Navigation – Plan du site
Professions et métiers autour de la Méditerranée

Artisanat et gentrification rurale en France méridionale

Marc Perrenoud

Résumés

Cet article présente une enquête de terrain menée depuis 2006 dans une zone rurale du Sud-Ouest de la France. Dans et autour du village médiéval de N., se sont produites depuis une quinzaine d'années des mutations socio-économiques importantes dont on verra dans quelle mesure on peut les identifier comme relevant d'un processus de gentrification rurale. En menant observations et entretiens semi-directifs auprès de différentes populations de travailleurs indépendants tels que les artisans du bâtiment, les métiers d'art ou les métiers de bouche, on montre les rapports entre l'inflexion du contexte économique, social et culturel et l'évolution des marchés locaux du travail. Dans ce paysage recomposé on montre en particulier le rôle central des enfants de « néo-ruraux », aujourd'hui trentenaires, installés comme charpentiers, potiers ou maraichers mais parfaitement équipés en capital culturel et social et à même de marier dans leur travail les registres de la création et de la production, de l'art et du métier, de la modernité et de l'authenticité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mes propres travaux et ceux d'une doctorante, Flora Bajard, dont je co-encadre la thèse : elle réal (...)
  • 2 En particulier autour des concepts de sens pratique (Bourdieu, 1980) et d'économie des biens symbol (...)
  • 3 Notamment les travaux classiques d’Everett C. Hughes sur les groupes professionnels (Hughes, 1996) (...)
  • 4 Pour ce qui est des régimes de valeurs et d'action qui fondent les « économies de la grandeur » (Bo (...)

1L'enquête sur laquelle s'appuie ce texte s'inscrit dans un ensemble de recherches 1 sur les identités au travail « entre l'art et le métier » à travers notamment ce que j'ai appelé les économies symboliques du travail. S'inspirant à la fois de la sociologie de Pierre Bourdieu 2 et de l'interactionnisme symbolique 3 tout en empruntant certaines pistes dégagées par Luc Boltanski 4, ce programme de recherche a pris sa source dans ma thèse de doctorat sur les musiciens ordinaires (Perrenoud, 2007 et 2008a). J'ai notamment montré à quel point ces « musicos » étaient loin de réunir les propriétés sociales que l'on s'attendrait à trouver dans une « profession artistique » pour se rapprocher à bien des égards d'un habitus d'artisan. Je me suis ensuite intéressé à d'autres groupes professionnels dont il me semblait qu'ils pouvaient aussi à leur manière constituer un terrain fécond pour envisager cette articulation entre production et création, la manière dont elle est pensée, mise en mots et en actes.

2J'évoquerai ici différents métiers « traditionnels », notamment certaines activités relevant du travail indépendant (artisan maçon, boulanger, potier, vigneron etc.) dont l'ethnographie a été réalisée au cours des quatre dernières années sur un territoire de l'arrière pays méditerranéen en France. En effet, depuis 2006 je me rends régulièrement dans les Corbières (département de l'Aude, région Languedoc-Roussillon) pour mener cette enquête en m'attachant à comprendre de manière conjointe les mutations importantes du contexte démographique, économique, culturel et celles des marchés locaux du travail, en particulier pour les nombreux travailleurs indépendants qui peuplent le canton de N. dont j'ai fait mon terrain privilégié.

3Je commencerai par présenter les caractéristiques du terrain en montrant notamment en quoi on peut assimiler les mutations du contexte local à un phénomène de gentrification rurale. Ensuite, je livrerai les résultats et les pistes qui se dégagent de l'enquête empirique sur la restructuration des groupes et espaces professionnels étudiés et on verra notamment la diversité dans les façons de faire, de dire et de penser son activité sur un même territoire.

Histoire d’un terrain : les mutations du contexte local 5

  • 5 Cette section reprend certains éléments publiés dans un article précédent (Perrenoud, 2008b).

4Jean-Louis Fabiani a montré comment les beautés du Sud (Fabiani, 2005), se révèlent dans un jeu de représentations sociales avec le passage d'un Midi pagnolesque, sympathique mais pas très sérieux, peuplé de « méridionaux » superficiels et vantards à un Sud authentique et profond, lieu symbolique d’un art de vivre où la sociabilité (généralement festive) serait esthétisée et pourrait même, comme chez Jean Giono, se teinter de mystique dans une nature « sauvage » et un patrimoine multiséculaire.

5Si la Provence et notamment le Luberon constituent probablement le modèle originel de cette inflexion symbolique, en France c’est une grande partie de l’arrière-pays méditerranéen qui se voit peu à peu requalifiée. Ainsi, l’Aude, un des départements les moins développés économiquement de cette France du « Sud », s’est longtemps agrippée à la monoculture viticole et au tourisme balnéaire. Dépourvu de ville importante (environ 45 000 habitants pour Narbonne et Carcassonne), le département est trop éloigné de Toulouse, Montpellier ou Perpignan pour entrer dans l’orbite d'une capitale régionale. Pourtant, après des années de « crise du vin » qui ont encore contribué à noircir le tableau, l’Aude et particulièrement les Corbières (au centre du département) ont connu depuis dix ans une inflation immobilière sans précédent. Celle-ci accompagnait un phénomène remarquable d’inflexion vers ce « Sud » symbolique, culturel et esthétisé, pour former un ensemble d'éléments caractéristiques d'un phénomène de gentrification.

