Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

La sociologie au Maroc

Grandes étapes et jalons thématiques
Hassan Rachik et Rahma Bourqia

Résumés

Sans prétendre à l’exhaustivité, l’article donne un aperçu de la genèse et du développement de la sociologie, produite par les sociologues marocains, depuis l’indépendance du Maroc et jusqu’en 2006. Il faire ressortir les grandes étapes, les grands thèmes de recherche et éventuellement les paradigmes théoriques qui les orientent, tout en tenant compte du caractère flou des frontières entre la sociologie et d’autres disciplines, notamment l’anthropologie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article s’est basé sur les éléments d’un rapport réalisé par Hassan Rachik (2007) dans le cadre (...)
  • 2 Cet article survole surtout une littérature sociologique produite en français. Il est à noter que l (...)

1Sans prétendre à l’exhaustivité, le présent article tente de donner un aperçu de la genèse et du développement de la sociologie, produite par les sociologues marocains, depuis l’indépendance du Maroc (1959-2006) 1, de faire ressortir de manière schématique les grandes étapes, les grands thèmes de recherche et éventuellement les paradigmes théoriques qui les orientent 2.

2Il faut attirer l’attention sur une difficulté inhérente essentiellement aux champs scientifiques « jeunes » où les limites entre les disciplines ne sont pas souvent tranchées. Plusieurs chercheurs, notamment à partir des années 1980, « mélangent les genres ». Nous serons donc attentifs à cette caractéristique et tenterons, autant que possible, de tenir compte du caractère flou des frontières entre la sociologie et d’autres disciplines, notamment l’anthropologie. Comme la masse critique de chercheurs permettant l’autonomie des champs n’est pas encore atteinte, on assiste à un va-et-vient entre plusieurs disciplines, ce qui crée des identités scientifiques complexes, floues, mixtes ou ambiguës (sociologue et anthropologue, politologue et anthropologue…).

D’Ibn Khaldoun à la sociologie coloniale

3La sociologie après l’indépendance du Maroc se retrouve avec un legs d’études et de monographies produites durant la période coloniale par des sociologues et des officiers des affaires indigènes, mobilisés par l’administration coloniale au profit d’une intervention se basant sur une connaissance de la société marocaine de l’époque.

4Signalons que suivre le grand itinéraire de la sociologie en terre marocaine ne pourrait se faire sans évoquer Ibn Khaldoun, que les sociologues marocains des années d’après l’indépendance enseignaient aux étudiants comme un précurseur de la sociologie. La figure d’Ibn Khaldoun demeure insolite dans l’histoire de la pensée sociologique arabe. S’il a initié une sorte d’objectivité dans l’analyse de la dynamique des sociétés et des dynasties, il n’a pas été suivi dans cette voie par ses successeurs penseurs arabes qui se sont inscrits dans la continuité d’une lecture normative et religieuse de la société. Pourquoi Ibn Khaldoun est-il demeuré sans héritiers dans la pensée arabe ? Une telle question dépasse le cadre de cette contribution.

5La réflexion sur la sociologie au Maroc, son évolution et ses thématiques, débouche sur « cette naissance illégitime » qui eut lieu durant la période coloniale. Déjà la sociologie est associée à une déterritorialisation de la science au profit de l’expansion coloniale qui ne pouvait se passer de la connaissance du colonisé. Revenir sur cela, c’est revenir sur une demande idéologique dans sa forme la plus accomplie. Les publications régulières telles que les Archives Berbères, Hespéris Tamuda, Archives marocaines, ainsi que l’abondante littérature sociologique, encadrée à la fois par les sociologues français et par les officiers des affaires indigènes ont constitué un héritage colossal et nécessaire à la connaissance de la société marocaine de l’époque.

6La demande faite à la sociologie provient d’un projet de société. Il s’agit d’un projet colonial où la science est mobilisée pour fournir un encadrement scientifique. Inutile de rappeler la thèse de Robert Montagne sur « les berbères et le Makhzen » qui représente le summum de la théorie coloniale. Néanmoins, affirmer le caractère idéologique et colonial de la sociologie coloniale est une tautologie. Ce fait, cependant, ne lui retire point le mérite d’être une connaissance empirique organisée et fouillée. Examiner ce savoir, ses thématiques est un projet qui dépasse le cadre de cet article. Mais soulignons néanmoins qu’une sociologie naissante après l’indépendance du Maroc en 1956commence par se positionner par rapport à cet héritage.

Engagement et décolonisation

7La genèse de la sociologie du Maroc indépendant est fortement associée au nom de Paul Pascon (1932-1985, naturalisé marocain en janvier 1964). Il fonda avec des collègues appartenant à différentes disciplines la première structure de « recherche ». Faire de la sociologie était alors conçu comme une action militante qui devait compter sur le rôle de l’État. Et comme l’État était perçu comme l’acteur central du changement et du développement, les premiers chercheurs, majoritairement de gauche, étaient, pour ainsi dire, forcés d’accompagner, d’impulser, d’orienter l’action publique tout en défendant leur engagement politique, leur autonomie de pensée et l’intérêt des masses populaires. La majorité des études à caractère sociologique, effectuée par Paul Pascon et ses collègues, était réalisée dans le cadre des politiques publiques (politique agraire, politique hydraulique…).

