Navigation – Plan du site
Genre et vieillissement

Genre et parcours sportifs des seniors : du semblable au dissemblable

Pia-Caroline Henaff-Pineau

Résumés

La pratique physique et sportive, longtemps réservée à une jeunesse bourgeoise et masculine, s’est progressivement ouverte aux femmes puis aux personnes âgées. Ces tendances d’évolution pourraient laisser penser à une uniformisation des pratiques entre les deux sexes avec l’avancée en âge, comme si l’effet du vieillissement écrasait les différences culturelles d’origine sociale et de genre. C’est un double mouvement d’homogénéisation des parcours sportifs féminins et masculins et de différenciation selon le genre des sportivités ainsi que des stratégies de mise en forme du corps pour « bien vieillir » que nous mettons en évidence dans cet article, à travers l’analyse des résultats d’une enquête portant sur des seniors âgés de 50 à 89 ans pratiquant une activité physique et/ou sportive.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’enquête en 2010 : Les Pratiques physiques et sportives en France menée par la Mission des études, (...)
  • 2 Cette définition large du sport permet alors de rendre compte de toutes les activités physiques et/ (...)

1Longtemps réservée à une jeunesse bourgeoise et masculine, la pratique physique et sportive a connu, depuis la fin du xixe siècle et notamment dans la seconde moitié du xxe siècle, un essor considérable, marqué par une forte massification, ouvrant l’accès progressivement aux femmes puis aux personnes âgées. La dernière enquête MEOS/INSEP 2010 sur les pratiques physiques et sportives en France confirme les tendances déjà révélées par la comparaison des enquêtes INSEP 1985 et MS/INSEP 2000 1. Depuis 25 ans, la pratique physique et sportive des Français, mesurée selon une conception large du mot « sport » qui consiste à ne pas le réduire aux seules pratiques instituées en clubs 2, ne cesse de progresser passant de 73,8% en 1985 à 83% en 2000 puis à 89% en 2010. Néanmoins, le sexe, l’âge, le niveau de diplôme et de revenus des pratiquants, demeurent des marqueurs sociaux pertinents pour appréhender les pratiques physiques et sportives.

2En premier lieu, les femmes s’avèrent toujours moins nombreuses que les hommes à pratiquer une activité physique et/ou sportive (APS). Mais, alors que la progression entre 1985 et 2000 était plus marquée pour les hommes, c’est le taux de pratique des femmes qui s’accroît nettement entre 2000 et 2010 (tableau 1), se rapprochant du niveau global de pratique des hommes (Lefèvre & Thiery, 2010).

Tableau 1. Taux de pratique comparés sur 25 ans à partir de trois enquêtes sur les pratiques sportives des Français

Hommes

Femmes

Ensemble

Enquête INSEP 1985

76.7 %

70.9 %

73.8 %

Enquête MS/INSEP 2000

88 %

79 %

83 %

Enquête MEOS/INSEP 2010

91 %

87 %

89 %

Champ :
- enquête INSEP 1985, personnes de 12 à 75 ans
- enquête MS/INSEP 2000, personnes de 15 à 75 ans
- enquête MEOS/INSEP 2010, personnes âgées de 15 ans et plus

Sources : Irlinger, Louveau & Métoudi, 1987 - MS/INSEP, 2002 - Lefèvre & Thiery, 2010.

  • 3 En 1985, le taux de pratique des 18 à 34 ans était de 79,6% et celui des 35 à 49 ans de 72,2% (Irli (...)

3En second lieu, il convient de noter, malgré la persistance de l’effet d’âge qui lie systématiquement l’élévation de l’âge à un fléchissement de la pratique sportive, la très forte augmentation du taux de pratique des personnes de plus de 50 ans : de 74% en 2000, le taux s’élève à 84% en 2010, avec une progression de dix points, plus prononcée que celle de toutes les autres grandes tranches d’âge, montrant qu’au niveau d’une même génération à 25 ans d’intervalle, non seulement la pratique sportive ne faiblit pas avec l’avancée en âge, mais plus encore, elle augmente 3.

4Ces « tendances lourdes d’évolution » (Pociello, 1997), que constituent la féminisation des activités physiques et l’allongement des durées de cycles de vie sportifs, pourraient laisser penser à une démocratisation et à une uniformisation des pratiques, pour les deux sexes, à tous les âges de la vie. Mais les niveaux de diplôme et de revenu structurent toujours l’espace des pratiques physiques et sportives. En 2010, 96% des personnes titulaires d’un diplôme supérieur au baccalauréat déclarent une pratique physique ou sportive tandis que le taux ne dépasse pas 86% pour les diplômés d’un niveau inférieur au baccalauréat (Lefèvre & Thiery, 2010).

5L’« impression trompeuse d’une égalité » (André, 2011) que l’expansion des pratiques incite à sous-entendre, masque une grande diversité. Il est maintenant largement reconnu que les mises en jeu sportives des corps diffèrent, tant dans les objectifs que dans les usages et les valeurs, culturellement adoptés et socialement attribués (Boltanski, 1971). Mais la complexité des analyses à mener tient aux interactions, au croisement des influences, entre les différentes variables sociales, dans différents contextes sociaux et culturels. Constatant des analyses longtemps disjointes entre sexe et origine sociale, Catherine Louveau montre que les usages du corps participent des rapports sociaux de sexe et que « s’agissant des femmes, appartenance de sexe et appartenance sociale surdéterminent les (im)probabilités de pratique, les disciplines choisies, les lieux et finalités » (Louveau, 2006 et 2007).

6Qu’en est-il lorsqu’on croise le paramètre de l’avancée en âge ? Champ encore à défricher car les pratiques physiques et sportives des seniors suscitent des travaux qui interrogent le vital plus que le social, l’âge plus que le genre, tandis que les travaux sur le genre et le sport ignorent les personnes âgées. L’âge est-il une variable « écrasante » ? Gomme-t-il les différences de genre, comme si, par le processus de vieillissement, le féminin et le masculin se fondaient dans la catégorie des « personnes âgées » ? Le fait d’être sportif(ve) et âgé(e) suffit-il pour que les parcours sportifs, les sportivités, les expériences corporelles du vieillissement de ces hommes et ces femmes se ressemblent entre eux et parmi eux ?