  • 6 Un des enjeux majeurs est bien l’adaptation française de la notion de gentry. Au-delà de la référen (...)

6Phénomène d'abord observé en terrain urbain (Glass, 1964), la gentrification désigne dans un espace donné le remplacement d’une population pauvre par une autre plus aisée, la gentry 6 ou plutôt les « gentrifieurs », ainsi que la modification de l’habitat et la forte hausse des prix de l’immobilier. Martin Phillips a par la suite introduit le concept dans les rural studies (Phillips, 1993), montrant qu'une variante « marginale » de la gentrification déjà observée en ville (Rose, 1996 ; Van Criekingen, 2003) trouvait un terrain particulièrement favorable en milieu rural (Phillips, 1993, 2005) où la population des gentrifieurs est souvent « jeune, très scolarisée, globalement plus aisée que les populations préalablement en place sans pour autant être "riche" » (Van Criekingen, 2003, p. 86). Ce travail de typologie trouve un puissant écho dans le contexte local de mon terrain d’enquête, où en faisant s’interpénétrer la question de la gentrification et celle du travail j'essaie de montrer comment se dessine peu à peu un modèle de développement encore incertain et porteur d'ambigüités.

7De fait, dans sa version urbaine, la gentrification implique le remplacement pur et simple d'une population par une autre, le phénomène reposant sur des inégalités telles que la population initiale est littéralement mise hors-jeu, dans l'incapacité de se reloger dans le quartier rénové, voire reconstruit. Toutefois, la situation de coexistence et non pas de substitution des populations qui caractérise la gentrification rurale (avec un habitat dispersé et hétérogène) pourrait laisser envisager l'avènement d'un processus classique de la théorie économique qui veut que le « développement » s'accompagne généralement d'un accroissement des inégalités mais que, in fine, il profite même aux plus pauvres, le niveau de vie global augmentant de manière significative.

8Le fait de déterminer si un processus de gentrification en milieu rural peut être envisagé comme un facteur de développement conduit immanquablement aussi à des questions en lien avec les particularismes locaux. Aussi donnerai-je ici les principaux éléments constitutifs des spécificités du terrain sur le canton de N.

9Village médiéval au cœur des Corbières, N. constitue probablement l’exemple le plus abouti de la mutation du contexte local. Pendant les années 1970-1980 une communauté de familles proche du modèle des communautés religieuses de l'Arche initiées par Lanza del Vasto est venue s’adjoindre à une importante population locale de « néo-ruraux » d’un modèle plus classique. Certains membres de la communauté ont survécu à la déliquescence du mouvement à la fin des années 1980 et sont toujours installés au village, des sculpteurs et peintres d’icônes se sont fait artisans d’art et ont ouvert des boutiques, d’autres pressent de l’huile d’olive et, en se fondant dans la masse des néo-ruraux actifs (enseignants, fonctionnaires, éleveurs, maraîchers etc.), la plupart se sont progressivement intégrés au cours de la dernière décennie à une population villageoise indigène affaiblie par l’exode rural et la crise des modèles économiques traditionnels. Parallèlement à la communauté, à la fin des années 1970, quelques jeunes intellectuels toulousains militants maoïstes se sont aussi installés près du village pour se rapprocher du Comité régional d'Action viticole (syndicat radical), puis ont fondé au cours des années 1980 une maison d'édition aujourd'hui bien connue et dont le siège social est toujours à N.. Sous l'impulsion des ces individus bien implantés à la fois localement et dans les milieux intellectuels toulousains, montpelliérains et parisiens (édition, production audiovisuelle) sont apparues à N. différentes manifestations culturelles dont certaines, bien que de dimensions modestes, ont pu réunir des acteurs de premier plan des mondes des arts et de la culture (philosophes, comédiens et écrivains en particulier). Autre avatar de l’inflexion du contexte local, drainant encore une autre population, le tourisme culturel s’est construit en distinction, en stricte opposition à un tourisme balnéaire souvent considéré comme un des plus sordides de la côte méditerranéenne. Ainsi, le caractère largement « sauvage » du pays a attiré de nombreux touristes « parisiens » (le terme désigne tout habitant du Nord de la Loire) ou « anglais » (Grande-Bretagne, Benelux, Allemagne, Scandinavie) à la recherche du « Sud » et certains, la retraite venant, se sont installés à l’année pour devenir d’authentiques gentrifieurs (violoncelliste hollandaise, éleveur de chevaux anglais, sculpteur danois, pour ne citer que quelques exemples de quinquas et sexagénaires désormais installés).

