Navigation – Plan du site
Genre et vieillissement

Maillage des temps et gouvernement des corps dans la construction des rapports d'âge et de genre

Nicoletta Diasio

Résumés

À partir de l'invention de deux temps de la vie – la ménopause et la préadolescence, cet article développe l'hypothèse que la construction sociale des âges et de genre ne peut pas être déliée du gouvernement d'expériences physiques de transformation qui échappent aux catégories établies et suscitent des interventions, des savoirs, des technologies, des pratiques sociales de régulation. Penser ensemble les âges et les genres implique donc de faire intervenir une troisième dimension – celle de la production sociale des corps.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : « Les femmes et les enfants d'abord ! » (mais séparément)

  • 1  Dresser un état des lieux de ces travaux n'est pas possible dans le contexte de cet article. Pour (...)

1De nombreux travaux anthropologiques, historiques et sociologiques ont montré, depuis une trentaine d'années, le caractère culturel et social de l'enfance et des frontières qui délimitent les âges : qu'est-ce qu’un enfant, qu'est-ce qu'il est censé faire, comment doit-il agir, sa place dans la famille et dans la société se révèlent être des constructions qui varient selon l'histoire et la société 1. Ces travaux mettent en question une vision du développement humain standardisé et universel, produit d'aspirations évolutionnistes, des idéaux de progrès et d'épanouissement individuel qui se développent à partir de la fin du xviiie siècle et s'affirment tout au long du xxe siècle.

2Le processus de dénaturalisation de l'enfance s'articule autour de différentes approches, dont deux, en particulier, s'avèrent particulièrement pertinentes pour une réflexion sur les parcours de vie. La première envisage, dans l'enfance, une composante structurale permanente qui prend son sens dans ses relations avec d'autres segments de la structure sociale comme le monde adulte ou la vieillesse (Qvortrup, 2009). L'enfance définit aussi bien une situation de génération, pour reprendre les termes de Karl Mannheim, à savoir une expérience historique commune qui articule macrostructure sociale et vécu individuel (Mannheim, 1928), qu'une position statutaire placée en situation d'interdépendance avec d'autres segments de la société. Pour la sociologue Leena Alanen toutefois, ces structures de générations sont relationnelles et processuelles : « one position (such as parental position) cannot exist without the other (child) position ; what parenting is– that is action in the position of parent – is dependent on its relation to the action "performed" in the child position, and a change in one part is tied to change in the other » (Alanen, 2001, p. 19). Cette approche a donc remis en cause l'opposition stable entre ces deux catégories et a souligné comment, à travers de multiples pratiques sociales et relations mobiles de pouvoir, il existe des personnes qui sont constituées en enfants et d'autres qui deviennent des adultes. La génération devient alors une variable dépendante des relations que les enfants entretiennent avec d'autres segments de la vie sociale.

3Un autre courant d'études s'est penché sur les expériences des enfants et sur les modes qui leur sont spécifiques d'agir, de produire culture, savoirs, valeurs, de s'accommoder des limites imposées par le jeu social et par les conditions concrètes d'existence. Considérés en tant que being, dans leur être ici et maintenant, en non pas en tant que becoming, ou êtres en devenir, les enfants ont été étudiés dans leur capacité réflexive et dans le pouvoir de participer à la création et à la transformation de leur monde. En résonance avec la théorie de la structuration d’Anthony Giddens (1987), ces auteurs ont pointé une agency enfantine spécifique. Berry Mayall, par exemple, souligne que les enfants ne sont pas seulement des acteurs, à savoir des êtres actifs dans la construction de leurs vies et intéressants pour le sociologue en soi, mais des agents (Mayall, 2002). Ils exercent donc une influence directe sur leur entourage social et sur les sociétés dans lesquelles ils vivent jusqu'à les modifier.

4Ce double processus de dénaturalisation de l'enfance et de reconnaissance de l'agentivité des enfants malgré leur condition d'infériorité statutaire, nous en rappelle un autre, à savoir la révision critique des catégories de sexe et de genre, promue à différents degrés par les women studies d'abord, puis dans les gender studies et l'anthropologie/sociologie du genre. Or, ces deux mouvements ont eu lieu de manière concomitante, mais étanche. Comme l'évoquait Barry Thorne en 1987, les enfants sont invisibles dans la littérature féministe des années 1970 et 1980, tout comme les femmes ont longtemps été invisibles au sein des études sociologiques et anthropologiques en-dehors des thématiques dites « féminines » liées au monde domestique et reproductif. Cet adulto-centrisme était probablement nécessaire à l'époque, pour affranchir une pensée sur le féminin d'un lien, pensé comme naturel, avec les enfants. Il est néanmoins intéressant de voir à quel point ces deux réflexions, celle sur le genre et sur les âges, procèdent parallèlement : en témoignent la dénaturalisation d'une condition d'altérité par rapport aux paradigmes dominants masculins et adultes, la reconnaissance des modes créatifs de retourner la fragilité statutaire en force, la visibilité d'une diversité d'expériences derrière une catégorie homogène (la « question féminine », tout comme « les enfants » en tant que catégories essentialistes), la rupture des frontières entre sphère domestique et sphère publique, sans parler des revers plus politiques de ces questions, comme l'accès à des droits spécifiques, la libération d'une parole ou le déploiement d'un autre point de vue par rapport à celui dominant (Oakley, 1994). Pour que des convergences puissent être retrouvées, il a fallu d'abord dés-essentialiser ces catégories et ensuite montrer le caractère performatif des rapports de genre et d'âge. Ainsi, plus récemment, à travers une relecture de la littérature ethnologique sur le genre et la personne (Strathern, 1988 ; Alès & Barraud, 2001), Irène Théry souligne le caractère relationnel et non identitaire de l'opposition masculin/féminin (Théry, 2008). Pour l'auteure, cette distinction qualifie plutôt les manières d'agir attendues dans le contexte d'une relation. À l'encontre du concept de différence de sexe, l'idée de distinction permet d'ailleurs, selon Irène Théry, de mieux se déprendre d'une conception substantielle de l'identité sexuelle au profit d'une approche relationnelle des actions et des statuts sexués tels qu'ils sont pensés et mis en œuvre concrètement dans une société. Perspective relationnelle et prise en compte des modes d'action selon les situations sociales rapprochent cette réflexion sur le genre de la pensée sociologique contemporaine sur l'enfance et à travers les enfants.

