Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Le non-recours aux droits

Question en expansion, catégorie en construction, possible changement de paradigme dans la construction des politiques publiques 1
Philippe Warin

Résumés

La question du non-recours aux droits sociaux prend de l’ampleur en France. Sa diffusion s’explique par le besoin d’évaluer les politiques publiques. Elle donne lieu à des réponses institutionnelles qui peuvent modifier le modèle de production des politiques en revisitant les rapports aux destinataires. Entre les logiques d’action à l’œuvre (droits-créances ; utilités collectives ou individuelles) apparaît la possibilité d’un changement radical lorsque le non-recours conduit les acteurs à reconsidérer les politiques qu’ils produisent à partir d’un impensé : les destinataires – même les plus précaires – peuvent ne pas avoir envie de l’offre qui est proposée. Dans ce cas, le non-recours n’apparaît plus seulement comme une catégorie d’action en construction, mais également comme la possibilité d’un changement de paradigme quand les acteurs des politiques admettent que celles-ci n’ont pas nécessairement d’intérêt pour ceux à qui elles s’adressent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet article est la version retravaillée d’un texte intitulé « Le non-recours aux droits comme quest (...)
  • 2 Se reporter au site du réseau thématique européen Exit from and non-take up of public services (EXN (...)
  • 3 Voir la très instructive thèse de Marie-Pierre Hamel (2009).

1La question du non-recours aux prestations sociales a été importée en France au milieu des années 1990. Les difficultés d’accès aux minima sociaux ont été le principal déclencheur alors que la lutte contre la pauvreté et les exclusions sociales était mise en avant sur la scène politique. Sans rappeler ici l’origine parfois ancienne du thème du non-recours dans différents pays 2, notons simplement que, depuis le début des années 2000, il se propage en France du côté des acteurs nationaux ou locaux des politiques sociales : administrations, organismes de Sécurité sociale, collectivités territoriales ou institutions. En l’espace de quelques années, le non-recours est remarqué en tant que réalité à mesurer, à analyser et à traiter. Les prestations sociales légales (notamment sous condition de ressources) mais aussi les prestations extra-légales, l’aide sociale et les dispositifs d’accompagnement sont pris en compte, en même temps que ce thème s’ouvre à des questionnements sur l’accès à la santé, aux transports, aux loisirs, au logement, à la justice, etc. Sa diffusion apparaît fortement liée aux enjeux évaluatifs qui lui sont attribués ; c’est vrai en France comme ce fût le cas dès l’origine en Grande-Bretagne 3.

  • 4 Par définition, le non-recours renvoie à toute personne qui – en tout état de cause – ne bénéficie (...)
  • 5 Pour visiter les travaux sur lesquels nous nous appuyons en partie ici : http://odenore.msh-alpes.f (...)

2Après un rappel de cette institutionnalisation progressive, il s’agit de présenter et de classer les actions mises en œuvre aujourd’hui pour réduire ou prévenir le non-recours. Deux grandes logiques d’action apparaissent : l’une s’inscrit dans un rapport inchangé aux destinataires de l’offre publique de droits et de services ; l’autre, au contraire, cherche plutôt à le transformer. Tout dépend en particulier du type de non-recours pris en compte en priorité. De ce point de vue, la typologie explicative comprenant trois principales formes de non-recours 4 distingue d’autant mieux les choix des acteurs que ceux-ci la reprennent à leur compte, comme ils puisent dans les travaux d’étude et de recherche produits sur le sujet pour expliquer et justifier leurs actions en la matière. En particulier, le non-recours par « non connaissance » de l’offre et celui par « non demande » retiennent plus particulièrement l’attention. Ils permettent d’opérationnaliser, l’un, la question de l’effectivité des politiques, l’autre, celle de leur pertinence. Au total, l’émergence du thème du non-recours donne lieu à des innovations dans la production des politiques publiques : elle peut introduire des aménagements dans les fonctionnements existants ou bien les prémisses de changements en profondeur dans les rapports avec les destinataires de l’offre publique. Le point de vue développé ici repose sur l’animation de l’Observatoire des non-recours aux droits et services (Odenore) créé il y a dix ans. Celui-ci a contribué à développer ce thème dans le cadre de plusieurs programmes de recherche et au travers de partenariats étroits avec de nombreux acteurs (institutions, services, destinataires, associations) 5.

Une émergence du thème du non-recours liée au besoin d’évaluation

3Pour commencer, quelle est la place donnée au thème du non-recours par les acteurs centraux des politiques sociales (inspections générales, directions d’administrations centrales, établissements publics nationaux à caractère administratif, observatoires nationaux et même institutions de la République) ? À ce niveau, force est de constater que ces acteurs sont de plus en plus nombreux à faire du non-recours une justification principale du besoin d’évaluer les politiques publiques, les fonctionnements organisationnels et les pratiques professionnelles.

4Dans un rapport de 2005 sur « Ceux qui ne demandent rien », l’Inspection générale des affaires sociales alerte sur la nécessité pour les interventions sociales d’intégrer « la question de la “non-demande” d’intervention sociale de proximité [qui] reste mal identifiée malgré son importance ». Ce document insiste sur le besoin de développer « l’évaluation de la non-demande [qui] reste largement fonction des volontés politiques ou de stratégies volontaristes de politiques » (Hautchamp, Naves & Tricard, 2005). Parlant de « la quasi totalité des rapports et études sur l’évaluation ou la mise en œuvre des politiques publiques », les rapporteurs soulignent que « ceux-ci sont essentiellement centrés sur l’efficience et l’efficacité des dispositifs ; à ce titre, ils traitent de la facilité d’accès à ces dispositifs et donc aussi de leur effectivité, mais de fait n’abordent pas en général la question de la non-demande » (op. cit., p. 8). Aussi, le rapport souligne-t-il l’urgence d’une évaluation des multiples causes de la non-demande de façon à ce que l’intervention sociale ait pour priorité de regagner des publics qui peuvent lui échapper, par désintérêt ou même par perte de l’idée d’avoir des droits sociaux. Parmi les expériences suivantes, certaines font écho à cette incitation.

  • 6 Nelly Ollin, d’abord ministre déléguée à la Lutte contre la précarité et l’exclusion, puis ministre (...)

5Un peu avant, sous l’égide de la ministre déléguée à la lutte contre l’exclusion 6, la Direction générale des affaires sociales (DGAS) utilise le thème du non-recours pour proposer le dispositif « Point d’accueil en réseau pour l’accès aux droits » (PARADS) dans le cadre du Programme 177 des politiques de lutte pour l’inclusion sociale en application de la Loi organique relative aux lois de finances du 1er août 2001. L’idée est de diffuser une culture sur le non-recours pour intervenir rapidement sur les situations concrètes. Cette proposition incite au développement concerté d’évaluations de situations, produites par des acteurs de terrain (agents publics ou associatifs) organisés de façon à ce que chacun puisse compter sur l’autre si celui-ci est mieux placé pour apporter une réponse immédiate. Son succès décline une fois que l’aide au financement des dispositifs est reportée sur les Directions déconcentrées. Mais le principe d’une action en réseau se retrouve dans d’autres initiatives, comme on peut le voir plus loin.

