Navigation – Plan du site
La situation actuelle de la sociologie

Des effets délétères de la division scientifique du travail sur l’évolution de la sociologie 1

Bernard Lahire

Résumés

Les sciences humaines et sociales contemporaines vivent un double processus de dispersion de leurs travaux : un découpage disciplinaire, qui fait que certaines disciplines s’occupent prioritairement de dimensions spécifiques du monde social (l’économie, la politique, le droit, l’éducation, la vie psychique, la langue, l’art, la religion, etc.) et un découpage sous-disciplinaire, qui prend la forme d’une hyper-spécialisation (e.g. sociologie urbaine, sociologie de l’éducation, sociologie des sciences, sociologie de la culture, sociologie de l’art, sociologie politique, sociologie des religions, etc.). De telles différenciations sont liées à un mouvement de professionnalisation des disciplines scientifiques dont les aspects positifs sont certains : les chercheurs y ont gagné en précision, en rigueur, en délimitation de leur propos et de leur corpus empirique, en qualité des preuves apportées aussi. Mais lorsque les chercheurs ne lisent et ne connaissent que les travaux des autres chercheurs relevant de la même sous-spécialité au sein de leur discipline, le risque est aussi très grand d’appauvrir considérablement la connaissance produite.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ce texte est une version abrégée et remaniée du texte de la conférence (« Misère de l'hyper-spécia (...)

1Porter un jugement sur la situation actuelle de la sociologie suppose, dans un premier temps, de préciser de quelle « situation » il est question. Le constat et l’appréciation ne seraient pas nécessairement les mêmes selon qu’on s’intéresse plutôt à la situation institutionnelle et sociale de cette discipline ou que l’on se concentre essentiellement sur l’état des productions scientifiques dans une logique interne.

2Dans le premier cas, il s’agirait de porter un regard sur l’évolution du nombre de sociologues « en poste » (à l’université ou dans les grands organismes de recherche), sur l’évolution du nombre d’étudiants inscrits dans un cursus de sociologie, sur le nombre d’universités où s’enseigne cette discipline et qui proposent des diplômes de sociologie, sur l’état du fonctionnement de la 19e section du CNU ou des sections 36 et 40 du CNRS, sur la présence croissante des sociologues dans les médias ou dans les commissions d’experts, ou bien encore sur le volume d’ouvrages publiés par les sociologues et les chiffres de vente de ceux-ci. Dans le second cas, le jugement devrait porter sur l’état des travaux, des débats, des clivages et des forces de renouvellement de la discipline. Il s’agirait de mesurer les progrès ou les déplacements accomplis, tant sur le plan théorique que méthodologique, de même que les obstacles à surmonter ou les déceptions plus ou moins collectivement ressenties.

3Dans une thèse portant sur les sociologues français de 1945 à nos jours, Gérald Houdeville a bien mis en évidence les différents états par lesquels est passé l'univers sociologique : différence démographique (d'une poignée de sociologues dans les années 1950 à une centaine en 1968, puis à plus de 1000 aujourd'hui), différence de niveau de formation (diplôme de troisième cycle ou thèse de doctorat) et de type de formation (notamment philosophie ou sociologie), différence de condition de recrutement (d'une période où on se formait en même temps qu'on enseignait, où on découvrait la recherche presque au moment de l’embauche, où on était fréquemment recruté sur la base d'affinités politiques, on est passé à des pratiques de recrutement plus professionnelles), différence de type d'évaluation, de financement de la recherche, etc. (Houdeville, 2006 et 2007).

4Mais les réalités morphologiques ou institutionnelles ne sont évidemment pas sans effet sur la nature des productions scientifiques. Et c’est sur l’effet de l’augmentation du nombre de sociologues, de leur spécialisation et de leur « professionnalisation » que je souhaiterais ici m’arrêter un instant et émettre quelques remarques. Cette situation n’est d’ailleurs pas propre à la sociologie mais concerne l’ensemble des grandes sciences humaines et sociales (anthropologie, histoire, géographie, linguistique, psychologie, économie, etc.).

De la division sociale du travail scientifique

5La division sociale du travail est un mouvement d’ensemble qui ne s’est pas arrêté aux portes du monde scientifique. Mais qu’est-ce qui, dans le monde social, engendre la différenciation ? Émile Durkheim apportait une réponse à cette question qui peut paraître, à première vue, un peu formelle et mécaniste : « La division du travail, écrit-il, varie en raison directe du volume et de la densité des sociétés et si elle progresse d’une manière continue au cours du développement social, c’est que les sociétés deviennent régulièrement plus denses et très généralement plus volumineuses » (Durkheim 1991, p. 244) Question de pure morphologie ? En fait, Émile Durkheim déploie, en lien avec les caractéristiques de densité et de volume, un schéma interprétatif infiniment plus complexe et original. Pour condenser son propos sans le trahir, on pourrait dire que densité et volume croissants posent un problème de place sociale et symbolique aux différents individus composant la formation sociale. Si tout le monde « courait » après un petit nombre d’objectifs communs, la grande majorité des « coureurs » ne pourrait y trouver son compte. En revanche, si s’organise une série de concurrences spécifiques, différenciées, alors chacun peut courir avec une chance plus grande de ne pas être trop mal classé. La différenciation sociale des fonctions est ainsi une manière de baisser le taux général de frustration, en multipliant les possibilités d’être reconnu socialement : « La division du travail est donc un résultat de la lutte pour la vie : mais elle en est un dénouement adouci. Grâce à elle, en effet, les rivaux ne sont pas obligés de s’éliminer mutuellement, mais peuvent coexister les uns à côté des autres » (Ibid., p. 253). Pierre Bourdieu ne disait pas autre chose lorsque, appuyant son propos sur les travaux d’un historien du droit à propos de l’Italie du Moyen Âge, il écrivait : « Gershenkron montre que, dès que les juristes ont eu conquis leur autonomie par rapport aux princes, chacun a commencé à diviser la spécialité de manière à être le premier en son village plutôt que d’être le deuxième à Rome » (Bourdieu, 1987, p. 53). Créer un sous-univers a pour conséquence de faire diminuer les tensions qui résultaient du nombre trop élevé de concurrents – et donc de vaincus ou de déçus – et tenaient aussi en partie au fait que les compétiteurs pouvaient avoir une définition différente de l’activité originelle.