5Penser ensemble les âges et les genres implique, toutefois, une autre dimension qui est celle de la production sociale des corps. Un troisième mouvement de dé-naturalisation s'impose à partir des années 1980, et fait du corps le pivot de recherches inédites sur la subjectivation, le pouvoir, la modernité, le rapport à la culture matérielle, le concept d'expérience. Moins de travaux, par contre, ont questionné cette incomplétude fondamentale qui fait du corps et de la personne les cibles de pratiques d'anthropopoièsis (Remotti, 2003). Ce corps non-fini (Shilling, 1993 ; Turner, 1995) dessine les contours d'un organisme biologique inachevé à la naissance, qui devient un corps car constamment perfectionné, arraisonné, gouverné et signifié par des pratiques sociales.

6Les catégorisations d'âge et de genre me semblent alors deux manières de réguler ces incertitudes auxquelles toute société doit faire face. La première est celle d'un corps fluide, qui se développe dans la tension entre la continuité du biologique et des marquages sociaux et culturels qui introduisent des ruptures dans la continuité du vivant. Le deuxième aléa est celui de la continuité du groupe, de son horizon temporel de survivance, impliquant par là des formes d'assignation sexuelle et une certaine normativité des relations de genre. Ce besoin de maîtrise comporte, d'une part, le gouvernement de corps en transformation par l'articulation de savoirs, scientifiques et non, de pratiques sociales et de technologies du sujet ; et d'autre part, il donne lieu à un maillage temporel, un entrelacs de temporalités qui, fixant les âges, fixe les contours de l'inscription genrée. Deux exemples vont étayer mes propos. Le premier est celui de la construction d'une catégorie scientifique, la ménopause, le deuxième renvoie à l'invention sociale d'un temps qui se situe entre l'enfance et l'adolescence.

L’entrelacs des temps dans l’histoire du concept de ménopause

  • 2 Pour une analyse détaillée de ce cheminement scientifique cf. Delanoë, 2006 ; Diasio, 2007.
  • 3 Progressivement, à partir de la deuxième moitié du xixe siècle, la vulgarisation du mot ménopause e (...)
  • 4 De manière analogue, la construction de la petite enfance dans ces écrits cliniques et statistiques (...)

7La question de la temporalité est centrale dans la construction de la ménopause en tant que catégorie scientifique. Le questionnement sur l’arrêt des règles s’impose dans la deuxième moitié du xviiie siècle, essentiellement dans le cadre de la réflexion sur le système moral et physique de la femme 2. En 1816, le terme ménopause est inventé par Charles Gardanne dans son traité Avis aux femmes qui entrent dans l'âge critique. Ce mot est construit à partir des termes grecs menes (menstrues) et pausis (fin). Cet acte de nomination vient remplacer l'utilisation de « âge critique » et définir un temps nouveau : il est donc important de circonscrire des frontières en amont et en aval de cette phase de la vie. Tout un cortège de signes et de symptômes, est alors mobilisé pour identifier les scansions internes au cycle de vie féminin et les moments de crise et de discontinuité qui marquent la « mort du sexe ». Ce passage laborieux n’est pas l’affaire d’un jour, il se fait progressivement, par étapes : le tournant des 45 ans ; la fureur amoureuse ; l'âge critique ; l'âge du retour ; l'enfer des femmes, autant de définitions qui viennent scander la transition en plusieurs phases distinctes 3. Par exemple, Charles-François Menville de Ponsan différencie un âge critique, à savoir la perte de la faculté de reproduction et un âge de retour, le moment fallacieux où les sens sont trompeurs et donnent à la femme l’illusion d’une nouvelle jeunesse (Menville de Ponsan, 1846). Donner des contours à un âge signifie alors établir la bonne succession des temps et opérer, dans chaque phase de la vie, des distinctions de plus en plus fines, nécessitant des interventions et des soins spécifiques pour chacune de ces étapes 4.

8« L'âge critique » se présente aussi comme un moment de vérité de la biographie féminine. Une ménopause réussie est l’aboutissement d’une bonne carrière d’épouse, de mère et de travailleuse. Renoncer à la maternité, volontairement ou pas, lire et étudier, s’adonner aux plaisirs du lit ou de la table, négliger ses enfants, les tâches domestiques ou le travail des champs, adopter les mœurs des aristocrates ou des religieuses – en temps révolutionnaire, d’abord et du triomphe de la bourgeoisie, ensuite – constituent autant d’entorses à la destinée « naturelle » de la femme, à savoir l’indissociabilité de la sexualité et de la reproduction à l’intérieur du lien marital. Et d'ailleurs la civilisation est considérée comme nocive à la féminité : Georges Cabanis (1802), Philippe Roussel (1775) et Julien-Joseph Virey (1824) soulignent l’équivalence femme-animal ; un conflit irréductible opposerait la nature féminine, mobile et capricieuse et les institutions civiles qui, tel le mariage, imposent fidélité et constance en amour. Femmes primitives et femelles animales sont rapprochées par leurs faibles flux menstruels et ce dernier serait le produit d’une vie sociale qui provoque la surabondance des sucs nourriciers : l’oisiveté, le défaut d’exercice, les festins demandent qu’on se débarrasse périodiquement de ce superflu dangereux. Une bonne ménopause et des règles légères sont censées témoigner de conduites non encore corrompues par les nouvelles mœurs de la civilisation industrielle et par les vices de la noblesse. La crise de l’âge n'est pas que médicale : elle marque aussi le tournant de la civilisation et la légitimité des valeurs bourgeoises et (post)-révolutionnaires.

