Navigation – Plan du site
Amours Transi(t)s. Transactions sexuelles au prisme de la migration

Devenir une First World Woman : stratégies migratoires et migrations par le mariage

Gwenola Ricordeau

Résumés

À partir d’une enquête de terrain aux Philippines auprès de femmes fiancées ou mariées à des hommes étrangers, cet article montre comment les stratégies matrimoniales et migratoires peuvent s’articuler ou se confondre. Les migrations par le mariage et les mariages « par correspondance » doivent être analysés à la lumière de l’histoire coloniale et du système économique (en particulier, la politique philippine d’exportation de la main d’œuvre, notamment féminine) mais aussi de la globalisation du marché matrimonial. Du point de vue des actrices, le mariage avec des hommes étrangers permet de réaliser des attentes liées à leur positionnement de genre, de classe et de « race ».

Haut de page

Texte intégral

1En mars 2011, le Cambodge a interdit les mariages entre les femmes cambodgiennes et les hommes étrangers âgés de plus de 50 ans ou disposant de revenus mensuels inférieurs à 2 500 dollars 1. Au nom de leur propre protection, les femmes cambodgiennes ont donc vu restreint leur droit au mariage – un droit d’ailleurs énoncé dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948 (article 16) 2. Le Cambodge n’est pas le premier pays à s’inquiéter d’une fuite de « ses » femmes au profit d’hommes étrangers. En Russie, dans les pays de l’ex-Bloc soviétique et en Asie notamment, le phénomène, assimilé à une forme de trafic de femmes ou pour le moins de prostitution, a largement été décrié – et souvent exagéré d’ailleurs. Dans leurs pays de destination, en particulier en Amérique du Nord, en Australie, en Europe et dans certains pays asiatiques (Japon, Corée du Sud et Taiwan), ces femmes et ces mariages sont l’objet de représentations davantage équivoques, légitimant la mise en place de quotas annuels (comme à Taiwan) ou de législations restrictives à leur entrée sur le sol national.

2On évoque généralement de jolies jeunes femmes, heureuses d’avoir quitté leur pays au prix d’un mariage – pas toujours très heureux – avec un homme, lui-même exclu du marché matrimonial local en raison de ses caractéristiques socio-économiques – et incidemment de son physique. Pourtant, des représentations plus troubles et inquiétantes de ces femmes font concurrence à celles victimisantes, ordinairement mobilisées dans les pays d’origine. Ainsi, le 6 février dernier, le quotidien régional Nord Littoral se faisait l’écho, en une, de « la douloureuse épreuve de Thierry » 3. Celui-ci se décrivait comme la victime d’un « mariage gris ». L’utilisation de cette expression est remarquable puisque, malgré son apparition récente, elle s’est rapidement popularisée et imposée comme une représentation légitime, en France, d’une partie des mariages mixtes 4. Mais les représentations des femmes étrangères qui se marient à des hommes de pays développés, qu’elles soient considérées comme des victimes ou des manipulatrices, mobilisent généralement des stéréotypes exotiques ou orientalistes 5.

3Le phénomène étudié peut être désigné par des expressions diverses qui n’en rendent qu’imparfaitement compte. L’expression « migrations par le mariage » peut sembler préférable à celle de « mariages par correspondance ». En effet, celle-ci est, dans le monde anglo-saxon, associée à l’expression mail-order bride qui est extrêmement dépréciative pour les femmes ainsi désignées. En outre, réduire les « migrations par le mariage » aux « mariages par correspondance » élude les stratégies mobilisées par beaucoup de femmes pour rencontrer des hommes étrangers, ainsi que la diversité des modes de rencontre (sites Internet, liens d’interconnaissance, bridal tours, etc.). L’expression « migrations par le mariage » est également inappropriée pour désigner notre objet car l’institution du mariage n’est en rien centrale et elle tend à escamoter ses dimensions affectives, pourtant essentielles à sa compréhension. Le phénomène que nous explorons est finalement plus facile à désigner par ce à quoi il n’est pas réductible (prostitution et migration notamment). Nous nous situons là où les relations affectives, les stratégies matrimoniales et les parcours migratoires se confondent, dans une zone trouble qu’il est finalement difficile de délimiter fermement dans le continuum des échanges économico-sexuels (Tabet, 2004).