6Les sciences humaines et sociales contemporaines vivent un double processus de dispersion de leurs travaux : un découpage disciplinaire qui fait que certaines disciplines s’occupent prioritairement de dimensions spécifiques du monde social (l’économie, la politique, le droit, l’éducation, la vie psychique, la langue, l’art, la religion, etc.) et un découpage sous-disciplinaire qui prend la forme d’une hyper-spécialisation (e.g. sociologie urbaine, sociologie de l’éducation, sociologie des sciences, sociologie de la culture, sociologie de l’art, sociologie politique, sociologie des religions, etc.). De telles différenciations sont liées à un mouvement de professionnalisation des disciplines scientifiques dont il n’est pas question pour moi de remettre en cause les aspects positifs : les chercheurs y ont gagné en précision, en rigueur, en délimitation de leur propos et de leur corpus empirique, en qualité des preuves apportées aussi. Mais lorsque les chercheurs ne lisent et ne connaissent que les travaux des autres chercheurs relevant de la même sous-spécialité au sein de leur discipline, le risque est aussi très grand d’assécher considérablement la connaissance produite.

7Les chercheurs eux-mêmes finissent par perdre complètement le sens des totalités sociales et des liens d’interdépendance qui existent entre des domaines différents de la pratique et découpent l’acteur individuel en autant d’improbables et abstraits homo œconomicus, juridicus, politicus, psychiatricus, linguisticus, etc. Ils se trouvent, du même coup, dans l’incapacité de fournir aux lecteurs non spécialistes une image un tant soit peu claire de la société dans laquelle ils vivent. Cette absence d’ambition générale a des conséquences pratiques sur l’intérêt que peuvent porter les non professionnels aux travaux des chercheurs. Elle a aussi des conséquences plus graves encore d’ordre politique : si elles ne sont plus construites par les savants, les visions d’ensemble, qui permettent à l’imagination politique de se déployer et d’établir des liens ou des analogies entre des faits ou des domaines hétérogènes, trouvent un terrain favorable d’expression chez tous ceux qui, idéologues, essayistes, éditorialistes ou philosophes journalistes, sans données ni méthodes, parlent de manière très « libre » du monde social.

Un cloisonnement disciplinaire

8La différenciation sociale des sociétés, en tant que processus réel d’orientation des activités humaines, constitue un problème majeur pour les sciences humaines et sociales. Plus précisément, elle est un obstacle à surmonter lorsque ces sciences entendent livrer une image du monde social dans son ensemble. Elles se trouvent alors dans l’obligation de refuser de se laisser porter par le courant différenciateur et de ne produire que des connaissances spécialisées sur des portions de plus en plus restreintes de l’espace social. La philosophie et l’histoire d’abord, la sociologie ensuite, se sont donné pour objectif de fournir des cadres englobants, avec des retours récurrents vers des formes plus parcellisées de représentation du monde social :

« Tandis que religion et philosophie perdaient leur autorité unifiante, l’histoire avec sa pratique systématisante (configurative), a-théorique et souple, devint la discipline principale au moyen de laquelle le xixe siècle chercha à embrasser en pensée le monde culturel de plus en plus fragmenté de la modernité. Puis l’histoire faillit à sa tâche, divisée qu’elle devint en spécialités positivistes. La sociologie naquit pour combler ce manque. Elle chercha à ordonner la réalité sociale en construisant des systèmes holistiques capables de donner une définition structurale et un objectif aux luttes sociales. Pourtant, le réalisme même des innovateurs en matière de sociologie, de Comte et Mill à Weber en passant par Marx et Durkheim, les amena à pratiquer un réductionnisme des sous-cultures différenciées résultant de la division de la société moderne. Les sphères autonomes, du « Krieg ist Krieg » à « l’art pour l’art », s’affirmèrent toujours plus, résistant à l’intégration conceptuelle ou intellectuelle aussi bien que culturelle » (Schorske, 1995).