9Par son corps qui est temps, la femme est alors gardienne d’autres temps, celui du progrès, de la chaîne évolutive, de la filiation et du renouvellement générationnel. Mais, au seuil des âges, la femme qui entre dans la ménopause, est aussi particulièrement exposée à leur fusion et à leurs pièges. Le désordre des sens, qui guette celle qui ne sait pas vieillir, peut se traduire dans le télescopage entre des moments du cycle de vie, entre des identités sociales et des fonctions biologiques : entre la puberté et la vieillesse – la vieille femme se conduit alors en petite fille ou a des symptômes proches de l'avènement des premières règles – entre le temps de la maternité et celui de la grand-maternité (avec, par exemple, la présence de nausées).

10Un dernier temps, qui s'affirme, est enfin celui consacré à soi, car le potentiel autrement employé dans la reproduction se libère en énergie vitale et facilite un recentrage sur soi. Affranchie des devoirs envers l’espèce, la femme se fait sujet malgré le sexe et non pas par lui : « la femme, en perdant la faculté de procréer, cesse de vivre pour l’espèce et prend une existence individuelle et propre » (Lamaze, 1805, p. 6), « alors [en vieillissant] elle devient soi-même » (Michelet, 1860, p. 311). Mais vivre pour soi demande une discipline des forces, une canalisation d’énergies qui peuvent, à tout moment, se retourner contre la femme ou la société. Ce corps suspect, soumis à l’irrégularité et aux fluctuations, exige un contrôle rigoureux : d’où la nécessité de discipliner aussi bien les mouvements de la femme (avec l'interdiction de la danse, de l'équitation ou de longues promenades), que les soubresauts de l’âme et le vagabondage de l’imagination. L'invention d'un temps de la ménopause comporte alors un contrôle du temps dans la ménopause : définition des activités, des rythmes de vie, de l'alternance veille-repos.

11Dans les premiers textes traitant de la ménopause, la femme est donc « habillée de temps », non seulement pour l’importance accordée au vieillissement, mais aussi parce que toute son existence semble se construire à l’intersection de temps différents : cycle menstruel, saisons de la vie, temps de l’attente et de la jouissance, rythmes quotidiens et familiaux, mais aussi étapes signifiantes dans la biographie individuelle, moment de vérité dans la marche vers la civilisation et transmission intergénérationnelle du pouvoir d'engendrer. La médecine essaye de mettre de l’ordre dans cette trame des temps et d'intégrer la périodicité féminine au cycle de vie individuel, à la succession des générations et aux enchaînements de l’histoire. Ces ordonnancements de temps et de statuts questionnent également les catégories de sexe. Que faire de la femme, une fois épuisé son pouvoir de reproduction ? Telle est la question qui traverse une bonne partie des écrits des cliniciens qui se penchent sur ce passage assez rare avant la fin de l'Ancien Régime, le prolongement de la durée de vie féminine et la diffusion des pratiques de contraception. Traverser l’âge critique, fin de la période féconde qui inscrit une femme dans sa destinée biologique et sociale, signifie alors s’exposer à une identité sexuelle précaire : femmes viriles, femmes enfants, femmes a-sexuées habitent ces travaux. Le franchissement de l'âge implique alors crise et reconsidération de l'identité de genre et des rôles sexuels.

12La médicalisation n'est pas le seul élément à modifier l'image de la femme ménopausée. De nouvelles valeurs accordées à l'enfant et à la vie familiale, aux affects et à l'épanouissement de soi au sein de la famille contribuent à redessiner les démarcations entre les âges, modifient les rôles de la mère/épouse, du père/mari et de l'enfant – fils ou fille – dans les dynamiques familiales, accordent une nouvelle place à l'intimité domestique et, entre autres, au personnage de l'aïeule. L'émergence de la catégorie ménopause et de ce temps nouveau de la vie de la femme se développe donc à l'intersection de plusieurs changements sociaux et culturels. Fille de la curiosité pour l’Autre, du matérialisme, de la natura naturans des Lumières et de la fascination pour les profondeurs du temps, de l’idéologie des sentiments, de l’affirmation de soi et de la finitude humaine du Romantisme, la femme ménopausée constitue un nouvel objet scientifique, mais aussi un nouveau type de femme tout court. L'invention d'un temps de la vie produit alors de nouvelles subjectivités et de nouvelles manières d'être soi. Cette organisation temporelle spécifique à une phase de la vie est pensée de manière concomitante à d'autres dimensions temporelles, historiques, sociales, biographiques et généalogiques : c'est ce que j'appelle maillage temporel.

Le corps inachevé des enfants et « l'invention » de la préadolescence

13L'enfance et les enfants constituent également une entrée d'élection pour étudier ce processus de construction d'un âge par l'articulation de temps biologiques, biographiques et sociaux. Dans les représentations de l'enfance se concentrent les imaginaires et les horizons temporels d'une société. D'un point de vue sociétal, elle cristallise l'image du passé et sa nostalgie, ainsi que les promesses d'avenir. Elle signifie parfois cet hors du temps, qu'est l'état de nature et d'innocence. Par les savoirs qui théorisent l'enfance, les catégories d'âges et les stades de croissance assument une valeur paradigmatique du développement des humains dans le temps et dans l'espace (Turmel, 2008). L'enfant est garant du renouvellement des générations, passeur entre la vie et la mort, il s'inscrit dans l'histoire et dans la mémoire longue de la parenté et du groupe, dont son corps porte les traces, par exemple à travers les ressemblances familiales. Comme la femme décrite par les cliniciens du xixe siècle, l'enfant fait figure de garant et gardien des temps : historiques, généalogiques, biologiques. Les enfants – concrets, pluriels, singuliers – vivent, réactualisent, résistent dans le présent à ces orientations idéologiques et nomothétiques. Ils grandissent, ils mesurent les mois et les demi-années, ils jouent sur les assignations d'âge. Parfois ils les revendiquent en tant que source de droits spécifiques, parfois ils essaient de s'en affranchir.