  • 6 Si certains pays (Saint-Domingue, par exemple) sont connus pour recevoir des femmes occidentales à (...)
  • 7 À propos de « pays développés » concurremment à « Occident », voir ci-dessous.
  • 8 Sur les relations homosexuelles entre hommes philippins et occidentaux, voir Ricordeau, 2011b. La p (...)

4Considérés dans leurs formes pures, ni les migrations par le mariage ni les mariages par correspondance ne sont des phénomènes radicalement nouveaux. L’histoire fournit de nombreux exemples de systèmes à grande échelle de mariages de femmes à des hommes qu’elles rejoignaient sur une terre lointaine. Les picture bride books jouèrent ainsi un rôle fondamental dans la colonisation, entre autres, de l’Amérique du Nord et de l’Australie (Langevin & Belleau, 2000). Mais alors que ces systèmes reposaient sur la promotion de l’homogamie, il s’agit aujourd’hui essentiellement d’un phénomène d’exogamie. Ajoutons qu’il est foncièrement hétérosexuel 6 et que nous abordons, par notre terrain, sa forme la plus répandue à l’échelle mondiale : celle dans laquelle une femme d’un pays en développement épouse un homme d’un pays développé 7, même si l’inverse existe également 8.

L’enquête et sa méthode

5Dans les années 1980, les premières recherches sur les migrations par le mariage ont surtout été liées à des débats publics sur les politiques d'immigration et sur les droits des femmes, notamment en Australie et aux États-Unis. Le champ s’est enrichi de quelques travaux menés sur les hommes occidentaux mariés « par correspondance » mais surtout des travaux, beaucoup plus nombreux, sur les mariages eux-mêmes, par exemple au Japon (Nakamatsu, 2003), en Australie (Roces, 1998) ou au Canada (Condition Féminine du Canada, 2000). D’autres recherches ont porté sur les femmes impliquées dans ces mariages, par exemple en Asie (Constable, 2005) ou en Russie (Johnson, 2007 ; Rossiter, 2005). Plus récemment, les évolutions du travail de production et de reproduction des femmes, en particulier la difficulté de distinguer, dans le phénomène de féminisation de l’émigration philippine, le mariage et le travail domestique, ont placé la capacité d’action (agency) des actrices au cœur des recherches. En pensant leur positionnement à l’intersection de la « race », de la classe et du genre, notre travail s’inscrit dans la lignée de ceux-ci.

  • 9 Elle a été réalisée en collaboration avec Sheilfa Alojamiento (chercheuse, Ateneo de Davao City Uni (...)
  • 10 Principale ville de l’île de Mindanao (seconde île du pays, à majorité musulmane).
  • 11 Les rares hommes philippins qui s’adressent à ces ONG sont fiancés ou mariés à des femmes philippin (...)

6Les réflexions proposées ici reposent notamment sur une enquête de terrain 9 menée aux Philippines en 2008-2009, principalement à Manille et à Davao City 10. J’ai d’abord reconstitué le parcours, souvent long de plusieurs mois, qu’empruntent les femmes pour se fiancer ou se marier à un étranger. Mon enquête a été facilitée par une disposition de la législation philippine sur l’immigration : tout migrant – quels que soient les motifs de son départ du territoire national – doit suivre une formation dispensée par une organisation non gouvernementale (ONG) agréée. Or seules deux ONG sont habilitées à délivrer des Pre-Departure Orientation Seminar (PDOS) pour les migrants rejoignant à l’étranger un-e fiancé-e ou un-e conjoint-e : le St. Mary Euphrasia Foundation Center for Overseas Workers (SMEF-COW) et le People’s Reform Initiative for Social Mobilization (PRISM). Cette dernière m’a autorisée à réaliser des observations in situ : j’ai participé aux séances collectives et individuelles auxquelles sont soumises les femmes philippines afin d’obtenir le certificat autorisant leur départ 11.

7J’ai réalisé une vingtaine d’entretiens avec des femmes fiancées ou mariées à des étrangers. Je les ai principalement rencontrés à PRISM, mais aussi au Bureau de l’immigration à Manille. On y rencontre en effet de nombreux couples ou familles binationaux, venus régulariser leur situation vis-à-vis des règles de séjour aux Philippines. J’ai aussi sollicité mes réseaux amicaux, mais j’ai davantage encore été sollicitée par eux, car ma recherche suscitait l’anxiété de mes interlocuteurs : on souhaitait fréquemment me présenter une « image des femmes philippines » plus avantageuse que celle que j’étais supposée avoir en tant qu’occidentale.