9Face à de telles résistances, il me semble que l’une des grandes forces d’Émile Durkheim, qu’on a parfois pu confondre avec un impérialisme sociologique, a résidé dans sa capacité à voir ce qu’avaient en commun les différentes sciences du monde social de son temps, conçues généralement comme des approches spécialisées et sans grand rapport entre elles : « En réalité », écrit-il,

« toutes ces sciences spéciales, économie, politique, histoire comparée du droit, des religions, démographie, géographie politique, ont été jusqu'à présent conçues et appliquées comme si chacune formait un tout indépendant, alors qu'au contraire les faits dont elles s'occupent ne sont que les diverses manifestations d'une même activité, l'activité collective. Il en dérive que les liens qui les unissaient, passaient inaperçus. Qui pouvait supposer jusqu'à une époque récente qu'il y avait des relations entre les phénomènes économiques et religieux, entre les pratiques démographiques et les idées morales, entre les conditions géographiques et les manifestations collectives, etc. ? Une conséquence encore plus grave de cet isolement est que chaque science étudiait les phénomènes de son ressort comme s'ils n'étaient reliés à aucun système social » (Durkheim, 1975, p. 32).

10En faisant apparaître les rapports entre les différents ordres de phénomènes traités séparément par des branches du savoir bien distinctes, ainsi que la nature commune – sociale – des différents types de faits traités, il change assez radicalement le sens de ces différentes entreprises scientifiques parallèles. Certes, sa démarche le conduit à appeler « sociologie » la science qui rassemble les différentes sciences spéciales et à faire de ces sciences « des branches d'une science unique qui les englobe toutes » (Ibid., p. 33). Mais on ne rendrait pas justice à la grandeur de l’opération scientifique réalisée si on la réduisait à un coup de force épistémologique consistant à annexer des territoires disciplinaires jusque-là autonomes. Le rassemblement de disciplines séparées permet de transformer leur rôle et leur fonction dans le but d’une meilleure compréhension du monde social. En changeant l’économie d’ensemble dans laquelle elles s’insèrent, on les fait « tourner » à un autre régime :

« À partir de là, il n'est plus possible de cultiver l'une d'entre elles en restant étranger aux autres ; parce que les faits qu'elles étudient respectivement s'entrelacent, telles les fonctions d'un même organisme, et sont étroitement liés les uns aux autres » (Idem).

11Norbert Elias ira encore plus loin qu’Émile Durkheim en appelant de ses vœux quelque chose comme une « science de l’homme » réunifiée au sein de laquelle la psychologie, au sens large du terme englobant la psychanalyse, la psychothérapie et la psychiatrie, aurait toute sa place, avec la sociologie et l’histoire :

« Et nous en arrivons aussi au point d'où un chemin direct nous conduit à abattre les bornes limitrophes artificielles qui nous servent à diviser notre réflexion sur l'homme entre différents domaines catégoriels, celui du psychologue, celui de l'historien et celui du sociologue. Les structures de l'intériorité humaine et celles de l'histoire sont des phénomènes complémentaires indissociables qui ne peuvent être étudiés que dans leur interdépendance. Ils n’existent ni n’évoluent en réalité de façon aussi indépendante les uns des autres que voudrait le croire la recherche actuelle. Ils constituent au contraire avec d’autres structures l’objet d’une seule et unique science de l’homme » (Elias, 1991, p. 76).

12Il souhaitait ainsi éviter de faire du « psychisme » (des structures de la personnalité ou de la sensibilité, de l’économie psychique, etc.) une réalité radicalement autonome et séparée des « structures sociales » (groupes, configurations de relations d’interdépendance, etc.) ; éviter aussi de faire des structures sociales des réalités figées comme hors du temps (plutôt que des moments d’un long processus). Que chaque science humaine et sociale particulière puisse se consacrer à l’étude de telle ou telle dimension de la réalité sociale, ne signifie pas que leurs objets soient fondamentalement différents. Des points de vue de connaissance différents ne doivent pas déboucher sur l’idée de l’existence de « substances » séparées dans la réalité.

13On pourrait souhaiter, avec Norbert Elias, que les disciplines scientifiques cessent « de construire, à partir du segment limité d’êtres humains soumis à leur examen, un modèle unitaire de l’homme qui repose par là même sur une base factuelle beaucoup trop étroite » (Elias, 2010, p. 54). D’autant que chacune d’entre elles présente « son propre type d’explication comme exhaustif et exclusif » (Ibid., p. 51-52). L’ethnocentrisme disciplinaire, qui fait qu’une discipline défend son « modèle de l’être humain » – homo œconomicus, homo psychanalyticus, homo linguisticus, homo juridicus, homo religiosus, homo æstheticus, homo sociologicus, etc. – comme seul possible, conduit à généraliser à l’ensemble des comportements humains ce qui a été observé et analysé dans un secteur de pratiques ou à partir d’un domaine d’expériences bien spécifiques. Fernand Braudel décrivait très lucidement la situation des sciences de l’homme en 1960 :

« Chaque fois, d’un observatoire à l’autre, l’homme apparaît différent. Et chaque secteur ainsi reconnu est régulièrement promu à la dignité de paysage d’ensemble […]. Chaque science sociale est impérialiste, même si elle se défend de l’être ; elle tend à présenter ses conclusions comme une vision globale de l’homme » (Braudel, 1969, p. 86).