  • 3 Mohamed Guessous (né en 1939) a fortement contribué à la formation de la première génération de soc (...)

8Si l’apport de Paul Pascon à la sociologie rurale a été des plus importants, en raison de sa production qui témoigne d’une rigueur scientifique, d’autres sociologues affiliés à d’autres institutions universitaires se sont inscrits dans cette sociologie d’engagement tels que Abdelkébir Khatibi et Mohamed Guessous 3.

9La sociologie pratiquée dans les années 1960 et 1970 se voulait critique sur le plan théorique et politique. Décoloniser l’appareil conceptuel colonial était presque un slogan, une précaution que tout chercheur – progressiste – doit professer et éventuellement mettre en œuvre. Selon Abdelkébir Khatibi, la « décolonisation de la sociologie suppose une non dépendance scientifique de la métropole et une politique scientifique critique basée sur l’analyse comparative des pays sous-analysés ou plutôt mal analysés » (Khatibi, [1981] 2002, p. 42).

10La tâche essentielle de la sociologie consiste à mener un double travail critique : déconstruire les concepts ethnocentristes des sociologues qui ont parlé à la place des Marocains, et mener une critique du savoir et des discours élaborés par la société marocaine (ou arabe) sur elle-même. Dans un article intitulé « Décolonisation de la sociologie », Abdelkébir Khatibi écrit :

« Du point de vue de ce qu’on appelle encore le tiers monde, nous ne pouvons prétendre que la décolonisation a pu promouvoir une pensée radicalement critique vis-à-vis de la machine idéologique de l’impérialisme et de l’ethnocentrisme, une décolonisation qui serait en même temps une déconstruction [emprunté à Jaques Derrida] des discours qui participent, de manières variées et plus ou moins dissimulées, à la domination impériale… » (Khatibi ([1981] 2002, pp. 113-129).

11Pour la première génération des sociologues marocains, la recherche et l’engagement politique devaient aller de pair. À cette époque, l’engagement dans un projet de société plus ou moins défini et explicité allait de soi. Ceci se traduit par ce que Paul Pascon (1983) appelait une « sociologie d’action », notion plus proche d’une sociologie appliquée engagée. Dans un texte programmatique, La Sociologie : pourquoi faire?, il pose les grands principes de son activité scientifique (Pascon, 1986, pp. 59-70). Selon, lui la connaissance doit être faite pour transformer le monde, la sociologie politiquement neutre est inopérante... La défense des paysans et des masses exploitées doit animer l’activité du sociologue (« Les ruraux doivent émerger au rang de l’expression politique », « Nous aimerions que ce soient les ruraux qui posent des questions… »).

12Le cadre de cette sociologie militante est que l’enseignement de la sociologie était considéré comme une action militante en soi. Cette tendance se reflète dans les cours et les travaux de Mohamed Guessous qui mobilise en tant que militant politique son savoir sociologique et inversement. Intervenant dans des débats politiques, sur des questions liées à la démocratie, à l’enseignement, au développement, etc., il a souvent la hantise de préciser de façon pédagogique ce qu’il trouve confus et ambiguë. Il est fréquent de trouver dans ses entretiens des exposés critiques, quoique succincts et simplifiés, sur les théories et les concepts du changement, de la modernisation, de la spécificité, de la culture et de l’idéologie. Il faut ajouter que la majorité de ses entretiens est publiée dans des revues académiques et sont conduits par des enseignants-chercheurs. D’autres textes à caractère académique sont également publiés en langue arabe. À titre d’exemple, un cours sur la rationalité, la modernité et les enjeux du cours de sociologie au Maroc, un texte inédit sur les chefferies (al qiyadate) et les stratifications sociales.

13Les premières productions sociologiques de l’Indépendance étaient donc dominées par ce que Karl Popper appelle l’« épistémologie optimiste » que traduit partiellement l’idée de la décolonisation des concepts et des sciences occidentales. C’est une tradition intellectuelle qui remonte, au moins, jusqu’à Francis Bacon et qui soutient que la vérité se manifeste d’elle-même une fois l’observateur débarrassé des préjugés, des prénotions, des idéologies, etc. Certains pensent que les chercheurs qui ont de mauvaises intentions ne peuvent produire que des données erronées. D’autres admettent, au contraire, que des recherches fondées sur des thèses erronées peuvent conduire à des faits vrais et, donc, utilisables. Dans ce sens, on pense que la production coloniale serait utile à condition de séparer les faits empiriques des théories colonialistes qui les travestissaient en leur attribuant des sens erronés. Il suffirait de décoloniser les concepts utilisés par les chercheurs coloniaux pour re-trouver des faits purifiés de toute idéologie coloniale.