7À ces questions, nous tenterons de répondre en nous appuyant sur les données empiriques d’une enquête qualitative menée par entretiens semi-directifs auprès de 124 seniors sportifs. À partir de la reconstruction biographique des trajectoires sportives de ces 66 femmes et 58 hommes âgés de 51 à 89 ans, engagés essentiellement dans trois types d’activités physiques et sportives – les gymnastiques d’entretien, le tennis, les courses longues, répandues après 50 ans mais relevant de techniques, de modalités de pratique (compétitive et non compétitive), d’investissements corporels contrastés, nous avons construit une typologie de trajectoires sportives. Trois critères ont permis d’en caractériser le déroulement : le moment et les conditions du premier engagement dans une activité physique ou sportive, la continuité ou discontinuité de la trajectoire, les étapes biographiques d’interruption, de reconversion, de reprise d’APS. Ainsi avons-nous identifié un parcours-type continu engagé depuis la jeunesse, un parcours-type continu engagé tardivement et un parcours-type discontinu, engagé depuis la jeunesse, interrompu puis repris (Henaff-Pineau, 2009).

  • 4 Nous employons le mot génération selon une définition sociologique et non pour désigner une période (...)

8C’est dans l’analyse articulée de la dynamique individuelle du parcours sportif et de son inscription sociétale et historique que nous allons éclairer les transformations des différences de genre dans les investissements sportifs de deux générations 4 de seniors sportifs : les personnes nées avant la seconde guerre mondiale et celle nées après la seconde guerre mondiale. Dans un premier temps, nous montrerons le poids des socialisations corporelles de la jeunesse comme facteur de discrimination des trajectoires féminines et masculines des seniors les plus âgés. Dans un second temps, la comparaison « genrée » des parcours sur les deux générations de seniors mettra en évidence une tendance évolutive vers l’uniformisation. Puis, dans un troisième temps, nous relativiserons les apparentes similitudes entre les parcours sportifs féminins et masculins des seniors pour éclairer l’accentuation, avec l’avancée en âge, de quelques axes de différenciations. Enfin, dans un dernier temps, l’examen des stratégies déployées dans les pratiques physiques, par ces seniors sportifs, pour repousser ou s’approprier les transformations corporelles dues au vieillissement nous permettra d’interroger les reconfigurations des attributs du féminin et du masculin avec l’âge.

Le poids des socialisations corporelles de la jeunesse dans la différenciation des parcours des seniors de plus de 70 ans

9Les parcours sportifs féminins et masculins de la génération née dans l’entre-deux guerres apparaissent très contrastés, beaucoup plus qu’ils ne le sont avec la génération suivante pour laquelle le parcours continu engagé tardivement disparaît totalement.

10Tous les hommes interviewés âgés de plus de 70 ans, à une exception près, quel que soit le milieu social d’origine, ont reçu une éducation physique ou sportive durant leur jeunesse, au moins dans le cadre scolaire, sinon extra-scolaire associatif ou familial. En revanche, les femmes de la même génération, pour la moitié d’entre elles, n’ont reçu aucune éducation physique ou sportive durant leur jeunesse, même à l’école. On pourrait s’étonner d’une telle situation alors que la gymnastique est érigée au statut de discipline scolaire obligatoire depuis 1880 pour les garçons et 1882 pour les filles. Malgré cette obligation officielle, l’enseignement de la gymnastique aux filles souffrira longtemps de difficultés d’encadrement que les pouvoirs publics ne se hâteront pas de résoudre. Et même durant l’entre-deux-guerres, nombreuses sont les fillettes dont l’éducation physique scolaire demeure très limitée : « Il n’y avait pas de cours à l’école comme maintenant, pas pour les filles. […] On restait habillé et on marchait ou on courait un peu dans la cour, en faisant quelques mouvements respiratoires » (Solange, 74 ans). Pour les filles de cette génération, non seulement la durée des études est souvent plus courte que celle des garçons et l’obligation de l’enseignement de l’éducation physique (EP) n’est pas totalement respectée mais de plus, la pratique sportive intense et compétitive est particulièrement déconseillée au sexe « faible et fragile ». Parce que « la femme n’est point construite pour lutter mais pour procréer, il convient que, chez elle, les exercices contribuent au développement normal du bassin » (Ministère de la Guerre, 1928). L’idée que le sport serait néfaste tant pour sa santé que pour sa moralité, qu’il ruinerait l’« éternel féminin » de beauté et de grâce et ne conviendrait pas à sa « nature », est suffisamment répandue chez les médecins, les théoriciens de l’éducation physique (EP), les partisans du sport eux-mêmes, pour que l’EP des filles à l’école, quand elle est assurée, soit réduite à une « gymnastique gynécologique » (Delaplace, 1996). Quant aux garçons, après une formation physique et morale assurée par une EP de base hygiénique, utilitaire et éclectique, ils accèdent à partir de 16 ans à une initiation sportive, à la « condition absolue » d’être « normalement développés » (Ministère de la guerre, 1928). Le sport relève de la culture de l’enseignement secondaire, exclusivement réservé aux lycéens et à quelques rares lycéennes. Seule la famille peut alors souhaiter transmettre une culture sportive. Ce sont les milieux privilégiés et cultivés qui, d’une part, poussent leurs enfants à effectuer des études secondaires et d’autre part, réservent une place aux sports dans l’éducation des garçons et dans celle des filles, à la gymnastique rythmique ou la danse et à quelques sports. Le tennis incarne le sport féminin par excellence, avec la figure emblématique de Suzanne Lenglen, championne la plus médiatisée de l’entre-deux-guerres. Cette activité très technique, sans contact physique direct, pratiquée dans des tenues décentes, « convient » aux femmes et à l’éducation des jeunes filles de bonne famille, permet de rester « aimable » et de concilier féminité et performance (Eyquem, 1944). En revanche, les milieux ruraux et les milieux populaires ne conçoivent pas l’intérêt de l’éducation d’un corps déjà mis à contribution à la ferme, dans les champs ou dans les usines. La récupération des fatigues corporelles s’exerce par le repos plus que par le mouvement. Ainsi, rien dans la culture de la jeunesse ne prédisposait les femmes peu diplômées, issues de milieux modestes ou des fractions inférieures des classes moyennes, à s’engager dans une pratique physique. Pourtant, comme nous le révèlent les enquêtées du parcours-type continu engagé tardivement, certaines d’entre elles franchiront le pas.

11Cette conversion à une activité physique ou sportive s’opère tardivement dans le parcours biographique puisque, en grande majorité, elle s’effectue à la retraite ou dans les deux années qui suivent. Une fois libérées des devoirs familiaux et professionnels, ces femmes s’autorisent une activité physique enfin « pour elles » (Laberge, 2003), s’adonnant à des loisirs sportifs dont elles ont observé la montée dans la société, sans jamais y participer auparavant. Car elles ont vu, voire apprécié, le développement des gymnastiques d’entretien des clubs du troisième âge que leurs aînées ont inauguré dans les années 1970, mais aussi l’essor des gymnastiques de la forme des années 1980-1990 (Travaillot, 1996) qui ouvraient de nouvelles voies aux pratiques féminines et dans lesquelles s’engouffreront certaines de leurs cadettes.

