathan

24

Ouvrier viticole

Femme de ménage

Néo-professionnel

CAP Viticulture

Sébastien

24

Ouvrier

Ouvrière

Professionnel depuis trois ans

BEP – CAP Electrotechnique

Cédric

25

Ouvrier

Mère au foyer

Professionnel depuis deux ans

CAP Plomberie

Raphael

26

Ouvrier

Ouvrière

Professionnel depuis quatre ans

Bac Pro Structure métallique

Marc

27

Gérant d’une société d’animation (indépendant)

Chômage

Professionnel depuis huit ans

Aucun diplôme

Stéphane

30

Agent de production

Mère au foyer

Professionnel depuis un an

Aucun diplôme

Anciens coureurs professionnels

Loïc

30

Plombier (employé)

Garde d’enfant

Coureur amateur

BEP Bureautique

Hervé

36

Ouvrier

Sans profession

Educateur territorial des APS détaché à l’encadrement d’un pôle Espoirs

DUT technique de commercialisation

Sylvain

36

Informaticien à la sécurité sociale

Employé administratif

Propriétaire de deux magasins et directeur sportif (bénévole) d’une équipe élite amateur

Bac Scientifique

Laurent

37

Ouvrier

Ouvrier

Employé à la direction de la communication pour une communauté urbaine

CAP Chaudronnerie

Maurice

41

Ouvrier

Femme de ménage

Educateur sportif pour jeune en réinsertion (employé par une mairie)

Aucun diplôme

Paul

41

Chauffeur livreur

Femme de ménage

Directeur sportif salarié d’une équipe élite amateur

Aucun diplôme

Prénom (fictif)

Fonction

Carrière sportive

Gilbert

Manager général d’une équipe professionnelle

Coureur professionnel

Bruno

Manager général d’une équipe professionnelle

Coureur professionnel

Louis

Directeur sportif d’une équipe professionnelle

Coureur professionnel

Denis

Directeur sportif d’une équipe professionnelle

Amateur de haut niveau

Bernard

Directeur sportif d’une équipe professionnelle

Amateur régional

Yves

Ancien directeur sportif d’une équipe professionnelle

Amateur national

Gilles

Ancien directeur sportif d’une équipe professionnelle

Amateur de haut niveau

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Boigeol A. (1989), « La formation des magistrats : de l’apprentissage sur le tas à l’école professionnelle », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 76-77, pp. 49-64.

Bourdieu P. (1980), Le Sens pratique, Paris, Les Éditions de Minuit.

Brisonneau C., Aubel O. & F. Ohl (2008), L’Épreuve du dopage. Sociologie du cyclisme professionnel, Paris, Presses universitaires de France.

Combessie J.-C. (1982), « Marché du travail et dynamiques des valeurs. La cueillette du coton en Andalousie », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 41, pp. 73-86.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Coulangeon P. (1999), « Les musiciens de jazz : les chemins de la professionnalisation », Genèses, n° 36, pp. 54-68.
DOI : 10.3406/genes.1999.1579

Créach’ C. & A. Sébilleau (2004), « La formation des "habitus de navigateurs" », dans Dispositions et pratiques sportives. Débats actuels en sociologie du sport, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 99-111.

Faure S. (2000), Apprendre par corps. Socio-anthropologie des techniques de danse, Paris, Éditions La Dispute.

Jalaudin C. & G. Moreau (2002), « Transmettre le métier : les complexités de la relation maître/apprenti », dans Piotet F. (dir.), La Révolution des métiers, Paris, Presses universitaires de France, pp. 53-76.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kérrouche É. (1997), « L’apprentissage du rôle de sous-préfet », Politix, n° 38, pp. 88-110.
DOI : 10.3406/polix.1997.1669

Lahire B. (1995), Tableaux de famille, Paris, Éditions Gallimard/Le Seuil.

Lê-Germain É. & R. Leca (2005), « Les pratiques dopantes fondatrices de la sous-culture cycliste (1965-1999) », STAPS, n° 70, pp. 109-125.

