Navigation – Plan du site
Penser les inégalités

Les jeux d'échelle des inégalités

Introduction au débat « Penser les inégalités »
Marc-Henry Soulet

Texte intégral

1Plusieurs constats sautent aux yeux à l’examen des contributions sociologiques récentes sur les inégalités : a) une diffraction de l'objet des inégalités faisant défiler des inégalités de statut, de condition, d'accès, des chances, de résultat, de participation, de possibilité, de capacité ; b) une dilution de la consistance conceptuelle de la notion d'inégalité qui ne semble désormais prendre son sens que mise en miroir avec une série d'autres notions : domination, ségrégation, discrimination, exploitation, minoration, infériorisation, différenciation, paupérisation… (la liste n'est pas limitative) ; c) un émiettement des victimes des inégalités : les albinos, les femmes, les jeunes, les porteurs du VIH, les orphelins, les autochtones, les personnes violées, les personnes battues, les victimes d'inceste, les personnes dépendantes… Tout ou presque est « inégalisable » ; d) un écartèlement des propositions de renouvellement théorique de l'analyse des inégalités : comment relier en effet une perspective intersectionnaliste qui renouvelle sous une forme militante l'attribution causale multi-variée, une perspective internationaliste qui oscille entre les sphères éthérées de la justice globale tiraillées entre John Rawls, Amartya Sen et Michael Walzer et le bourbier de la solidarité planétaire qu'elle soit militante, civique, humanitaire ou écologique avec en arrière-plan l'énigme d'une politique de la mondialité ; et enfin une perspective moraliste qui, en proposant une sociologie de l'attribution morale, n'échappe pas aux apories de toute sociologie des sentiments, i.e. l'oscillation continuelle entre historisme, constructivisme et naturalisme ? e) une transmutation statutaire des inégalités qui ne semblent plus être ce qu'il faut expliquer mais ce qui explique une situation de souffrance, de victimité, d'injustice, bref quelque chose qui est au départ d'autre chose mais qui n'est plus en soi à expliquer, un donné non discutable.

2Mais, pour qui veut aller au-delà de ces premiers constats, il semble possible de rassembler l'essentiel des propos et des débats autour de deux grandes tensions. La première tension marque l’opposition entre objectivation (constater les inégalités) et énonciation (dire les inégalités). L’objectivation marque des inégalités comparées sur un plan factuel par rapport à un autre groupe social, par exemple les inégalités des enfants des classes populaires à l'école face à ceux des classes supérieures et des inégalités référées normativement par rapport à ce qui devrait être, par exemple les enfants sous-scolarisés par rapport à la norme de scolarisation. L’énonciation révèle des inégalités ressenties sur le mode de l'injustice, par exemple l'élève se sentant mal noté et des inégalités choisies sous la forme d'une affirmation de différence stigmatisée, le cancre comme marqueur d'une inadéquation foncière de l'école à son ethos.

3La seconde tension traduit, quant à elle, la distance entre essentialisation (consacrer les inégalités) et mise en relation (spécifier de qui on est l'inégal). L'essentialisation, animée par la recherche de l’inégal, repose sur un phénomène d'imputation, d'incorporation ou d'affirmation du statut d'inégalitaire qui peut prendre quatre figures : la classe inégale en raison d'un phénomène de domination structurelle (la classe ouvrière) ; le groupe inégal en raison d'un phénomène de défavorisation situationnelle (les étudiants primo-scolarisés) ; le collectif inégal en raison d'un phénomène de différenciation institutionnelle (une minorité sexuelle) ; et l'individu inégal en raison d'un phénomène de discrimination existentielle (une victime de harcèlement moral au travail).

4La mise en relation, portée par la recherche de ce par rapport à qui il y a inégalité, trace trois registres des inégalités :

  • les inégalités verticales intergroupes, révélées par la mesure de l'écart de condition (revenu, position, résultat…) entre un groupe A et un groupe B. Ces inégalités sont hétéro-mobiles au sens où leur thématisation politique est bien souvent exogène, en grande partie tout au moins, aux groupes en question ;

  • les inégalités horizontales intragroupes nées de la perception subjective d'une discrimination entre moi et mes semblables vécue sous la forme d'une injustice. Ces inégalités sont davantage automobiles car publicisées par la plainte de celui qui ressent cette situation ;

  • les inégalités asymétriques interpôles émergent du traitement inéquitable d'une différence entre une minorité et une majorité. Ces inégalités, que l'on pourrait appeler « écho-mobiles », adviennent à l'espace public par un jeu de réponse entre affirmation d'une identité minoritaire sur la base de la différence discriminée et reconnaissance de particularismes de cette même minorité par le groupe majoritaire.

5Si l’on essaie maintenant de rassembler le propos après la présentation de ces deux couples de tension, on peut alors convenir du fait que penser les inégalités, c'est nécessairement produire une combinatoire de dimensions relevant de registres différents, c'est se situer dans les jeux d'échelle des inégalités. Quels sont donc ces registres et quelles en sont les dimensions à mobiliser dans ce travail d'articulation ? Il est possible rapidement d'en distinguer cinq.

  • le registre de la finalisation incluant l'objectivation des inégalités, l'analyse de ses effets, leur dénonciation et leur légitimation.

  • le registre de la problématisation sociale prenant la forme de la plainte individuelle exprimant une injustice, de la revendication collective dénonçant un désavantage et de la thématisation politique affirmant la reconnaissance publique d'une défavorisation.

  • le registre de la méthode oscillant entre une perspective morphologique renvoyant à des effets de structure, supposant souvent le recours à l'analyse quantitative pour repérer et mesurer les écarts et une perspective dynamique renvoyant aux conséquences ressenties des inégalités, supposant le plus souvent le recours à une démarche qualitative pour accéder à l'intériorité de l'inégal, victime et souffrant.

  • le registre de l'explication balançant entre un niveau structurel en raison de mécanismes de reproduction, un niveau institutionnel en raison d'effets d'établissement ou de programme et un niveau individuel en raison d'un différentiel de qualités.

  • le registre de l'action publique voyant se côtoyer une logique de redistribution pour réduire les inégalités, une logique de libéralisation pour atténuer les obstacles institutionnels à l'accomplissement des compétences des individus, une logique de capacitation pour équiper les individus afin qu'ils réalisent socialement les qualités dont ils sont porteurs et une logique de discrimination positive pour soutenir les plus inégalisés réellement afin de leur permettre de retrouver une égalité formelle.

6On le voit, pour qui veut aujourd’hui s'engager dans un « penser les inégalités » au sens de proposer une sociologie des inégalités, le chemin est semé d’embûches. Par contre, la voie est ouverte à des thématisations sociologiques de l'inégalité comme autant de manières de penser le social et le travail sur celui-ci. C’est en tout cas la voie choisie dans ce débat que nous voudrions ouvrir à tous ceux qui s’attache dans leurs travaux singuliers à mettre en scène la question des inégalités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Henry Soulet, « Les jeux d'échelle des inégalités », SociologieS [En ligne], Débats, Penser les inégalités, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 23 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3742

Haut de page

Auteur

Marc-Henry Soulet

Articles du même auteur

Haut de page