14Paul Pascon (1983) soutenait que la recherche ne servait à rien si elle ne dévoilait rien. La sociologie était dominée par la logique du dévoilement de ce qui est dissimulé et occulté, de la correction d’une réalité sociale déformée ou appauvrie, de la transformation de la société. Toutefois, c’est dans ce cadre idéologique qu’est né l’intérêt pour l’étude de terrain. Celui-ci serait initialement moins motivé par les exigences de l’observation directe que par la communication avec les masses et les couches défavorisées (ouvriers, paysans, femmes rurales, jeunes ruraux…). Néanmoins, on ne peut réduire l’intérêt initial au terrain aux seules motivations idéologiques. Paul Pascon était en plus « habité » par le goût du détail, par la préparation minutieuse de ses études qui ont fait que le terrain n’a pas été réduit aux visites sympathiques d’un militant ni aux missions éphémères d’un expert. Cela serait dû aussi à sa formation en sciences naturelles.

15Pour des raisons d’ordre pratique et politique, l’histoire de la sociologie, et plus tard celle de l’anthropologie, sera dominée par les études en milieu rural. Les expériences initiales étaient acquises en milieu rural où l’action publique offrait, dans le cadre de projets de développement, des opportunités pour mener des enquêtes de terrain. Ceci était tellement évident que faire du terrain était devenu synonyme de déplacement en campagne. L’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II et plus précisément son Département des Sciences Humaines, qui est essentiellement tourné vers le rural, est venu, dans les années 1970, consacrer et accentuer cette orientation « ruraliste » de la sociologie et de l’anthropologie.

Une approche holiste

16Sur le plan des paradigmes théoriques, les années 1960 et 1970 ont été dominées par la théorie marxiste. La sociologie de l’époque essayait d’expliquer le fonctionnement de la société dans une perspective holiste.

  • 4 Ces textes ont été publiés respectivement en 1971 par Paul Pascon et en 1967 par Abdelkébir Khatibi (...)

17Paul Pascon approche la société du Haouz et la société marocaine en général en utilisant des concepts holistes comme la formation sociale, le mode de production, la société composite, les classes sociales, les paliers de la réalité sociale, etc. (Pascon, 1983 ; Khatibi, 2002) 4. La société du Haouz est composite

« c’est-à-dire qu’elle n’est pas purement ceci ou cela, mais que plusieurs modes de production participent à sa formation sociale […] : patriarcat, tribalisme, féodalisme, capitalisme. Le socialisme aussi, mais ce dernier type de formation sociale n’existe qu’au niveau de l’idéologie et d’organisation politique » (Pascon, 1983, p. 591).

18La question est de savoir comment s’agencent ces modes de production :

« La formation sociale dans le Haouz aujourd’hui est caïdale-makhzénienne, liquidant le tribalisme et dominant le patriarcat – lequel a trouvé refuge dans la famille étroite et la surexploitation des femmes et des enfants. Mais ce caïdalisme est lui-même dominé par le capitalisme international dans la sphère de la production et de l’échange » ((Pascon, 1983).

19La conséquence au niveau du comportement social est que « l’homme de la société composite joue sur tous les claviers, sur tous les registres » (op. cit.). Cette vision holiste de la société traversait d’autres études sociologiques. Abdelkébir Khatibi produit un texte sur les hiérarchies sociales. Abdellah Hammoudi (1977) utilisait les notions d’étude intégrée et de développement intégré. L’influence de l’approche holiste sera progressivement remise en question. Déjà, à la fin du livre sur le Haouz et dans une page consacrée aux remerciements, Paul Pascon fait un aveu significatif.

« …après avoir relu ce livre, j’ai l’impression de ne pas avoir parlé d’eux [les habitants du Haouz] mais d’avoir parlé à travers eux, au dessus, en dessous, à côté. Jaques Berque disait pendant la soutenance “C’est une métathèse”. Exact ! J’ai mieux compris les groupes, les démarches, les procédures que les comportements des individus. Ils me sont encore insaisissables, vibrant entre tant de solutions et de possibilités. Plein de tant de richesses, dignes de tant de précautions, que je ne suis parvenu à les conceptualiser » (Pascon, 1983)

20Cette difficulté théorique proviendrait du fait que Paul Pascon considérait séparément les logiques collectives et les logiques individuelles. La possibilité même qu’il envisage d’avoir compris les groupes sociaux en dehors des comportements de leurs membres en est une preuve.

Une sociologie du féminin accompagnant

21C’est dans l’équipe de Paul Pascon qu’apparaît la première enquête sur les femmes. Malika Belghiti est la première sociologue à avoir mené des études de terrain sur les femmes ([1969] 1978 ; Belghiti & Tamou, 1971). Comme dans toute enquête initiale et exploratoire, les entrées étaient nombreuses et l’objectif de l’étude vaste : la connaissance du milieu rural féminin. Toutefois, l’intérêt de l’étude est qu’elle apportait des informations détaillées sur la manière dont les femmes elles-mêmes concevaient leurs activités et leurs problèmes.