14Cet entrelacs de temps prend appui sur un corps, dont le caractère d'incomplétude prend une visibilité et une valeur heuristique exemplaire. Les changements rapides, l'importance des critères de taille, poids, force ou performance dans l'affirmation de soi et d'une identité inscrite dans l'âge (être fort ou faible comme un enfant de 6 ans), le clivage entre vécu corporel et changement de statut, par exemple être « grand » en CM2 et redevenir « petit » en 6ème, montrent que les enfants sont conduits à effectuer sans cesse un travail réflexif sur leur corps et celui des autres. Le corps constitue autant un objet de contrôle et de surveillance qu'une ressource centrale dans les processus de construction de soi. Si les enfants ne peuvent pas contrôler les changements physiques, ils les utilisent en tant que marqueurs pour définir des catégories d’âge (qu’est-ce qu’un enfant, un enfant petit, grand, de cinq ans, de cinq ans et demi, un adulte, un adolescent, etc.), de genre, d’appartenance collective (James, 2000) : les acteurs, même très jeunes, jonglent avec ces frontières de temps et de genre, en se les appropriant, les modifiant ou les ratifiant.

  • 5 Il s'agit du programme « Corâge », financé par l'ANR (appel « Enfants et enfances »), coordonné par (...)

15Depuis les années 1980, aux États-Unis et plus récemment en Europe, une nouvelle catégorie d’âge se situant entre l'enfance et l'adolescence semble émerger. Ce temps se construit dans un flou sémantique et une indétermination des bornes d’âges selon qu'on prend en considération le médical (la question des pubertés précoces), le marketing communication (la multiplication des produits à destination des tweens), le social (la prétendue contraction du temps de l’enfance), le culturel (l’apparition d’une « sub-culture préadolescente »), l’institutionnel (l'intervention des politiques socio-éducatives) et le juridique (le débat sur l’abaissement de l’âge de la responsabilité juridique). Dans tous ces domaines, on définit les interventions, les savoirs, les technologies mis en œuvre pour fixer et régler cette période de la vie et on renvoie à des formes de gouvernementalité des conduites corporelles, qui contribuent à la formation de subjectivités, de statuts et de constructions identitaires. Les premiers résultats d'une recherche en cours sur les expériences du corps et le passage d'âge entre 9 et 13 ans, en Alsace, Lorraine et en Vénétie 5, montrent un ensemble de relations contradictoires à l'expérience du grandir, d’une part, entre la forte normativité exprimée par une pensée du développement, des étapes, de la « normalité » de la croissance, par une injonction à s'inscrire dans un genre et dans une orientation sexuelle et, d'autre part, la diversité des expériences individuelles, des repères utilisés pour marquer les âges et leurs passages, ainsi que la fluidité de pratiques pensées comme genrées.

16Des ruptures temporelles sont initiées autant par des institutions (ex. l'entrée au collège) que par des adultes : par exemple, la pratique de « refaire la chambre » observée en Alsace et dans les Vosges avant le passage en 6ème, ou encore des pratiques citationnelles : « tu n'es plus un enfant, tu es un ado maintenant » comme une amie de la mère suggère à une enfant alsacienne le jour de ses 12 ans. Mais, comme le gender pour Judith Butler, ces appartenances d'âge et de statut impliquent une dimension performative et introduisent d'autres scansions qui font sens pour les enfants : ainsi pour Louise, c'est son entrée en 3ème qui fait sens et le fait que « les enfants de l'école sont désormais de plus en plus petits ». Ces marqueurs peuvent embrancher des pratiques corporelles à des événements familiaux – pour Laura, 13 ans (Vénétie), le premier maquillage, qui a eu lieu au repas de « Pâques de l'année dernière » – scolaires ou sportifs : ainsi la première épilation est intervenue pour Sophie (11 ans au moment de l'entretien) en correspondance avec la pratique de la piscine en CM2.

  • 6 De même, Virginie Vinel montre comment l'épidémiologie souligne les différentiels dans le développe (...)

17Cette même performativité se présente dans le cadre des identifications de genre, où nous observons un clivage entre représentations, récits et pratiques autour de l'attitude sexuée des enfants. Nous avons, d'une part, des effets de visibilité et « d'accréditation différentielle » (cf. Voléry dans ce dossier), donnés aux changements corporels masculins et féminins. À des discours adultes évoquant la sur-érotisation du corps des jeunes filles (souvent démentis par la pratique), s'associent des mises en scène du corps masculin plus centrées sur la taille ou la carrure 6. Ainsi, la crainte de la petite taille, observée chez deux garçons à Strasbourg et dans les Vosges et exprimée par les mères, semble estomper la présence d'autres changements corporels qui ont bien lieu – par exemple le changement d'odeur, mais qui sont gommés dans le discours et se donnent à voir de manière informelle dans les observations. De même, pour Mélissa, 11 ans, interviewée par Pauline Michel dans un village du Haut-Rhin, les filles changent parce qu'elles ont des règles, les garçons évoluent en termes de comportement. Toutefois, dans les pratiques, les enfants rencontrés peuvent jouer de ces stéréotypes sexuels, en renversant les positions assignées et en déplaçant les frontières de ce qui est permis, prescrit ou interdit relativement à des objets (par exemple les produits de soin et de toilette), à leur usage, à des loisirs (les jeux dits « masculins » étant souvent très appréciés par les filles) et aux contextes de leur activité : le milieu familial se prêtant plus que celui scolaire à ces déplacements de frontières.