  • 7 Les processus d’upgrading venant des habitants « locaux », « du coin » (employés des services, peti (...)

10À la fois en partie générées et accompagnées par la sédimentation de ces populations différentes, les mutations auxquelles on assiste sur le terrain du canton de N. semblent donc à de nombreux égards relever plutôt d’une « gentrification marginale » avec une forte présence de jeunes diplômés, d’artistes, d’employés du secteur culturel (Rose, 1996 ; Van Criekingen, 2003), en accord avec ce qu’a pu observer Martin Phillips (Phillips, 1993, 2005), qui œuvrent à l’esthétisation, à la patrimonialisation. Toutefois, elles renvoient en partie aussi à un phénomène d’upgrading, de « revitalisation endogène » (Van Criekingen, 2003), puisque nombre de ces jeunes diplômés sont fils de néo-ruraux et se réinstallent dans le canton après avoir vécu à Toulouse, à Paris ou à l’étranger, pour jouer alors un rôle à la fois de gentrifieurs marginaux de d’occupier developers (Phillips, 1993) avec leurs parents 7. En outre ces mutations mettent aussi en jeu des « super gentrifieurs » (Lees, 2000, 2003, 2007) appartenant à la grande bourgeoisie intellectuelle, familles héritières d’artistes de renommée mondiale, éditeurs parisiens, ou producteurs dans l’audiovisuel par exemple. Les populations de gentrifieurs sont donc de différents types dans le même espace et leur part dans la population totale reste donc difficile à évaluer. Ils semblent encore largement minoritaires, mais leur poids social cumulé dans le champ local de l’industrie du tourisme, des pratiques culturelles, de la consommation alimentaire et du style de vie en général est devenu considérable.

11Entre cas particulier (le brassage exceptionnel de populations néo-résidentes produisant un « syncrétisme » spécifique à N.) et cas d'école (dans cette transformation du Midi en Sud), le canton se voit ainsi gentrifié, ces différentes populations contribuant toutes à leur manière à une esthétisation de l'environnement, modifiant l’habitat et le paysage en même temps que le tissu socioéconomique local. Cette profonde mutation étalée sur trente ans influe de manière toujours plus sensible sur les marchés locaux du travail.

Le rôle-clé des métiers du bâtiment

12Les travaux canoniques des années 1980 en matière de sociologie de l'artisanat, ceux de Christine Jaeger (Jaeger, 1982 ; Jaeger, Pouchol & Severs, 1985) et plus encore de Bernard Zarca (Zarca, 1979, 1986, 1987), montrent une double dimension d'indépendance et de savoir-faire. Ces travaux classiques ont bien montré à quel point la figure de l'artisan, de l'indépendant, pouvait cumuler en tentant de les synthétiser des formes d'activité et d'identité au travail caractéristiques tour à tour de l'ouvrier, du chef d'entreprise, voire du commerçant. Dans de certains cas, nombreux sur mon terrain comme on va le voir, c'est même aussi à un ensemble de métiers de service impliquant une forte dimension artistique que l'on a affaire.

13En 2006, j'ai commencé par m'intéresser aux artisans du bâtiment avant d'élargir mes investigations à un vaste ensemble de groupes professionnels associant savoir-faire de production et métier de service, ou compétence technique et compétence relationnelle, avec toujours une dimension « créative » comme on le verra.

14Du côté des artisans du bâtiment, l'enquête menée en 2006-2007 a permis de montrer la restructuration du métier et du marché local autour de trois figures sociales, trois types idéaux correspondant à trois manières d'être maçon (Perrenoud, 2008b).

15La première figure, la plus familière sur le terrain local traditionnel, est celle de l'artisan bricoleur. Peu fortuné, peu équipé, formé sur le tas, travaillant souvent au noir pour les viticulteurs du canton comme son père ou son oncle le faisait avant lui, cet artisan inscrit son activité dans le régime de la « bricole ». Le terme revient régulièrement en entretien, aussi bien pour désigner l'hétérodoxie des conditions d'emploi et du statut (on n'est pas toujours inscrit à la chambre des métiers) que le contenu de l'activité elle-même : le bricoleur coutumier doit savoir faire « un peu de tout », maçonnerie, charpente, couverture, plomberie, sanitaires, etc. Plusieurs de ces artisans locaux ont pu être observés sur des chantiers. Généralement peu équipés en machines, ils possèdent la plupart du temps une bétonnière à moteur thermique, parfois un peu d’équipement électroportatif (marteau pneumatique), pour le reste, leurs outils sont les mêmes que ceux des « amateurs », achetés dans les grandes surfaces de bricolage. Travaillant souvent seuls, sur des petits chantiers, ils n’emploient qu’exceptionnellement un ou deux « arpettes », souvent issus du cercle familial ou de la plus proche sociabilité et généralement sans les déclarer. La clientèle vient essentiellement du réseau local d'interconnaissance, à l'échelle du canton. Cette figure coutumière de l'artisan-bricoleur local, largement majoritaire il y a une vingtaine d'années, tend aujourd'hui à disparaître, marginalisée par la professionnalisation en marche et les nouvelles tendances de l'évolution du marché.