22Fatima Mernissi ([1975] 1983, 1991) a amorcé une nouvelle dynamique autour des « études féminines ». Ses publications se situent entre l’essai qui emprunte ses matériaux à l’histoire du monde musulman (structures politiques, culture, pensée religieuse…) et l’enquête de terrain basée sur l’observation directe et les entretiens. Voici comment elle présente l’objectif d’un collectif de chercheurs créé en 1981 autour des questions de la famille, de la femme et de l’enfant :

« Contribuer à l’accumulation de l’information scientifique sur la femme. Et quand je dis scientifique, je veux dire des données sur le réel, le vécu féminin… Développer le discours scientifique sur la condition féminine est certainement une manière de contribuer à l’amélioration de cette condition. » (Mernissi, 1987).

  • 5 Parmi les sociologues et les anthropologues qui ont participé aux publications du collectif : Aïcha (...)

23Le collectif en question groupait une vingtaine de membres appartenant à différentes disciplines 5. Dans le cadre de la collection « Approches » (Ed Le Fennec) dirigée par Aicha Belarbi, neuf livres collectifs sur les femmes ont été publiés entre 1987 et 1999. Les contributions sont publiées soit en arabe soit en français. Les titres des livres donnent une idée sur les thèmes traités : Portraits de femmes (1987), Femmes et pouvoirs (1988), Femmes partagées, famille-travail (1989), Corps au féminin (1991), Couples en question (1992), Être jeune fille (1994), Femmes rurales (1995), Femmes et islam (1998), Initiatives féminines (1999).

24Depuis les années 1980, les publications et les colloques concernant la femme vont se multiplier (Mernissi, [1975] 1983, 1991 ; Naamane-Guessous, 1988 ; Belarbi, 1993 ; Bourqia, 1996 ; Bourqia, Charrad & Gallagher, 1996). Ceci a été favorisé par le nombre croissant de chercheurs femmes, et par l’intérêt et le soutien financier accordés par certains organismes internationaux à la question de la femme et de l’enfant. C’est une nouvelle configuration du champ sociologique qui va se dessiner : nouveaux acteurs, nouvelles valeurs et nouvelles problématiques.

25Le rapport entre la recherche et l’engagement politique est maintenu, mais il prend d’autres formes (El Ayadi, 2002). La majorité des études sur la femme et l’enfant est habitée par le souci de changer la condition de la femme et par conséquent accompagner le mouvement féministe. L’approche se veut néanmoins à la fois académique et critique.

26Il est trivial en sciences sociales (depuis les travaux de Heinrich Rickert, Max  Weber…) de reconnaître que le rapport aux valeurs oriente le choix des objets étudiés. Les études rurales, puis les études féminines, ont été influencées par des systèmes de valeurs plus ou moins structurés. Travailler sur les femmes rurales, les paysans, les femmes salariées, les enfants de rue etc., n’est pas l’effet du hasard. Seulement, il faut noter une différence significative entre les différentes générations des sociologues. La première génération s’inspirait de l’idéologie marxiste qui offrait une vision totale du monde. Les générations suivantes étaient plus influencées par des idéologies sectorielles, des idéologies moins structurées et moins totalitaires (féminisme, droits de l’homme…).

Une sociologie d’exploration

27S’inspirant de la sémiologie de Roland Barthes et Jean Baudrillard, Abdelkébir Khatibi a orienté certains de ses écrits vers un décodage des signes culturels. Son texte sur le tatouage au Maroc en constitue une illustration. Loin donc des champs de l’action publique et du terrain, il a creusé de nouveaux sillons. Déjà apprenti sociologue, il transportait avec lui plus de bagage littéraire que sociologique. En plus des essais et des romans, qui ne rentrent pas dans le cadre du présent article, il a étudié les questions du langage, du signe, du corps et de la sexualité selon le Coran et dans la tradition musulmane savante (Khatibi, 1983). Il semble prendre beaucoup de liberté dans son rapport aux sciences sociales. Dans un texte consacré à l’interprétation d’un corpus de 48 proverbes relatifs au corps, il écrit :

« La brève analyse qui suit, bien que s’inspirant de langues particulières (linguistique, ethnologie, sociologie) ou de la culture populaire (marocaine), garde sa liberté, son mouvement, sa gestuelle. » (Khatibi, 1983, p. 26)

28Plusieurs études ont porté sur des phénomènes sociaux socialement considérés comme tabous, notamment la sexualité : Fatima Mernissi ([1975] 1983), Abdessamad Dialmy (1988, 1991, 1995, 1997), Soumaya Naamane-Guessous(1988, 2000). La catégorie des jeunes a connu une accumulation d’écrits sociologiques. L’enquête la plus ancienne sur les jeunes est réalisée par Paul Pascon et Mekki Bentahar ([1969] 1978). Les thèmes traités sont nombreux et divers : l’école, les loisirs et les amitiés, le travail, la sexualité, le makhzen, l’argent, la famille, la femme, le passé et l’avenir. Depuis le début des années 1990, on observe un accroissement relatif d’enquêtes sociologiques sur les jeunes. En 1993, Rahma Bourqia, Mokhtar El Harras et Driss Bensaïd mènent une enquête par questionnaire auprès de 500 étudiants de Rabat. Les principaux thèmes étudiés concernent les rapports des étudiants à l’université, à la famille et aux valeurs. En 1996, Rahma Bourqia, Mohamed El Ayadi, Mokhtar El Harras et Hassan Rachik (2000) réalisent une enquête sur les pratiques et les valeurs religieuses auprès de plus de 800 étudiants et lycéens de Rabat. Elle est centrée sur l’expression religieuse de cette catégorie de la jeunesse, son rapport à la famille, à la tolérance.