14Tous les grands chercheurs inventifs ont su allier rigueur de la pensée et ouverture maximale d’esprit vis-à-vis des disciplines connexes, avec le souci de ne jamais empêcher la mise en œuvre d’un ars inveniendi par l’application aveugle de démarches ou de méthodes disciplinaires entièrement routinisées. C’est parce qu’ils étaient davantage préoccupés par la construction scientifique pertinente de leur objet – vers laquelle ils étaient conduits du fait de la logique de leur recherche – que par le respect des frontières disciplinaires, qu’ils ont pu faire progresser, chacun à leur façon, les sciences humaines et sociales. Tout en étant ancrés dans une discipline donnée, leur pratique de l’histoire, de la sociologie, de la psychologie, de l’anthropologie ou de la philosophie était riche de la fréquentation régulière des travaux issus des disciplines cousines. Il n’est toutefois sans doute pas inutile de préciser que ce type de parcours, porté par la nécessité d’une création scientifique sans borne, qui ne suit que ce que lui dicte sa logique propre, n’a jamais été et ne sera jamais le produit de l’imposition aveugle de cadres et de collaborations interdisciplinaires par des institutions d’enseignement et de recherche en manque d’imagination.

Hyper-spécialisation

  • 2  Il était inspiré en cela par la manière dont Georges Dumézil problématisait les mythes et les fais (...)

15Dans les années 1970, le philosophe Michel Foucault avait permis de penser des dispositifs de pouvoir transversaux par rapport aux découpages institutionnels (prison, hôpital, caserne, école, usine, etc.) et avait contribué ainsi à forger l'idée selon laquelle les chercheurs pouvaient légitimement se donner pour objet des mécanismes ou des processus sociaux (et, en l'occurrence, des formes d'exercice du pouvoir) qui traversent diverses institutions (Foucault, 1975) 2. De la même façon, une partie des sociologues de l'éducation français (Vincent, 1980 ; Bernard, 1984 et 1986 ; Lahire, 1993 ; Thin, 1998) a pu résister dans les années 1980 et 1990 au cloisonnement sous-disciplinaire (sociologie de l'école, sociologie de la culture, sociologie de la famille, etc.) et souligner le fait que la forme scolaire d'apprentissage n'était pas restée historiquement cloisonnée dans les murs de l'institution scolaire, mais avait très largement diffusé dans nombre d'autres univers par un processus de pédagogisation des rapports sociaux d'apprentissage (Fritsch, 1977). École, familles, institutions d'éducation permanente et de formation professionnelle, institutions socio-culturelles très variées, ont été les lieux d'exercice de ce rapport pédagogique aux autres (enfants comme adultes).

16Le sentiment d'une spécialisation prématurée des chercheurs en sciences sociales était éprouvé par d'autres sociologues et non des moindres. C’était le cas, notamment, de Pierre Bourdieu qui voyait d’un mauvais œil cette tendance, pour des raisons liées à la mise au jour des principes explicatifs des pratiques sociales. Il écrit ainsi, dans son Esquisse pour une auto-analyse, que sa propre dispersion scientifique relative, avec ses dispositions éclectiques,

« était aussi une manière sans doute un peu étrange de travailler à réunifier une science sociale fictivement morcelée et de refuser en pratique la spécialisation qui, imposée par le modèle des sciences les plus avancées, [lui] apparaissait comme tout à fait prématurée dans le cas d'une science commençante » (Bourdieu, 2004).

17Il précise son propos de la façon suivante :

« Je me rappelle notamment le sentiment de scandale que j'avais éprouvé, au congrès mondial de sociologie de Varna, devant le morcellement des groupes de travail entre la sociologie de l'éducation, la sociologie de la culture et la sociologie des intellectuels, qui conduisait chacune de ces "spécialités" à abandonner à une autre les véritables principes explicatifs de ses objets » (Ibid., p. 89).

18Le congrès de Varna eu lieu en septembre 1970. Quarante ans se sont écoulés depuis et l’on peut affirmer sans hésitation que les choses n’ont fait qu’empirer.

19Si Pierre Bourdieu était particulièrement sensible aux problèmes (de nature explicative) engendrés par ces découpages en spécialités ou sous-spécialités, c'est sans doute parce qu'il avait été assez tôt convaincu de l'intérêt théorique de la mise en relation des univers ou des sous-univers sociaux pour comprendre ce qui se trame en chacun d'eux. Traducteur d’Erwin Panofsky, il soulignait dans sa postface l'originalité du point de vue de connaissance de ce dernier qui rendait raison de la relation entre un style architectural (l’architecture gothique) et une forme de pensée (la pensée scolastique) non par l'invocation d'une mystérieuse homologie structurale due à un je ne sais quel « air du temps » ou par la traduction consciente, volontaire et directe d'une « langue théologique » en une « langue architecturale », mais par le rôle structurant de l'institution scolaire comme « force formatrice d'habitudes » :

« dans une société où la transmission de la culture est monopolisée par une école, les affinités profondes qui unissent les œuvres humaines (et, bien sûr, les conduites et les pensées) trouvent leur principe dans l'institution scolaire investie de la fonction de transmettre consciemment et, aussi, pour une part, inconsciemment de l'inconscient » (Bourdieu, 1967).

20À trop vouloir se centrer et se concentrer sur un univers ou un sous-univers singuliers, l'analyste finit par louper la cible en oubliant qu'une partie de la « vérité » (raison d'être, principes structurants ou explicatifs) des pratiques se trouve hors de l'univers ou du sous-univers en question. Les remarques de Pierre Bourdieu sont des plus pertinentes et valent aussi, comme j’ai essayé de le montrer tout au long de ma réflexion, pour le cas d’univers séparés, spécifiques, tels que les champs. Une trop forte division du travail intellectuel, qui aurait pour conséquence de former des historiens ou sociologues de l'art (et, plus précisément, de tel ou tel type d'art) érudits mais « bornés », rendrait impossible une interprétation du type de celle que propose Erwin Panofsky et les dommages scientifiques subis seraient évidemment considérables.

