Navigation – Plan du site
Migrations, pluralisation, ethnicisation des sociétés contemporaines

Malgré la politique

L’insertion contrastée des immigrés dans le marché du travail italien
Maurizio Ambrosini

Résumés

L’article présente un point de vue sur l’immigration étrangère en Italie : il essaye de montrer comme elle se trouve coincée entre une demande économique très dynamique pour environ vingt ans (5,3 millions de résidants étrangers fin 2010) et une politique qui, surtout à l’heure actuelle, voudrait en principe fermer les portes et arrêter la transformation multiethnique de la société. Mais la fermeture doit enfin composer avec les exigences et les transgressions pratiques des acteurs économiques sur le terrain clé de la régulation du marché du travail. Ce décalage a produit six lois de régularisation en 22 ans, la dernière en 2009, promulguée par le gouvernement actuel. La rhétorique politique d’hostilité croissante et de fermeture apparente doit donc se confronter, à un moment donné, avec une pratique d’acceptation économique silencieuse de l’immigration, de la part des entreprises, mais aussi des familles comme donneurs d’emploi. Par contre, on peut dire que l’Italie – et surtout ses régions et villes plus riches – vivent une profonde contradiction dans le rapport avec la composante immigrée de leur population : dans les faits, elles sont en train de devenir toujours plus multiethniques, dans leurs représentations culturelles elles tendent à refuser cette réalité.

Haut de page

Texte intégral

1L’immigration étrangère en Italie se trouve coincée entre une demande économique qui pour 20 ans a été très dynamique et une politique qui, surtout à l’heure actuelle, voudrait en principe fermer les portes et arrêter la transformation multiethnique de la société, mais qui doit enfin composer avec les exigences et les transgressions pratiques des acteurs économiques sur le terrain clé de la régulation du marché du travail. Je vais donc proposer une lecture du cas italien, essayant de confronter l’acceptation économique de l’immigration, dans la pratique, avec une rhétorique politique d’hostilité croissante et de fermeture apparente, qui doit tout de même, à un moment donné, se mesurer avec la réalité.

Marché du travail et régulation politique : trajectoires divergentes

2Ce qui frappe davantage, analysant le phénomène migratoire en Italie, c’est la rapidité du passage du statut de pays d’émigration à celui de pays d’immigration (Pugliese, 2002). En Italie, il y a maintenant environ 5,3 millions de résidents de nationalité étrangère, y compris 540 000 sans-papiers estimés (Fondazione ISMU, 2010). Il s’agit d’un passage largement spontané, non prévu et peu règlementé : il s’est produit « par le bas », dans le marché du travail et dans les sociétés locales, et seulement après, avec réluctance, il a été reconnu par les institutions publiques et par la réglementation juridique. L’instrument central de gestion politique de l’immigration a été les lois de régularisation, promulguées par des gouvernements d’inspiration différente : six lois de régularisation en 22 ans, plus les régularisations cachées sous la couverture des « Decreti Flussi », sur les autorisations à l’entrée de l’étranger pour les immigrés formellement requis par des donneurs d’emploi, mais en réalité déjà embauchés sans permission. D’abord de façon souterraine, puis de plus en plus aussi dans l’économie formelle, l’immigration étrangère a fourni au marché du travail italien la main-d’œuvre encore requise par plusieurs secteurs et activités où le travail manuel est encore nécessaire, mais dont les conditions de travail, statut social et salaires n’attirent plus les travailleurs italiens. Comme l’ont remarqué récemment Giovanna Fullin et Emilio Reyneri (2011), en Italie, la position des immigrés dans le marché du travail est caractérisée par « peu de chômage et mauvais boulots ».

3C’est dans ce cadre contradictoire qui s’insère l’étonnante montée de l’immigration étrangère dans un pays encore concerné par un lourd héritage de chômage interne et d’anciens déséquilibres. Ce n’est pas facile calculer le nombre des travailleurs immigrés, même réguliers en Italie. L’Institut national de statistique (ISTAT) a relevé en 2009 (deuxième trimestre) 1 930 000 citoyens étrangers occupés en Italie, mais sans compter le travail saisonnier et surtout les travailleurs et travailleuses qui cohabitent avec leurs patrons, effaçant de cette façon des centaines de milliers de femmes employées dans les services domestiques et dans l’assistance à domicile (les estimations parlent d’un million de personnes : Ismu news, 17.12.2010). Selon l’Institut national d’assurance contre les accidents sur le travail (INAIL), les immigrés occupés seraient en 2009 plus de trois millions (3 087 023), y compris les travailleurs saisonniers, probablement surestimés, mais avec l’inclusion seulement d’une partie modeste des travailleurs domestiques, même réguliers (Caritas-Migrantes, 2010). La crise a certainement frappé certaines sources d’emplois, surtout dans des secteurs comme les constructions et la petite industrie manufacturière, mais n’a pas renversé un cadre de segmentation du marché du travail, dans lequel les emplois moins agréables restent confiés aux immigrés : le nombre absolu d’immigrés employés en Italie a augmenté dans le complexe entre 2008 et 2009, et non diminué.