29Plusieurs thématiques sont restées relativement secondaires. On pourrait évoquer, à titre d’exemple, la sociologie urbaine. Françoise Navez-Bouchanine (1988, 1997, 2002) a consacré plusieurs études et enquêtes de terrain à l’interaction entre pratiques spatiales et pratiques sociales, aux types d’habitat et aux modes d’habiter en milieu urbain. Abderrahmane Rachik (1994, 2002a, 2002b) analyse les mouvements sociaux, les tensions violentes, les émeutes et leur impact sur la politique urbaine et l’organisation spatiale des grandes villes marocaines.

30Ce qui a caractérisé la production sociologique, à part de rares études produites autour du réseau de Paul Pascon, est la dominance du chercheur solitaire. Ceci se reflète sur la diversité des thèmes et la tendance de traiter plusieurs thématiques par un même auteur. Néanmoins, il faut mentionner que depuis deux décennies, plusieurs projets ont été réalisés dans un cadre collectif.

31La production sociologique en général est axée sur deux domaines thématiques : les études rurales (notamment la morphologie sociale et les structures sociales) et les études féminines. Ces domaines ont été influencés par des systèmes de valeurs plus ou moins structurés (marxisme, féminisme, droits de l’homme…). Il serait intéressant, dans l’avenir, de considérer plus en détail comment des recherches en sciences sociales ont été orientées par des systèmes de valeurs et d’appréhender les conséquences de cette orientation sur la recherche sociologique, la méthode et les techniques d’enquête. Il existe des contraintes qui sont spécifiques aux champs disciplinaires jeunes. C’est ainsi qu’une bonne partie des approches se veut exploratoire. Ceci donne souvent lieu à des études très générales et touchant à tout.

Incursions anthropologiques

32Dans des sociétés comme le Maroc, les sociologues et les politologues sont confrontés à des phénomènes culturels qui dépassent le champ de leurs traditions disciplinaires. Ceci a suscité l’intérêt à mobiliser le savoir anthropologique. Il faudrait, par ailleurs, noter qu’Ernest Gellner, David Hart et tout un courant anthropologique dirigé par Clifford Geertz, ont produit des œuvres de référence. Les sociologues marocains impliqués dans la construction de leur champ disciplinaire ne pouvaient pas se soustraire au dialogue et au positionnement théorique par rapport à ces écrits anthropologiques.

33La production anthropologique au Maroc ne paraît pas s’inscrire comme l’est la sociologie dans une demande sociale. Elle est plutôt créée par l’exigence de dialoguer avec l’anthropologie anglo-saxonne mais aussi de mobiliser les acquis théoriques de l’anthropologie pour comprendre des phénomènes culturels variés, portant sur la tribu, les rituels, le système politique, le religieux, les confréries, etc. De ces études, on peut déceler quelques tendances thématiques.

34Plusieurs recherches sont proches des traditions de l’anthropologie culturelle. Mohamed Boughali (1974, 1988) a étudié la mentalité traditionnelle marocaine à travers les représentations de l’espace chez le marocain illettré. Plus tard, il consacrera un travail aux pratiques de guérison traditionnelle des maladies mentales.Paul Pascon s’est intéressé, en tant qu’historien, aux zaouias du Haouz (1983), il a réalisé un film sur le ma’rouf (repas sacré) (Pascon, 1985, 132-145), mais sa première expérience de terrain en ethnographie religieuse est tardive. En 1981, il a coordonné une enquête autour du moussem de Tazerwalt (Pascon et al., 1984). Les rituels ont fait l’objet d’autres études bien fouillées. Abdellah Hammoudi (1988) a approché la fête du sacrifice et la mascarade de bimawn comme un commentaire que la société livre sur elle-même. Hassan Rachik (1990) a montré, à travers l’étude d’un repas sacrificiel (ma’rouf), comment le rituel constitue, dans les sociétés rurales où l’essentiel du savoir n’est pas conservé par écrit, une source d’information considérable sur les groupes sociaux et leur culture.

35L’anthropologie politique a également émergé comme une nouvelle tendance. Le gouvernement traditionnel (makhzen) et ses fondements symboliques (Bourqia & Hopkins, 1991), l’organisation tribale et les questionnements sur le système segmentaire, l’enjeu politique et les conflits sociaux autour du pèlerinage aux zawiyas, le fondement du pouvoir autoritaire, seront pris en charge à partir des années 1990 (Rachik H., 1992 ; Hammoudi, 2001 ; Tozy, 1999).