16En plein développement depuis une quinzaine d'années, la figure de l'artisan professionnel tend à supplanter la précédente à l'échelle du département. Même chez les « héritiers », enfants ou neveux des artisans fonctionnant jusqu’alors dans l’informalité, beaucoup souhaitent rompre avec la bricole et on voit se multiplier les jeunes « professionnels ». L'artisan moderne possède un Certificat d’aptitude professionnelle (CAP), un Brevet professionnel (BP), voire un Brevet de maîtrise (BM), sa qualité est objectivée par des diplômes, au-delà du savoir-faire artisanal il possède un réel savoir théorique relatif aux matériaux d’isolation, aux plans d’architecte, aux réglementations d’hygiène, de sécurité ou même de fiscalité dans le domaine du bâtiment. L'emploi informel est en net recul : il perdure, mais plutôt en complément des chantiers sous contrat. Selon la situation financière des artisans, le « black » vient « faire rentrer du cash » dans des proportions plus ou moins importantes. De la même manière, les « professionnels » emploient plus souvent un ou deux ouvriers généralement sous contrat mais avec là aussi une certaine « souplesse ». La clientèle se compose en grande partie de notables locaux, professions libérales, gros commerçants ou fonctionnaires ; mais le professionnel, en général très bien équipé, répond régulièrement aux appels d'offres municipaux (réfection du parapet d'un pont, du clocher de l'église etc.) et travaille beaucoup pour les collectivités locales. La professionnalisation produit un modèle d’identité au travail d’une grande efficacité sur le marché local. Opérant une rupture (pas toujours facile) avec la « culture de métier » coutumière, l’artisan devient à la fois entrepreneur et technicien supérieur, détenteur d’un « savoir » théorique et développe alors une « culture professionnelle ».

17Troisième figure sociale de l'artisan du bâtiment, l'artisan-créateur met en œuvre des dispositions qui lui permettent de se singulariser, de se distinguer pour avoir en quelque sorte « un coup d'avance » sur les professionnels. Cette nouvelle figure sociale de l'artisan du bâtiment est apparue au cours des dix dernières années, alors que la demande était plus forte que jamais de la part des gentrifieurs (étrangers ou venant des métropoles voisines) et que les enfants de néo-ruraux entraient dans la vie active. C'est bien cette fraction de la population locale, ceux que j'ai appelés les post-néo-ruraux, qui compose le sous-groupe des artisans créateurs, encore peu nombreux mais très importants dans l'équilibre du marché local. Instruits (tous ceux que j'ai rencontrés ont fait des études supérieures), dépourvus de l'accent local et parlant généralement anglais, ils ont souvent voyagé, vécu à Paris ou à l'étranger avant de revenir s'installer dans les collines où ils ont grandi. Ils bénéficient donc d'une double légitimité, à la fois locale et cosmopolite (Merton, 1997), en parfaite congruence avec les attentes d'une clientèle de gentrifieurs (voire super-gentrifieurs, à la fois très riches et très cultivés) ravie par exemple de trouver un maçon à même de leur parler de feng-shui ou des rapports entre catharisme et architecture (comme le fait Jean-Marc, 40 ans, « maçon-créateur », fils d’ingénieur, marié à une chorégraphe), une figure professionnelle porteuse de créativité et de talent. Inscrivant son travail dans un régime de singularité (modèle de tuiles unique ou manière spécifique de tailler les poutres), composant son book à la manière d'un artiste, l’artisan créateur se place donc sur un nouveau terrain symbolique, se fait lui-même « observateur séparé, susceptible de se mettre à distance de l’espace pour pouvoir en tirer des satisfactions esthétiques » (Fabiani, 2005). Il construit donc un rapport au travail et un habitus qui, en s’accordant avec les dispositions d’un nouveau « public » établit non seulement la nouvelle cartographie de l’espace professionnel local mais contribue aussi à requalifier l’ensemble de l’espace social sur un territoire, au même titre que bien d'autres travailleurs indépendants rencontrés par la suite.

Production et création : réinventer l'authentique

18Parmi ces indépendants enquêtés au cours des phases plus récentes de l'enquête, on distinguera les nombreux artisans d'art implantés à N. des producteurs-transformateurs peuplant les collines environnantes.

  • 8 Certains entretiens ont été menés par Flora Bajard.

19En 2009 et 2010, nous 8 avons pu rencontrer près d'une trentaine de travailleurs indépendants et parmi eux une douzaine d'individus dont l'activité s'inscrit dans l'ensemble des « métiers d'art ». Nous avons classiquement retrouvé chez les potiers, maroquiniers, stylistes, ébénistes ou ferronniers interviewés une culture de métier construite dans l'entre-deux, entre la compétence de l'artisan et l'inspiration de l'artiste (Becker, 1988 ; Zarca, 1987). Mais si certains de ces artisans d'art sont installés à N. depuis les années 1970-1980, néo-ruraux « attirés par la beauté du lieu » ou ex-membres de la communauté religieuse, la récente obtention par le village du label « villes et métiers d'art » institue leur activité comme une des piliers du nouveau paysage économique et culturel.