6Parmi les établissements publics nationaux à caractère administratif, le fonds de financement de la protection complémentaire de la couverture universelle du risque maladie (davantage connu sur le nom de « Fonds CMU » [Couverture Maladie Universelle]) créé par la loi du 27 juillet 1999 instaurant la CMU commande des études sur le non-recours aux dispositifs d’assurance maladie complémentaire gratuite (Couverture maladie universelle complémentaire [CMU-C]) ou aidée (Aide complémentaire santé [ACS]). En incluant dans ses rapports annuels d’évaluation de la loi CMU des éléments quantifiés, le Fonds fait du non-recours un critère principal d’évaluation des dispositifs pour lesquels il a une mission d’analyse en plus de sa mission de financement. Le thème est prégnant dès le premier rapport d’évaluation rédigé en décembre 2001 puisque le Fonds peut tenir compte des résultats d’études spécifiques. Avec une grande régularité, la Lettre du Fonds (Références, lancée en février 2001) fait état de mesures chiffrées du non-recours souvent croisées avec différentes variables, notamment la composition familiale et les revenus. Il s’agit à notre connaissance de la seule évaluation régulière chiffrée du non-recours (à des dispositifs particuliers) aujourd’hui en France. Les données présentées n’indiquent cependant pas à quel type de non-recours on a affaire. Pour cela, il faut revenir aux études quand elles comportent ces précisions produites par des analyses compréhensives.

7L’introduction officielle du non-recours comme critère d’évaluation est peut-être en train de s’opérer après quelques tentatives avortées, dont celle de la DGAS devant le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, en 2006, lors d’un débat général sur les indicateurs de pauvreté. Il est en effet important d’indiquer que la Caisse nationale d’allocations familiales (CNAF), qui a joué un rôle central dans le transfert du thème en France au milieu des années 1990, et la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques du ministère du Travail, de l’emploi et de la santé, produisent actuellement une enquête nationale d’envergure pour l’évaluation du Revenu de solidarité active (RSA). Cette enquête est la première de cette importance en France à introduire des modules de questions sur le non-recours. Pour avoir participé à leur préparation et à l’analyse des réponses, on peut dire que cette enquête n’oublie aucun type de non-recours puisque les deux questionnaires très détaillés (l’un pour la phase téléphonique, l’autre pour le face-à-face) s’intéressent à la non-demande par non intérêt ou par non acceptation des principes ou des conditions. Tout en rappelant les taux élevés de non-recours (50 % pour les trois types de RSA, 68 % pour le RSA « activité », la mesure phare du dispositif) (Warin, 2011b), on peut dire, en 2012, que la réalisation de cette enquête marque peut-être une étape importante dans la reconnaissance publique du thème en France. De nombreux médias (radios, télé, presse nationale et professionnelle) se saisissent du rapport d’évaluation sur le RSA plusieurs mois après sa présentation le 15 décembre 2011, pour faire état du phénomène du non-recours et, pour certains, pour le présenter comme « l’envers de la fraude aux prestations sociales » à quelques semaines d’élections nationales.

  • 7 Le CAS est un organisme directement rattaché au Premier ministre. Il a pour mission d’éclairer le g (...)

8Est-ce lié à la montée en puissance du thème ? En tout cas, il est intéressant de noter également qu’en mai 2011 le Centre d’analyse stratégique (CAS) 7 et la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), en clôture d’un cycle de séminaires sur « La cohésion sociale par ses instruments », ont accepté que le non-recours soit présenté en tant que possible critère d’évaluation des politiques sociales. En prenant date sur le sujet devant l’actuelle Secrétaire d’État à la Cohésion sociale et en présence notamment de la Présidente de la Société française d’évaluation, les responsables du CAS et de la DGCS ont validé l’intérêt du thème du non-recours. Les discours de politiques publiques produits à cette occasion insistent sur la nécessité d’éviter les dogmes pour faire preuve de pluralité méthodologique. Ils soulignent l’intérêt d’une évaluation par le non-recours du fait du questionnement nouveau qu’il permet d’introduire. C’est donc sous couvert du besoin d’innover dans les manières de déchiffrer le social que ce thème semble percoler au sommet de l’appareil d’État.

  • 8 Intervention de Nicolas Duvoux lors des premières Journées scientifiques de l’ODENORE en juin 2010 (...)

9Pourtant, l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES) créé par la Loi de 1998 sur les exclusions pour promouvoir la connaissance sur ces questions sociales a intégré très tôt le thème du non-recours. Il lui est même consubstantiel si l’on considère que cette création répond en partie à la demande des associations qui ont contribué à introduire sur l’agenda politique la question de l’accès aux droits ; comme ce fût le cas plus tôt, dans les années 1960, en Grande-Bretagne avec le Welfare Rights Movement rassemblant des acteurs administratifs, associatifs et académiques (Hamel & Warin, 2010). Cela étant – mais en restant très prudent sur ce point du fait d’informations partielles –, il ne semble pas que cet Observatoire national ait cherché à construire le non-recours comme possible indicateur ni même comme indice de la pauvreté et de l’exclusion. On relève au plus la proposition d’un « taux de renoncement aux soins pour raisons financières » parmi les onze indicateurs centraux de mesure de la pauvreté proposés par l’ONPES en 2008. Cette proposition est robuste puisqu’elle peut s’appuyer sur des enquêtes régulières produites par l’Institut de recherche et de documentation en économie de la santé et par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, reconnues récemment par la ministre des Solidarités comme faisant partie du « système de veille sur les phénomènes de pauvreté et d’exclusion sociale ». Pour autant, et en laissant ici des débats sur les limites de ces enquêtes, on peut supposer la possibilité d’un lien plus substantiel entre mesure du non-recours et conception d’indicateurs de précarité, pauvreté et exclusion. Cette observation nous conduit à souscrire au constat fait par Nicolas Duvoux selon lequel « dans les instances nationales la question du non-recours est un chantier à ouvrir totalement » 8.

10Ce rapide balayage de l’émergence du thème du non-recours au travers des besoins d’évaluation ne peut oublier le Médiateur de la République, aujourd’hui intégré dans une nouvelle institution : le Défenseur des Droits. Le Médiateur s’était saisi explicitement du thème il y a trois ans en soutenant la création de l’Odenore en équipe de recherche reconnue par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Le non-recours lui a paru significatif du risque qu’encourt l’État social s’il n’est plus capable de répondre aux besoins des populations les plus démunies. Son souci d’une remontée d’informations et de données sur le non-recours vers les services centraux de la médiature correspond à la nécessité de border à partir d’éléments d’évaluations (mesures et explications) les initiatives prises pour éviter l’assistanat. De son point de vue, un État social équitable et bien géré est celui qui évite autant la sur-utilisation que la sous-utilisation des systèmes de protection. Aussi, le Médiateur appelle-t-il dans une interview récente à « comprendre les effets comportementaux des politiques » (Actualités sociales hebdomadaires, 2011, p. 41). Cette invitation n’est pas suivie de recommandations pour l’évaluation. Elle suppose néanmoins de pouvoir analyser les relations possibles entre comportements de sur-recours et de non-recours de façon à permettre leur modélisation afin d’agir en amont. Plus explicite, le Vice-président du Conseil d’État, Jean-Marc Sauvé, en ouverture des entretiens « Fraudes et protection sociale » organisés en février 2011, déclarera :

« La légitimité de la lutte contre la fraude sociale ne peut se comprendre sans être analysée, comme toute autre politique, dans une dynamique de conciliation avec d’autres composantes de l’intérêt général. La première de ces composantes est le droit d’accès aux prestations sociales, avec lequel l’objectif de lutte contre la fraude est susceptible d’entrer en contradiction » (Damon, 2011, p. 482).

11L’accès aux droits et indirectement le non-recours sont ainsi considérés comme des enjeux liés de bonne gestion des ressources publiques. L’avenir dira si cela donne lieu à une politique générale, comme en Grande-Bretagne, où fraude et non-recours sont mesurés ensemble (Gajdos & Warin, 2012).

  • 9 « New and Growing inequalities: a challenge for the social, economic and democratic development of (...)