4En Italie, comme l’a rappelé Stephen Castles (2002) pour l’ensemble des pays développés, c’est l’une des plus grandes illusions de notre temps l’idée que la nouvelle économie ait aboli les travaux qui, en anglais, sont appelés 3-D Jobs : Dirty, Dangerous, Demanding. Kitty Calavita (2005) a parlé à cet égard, pour l’Italie et l’Espagne, comme pour les Mexicains aux États-Unis, d’une « économie de l’altérité » : la vision des immigrés comme « différents » justifie leur confinement dans certains secteurs et emplois qui deviennent « ethnicisés ». J’ai proposé à mon tour le concept d’intégration subalterne (Ambrosini, 2005) : les immigrés sont relativement acceptés, dans le marché du travail et lentement aussi dans la société, mais à la condition qu’ils restent aux niveaux les plus bas de l’échelle professionnelle et sociale, prêts à accomplir les tâches moins agréables. Francesco Carchedi, Giovanni Mottura et Enrico Pugliese (2001) sont arrivés à noter une reprise du « travail servile », tandis qu’Emilio Reyneri (2006) a parlé d’une déqualification professionnelle, malgré les niveaux d’instruction non négligeables d’une partie considérable des immigrés.

5On peut dire en plus que cette demande de travail étranger est profondément insérée dans le fonctionnement de l’économie et de la société italiennes, et prend sa forme dans un jeu d’interaction entre systèmes socio-économiques locaux et offre de travail immigré, auquel prennent partie les employeurs, les pouvoirs publics, l’offre de travail nationale, les chômeurs des régions moins développées, leurs familles, etc. La complémentarité dont parlent souvent les économistes est donc la résultante d’une complexe construction sociale.

  • 1 Les deux secteurs où l’on trouve la plupart des immigrés qui occupent des postes qualifiés sont les (...)

6Les carrières des immigrés dans les organisations productives demeurent difficiles, quoique des recherches locales aient notés quelques signes d’avancement (Ortolano & Luatti, 2007 ; Perotti, 2008, Colasanto & Marcaletti, 2009), surtout à niveau de carrières ouvrières. C’est encore rare en Italie trouver des immigrés dans le rôle de cadres, ou même d’employés : selon l’ISTAT, en 2009 seulement 10,1 % des immigrés occupe un emploi de niveau moyen ou élevé, et il faut tenir compte soit des travailleurs provenant de pays développés, soit des travailleurs autonomes, qui sont compris dans la catégorie 1. Le travail indépendant, en revanche, s’est bientôt institué comme l’alternative la plus importante à l’immigration subalterne. Une solution, il faut le souligner, qui est cohérente avec l’histoire sociale italienne, où le passage au travail indépendant a été, et probablement demeure, le plus accessible dispositif de promotion sociale pour le classes populaires. Les chiffres, encore une fois, ne sont pas sûrs. Mais, selon les sources, le phénomène intéresse 213 000 immigrés, qui ont ouvert des activités indépendantes, avec des différences régionales et locales considérables, mais aussi avec une concentration des activités dans deux secteurs : le bâtiment (39,4 %) et le commerce (34,1 %) (Caritas-Migrantes, 2010). Dans beaucoup des provinces importantes, comme Milan, Rome et Turin, seule l’entrée des immigrés a permis d’enregistrer, ces dernières années, une (faible) augmentation du nombre d’entreprises.

  • 2 Il faut rappeler que le vote du Parlement a été presque unanime.

7L’Italie reste plus réticente dans les questions qui ont trait à l’identité nationale et le statut de citoyen. Le code de la citoyenneté (voté en 1992 presque à l’unanimité au Parlement, quand l’Italie commençait à connaître une nombreuse immigration étrangère) reste lié au droit de sang : il permet de maintenir et même de récupérer le statut de citoyen aux petits-enfants des anciens émigrants italiens, et il demeure très strict à l’égard des étrangers non communautaires qui veulent devenir italiens (dix ans de résidence son requis). Giovanna Zincone (2006) a parlé d’une conception « familiste » de la citoyenneté; on pourrait la définir aussi « ethnique ». Le droit de vote a suivi plus ou moins la même destinée. C’est seulement aux élections politiques de 2006 que les émigrés italiens ont pu voter sans rentrer en Italie et qu’ils ont pu élire des parlementaires qui les représentent 2 ; les immigrés étrangers résidents de longue durée n’ont pas encore le droit de voter aux élections locales. La majorité politique reste contraire à toute ouverture sur ces deux dossiers et les forces de centre-gauche, quand elles étaient au pouvoir, n’ont pas su trouver un accord sur la matière. Cette réticence a une claire dimension symbolique : l’Italie a une difficulté à se définir comme nation pluriethnique. Mais elle a aussi des conséquences sociales et politiques : privés de la possibilité d’accès à la citoyenneté et au droit de vote, les immigrés étrangers ont du mal à faire valoir leurs droits sociaux (et parfois civils, comme la liberté de culte) auxquels ils auraient formellement accès ou dont ils pourraient bénéficier.