21Il n'est pas sûr que la sociologie soit, aujourd'hui, à ce point sortie de son statut de « science commençante » qu'elle puisse se permettre de découper les objets de la manière dont elle le fait en parcelles de plus en plus petites. Une quarantaine de réseaux thématiques développés dans le cadre de l’Association française de sociologie, près d’une cinquantaine de sections à l’American Sociological Association, aux alentours d’une soixantaine de comités de recherches ou de groupes thématiques pour l’International Sociological Association… Il suffit d'observer la diversité des « Réseaux thématiques en formation » lors du premier congrès de l’Association française de sociologie (AFS, 2004) pour prendre conscience de l'ampleur du problème et des dégâts potentiels. « Sociologie de l'éducation et de la formation » s’y sépare de « Sociologie de la connaissance », de « Sociologie des arts et de la culture » et de « Sociologie des intellectuels » ; de même que « Savoirs, travail, professions », « Sociologie économique », « Sociologie du travail et activités », « Travail (productif et reproductif), rapports sociaux, rapports de genre », « Travail, organisations, emplois » et « Sociologie de la gestion » y sont distingués.

22Plusieurs éléments contribuent à la limitation des objets de recherche et à une certaine spécialisation scientifique. Tout d’abord, sous contrainte de preuves empiriques, les sciences humaines et sociales en général et la sociologie en particulier, ont nécessairement été amenées à réduire progressivement leurs ambitions interprétatives. Il va de soi que lorsqu'on garde à l'esprit les données empiriques déjà existantes qu'il faut mobiliser ou les enquêtes qu'il est nécessaire de concevoir et de réaliser pour soutenir son propos, les ambitions deviennent logiquement plus modestes. L'une des conséquences de cette modestie est l'étude d'objets (populations, domaines, périodes, territoires, etc.) plus restreints, qui rendent possible la constitution d'un corpus empiriquement traitable. Ensuite, le nombre des chercheurs en sciences humaines et sociales a considérablement augmenté depuis le temps des fondateurs. Cette inflation des candidats à la reconnaissance a découragé presqu’automatiquement la majorité d’entre eux de devenir des sociologues touchant à des domaines variés. Se spécialiser est une façon de se distinguer de l’ensemble des concurrents et peut faciliter l’entrée en carrière lorsque la spécialisation relève d’un domaine universitairement « en vogue ». Enfin, les chercheurs travaillent encore beaucoup de manière artisanale (condition d'entrée dans l'univers scientifique, la thèse de doctorat est un travail individuel où le candidat doit faire preuve de sa capacité à mettre en œuvre une recherche personnelle) et les recherches qu’ils mènent s'effectuent sous contrainte de temps (quatre années pour une thèse de doctorat, souvent beaucoup moins pour des travaux de recherche professionnels financés par l'État).

  • 3  Le Petit Robert, 2004, souligné par moi.

23Je ne pense pas que les chercheurs en sciences humaines et sociales doivent regretter d'avoir rompu avec une époque où la philosophie sociale pouvait tenir lieu de sociologie et où tout discours un peu cohérent sur le monde social pouvait être considéré comme sociologique, même quand il ne s'appuyait sur aucune donnée empirique. La sociologie n'a rien perdu à s'éloigner du programme scientifique que fixe aujourd'hui encore la définition du dictionnaire : « Sociologie : Étude scientifique des faits sociaux humains, considérés comme appartenant à un ordre particulier, et étudiés dans leur ensemble ou à un haut degré de généralité 3 ». On ne peut d’ailleurs pas dire que nous soyons allés globalement vers moins de « théorie ». Car il y a « théorie » (théorie sociologique ou théorie de la société) et « théorie » (outils conceptuels permettant de construire sociologiquement des objets) et l'on peut, aujourd'hui comme hier, être animé par une grande ambition théorique ou par un souci de réflexivité théorique, de clarté ou de clarification théorique, sans être pour autant convaincu qu'il faille d'emblée se jeter à corps perdu dans la construction d'une « grande théorie de la société ».

24Un sociologue comme Pierre Bourdieu, qui a opéré le passage d'une philosophie sociale à une science sociale résolument empirique, me semble avoir assez bien défini la solution de compromis, entre désir légitime de théorie et nécessité de maîtriser ses objets de recherche empirique, à la fois la plus ambitieuse et la plus raisonnable, lorsqu'il conseillait en 1992 d'« investir les questions théoriques les plus décisives dans une étude empirique minutieusement menée » et de « demander la solution de tel ou tel problème canonique à des études de cas » en citant en exemple son analyse du fétichisme, qui ne s'en tenait pas au commentaire des textes classiques de Karl Marx ou de Claude Lévi-Strauss, mais s'appuyait sur une enquête portant sur la haute couture et sur la griffe du couturier (Bourdieu, 1992, p. 250).