36Les études de l’organisation sociale des communautés rurales et de leurs changements étaient également amenées à s’inspirer des traditions anthropologiques. Ali Amahan (1983, 1998) s’intéresse aux structures lignagères des communautés du Haut-Atlas, les usages du temps et de l’espace et les alliances matrimoniales, les effets sociaux de l’introduction de nouveaux produits de consommation ; Mohamed Mahdi (1999) étudie la dynamique des structures sociales et des croyances religieuses en rapport avec la vie pastorale ; Hassan Rachik (2000) analyse les processus de désagrégation de communautés nomades et considère comment, en trois décennies, elles abandonnèrent le douar, les chameaux et les grands déplacements.

37En considérant les travaux anthropologiques des deux dernières décennies, nous constatons que les phénomènes étudiés semblent les mêmes que ceux traités par l’anthropologie coloniale : confrérie, sacrifice, culte des saints, makhzen, etc. Le choix des objets d’étude semble conservateur. Toutefois, des innovations sont à noter sur le plan théorique et ethnographique. Les approches anthropologiques récentes mettent l’accent sur la description et l’interprétation systématique de processus sociaux concrets ainsi que leurs cadres culturels de référence ; elles permettent ainsi de reconstruire et d’interpréter autrement les objets « traditionnels » de l’anthropologie religieuse et de l’anthropologie politique.

38Derrière ces préoccupations anthropologiques se profile une quête de connaissance du « Nous social » dans sa particularité propre tout en la soumettant à l’analyse et aux interprétations des acquis du savoir sociologique et anthropologique. C’est pour cette raison que l’on pourrait la considérer comme une sociologie de l’appropriation de son objet et, implicitement, une sociologie de l’identitaire qui a marqué une génération de sociologues. Mais cette appropriation ne se passe pas sans susciter une réflexivité par rapport à la pratique.

39Hassan Rachik interprète la position dans laquelle se trouve un anthropologue lisant des textes anthropologiques sur « sa propre culture ». Dans un texte, en hommage à Clifford Geertz à Sefrou en 2001, il écrit :

« En lisant Geertz, ma position de lecteur charge que le travail porte sur le Maroc (qui m’est partiellement étranger) ou sur une culture qui m’est complètement étrangère (Bali par exemple). Comme décrire et interpréter cette différence, ce « plus », cet « avantage culturel », que me confère mon « statut de Marocain », statut explicité par un anthropologue essayant de dialoguer avec ses collègues, avec ses prédécesseurs, en se détachant de toutes frontières politique et culturelle. » (Rachik H., 2005a, pp. 353-354).

40Ce n’est pas par rapport à l’Autre (anthropologue occidental) que le rôle de l’anthropologue marocain devrait être défini mais plutôt par rapport au statut de ses interlocuteurs. Ce que des anthropologues occidentaux appellent la « fatigue culturelle », pour qualifier l’effort qu’ils doivent déployer afin de comprendre une culture non occidentale, un anthropologue « local » peut aussi l’éprouver. La question serait mal posée si on suppose que l’anthropologue « local » est totalement familiarisé avec la culture étudiée, et si, de ce fait, il croit avoir un avantage absolu sur son collègue étranger.

Sociologie : terrain, théories et expertise

41Au niveau de la pratique du terrain qui a alimenté certains travaux sociologiques, en l’absence d’une assisse institutionnelle finançant les enquêtes de terrain, la consultation et l’expertise ont joué un rôle dans la construction d’une discipline naissante, la sociologie. Plusieurs sociologues ont été impliqués, en tant que consultants, dans le cadre de projets de développement au profit d’organismes nationaux et internationaux.

42Pour la première génération de sociologues, le divorce entre sciences sociales et pouvoirs publics était plus idéologique qu’effectif. Depuis les années 1960, des sociologues, puis des anthropologues, ont dirigé et accompagné des recherches dans le cadre de projets de développement rural (aménagements agricoles, hydrauliques et pastoraux, électrification, adduction d’eau potable…). L’État, les organismes internationaux et les associations de la société civile ont financé plusieurs études. La demande en expertise et en consultation en sociologie et en anthropologie s’accroît progressivement. Actuellement, il faut noter que le divorce idéologique entre pouvoirs publics et sciences sociales est en train de disparaître avec l’émergence d’un besoin en experts sociologues. Un indicateur significatif de cette évolution consiste dans le financement des études par l’État tel que l’enquête nationale sur les valeurs menée dans le cadre du rapport du cinquantenaire sur le développement humain (Rachik H., 2005b).

43Il en résulte de ce fait que les champs disciplinaires étant restreints, les chercheurs sont souvent contraints d’être polyfonctionnels : chercheurs dans plusieurs domaines, consultants, experts… Ceci a contribué à enrichir la sociologie par des données de terrain que l’institution universitaire ne pouvait financer. Malheureusement, peu d’enquêtes, menées dans ce cadre, ont été publiées ou converties en recherches à caractère académique.