12Le niveau européen ne doit pas être négligé non plus. La Direction générale à la recherche de la Commission européenne supporte l’idée d’encourager des recherches évaluatives et méthodologiques sur les phénomènes de non-recours, en particulier pour identifier les effets des régimes de conditionnalités sur les comportements des publics. Cette perspective est assez proche de celle indiquée par le Médiateur de la République. Par exemple, à l’occasion de débats préparatoires sur le nouvel agenda social européen, cette Direction a pris l’initiative d’une conférence sur les nouvelles inégalités 9 qui a valorisé notamment des travaux sur le non-recours développés dans une série de recherches réalisées dans des programmes-cadres successifs. Des chercheurs européens, dont des personnalités scientifiques comme Richard Wilkinson, Maurizio Franzini, Duncan Gallie, Joakim Palme,… ont été réunis pour débattre notamment de l’intérêt d’une recherche visant à comparer les résultats des dispositifs mis en œuvre pour améliorer l’inclusion sociale des populations à l’écart des systèmes de protection et d’aide sociale. Cet appel à la recherche pour participer à une évaluation de type benchmarking profile apparemment certains appels d’offres à venir du 8e programme-cadre de recherche ; c’est peut-être un autre indice de l’émergence du thème du non-take up of social benefits dans les évaluations à venir des politiques sociales nationales.

13Par ailleurs, on peut remarquer comment une diffusion du thème s’opère au local vers des collectivités territoriales (Régions, Départements, Communes), des conseils économiques, sociaux et environnementaux régionaux, des centres communaux d’action sociale (CCAS). À ces niveaux, le non-recours apparaît comme une notion pratique pour rendre opérationnel le besoin, partout affirmé, de mesurer les impacts individuels des actions produites. Portant l’idée que l’action publique n’est ni efficace ni juste si une partie du public lui échappe ou pire s’en détourne, la notion de non-recours rend plus évidentes les questions du Que produit-on ? et du À quoi sert l’action publique ? au fondement de la démarche évaluative. Aujourd’hui, ces acteurs appellent à comprendre les impacts des dispositifs et des pratiques sur les populations partant de la question du non-recours abordée sous ses différents aspects.

  • 10 Sur ces non-dépenses, en particulier, voir Warin (2011b).

14Ces quelques assertions donnent une première idée du lien entre émergence du thème du non-recours et attentes en termes d’évaluation. Elles indiquent surtout qu’avec la question du non-recours, l’évaluation peut jouer un rôle critique. De facto, les publics – et notamment ceux qui devraient être là et qui ne le sont pas ou plus – sont au cœur de la réflexion. L’évaluation peut alors s’appuyer sur des indicateurs de non-recours et de non dépenses liées à celui-ci 10 pour examiner les défaillances des politiques publiques ; si l’on considère que leur sens premier est donné par ceux à qui elles s’adressent. Trente ans après, Michel Crozier serait enfin entendu ; qui a toujours dit – parfois bien seul, notamment quand l’évaluation est née officiellement du pouvoir central dans les années 1990 – qu’il ne pouvait y avoir d’évaluation sans les administrés et les usagers.

15Cette relation à l’évaluation est en partie due au fait que la recherche spécialisée sur le sujet a annoncé d’emblée l’enjeu évaluatif du thème du non-recours. Cela correspond à une stratégie scientifique. C’est une façon de fixer un point de rencontre avec les acteurs afin d’accéder à des ressources indispensables pour la recherche, en allant parfois jusqu’à se placer dans le policy-process (Warin, 2008). C’est aussi une manière d’analyser les politiques publiques au niveau crucial – et pourtant peu étudié sur le plan académique en France – de leur réception par leurs destinataires. Notamment en dégageant plusieurs types de non-recours à partir d’observations accumulées, il est devenu évident que le non-recours, en plus de poser la question de l’effectivité de l’offre publique (l’offre est-elle effectivement délivrée aux publics concernés ?) et, par voie de conséquence, souvent celle de l’efficience des systèmes d’action (notamment : l’information sur l’offre est-elle suffisante ?) introduit aussi la question de sa pertinence (l’offre publique est-elle acceptable et utile du point de vue des publics ?) qui renvoie directement à la légitimation même de l’intervention publique (Warin, 2010a). L’évaluation de la pertinence est plus rare et plus difficile. Elle dépend de la capacité et de la volonté des acteurs des politiques à interroger le contenu de leurs actions. Comme l’explique Peter Knoepfel, spécialiste européen de l’analyse des politiques publiques :

« De fait, la question de la pertinence d’une politique publique représente la dimension la plus “politique”, donc la plus délicate et la plus sensible, qu’une évaluation ait à examiner» (Knoepfel, Larrue & Varone, 2001, p. 270).

16Au niveau des acteurs de la mise en œuvre des politiques sociales, l’opérationnalisation du thème du non-recours varie. Elle poursuit des objectifs différents. Le bilan que nous pouvons en tirer montre que l’une ou l’autre des deux logiques suivantes sous-tendent la prise en compte du non-recours.

  1. La première est une logique de renforcement des « droits-créances ». Elle consiste à saisir le thème du non-recours dans le but améliorer l’accès à l’offre publique. Dans ce cas, l’évaluation du non-recours (par des calculs de taux) vise à rendre plus performants les dispositifs d’information des publics, d’accompagnement de ceux-ci vers les droits et services, de recours non contentieux en cas de réponse tardive, de non réponse ou de décisions non justifiées.

  2. La seconde est une logique de prise en compte des « utilités collectives et individuelles ». Il s’agit ici de revoir le mode de définition de l’offre publique et de réexaminer son contenu. Cette fois, l’évaluation du non-recours (par compréhension des situations) peut conduire à substituer une logique de la demande par les destinataires à une logique de l’offre préconstruite et à changer ainsi assez radicalement les rapports avec les ressortissants des politiques publiques.

Diversité des réponses, homologie des logiques

17Partant de cette présentation de l’émergence du thème du non-recours, comment les acteurs qui s’en saisissent l’opérationnalisent-ils autour de l’une ou l’autre de ces deux logiques ?

La logique des droits-créances : pour répondre au non-recours par non information

18Les organismes de l’Assurance maladie sont aujourd’hui ceux qui, au sein de la Sécurité sociale, sont les plus mobilisés sur le thème du non-recours. Il n’en fût pas toujours ainsi. Il s’agit pour l’essentiel de quantifier le non-recours à des dispositifs d’assurance maladie complémentaire gratuite ou aidée dans un double but : produire une statistique du phénomène ; identifier les assurés concernés afin d’intervenir vers eux au moyen d’envois en masse de courriers d’information et plus rarement d’actions d’explication « sortantes » en direction de groupes-cibles (actions à domicile ou par téléphone en direction d’assurés sociaux pouvant prétendre immédiatement ou à terme à une assurance maladie complémentaire, aidée ou gratuite ; actuellement à l’état d’expérimentation dans des services sociaux de caisses d’assurance retraite et de la santé au travail).

  • 11 Arrêté du 21 mars 2011, J.O. du 30 mars 2011.