8Un terrain sur lequel le conflit ethnique est évident est, en effet, celui des droits et des services sociaux, comme dans le cas du logement. Plusieurs administrations locales du Nord de l’Italie, comme celle de Milano, ont approuvé des restrictions à l’accès aux logements sociaux de propriété publique, introduisant des critères liés à l’ancienneté de résidence officielle. D’autres ont commencé à nier le droit de résidence aux immigrés qui ne peuvent pas démontrer posséder un certain revenu annuel, avec le clair but d’empêcher soit le recours aux services sociaux, qui sont en principe locaux, soit le fait symbolique de faire partie de la communauté des résidents sur le territoire. Des lois régionales (Lombardie, centre-droite) et des règlements locaux (par exemple, Turin, centre-gauche) ont introduit des sévères restrictions pour les Phonecenters, gérés presque toujours par des immigrés : sous la couverture de l’assimilation des Phonecenters à des établissements publics (comme les cafés ou les restaurants), on a imposé des aménagements des locaux qui ont obligé à la fermeture la plupart de ces activités. Sous le prétexte de règlements hygiénistes, on a voulu bloquer la diffusion de lieux de passage, de rencontre, de concentration des immigrés, vus en plus comme potentiels nœuds de réseaux terroristes. D’autres restrictions ont touché la Lombardie comme les ventes de kebab, dont le succès avait probablement agacé les concurrents. Ils ne peuvent plus rester ouverts après une certaine heure ou placer des tables et des chaises pour les clients. Les recherches sur les politiques locales, cependant, nous informent que les politiques déclarées et les politiques pratiquées ne coïncident pas, et que les rhétoriques sont souvent ignorées ou bien contournées, dans les comportements concrets des acteurs des services pour les immigrés (Campomori, 2007, 2008). Dans l’accès à la plupart des services sociaux, plusieurs éléments de continuité, au niveau local, ont été malgré tout sauvegardés.

9Ensuite, la régularisation du septembre 2009, opérée par le nouveau gouvernement de centre-droit, malgré ses positions idéologiques, s’est insérée dans la logique déjà connue : 300 000 demandes ont été présentées, malgré la limitation au secteur domestique. C’est comme si l’Italie voulait persévérer à reconnaître l’immigration seulement après son insertion dans le marché du travail et avec le minimum possible de droits et de citoyenneté. Ainsi, les immigrés en Italie sont arrivés à être reconnus comme une main-d’œuvre nécessaire, dans certains secteurs et emplois, et porteuse de bénéfices pour le système économique (et pour les caisses de l’État), mais pas encore comme une composante légitime de la société. Les bras accueillis, restent à accueillir les personnes.

La politique sécuritaire et ses contradictions

10Sur ce terrain s’est insérée la campagne électorale du printemps 2008 et ensuite l’initiative du nouveau gouvernement de centre-droite. En Italie, comme l’ont montré les analyses de l’Osservatorio di Pavia, les nouvelles concernant la criminalité et les délits violents occupent une place dans l’information passée par les télévisions, publiques et privées qui n’a pas de correspondance dans le reste de l’Europe, avec une intensité particulièrement élevée dans la période 2006-2008. Les Italiens étaient convaincus de vivre dans un pays très dangereux, sur le plan de la sécurité personnelle, non à cause des mafias qui dominent dans certaines régions du Sud, mais à cause de l’immigration croissante et, surtout, de l’immigration dite « clandestine ». Aussi, des journaux importants et des politiciens de gauche ont graduellement adhéré à cette vision qui est devenue hégémonique. Dans ce climat, le meurtre d’une femme à Rome, tuée par un immigré roumain dans une tentative de violence sexuelle, a provoqué un cataclysme politique, avec des manifestations dans les rues contre les immigrés, la demande de lois spéciales pour la protection de la sécurité des citoyens et l’expulsion des « clandestins », même communautaires. Le gouvernement de Roman Prodi tombé rapidement, le pays est allé aux élections politiques anticipées. Les questions de la sécurité et de la lutte contre l’immigration irrégulière ont dominé la campagne électorale et contribué remarquablement à l’écrasante victoire du centre-droite, qui avait promis « Mai più clandestini sotto casa » (« Plus jamais de clandestins au-dessous de chez nous »).