25Les découpages en spécialité, voire en sous-spécialité, me semblent particulièrement fatals à la compréhension sociologique pour trois grandes raisons. Premièrement, cette division excessive du travail scientifique rend aveugle aux mécanismes ou aux dispositifs transversaux par rapport aux domaines de pratiques ou aux sphères d'activité séparés par l'analyste. Deuxièmement, les domaines ou les sphères d'activité en question entretiennent, en réalité, des liens d'interdépendance structurels (e.g. le fait que le droit soutienne l’économie ou qu’aucun monde ni aucun champ ne soit indépendant de l’économique ou du politique). Troisièmement, les individus passent en permanence de l'un à l'autre de ces domaines ou sphères d’activité et subissent leurs forces parfois contradictoires, ce qui n’est pas sans conséquences du point de vue des dispositions qu’ils incorporent et des comportements qu’ils développent.

26Pour résister à ces tendances, les chercheurs peuvent donc orienter leurs recherches en vue de comparer systématiquement des univers différenciés et déterminer leurs ressemblances comme leurs différences. Ils peuvent aussi s'efforcer de saisir les « couplages structurels » (Niklas Luhmann) entre ces différents univers ou de mesurer les divers effets produits par les transformations d'un univers sur une série d'autres univers. Enfin, ils peuvent appréhender les liens d'interdépendance entre domaines de pratiques séparés en plaçant au cœur de l'étude les individus qui circulent de l'un à l'autre et en examinant la variation de leurs comportements en fonction du domaine considéré.

27Cette dernière voie, qui n’est pas la seule possible, est cependant d'autant plus fructueuse que ces domaines de pratiques ou ces sphères d'activité sont dans des rapports de concurrence, de complémentarité ou de compensation dans la vie des individus. En systématisant l'étude de la variation intra-individuelle des comportements sociaux, on prend conscience du fait que les pratiques sociales individuelles sont incompréhensibles hors de la reconstruction des cadres de socialisation et d'influence qui pèsent successivement, mais aussi simultanément, sur les individus en question. Travailler sur les variations intra-individuelles des comportements et des attitudes suppose de la part du sociologue d'étendre son champ d'observation pour « filer » les mêmes individus dans des situations différentes de leur vie sociale (domaines ou sous-domaines de pratiques, circonstances différentes de la pratique, etc.). Lorsqu'on étudie des individus dans un contexte particulier (culturel, scolaire, familial, sportif, religieux, politique, etc.) ou dans une dimension particulière de leur existence (en tant que consommateurs de musique ou spectateurs de films, lecteurs, élèves ou pratiquants d'un sport, etc.), on prend le risque de céder au travers de la généralisation abusive en déduisant de l'analyse des comportements étudiés des attitudes ou des dispositions générales (parfois une « identité » ou une « culture ») qui n'ont pourtant parfois de pertinence que dans une aire bien délimitée de pratiques.

28La division scientifique du travail invite presque « naturellement » les chercheurs à étudier les pratiques des individus dans un seul domaine (scolaire, familial, conjugal, culturel, lectoral, électoral, artistique, professionnel, religieux, etc.). Cet état scientifique des choses est directement en lien avec le processus de division sociale du travail ou de différenciation des fonctions ou des activités, il en est même l’une des manifestations. La trop grande division du travail scientifique et l'hyper-spécialisation des connaissances qui en découle peuvent ainsi constituer un obstacle au développement de toute vue d'ensemble sur le monde social, à la compréhension des structures invariantes (dispositifs de pouvoir notamment) qui se déploient dans des sphères d'activité très différentes et à la saisie des principes explicatifs de certains phénomènes, mais aussi à l’appréhension du social à l'échelle des variations intra-individuelles des comportements. Si le fonctionnement global du monde social n'est pas indifférent au fait que ce sont les mêmes individus qui agissent, pensent et sentent dans des contextes très différents de la vie sociale, qui en vivent aussi les contradictions en passant constamment d'un univers ou d'un sous-univers à l'autre, alors il est important que le chercheur (quel que soit son domaine originel de prédilection) sorte des ornières de l'hyper-spécialisation pour porter son regard comparatif sur un éventail plus grand de pratiques et de situations. C'est sans doute l'un des moyens pour lui de renouer avec les plus hautes ambitions théoriques sans retomber dans les errements d'une théorie sociale sans fondement empirique.

Un monde social parcellisé

  • 4  On remarquera que si Pierre Bourdieu a constamment déplacé son regard d’un « champ » à l’autre (ha (...)

29Il me paraît évident que les sciences humaines et sociales (sociologie, économie, linguistique, psychologie, anthropologie, histoire, géographie, démographie, etc.) se sont trop strictement réparti les tâches et les « objets » de connaissance et qu’elles ont tout aussi hâtivement cédé à l’hyper-spécialisation tout au long du xxe siècle. Produit d’un long processus de division du travail, la sociologie participe de ce mouvement en ne proposant elle-même que des versions partielles et parcellisées de l’acteur et de la société. Pourtant, pour gagner en distanciation et en force explicative, elle devrait prendre pour objet la différenciation sociale des activités et l’ensemble de ses conséquences sociales et psychiques, au lieu de se contenter d’accompagner et même d’épouser, jusque dans son mode de pensée, le mouvement différenciateur. Des concepts comme ceux de « champ » ou de « monde », qui avaient pour vertu initiale de spécifier les cadres de l’action, sont eux aussi devenus des instruments de cette spécialisation : chacun peut devenir spécialiste d’un champ ou d’un monde et ne plus communiquer avec les spécialistes d’autres champs ou d’autres mondes 4. Cela empêche en fin de compte de voir les interdépendances, les interpénétrations, les circulations ou les transferts entre les différents microcosmes.