19La réponse apportée ici s’inscrit dans une réaffirmation à l’échelle d’un organisme de la protection sociale de la procédure administrative non contentieuse (ANC), c’est-à-dire de l’ensemble des règles qui régissent les formes d’élaboration des actes administratifs. Ces règles de forme constituent des garanties fondamentales pour les assurés sociaux comme pour les usagers des administrations et des services publics. Elles rappellent le droit de chacun à être informé de la nature et de l’étendue de ses droits, à être aidé éventuellement par un accompagnement personnalisé à accomplir les démarches administratives ou sociales nécessaires à leur mise en œuvre dans des conditions prédéfinies de délais, de fiabilité et de transparence. Depuis des décennies, ces droits-créances (droits à…) ont été constitués et renforcés au travers d’une rapsodie de politiques de l’usager. Jusque-là, les Conventions d’objectifs et de gestion (COG) élaborées par les Caisses nationales de Sécurité sociale peinaient à asseoir en faveur des assurés sociaux un véritable « droit aux droits » selon le constat de Jean-Michel Belorgey (2007). Cette instrumentation de la question du non-recours par l’Assurance maladie conduit à la mise en place d’actions d’information et d’explication qui donnent une certaine réalité à la logique des droits-créances dont on sait que l’histoire est consubstantielle à la construction de la notion d’usager. Cela étant, l’accélération va probablement venir dans les organismes de Sécurité sociale de la lutte contre la fraude. La parution en mars 2011 de l’arrêté définissant le contenu du répertoire commun de la protection sociale devrait simplifier les démarches des bénéficiaires des droits et des prestations par la mise en commun d’informations entre les organismes de protection sociale et entre ces organismes et l’administration fiscale 11. Selon le directeur de la Sécurité sociale, Thomas Fatome, ce répertoire « inauguré pour lutter contre les fraudes, servira aussi à identifier les personnes qui ne réclament pas leurs allocations » (Fatome, 2012, p. 60).

20Une logique de ce type est également à l’œuvre au niveau local, non plus en direction de publics entiers (les bénéficiaires potentiels d’un dispositif donné) mais de populations prises en compte sur des micro-territoires urbains dans la diversité des droits et services auxquels elles peuvent prétendre. C’est ce qui se passe en particulier à chaque fois que des acteurs locaux de l’action sociale – notamment des CCAS – se saisissent du thème pour organiser à l’échelle de quartiers, notamment ceux concernés par les Contrats urbains de cohésion sociale, des dispositifs collectifs de repérage et d’action directe pour corriger des situations personnelles ou familiales de non-recours. Les dispositifs expérimentés aujourd’hui relèvent d’intentions qui peuvent être différentes de celles animant l’Assurance maladie.

21Le management par résultats de l’activité des Caisses et des moyens qui leur sont alloués a conduit certaines d’entre elles à être particulièrement actives sur le thème du non-recours dès lors que celui-ci a été désigné parmi les priorités d’action de l’actuelle COG. La prise en compte du thème du non-recours s’explique ici par le besoin de répondre à des attentes fixées au niveau central. Cette innovation « sur commande » a donné lieu en quelque sorte à une pratique nouvelle d’information sur les publics et des publics qui est appliquée maintenant dans le réseau des Caisses primaires d’assurance maladie.

  • 12 La France semble en retard en matière de participation des personnes en situation de pauvreté ou d’ (...)
  • 13 Nous faisons référence ici à la dualité structurelle entre un « social gestionnaire » et un « socia (...)

22En revanche, du côté des acteurs locaux de l’action sociale, la mobilisation sur le thème s’explique par le besoin de remettre de l’ordre dans les missions de service public, les subventions accordées à des prestataires extérieurs et les partenariats institutionnels entre financeurs de l’aide sociale. La diffusion de la catégorie du non-recours aux droits et services, au moyen de dispositifs partenariaux ad hoc, peut ainsi servir une logique de « redevabilité horizontale » entre acteurs (selon la typologie de l’accountability proposée par Mark Bovens) dans le but de rendre poreux les habituels cloisonnements sectoriels ou administratifs (Bovens, 1998). Ainsi, des « baromètres de l’accès aux droits et services » conduisent des CCAS à questionner des opérateurs privés (transport, énergie) sur la faible effectivité des tarifications sociales dont ils ont la responsabilité directe, pénalisant ainsi à plus d’un titre les non bénéficiaires qui, non seulement n’utilisent pas cette tarification et donc paient au prix fort les services, mais en plus la financent (Mazet et al., 2012). À noter que cette remise en ordre est également souhaitée au regard des défis auxquels le travail social professionnel est aujourd’hui confronté. Reprenant l’analyse à trois niveaux de Michel Chauvière, il s’agit du : défi de la connaissance, car les difficultés sociales ont besoin d’être mises en mots mais aussi en chiffres ; défi démocratique, puisque les destinataires ont des droits opposables tant aux professionnels qu’aux décideurs ; défi des qualifications, car la qualité des services rendus et surtout les effets attendus sur les populations demandent à revoir les compétences professionnelles et les fonctionnements administratifs pour que ceux-ci ne produisent pas d’obstacles dans l’accès aux droits (Chauvière, 2004). Parfois aussi cette remise en ordre est justifiée au regard du marasme d’une politique de la ville vidée de ses moyens : l’idée que l’on retrouve dans certains travaux nord-américains actuels (Glaeser, 2011) est que les politiques publiques doivent aider les personnes pauvres et non les territoires pauvres, en proposant des dispositifs de participation inspirés du modèle d’action sociale et de participation politique appelé Community Organizing 12. Le but est de reconnecter l’action sociale avec la mission de promotion collective qui était l’une de ses caractéristiques, progressivement oubliée (repli sur le « social gestionnaire » 13), en promouvant la production de collectifs d’usagers ou d’habitants. Il y a là une rupture avec la défiance de l’administration à l’égard du public et une mise en cause de la priorité accordée aux investissements matériels (infrastructures, bâtiments, équipements). Quels que soient les motifs, cette remise en ordre s’effectue en tout cas autour d’une logique d’action qui est celle de l’accès de tous aux droits, posé aujourd’hui comme principe majeur de l’action sociale.

23Du côté de l’action sociale locale, le thème du non-recours sert donc également à rendre opérationnelle la logique des droits-créances. L’offre nouvelle vise explicitement à répondre aux besoins d’information, d’explication et d’accompagnement qui ressortent de diagnostics partagés de situations de non-recours. Au travers d’un management participatif appuyé sur la technique du projet de service, se mettent en place des collectifs d’acteurs (travailleurs sociaux, agents administratifs de centres sociaux et de services municipaux, membres d’associations ou de collectifs d’habitants) qui ont pour mission de constituer sur des micro-territoires des plates-formes d’accès aux droits pensées à partir de l’examen collectif des situations de non-recours rencontrées par chacun. Ces plates-formes qui ont une fonction d’accueil (parfois dans des espaces que l’on cherche à créer en « lieux de vie ») sont conçues comme un portage individualisé de droits-créances au plus près des populations ; mais nous verrons plus bas qu’elles sont plus que cela.

24Ces deux exemples indiquent par conséquent comment des acteurs de la Sécurité sociale ou de l’action sociale se saisissent de façon convergente du thème malgré des raisons et des contextes qui leur sont propres. De part et d’autre il s’agit de concrétiser des droits-créances pour rendre effectifs les droits sociaux. Ces acteurs puisent alors dans l’arsenal des mesures qui, de longue date, ont permis d’échafauder le principe de « citoyenneté administrative » pour répondre essentiellement au non-recours par manque d’information, qui n’est que l’un des types de non-recours.

  • 14 Cette affirmation se poursuit depuis, comme en attestent, en 2002, la Loi relative aux droits des m (...)

25En situant celui-ci essentiellement du côté des obstacles de nature cognitive (déficit d’information, difficulté de compréhension, déficit d’autonomie dans les démarches administratives), ils relient de facto le non-recours à la précarité et à l’exclusion. Ils considèrent la prise en compte du non-recours comme une réponse concrète à ces problèmes. Cette opérationnalisation du non-recours est une application explicite de l’article 1 de la Loi d’orientation relative à la lutte contre les exclusions du 31 juillet 1998, qui attend de l’ État, des collectivités territoriales, des établissements publics dont les centres communaux et intercommunaux de l’action sociale, des organismes de Sécurité sociale, ainsi que des institutions sociales et médico-sociales la mise en œuvre des principes d’écoute, d’accompagnement et de suivi dans les droits des populations en situation de précarité ou d’exclusion, dont la juridicité qui a été affirmée progressivement dans une longue série de Lois, décrets et circulaires 14.

