Navigation – Plan du site
La situation actuelle de la sociologie

Un avenir ouvert pour une sociologie revisitée

Liliane Voyé

Résumés

Si l’on peut louer le souci de réflexivité qui anime la sociologie, il convient toutefois de dépasser ce stade du questionnement pour arriver à développer une sociologie moins inquiète d’elle-même. Les raisons de ce malaise sont diverses. Outre l’absence d’accord « sur un socle élémentaire de compétences exigibles » (François Dubet et Alain Caillé), la spécificité de son champ et de ses apports, comparée, par exemple, à l’histoire ou à la géographie, serait aussi une exigence importante, dont la rencontre la rendrait moins fragile. La question des méthodes qu’elle emploie mériterait également l’attention car celles-ci peuvent pécher par leurs faiblesses mais aussi parfois par leurs excès. L’objet même que se donne la sociologie appelle lui aussi une réflexion : la sociologie n’est pas du travail social frotté de science. Pourquoi dès lors privilégier l’étude des « problèmes sociaux » au sens courant du terme et ne pas s’intéresser aussi aux populations sans problème ou tout au moins se considérant comme telles ? Comme en médecine, les personnes saines aident à comprendre les maladies. À une époque où les changements se multiplient dans tous les domaines, la sociologie doit s’atteler à peaufiner sa conceptualisation et à repenser ses paradigmes, pour assumer pleinement son rôle social.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Contrairement à d’autres spécialistes des sciences humaines, les sociologues ont depuis longtemps pris l’habitude de s’interroger sur leur discipline et souvent de la dire en crise. Que l’on pense, a contrario, par exemple, aux économistes qui pourtant pourraient se remettre en question dès lors qu’ils n’ont pas anticipé la crise actuelle, qui se disputent sur la désignation des causes de celle-ci et qui, aujourd’hui, ne sont ni bavards ni unanimes lorsqu’on les interroge sur les suites à attendre de cette situation, sur la possibilité et le délai d’une sortie de crise et sur les remèdes à appliquer, sinon pour renouer avec la croissance, du moins pour retrouver une certaine stabilité. Même si certains commencent à s’interroger sur leur discipline et ses paradigmes (comme celui du choix rationnel), leur légitimité et leur prestige ne semblent cependant guère s’estomper, ni à leurs yeux ni chez les responsables politiques ni parmi la population. Sans doute cette position privilégiée qui est la leur est-elle liée à l’importance attribuée, dans nos sociétés, à l’économie, à l’utilitarisme pratico-pratique. Mais d’autres éléments interviennent pour rendre compte de cette situation, notamment, l’existence, en économie, d’un « socle élémentaire de compétences exigibles par tous les sociologues » (Dubet, 2011), d’un « corps de la discipline enseigné à peu près à l’identique dans toutes les universités du monde » (Caillé, 2011), ce qui n’est pas le cas de la sociologie. Dès le départ, dès avant les cursus précis qu’elle propose, la sociologie se voit intégrée de façons différentes dans l’éventail des sciences humaines. Ainsi, par exemple, en France, elle est adossée à la philosophie alors qu’en Belgique, les études de sociologie s’articulent plutôt avec l’économie et le droit. Ces mises en relation différentes ne sont pas sans influencer la construction des paradigmes, les méthodologies utilisées, les rapports au terrain et, bien entendu aussi, le profil des sociologues. Tout cela contribue, comme le souligne Jacques Hamel, à rendre incertain « son objet, que ses artisans ont peine à déterminer précisément » (Hamel, 2011). Combien de fois chacun(e) de nous ne s’est-il (elle) pas vu interrogé(e) sur cet objet et sur les buts de ses recherches ? Certes, l’absence de questions analogues à propos de l’économie ne signifie pas automatiquement l’existence dans la société d’une définition claire et partagée de l’objet et des buts de cette discipline mais, en général, on croit savoir et les interventions régulièrement médiatisées des économistes semblent apporter des réponses d’autant plus satisfaisantes qu’elles tournent toutes autour des mêmes problèmes alors que la sociologie peut traiter de questions multiples.