12« J’ai voulu commencer d’abord avec de la gymnastique, disons "tonique", de l’aérobic, celle que j’avais vu à la télé mais j’ai trouvé que c’était difficile, […] c’était pour les plus jeunes, pas pour des retraités. […] Je me suis donc mise à la gymnastique volontaire, que j’appelle d’ailleurs gymnastique "confort" » (Jacqueline, 80 ans).

13C’est une activité « adaptée à leur âge », d’intensité modérée, peu exigeante sur le plan technique, qui ne réclame pas de pré-requis, qu’elles choisissent alors, dans un double objectif de santé et de convivialité. Dans le cas de notre population enquêtée, les gymnastiques d’entretien encadrées remportent leur suffrage mais jamais le tennis.

« À l’âge que j’avais, je n’allais pas me lancer dans le tennis, je n’y avais jamais joué ! Débuter à 60 ans, alors que tous les autres savent déjà jouer et que vous n’avez jamais fait de sport, alors là ce n’était pas possible. J’ai choisi la seule activité que je me sentais capable de faire, avec des gens de mon âge, un cours de gymnastique pour retraités » (Marie-Jeanne, 71 ans).

14Notre choix organisé autour de trois activités principales survalorise de fait l’activité gymnique et rend invisible l’orientation vers d’autres activités. Mais c’est l’absence totale de parcours débutés tardivement en tennis et le nombre infime en courses longues – alors même que la course est une activité dite « naturelle », aisément accessible – qui rendent significative cette tendance des femmes tenues à l’écart de la culture sportive de performance durant leur jeunesse, à s’orienter vers des pratiques physiques d’entretien. Ce parcours à engagement tardif, typique de femmes peu diplômées nées dans l’entre-deux-guerres, donne corps à l’affirmation selon laquelle « le passé n’est pas nécessairement garant de l’avenir » (Dumas, 2004).

Vers une uniformisation des parcours sportifs féminins et masculins

15Pour les femmes nées après 1945, ce parcours-type engagé tardivement n’existe plus car plus aucune d’entre elles n’a échappé à une éducation physique et sportive (EPS) fondamentale dispensée par l’école. Leurs trajectoires sportives, comme celles des hommes, rendent compte d’un déroulement soit continu, soit discontinu. Les « baby-boomeurs » et plus encore les « baby-boomeuses » ont bénéficié de trois grandes évolutions qui représentent un moment de forte bascule entre les deux générations à toutes les étapes du parcours biographique, de la jeunesse à la vieillesse.

16D’une part, la « démographisation » (Langouët, 2001) de l’enseignement secondaire, enfin accessible aux filles et aux garçons de manière presque identique, avec notamment l’allongement de la scolarisation obligatoire jusqu’à 16 ans en 1959 (loi Berthoin) et l’instauration progressive de la mixité, marque la mise en ordre social des parcours scolaires féminin et masculin de la jeunesse.

  • 5 L’Essai de doctrine du sport paru en 1965 sous l’égide du Haut comité des sports rend compte de ce (...)

17D’autre part, une véritable politique sportive tournée vers la jeunesse mais aussi vers l’ensemble de la société française 5 est impulsée par Maurice Herzog, nommé Haut commissaire à la Jeunesse et aux sports en 1958. L’éducation physique scolaire délaisse les gymnastiques traditionnelles, ne pouvant plus ignorer la montée du sport, fait culturel majeur dans une société en marche « vers une civilisation du loisir » (Dumazedier, 1962). Cette « sportivisation » de l’EPS, promouvant les vertus éducatives de la compétition, permet à tous les enfants de recevoir une éducation sportive obligatoire à chaque niveau de l’enseignement secondaire jusqu’au baccalauréat. Et même si des différences demeurent entre les cultures sportives féminine et masculine dispensées dans les collèges et lycées, qui poussent plusieurs auteurs à considérer qu’« entre 1957 et 1967, l’EPS demeure une forteresse genrée » (Attali & Saint-Martin, 2005), pour toutes et tous, le sport devient le moyen privilégié de l’EPS et l’EPS se transforme en « annexe du club » sportif (Andrieu, 1992). La compétition, d’abord utilisée avec parcimonie pour les filles, leur devient ouverte tant dans le domaine scolaire que civil. Le nombre de licenciés, toutes fédérations confondues, se multiplie, avec un taux de croissance annuel moyen de 3% par an entre 1949 et 1956, et de 5.9% entre 1957 et 1986, la part des femmes parmi les licenciés sportifs ne cessant d’augmenter, passant de 16% en 1962 à un peu plus de 31% en 1986 (Crosnier & Boisson, 2004). « Pendant l’enfance, j’ai toujours fait du sport, j’ai commencé par la course, j’ai fait de l’athlétisme, un peu de basket… J’ai toujours fait du sport au sein de l’école ou au sein de l’association sportive scolaire » (Véronique, 61 ans). Par cette diffusion d’une éducation physique et sportive scolaire et extra-scolaire à une jeunesse française florissante, les parcours sportifs féminins et masculins des quinquagénaires et sexagénaires, comparés à ceux de la génération précédente, se sont uniformisés, entre eux et parmi eux, sur la base du modèle sportif masculin.

  • 6 Programme national « Bien vieillir » (2003), Ministère de la Santé et de la protection sociale, sec (...)

18Ces baby-boomers, baignés dans les grandes mutations culturelles et sociales des années 1960 qui vont non seulement libérer le corps, mais encore transformer les regards et les attentions qui lui sont portés dans les années 1970, vont connaître au cours de leur parcours de vie une autre évolution sociétale majeure. Les nouvelles interrogations sociales, culturelles, politiques que suscite l’allongement de l’espérance de vie, placent encore le corps, son état de santé et de mobilité, au centre des préoccupations. Vieillir n’est plus le résultat d’une fatalité génétique mais d’une responsabilité individuelle dans le suivi scrupuleux, ou pas, d’une hygiène de vie préconisée par les politiques de la santé et de la vieillesse. La dénonciation de l’inactivité des retraités inaugurée avec le rapport Laroque (1962) devient à la fin des années 1990 une injonction à vieillir actif. « Restons actifs pour bien vieillir » lance l’Organisation mondiale de la santé en 1999, à l’occasion de l’Année internationale de la personne âgée promue par l’ONU. « Bouger » est placé au cœur des différents plans français Bien vieillir (2003, 2007) 6 et « vieillir actif et sportif » tend à s’imposer comme le meilleur remède contre une vieillesse dépendante (Henaff-Pineau, 2012). Cette génération aura donc reçu à chacune des étapes de la vie des incitations voire des exhortations à se mettre en mouvement.