La logique des utilités collectives et individuelles : pour répondre au non-recours par non-demande

26L’opérationnalisation du thème du non-recours ne suit pas seulement une logique des droits-créances qui apparaît comme l’attribution aux personnes en difficulté dans l’accès à leurs droits du statut classique de l’usager en tant que personne qui « a droit au service » (Chauveaud & Warin, 2009).

27Les mêmes acteurs ou d’autres prennent en compte le thème du non-recours dans une perspective qui vise à considérer principalement les limites de l’offre publique partant des jugements de valeur de ceux qui, en particulier, ne demandent (plus) rien, pour reprendre le titre du rapport de l’IGAS cité au début. Plusieurs types d’actions vont dans ce sens et conduisent non plus à revitaliser le statut d’usager mais à pratiquer un rapport différent aux destinataires de l’offre de façon à prévenir le non-recours et en particulier la non-demande. Le besoin d’évaluation affiché dans ce cas part du constat fourni par la recherche selon lequel la non-demande peut s’expliquer en particulier par un désaccord sur le contenu de l’offre et/ou sur ses modalités d’accès. Des actions sont alors mises en place, soit pour tenir compte de ces désaccords, soit pour les prévenir. Elles ne visent pas à construire les destinataires comme créanciers de certains pans du droit objectif. Elles les considèrent en revanche comme des acteurs dans la définition et la mise en œuvre de l’offre de droits et de services. Prenons pour exemples deux types d’action menés au local par des services sociaux en lien ou pas avec des associations ou des collectifs d’habitants.

28Le premier type d’action consiste dans la foulée de la mise en place de plates-formes d’accès aux droits mentionnée ci-dessus à organiser une interpellation régulière des organismes sociaux, collectivités territoriales et entreprises ayant des missions de service public (transports, énergie, logement) à partir de l’examen collectif de situations de non-recours. Il s’agit de permettre un débat sur le contenu de l’offre et son organisation directement avec les responsables des politiques locales ou au local. Avec ces processus collectifs d’inventaire et d’analyse, une expertise d’usage est mise en avant, non pas pour répondre à des situations individuelles mais pour tenter de modifier là où c’est possible les systèmes de prestations et d’aides financières, des dispositifs d’accompagnement, des fonctionnements d’équipements, etc. (Warin, 2011a). Ces pratiques que nous avons décrites dans deux rapports de recherche récents (Chauveaud & Warin, 2009 ; Chauveaud, Mazet & Warin, 2010) parviennent dans certains cas à impliquer activement et durablement des personnes en situation de non-recours. L’évaluation des défaillances ou limites de l’offre de droits ou de services se fonde ici directement sur l’explication par les personnes elles-mêmes de leur non-recours comme conséquence de l’offre publique.

29Ce type d’action collective et citoyenne s’adosse sur la maîtrise de techniques relationnelles de la « capacitation » dont le but est d’interroger et de croiser les pratiques pour renforcer des approches solidaires. On n’est plus dans le chiffrage du non-recours mais dans la reconnaissance sociale des non-recourants. Au-delà des résultats concrets acquis en termes de révisions d’offres particulières (revalorisation d’une aide financière, modification de la durée d’une offre, ouverture de droits sur avance, etc.), l’effort produit vise à modifier les représentations que les responsables des politiques ont de celles-ci. Très clairement, ce type d’action est destiné à montrer l’intérêt et la nécessité de considérer comment les destinataires évaluent l’utilité de l’offre pour la population en général ; le but explicite étant d’améliorer son effectivité et sa pertinence.

  • 15 Ce phénomène des préférences accommodantes est pris en compte dans l’analyse de la pauvreté individ (...)

30Tenant compte des explications de la non-demande apportées par les chercheurs, un autre type d’action est aujourd’hui expérimenté. Il consiste à proposer en amont et non, après coup, une prise en compte de ces expertises d’usage. Il ne concerne plus des actions collectives et citoyennes mais les relations individuelles avec les destinataires. Ce type d’action a, par exemple, pour objet la mise en place d’une aide financière temporaire, hors prestations légales, dont l’originalité est de laisser aux destinataires la possibilité de décider de sa forme, de son montant (plafonné) et de son usage. Cette aide peut concerner des jeunes en rupture familiale, sans ressources et précaires sur différents plans. Ces jeunes sont dirigés vers cette aide par des travailleurs sociaux. Sa mise en œuvre dépend uniquement de l’engagement exprimé par les jeunes à la demander à condition qu’ils estiment qu’elle leur sera utile pour sortir de leur « galère ». Un principe de modularité prévaut, qui subordonne la définition du montant, de la forme et de l’usage de l’aide, à l’évaluation par le bénéficiaire de ses conséquences pour lui. Ce principe le place au cœur de la définition de la demande et lui donne la possibilité d’un choix. C’est une nouveauté dans le champ des aides sociales en France et peut-être au-delà. En effet, ce type d’aide paraît également différent d’un certain nombre d’instruments de base des politiques sociales (chèques, bons, dotations,...) fonctionnant dans un certain nombre de pays (Hills, Le Grand & Piachaud, 2002 ; Kotlikoff, 2007) autour du principe du do-it-yourself social policy (Klein & Millar, 1995) ; ce n’est pas le cas ici (subsistance d’une forme de prescription sociale ; non intention de renvoyer les personnes aidées, seules vers des acteurs privés ou du marché). Le principe de modularité est aussi essentiel pour ce public très précaire puisque l’habitude de la non-demande de droits ou de services a conduit ces jeunes à réduire leurs aspirations, de sorte que la représentation qu’ils ont de leur état ou de leur situation fait qu’ils sous-estiment leurs besoins primaires15.

31Ce deuxième type d’action retient donc l’une des complexités de la question du non-recours par non-demande qui est celle de la dénégation de ses propres besoins (Furtos& Laval, 2005). Il ne met pas en avant le citoyen comme précédemment, mais l’individu à la fois volontaire et capable. Nous ne creusons pas ici cette observation car c’est un autre débat ; il serait toutefois intéressant de comprendre si ce type d’action intègre une conception de « l’individu dialogique » (Dubet, 2005) et comment il active les figures de « l’individu social », de « l’individu rationnel » et de « l’individu éthique ». Cela étant, retenons que ce type d’action considère la question de la non-demande comme suffisamment significative pour penser qu’une offre bâtie après avoir pris en compte les utilités individuelles est préférable lorsque les destinataires sont en marge des dispositifs sociaux.

32Aussi différents soient-ils du point de vue de la représentation qui est retenue des non-recourants (citoyens, individus) et du moment où ils se situent (réparation de l’offre ou préparation de l’offre), ces deux types d’action convergent du point de vue de leur logique générale. Dans l’un et l’autre cas il s’agit d’ordonner le contenu de la demande sociale, non plus indépendamment des individus mais au contraire à partir des évaluations collectives ou individuelles des conséquences, pour tous ou pour soi, de l’offre proposée. On est donc loin de la logique des droits-créances. D’une part, le contenu de l’offre est privilégié par rapport à la question des modalités d’accès. D’autre part et, surtout, les deux logiques renvoient à deux conceptions de la protection. D’un côté, la logique des droits-créances considère que la collectivité ou les institutions sociales ont pour tâche de garantir l’accès de tous aux droits et ainsi au final d’assurer une répartition du bien-être possible à travers une application égale des droits sociaux. De l’autre, la logique des utilités collectives et individuelles à l’œuvre dans des actions collectives ou dans des relations de service met en avant des individus libres et responsables de décider directement du contenu et de l’usage de l’offre.

Discussion : opérationnalisation du thème du non-recours et innovation sociale

  • 16 Pour une synthèse fouillée des positions et débats sur cette question d’une grande complexité théor (...)