11Après la victoire, le dossier sécurité-immigration a été confié à un représentant de la Ligue du Nord, Mr. Maroni, nommé Ministre des affaires intérieures. La Ligue a dicté la ligne gouvernementale. Une série de mesures prises ou annoncées ont voulu communiquer à l’opinion publique l’idée d’un durcissement essentiel de l’attitude des pouvoirs publics à l’égard des immigrés. Les protestations de l’opposition, d’organisations humanitaires, de l’église catholique et de certaines institutions internationales n’ont fait que confirmer, aux yeux de la majorité des Italiens, le sérieux de la nouvelle sévérité exhibée par le gouvernement. On peut rappeler rapidement, parmi les mesures adoptées : le recensement des minorités tziganes installées dans des camps spontanés aux bords des villes de Rome, Milan et Naples ; le déploiement de l’armée dans les rue des villes principales et des quartiers sensibles, pour la protection de l’ordre public ; l’introduction de la clandestinité comme circonstance aggravante dans les procès, pour les immigrés poursuivis en justice pour d’autres délits ; la définition comme crime du séjour non autorisé sur le territoire national, même s’il est puni seulement avec une amende ; plusieurs dispositions contenues dans la loi sur la sécurité approuvée en 2009, parmi lesquelles l’interdiction de tout acte administratif, y compris le mariage, pour les immigrés sans-papiers et l’introduction de la possibilité de la surveillance du territoire par des associations de citoyens (les soi-disant « rondes ») ; la réduction de la dotation du fond pour l’intégration des immigrés à cinq millions d’euros, transférant les ressources au contraste de l’immigration « clandestine » ; les accords avec la Lybie pour le refoulement des migrants et réfugiés arrivés par la mer, définis toujours et sans distinctions comme clandestins, et le rejet de 900 personnes en été 2009, sans leur permettre de présenter une demande d’asile ; le prolongement à 18 mois du temps de détention dans les « Centre de permanence temporaire », renommés « Centres d’identification et d’expulsion » : le langage adopté a joué aussi un rôle important dans cette histoire. Par contre, le gouvernement a assoupli les inspections sur les lieux de travail et la lutte à l’économie souterraine, laissant comprendre qu’en temps de crise, il ne faut pas trop insister sur la régularité des embauches.

  • 3 Par exemple, à Brescia, le gouvernement local a interdit le jeu du cricket dans les parcs publics l (...)

12Cette approche a obtenu un indéniable succès sur le plan intérieur, comme l’ont montré les élections régionales du mois de mars 2010, surtout au profit de la Ligue du Nord : la majorité des Italiens sont convaincus d’être plus en sécurité, approuvent le durcissement des lois sur l’immigration, se rangent du côté des administrations locales qui s’opposent à la construction de centres de culte pour les immigrés musulmans, prétendent réserver certains droits sociaux aux italiens, limitent les droits des immigrés 3. Toutefois, la politique de l’immigration définie comme problème de sécurité et d’ordre public connaît ses contradictions, gérées surtout grâce à des oscillations et contorsions du discours politique, mais surtout grâce à la maîtrise des moyens de communication. Nous pouvons en mentionner quatre.

13Première contradiction : les politiques italiennes suscitent la préoccupation et parfois les protestations d’institutions européennes et internationales, comme le Haut Conseil des Nations Unies pour les Réfugiés. Pour la première fois après la guerre, l’Italie s’est mise en conflit avec les Nations Unies sur le refoulement vers la Lybie des migrants arrivés par la mer. Si ceci n’a presque aucune importance pour l’opinion publique interne, un gouvernement qui veut sauvegarder une certaine image internationale est obligé à d’adoucir ses positions, au moins vers l’extérieur.

14Deuxième contradiction : au début des années 2010, des émeutes ont éclaté dans des lieux symboliques, comme Rosarno, en Calabre et via Padova, à Milan. Dans les premiers cas, des immigrés, surtout africains, exploités dans la cueillette des oranges, hébergés dans des conditions lamentables dans l’indifférence publique, après que deux d’entre eux aient été blessés par des coups de fusil, se soient révoltés, aient brûlé des voitures et des magasins et, par réaction la nuit suivante ont été l’objet d’une vraie chasse aux immigrés de la part des résidents italiens, guidés probablement par des éléments de la puissante mafia locale, la ndrangheta. À via Padova, dans le quartier sensible qui a été le premier à connaitre la présence de l’armée dans les rues, une rixe pour des raisons futiles entre latino-américains et égyptiens a laissé un mort dans la rue et a été suivie, là aussi, par l’incendie de voitures et le bris de vitrines, provoquant la panique parmi les résidents. Quelques-uns ont commencé à se demander si la répression de l’immigration irrégulière était une réponse suffisante ou s’il fallait penser aussi à des politiques d’intégration. Le gouvernement a promis la mise en œuvre de projets d’intégration dans les quinze jours.