19Ainsi l’intégration des activités physiques et sportives dans les modes de vie des hommes puis des femmes nous semble rendre compte du processus d’institutionnalisation du parcours de vie, d’inscription du social sur l’ordonnancement des séquences de la vie humaine qui aboutit à une standardisation chronologique de plus en plus prégnante dans nos sociétés occidentales modernes, à travers la codification des âges sociaux et la normalisation des activités (Kohli, 1989 ; Guillemard, 2004 ; Cavalli, 2007). Ce mouvement de rapprochement de la durée et du déroulement des cycles sportifs masculins et féminins n’est certainement pas achevé. La « normalisation institutionnalisée » de la vieillesse et de la fin de vie (Lalive d’Épinay, 1994) ne fait que commencer sur le plan des activités corporelles, physiques et sportives, dernière étape pour finaliser la complète « chronologisation » des parcours sportifs de la jeunesse à la vieillesse, voire de l’enfance au grand âge. D’ailleurs, l’entrée dans la retraite constitue déjà une transition biographique saillante du parcours sportif pour quasiment tous les seniors enquêtés. Phase d’engagement ou de ré-engagement dans la pratique physique pour certains, elle se traduit aussi pour les autres par une amplification des pratiques antérieures soit en fréquence d’entraînement, soit en intensité de pratique, soit en nombre d’activités pratiquées. Les transformations de la sportivité à partir de la retraite font des seniors sportifs de plus de 60 ans les pratiquants les plus assidus de toutes les tranches d’âge. Peut-on conclure pour autant à une véritable homogénéisation des trajectoires des hommes et des femmes ?

Des sportivités qui se différencient avec l’avancée en âge ?

20Nous avons déjà montré la spécificité d’un parcours-type, féminin engagé tardivement pour la génération née dans l’entre-deux-guerres. Aussi, à cette étape de la réflexion, c’est à travers l’étude des deux parcours apparemment semblables entre les hommes et les femmes des deux générations, c’est-à-dire continus, engagés depuis la jeunesse et discontinus, que nous allons interroger les différenciations et spécificités de configurations sportives.

21Dans un premier temps, c’est au croisement des deux variables âge et niveau de diplôme que nous tenons à rappeler des résultats issus de l’enquête nationale MS/INSEP 2000 (Henaff-Pineau, 2009 ; Burlot & Lefèvre, 2009). Alors que dans l’ensemble des personnes âgées de plus de 50 ans, l’avancée en âge entraîne un mouvement progressif de « déprise » (Clément & Mantovani, 1999 ; Caradec, 2004) de l’activité physique, accentué après 70 ans, cette tendance est totalement inversée pour les seniors jouissant d’un niveau de diplôme supérieur ou égal au baccalauréat. Non seulement l’avancée en âge de 50 à 75 ans ne se traduit pas par une déprise des plus diplômés mais au contraire elle donne lieu à un taux de pratique en progression, en « reprise » (Ibidem), multipliant par quatre l’écart avec les moins diplômés (Henaff-Pineau, 2009). En outre, parmi nos seniors interviewés dans les deux activités, courses longues et tennis, la distinction par le niveau de diplôme est plus marquée encore pour les femmes que pour les hommes et ce d’autant plus quand elles pratiquent en compétition. Au fur et à mesure que l’âge augmente, le niveau de diplôme s’affirme toujours plus clivant et prédictif que l’âge lui-même sur la pratique physique des seniors et toujours plus sélectif parmi les femmes que parmi les hommes, confirmant « la persistance des inégalités parmi les femmes » avancée par Catherine Louveau (2004).

  • 7 Les enquêtes et travaux actuels (Louveau, 2006) montrent que la pratique sportive extra-scolaire de (...)

22Dans un second temps, nous nous attachons, dans le parcours discontinu engagé dès la jeunesse, à examiner les variations selon le genre, des moments et des conditions d’interruption et de reprise en d’activité. À un cas près, les trajectoires sportives interrompues des seniors interviewés ne l’ont été qu’une fois. Du côté des filles cette interruption, plus précoce que chez les garçons, se situe souvent à la fin de la scolarisation et de l’enseignement obligatoire de l’EPS 7, semblant ainsi mettre fin à la jeunesse et signifier la préparation sérieuse de l’entrée dans les rôles sociaux familiaux et professionnels. Si ces femmes ont eu à revendiquer un statut, c’est celui de femme active dans la vie professionnelle plus que celui de femme sportive. « Je ne pouvais pas me battre sur tous les fronts auprès de la famille de mon mari. Déjà le fait de travailler faisait de moi une mauvaise mère, alors le sport c’était trop ! Je n’ai même pas tenté… je n’y ai pensé que plus tard » (Monique, 75 ans). Parmi les hommes, l’interruption est surtout justifiée par les impératifs professionnels du début de carrière et le temps à accorder à la construction familiale. Mais peut-être est-elle soumise aussi à la sensation de vieillir. La priorité accordée au sport ne décline-t-elle pas en même temps que les résultats sportifs ?

« Je faisais de la compétition en basket. À 25-26 ans, j’ai décidé d’arrêter car mon travail me prenait de plus en plus de temps. […] Et puis je voyais bien que dans l’équipe, les jeunes montaient tandis que moi je restais plus souvent sur le banc de touche. Autant arrêter et passer à autre chose » (Louis, 72 ans).

23En ce sens, l’interruption masculine, notamment pour les sportifs de bon niveau, concrétise la finitude des pouvoirs physiques de la jeunesse et annonce ou entérine le déclin inéluctable de la performance. Cette première expérience du vieillissement, cumulée aux nouvelles contraintes sociales, renforce la conviction que le temps est venu d’une « retraite » sportive et d’une réorganisation des priorités de vie. La temporalité de reprise d’activité, elle aussi, diffère entre hommes et femmes, même si l’objectif de remise en forme est partagé : dispersée entre 30 et 55 ans, mais généralement effectuée avant la retraite pour les hommes, la reprise se situe plus tardivement pour les femmes, soit une fois les enfants sortis de l’enfance, soit au moment de la retraite, après les responsabilités familiales et professionnelles. Des ruptures biographiques, telles un divorce ou un décès, peuvent aussi entraîner un réengagement sportif comme élément de reconstruction identitaire.