2Aujourd’hui par ailleurs, la sociologie se rapproche de plus en plus souvent de l’analyse ethnologique (ethnographique) ou anthropologique qui, longtemps réservée aux sociétés « exotiques » se voit désormais appliquée à nos sociétés. La microsociologie, qu’il ne s’agit certes pas d’exclure, prend le dessus sur les grandes théories qui ont fleuri dans les années 1970-1980 et qui entendaient proposer des pistes d’interprétation globale de la vie collective. Parfois en outre, certains travaux de sociologie ne se démarquent guère d’écrits journalistiques, comme je viens encore d’en faire l’expérience à la lecture de plusieurs ouvrages. Et il arrive parfois aussi que l’un ou l’autre d’entre eux soit purement idéologique, comme une lecture récente me l’a encore montrée. De telles confusions de genre sont nuisibles à l’identité de la discipline et à la reconnaissance de sa légitimité.

3Autre aspect préoccupant : le nombre d’étudiants en sociologie diminue, tant en France et au Québec qu’en Belgique, où c’est le cas tant en région francophone qu’en Flandre, là où les références sont plutôt anglo-saxonnes (ce n’est donc pas une sociologie « culturellement » particulière qui souffre de cette chute souvent spectaculaire du nombre des étudiants). À ce problème, il convient d’ajouter que le recrutement semble bien souvent ne plus se faire parmi les étudiants les plus performants et que le choix de ces études apparaît parfois comme un choix par défaut, un choix « mou » pourrait-on dire. On ne peut non plus oublier le rôle joué par les médias qui, pour s’assurer un lectorat ou un auditorat nécessaire à leur existence, font souvent ce que j’appelle « une sociologie de cuisine », par analogie au « latin de cuisine », autrefois stigmatisé pour ses imprécisions, ses erreurs, son manque de rigueur et ses simplifications. À propos de ces journalistes, on peut aussi se demander quand  – renonçant à s’improviser comme détenteurs d’une discipline qu’ils ne maîtrisent souvent pas – ils donnent effectivement la parole aux sociologues scientifiques, parole qu’ils ont parfois tendance à manipuler dans les présentations qu’ils en font. Même si l’on pourrait et devrait s’attarder sur cette question, tel n’est pas aujourd’hui mon propos.

4Celui-ci porte tout d’abord sur la façon dont les sociologues cernent leurs objets de recherche. La plupart du temps, ils s’engagent dans l’étude de terrains définis d’emblée comme problématiques : « les bandes de jeunes, les ouvriers dans les usines, les malades à l’hôpital et les prisonniers », pour citer François Dubet (2011), « les femmes, les humbles, les colonisés, les immigrés, ceux qui sont mal, insuffisamment ou pas reconnus » comme le dit Alain Caillé (2011). Il est plus rare que les sociologues s’intéressent aux « gens ordinaires » comme vous et moi, qui n’ont pas ou ne se voient pas comme ayant des « problèmes sociaux », au sens courant du terme. Prenons l’exemple des immigrés. Nombre de recherches portent sur les difficultés qu’ils vivent : stigmatisation, problèmes d’insertion tant sociale que professionnelle… Certes, cela est important à saisir, à interpréter et il ne s’agit pas d’abandonner ce type de recherches. Mais un constat s’impose : il est nettement plus rare que des sociologues s’attachent, par exemple, à l’étude des parcours de vie d’immigrés qui ont « réussi ». Je pense à des cas concrets comme ces entrepreneurs turcs qui ont pignon sur rue ou ces Marocains qui décrochent des diplômes universitaires et font carrière dans cette filière. Certes, il n’y en a sans doute pas autant qu’il y a d’immigrés en difficulté mais la mise en évidence de telles réussites aiderait sans nul doute à mieux comprendre a contrario d’où viennent les échecs et les problèmes. Autre exemple. Dans un domaine comme celui de la sociologie des religions, on continue la plupart du temps à s’attarder sur le déclin du catholicisme plutôt que l’on ne cherche à étudier comment aujourd’hui se construit le sens, donné autrefois dans nos pays par cette religion.