  • 12 Le filipino et l’anglais sont les deux langues officielles des Philippines.

8Je m’appuie également ici sur les résultats d’une recherche précédente menée sur des sites Internet proposant des « promises par correspondance », notamment en provenance de pays d’Asie et des Philippines (Ricordeau, 2011a). En sélectionnant une dizaine de ces sites s’adressant à des hommes anglophones et, dans une moindre mesure, francophones, j’avais mis en évidence les stéréotypes de genre et de « race » utilisés dans les discours destinés aux hommes « consommateurs » occidentaux. Mon travail s’appuie également sur une analyse des débats publics et politiques exposés dans la presse (Ricordeau, 2010), basée sur un recueil de la littérature dite « grise » d’ONG à partir de 1990, date à laquelle la législation philippine a interdit les « mariages par correspondance ». Elle s’appuie aussi sur une analyse qualitative et quantitative de deux journaux philippins durant l’année 2008 (le Pilipino Star Ngayon et Philippine Star). Dans ces deux journaux au lectorat très différent, l’un populaire et écrit en filipino, l’autre écrit en anglais 12 et s’adressant de fait à une élite intellectuelle et urbaine, j’avais notamment recensé les articles évoquant le « sort » des femmes philippines confrontées aux hommes étrangers.

9Mon enquête de terrain a été marquée par mon statut de femme et d’occidentale. Il comportait certes des inconvénients, à commencer par la distance sociale et ma maîtrise imparfaite du filipino, qui me permettait certes l’usage assez extensif de cette langue avec les interviewées, mais pas de saisir les nuances accessibles seules à un locuteur maternel. Mais ses bénéfices secondaires n’étaient pas négligeables, puisque la plupart des interviewées exprimaient leurs réticences à évoquer avec un-e compatriote leur union, en raison de formes de stigmatisation et de suspicion dont elles sont l’objet. Les mariages « par correspondance » étant interdits et même si, dans les faits, ils sont peu réprimés, elles sont souvent méfiantes, y compris avec les membres d’ONG (comme PRISM) supposés les aider. Mon statut constituait donc une ressource pour les interviewées, qui sollicitaient souvent mon avis sur leur fiancé ou leur mari (parfois en sa présence, puisqu’ils ne connaissaient jamais suffisamment le filipino pour comprendre nos propos), mais aussi sur les risques encourus dans les pays occidentaux. Des formes de complicité ont pu également naître sur le terrain, puisqu’il m’est arrivé d’accompagner des femmes à la recherche de relations intimes avec des hommes occidentaux, par exemple au cours de déambulations dans des centres commerciaux.

Le marin, la domestique et la « promise par correspondance »

10L’inscription du mariage parmi les possibles stratégies migratoires pour les femmes philippines est le résultat de deux phénomènes concomitants : d’une part, la féminisation de l’exportation philippine de main d’œuvre et, d’autre part, le succès des femmes philippines sur un marché matrimonial désormais globalisé. Chacun de ces phénomènes mériterait d’amples développements et nous nous contenterons ici de les historiciser, afin de montrer comment les incarnations successives et genrées des mobilités philippines (le marin, la travailleuse domestique et aujourd’hui la « promise par correspondance ») ont notamment contribué à la manière dont les migrations par le mariage sont aujourd’hui représentées dans le pays, en départageant les migrantes légitimes des « autres ».

  • 13 C’est par cette expression, devenue célèbre, que le Président des États-Unis William McKinley a, le (...)

11L’histoire des migrations philippines comme leur morphologie actuelle sont indissociables de celle des projets coloniaux – espagnols, puis états-uniens et, dans une moindre mesure, japonais – qui se sont tour à tour imposés à l’archipel. Au début du xxe siècle, les plantations hawaïennes et les vergers californiens ont massivement recouru à la main d’œuvre masculine philippine. Mais l’« assimilation bienveillante » (benevolent assimilation13 s’est surtout traduite par l’imposition de l’anglais comme langue vernaculaire et la mise en place d’un système éducatif calqué sur celui des États-Unis. Or ces deux politiques s’avèrent de formidables ressorts pour les migrations philippines contemporaines.