18Ces savoirs de position et de discernement sont encouragés par l'extérieur et souvent par un membre de la parenté plus âgé et du même genre, en soulignant ainsi un double processus d'assignation : dans un temps de la vie et dans des rôles genrés. Pour Pierre (12 ans, Strasbourg), c'est son père qui lui a fait acheter du déodorant: « papa un jour m'a dit : "Ouais tu commences à devenir un homme, donc il faudrait commencer à acheter des produits pour les hommes" ». Pour Lisa, 10 ans, interviewée par Estelle Reinert (doctorante en sociologie) : « C'est Jeanne (la sœur aînée) qui m'a dit "faudrait que tu commences à mettre du déo et à porter de vrais soutifs". Parce qu’avant je portais des brassières. Il fallait que je commence à passer à l'étape supérieure ». Le passage d'âge se construit ainsi dans une tension entre indétermination de l'expérience corporelle et processus de reconnaissance de la part d'autrui (Honneth, 2002) qui donnent lieu à de nouvelles catégorisations, à un autre bornage du réel : ainsi, ces mêmes parents qui sapent les oppositions stéréotypées entre comportements « masculins » et « féminins », décrivent, à d'autres moments, le processus de grandir de leur enfant comme « devenir un petit homme » ou « une petite femme ». C'est l'agencement de l'âge social et du genre qui donne visibilité aux transformations physiques, qui les rend intelligibles et leur donne sens et pas l'inverse. Et c'est à partir de ces marqueurs sociaux qu'un donné biologique devient un événement, à savoir « une coupure dans la continuité du temps [...] qui prend de l'importance, soit pour nous [...], soit pour un groupe social [...], bref, dans la continuité temporelle, ce qui nous semble suffisamment "important" pour être découpé, mis en relief et pouvoir désormais, sinon commémoré, du moins mémorisé » (Bastide 2002 , p. 46).

19S'orienter dans la multiplicité de ces référentiels, comprendre ce qui est consenti selon les situations sociales, demande alors de la réflexivité de la part des enfants. Marta de Treviso, raconte comment elle a suggéré à sa fille de 12 ans : « prend toutes les couleurs (de vernis) que tu veux, mets du jaune, du bleu, du violet, mais pas du rouge, car ça fait petite femme ». Ce vernis à ongle rouge qu'elle a consenti à 4-5 ans, devient inacceptable à 11-12 ans. La mimésis est acceptée tant qu'elle rentre dans un « comme si » de type ludique, mais pas quand elle permet ou fait allusion à un brouillage des rôles genrés, des attitudes et des âges. Le risque de basculer du jeu à la confusion des frontières temporelles semble très présent dans l'esprit de nos interviewés, surtout filles : « Je n'aime pas les talons [...] ça me donne l'impression d'être une petite fille qui se la pète avec ses hauts talons [...] j'en mettrai vers 14 ans, quand je serai grande [...] 14 ans c'est la tranche d'âge que j'utilise, on met des talons, on se maquille » (Lisa 10 ans). En parlant de son parfum, Chloé, 12 ans, affirme : « il ne fait pas trop femme, pas trop petite fille, il est parfait, ça fait pas trop Barbie, ni trop fort ». Plus qu'un nouvel âge de la vie, la sortie de l'enfance et l'entrée dans l'adolescence se configurent comme un temps de composition de références plurielles, où l'incertitude des corps implique, du point de vue des enfants, un savoir danser sur des frontières mobiles de temps et de genre.

La question de la génération

20Franchissement des âges et assignation de genre se nouent à la question des générations et de leur succession. La littérature ethnologique est riche d'exemples qui montrent comment le passage d'âge d'un individu à un moment donné implique un franchissement analogue de ses ascendants et de ses descendants. Barbara Glowczewski montre, par exemple, la manière dont, dans la société warlpiri, une fille devient une femme complète, une « femme de loi », lorsque ayant élevé un garçon, elle aura participé à son initiation (Glowczewski, 1995). De même, le travail de Anne-Marie Dauphin-Tinturier sur l'initiation des filles bemba dans le nord du Zambie décrit un cycle rituel qui va de l'enfance à la vieillesse et où chaque étape de la vie est marquée par des cérémonies donnant accès à un statut, à la fois pour la fille ou le garçon, les parents, les beaux-parents, les grands-parents (Dauphin-Tinturier, 2003). L'importance de traiter le genre, l'âge et la génération « comme une seule grande question socio-anthropologique, excédant largement la parenté » a été soulevée par Irène Théry, à partir de sa relecture d'ethnologues contemporains (Théry, 2008, p. 31). Comme déjà évoqué, elle invite à considérer les catégories de genre en termes de relation et non pas en tant que substances, identités ou positions absolues. Mais ces relations sexuées se fabriquent dans la temporalité tout en participant à la structuration des temps et à leurs sens.

« Qu'il s'agisse du temps biographique menant l'individu de la conception à la naissance et de celle-ci à la mort, du temps historique distinguant le passé, le présent et le futur des sociétés, ou du temps socio-cosmique des cycles de métamorphoses et de régénération des êtres, la distinction masculin/féminin se déploie et change, se construit et s'altère » (Théry, 2008).

21En milieu européen, ces translations concomitantes de statut et d'âge et de parachèvement conjoint d'une identité de genre liée à un nouveau type de relation, ne sont pas aussi formalisées, mais faut-il en déduire qu'elles sont inexistantes ?