5Ce ne sont pas uniquement les sociologues eux-mêmes qui ont tendance à cantonner leurs recherches dans le champ des « problèmes sociaux ». Il y a quelques années, j’ai, avec quelques collègues, tenté de créer dans mon université un programme d’études en tourisme. Le Conseil académique a longuement débattu de l’opportunité d’un tel programme. Si certains collègues y étaient favorables, d’autres, plus nombreux et qui élevaient davantage la voix, y étaient farouchement opposés, certains considérant que ce n’était pas là un champ méritant une exploration scientifique, d’autres arguant que cela reviendrait à étudier « les nantis », alors que la sociologie, selon eux, est là pour se préoccuper des questions sociales et les sociologues étant considérés comme une sorte de « travailleurs sociaux » frottés de science. Un collègue alla jusqu’à dire que si un tel programme était mis en place, il ne reconnaîtrait plus son université ! Le cursus a néanmoins été créé et a d’emblée rencontré un vif succès. Mais aux premières restrictions budgétaires, il a été supprimé sans état d’âme…. Et pourtant ! Ce programme, dont nous avions pu constater qu’il répondait réellement à une demande du secteur professionnel (dont les syndicats) mais aussi d’associations de consommateurs et autres, continue à me sembler nécessaire pour diverses raisons. Tout d’abord, il est faux de dire que le tourisme ne concerne que les nantis : il touche toutes les catégories sociales, certes dans des conditions différentes, avec des contraintes de choix inégales et des attentes diverses. D’autre part, si l’on veut vraiment associer la sociologie aux « problèmes sociaux », le tourisme ne manque pas d’en créer, depuis la spirale de dettes qu’il peut engendrer jusqu’à la prostitution qui parfois l’accompagne, en passant par le bouleversement des modèles familiaux et des rapports de genre, sans parler des difficultés qu’il crée pour l’agriculture locale à travers les usages intensifs des réserves d’eau par les touristes ou encore aux problèmes économiques qu’il crée notamment à partir de la rapide obsolescence de ses produits, qui conduit au renouvellement rapide de ceux-ci, laissant en friche des sites appartenant hier encore au top des destinations. Loin d’être vue comme un luxe, l’activité touristique est aujourd’hui de plus en plus considérée comme un droit qu’il s’agit de garantir. Certes, il existe des études sociologiques sur le thème du tourisme mais celui-ci est loin d’avoir la légitimité dont bénéficie, par exemple, la pauvreté ou la violence urbaine. Et je ne serais d’ailleurs pas étonnée de voir mon propos vilipendé par certains collègues.

6Or n’est-ce pas du côté des gens ordinaires que l’on pourrait chercher un paradigme alternatif à celui de l’homo economicus ? Tout comme en médecine on ne se contente pas d’examiner les malades mais on étudie aussi des personnes saines pour les comparer aux personnes malades, la sociologie ne devrait-elle pas investir dans l’étude des personnes et des groupes apparaissant et se considérant sans problèmes pour mieux saisir par différence d’où peuvent provenir ceux-ci, pour en retracer la genèse et pour concevoir des remèdes ?