15Troisième contradiction : après l’approbation de la loi sur la sécurité, des centaines de milliers d’Italiens se sont aperçus être coupables de complicité avec l’immigration clandestine, donnant travail et logement à des immigrés irréguliers. Une campagne politique pour une solution a vite démarré, à l’intérieur même de la majorité politique de centre-droite et a mené à une loi de régularisation, quoique limitée au travail domestique et d’assistance dans les familles, avec certaines limitations, avant tout de revenus. Malgré ces limitations, presque 300 000 demandes ont été présentées. Limitées au chiffre de 630 000 approuvé en 2002, elles font de Mr. Berlusconi le plus grand « régularisateur » de sans-papiers en Europe. Pour des forces politiques qui ont fait de la lutte à l’immigration clandestine un point fort de leur programme, il s’agit d’un résultat un peu étrange.

16Quatrième contradiction : en 2008, l’Italie a expulsé moins de 18 000 immigrés, en 2009 environ 14 000. Elle dispose, sur tout le territoire, de 1 800 places pour la détention des sans-papiers, et le taux d’expulsion de ceux qui y sont gardés est de 38 %, soit en diminution par rapport aux années précédentes. Si on pense qu’en 2008 le nombre d’immigrés sans-papiers était estimé entre 700 000 et 1 000 000 (une demande d’admission avait été présentée pour 740 000 sans-papiers suivant le décret sur les quotas d’admission), le taux d’expulsion, en effet, est inférieur à 3 %. Même dans l’hypothèse d’empêcher complètement les nouvelles arrivées, plus de 30 ans seraient nécessaires pour expulser tous les sans-papiers.

17Une raison fondamentale de la permanence de l’immigration irrégulière et de la nécessité de régularisations périodiques est la l’énorme dotation de ressources, économiques et humaines qui seraient nécessaires pour la combattre vraiment (Ambrosini, 2010). Les dispositions du gouvernement laissent donc apercevoir leurs vrais objectifs : rassurer les électeurs italiens, qui sont en effet satisfaits de cette politique, et essayer d’effrayer les candidats à l’immigration. Un objectif beaucoup plus difficile à atteindre, compte tenu des forces qui attirent la main-d’œuvre, à partir des familles italiennes.

Des modèles territoriaux différenciés

18Comme on le sait, l’Italie connait des différences très marquées dans sa géographie économique et sociale : des régions qui sont parmi les plus riches et dynamiques de l’Europe côtoient des régions classées parmi les plus pauvres de l’Union européenne à quinze. La réception de l’immigration reflète comme un miroir cette complexité : elle se concentre dans les régions et les provinces les plus développées et répond à des demandes spécifiques des marchés du travail locaux. Sur la base des données statistiques et des résultats de recherches locales, on peut donc discerner quatre modèles territoriaux d’emploi des travailleurs immigrés.

  1. Le premier est celui des provinces industrielles du Centre-Nord (surtout du Nord-Est), où l’image typique du travailleur immigré a été pendant des années celle de l’ouvrier d’usine, employé dans les Petites et moyennes entreprises, tout au long de la chaîne de la sous-traitance ou dans les services liés à la production industrielle. De plus en plus, les femmes trouvent des emplois, dans le secteur domestique et dans l’assistance. Dans ce contexte, nous trouvons désormais de nombreuses familles immigrées et un nombre croissant d’enfants dans les écoles : l’Émilie est la première région du pays pour le taux d’élèves étrangers, presque le double de la moyenne nationale. Plusieurs provinces du Centre-Nord, comme Mantoue (15,4 %), Prato (15,1 %), Plaisance (15,0%), Reggio Emilia (13,8 %), Brescia (13,2 %) sont en tête au classement national (année scolaire 2008-2009). Mais c’est surtout dans ces régions que la crise du secteur industriel a frappé l’emploi des immigrés, freiné les processus d’intégration et a commencé à provoquer des tensions inédites entre travailleurs italiens et étrangers.

  2. Le deuxième modèle est celui des métropoles, Rome et Milan en tête, où les destins des immigrés sont plus variés, mais compris dans un éventail qui va du bâtiment, aux restaurants, aux entreprises de nettoyages et de transport. L’image plus connue – et désormais familière – est celle de la femme qui travaille en famille, s’occupe de la maison (fixe, mais surtout à l’heure) ou est chargée de l’assistance de personnes âgées. À Milan et en partie à Rome, à Turin et dans les autres villes majeures du Centre-Nord, la stabilisation des immigrés est confirmée par le nombre des recompositions familiales et des enfants immigrés qui entrent dans les écoles (Milan est la première ville d’Italie de ce point de vue : 14,2 % d’élèves étrangers). Là aussi, la crise est en train de freiner les processus d’intégration (par exemple, l’achat de maisons).

    • 4 Sauf dans les Abruzzes (4,2 %) qui est influencé par le modèle de l’industrialisation diffuse du No (...)