12Dans les années 1970, l’État philippin, dirigé par Ferdinand Marcos, a mis en place une politique d’exportation de la main-d’œuvre nationale. Le déploiement à l’étranger de celle-ci a été organisé, encadré et contrôlé à la fois par un arsenal juridique, le Labor Code of the Philippines de 1974 (Décret présidentiel 442), et par la mise en place de deux institutions, le Overseas Employment Development Board (OEDB) et le National Seamen Board (NSB). L’exportation de la main d’œuvre, dans les années 1970, a d’abord concerné les hommes philippins, employés principalement comme marins ou dans les chantiers de construction au Moyen-Orient. Les années 1980 ont été marquées par la féminisation des départs : les femmes philippines ont massivement quitté le pays pour devenir travailleuses domestiques dans les pays du Golfe et les grandes métropoles de l’Asie du Sud-Est. Durant la décennie suivante, les hommes ont continué à migrer pour occuper des travaux peu qualifiés, alors que la main d’œuvre féminine qui partait à l’étranger était dotée de niveaux de qualification supérieurs. Comme infirmières, médecins ou enseignantes, ces femmes ont trouvé dans des pays occidentaux des professions dont le statut social était inférieur à celui qu’elles occupaient aux Philippines, mais en tout état de cause supérieur à celui de leurs compatriotes masculins immigrés dans ces mêmes pays.

  • 14 Ils étaient auparavant généralement désignés par l’expression « OCW » (Overseas Contract Worker). P (...)

13Depuis le début des années 1980, le pays, fortement endetté, a été contraint de poursuivre sa politique d’exportation de sa main d’œuvre afin de s’inscrire dans les programmes d’ajustement structurel du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale. Aucun des successeurs de Ferdinand Marcos, depuis la fin de la dictature en 1986, n’a remis en cause cette politique qui, avec l’envoi par les travailleurs migrants philippins de plus de 17 milliards de dollars par an à leurs compatriotes (Philippines Overseas Employment Administration, 2009, p. 32), permet à la fois de faire face à la dette extérieure et de soutenir le niveau de vie des habitants. En fait, la politique d’exportation de la main d’œuvre n’est pas exempte de formes d’ambiguïté dans sa formulation, comme l’illustre le passage, sous la présidence de Fidel Ramos, en 1995, du Migrant Workers and Overseas Filipinos Act. D’un côté, l’encadrement du départ des travailleurs philippins a été accru avec pourtant la dérégulation du secteur, de l’autre, ont été réitérés les discours officiels selon lesquels l’État ne « promeut pas l’emploi à l’étranger comme moyen de soutenir la croissance économique et d’obtenir le développement national ». Le texte marque également une étape dans la pérennisation de la politique d’exportation de travailleurs migrants, avec l’officialisation de leur dénomination par l’expression Overseas Filipino Worker (« OFW ») 14 et la consécration en leur honneur d’une journée, chaque 7 juin, en commémoration de la signature du texte.

14Cette politique d’exportation de la main d’œuvre a, dès les années 1970, soulevé des débats publics dont les enjeux n’étaient pas étrangers aux rapports sociaux de sexe. La migration étant temporaire, l’absence des hommes philippins de leur foyer a suscité une réorganisation des relations conjugales, mais aussi une anxiété masculine largement partagée, que les médias ont appelé le « Saudi syndrome ». La féminisation des migrations philippines, au cours des années 1980, a renouvelé, de manière incontestablement plus étendue, les termes des débats. Si des expressions sont apparues chez les migrantes philippines moquant la conversion forcée de certains hommes aux tâches domestiques (houseband, huswife), il a été également noté la mise en œuvre d’une « chaine globale du care » (Hochschild, 2000), avec la délégation de celui-ci aux femmes de la famille de la migrante, mais aussi le recours croissant à la domesticité féminine aux Philippines.

15Le mouvement des femmes – ou, au risque d’une simplification excessive, sa « seconde vague » – s’est constitué, aux Philippines, autour de la critique, dans les années 1970, de l’industrie de la prostitution, expliquée par la présence historique de militaires américains, mais aussi par la politique de Ferdinand Marcos de promotion du tourisme – sexuel – international afin d’apporter les devises nécessaires au paiement du service grandissant de la dette extérieure. Or cette politique s’est appuyée à la fois sur une érotisation de l’image des femmes philippines et sur leur différenciation des femmes occidentales et/ou blanches (Enloe, 1989). À partir de l’instauration du Département du Tourisme en mai 1973, la création d’hôtels de luxe, de centres de conférences et d’attractions touristiques (comme les plages, les parcs et les terrains de golf) s’est accélérée, parallèlement au nombre de touristes arrivant dans le pays. La présence militaire états-unienne s’est transformée avec la disparition des bases. Mais la reconversion de celles-ci a donné naissance à des formes de tourisme qui continuent de cantonner les femmes à des emplois liés aux loisirs des étrangers, comme par exemple les « caddies » dans les golfs (Gonzalez, 2007).