20Certains d'entre eux ont un atelier et une boutique situés dans des lieux distincts, « travaillent » lorsque le magasin est fermé, ou plutôt n'ouvrent que lorsqu'ils ne « travaillent » pas (entendre ne produisent/créent pas) et souvent en considérant ce temps passé en boutique comme un moment peu agréable. « Je suis vraiment pas commerçant... j'ouvre de temps en temps, surtout l'été, mais j'ai l'impression de perdre mon temps... enfin il faut bien vivre, mais c'est pas cet aspect-là de mon travail qui m'intéresse... d'ailleurs c'est pas vraiment mon travail, moi je suis potier, je suis pas vendeur » (Jacques, 55 ans).

21C'est surtout chez ceux qui se sont installés depuis une dizaine d'années, donc concomitamment au processus de gentrification, que le faisceau de tâches (Hughes, 1996) incluant la fabrication et la vente est le mieux accepté comme constitutif du métier et c'est chez eux que l'on a trouvé les éléments les plus importants dans la mise en spectacle du travail, du processus de production.

22Barbara (45 ans) est anglaise. Après avoir travaillé à Londres comme commerciale dans le secteur de la mode, elle a abandonné un emploi très lucratif pour s'installer il y a cinq ans à N. comme styliste (elle connaissait le village par des amis britanniques) : « Au début je disais couturière, mais je me suis rendue compte qu'en France, couturière c'est celle qui fait des retouches, des ourlets... moi c'est pas ça, je crée des vêtements... alors je dis styliste, même si ça fait un peu... présomptueux ». Marie (34 ans) a passé une partie de son enfance à l'abbaye, dans la communauté à laquelle ses parents appartenaient. Après des études supérieures de commerce inachevées, elle a vécu à Paris pendant quelques années avec son compagnon d'alors, comédien et metteur en scène. Elle est ensuite revenue à N. où elle a appris les techniques élémentaires de la poterie auprès de Jacques (cité plus haut), ami de ses parents et ancien de la communauté lui aussi. Elle a ouvert il y a quatre ans une boutique sur la place centrale, non loin de celle de Barbara.

  • 9 Nous avons rencontré autant d'hommes que de femmes développant ce type de rapport au travail, le fa (...)

23Chez l'une comme chez l'autre, l'atelier est visible depuis la rue, la fabrication ne s'interrompt pas quand le magasin est ouvert et la visibilisation du processus de production fait autant partie du spectacle que les produits du travail exposés. Pour Barbara comme pour Marie, la monstration des opérations techniques et l'accueil du public font évidemment partie du métier, l'artisanat créateur est spontanément envisagé dans toute sa dimension relationnelle 9. Comme chez les « maçons créateurs », les gentrifieurs constituent la clientèle privilégiée des artisans d'art du village et leur jugement sur les biens produits est fondé sur le talent du professionnel à fabriquer, mais aussi à mettre en scène et en mots le contenu et le résultat de son travail.

24Aucun des artisans rencontrés, les plus anciens comme les plus jeunes, n'est un héritier dans le métier. Ils ont en revanche souvent hérité à la fois d'un capital culturel relativement important d'une conception d'un style de vie, d'un art de vivre. Chez ces autres « artisans de la gentrification rurale » (Perrenoud, 2008b) on retrouve fréquemment la mise en avant du « besoin de faire quelque chose de concret », « qui ait du sens », mis explicitement en opposition à une ou des expériences de travail dans un contexte urbain, bureaucratique et désincarné, alors même que ces expériences peuvent aussi constituer une ressource : dans la mesure où l'on y a appris la gestion, la communication et surtout parce que l'on y a pratiqué des formes de sociabilités urbaines et cosmopolites, ces expériences, même reniées, engendrent là encore un capital social inscrit dans une double légitimité.

  • 10 Les coopératives de villages, systèmes de production collectivisée pour la consommation quotidienne (...)

25C'est peut-être auprès des petits producteurs-transformateurs que j'ai pu trouver l'expression la plus forte de cette imbrication local/cosmopolite. J'ai choisi de contacter les producteurs locaux qui se démarquaient du modèle du viticulteur en coopérative pour aller chercher là encore les indépendants, qu'ils produisent du vin 10, de l'huile d'olive, du pain ou des huiles essentielles. Parmi la dizaine d'individus enquêtés en janvier 2010, tous sont des néo-ruraux ou plus encore des « enfants de néo », des post-néo-ruraux. J'en donnerai deux exemples.