22Dans les récits de famille que j'ai recueillis en Italie et en Pologne depuis 2002 dans le cadre d'une recherche sur la transmission de la mémoire, le corps et les ressemblances familiales, la naissance d’un bébé est souvent associée à la disparition d’un ascendant, marque un réaménagement dans l’ordre des générations et institue un parent dans une lignée genrée : c'est souvent le moment où une femme dit « commencer à ressembler à sa mère » ou un homme à son père. La naissance est l’occasion d’une remise en ordre symbolique des générations, le nouveau-né facilite et renforce la promotion du parent dans le rang générationnel, mais cette translation des places ne va pas sans difficulté ni conflit. Car l’enfant qui « fait » le parent et le grand-parent atteste la vitalité de la lignée, tout en marquant, avec l’ordre des naissances, l’ordre possible des décès. Ainsi Zosia (70 ans) me raconte que c’est à la naissance de sa quatrième petite-fille qu’elle s’est sentie devenir une « vraie » grand-mère, car cette naissance s’est produite en même temps que la mort de sa propre mère, arrière-grand-mère de la petite (Diasio, 2009).

23Ces réaménagements de l'ordre générationnel semblent intervenir en particulier à deux moments cruciaux dans le cycle de vie, à l'entrée dans la vie génésique et à sa fin. La symbolisation d'une succession permettant à une génération de prendre la place de la précédente, pour se reproduire à son tour, a été explorée par Yvonne Verdier dans le conte du chaperon rouge, recueilli dans la campagne française de la fin du xixe siècle, qui comprend des motifs qui explicitent la transmission de la fécondité des grands-mères (ou des mères) aux jeunes filles (Verdier, 1978). Elle est également présente dans cette pratique bourguignonne qui voit la mère du marié casser un pot lors du mariage de son puîné explicitant la fin de sa propre fécondité et la transmission à sa belle-fille (Verdier, 1979). Dans des sociétés patrilinéaires, une femme dont le fils est en âge de procréer cesse en principe d’engendrer évitant ainsi la confusion des générations (Beyene, 1986 ; Vinel, 2007). On retrouve cette crainte du brouillage des générations également dans l'Italie contemporaine, où une femme dont les enfants accèdent au statut de parents entre dans une position qui n'exclut pas les relations sexuelles, mais la procréation (Diasio & Vinel, 2007). Dans les rites de première menstruation observés dans les milieux New Age nord-américains par Michèle Fellous (2001) ou Michaël Houseman (2010), on retrouve également la mise en scène d'une translation de place, où l'entrée dans la vie génésique de la fille réactualise pour la mère une interrogation sur sa féminité, sur ce que cela implique pour son nouveau statut de mère qui « se projette dans le futur, se ré-enracine dans sa lignée et tisse, dans le présent, des liens avec ses pairs » (Fellous 2001, p. 122).

24Dans le terrain auprès des enfants de 9 à 13 ans, c'est parfois l'achat du premier ensemble de lingerie féminine qui matérialise la translation de place : « ça m'a foutu un coup » affirme la mère de Salomé, 11 ans, interviewée en Alsace par Pauline Michel ; « il s'est vu vieillir », dit Laura, 13 ans, en Vénétie, après que son père l'ait amenée acheter son premier « ensemble joli » dans une chaîne italienne de lingerie. Chaque phase de la vie est ainsi construite et prend du sens par rapport à l'existence des autres âges, aux caractéristiques qu'on leur attribue, aux processus historiques et sociaux qui, en définissant les temps, établissent leur succession et les modalités des passages de l'une à l'autre (Hareven, 1995). Ces cycles de vie, qui se co-construisent et prennent sens dans leur combinaison, plus ou moins harmonieuse au regard de la société et des acteurs, produisent des « expériences stratifiées » (Hengst, 2010, p. 205), une polyphonie qui combine à la fois des vécus subjectifs et des appartenances générationnelles. C'est là, me paraît-il, une des limites de l'approche générationnelle prônée par Leena Alanen. Car si elle prend en compte les relations de pouvoir qui donnent corps aux asymétries entre adultes et enfants, ces rapports sont saisis dans une approche dualiste qui polarise les acteurs – le groupe des enfants, celui des parents – en laissant dans l'ombre deux dimensions.

25La première renvoie à la pluralité des rapports entre générations et au sein du même groupe d'âge : on finit alors par gommer la place fondamentale des grands-parents mais également des oncles, des tantes, des parrains, des marraines, des cousins ; tout comme on gomme ce travail de démarcation de frontières mobiles entre grands et petits que les enfants opèrent entre eux, autant vers le haut que vers le bas de l'échelle des âges. Le risque est alors de négliger le temps long de l'intergénérationnel, qui ne se limite pas à la relation enfants-parents et la manière dont il est doublé et signifié par l'intra-générationnel.

26La deuxième dimension à ne pas sous-estimer est l'entrelacs complexe où se nouent performativité des positions statutaires et nécessité de sauvegarder la continuité de la succession des générations. Si enfants et adultes se constituent réciproquement, cette relation prend du sens dans la double signification donnée, dans la langue française, au mot « enfant » : aussi bien l'enfant-puer, à savoir la personne définie par son appartenance à un groupe d'âge, que l'enfant-filius, la personne identifiée à partir de sa position dans l'ordre généalogique. L'un donne sens à l'autre : le processus de fabrication des descendants influence la manière dont les enfants pueri sont par la suite considérés, soignés, pris en charge et laissés agir. Si donc l'enfant est acteur, il ne peut pas complètement modifier sa place dans la hiérarchie du « bon » ordre générationnel. Ce dernier implique la passation d'un pouvoir d'engendrer qui ne se départit pas de tensions pour la reconnaissance du nouveau statut. La construction des âges et des genres me semble alors nécessiter un regard qui croise les différents temps dont les acteurs se réapproprient tout au long de la vie, de la longue durée de la société et de la parenté, voire d'un ordre socio-cosmique, jusqu'aux brefs, denses, moments du quotidien.