Lefèvre N. (2007), Le cyclisme d’élite français : un modèle singulier de formation et d’emploi, Thèse pour le doctorat de sociologie, Université de Nantes.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lefèvre N. (2010), « Construction sociale du don et de la vocation de cycliste », Sociétés Contemporaines, n° 80, pp. 47-72.
DOI : 10.3917/soco.080.0047

Lefèvre N. (2011), « Compétences professionnelles et économie des rapports sociaux sur le marché du travail cycliste », dans Gasparini W. & L. Pichot (dir.), Les Compétences au travail : sport et corps à l’épreuve des organisations, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 155-178.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lentillon-Kaestner V. & C. Brissonneau (2009), « Appropriation progressive de la culture du dopage dans le cyclisme », Déviance et Société, vol. 33, n° 4, pp. 519-541.
DOI : 10.3917/ds.334.0519

Mauger G. (2006), « Le capital spécifique », dans Mauger G. (dir.), L’Accès à la vie d’artiste. Sélection et consécration artistiques, Bellecombes-en-Bauges, Éditions du Croquant, pp. 237-253.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ould Ferhat L. (2003), « La crise du recrutement des lads-jockeys : l’essoufflement d’un système d’emploi corporatiste », Sociologie du travail, n° 45, pp. 211-235.
DOI : 10.1016/S0038-0296(03)00015-3

Paradeise C. (1987), « Des savoirs aux compétences : qualification et régulation des marchés du travail », Sociologie du travail, n° 1, pp. 35-46.

Poliak C. F, (1992), La Vocation d’autodidacte, Paris, Éditions L’Harmattan.

Sabelli F. (1982), « Le rite d’institution. Résistance et domination », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, pp. 64-69.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Schneider AJ. H. (2006), « Cultural Nuances: Doping, Cycling and the Tour de France », Sport in Society, vol. 9, n° 2, pp. 212-226.
DOI : 10.1080/17430430500491272

Wacquant L. (2002), Corps et âme. Carnets ethnographique d’un apprenti boxeur, Marseille, Éditions Agone, 2ème édition.

Weber M. (1995), Économie et société. Tome 1. Les catégories de la sociologie, Paris, Éditions Pocket.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Zarca B. (1988), « Identité de métier et identité artisanale », Revue française de sociologie, n° 29, pp. 247-273.
DOI : 10.2307/3321907

Haut de page

Notes

1 Enquête menée par nos soins en 2005 auprès de l’ensemble des coureurs professionnels français évoluant dans une équipe française (N=128, taux de réponse de 57%).

2 Lorsqu’il y a du vent, « faire une bordure » (ou « faire un éventail ») désigne le fait que plusieurs coureurs de la même équipe (voire d’équipes différentes dans certains cas) s’organisent de manière à se relayer tout en se protégeant du vent.

3 Pour Max Weber, le caractère traditionnel de la domination repose « sur la croyance quotidienne en la sainteté de traditions valables de tout temps et en la légitimité de ceux qui sont appelés à exercer l’autorité par ces moyens » (Weber, 1995, p. 289).

4 « Tout véritable rapport de domination comporte un minimum de volonté d’obéir, par conséquent un intérêt, extérieur ou intérieur, à obéir » (Weber, 1995, p. 285).

5 Ce d’autant plus qu’il n’est pas rare que les coureurs qui ont du métier jouent un rôle central dans leur équipe au-delà du seul cadre sportif. Ils peuvent par exemple être mobilisés par leurs managers lors des phases de recrutement ou de licenciement.

6 On retrouve également ce type de processus au sein du corps préfectoral tel que décrit par Éric Kérrouche dans le cadre de l’apprentissage du rôle de sous-préfet (Kérrouche, 1997).

7 Vélo Magazine, n°439, mars 2007, p. 24.

8 La France Cycliste, n°2226, juin/juillet 2007.

9 On retrouve ce processus dans la construction de l’habitus marin tel que décrit par Cécile Créach’ et Arnaud Sébilleau (Créach’ & Sébilleau, 2004).

10 À ce propos, Erik Dekker, coureur professionnel hollandais de trente-six ans rappelait lors d’une interview : « Ce métier se transmet de génération en génération. C’est le devoir d’un coureur de mon âge de transmettre le relais et d’aider un jeune à grandir », Vélo Magazine, n° 418, avril 2005, p. 38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lefèvre, « Transmission et apprentissage du métier de coureur cycliste », SociologieS [En ligne], Dossiers, La transmission du métier, mis en ligne le 07 mars 2014, consulté le 30 septembre 2014. URL : http://sociologies.revues.org/4551

Haut de page

Auteur

Nicolas Lefèvre

Maître de conférences en sociologie, Centre d'étude et de recherche sur les emplois et les professionnalisations (CEREP), Université de Reims Champagne Ardenne, France - nicolas.lefevre@univ-reims.fr

Haut de page