33Entre ces deux logiques, il y a une différence, significative, selon nous, de la rupture théorique qui sépare Welfarism et Postwelfarism (Warin, 2010b). En un mot : les droits-créances n’intègrent pas l’idée de la responsabilité individuelle (ils sont dûs à l’usager), alors que les utilités individuelles si (le destinataire définit ce qui est bon pour lui ou pour ses concitoyens à partir d’une pré-évaluation ou évaluation des conséquences connues ou supposées de l’offre). Or c’est précisément en intégrant la question de la responsabilité individuelle qui est absente des mécanismes de compensation des inégalités de type welfariste que le Postwelfarism marque sa différence essentielle 16.

34L’opérationnalisation en cours du thème du non-recours passe par des approches évaluatives plus ou moins formalisées – chiffrées (les taux) ou plutôt compréhensives (les explications) – qui débouchent sur des actions qui, selon la logique principale retenue, s’appuient ou pas sur les destinataires. Derrière ce fait, il y a deux choix théoriques différents :

    • 17 La théorie postwelfariste en économie repose en particulier sur l’expression des préférences proche (...)

    Dans une approche postwelfariste, la logique d’évaluation de la demande sociale tient compte du préordre social [celui des individus] dans l’espace des utilités, comme le préconisent les théoriciens du choix social (Arrow, Sen & Suzumara, 2002). Le type de réponse apporté au non-recours à partir de la logique des utilités se fonde donc sur un cadre analytique – appelé Postwelfarism en économie – qui ordonne le contenu de la demande sociale à partir des évaluations individuelles des conséquences pour soi d’une action, d’une règle ou d’une politique 17. Dans ce cas, l’opérationnalisation du non-recours innove en superposant à la représentation du sujet de droit(s) (à la fois dépositaire de droits et justiciable) une conception de l’individu acteur des politiques. La réponse apportée au non-recours est placée du côté des individus appelés à être actifs. Néanmoins, la responsabilité individuelle dont il est question ici ne se fond pas dans un principe d’activation : on est au niveau des engagements souhaités par les individus et non dans les injonctions faites aux individus.

  1. La réponse construite sur une logique de droits-créances est bien différente puisqu’elle se range du côté d’une « théorie du choix collectif » (ou utilitarisme classique en économie). La logique en question aborde les destinataires de façon impersonnelle au moyen de la procédure administrative non contentieuse. Elle repose sur le postulat que l’application de la procédure ANC à tous ceux repérés en situation de non-recours permet de maximiser l’accès aux droits susceptible d’être garanti à tous. L’opérationnalisation du non-recours reste alors dans une approche administrative classique. La réponse apportée au non-recours relève essentiellement des institutions.

35En apportant cet arrière-plan théorique à l’opérationnalisation du thème du non-recours, il nous semble possible de relever la part d’« innovation sociale » que peuvent contenir les actions fondées sur la logique des utilités collectives et individuelles. L’observation principale que nous tirons de nos échanges avec les porteurs de ces actions-là est qu’ils acceptent de considérer que les destinataires peuvent ne pas avoir envie de l’offre proposée. Leur prise en compte du non-recours s’intéresse fortement à la non-demande car ils retiennent que leur offre peut ne pas avoir d’intérêt ou de sens pour tous les destinataires visés. Le principal enjeu est par conséquent pour eux de redonner envie au public afin de consolider la légitimité de leurs actions. La logique des utilités intégrée à certaines des réponses apportées au non-recours est innovante dans la mesure où elle considère la possibilité d’une non-envie de l’offre proposée.

36La notion de non-envie employée ici est différente de celle définie dans les théories libérales solidaristes. En effet, nous ne faisons pas référence à la non-envie qui requiert qu’aucun individu ne préfère à la combinaison de biens qui lui est allouée celle qui est attribuée à au moins un autre individu (Guibet Lafaye, 2006). Nous renvoyons simplement au postulat contenu dans les modèles de solidarité collective dont nous sommes davantage coutumiers, selon lequel les individus sont censés se satisfaire de la redistribution générale qui les protège ; or à cause de ce postulat la non-envie est un impensé. C’est l’effet de la représentation de l’État protecteur : protecteur, notamment parce qu’il sait mieux que quiconque définir la demande sociale. C’est en même temps l’effet de la représentation du public captif ou assujetti. Ces deux représentations définissent le « social administré ».

37Aussi simple qu’il puisse paraître, le thème du non-recours défait ce postulat. C’est ce qui intéresse les acteurs qui l’abordent suivant une logique des utilités, alors que ceux qui le saisissent dans des termes de droits-créances restent dans l’idée que les éléments impersonnels du droit objectif résoudront les problèmes de non-recours. Ces derniers n’ont pas tort en ce qui concerne l’approche du non-recours par non information ou par dysfonctionnements administratifs ; les résultats de leurs actions le montrent. En revanche, ils laissent de côté la question politique de la non-demande.

38Par conséquent, le thème du non-recours a ceci de « révolutionnaire » (au sens d’un changement systémique : Watzlawick, Weakland & Fisch, [1975] 1981) qu’il introduit un changement de paradigme chez les acteurs qui s’aperçoivent que ce n’est pas en ignorant la possibilité d’une non-envie du public pour l’offre que l’on peut résoudre la non-demande ; au contraire, cette myopie favorise le non-recours. Si le thème du non-recours apparaît neuf, comme les attentes d’évaluation qui soutiennent son émergence, la nouveauté réside principalement dans la possibilité qu’il donne de questionner l’intérêt de l’offre publique, voire des politiques. L’innovation sociale produite par l’opérationnalisation du thème du non-recours se situe donc dans la levée de cet impensé : les destinataires – même précaires ou pauvres – peuvent ne pas avoir envie de ce qui leur est proposé. Cela n’a absolument rien de banal sur le plan des fonctionnements politiques et institutionnels qui sont peu conçus pour des remises en cause.

  • 18 Selon Arthur Koestler, la bisociation consiste à percevoir « une situation sur deux plans de référe (...)

39Le non-recours apparaît ainsi chez certains acteurs comme une sorte d’illumination soudaine. En France, le non-recours devient un mot d’ordre qui redéfinit subitement des pratiques ou des politiques : fait observé dans des organismes de Sécurité sociale avec la nouvelle COG ou au niveau de CCAS juste après les dernières élections municipales et, actuellement, dans de grandes villes et communautés d’agglomération. Le terme d’illumination peut surprendre, mais c’est bien à partir d’exemples ainsi catalogués que le romancier, journaliste et essayiste hongrois Arthur Koestler a, il y a bien longtemps, introduit le concept de bisociation 18 à partir duquel il est possible de saisir la nature paradigmatique de la construction du non-recours en catégorie d’action. Appliqué à notre objet, le concept de bisociation signifie en effet que, face à des situations de non-recours, des acteurs (parfois les mêmes) peuvent concevoir des réponses nouvelles, inhabituelles, hétérodoxes, partant de logiques différentes, sinon inverses (droits-créances ; utilités collectives et individuelles). Ainsi mettons-nous en discussion l’explication selon laquelle les acteurs qui formulent cette bisociation pour sortir de cet impensé perçoivent aussi dans les enjeux évaluatifs du non-recours (notamment de la non-demande) le risque de sécession ou de dissociation personnelle qui caractériserait la mutation anthropologique déjà bien avancée de nos sociétés modernes. La logique des utilités pourrait en effet chercher à compenser ce déséquilibre majeur entre « l’être soi et pour soi » et « l’être avec et pour les autres » (Généreux, 2008) qui peut être à la source d’une indifférence à l’égard du social institué. Aussi comprend-t-on la préoccupation des acteurs s’ils adhèrent à l’analyse selon laquelle le creusement des inégalités est aussi lié à l’effritement du sentiment de « faire société », telle que l’aborde par exemple Pierre Rosanvallon (2011).