    Le troisième est le modèle de l’emploi temporaire au Sud, qui a été au début, dans les années 1980, la porte d’entrée pour beaucoup d’immigrés. Le Sud reste surtout un lieu de première insertion et de passage vers les régions plus développées du pays. Les emplois qu’il offre sont pour la plupart précaires ou irréguliers. Le secteur plus connu est celui de la récolte des produits de l’agriculture méditerranéenne, et la figure typique de ce contexte est celle du salarié précaire et exploité dans le travail agricole « au noir », recruté et embauché à travers la médiation illicite des « caporales » : le phénomène bien connu, mais officiellement ignoré, qui a donné lieu, en janvier 2010, aux émeutes de Rosarno en Calabre ; mais le secteur touristique et le bâtiment ont commencé à offrir des possibilités d’embauche (pour la plupart dans l’économie informelle). L’emploi des femmes dans les ménages a pris même au Sud des dimensions importantes, qui sont sorties à la lumière avec les deux dernières régularisations. Mais la stabilisation est encore maigre : dans les écoles, le taux d’élèves étrangers en ces régions est environ de 2 % 4.

  3. Il y a enfin un quatrième modèle, formé par les provinces du Centre-Nord qui attirent des flux importantes de main d’œuvre saisonnière, employée en été par l’industrie touristique et en automne par la cueillette des fruits. Le cas emblématique est celui de la petite région alpine du Trentin-Haut Adige (Sud Tyrol), la seule où un système efficace d’importation de main-d’œuvre saisonnière fonctionne, permettant l’emploi surtout dans l’agriculture dans le Trentin et surtout dans l’hôtellerie en Haut Adige d’environ 30 000 salariés chaque année. L’emploi irrégulier est moins fréquent, mais l’arrivée de femmes employées dans l’assistance à domicile a augmenté la partie submergée de l’immigration. Cependant, grâce aussi à la régularisation, à côté de l’emploi saisonnier, on peut constater des insertions non saisonnières et des procès de stabilisation : dans la région, le taux d’élèves étrangers est de 6,9 %.

Conclusions : marchés post-industriels, politiques pré-modernes

19On a vu comment l’Italie, terre d’émigration et de chômage, est devenue importatrice de main-d’œuvre étrangère. Ce changement s’est produit d’une façon largement spontanée, par l’action des acteurs économiques (y compris les familles), des réseaux ethniques et de certaines forces sociales fondées sur des idées de solidarité (y compris les syndicats). La version italienne de « l’importation réticente » de main d’œuvre étrangère (Cornelius, Martin & Hollifield, 1994) s’est donc basée sur une attitude de fermeture formelle – et en même temps de tolérance – sinon substantielle, en tout cas assez large, et de reconnaissance a posteriori de l’entrée et de l’insertion de travailleurs immigrés, plus que de stricts contrôles et de sélection des candidats.

  • 5 On a cru et répété pendant des années, par exemple, que l’emploi de femmes étrangères comme aides d (...)

20Durant ces dernières années, on a souvent parlé d’un modèle méditerranéen d’immigration (Baldwin-Edwards & Arango, 1999 ; King & Black, 1997 ; King & Ribas Mateos, 2002), mis en opposition au modèle migratoire de l’Europe du Nord. D’un côté, nous aurions une immigration régulière, réglementée, insérée dans l’économie officielle, pourvue de droits sociaux, contre une immigration largement irrégulière, spontanée, insérée dans l’économie informelle, sans protection sociale ni droits syndicaux. Notre analyse a essayé de montrer qu’à l’intérieur d’un même pays, l’Italie, on peut découvrir plusieurs formes d’immigration et plusieurs modèles d’insertion. En tout cas, la comparaison avec l’Europe du Nord devrait tenir compte de la période différence dans laquelle l’immigration s’insère et donc de la structure du marché du travail différente (Rea, 2010). Il me semble que les formes d’insertion et les demandes de travail qui s’adressent aux immigrés dans l’Europe du Sud sont typiques de la partie moins noble des nouveaux marchés post-fordistes et post-industriels et, donc, nous parlent plus d’un futur commun et transnational que ce qui est admis. Quelques comparaisons avec l’Amérique pourraient éclairer la question 5.

21En Italie, ces formes d’insertion ne se concentrent pas dans les métropoles, mais sont diffuses dans les provinces du Centre-Nord. Elles ne sont pas seulement liées à l’agriculture et aux services moins qualifiées, elles sont présentes aussi dans l’industrie. Il y a sûrement une partie souterraine, de travail au noir, mais celui-ci est seulement une composante, vaste mais minoritaire, d’une insertion qui se concentre surtout dans les régions où le chômage est plus bas et les revenus sont plus élevés. Ce sont, d’un côté, les demandes de flexibilité de l’emploi, et le recours au travail saisonnier, à durée déterminée, intérimaire, qui s’adressent aux immigrés ; de l’autre, des formes d’emploi relativement stables, mais subalternes, placées aux niveaux inférieurs des échelles hiérarchiques. Dans certains cas, le recours aux immigrés permet de maintenir en Italie des productions qui cesseraient ou seraient exportées à l’étranger ; dans d’autres, cela permet de retarder l’externalisation.