26Luc a 36 ans, il a passé une partie de son enfance en Inde où ses parents (père ingénieur) travaillaient dans l'humanitaire avant de s'installer dans une communauté de l'Arche en Ardèche. Après avoir un peu voyagé, Luc a ensuite rejoint une autre partie de sa famille dans une autre communauté à une dizaine de kilomètres de N. Après des années de travail saisonnier, il y a appris à faire du pain et s'est lancé dans un processus de production totalement autonome. Depuis près de dix ans, il fait pousser son blé, fabrique sa farine et cuit son pain avec l'aide de sa compagne.

27Jonas, lui, est né il y a trente ans dans une bergerie aux alentours de N. de parents enseignants en rupture de ban de la fonction publique, cultivant des fruits et élevant des chèvres. Il a rencontré Daphné lors de ses premiers emplois d'animateur en camp de vacances, tous deux ont suivi les formations nécessaires à l'occupation de fonctions de d'encadrement et ont dirigé des centres pendant un an à la Réunion, puis trois ans dans la Drôme. Depuis quatre ans, ils se sont installés près des parents de Luc, de l'autre côté de la colline et utilisent les plantes de la garrigue (une partie en cueillette, une partie en culture) pour produire des huiles essentielles, des sirops, des confitures.

28Luc et Sylvie, Jonas et Daphné ne vivent donc pas au village mais dans des habitations isolées, toutefois les produits sont mis en scène au cœur du village à l'occasion des marchés ou dans les boutiques de « produits du terroir » et surtout, ils sont associés à d'autres activités participant elles aussi à la gentrification. Je pense ici en particulier au restaurant gastronomique sis à une quinzaine de kilomètres du village et qui vient de se voir accorder une troisième étoile par le Guide Michelin. Là encore le capital social vient objectivement qualifier les produits du travail et le processus de production. Claude Gardon, le chef de cet établissement, tout à la fois gentrifieur et artisan de la gentrification (au service des gentrifieurs) fait fabriquer son pain par Luc et se fournit en aromates chez Jonas, qu'il a rencontrés sur les marchés locaux. Là encore, cette nouvelle production locale est l'objet d'un discours patrimonial et créatif, à la fois d'authenticité et d'inspiration, « réinventant la tradition » (Albert, 2002) dans un processus ici décuplé par l'association avec un « trois étoiles » pour qui l'on sait que la cuisine et sa mise en scène constituent forcément « un art ».

29Récemment, Luc et Jonas sont apparus en photo dans un dossier que le magazine Maisons côté Sud Ouest a consacré à Claude Gardon. Cet épisode, évoqué avec un détachement amusé (mais tout de même mentionné) en entretien témoigne plus que tout autre d'un « sens du placement » (Bourdieu, 1979) à la fois dans le fait de faire fructifier un capital social et dans la manière de mobiliser des dispositifs esthétiques et esthétisants dans l’exécution et la représentation du travail (toujours comme processus et résultat de ce processus), depuis l'utilisation d'un âne avec bât pour la cueillette, jusqu'à la manière de sentir des fleurs de lavande au creux de la main, les yeux fermés, en passant par le choix des modèles de flacons et l'élaboration des étiquettes.

30Barbara vend ses vêtements sur la place de N. et dans une boutique à New York (une touriste américaine est « tombée amoureuse » de ses productions), Luc et Jonas « font les marchés » et fournissent un des restaurants les plus prestigieux de France, articulant sans peine et sans calcul (apparent) local et global pour le bonheur des gentrifieurs qui trouvent chez eux comme chez les maçons créateurs, si l'on peut dire, le meilleur des deux mondes : l'authenticité du terroir et de la tradition et la singularité subtile de la création.

Conclusion : la prime au capital social des « post néo ruraux »

31La fécondité de l'approche présentée ici est liée au fait qu'elle doit autant à l'interactionnisme qu'à la tradition bourdieusienne pour aborder des phénomènes qui tiennent à la fois de la stratégie et de la croyance. En effet, comme j'avais pu le montrer pour les musiciens ordinaires régulièrement en situation d'entertainment, à la fois faiseurs et inspirés, le rapport au travail entre l'art et le métier se construit dans ce jeu bien connu de l'anthropologie exotique comme de l'étude du storytelling, où la croyance se combine avec la réflexivité, l'illusio avec la stratégie et la foi dans la valeur de ce que l'on fait avec le cynisme du marketing.

32Dans cette analyse des rapports entre gentrification et marchés locaux du travail, j'ai voulu insister particulièrement sur la position charnière des enfants des néo-ruraux, ces « post-néo-ruraux » aujourd'hui trentenaires que l'on retrouve systématiquement au cœur des groupes professionnels étudiés. Ils y jouent pleinement le rôle de courroie de transmission de la gentrification. Jouissant d'une position éminemment favorable sur les marchés locaux du travail, ils s'inscrivent avec naturel et spontanéité dans le nouveau paysage social, économique et culturel tout en témoignant d'une importante réflexivité professionnelle.