Accéder au marché matrimonial globalisé

16Les caractéristiques des femmes rencontrées au cours de mon enquête de terrain correspondent mal aux représentations habituellement faites d’elles dans les médias et les débats que suscitent régulièrement les faits divers et qui parfois entrainent l’élaboration de politiques publiques. Les principaux et fréquents préjugés peuvent être synthétisés en une phrase : de (très) jeunes femmes (très) pauvres seraient mariées à des hommes étrangers, (très) âgés (et parfois très riches), moins souvent « pour le meilleur » que « pour le pire ». Mon travail de terrain fait apparaître principalement quatre erreurs dans cette formulation. Tout d’abord, certaines des femmes rencontrées étaient très jeunes (18-20 ans), mais la majorité avait plus de 25 ans. Ensuite, les femmes les plus pauvres (des zones rurales ou des bidonvilles) accèdent rarement aux réseaux de mise en relation entre hommes occidentaux et femmes philippines. De plus, on ne peut pas dire que ces femmes « sont mariées » à un homme étranger : elles ont voulu « se marier » avec un étranger et leur fiancé ou mari actuel n’est pas toujours le premier homme étranger avec lequel elles entretiennent des rapports intimes. Enfin, certaines de ces femmes se retrouvent, contre leur gré, dans des maisons de prostitution, notamment en Corée du Sud ou au Japon. Mais la quasi-totalité des hommes, y compris les Sud-coréens et Japonais, qui se marient avec des femmes philippines en recourant aux services d’agences de « promises par correspondance » ne sont ni des proxénètes ni des mafieux, mais des hommes soucieux de fonder une famille.

  • 15 En particulier de veuve. Le divorce est interdit aux Philippines et les procédures d’annulation des (...)

17Les interviewées relient leur parcours et leur choix de trouver un époux étranger à une critique du marché matrimonial local. Cette critique porte à la fois sur l’offre, c’est-à-dire les hommes philippins, mais aussi sur leur propre positionnement sur ce marché. Elles évoquent certains traits (fainéants, joueurs, womanizer [volages], « macho », etc.) comme typiques de leurs compatriotes et qui les rendent incapables de satisfaire leurs attentes, en particulier celle de la sécurité économique et affective. Mais les interviewées évoquent également leur propre disqualification sur le marché matrimonial local. Leur âge (au-dessus de 25 ans), leur statut matrimonial 15, leur(s) enfant(s) né(s) hors mariage ou d’une précédente union, et/ou leurs choix d’études ou de carrière professionnelle les empêchent de trouver un partenaire philippin. Le refus de se positionner sur le marché matrimonial local peut être lu comme une contestation de l’ordre sexué d’un pays régulièrement cité, au prix de contre-sens, pour la visibilité des femmes dans les sphères économiques et politiques.

18En se positionnant sur un marché globalisé, les femmes interviewées échappent à leur disqualification sur le marché matrimonial local et accèdent, simultanément, à une offre davantage conforme à leurs attentes. Elles ont une connaissance, certes imparfaite, du marché matrimonial global, mais également des ressorts que sont les stéréotypes de « race » et de genre associés aux femmes philippines (comme la douceur, la gentillesse, etc.) qui font leur succès auprès des hommes occidentaux. Elles savent ces stéréotypes mobilisables dans leurs stratégies de rencontre et de séduction. Les interviewées font également part de la désirabilité physique et morale des hommes occidentaux, malgré les préjugés négatifs associés aux sugar daddies et les formes de stigmatisation qui existent à l’encontre des mariages mixtes. Le mariage avec un homme étranger est également associé à l’accès au statut des femmes des pays occidentaux et à des formes de relations et de conjugalités improbables dans l’archipel. Or dans les discours des interviewées, First World et Occident sont souvent employés indistinctement, alors même que pour les hommes japonais et coréens, les femmes philippines sont considérées comme des modèles d’occidentalisation.

19Si c’est donc en termes de rupture (avec le marché matrimonial et les rapports sociaux de sexe locaux) que le mariage avec un homme occidental est pensé, il faut néanmoins souligner qu’il s’inscrit d’abord dans une forme de conformité : la réalisation des rôles traditionnellement attendues des femmes comme épouses et mères.