Conclusion

40Les deux logiques autour desquelles s’articuleraient les réponses institutionnelles au non-recours se complètent plus qu’elles ne s’opposent. C’est bien parce que des actions sont entreprises pour identifier, mesurer puis intervenir sur les dispositifs mis en œuvre que les obstacles liés au contenu sont mis en évidence et abordés parfois frontalement jusqu’à modifier le rapport à la demande. C’est vrai notamment au niveau de l’action sociale locale dont on sait la capacité d’innovation (Warin, 2012). Il faudrait, bien entendu, davantage montrer l’historicité de ces deux logiques. C’est là un chantier à poursuivre. Mais, à ce stade, ce qui a été présenté permet d’indiquer que l’une et l’autre n’amènent pas à la même catégorie d’action. Sous couvert de renforcer les droits-créances, on crée la catégorie des non-recourants, on reconnaît ceux pour lesquels il faut faciliter l’accès aux droits. Pour autant, les non-recourants restent aussi anonymes que les usagers, autre catégorie générale et figure abstraite. Les uns comme les autres sont traités en masse par l’intermédiaire des droits-créances. Cette fois, en cherchant à tenir compte des utilités individuelles et collectives, c’est le non-recours que l’on construit comme une catégorie d’action. Une catégorie complexe car subversive pour les organisations et les pratiques en place : elle conduit à admettre des défaillances ou des imperfections au regard des attentes et besoins de ceux qu’elles sont censées servir.

41La catégorie du non-recours à la différence de celle de non-recourant pose la question principale de l’intégration des individus dès lors que l’offre publique fondée sur la solidarité collective perd son public. C’est tout le problème posé par la non-envie. Ainsi, l’application de principes de type postwelfariste peut-elle être lue comme un regain d’intérêt pour la nécessité d’un « référentiel de solidarité ». À travers la responsabilisation des individus, il ne s’agit pas de transférer des charges – que les populations visées ne pourraient pas assumer de toute façon – mais de définir une forme de rapport social qui, en ramenant les individus « en rupture » dans des rôles de demandeurs (au travers de stratégies de reconquête, d’autonomisation ou de responsabilisation à partir de leurs propres utilités), les raccrochent, sous d’autres conditions qu’auparavant, au mécanisme central des droits et obligations qui rend possible la régulation des intérêts individuels et collectifs.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Actualités Sociales Hebdomadaires, n° 2704, 8 avril.

Amadio N. (2011), « Le travail social de secteur à l’épreuve des logiques managériales », dans Jacquot L., Formes et structures du salariat : crise, mutations, devenir. Tome 2 : Des normes et transformations du travail salarié, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

Arrow K., Sen A. & K. Suzumura (2002), Handbook of Social Choice and Welfare, vol. 1, Amsterdam, North Holland Publishing Co.

Belorgey J.-M. (2007), « La part des usagers », dans Borgetto M. & M. Chauvière, Qui gouverne le social ? Paris, Dalloz, pp. 121-126.

Bovens M. A. P. (1998), The Quest for Responsability: Accountability and Citizenship in Complex Organizations, Cambridge, Cambridge University Press.

Chauveaud C. & P. Warin (2009), Des Fabriques de citoyennetés, Rapport de recherche pour le Programme « Citoyennetés urbaines. Formes d’engagement et enjeux de solidarité » du PUCA : http://odenore.msh-alpes.fr/fabriques-citoyennete

Chauveaud C., Mazet P. & P. Warin (2010), « Des fabriques d’accès au(x) droit(s) », Rapport de recherche pour le Programme « Droit et pauvreté » de la MIRe-DREES et l’ONPES : http://odenore.msh-alpes.fr/content/des-fabriques-dacc%C3%A8s-aux-droits et http://www.onpes.gouv.fr/IMG/pdf/Lettre3_V5.pdf

Chauvière M. (2004), Le Travail social dans l’action publique. Sociologie d’une qualification controversée, Paris, Éditions Dunod.

Chopart J.-N. (dir.) (2000), Les Mutations du travail social. Dynamique d’un champ professionnel, Paris, DREES/MIRe-Éditions Dunod.

CNAF (1996), « Accès aux droits, non-recours aux prestations, complexité », Recherches et prévisions, n° 43.

Damon J. (2011), « Droits et fraudes », Clôture des Entretiens du Conseil d’État sur Fraudes et protection sociale, Droit social, n° 5, pp. 540-543.

Donzelot J. (2003), La Politique de la ville aux États-Unis et en France, Paris, Éditions du Seuil.

Dubet F. (2005), « Pour une conception dialogique de l’individu. », EspacesTemps.net, Textuel, 21.06.2005, http://espacestemps.net/document1438.html

Fatome T. (2012), « L’envers de la fraude sociale », Acteurs publics, n° 83, avril.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Fleurbaey M., Herpin N., Martinez M. & D. Verger (1997), « Mesurer la pauvreté ? », Économie et Statistique, n° 308-309-310, pp. 23-33.
DOI : 10.3406/estat.1998.2588

Furtos J. & C. Laval (2005), La Santé mentale en actes. De la clinique au politique, Toulouse, Éditions Érès.

Gadjos T. & P. Warin (2012), « La fraude aux prestations sociales, de quoi parle-t-on ? », dans Odenore, L’Envers de la « fraude sociale ». Le scandale du non-recours aux droits sociaux, Paris, Éditions La Découverte.

Généreux J. (2008), La Dissociété, Paris, Éditions du Seuil.

Glaeser E. (2011), Triumph of the City, New-York, Penguin Press.

Guibet Lafaye C. (2006), Justice sociale et éthique individuelle, Laval, Presses universitaires de Laval.

Hamel M.-P. (2009), Les Politiques d’accès aux droits sociaux : entre rationalisation budgétaire et lutte contre la pauvreté. Une comparaison France, Pays-Bas, Royaume-Uni, Doctorat, Science-Po Paris, décembre.

Hamel M.-P. et P. Warin (2010), « Ressortissants », dans Boussaguet L., Jacquot S. & P. Ravinet (dir.), Dictionnaire des politiques publiques, Paris, Presses de Science Po, pp. 576-583.

Hautchamp M., Naves P. & D. Tricard (2005), Rapport de la Mission « Quelle intervention sociale pour ceux qui ne demandent rien ? », Paris, IGAS, rapport n° 2005-026, mars 2005, http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/064000195/0000.pdf

Hills J., Le Grand J. & D. Piachaud (2002), Understanding Social Exclusion, Oxford, Oxford University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Klein R. & J. Millar (1995), « Do-It-Yourself Social Policy: Searching for a New Paradigm ? », Social Policy and Administration, vol. 29, n° 4, pp. 303-316.
DOI : 10.1111/j.1467-9515.1995.tb00471.x

Knoepfel P., Larrue C. & F. Varone (2001), Analyse et pilotage des politiques publiques, Basel, Helbing & Lichtenhahn Verlag.

Koestler A. ([1964] 1965), Le Cri d’Archimède, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

Kotlikoff L.-J. (2007), The Healthcare Fix. Universal Insurance for All Americans, Cambridge (Mass.), MIT Press.

Laroque P. (1933), Les Usagers des services publics industriels. Transports, Eau, Gaz, Électricité, Paris, Éditions Sirey.

Mazet P. et al. (2012), « Les tarifs sociaux de l’énergie : les pauvres doublement pénalisés », dans Odenore, L’envers de la « fraude sociale ». Le scandale du non-recours aux droits sociaux, Paris, Éditions La Découverte.

ONPES (2008), Mesures et évolution de la pauvreté, Rapport 2007-2008. http://www.onpes.gouv.fr/IMG/pdf/fiche_mesures_-2.pdf

Rosanvallon P. (2011), La Société des égaux, Paris, Éditions du Seuil.