Conclusion

27« Où se sont envolées les années qui séparent les corps des garçons de ceux de leurs pères ? », s'écrie Pier Paolo Pasolini dans un poème de 1958, dans une société italienne qui était, selon ses mots, en pleine mutation anthropologique. À partir de l'invention de deux temps de la vie – la ménopause et la préadolescence – cet article développe l'hypothèse que la construction sociale des âges et de genre ne peut pas être déliée du gouvernement d'expériences physiques de transformation qui échappent aux catégories établies et suscitent des interventions, des savoirs, des technologies, des pratiques sociales de régulation. En même temps, la définition de différentes étapes et leur succession questionnent la manière dont une société pense son renouvellement à travers l'alternance des générations. Maîtriser le changement des corps demande alors un maillage temporel qui les inscrive, les gouverne et leur donne sens. Le lien entre ces indéterminations et d'autres déterminations sociales repose, comme l'affirme Anne-Marie Peatrick, « sur une interprétation du donné biologique combiné à une séquence de rôles socialement définis. Au fil du temps, tantôt la combinaison est harmonieuse, tantôt elle est dissonante et l'individu confronté à des injonctions contradictoires, à des "tensions de la conscience" » (Peatrick, 2003, p. 16). Ces tensions et réappropriations constituent le pivot d'un processus de construction de soi tout au long du cycle de vie. Les années, alors, ne font pas que séparer : dans leur épaisseur temporelle, elles font les corps des garçons et ceux de leurs pères.

Haut de page

Bibliographie

Alanen L. (2001), « Exploration in Generational Analysis », dans Alanen L. & B. Mayall (dir.), Conceptualizing Child-Adult Relations, London, New York, Routledge Editor, pp. 11-22.

Alès C. & C. Barraud (2001), Sexe relatif ou sexe absolu ?, Paris, Éditions de la MSH.

Armstrong D. (1986), « The Invention of Infant Mortality », Sociology of Health and Illness, n° 8, pp. 211-232.

Bastide R. (2002), « Événement », Encyclopedia Universalis, vol. 9, pp. 45-47.

Bessin M., Bidart C. & M. Grossetti (2010), « L'enquête sur les bifurcations : une présentation », dans Bessin M., Bidart C. & M. Grossetti, Bifurcations. Les sciences sociales face à l'événement, Paris, Éditions La Découverte, pp. 7-19.

Beyene Y. (1986), « Cultural Significance and Physiological Manifestation of Menopause. A Bio-cultural Analysis», Culture, Medicine and Psychiatry, n° 10, pp. 47-71.

Bompard A. (1834), Cours théorique et pratique sur les maladies des femmes, Paris, Éditions Rouvier.

Cabanis G. (1802 [1956]), « Rapports du physique et du moral », dans Lehec C. & J. Cazeneuve, Œuvres philosophiques de Cabanis, vol. 2, Paris, Presses universitaires de France, pp. 460-512.

Dauphin-Tinturier A.-M. (2003), « Cisungu à nouveau. Initiation des femmes et structure sociale dans le Nord de la Zambie », L'Homme, vol. 3-4, n° 167-168, pp. 187-207.

Delanoë D. (2006), Sexe, croyance et ménopause, Paris, Éditions Hachette.

Diasio N. (2007), « "Habillée de temps". La femme à l’âge critique dans le discours médical au tournant du xixe siècle », dans Vinel V. (dir.), Féminin/masculin. Approches anthropologiques des catégories et des pratiques médicales, Strasbourg, Éditions du Portique, pp. 101-129.

Diasio N. (2009), « Richesse des temps et "philosophie de la finitude" dans la transmission des ressemblances familiales à Varsovie (Pologne) », dans Charton L. & J. Lévy, Générations et cycles de vie, Québec, Presses de l’Université du Québec, pp. 123-138.

Diasio N. (2010), Le Gouvernement de l'incertitude. Corps, culture matérielle et maillage des temps à l'enfance, Mémoire pour l'obtention de l'habilitation à diriger des recherches, Paris, Université Paris Descartes.

Diasio N. & V. Vinel (dir.) (2007), Il Tempo incerto. Antropologia della menopausa, Milano, Franco Angeli Editore.

Fellous M. (2001), À la Recherche de nouveaux rites. Rites de passage et modernité avancée, Paris, Éditions L’Harmattan.

Fothergill D. (1788), Conseils pour les femmes de quarante-cinq à cinquante ans ou conduite à tenir lors de la cessation des règles, Londres-Paris, Éditions Briand.

Gardanne de C. (1816), Avis aux femmes qui entrent dans l’âge critique, Paris, Éditions Gabon.

Giddens A. (1987), La Constitution de la société. Éléments de la théorie de la structuration, Paris, Presses universitaires de France.

Glowczewski B. (1995), Adolescence et sexualité, Paris, Presses universitaires de France.

Hareven T. K. (1995), « Changing Images of Aging and the Social Construction of the Life Course », dans Featherstone M. & A. Wernick, Images of Aging. Cultural Representations of Later Life, London, Routledge Editor, pp. 119-134.

Hengst H. (2009), « Collective Identities », dans Qvortrup J., Corsaro W. & M.-S. Honig (dir.), The Palgrave Handbook of Childhood Studies, Basingkstoke, Palgrave Macmillan Editors, pp. 202-214.

Honneth A. (2002), La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf.

Houseman M. (2010), « Des rituels contemporains de première menstruation », Ethnologie française, vol. XL, n° 1, pp. 57-66.

James A. (2000) « Embodied Being(s): Understanding the Self and the Body in Childhood », dans Prout A. (dir.), The Body, Childhood and Society, London-New York, MacMillan St. Martin’s Press, pp. 19-37.

James A. & A. Prout (1990), « Re-presenting Childhood: Time and Transition in the Study of Childhood », dans James A. & A. Prout (dir.), Constructing and Reconstructing Childhood. Contemporary Issues in the Sociological Study of Childhood, London, Falmer Press, pp. 230-250.

Lamaze H. (1805), Essai sur la cessation du flux menstruel et sur les moyens propres à prévenir les accidents et les maladies qui peuvent affecter les femmes à cette époque, Paris, Éditions Didot jeune.

Mannheim K. (1928 [tr. fr. 2005]), Le Problème des générations, Paris, Éditions Armand Colin.