7Autre question : celle de la spécification du terrain de la sociologie, au sein d’autres disciplines. Je pense ici, par exemple, à la géographie, avec laquelle la sociologie urbaine se trouve parfois en concurrence et se voit alors souvent placée en position minoritaire dans la mesure où la géographie bénéficie d’une plus grande légitimité que ce n’est le cas pour elle. Je pense également à l’histoire, elle aussi davantage reconnue que la sociologie mais à laquelle celle-ci peut apporter des connaissances nouvelles, comme ce fut le cas avec cet étudiant en histoire découvrant le rôle politique, stratégique et conquérant joué par le tracé des voies de chemin de fer en Afrique notamment. Et je pense encore à l’économie elle-même dont j’ai déjà parlé et à propos de laquelle un exemple me revient en tête. Il y a quelques années, des collègues économistes sont venus me trouver avec une question. Ils avaient été interrogés par le producteur belge d’électricité (autrefois en monopole) qui voulait savoir comment expliquer les dérégulations temporelles frappant la consommation, les rythmes traditionnels de vie semblant disparaître – ce qui leur posait des problèmes d’approvisionnement et de distribution. Malheureusement, ce projet n’a jamais abouti mais il me semble illustrer ce que la sociologie pourrait apporter, en ce cas à l’économie. Très loin de moi de vouloir enfermer la sociologie dans un champ clos et de lui conseiller d’éviter toute démarche pluri-, multi-, transdisciplinaire. Bien au contraire. Ayant toujours fait cours au Département d’architecture et d’arbanisme dans l’école d’ingénieurs de mon université, j’ai pu apprécier ce que les sociologues peuvent apporter à ce type de formation dont les étudiants et futurs professionnels risquent, parfois, si l’on n’y prend garde, d’oublier qu’il s’agit de construire et d’aménager pour des femmes et des hommes et non pas avant tout de rechercher la performance technique ou de privilégier l’esthétique. Le même raisonnement pourrait être fait pour nombre de disciplines, de la médecine à l’agronomie ou encore la théologie. Mais je souhaiterais que l’on réfléchisse à ce qu’est ou devrait être l’apport spécifique de la sociologie et qu’en ce qui concerne les sciences humaines, on veille à ce qu’il n’y ait une collaboration enrichissante et non pas d’interchangeabilité possible au sein d’un jeu déjà inégal. Cela revient à définir plus clairement l’objet de notre discipline, exigence déjà évoquée mais reprise ici dans la perspective du rapport de celle-ci à d’autres disciplines scientifiques, qui parfois s’aventurent sur son terrain de façon plus ou moins sauvage.

8Dans cette réflexion sur le statut et l’utilité de la sociologie, un autre aspect me semble mériter de retenir l’attention. C’est la question du choix, de la validité et des performances des méthodes et des méthodologies qu’elle utilise. En effet, le sérieux et la validité démontrée de celles-ci contribuent, eux aussi, à la légitimité d’une discipline. Dans mes lectures récentes et rapprochées de travaux sociologiques  – certes venant de sociologues débutants mais quasiment tous docteurs en sociologie, ce qui questionne les exigences que nous avons pour accorder de tels diplômes  – j’ai été frappée par la maigre et souvent sommaire utilisation  – et c’est un euphémisme – des méthodes quantitatives. Tout d’abord, celles-ci étaient tout simplement absentes de la petite dizaine de livres que je viens de lire. Certes, en France en particulier, l’adossement de la sociologie à la philosophie ne favorise pas ce type de méthode et la tendance actuelle à privilégier les travaux de microsociologie et la démarche anthropologique et/ou ethnographique ne guide pas prioritairement vers de telles méthodes. Il faut ajouter à cela que nombre d’étudiants en sociologie se disent allergiques au quantitatif (c’est, par exemple, bien souvent le cas en Belgique francophone). Je ne plaide certes pas pour un usage intensif et inéluctable de telles méthodes, qui ne sont pas appropriées à toutes les recherches. Et je connais aussi ce petit livre américain (ou mieux « états-unien ») intitulé How to lie with statistics (« Comment mentir avec les statistiques ») (Huff, 1954). Mais de telles méthodes sont parfois nécessaires pour, notamment, brosser une toile de fond, donner un ordre de grandeur des phénomènes étudiés, repérer des évolutions quantifiées, mesurer des degrés de signification ou encore pour repérer les effets qu’ont l’une sur l’autre les différentes variables sociales classiques, par exemple les effets du développement de l’enseignement sur les différences qui apparaissent entre les jeunes et les aînés. Certes, il ne s’agit pas, comme c’est le cas pour certains de nos collègues, de faire glisser la priorité de certaines recherches du thème de celles-ci vers la sophistication méthodologique (cela revient parfois à « tuer des mouches avec des canons ») mais négliger systématiquement d’utiliser cet instrument de recherche que sont les méthodes quantitatives conduit à se priver d’un instrument d’analyse et d’une base d’interprétation qui a toute sa pertinence et qui apporte autre chose que les méthodes dites qualitatives, les unes et les autres devant plutôt se vouloir complémentaires.