20Le consentement des femmes philippines à l’échange matrimonial implique leur consentement au risque. Les interviewées expriment souvent leur anxiété d’avoir contracté une union avec des hommes qui ont la réputation d’être violents, racistes et alcooliques (en particulier les Sud-coréens). Si les PDOS fournissent aux participantes des règles à suivre pour assurer leur sécurité et des conseils en cas de danger, ils permettent également la mise en place de réseaux informels d’échanges d’informations et de solidarités (notamment par la mobilisation des réseaux sociaux sur Internet). Le consentement au risque se comprend comme un double pari : le mariage, aussi risqué soit-il, apparaît comme le seul moyen d’échapper au « destin » matrimonial et économique auquel elles sont vouées dans leur propre pays ou alors parce que le mariage, certainement le choix le plus risqué, est aussi le plus rentable en cas de réussite.

21Les interviewées distinguent peu le fait de se marier pour migrer ou de migrer pour se marier. C’est en effet davantage le choix de « travailler à l’étranger » (working abroad – dont rend compte la dénomination « OFW ») – qui est relié à la décision d’un mariage avec un étranger. Les formes de continuité qui existent entre le travail et le mariage, notamment entre le statut de travailleuse domestique et d’épouse (Piper & Roces, 2003), reposent notamment sur les perspectives d’emploi à l’étranger de la plupart des femmes philippines. Massivement assignées aux secteurs du care, du divertissement et du travail du sexe, ces secteurs sont également ceux qui leur offrent la possibilité d’engager des relations personnelles avec des hommes occidentaux. Ainsi, à PRISM, où se tiennent également des PDOS pour des femmes partant travailler à l’étranger comme travailleuses domestiques, les conversations informelles avec ces dernières montrent que le statut des mariées et fiancées à des étrangers leur paraît enviable, ce que résume une boutade qu’on entend parfois : « Je continuerai à laver les toilettes, mais ce seront les miennes… »

22Si le mariage avec un homme occidental peut être envisagé comme une global hypergamie (Constable, 2005), il faut néanmoins souligner que la mobilité sociale entraînée par ces mariages est somme toute assez limitée pour ces femmes issues très majoritairement des classes moyennes et éduquées. Par exemple, à la fin des années 1980, 29 % des Australiennes nées aux Philippines avaient des diplômes universitaires pour seulement 3 % de celles nées en Australie (Jackson & Flores, 1989, p. 44). Mariées avec des hommes occupant des professions intermédiaires, elles expérimentent parfois même une forme de déclassement par rapport à la position qu’elles occupaient aux Philippines, même si symboliquement elles accèdent à l’Occident et/ou au First World.

Conclusion

  • 16 Flor Contemplacion était travailleuse domestique à Singapour. Elle a été pendue le 17 mars 1995. El (...)
  • 17 Le chiffre a été repris dans de nombreux médias. Voir par exemple : « Drug agency: 630 Pinoy drug m (...)

23Le 30 mars 2011, deux femmes et un homme philippins, accusés d’avoir transporté de la drogue, ont été exécutés en Chine. Leur tragique destin a profondément bouleversé l’opinion publique philippine qui a comparé leur sort à celui de deux martyres philippines modernes : Flor Contemplacion et Sarah Balabagan 16. Comme elles deux, les trois condamné-e-s à mort étaient parti-e-s chercher fortune à l’étranger et se retrouvaient, loin de leur pays et de leurs proches, victimes d’un système judiciaire impitoyable autant que des réseaux mafieux qui les avaient embauchés. Au cours des débats suscités par leur exécution, la Philippine Drug Enforcement Agency a révélé que 630 philippins 17, dont deux-tiers de femmes, étaient incarcérés à l’étranger pour des affaires de trafic de drogue. Les nombreuses mises en garde diffusées depuis en direction des victimes potentielles des réseaux de trafiquants ont souligné la vulnérabilité toute particulière des femmes philippines. Une nouvelle fois, cette attention particulière portée aux femmes articule leur mobilité à leur mise en danger.

  • 18 Terme composé à partir de webcam et de girl (à l’instar de « callgirl »), désignant des femmes réal (...)
  • 19 Notamment par le député philippin Joseph Santiago lors de sa campagne médiatique, courant 2005, con (...)