24Sauf pour quelques seniors, particulièrement en tennis, qui renouent avec une APS de leur jeunesse, la reprise s’accompagne souvent, pour les deux sexes, d’une reconversion d’APS dont cependant les formes et les usages diffèrent : une grande partie des hommes et quelques femmes aussi (plus nombreuses dans la seconde génération), joueurs de tennis et marathoniens vétérans, sont des sportifs reconvertis, qui souhaitaient se maintenir en forme et conserver les émotions d’un défi sportif, en s’offrant de nouvelles perspectives de progrès dans une APS qu’ils jugent compatible avec le vieillissement. En revanche, il est à noter que beaucoup de femmes, malgré des socialisations sportives durant leur jeunesse, se sont reconverties vers des gymnastiques de forme et d’entretien qui répondent à leurs attentes actualisées : santé, esthétique corporelle et relations sociales. Effet de contexte, parce qu’elles ont mûri en pleine « ère de la forme » (Travaillot, 2002) et de jeunisme ? Effet de genre, parce que même si elles rompent avec leurs aînées sur les moyens employés, elles perpétuent dans l’effort physique peu ludique le culte des attributs de la féminité ? Effet d’âge, parce qu’elles déclarent s’adapter à l’âge en se détournant de la compétition ? Certainement tous les éléments entrent en synergie pour favoriser des pratiques spécifiquement féminines dans lesquelles, « sous couvert de la forme, beauté et santé apparaissent étroitement liées et interdépendantes » (Ibidem). La rareté des pratiquants masculins convertis ou reconvertis dans les gymnastiques d’entretien renforce cette conclusion. Relativisant le mouvement d’uniformisation des trajectoires entre hommes et femmes, la sexuation des activités et des objectifs s’instaure ou se restaure, dans le jeu des reconversions avec l’avancée en âge. De surcroît, en dehors de la phase de reprise, la fréquence des reconversions d’APS et des changements de modalités de pratique au cours du cycle sportif augmente sensiblement pour la jeune génération de seniors. Cette marge de liberté dans la redéfinition personnalisée de la sportivité rend compte d’une plus grande variabilité des trajectoires individuelles, dans un cadre toutefois très normatif et laisse entrevoir un double mouvement simultané entre institutionnalisation et individualisation, voire « une institutionnalisation du parcours de vie individuel » comme l’évoque Stefano Cavalli (2007).

Travailler son corps pour bien vieillir : des stratégies au masculin et au féminin ?

25Les transformations de la sportivité tiennent aussi à la perception des signes d’un corps vieillissant. À cet égard, les pratiques physiques peuvent jouer un rôle paradoxal. Elles risquent d’amplifier la perception de la dégradation corporelle et « la conscience de vieillir » (Feillet, 1997) et, dans le même temps, de renforcer la sensation de ne pas vieillir en luttant contre les effets du vieillissement. Avec l’avancée vers le grand âge, comment les seniors sportifs s’accommodent-ils dans leurs pratiques physiques des signes du vieillissement ? Persuadés qu’une vieillesse autonome jusqu’au bout se mérite, tous les seniors sportifs prônent les vertus de la régularité de l’exercice physique car « plus on vieillit, plus la pratique doit être continue » (Guy, 72 ans) et usent des comparaisons latérales avec des personnes du même âge pour renforcer leur conviction d’« être âgés sans être vieux » (Barthe, Clément & Drulhe, 1988). « Quand je regarde certaines personnes qui ne font rien, je me trouve finalement encore bien ! » (Marcel, 81 ans).

26Cependant, deux processus de résistance au vieillissement dans et par les pratiques physiques se dégagent. L’un repose sur un principe d’économie des forces : par des stratégies de substitution d’activités, de modulation des modalités de pratique et d’adaptation de la technique, il permet de maintenir un mode de vie actif avec l’avancée en âge tout en modérant les efforts pour « ne pas casser la machine. […] À chaque âge ses exploits » (Solange, 74 ans). Tout à fait conforme à la norme médicale du « ni trop ni trop peu » d’activité physique (Henaff-Pineau, 2012), cette stratégie consiste en une adaptation de la sportivité (déprise partielle) pour mieux garder prise sur l’essentiel (Caradec, 2004), le fait de pratiquer. L’autre repose sur un principe inverse de surenchère d’efforts. Plus le senior vieillit, plus il pressent qu’il faut redoubler d’efforts et de volonté pour maintenir la vieillesse éloignée et développe de nouveaux investissements sportifs, en augmentant la fréquence d’entraînement ou le nombre d’activités pratiquées. « Le secret est là : ne pas diminuer l’entraînement. Moi, j’ai augmenté, je fais tous les jours quelque chose » (René, 76 ans). La conjugaison des deux principes ouvre une troisième voie, largement empruntée. Il serait délicat d’attribuer strictement à chacune de ces stratégies une nette prévalence masculine ou féminine, si ce n’est une tendance à la modération chez les femmes les moins diplômées et une tendance à l’intensification pour les hommes et les femmes les plus diplômés, engagés depuis la jeunesse dans les pratiques sportives. Toutefois, la vision de l’exercice physique intense comme facteur de fragilisation du corps vieillissant est plus souvent rappelée à la femme âgée tandis que l’entraînement sportif comme facteur de fortification est plus aisément accordé à l’homme âgé. Et même si tous les seniors compétiteurs de plus de 75 ans témoignent de l’inquiétude que leur activité sportive suscite chez leurs proches, conjoint et enfants, ce sont surtout les femmes sportives compétitrices qui se plaignent d’être cantonnées par ces « autruis significatifs » (Berger & Luckmann, 2008), au nom de l’âge, dans une fragilité qu’elles ne ressentent pas.

« À 70 ans, tout était normal ; à 80 ans, tout devient dangereux. Il ne faut pas exagérer, je ne suis pas devenue en verre. Et moi, je ne me sens pas différente entre 79 ans et 80 ans. […] Lorsqu’on me dit – “tu fais encore du tennis ?” – je leur réponds – “je fais toujours du tennis”. Ce “encore” c’est limitatif et le “toujours” cela veut dire : je veux continuer et vous n’avez pas le droit de me dire que je dois m’arrêter » (Anne, 81 ans).

  • 8 Des travaux cités par Michèle André montrent que les femmes pouvaient être très performantes au cou (...)