22Il y a aussi des emplois qui se sont créés précisément à la suite de l’arrivée d’une large population immigrée en quête d’emploi : c’est le cas de l’assistance à domicile, qui n’existait pratiquement pas avant l’immigration. Il s’agit là d’un cas très intéressant pour la sociologie économique, d’offre de travail qui crée sa demande. Du point de vue social, on peut parler d’une société post-industrielle qui récupère et revitalise des rapports de travail préindustriels, pour permettre aux femmes italiennes de pouvoir poursuivre leur carrières professionnelles tout en conservant leur rôles traditionnels de responsables de la gestion familiale, compensant la faiblesse de l’intervention publique et aussi du partage des tâches domestiques (Ambrosini, 2008a ; 2008b). En d’autres termes : la famille reste le pilier de l’organisation des soins aux personnes, mais elle doit recourir au marché, c'est-à-dire à l’embauche de travailleuses étrangères pour réaliser la mission qui lui est culturellement confiée.

23Aussi, dans la recherche d’émancipation, les parcours des immigrés semblent reproduire des chemins traditionnels. Comme pour les classes populaires italiennes, le travail indépendant demeure la grande route de la promotion sociale (Ambrosini, 2009). Certains secteurs, comme le bâtiment et le petit commerce, ont commencé à connaitre une substitution des immigrés à la place des anciens opérateurs. Dans d’autres cas, c’est l’immigration qui crée des nouveaux marchés et fait surgir des employeurs pour les servir. Ou encore l’initiative économique des immigrés satisfait la recherche de nouveaux produits, mets, services, loisirs, de la partie plus innovatrice et curieuse de la clientèle italienne.

24Ce bricolage d’ancien et de nouveau, de traditionnel et de moderne, est au cœur du fonctionnement de l’économie et de la société italienne d’aujourd’hui. La crise ne semble pas avoir bouleversé, jusqu’à maintenant, cet état des choses, quoique en compliquant les parcours d’intégration des immigrés et en donnant des arguments aux partisans de l’exclusion. Dans les faits, il n’y a pas de retour des Italiens aux emplois laissés aux immigrés. Par contre, l’Italie, et surtout ses régions et villes plus riches, vivent de manière profondément contradictoire leur rapport à la population. Elles sont en train de devenir toujours plus multiethniques, en termes de nombre de résidents, participation au marché du travail, passages au travail indépendant, élèves d’origine immigrée dans les écoles. Dans leurs représentations culturelles, elles tendent à refuser cette réalité. Elles ne veulent pas être des villes multiethniques. Confrontée avec un emploi étendu et capillaire de personnes immigrées, régulières et irrégulières, dans les familles et dans les entreprises de l’économie urbaine, l’opinion prédominante refuse l’idée de faire de la place à l’immigration dans l’organisation sociétale, avec l’apport de forces politiques et de moyens de communication qui en reflètent et exacerbent les réactions. Les immigrés semblent être acceptés, éventuellement, par voie individuelle, avec un nom et une place précise dans la société, utile, modeste, si possible invisible. Ils font peur quand ils deviennent des collectivités visibles, s’installent dans l’espace urbain, cherchent des lieux et des occasions de socialité.

25La société italienne en raison des tensions entre marchés, politique et culture autour de l’enjeu de l’immigration, se trouve confrontée à un dilemme : comment réconcilier les intérêts et les sentiments, la tête et le cœur, l’individuel et le collectif ? Comme reconstruire une suffisante cohésion sociale dans une société de plus en plus différenciée et plurielle ? Une grande partie de son avenir dépend des réponses qu’elle saura trouver à ces questions.

Haut de page

Bibliographie

Ambrosini M. (2005), Sociologia delle migrazioni, Bologna, Il Mulino Edizioni.

Ambrosini M. (2008a), Un’altra globalizzazione. La sfida delle migrazioni transnazionali, Bologna, Il Mulino Edizioni.

Ambrosini M. (2008b), « Séparées et réunies : familles migrantes et liens transnationaux », Revue européenne des migrations internationales, vol. 24, n°3, pp. 79-106.

Ambrosini M. (2010), « Migrants dans l’ombre. Causes, dynamiques, politiques de l’immigration irrégulière », Revue européenne des migrations internationales, vol. 26, n° 2), pp. 7-32.

Ambrosini M. (dir.) (2009), Intraprendere tra due mondi. Il transnazionalismo economico dei migranti, Bologna, Il Mulino Edizioni.

Anderson B. (2000), Doing the Dirty Work? The Global Politics of Domestic Labour, London, Zed books.

Baldwin-Edwards M. & J. Arango (dir.) (1999), Immigrants and the Informal Economy in Southern Europe, London, Frank Cass Publication.

Calavita K. (2005), Immigrants at the Margins, New York, Cambridge University Press.

Campomori F. (2007), « Il ruolo di policy making svolto dagli operatori dei servizi per gli immigrati », Mondi migranti, n°3, pp. 83-106.