Saillard Y. (dir.), 2011, « Le non-recours à l’offre publique. Analyse des phénomènes et réponses institutionnelles. Un état de la question », Synthèse des 1res journées scientifiques de l’Odenore, juin 2010. http://odenore.msh-alpes.fr/documents/synthese_des_journees_2010.pdf

Van Oorschot W. (1991), « Non-Take-up of Social, Security Benefits in Europe », Journal of European Social Policy, vol. 1, n° 1, pp. 15-30

Van Oorschot W. (1998), « Failing Selectivity: On the Extent and Causes of Non-Take up of Social Security Benefits », dans Andress H. J. (dir.), Empirical Poverty research in Comparative Perspective, Ashgate, Aldershot Editions, pp. 101-132.

Warin P. (2008), « Une recherche publique dans le policy-process : tactique et raison scientifique », communication présentée au Colloque international de la Société québécoise de science politique, mai, Montréal.

Warin P. (2010a), « Qu’est-ce que le non-recours aux droits sociaux ? », La Vie des idées,

http://www.laviedesidees.fr/Qu-est-ce-que-le-non-recours-aux.html

Warin P. (2010b), «Les politiques publiques face à la non-demande sociale », dans Borraz O. & V. Guiraudon (dir.), Politiques publiques. 2/ Changer la société, Paris, Presses de Science Po, pp. 287-312.

Warin P. (2011a), « La participation citoyenne dans la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale questionnée par le non-recours à l’offre publique », Revue comparée en Administration publique, vol. 17, n° 1, pp. 116-134.

Warin P. (2011b), « Le non-recours au RSA : des éléments de comparaison », Odenore, Working paper n° 13.http://odenore.msh-alpes.fr/documents/odenorewp13.pdf et http://www.cnle.gouv.fr/L-observatoire-des-non-recours-aux.html

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Warin P. (2012), « Non-Demand for Social Rights: a New Challenge for Social Action in France », The Journal of Poverty and Social Justice, vol. 20, n° 1, pp. 41-53.
DOI : 10.1332/175982712X626761

Watzlawick P., Weakland J. & R. Fisch ([1975] 1981), Changements. Paradoxes et psychothérapie, Paris, Éditions du Seuil.

Haut de page

Notes

1 Cet article est la version retravaillée d’un texte intitulé « Le non-recours aux droits comme question publique : innovations dans la production des politiques sociales » présenté lors du congrès 2011 de l’Association française de sociologie (texte en ligne dans la Série des Working Papers du Réseau Thématique 6 « Politiques sociales, protection sociale et solidarités » de l’AFS : http://www.rt6-afs.org/IMG/pdf_WP2011-2Warin.pdf). Nous remercions ici les experts de la revue SociologieS pour l’ensemble de leurs commentaires constructifs, dont nous avons essayé de tenir compte au mieux.

2 Se reporter au site du réseau thématique européen Exit from and non-take up of public services (EXNOTA) : www.exnota.org

3 Voir la très instructive thèse de Marie-Pierre Hamel (2009).

4 Par définition, le non-recours renvoie à toute personne qui – en tout état de cause – ne bénéficie pas d’une offre publique, de droits et de services, à laquelle elle pourrait prétendre. Trois types de non-recours peuvent être distingués :
- la non-connaissance, lorsque l’offre n’est pas connue ;
- la non-demande, quand elle est connue mais pas demandée ;
- la non-réception, lorsqu’elle est connue, demandée mais pas obtenue.
Cette typologie est compatible avec celle, descriptive, proposée par la CNAF en 1996. Celle-ci était fondée essentiellement sur une mesure de l’intensité et de la durée, en replaçant les situations de non-recours dans un processus administratif d’ouverture et de liquidation des droits (CNAF, 1996). Cette typologie initiale avait été développée à partir du modèle d’analyse dynamique du non-recours aux prestations sociales proposé par le chercheur néerlandais, Wim Van Oorschot (1991, 1998). Pour une présentation complète de ces typologies et modèle d’analyse : http://odenore.msh-alpes.fr/documents/odenorewp1.pdf

5 Pour visiter les travaux sur lesquels nous nous appuyons en partie ici : http://odenore.msh-alpes.fr/node/151

6 Nelly Ollin, d’abord ministre déléguée à la Lutte contre la précarité et l’exclusion, puis ministre déléguée à l’Intégration, à l’égalité des chances et à la lutte contre l’exclusion sous les gouvernements Raffarin.

7 Le CAS est un organisme directement rattaché au Premier ministre. Il a pour mission d’éclairer le gouvernement dans la définition et la mise en œuvre de ses orientations stratégiques en matière économique, sociale, environnementale et technologique. http://www.strategie.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=2

8 Intervention de Nicolas Duvoux lors des premières Journées scientifiques de l’ODENORE en juin 2010 (Saillard, 2011).

9 « New and Growing inequalities: a challenge for the social, economic and democratic development of the European Union? Insights from Socio-Economics Sciences and Humanities for the EU 2020 strategy for inclusive growth », organisé par la Commission européenne (Direction L « Science, économie et société ») et le Comité économique et social européen, le 11 novembre 2011 à Bruxelles. http://ec.europa.eu/research/social-sciences/events-131-presentations_en.html ; sur le « non-take up of social benefits », voir Hamel & Warin (2010).

10 Sur ces non-dépenses, en particulier, voir Warin (2011b).

11 Arrêté du 21 mars 2011, J.O. du 30 mars 2011.

12 La France semble en retard en matière de participation des personnes en situation de pauvreté ou d’exclusion (Donzelot, 2003). Mais le modèle du Community Organizing fait cependant tâche d’huile, comme le montre la branche française de l’Association internationale pour la participation publique (cf. séminaire organisé par AIP2-France en octobre 2010 sur « La participation des exclus : Pourquoi ? Comment ? » : http://aip2france.wordpress.com).

13 Nous faisons référence ici à la dualité structurelle entre un « social gestionnaire » et un « social d’intervention » qui eut pour objectif de constituer le travail social en sphère d’intervention protégée des contraintes économiques et politiques (Pour un rappel : Amadio, 2011).Sinon, se reporter en particulier aux travaux de Michel Chauvière (2004) et ceux peut-être moins connus aujourd’hui de Jean-Noël Chopart, qu’il a initiés lorsqu’il animait la DREES-MIRe ; par exemple : Chopart (2000).

14 Cette affirmation se poursuit depuis, comme en attestent, en 2002, la Loi relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé dans son titre II (« Démocratie sanitaire ») et la Loi « rénovant l’action sociale et médico-sociale ».

15 Ce phénomène des préférences accommodantes est pris en compte dans l’analyse de la pauvreté individuelle (Fleurbaey et al., 1997). Nous mesurons son importance dans l’analyse du non-recours dès lors que celui-ci (dans ses différents types) touche plus nettement les jeunes qui se retrouvent dans des situations de « pauvreté héritée ».

16 Pour une synthèse fouillée des positions et débats sur cette question d’une grande complexité théorique, voir Guibet Lafaye (2006).

17 La théorie postwelfariste en économie repose en particulier sur l’expression des préférences proche de l’intuition humaine. L’idée est que la qualité d’une situation peut être jugée entièrement en fonction de la qualité des utilités prévalant dans cette situation.

18 Selon Arthur Koestler, la bisociation consiste à percevoir « une situation sur deux plans de référence dont chacun a sa logique interne mais qui sont habituellement incompatibles » (Koestler, [1964] 1965, p. 59).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Warin, « Le non-recours aux droits », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://sociologies.revues.org/4103

Haut de page

Auteur

Philippe Warin

Laboratoire PACTE/CNRS, Grenoble, France - philippe.warin@sciencespo-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page