27La fragilité supposée de la sportive âgée, héritée d’une faiblesse constitutive « naturelle », qui lui « colle » encore au corps en dépit de la longévité et de l’endurance 8 des femmes, révèle le double standard d’âge et de genre dont elle est victime. En miroir, le sportif âgé peut inspirer toujours l’image d’une vigueur conquérante, quitte à ce qu’elle se brise d’un coup, tel le colosse aux pieds d’argile. Ainsi, si les vertus de la pratique physique s’appliquent à tous les seniors, hommes et femmes, les conditions de l’exercice physique pour bien vieillir se définissent à partir de la représentation de l’intensité, vue comme capacité à se dépasser ou comme risque de trépasser.

28Cependant cette attention portée sur les aspects fonctionnels de la forme physique ne doit pas occulter les préoccupations esthétiques qui guident aussi le travail de mise en forme(s) du corps. À l’inverse des représentations courantes sur les personnes âgées, l’importance de l’apparence corporelle ne s’effondre pas avec l’avancée en âge, comme si le corps vieillissant, dans un processus de fusion-confusion des genres, devenait neutre, a-sexué et a-culturel. Quelle que soit la vision qu’on peut en avoir, émancipatrice face à l’âgisme ou aliénante face au jeunisme, les stratégies de transformations de la sportivité des seniors s’inscrivent dans la permanence d’une féminité ou d’une virilité à laquelle ils ne renoncent pas avec l’âge. Dans cette aspiration à « vieillir jeune », tous les moyens ne sont pas bons pour « faire jeune ». Certains signes de la vieillesse sont acceptables, d’autres le sont moins et font l’objet d’une stratégie de résistance.

  • 9 Si nous avions étudié des seniors qui pratiquent dans les salles spécialisées et les centres de rem (...)
  • 10 La tenue vestimentaire joue aussi un rôle : ne jamais paraître négligé est un impératif.

29Pour les femmes de plus de 70 ans autant que pour les hommes, quel que soit le milieu socioculturel, les rides, signes à la fois concrets et symboliques de la vieillesse, ne perturbent que fort peu la perception plutôt positive qu’ils ont de leur corps âgé et ne justifient pas des attentions démesurées. Hostile à la chirurgie esthétique et de manière générale aux interventions artificielles 9, notre population sportive recherche par des moyens qu’elle maîtrise, entre hygiène et exercice, à gouverner son corps pour minimiser les outrages du temps. Néanmoins si, quel que soit l’âge, les hommes paraissent indifférents aux rides, les femmes quinquagénaires montrent une sensibilité plus grande dont les plus âgées témoignent dans leur propre récit de vie. Les rides, souvent connotées à une forme de séduction pour les hommes, sont plutôt « lues » comme le début du déclin pour les femmes (Löwy, 2006). « Les rides, cela m’a gênée au début […]. Je m’en moque maintenant de mes rides » (Annick, 75 ans). L’apparition des rides serait-elle plus chagrinante que leur multiplication ? Probablement les années permettent-elles de se résigner au flétrissement inexorable de la peau et d’abandonner un combat perdu d’avance si l’on élimine la radicalité de certains procédés esthétiques. Mais en aucun cas cela ne signifie un renoncement à la féminité. Le corps vieillissant à travers les rides et la prise de poids semble avoir questionné ces femmes lorsqu’elles étaient quinquagénaires sur la « fin inévitable de la féminité » (Ibidem) ; en revanche le modèle de corps mince, dynamique, musclé qu’elles arborent fièrement en tant que septuagénaires, les gratifie d’une séduction retrouvée. « Malgré les rides, mon allure générale est plus jeune que celle des femmes de mon âge, c’est cela qui est important » (Annick, 75 ans). Et loin de se laisser aller, les hommes y sont tout autant attentifs. En effet, ce qui compte pour tous et toutes est de conserver une allure générale qui « fait jeune ». Plusieurs éléments y contribuent : la minceur, la fermeté du corps, le mouvement 10.

30Le poids est l’objet d’une surveillance serrée pour les seniors de tout âge. « Rester jeune dans son corps, c’est rester assez svelte, ne pas grossir » (Renée, 82 ans). Motif d’engagement dans l’activité physique ou condition de la santé ou bénéfice esthétique associé à la pratique, la minceur symbolise la conservation d’une jeunesse corporelle. L’exercice physique et une vigilance alimentaire permettent de combattre les transformations corporelles indésirables. « Et nous surveillons notre alimentation ; pas question de prendre du poids ! Quand je vois ces jeunes qui sont déjà obèses… ils ne vont pas faire de beaux vieux » (Solange, 74 ans). Deux nuances sont néanmoins décelables. Les uns, plutôt diplômés, se lancent dans une « chasse au gras » qui renforce la sensation de maîtrise du vieillissement car la minceur est affaire de volonté et de rigueur. « Je veux rester dynamique, le corps musclé, pas gras ; [….] cela on peut le faire, si on s’oblige à s’entraîner, à travailler, à aller toujours plus loin » (Gabriel, 68 ans). Les autres, plutôt des hommes, s’autorisent quelques écarts alimentaires que la dépense physique permet de compenser. « [La pratique] apporte la possibilité de manger plus que les autres, de se sentir bien, d’avoir un beau profil et d’être agréable, d’avoir encore quelquefois du succès » (Stéphane, 65 ans).

31La deuxième condition de l’allure « jeune » tient à une musculature suffisante pour assurer un véritable maintien corporel. Cela s’exprime souvent à travers des mots différents pour les hommes et les femmes, même si tous paraissent à la fois préoccupés et artisans de leurs transformations corporelles. Les femmes s’emploient à lutter contre le ramollissement – « Je n’aime pas voir les corps tout "ramollos"… cela me déplaît » (Ginette, 72 ans) – alors que les hommes s’appliquent à contrecarrer la perte de force : « J’ai perdu beaucoup de ma force… je ne pouvais plus faire de pompes… alors il ne faut pas se laisser aller, il faut se battre pour essayer de maintenir cette musculature » (Pierre, 77 ans). Mollesse et faiblesse, deux effets du vieillissement assez proches mais qui renvoient au genre des identités corporelles. Chez les plus âgés, « marcher d’un bon pas et le dos bien droit » (Paul, 75 ans), « conserver une musculature qui tient le corps droit » (Jean, 71 ans), ne pas courber sous le poids des ans, telle est l’image corporelle à afficher pour ne pas « faire vieux ». Mais les quinquagénaires, hommes et femmes, s’attellent aussi, par l’exercice corporel, à « sculpter leur corps », à « modeler toutes les parties du corps ». Ainsi les plus jeunes restent rivés au dessin anatomique précis, tandis que les aînés ne s’attachent plus qu’à la silhouette générale.