30Le problème réside cependant dans le fait que la spécialisation du travail s’accompagne d’un processus de « professionnalisation » qui constitue, sans conteste, un gain de rigueur et de précision scientifiques. On a donc fini par associer spécialisation et scientificité : la sociologie, qui avait des ambitions trop grandes, a, pense-t-on, « raisonnablement » limité ses champs d’investigation afin de pouvoir produire des connaissances plus précises et notamment fondées sur des données empiriques « de première main ». Mais à trop vouloir diviser, on ne se donne plus les moyens de comprendre la division (ou la différenciation) sociale des fonctions et ses nombreuses conséquences, tant sur le plan de l’organisation collective qu’en matière de constitution des patrimoines individuels de compétences et de dispositions. On n’est enfin plus en mesure de saisir des totalités ou de mettre en évidence les grandes propriétés ou les tendances les plus significatives de nos formations sociales comme en avaient été capables les premiers grands penseurs du social : capitalisme, processus de rationalisation, processus de civilisation, processus de bureaucratisation, etc.

31Dans la perspective d’un empirisme ethnographique ou monographique capable de produire des connaissances solides sur des réalités circonscrites (un quartier, un club sportif, une école, un bar, une entreprise, etc.), les chercheurs décrivent et analysent des réalités sociales, institutionnelles, à hauteur des acteurs concernés et de leurs représentations (« au ras du sol », selon l’expression de l’historien Jacques Revel parlant de la micro-histoire), saisissent les perceptions croisées, les multiples interactions, les types de « négociations » individuelles, les formes de vie ou d’activité locales mais sans toujours donner un sens plus large à ce qui est observé localement. Les lecteurs y apprennent indéniablement des choses, surtout lorsqu’ils ne connaissent pas les pratiques, les populations ou les institutions étudiées et que l’investigation scientifique fait tomber quelques illusions et bousculent quelques lieux communs. Mais la perspective sociologique reste souvent très courte, sans ambition générale, et ne nous dit pas grand chose de l’état du monde dans lequel nous vivons. En lisant Émile Durkheim, Max Weber, Karl Marx, Norbert Elias ou Pierre Bourdieu, le lecteur avait au contraire l’impression, même lorsqu’ils s’intéressaient à des objets empiriquement bien délimités, de saisir des processus ou des mécanismes sociaux très généraux, très structurants.

32Malgré tout ce qui me sépare sociologiquement d’un auteur comme François Dubet, je pense que celui-ci a émis un constat assez juste quant à l’état d’« éclatement de la sociologie » et pointé le vrai problème que constitue la montée des éclairages parcellisés de la réalité sociale : « Cette forme d’éclatement de la sociologie », écrit-il,

« explique le véritable "triomphe pratique" réservé à l’interactionnisme et confère une certaine légitimité théorique aux descriptions et aux analyses à moyenne, voire à faible portée, en alignant quelques truismes bien sentis : les situations et les données sont construites, les individus agissent dans des contextes, ils veulent se débarrasser du "sale boulot", les normes se discutent et la déviance s’apprend, l’identité est produite par le regard d’autrui, mais l’on y résiste avec un mélange de ruse et de cynisme, il faut bien "calmer le jobard"… Tous ces micro-mécanismes, fort importants d’ailleurs, acquièrent ainsi une sorte de dignité théorique. Et l’on vantera la finesse des observations. On pouvait sans doute comprendre cette passion pour le "micro" après les orgies "fonctionnalistes" des années soixante-dix ; mais le risque encouru est celui de faire de la sociologie un exercice qui ne soit plus commandé que par le génie ou l’insignifiance. Le génie, c’est celui de Goffman et de quelques autres. L’insignifiance serait que cette sociologie ne nous dise rien en dehors de ce qu’elle dit et qui n’est que ce que les acteurs disent eux-mêmes assez spontanément : ils s’arrangent et se débrouillent. On peut alors préférer bien des romanciers, à commencer par Proust, ou des cinéastes, comme Altman, auteur de films goffmaniens » (Dubet, 2004, p. 227).

  • 5  François Dubet exemplifie son appréciation en disant : « On comprend bien comment on devient fumeu (...)

33Les travaux se multiplient – avec notamment la multiplication du nombre de doctorants – pour apporter de la lumière sur ce que font des acteurs donnés à tel ou tel endroit de l’espace social et sur la manière dont cela se passe, ici ou là (qu’est-ce qui se fabrique ou se trame ici ?), mais sans que l’on sache vraiment la place, la fonction ou le sens général (pour la formation sociale dans son ensemble et du point de vue de l’histoire des sociétés) de ce qu’on nous décrit 5. Mais le problème soulevé n’est pas, me semble-t-il, l’effet du seul courant interactionniste. Loin de là. On trouve dans des secteurs extrêmement différents de la sociologie le même processus à l’œuvre. Le problème me paraît, du même coup, beaucoup plus grave et général que cela et en grande partie l’effet non réfléchi de l’accroissement du nombre de sociologues et de la division excessive du travail scientifique qui l’a accompagné.