9Quant aux méthodes dites qualitatives utilisées, elles me paraissent elles aussi très faibles. Tout d’abord, bien souvent, tout semble se passer comme si ces méthodes n’avaient pas de règles, comme s’il suffisait d’interviewer trois ou quatre personnes (ce qui est le cas de la plupart des ouvrages que je viens de lire) pour entreprendre une analyse et oser une interprétation. Certes, on n’est pas dans le quantitatif. Il n’empêche : prétendre baser une recherche sur un matériau si restreint me paraît plus que hasardeux. D’autant qu’il est rarement précisé comment ces personnes ont été sélectionnées. L’analyse du matériau ainsi récolté pêche elle aussi par un manque de méthode. Ici, de nouveau, on est souvent face à des analyses sauvages, qui, pour procéder, ne recourent pas aux instruments disponibles – y compris des instruments informatiques – qui donnent de la rigueur à l’analyse. On a parfois l’impression d’être face à du journalisme ou, dans le meilleur des cas, face à des récits romancés, alors souvent, comme le dit François Dubet (2011), beaucoup moins bien écrits qu’ils ne le seraient par des écrivains de métier (comme l’a démontré, par exemple, Georges Perec, dans son célèbre ouvrage La Vie, mode d’emploi (Perec, 1978).

10Et pourtant. On aurait aujourd’hui plus que jamais grand besoin d’études sociologiques fortes, à un moment où tant de choses changent. Comme le montre en effet la dernière Enquête Européenne sur les Valeurs (réalisée dans 45 pays et datant de 2007 à 2009 selon les pays), les modèles qui, précédemment, orientaient les façons de faire et d’être, subissent de profonds bouleversements. Que l’on pense notamment à la famille, qui prend de multiples formes et où, par exemple, si la fidélité dans le couple reste la priorité, se satisfait bien souvent de « fidélités successives ». Les attentes à l’égard du travail se modifient elles aussi pour se partager désormais entre les aspects matériels de celui-ci (salaire, congés…) et le souci d’y trouver un épanouissement personnel. Quant à l’éthique, elle se transforme assez radicalement dans les domaines de la vie personnelle et du rapport à son propre corps (avortement, euthanasie, homosexualité…), suite notamment à la montée de l’individuation, aux développements technologiques en matière de santé et au refus de la souffrance, vue non plus comme une voie de salut, comme l’enseignait la religion chrétienne longtemps seule garante en ces domaines, mais bien comme une atteinte à la dignité humaine. Face à de tels bouleversements, il s’agirait de construire de nouveaux paradigmes, d’élaborer de nouveaux concepts, de penser « hors cadre », mais de façon structurée, élaborée sur base de théories fortes et de méthodes sérieuses. C’est un défi pour la sociologie qui, si elle le relève, (re)trouvera la place qu’elle mérite sur la palette des sciences et tout en même temps pourra démontrer son utilité pour l’action. Son avenir est ouvert, pour autant qu’elle entreprenne un travail réflexif sur elle-même.

Haut de page

Bibliographie

Caillé A. (2011), « La situation actuelle de la sociologie », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 15 avril 2012. URL : http://sociologies.revues.org/3548.

Dubet F. (2011), « Diversité des styles et unité de la sociologie », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 15 avril 2012. URL : http://sociologies.revues.org/3580.

Hamel J. (2011), « De l’utilité de la réflexion sur l’utilité de la sociologie », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 15 avril 2012. URL : http://sociologies.revues.org/3553.

Huff D. (1954), How to Lie with Statistics, New York, Norton Editions.

Perec G. (1978), La Vie, mode d’emploi, Paris, Éditions Hachette.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Liliane Voyé, « Un avenir ouvert pour une sociologie revisitée », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4014

Haut de page

Auteur

Liliane Voyé

Université catholique de Louvain, Belgique - dobbelaere.voye@skynet.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page