24Simultanément, le développement du phénomène des camgirls 18 et, plus généralement, la présence de nombreuses philippines sur les sites monnayant du cybersexe – le chiffre de 212 257 a été avancé dans un passé proche pour un seul de ces sites 19 – suscite des débats récurrents dans lesquels les femmes philippines sont présentées, une fois de plus et sous une nouvelle forme, victimes des hommes occidentaux. À l’instar de la porosité des frontières entre prostitution et d’autres formes d’échanges économico-sexuels, le continuum qui relie les migrations par le mariage à d’autres formes d’intimité entre hommes occidentaux et femmes philippines fait apparaitre les stratégies et les capacités d’action de ces dernières aux prises avec des systèmes de domination de « race », de classe et de genre.

Haut de page

Bibliographie

Condition Féminine du Canada (2000), The New Frontier for Filipino Mail-order Brides, Ottawa (Canada), Philippine Women Center of B.C.

Constable N. (2005), « Introduction. Cross-Border Marriages, Gendered Mobility, and Global Hypergamy », dans Constable N. (dir.), Cross Border Marriages: Gender and Mobility in Transnational Asia, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, pp. 1-16.

Enloe C. (1989), Bananas, beaches and bases: making feminist sense of international politics, Berkeley, University of California Press.

Esguerra C. V. (2008), « From Now on, Call them Expats, Not OFWs », Philippine Daily Inquirer, 8 octobre.

Gonzalez V. (2007), « Military Bases, “Royalty Trips”, and Imperial Modernities: Gendered and Racialized Labor in the Postcolonial Philippines », Frontiers: A Journal of Women Studies, vol. 28, 3, pp. 28-59.

Hochschild A. R. (2000), « Global care chains and emotional surplus value », dans Hutton W. & A. Giddens (dir.), On the Edge: Living with Global Capitalism, Londres, Jonathan Cape Editions, pp. 130-146.

Jackson R. T. & Flores E. R. (1989), No Filipinos in Manila, Townsville [Australie], James Cook University Press.

Johnson E. (2007), Dreaming of a Mail-Order Husband: Russian-American Internet Romance, Durham (États-Unis), Duke University Press.

Laforteza E. (2006), « What a Drag! Filipina/White Australian Relations in The Adventures of Priscilla Queen of the Desert », Australian Critical Race and Whiteness Studies Association Journal, vol. 2, n°2, pp. 1-18.

Langevin L. & M.-C. Belleau (2000), Le Trafic des femmes au Canada : une analyse critique du cadre juridique de l’embauche d’aides familiales immigrantes résidantes et de la pratique des promises par correspondance, Ottawa, Condition féminine du Canada.

Nakamatsu T. (2003), « International Marriage through Introduction Agencies: Social and Legal Realities of “Asian” Wives of Japanese Men », dans Piper N. & M. Roces (dir.), Wife or Worker? Asian Women and Migration, New York, Rowman and Littlefield Editors, pp. 181-201.

Piper N. & M. Roces (dir.) (2003), Wife or Worker? Asian Women and Migration, New York, Rowman and Littlefield Editors.

Philippines Overseas Employment Administration (2009), 2009 Overseas Employment Statistics. URL : http://www.poea.gov.ph/stats/2009_OFW%20Statistics.pdf

Ricordeau G. (2010), « Traîtresses ou victimes. Nationalisme et mariages mixtes aux Philippines », Diasporas. Histoire et sociétés, n° 15, pp. 125-139.

Ricordeau G. (2011a), « À la recherche de la femme idéale… Les stéréotypes sexués et ethniques dans le commerce de “promises par correspondance” », Genre, sexualité et société, n° 5. URL : http://gss.revues.org/signaler1969.html

Ricordeau G. (2011b), « Baklas et tomboys : globalisation et politisation des identités homosexuelles », dans Gueraiche W. (dir.), Philippines contemporaines, Paris, Éditions Les Indes Savantes.

Roces M. (1998), « “Kapit sa patalim” (Hold on to the Blade): Victim and Agency in the Oral Narratives of Filipino Women Married to Australian Men in Central Queensland », Lila: Asia-Pacific Women’s Studies Journal, n° 7, pp. 1-19.

Rossiter M. J. (2005), « Slavic Brides in Rural Alberta », Journal of International Migration and Integration, vol. 6, n° 3-4, pp. 493-512.