34S’il existe de nombreuses raisons de se réjouir de l’état scientifique de la discipline sociologique (globalement beaucoup plus professionnalisée et rigoureuse qu’elle ne le fut dans le passé), il me paraît urgent que les sociologues – et plus largement les chercheurs en sciences humaines et sociales – résistent à l’éparpillement et à la dissémination des objets que leur impose un certain état de la division du travail scientifique. Conseillant aux jeunes chercheurs de « piller la philosophie » pour élaborer des enquêtes empiriques théoriquement charpentées et fortes d’enjeux scientifiques généraux, Jean-Claude Passeron affirmait en 1996 : « Quand la sociologie va mal – cela arrive de temps à autre – ce n'est pas qu'elle manque de questionnaires, ni de bras, ou même de crédits, mais d'idées » (Passeron, 1996, p. 291). D’idées et d’ambitions.

Haut de page

Bibliographie

afs (2004), Premier Congrès de l'Association Française de Sociologie, Paris, AFS Éditions.

Bernard R. (1984), « Quelques remarques sur le procès de socialisation et la socialisation scolaire », Les Dossiers de l'éducation, n° 5, pp. 17-22.

Bernard R. (1986), « Les petites écoles d'Ancien Régime, lectures et hypothèses », Cahiers de recherche n° 6, GRPS, Université Lumière Lyon 2, pp. 9-58.

Bourdieu P. (1967), « Postface », dans Panofsky E., Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, Éditions de Minuit, pp. 147-148.

Bourdieu P. (1987), Choses dites, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu P. (1992), Les Règles de l'art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. (2004), Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Éditions Raisons d'agir.

Braudel F. (1969), « Université et diversité des sciences de l’homme », dans Braudel F., Écrits sur l’histoire, Paris, Éditions Flammarion.

Dubet F. (2004), « Pourquoi rester "classique" ? », Revue du MAUSS, vol. 2, no 24.

Durkheim É. (1975 [1900]), « La sociologie et son domaine scientifique », Textes. 1. Éléments d'une théorie sociale, Paris, Éditions Minuit.

Durkheim É. (1991 [1893]), De la Division du travail social, Paris, Presses universitaires de France.

Elias N. (1991), La Société des individus, Paris, Éditions Fayard.

Elias N. (2010), Au-delà de Freud. Les rapports entre sociologie et psychologie, Paris, Éditions La Découverte.

Foucault M. (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Éditions Gallimard.

Fritsch P. (1977), « L'éducation permanente ou l'empire pédagogique », Cahiers de recherche n° 1, GRPS, Université Lumière Lyon 2, pp. 100-142.

Houdeville G. (2006), Des Sociologues à la sociologie. Les conditions et les effets de l'autonomisation d'une discipline dans l'espace académique français : la sociologie après 1945, thèse de sociologie, Université de Nantes, 24 mars.

Houdeville G. (2007), Le Métier de sociologue en France depuis 1945. Renaissance d’une discipline, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Lahire B. (1993), Culture écrite et inégalités scolaires. Sociologie de l’« échec scolaire » à l'école primaire, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Passeron J.-C. (1996), « Entretien avec Jean-Claude Passeron. Un itinéraire de sociologue », Revue européenne des sciences sociales, Tome XXXIV, n° 103.

Schorske C. E. (1995), « Pierre Bourdieu face au problème de l'autonomie », Critique, n° 579/580, août-septembre, pp. 697-698.

Thin D. (1998), Quartier populaires. L'école et les familles, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Vincent G. (1980), L'École primaire française, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Haut de page

Notes

1  Ce texte est une version abrégée et remaniée du texte de la conférence (« Misère de l'hyper-spécialisation et dérives du professionnalisme : les conditions de l'invention scientifique dans les sciences humaines et sociales ») prononcée le 30 septembre 2011 dans le cadre du programme doctoral commun à l'ISCTE (Instituto Superior de Ciencias do Trabalho et da Empresa), au Département de sociologie de l'Institut Universitaire de Lisbonne et au Département de sociologie de l'Université de Porto. Je tiens à remercier tout particulièrement Maria das Dores Guerreiro et Antonio Firmino da Costa. On trouvera un développement et une contextualisation théorique de ces remarques dans l’ouvrage Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, à paraître en mars 2012 aux Éditions du Seuil (« La couleur des idées »).

2  Il était inspiré en cela par la manière dont Georges Dumézil problématisait les mythes et les faisait travailler sur de tout autres terrains.

3  Le Petit Robert, 2004, souligné par moi.

4  On remarquera que si Pierre Bourdieu a constamment déplacé son regard d’un « champ » à l’autre (haute couture, journalisme, science, université, politique, droit, économie, littérature, religion, etc.), les chercheurs des générations suivantes utilisant ses concepts sont, eux, entièrement dédiés à l’analyse d’un champ particulier (spécialistes du champ littéraire, du champ journalistique, du champ politique, du champ philosophique, etc.).

5  François Dubet exemplifie son appréciation en disant : « On comprend bien comment on devient fumeur de marijuana sans expliquer pour autant pourquoi une "société" fume plus ou moins. », (Ibid., p. 228).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Lahire, « Des effets délétères de la division scientifique du travail sur l’évolution de la sociologie  », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3799

Haut de page

Auteur

Bernard Lahire

Professeur de sociologie à l'École Normale Supérieure de Lyon - Responsable de l’Équipe « Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations » (Centre Max Weber, UMR 5283 CNRS) - bernard.lahire@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page