Haut de page

Bibliographie

Amahan A. (1983), Peuplement et vie quotidienne dans un village du Haut-Atlas marocain : Abadou de Ghoujdama : étude socio-linguistique, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner.

Amahan A. (1998), Mutations sociales dans le Haut Atlas : les Ghoujdama, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'Homme.

Belarbi A. (1987) (dir.), Portraits de femmes, Casablanca, Éditions le Fennec, Collection Approches.

Belarbi A. (1993), Le Salaire de madame, Casablanca, Éditions Le Fennec.

Belghiti M. ([1969] 1978), « Les relations féminines et le statut de la femme dans la famille rurale dans trois villages de la Tessaout, Études sociologiques sur le Maroc », Bulletin économique et social du Maroc, pp. 289-361.

Belghiti M. & A. Tamou (1971), « La ségrégation des garçons et des filles à la campagne », Bulletin économique et social du Maroc, vol. XXXIII, n° 120-121, p. 81-144.

Bentahar M. (1989), La Jeunesse arabe à la recherche de son identité, Rabat, Éditions Dar al Kalam.

Boughali M. (1974), La Représentation de l'espace chez le Marocain illettré, Casablanca, Éditions Afrique-Orient.

Boughali M. (1988), Sociologie des maladies mentales au Maroc, Casablanca, Éditions Afrique-Orient.

Bourqia R. (1996), Femmes et fécondité, Rabat, Éditions Afrique Orient.

Bourqia R. & N. Hopkins (1991) (dir.), Le Maghreb : approches des mécanismes d'articulation, Rabat, Éditions Dar al Kalam.

Bourqia R., El Harras M. et D. Bensaïd (1995), Jeunesse estudiantine marocaine : valeurs et stratégies, avec la collab. de Jamila Bennaghmouch, Rabat, Éditions de la Faculté des lettres et des sciences humaines.

Bourqia R., Charrad M. & Gallagher N. (1996) (dir.), Femmes, culture et société au Maghreb, Casablanca, Éditions Afrique-Orient.

Bourqia R., El Ayadi M., El Harras M. & R. Hassan (2000), Jeunes et valeurs religieuses, Casablanca, Éditions Eddif.

Dialmy A. (1988), Sexualité et discours au Maroc, Casablanca, Éditions Afrique-Orient.

Dialmy A. (1991), Féminisme soufi : conte fassi et initiation sexuelle, Casablanca, Éditions Afrique-Orient.

Dialmy A. (1995), Logement, sexualité et islam, Casablanca, Éditions Eddif.

Dialmy A. (1997), Féminisme, islamisme et soufisme, Paris, Éditions Publisud.

El Ayadi M. (2002), « La femme dans le débat intellectuel au Maroc », Prologues : revue maghrébine du livre, hors série, n° 3, p. 9-38.

Hammoudi A. (1977), La Vallée de l'Azzadan : contribution à la sociologie du Haut Atlas marocain, Thèse de3° cycle, Université de Paris 5.

Hammoudi A. (1988), La Victime et ses marques, Paris, Éditions du Seuil.

Hammoudi A. (2001), Maîtres et disciples. Genèse et fondements des pouvoirs autoritaires dans les sociétés arabes. Essai d’anthropologie politique, Paris, Éditions Maisonneuve et Larose.

Khatibi A. (1983), Maghreb pluriel, Paris, Éditions Denoël.

Khatibi A. (2002), Chemins de traverse : essais de sociologie, textes réunis et revus par Nejjar S., Rabat, Éditions Okad.

Khatibi A. ([1981] 2002), « Décolonisation de la sociologie », Khatibi A., Chemins de traverse : essais de sociologie, textes réunis et revus par Nejjar S., Rabat, Éditions Okad, pp. 113-125.

Mahdi M. (1999), Pasteur de l'Atlas : production pastorale, droit et rituel, Casablanca, Impr. Najah el jadida.

Mernissi F. ([1975] 1983), Sexe, idéologie, islam, trad. de Diane Brower et Anne-Marie Pelletiern, Paris, Librairie Tierce.

Mernissi F. (1987), « Préface », dans Belarbi A., Portraits de femmes, Casablanca, Éditions le Fennec, Collection Approches.

Mernissi F. (1991), Le Monde n'est pas un harem : paroles de femmes du Maroc, Paris, Éditions Albin Michel.

Naamane-Guessous S. (1988), Au-delà de toute pudeur : la sexualité féminine au Maroc, Casablanca, Éditions Eddif.

Naamane-Guessous S. (2000), Printemps et automne sexuels : puberté, ménopause, andropause au Maroc, Casablanca, Éditions Eddif.

Navez-Bouchanine F. (1988), Réflexions sur les travaux concernant l'habitat urbain, dans Collectif, La sociologie marocaine contemporaine. Bilan et perspectives, Éditions de la Faculté des lettres, Rabat, p. 95-109.

Navez-Bouchanine F. (1997), Habiter la ville marocaine, Paris, Éditions L'Harmattan.