32La caractérisation de l’allure « jeune » est achevée par une motricité souple et alerte qui conserve le tempo, la fluidité et l’harmonie des manières de se mouvoir de la jeunesse. Le meilleur exemple est avancé par les seniors adeptes des danses de salon. « Quand on danse, on ne fait plus attention aux rides, aux cheveux gris, on ne regarde que les corps qui virevoltent, l’harmonie entre les partenaires, l’accord avec la musique. Et cela, c’est toujours beau » (Solange, 74 ans). L’esthétique corporelle à laquelle les sportifs plus âgés aspirent est une esthétique du mouvement, plus qu’une plastique parfaite.

Conclusion

33Ainsi, même sur le plan des apparences corporelles, les seniors sportifs, entre déprise et reprise, réaménagent leurs priorités pour conserver certains des attributs de la jeunesse et de leur identité de genre et en délaisser d’autres. La mise en forme des corps vieillissants vise une autonomie que la mobilité corporelle garantit mais aussi la conservation d’un pouvoir de séduction qu’ils ne jugent pas plus futile à 80 ans qu’à 30 ans. Bien vieillir est certes échapper à la dépendance mais aussi « vieillir en beauté » (Macia & Chevé, 2012), quête partagée par les deux sexes. La vieillesse n’est pas seulement éprouvante dans la dimension pénible du vécu mais aussi parsemée d’« épreuves » corporelles, d’efforts physiques, que les normes sociales proposent voire imposent comme autant de promesses d’une longévité réussie en belle et pleine santé. De la spécificité vers l’uniformité, un mouvement de rapprochement tend à marquer tant les parcours sportifs des hommes et des femmes dans leur déroulement chronologique que les impératifs qui s’appliquent à leurs corps vieillissants. Néanmoins, « la féminisation du muscle, la masculinisation de la minceur ne sauraient, bien évidemment, réduire les deux modèles à l’identique » (Vigarello, 2004). La reconfiguration des sportivités au cours du processus de vieillissement met en évidence des formes sans conteste plus individualisées mais au travers desquelles la dissemblance des genres ne disparaît ni avec l’époque, ni avec l’âge.

Haut de page

Bibliographie

André M. (2011), Égalité des femmes et des hommes dans le sport : comme dans le marathon, ce sont les derniers mètres les plus difficiles, Rapport d'information du Sénat n° 650 (2010-2011) du 21 juin 2011 fait au nom de la Délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes, http://www.senat.fr/notice-rapport/2010/r10-650-notice.html, consulté le 11 avril 2012.

Andrieu G. (1992), Enjeux et débats en EP : Une histoire contemporaine, Joinville-le-Pont, Éditions Actio.

Attali M. & J. Saint-Martin (2005), « Les oubliées de la démocratisation scolaire de l’éducation physique française (1959-1967) », dans Saint-Martin J. & T. Terret (dir.), Sport et genre - Volume 3, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 181-191.

Attias-Donfut C. (1998), « La génération, un produit de l’imaginaire social », dans Ruano-Borbolan J.-C. (dir.), L’Identité, Auxerre, Sciences Humaines Éditions, pp. 157-162.

Barthe J.-F., Clément S. & M. Drulhe (1988), « Vieillesse ou vieillissement ? Les processus d’organisation des modes de vie chez les personnes âgées », Les cahiers de la recherche sur le travail social, n° 15, pp. 11-31.

Berger P. & T. Luckmann (2008 [1966]), La Construction sociale de la réalité, Paris, Éditions Armand Colin.

Boltanski L. (1971), « Les usages sociaux du corps », Annales. Économies, sociétés, civilisations, vol. 26, n° 1, pp. 205-233.

Burlot F. & B. Lefèvre (2009), « Le sport et les seniors : des pratiques spécifiques ? », Retraite et société, n° 58, pp. 134-158.

Caradec V. (2004), Vieillir après la retraite. Approche sociologique du vieillissement, Paris, Presses universitaires de France.

Cavalli S. (2007), « Modèle de parcours de vie et individualisation », Gérontologie et société, Vol. 4, n° 123, pp. 55-69.

Clément S. & J. Mantovani (1999), « Les déprises en fin de parcours de vie », Gérontologie et société, n° 90, pp. 95-108.

Crosnier D. & J.-P. Boisson (2004), « Un demi-siècle de licences sportives », Stat-Info, n° 04-06.

Delaplace J.-M. (1996), « Conceptions de l’éducation physique féminine en France entre les deux guerres : vers une gymnastique gynécologique ? », dans Arnaud P. & T. Terret (dir.), Histoire du sport féminin. Tome 2, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 69-79.

Dumas A. (2004), « Quand le passé n’est pas garant de l’avenir : aînées, pauvreté et activités physiques », Recherches féministes, n° 17-1, pp. 77-109.

Dumazedier J. (1962), Vers une Civilisation du loisir ?, Paris, Éditions du Seuil.

Eyquem M.-T. (1944), La Femme et le sport, Paris, Les éditions J. Susse.

Feillet R. (1997), « Représentations du corps et vieillissement », Revue STAPS, n° 42, pp. 33-45.

Guillemard A.-M. (2004), « Retraite et retraités », dans Jeandel C. (dir.), Vieillir au XXIe siècle. Une nouvelle donne, Paris, Encyclopaedia Universalis, pp. 119-127.

Henaff-Pineau P.-C. (2009), « Vieillissement et pratiques sportives : entre modération et intensification », Lien social et Politiques, n° 62, pp. 71-83.

Henaff-Pineau P.-C. (2012), « Le senior sportif, une nouvelle figure du bien vieillir ? », Les Politiques sociales, n° 1 & 2, pp. 101-112.

Irlinger P., Louveau C. & M. Métoudi (1987), Les Pratiques sportives des Français, Paris, Institut national du sport et de l’éducation physique, 2 tomes.

Kohli M. (1989), « Le cours de la vie comme institution sociale », Enquête, Biographie et cycle de vie, n° 5, mis en ligne le 27 décembre 2005, http://enquete.revues.org/document 78.html, consulté le 11 janvier 2012.

Laberge S. (2003), « Lien entre pratiques d’activités physiques et santé des québécoises : les logiques sociales de trois groupes d’âge », Chroniques féministes, n° 85, pp. 75-81.