Tabet P. (2004), La Grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, Éditions L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Asia Times Online, http://www.atimes.com

2 Déclaration universelle des droits de l’Homme, http://www.un.org/fr/documents/udhr/

3 Voir : http://www.nordlittoral.fr/actualite/la_une/2011/02/06/article_mariage_gris_la_douloureuse_epreuve_de_t.shtml

4 Elle est apparue avec l’annonce, en novembre 2009, par le ministre de l'Immigration Éric Besson, d’une « réflexion » sur les « mariages gris », alors définis comme des « escroqueries sentimentales à but migratoire ». La loi relative à l'immigration, à l'intégration et à la nationalité, votée en mai 2011 par le Parlement, punit les « mariages gris » de cinq ans de prison et 15 000 euros d’amende.

5 Par exemple, voir notamment Laforteza (2006) à propos du personnage de la « promise par correspondance philippine » dans le film Priscilla, folle du désert (Stephan Elliott, 1994).

6 Si certains pays (Saint-Domingue, par exemple) sont connus pour recevoir des femmes occidentales à la recherche d’époux, le phénomène est inexistant aux Philippines.

7 À propos de « pays développés » concurremment à « Occident », voir ci-dessous.

8 Sur les relations homosexuelles entre hommes philippins et occidentaux, voir Ricordeau, 2011b. La part d’incompréhension des catégories locales de genre est bien illustré par le cas d’un « mail-order groom » qui a défrayé la chronique aux Philippines en 2008 (voir notamment : Cebu Daily News, 13 juin 2008) : un américain a porté plainte contre son épouse philippine après avoir découvert que cette ancienne vice-« Miss Gay » de Lapu-Lapu était transsexuelle.

9 Elle a été réalisée en collaboration avec Sheilfa Alojamiento (chercheuse, Ateneo de Davao City University, Philippines).

10 Principale ville de l’île de Mindanao (seconde île du pays, à majorité musulmane).

11 Les rares hommes philippins qui s’adressent à ces ONG sont fiancés ou mariés à des femmes philippines émigrées et les PDOS qu’ils suivent, quoique obligatoires, sont systématiquement allégés.

12 Le filipino et l’anglais sont les deux langues officielles des Philippines.

13 C’est par cette expression, devenue célèbre, que le Président des États-Unis William McKinley a, le 21 décembre 1898, décrit le projet colonial états-unien aux Philippines.

14 Ils étaient auparavant généralement désignés par l’expression « OCW » (Overseas Contract Worker). Plus récemment, la Présidente Gloria Macapagal-Arroyo a souhaité, sans succès, répandre l’usage du terme expats (Esguerra, 2008).

15 En particulier de veuve. Le divorce est interdit aux Philippines et les procédures d’annulation des mariages sont très longues et coûteuses. Notre échantillon comporte un seul cas de femme ayant fait annulé son précédent mariage, mais les cas rapportés ou rencontrés lors de notre terrain semblent signaler une sous-représentation de cette situation parmi les interviewées.

16 Flor Contemplacion était travailleuse domestique à Singapour. Elle a été pendue le 17 mars 1995. Elle avait été condamnée à mort pour le meurtre d’une autre travailleuse domestique philippine et de l’enfant dont cette dernière avait la charge. Sarah Balabagan a été condamnée à mort en septembre 1995 aux Émirats Arabes Unis pour le meurtre de son employeur qui l’avait violée. Finalement condamnée à la flagellation, elle est revenue aux Philippines en août 1996.

17 Le chiffre a été repris dans de nombreux médias. Voir par exemple : « Drug agency: 630 Pinoy drug mules in jails worldwide », Sun Star, 17 février 2011.

18 Terme composé à partir de webcam et de girl (à l’instar de « callgirl »), désignant des femmes réalisant des shows payants à caractère sexuel sur Internet. Les camboys, dont les prestations sont destinées à un public masculin homosexuel, sont beaucoup moins nombreux.

19 Notamment par le député philippin Joseph Santiago lors de sa campagne médiatique, courant 2005, contre la présence de femmes philippines sur le site Adultfriendfinder.com. Voir par exemple : « 200,000 pinoys now offering cyber sex », Philippines Star, 8 août 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwenola Ricordeau, « Devenir une First World Woman : stratégies migratoires et migrations par le mariage », SociologieS [En ligne], Dossiers, Amours Transi(t)s. Transactions sexuelles au prisme de la migration, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3908

Haut de page

Auteur

Gwenola Ricordeau

Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé), Lille, France - ricordeaugwen@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page