33Ils développent une culture de métier « anoblie » et se rapprochent alors de ce que l'on trouve dans les « mondes de l'art » plus typiques (plasticiens, comédiens, musiciens, etc.) où les régimes du savoir-faire, du savoir et de l'inspiration (Moulin, 1983) se trouvent mêlés dans un habitus qui autorise :

34- la mise en mots et en scène de l'activité. Encore une fois pas dans une démarche totalement consciente, encore moins une stratégie marketing. Pour que l’efficacité symbolique opère, il est nécessaire que se développe une « croyance partagée dans le jeu social » (Bourdieu, 1994). Pour que « l'authenticité » du travail tant comme activité que comme produit de cette activité et du même coup « l'authenticité » du travailleur ne puissent être mises en cause parce que le client-public aura vu les gestes s'accomplir (au moins certains d'entre eux), aura entendu le discours à la fois passionné et compétent, inspiré et technique

35- la mise en cohérence des différents partenaires, depuis les fournisseurs jusqu'aux clients en passant par tous les acteurs de soutien (Becker, 1988). C'est un processus dont on trouve des descriptions chez les interactionnistes des années 1950-60, chez Everett Hughes bien sûr mais aussi et peut-être surtout dans l'étude par Howard Becker du groupe professionnel des musiciens de danse (Becker, 1985).

36L’enquête fait donc clairement apparaître une « nouvelle aristocratie du travail » (Warhurst & Nickson, 2007) indépendant où l'accumulation des différentes formes de capital (spécifique, culturel, social) compose clairement une idée du « talent », naturalisant les inégalités dans la restructuration de l'espace professionnel. En découle un accroissement des inégalités entre ceux qui « ont du talent » et les autres qui se voient exclus ou relégués aux marges des nouveaux marchés du travail où les ressources traditionnelles (insertion dans les réseaux locaux d’interconnaissance, compétence technique rudimentaire mais efficace) sont fortement dévaluées.

37C'est peut-être un enseignement pour penser le travail « gentrifié » sur ces terrains du Sud, au-delà de la France : on l'a vu, les courroies de transmission du processus sont ces intermédiaires à double légitimité qui jouissent d'un sens du placement à la fois local et cosmopolite. Mais l'émergence de ces acteurs intermédiaires ne se décrète pas. L'apparition et le développement de ces nouvelles figures venant requalifier les espaces professionnels n'est probablement possible que sur un terrain longuement sédimenté comme celui du canton de N., où ont conflué des populations si différentes en une trentaine d'années.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Becker H.S. (1985 [1963]), Outsiders, Paris, Éditions Métailié.

Becker H. S. (1988 [1982]), Les Mondes de l'art, Paris, Éditions Flammarion.

Boltanski L. & L. Thévenot (1991), De la Justification, Paris, Éditions Gallimard.

Boltanski L. & È. Chiapello (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

Bourdieu P. (1979), La Distinction, Paris, Éditions de Minuit.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourdieu P. (1980), Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit.
DOI : 10.3406/arss.1976.3383

Bourdieu P. (1994), « L'économie des biens symboliques », dans Raisons pratiques, Paris, Éditions du Seuil.

Fabiani J.-L. (2005), Beautés du Sud. La Provence à l'épreuve du jugement de goût, Paris, Éditions L'Harmattan.

Fijalkow Y. & E. Préteceille (2006), « Gentrification : discours et politiques urbaines (France, Royaume-Uni, Canada) », Sociétés contemporaines, n° 63, pp. 5-13.

Glass R. (1963), Introduction to London: Aspects of Change, London, Centre for Urban Studies.

Hughes E.C. (1996), Le Regard sociologique, Paris, Éditions de l’École des Hautes études en sciences sociales.

Jaeger C. (1982), Artisanat et capitalisme, Lausanne, Éditions Payot.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Jaeger C., Pouchol M. & M. Severs (1985), « L'artisanat en évolution : l'exemple de trois métiers », Revue d'économie industrielle, n° 34, pp. 58-70.
DOI : 10.3406/rei.1985.2165

Lees L. (2000), « A Re-appraisal of Gentrification: Towards a "Geography of Gentrification" », Progress in Human Geography, n° 24, pp. 389-408.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lees L. (2003), « Super-gentrification, The Case of Brooklyn Heights, New York City », Urban Studies, n° 40, pp. 2487-2509.
DOI : 10.1080/0042098032000136174

Lees L. (2007), « Afterword », Environment and planning A, vol. 39, pp. 228-234.

Merton R. K. (1997 ([1949]), « Types d’influences : local ou cosmopolite », dans Merton R. K., Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Éditions Armand Colin, pp. 291-317.