Lalive d’Épinay C. (1994), « La construction sociale des parcours de vie et de la vieillesse en Suisse au cours du XXe siècle », dans Heller G., Le Poids des ans, Lausanne, SHSR & Éditions d’en bas, pp. 127-150.

Langouët G. (2001), « L’école française évolue ; mais l’insertion sociale devient de plus en plus difficile », Revue française de pédagogie, n° 137, pp. 47-58.

Laroque P. (1962), Politique de la Vieillesse, Rapport de la Commission d’étude des problèmes de la vieillesse du Haut Comité Consultatif de la Population et de la Famille, Paris, La Documentation française.

Lefèvre B. & P. Thiery (2010), « Les premiers résultats de l’enquête 2010 sur les pratiques physiques et sportives en France », Stat-Info, n° 11-02.

Lefèvre B. & P. Thiery (2011), « Les principales activités physiques et sportives pratiquées en France en 2010 », Stat-Info, n° 10-01.

Louveau C. (2004), « Pratiquer une activité physique ou sportive : persistance des inégalités parmi les femmes », Recherches féministes, n° 17-1, pp. 39-76.

Louveau C. (2006), « Inégalité sur la ligne de départ : femmes, origines sociales et conquête du sport », Clio. Histoire, femmes et société, n° 23, pp. 119-143.

Louveau C. (2007), « Le corps sportif : un capital rentable pour tous ? », Actuel Marx, n° 41/1, pp. 55-70.

Macia E. & D. Chevé (2012), « Vieillir en beauté ? Transformations et pratiques corporelles des femmes », Gérontologie et société, n° 140, pp. 23-35.

Löwy I. (2006), L’Emprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité, Paris, Éditions La dispute.

Ministère de la guerre (1928), Règlement général d’Éducation physique, Méthode française. Première partie, Nancy-Paris-Strasbourg, Librairie Militaire Berger-Levrault.

Ministere des sports et Institut National du Sport et de l’Éducation Physique (2002), Les Pratiques sportives en France. Enquête 2000, Paris, Ministère des sports et INSEP.

Pociello C. (1997), Les Cultures sportives, Paris, Presses Universitaires de France.

Terret T. (2005), Sport et genre – Volume 1. La conquête d’une citadelle masculine, Paris, Éditions L’Harmattan.

Travaillot Y. (1996), « Les gymnastiques de forme : nouvelle conquête féminine ? », dans Arnaud P. & T. Terret (dir.), Histoire du sport féminin - Volume 1, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 51-67.

Travaillot Y. (2002), « Les Français à la conquête de leur corps », Sciences humaines, n° 132, pp. 24-27.

Vigarello G. (2004), Histoire de la beauté, Paris, Éditions du Seuil.

www.personnes-agées.gouv.fr

www.solidarité.gouv.fr

Haut de page

Notes

1 L’enquête en 2010 : Les Pratiques physiques et sportives en France menée par la Mission des études, de l’observation et des statistiques du Ministère de l’Éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative et par l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Lefèvre & Thiery, 2010 et 2011) ; l’enquête en 1985 : Les Pratiques sportives des Français menée par l’Institut national du sport et de l’éducation physique (Irlinger, Louveau & Métoudi, 1987) ; l’enquête 2000 : Les Pratiques sportives en France menée par le Ministère des Sports et l’Institut national du sport et de l’éducation physique (MS/INSEP, 2002).

2 Cette définition large du sport permet alors de rendre compte de toutes les activités physiques et/ou sportives vécues comme telles par le pratiquant. Mais nous adopterons aussi, selon les étapes de la réflexion, le deuxième niveau de définition qui restreint le sport aux pratiques sportives de performance, intenses, codifiées, institutionnalisées, voire compétitives.

3 En 1985, le taux de pratique des 18 à 34 ans était de 79,6% et celui des 35 à 49 ans de 72,2% (Irlinger, Louveau & Métoudi, 1987) c’est-à-dire moins que le taux de pratique en 2010 de 84% pour les plus de 50 ans.

4 Nous employons le mot génération selon une définition sociologique et non pour désigner une période correspondant à la durée de renouvellement des hommes. La génération désigne alors « un ensemble de personnes ayant à peu près le même âge, dont la principale caractéristique est d’avoir des expériences historiques communes dont elles ont tiré une vision commune du monde » (Attias-Donfut, 1998). Le choix de deux générations qui nous conduit à simplifier et à séparer notre population à peu près entre septuagénaires et octogénaires d’un côté, quinquagénaires et sexagénaires de l’autre (même si les sexagénaires les plus âgés sont nés durant la guerre) se justifie surtout par le poids de cette « génération phare » des baby-boomers de l’après seconde guerre mondiale, identifiée par la richesse et la particularité des événements qui ont ponctué son chemin.

5 L’Essai de doctrine du sport paru en 1965 sous l’égide du Haut comité des sports rend compte de ce grand projet de « sportivisation » (accélération de la diffusion du sport) de la société française. Les Instructions officielles de 1962 et de 1967 affirment la place du sport dans l’enseignement de l’EPS.

6 Programme national « Bien vieillir » (2003), Ministère de la Santé et de la protection sociale, secrétariat d’état aux personnes âgées et Ministère des Sports, www.personnes-agées.gouv.fr, consulté en mai 2008.
Plan national « Bien vieillir » 2007-2009, Ministère de la Santé et des solidarités, Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille et Ministère de la Jeunesse, des sports et de la vie associative, www.solidarité.gouv.fr, consulté en octobre 2010.

7 Les enquêtes et travaux actuels (Louveau, 2006) montrent que la pratique sportive extra-scolaire des filles est moins importante que celle des garçons et que cet écart se creuse au moment de l’adolescence. Seule l’obligation scolaire de l’EPS maintient alors une culture sportive.

8 Des travaux cités par Michèle André montrent que les femmes pouvaient être très performantes au cours d’épreuves d’ultra-endurance (André, 2011).

9 Si nous avions étudié des seniors qui pratiquent dans les salles spécialisées et les centres de remise en forme, le rapport au vieillissement et à l’usage de la chirurgie esthétique serait certainement différent.

10 La tenue vestimentaire joue aussi un rôle : ne jamais paraître négligé est un impératif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pia-Caroline Henaff-Pineau, « Genre et parcours sportifs des seniors : du semblable au dissemblable », SociologieS [En ligne], Dossiers, Genre et vieillissement, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 23 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/4135

Haut de page

Auteur

Pia-Caroline Henaff-Pineau

Université Paris-Sud, Laboratoire CIAMS, France - pia.henaff-pineau@u-psud.fr

Haut de page