Navez-Bouchanine F. (2002) (dir.), La Fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale, Paris, Éditions L'Harmattan.

Pascon P. (1983), Le Haouz de Marrakech, 2 tomes, Rabat, CURS, CNRS, INAV-Rabat.

Pascon P. (1984), La maison d’Iligh et l’histoire sociale de Tazerwalt, avec la collaboration de Arrif A., Schroeter D., Tozy M. & H. Van Der Wusten, SMER, Rabat.

Pascon P. (1985), « The Mârouf of Tamejlojt or the Rite of the Bound Victim », dans Gellner E. (dir.), Islamic Dilemmas: Reformers, Nationalists and Industrialization: The Southern Shore of the Mediterranean, Berlin, Mouton Publishers, pp. 132-145.

Pascon P. (1986 [1979]) « La sociologie, pourquoi faire ? », dans Pascon, 30 ans de sociologie du Maroc (textes anciens et inédits), Rabat, Bulletin économique et social du Maroc, n° 155-56, pp. 59-70.

Pascon P. & M. Bentahar (1978 [1969]), « Ce que disent 296 jeunes ruraux », dans Études sociologiques sur le Maroc : recueil d'articles conçu et préparé par Abdelkébir Khatibi, Tanger, Éditions marocaines et internationales, pp. 145-287.

Rachik A. (1994), « Périphérie, émeutes et politique urbaine : le cas de Casablanca », Horizons maghrébin : le droit à la mémoire, n° 25-26, p. 224-235.

Rachik A. (2002a), Casablanca : l'urbanisme de l'urgence, Casablanca, Impr. Najah el jadida.

Rachik A. (2002b), « Casablanca : politiques urbaines et pressions sociales », Naqd : revue d'études et de critique sociale, n° 16, p. 57-65.

Rachik H. (1990), Sacré et sacrifice dans le Haut Atlas marocain, Casablanca, Éditions Afrique-Orient.

Rachik H. (1992), Le Sultan des autres. Rituel et politique dans le Haut Atlas, Casablanca, Éditions Afrique-Orient.

Rachik H. (2000), Comment rester nomade, Casablanca, Afrique Orient.

Rachik H. (2005a), « Lire des textes anthropologiques sur sa “propre culture” », dans Dionigi A. et M. Tozy (dir.), La Méditerranée des anthropologues, Paris, Éditions Maisonneuve et Larose, Aix-en-Provence, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, pp. 353-365.

Rachik H. (2005b), Rapport de synthèse de l'enquête nationale sur les valeurs, Cinquantenaire de l’Indépendance du Maroc, Comité scientifique : Rahma Bourqia, Abdellatif Bencherifa et Mohamed Tozy - http://www.rdh50.ma/FR/uis/loadpdfreports.asp?id=25

Rachik H. (2007), Sociologie, Anthropologie & Science politique au Maroc, Jalons thématiques et institutionnels, 1959-2006, Rabat, Ministère de l’Enseignement supérieur, Direction des Sciences.

Tozy M. (1999), Monarchie et Islam politique au Maroc, Paris, Presses de Sciences Po.

Haut de page

Notes

1 Cet article s’est basé sur les éléments d’un rapport réalisé par Hassan Rachik (2007) dans le cadre d’un projet portant sur « L’Évaluation du système national de recherche dans le domaine des sciences humaines et sociales au Maroc ».

2 Cet article survole surtout une littérature sociologique produite en français. Il est à noter que la production sociologique au Maroc est dans trois langues : arabe, français et anglais, voire en espagnol. Ces dix dernières années, un grand nombre d’écrits sociologiques est publié en langue arabe. Ce qui mérite une autre réflexion approfondie sur le rapport entre la langue et les thématiques de recherche sociologique.

3 Mohamed Guessous (né en 1939) a fortement contribué à la formation de la première génération de sociologues de la Faculté des Lettres de Rabat dont la majorité de ces sociologues sont aujourd’hui ses collègues. Il n’a pas à proprement parler une œuvre écrite. C’est grâce à ses collègues et amis que ses contributions orales sont converties en textes et publiées en arabe.

4 Ces textes ont été publiés respectivement en 1971 par Paul Pascon et en 1967 par Abdelkébir Khatibi et sont repris dans des éditions de 1983 et 2002.

5 Parmi les sociologues et les anthropologues qui ont participé aux publications du collectif : Aïcha Belarbi, Fatima Mernissi, Mohamed Alahyane, Mokhtar El Harras, Fatima Zohra Zryouil, Fatima Hajjarabi, Naima Chikhaoui, Rahma Bourqia, Anissa Benzakour Chami.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hassan Rachik et Rahma Bourqia, « La sociologie au Maroc », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 28 juin 2016. URL : http://sociologies.revues.org/3719

Haut de page

Auteurs

Hassan Rachik

Université Hassan II, Casablanca, Maroc - rachikhassan@gmail.com

Rahma Bourqia

Université Hassan II Mohammedia, Maroc - rahmabourqia@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page