Perrenoud M. (2007), Les Musicos, Paris, Éditions La Découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Perrenoud M. (2008a), « Les musicos au miroir des artisans du bâtiment : entre art et métier », Ethnologie française, n° XXXVIII/1, pp. 103-109.
DOI : 10.3917/ethn.081.0101

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Perrenoud M. (2008b), « Les artisans de la gentrification : trois manières d'être maçons dans les Hautes-Corbières », Sociétés contemporaines, n° 71, pp. 95-115.
DOI : 10.3917/soco.071.0095

Phillips M. (1993), « Rural Gentrification and the Process of Class Colonization », Journal of rural studies, vol. 9, n° 2, pp. 123-140.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Phillips M. (2005), « Differential Production of Rural Gentrification: Illustrations from North and South Norfolk », Geoforum, n° 36, pp. 477-494.
DOI : 10.1016/j.geoforum.2004.08.001

Pinçon M. & M. Pinçon-Charlot (2004), Sociologie de Paris, Paris, Éditions La Découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Préteceille E. (2007), « Is Gentrification a Useful Paradigm to Analyze Social Changes in the Paris Metropolis ? », Environment and Planning A, n° 39, pp. 10-31.
DOI : 10.1068/a3970

Rose D. (1996), « Economic Restructuring and the Diversification of Gentrification in the 1980s: A View from a Marginal Metropolis », dans Caulfield J. & L. Peake (dir.), City Lives and City Forms: Critical Research and Canadian Urbanism, Toronto, University of Toronto Press, pp. 131-172, 1996.

Van Criekingen M. (2003), « La ville revit ! Formes, politiques et impacts de la revitalisation résidentielle à Bruxelles », dans Bidou-Zachariasen C., Retours en ville, Paris, Éditions Descartes et Cie, pp. 73-103.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Warhurst C. & D. Nickson (2007), « A New Labour Aristocracy? Aesthetic Labour and Routine Interactive Service », Work Employment Society, n° 21, pp. 785-798.
DOI : 10.1177/0950017007082887

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Zarca B. (1979), « Artisanat et trajectoires sociales », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 29, pp. 3-26.
DOI : 10.3406/arss.1979.2646

Zarca B. (1986), L’Artisanat français, du métier traditionnel au groupe social, Paris, Éditions Economica.

Zarca B. (1987), Les Artisans, gens de métier, gens de parole, Paris, Éditions L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Mes propres travaux et ceux d'une doctorante, Flora Bajard, dont je co-encadre la thèse : elle réalise une thèse sur le métier de céramiste à l'UPMF de Grenoble.

2 En particulier autour des concepts de sens pratique (Bourdieu, 1980) et d'économie des biens symboliques (Bourdieu, 1994).

3 Notamment les travaux classiques d’Everett C. Hughes sur les groupes professionnels (Hughes, 1996) ainsi que ceux d’Howard Becker sur les mondes de l'art et de l'artisanat (Becker, 1988).

4 Pour ce qui est des régimes de valeurs et d'action qui fondent les « économies de la grandeur » (Boltanski & Thévenot, 1991 ; Boltanski & Chiapello, 1999).

5 Cette section reprend certains éléments publiés dans un article précédent (Perrenoud, 2008b).

6 Un des enjeux majeurs est bien l’adaptation française de la notion de gentry. Au-delà de la référence à la bourgeoisie (la gentrification n’est pas qu’un embourgeoisement [Pinçon & Pinçon-Charlot, 2004, p. 55]) ou à la petite aristocratie (traduction littérale), on préfère souvent parler de classes moyennes avec là encore toute la difficulté de passer des upper, middle et lower middle-class (Phillips, 1998a et b) à des expressions qui fassent véritablement sens dans l’espace français (Fijalkow & Préteceille, 2006 ; Préteceille, 2007).

7 Les processus d’upgrading venant des habitants « locaux », « du coin » (employés des services, petits commerçants et surtout viticulteurs actifs ou retraités) semblent nettement plus rares. Si beaucoup ont compris combien ils pouvaient profiter de l’augmentation exponentielle des cours de l’immobilier pour vendre un arpent de terre ou une ruine dans les collines dix fois plus cher qu’ils ne l’auraient fait quinze ans auparavant, ils sont peu nombreux à « améliorer » leur bien, laissant aux gentrifieurs « étrangers » le soin de le faire « à leur goût ».

8 Certains entretiens ont été menés par Flora Bajard.

9 Nous avons rencontré autant d'hommes que de femmes développant ce type de rapport au travail, le fait que j'ai ici donné deux exemples féminins ne doit pas renvoyer aux associations habituelles et un peu hâtives entre travail féminin et travail relationnel/émotionnel.

10 Les coopératives de villages, systèmes de production collectivisée pour la consommation quotidienne de la population locale, disparaissent peu à peu pour laisser la place à des indépendants, souvent nouveaux arrivants et qui là encore développent une singularité, portent une marque, « racontent une histoire » en s'appuyant sur des dispositions et des ressources, on s'en doute, bien différentes de celles du viticulteur coopérant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Perrenoud, « Artisanat et gentrification rurale en France méridionale », SociologieS [En ligne], Dossiers, Professions et métiers autour de la Méditerranée, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 25 septembre 2016. URL : http://sociologies.revues.org/3991

Haut de page

Auteur

Marc Perrenoud

Maître-assistant en sociologie du travail, Université de Lausanne, Suisse - marc.perrenoud@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page