Mayall B. (2002), Towards a Sociology of Childhood, Buckingham, Open University Press.

Menville de Ponsan C.-F. (1846), Histoire philosophique et médicale de la femme, Paris, Éditions Baillière.

Michelet J. (1860), La Femme, Paris, Éditions Hachette.

Oakley A. (1994), « Women and Children First and Last: Parallels and Differences between Children's and Women's Studies », dans Berry M. (dir.), Children's Childhoods: Observed and Experienced, London, Washington, Falmer Press, pp. 13-32.

Pasolini P. P. (1958), L'Usignolo della Chiesa Cattolica, Milano, Garzanti Editore.

Peatrick A.-M. (2003), « L'océan des âges », L'Homme, vol. 3-4, n° 167-168, pp. 7-23.

Qvortrup J. (2009), « Childhood as a Structural Form », dans Qvortrup J., Corsaro W. & M.-S. Honig (dir.), The Palgrave Handbook of Childhood Studies, Basingkstoke, Palgrave Macmillan Editors, pp. 21-33.

Remotti F. (2003), « De l'incomplétude », dans Affergan F., Borutti S., Calame C., Fabietti U., Kilani M. & F. Remotti, Figures de l'humain, Paris, Éditions de l'École des Hautes études en Sciences sociales, pp. 19-74.

Roussel P. (1775), Système physique et moral de la femme, Paris, Éditions Vincent.

Shilling C. (1993), The Body and the Social Theory, London, Sage Edition.

Sirota R. (2006), « Petit objet insolite ou champ constitué, la sociologie de l’enfance est-elle encore dans les choux ? », dans Sirota R. (dir), Éléments pour une sociologie de l’enfance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 13-34.

Strathern M. (1988), The Gender of Gift : Problems with Women and Problems with Society in Melanesia, Berkeley, University of California Press.

Théry I. (2008), « Pour une anthropologie comparative de la distinction de sexe », dans Théry I. & P. Bonnemère (dir), Ce que le Genre fait aux personnes, Paris, Éditions de Éditions de l'École des Hautes études en Sciences sociales, pp. 15-43.

Thorne B. (1987), « Re-visioning Women and Social Change. Where are the Children? », Gender and Society, vol. I, n° 1, pp. 85-109.

Thorne B. (1993), Gender Play. Girls and Boys in School, New Brunswick, Rutgers University Press.

Turmel A. (2008), A Historical Sociology of Childhood. Developmental Thinking. Categorization and Graphic Visualization, Cambridge (UK), Cambridge University Press.

Turner B. (1995), « Aging and Identity. Some Reflections on the Somatization of the Self », dans Featherstone M. & A. Wernick (dir.), Images of Aging. Cultural Representations of Later Life, London-New York, Routledge Editions, pp. 245-260.

Verdier Y. (1978), « Grands-mères si vous saviez... Le Petit Chaperon Rouge dans la tradition orale », Les Cahiers de la littérature orale IV, www.expositions.bnf.fr/contes

Verdier Y. (1979), Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Éditions Gallimard.

Virey J.-J. (1824), Histoire naturelle du genre humain, Paris, Éditions Crochard.

Vinel V. (2007), « La menopausa, passaggio verso un altro status ? Invecchiamento e vecchiaia femminile presso i Moose del Burkina Faso », dans Diasio N. & V. Vinel (dir.), Il tempo incerto. Antropologia della menopausa, Milano, Franco Angeli Editore, pp. 55-77.

Vinel V. (2011), « Enracinement genré des regards médicaux sur la transition entre enfance et adolescence : Les 9-13 ans au prisme de la santé », Colloque « Enfance et Genre : comment le sexisme vient aux enfants » (21-25 novembre 2011), Université de Metz, IUFM de Lorraine et IRTS de Lorraine.

Haut de page

Notes

1  Dresser un état des lieux de ces travaux n'est pas possible dans le contexte de cet article. Pour un bilan cf. Sirota 2006, Diasio 2010, Qvortrup, Corsaro & Honig 2009 et le numéro 2, vol. 58 de Current Sociology de mars 2010.

2 Pour une analyse détaillée de ce cheminement scientifique cf. Delanoë, 2006 ; Diasio, 2007.

3 Progressivement, à partir de la deuxième moitié du xixe siècle, la vulgarisation du mot ménopause et la perception de cet événement en tant que maladie carentielle vont brouiller les démarcations internes à « l’âge critique » et unifier des étapes à l’origine nombreuses et distinctes.

4 De manière analogue, la construction de la petite enfance dans ces écrits cliniques et statistiques qui ont « découvert » le phénomène de la mortalité infantile au début du xixe siècle, a impliqué des scansions internes, chacune imposant des soins spécifiques (Armstrong, 1986).

5 Il s'agit du programme « Corâge », financé par l'ANR (appel « Enfants et enfances »), coordonné par Nicoletta Diasio, conduit en collaboration entre l'UMR 7236 (CNRS/Université de Strasbourg), le Laboratoire Lorrain des Sciences Sociales (Université de Lorraine) sous la responsabilité scientifique de Virginie Vinel et l'Université de Venise Ca' Foscari, grâce à la collaboration de Donatella Cozzi.

6 De même, Virginie Vinel montre comment l'épidémiologie souligne les différentiels dans le développement pubertaire et gomme les données qui évoquent des similitudes de sexe/genre, alors que ces mêmes données sont mobilisées dans l'expérience concrète des cliniciens (Vinel, 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicoletta Diasio, « Maillage des temps et gouvernement des corps dans la construction des rapports d'âge et de genre », SociologieS [En ligne], Dossiers, Genre et vieillissement, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4118

Haut de page

Auteur

Nicoletta Diasio

Université de Strasbourg, Laboratoire « Cultures et Sociétés en Europe », Strasbourg, France - nicoletta.diasio@misha.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page