Campomori F. (2008), Immigrazione e cittadinanza locale. La governance dell’immigrazione in Italia, Roma, Carocci Edizioni.

Carchedi F., Mottura G. & E. Pugliese (dir.) (2011), Il lavoro servile e le nuove schiavitù, Milano, F.Angeli Edizioni.

Caritas-Migrantes (2009), Immigrazione. Dossier statistico 2009, Roma, Idos Edizioni.

Caritas-Migrantes (2010), Immigrazione. Dossier statistico 2010, Roma, Idos Edizioni.

Castles, S. (2002), « Migration and community formation under conditions of globalization », International Migration Review, 4, hiver, pp. 1143-1168.

Colasanto M. & F. Marcaletti (2009), I percorsi di mobilità del lavoro immigrato. Primi riscontri per una lettura del caso lombardo, Milano, Osservatorio regionale per l’integrazione e la multietnicità.

Cornelius W. A., Martin P. L. & Hollifield J. F. (1994), Controlling Immigration. A Global Perspective, Stanford, Stanford University Press.

Ehrenreich, B. & Hochschild A.R. (dir.) (2001), Global Woman: Nannies, Maids, and Sex Workers in the New Economy, New York, Metropolitan Books.

Fondazione ISMU. (2010), Sedicesimo rapporto sulle migrazioni 2010, Milano, FrancoAngeli Edizioni.

Fullin G. & E. Reyneri. (2011), Low Unemployment and Bad Jobs for New Immigrants in Italy, International Migration, vol. 49, n°1, pp. 118-147.

King R. & Black R. (1997), Southern Europe and the New Immigration, Brighton Sussex Academic Press.

King, R. & Ribas-Mateos N. (2002), « Towards a diversity of migratory types and contexts in Southern Europe », Studi emigrazione/Migrations Studies, vol. XXXIX, n°145, pp. 5-25.

Ortolano I. & L. Luatti (2007), « “Il mio braccio destro”: percorsi di crescita professionale di lavoratori immigrati », Mondi migranti, n°2, pp. 153-171.

Parreñas R.S. (2001), Servants of Globalization. Women, Migration, and Domestic Work, Stanford (Cal.), Stanford University Press.

Perotti L. (2008), « Le progressioni di carriera degli immigrati », dans Colombo A. & G. Sciortino (dir.), Trent’anni dopo, Bologna, Il Mulino Edizioni, pp. 203-234.

Pugliese, E. (2002), L’Italia tra migrazioni internazionali e migrazioni interne, Bologna, Il Mulino Edizioni.

Rea A. (2010), « Conclusion. Les transformations des régimes de migration de travail en Europe », dans Morice A. & S. Potot (2010), De l’Ouvrier immigré au travailleur sans papiers. Les étrangers dans la modernisation du salariat, Paris, Éditions Karthala, pp. 307-315

Reyneri E. (2006), « From Underground Economy to the Occupational Downgrading: Education and the Labour Market Insertion of Migrants in Italy », Revista Española de Investigaciones Sociologicas, n°116 (octobre-décembre).

Van Valsum S. (2010), Déni de statut : la non-régulation des soins et services domestiques aux Pays-Bas, dans Morice A. & S. Potot (2010), De l’Ouvrier immigré au travailleur sans papiers. Les étrangers dans la modernisation du salariat, Paris, Éditions Karthala, pp. 45-67.

Zincone G. (2006), Familismo Liguele. Come (non) diventare italiani, Roma-Bari, Laterza Edizioni.

Haut de page

Notes

1 Les deux secteurs où l’on trouve la plupart des immigrés qui occupent des postes qualifiés sont les hôpitaux – où il y a, dans le Nord de l’Italie, une importante pénurie d’infirmiers – et le secteur, très particulier et peu réglementé, des activités dites de « médiation interculturelle ».

2 Il faut rappeler que le vote du Parlement a été presque unanime.

3 Par exemple, à Brescia, le gouvernement local a interdit le jeu du cricket dans les parcs publics le dimanche matin, une disposition qui vise le sport pratiqué par les immigrés pakistanais ; il a accordé une aide économique aux familles qui ont eu un enfant, mais seulement si elles sont italiennes.

4 Sauf dans les Abruzzes (4,2 %) qui est influencé par le modèle de l’industrialisation diffuse du Nord-Est et du Centre de l’Italie.

5 On a cru et répété pendant des années, par exemple, que l’emploi de femmes étrangères comme aides domestiques était une spécificité italienne et sud-européenne. Des travaux comme ceux de Bridget Anderson (2000), Rhacel Parreñas (2001), Barbara Ehrenreich et Arlie Russel Hochschild (2002), Peter van Valsum (2010) nous ont montré qu’il s’agit d’un phénomène répandu à l’échelle mondiale mais qui n’est pas facilement admis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurizio Ambrosini, « Malgré la politique », SociologieS [En ligne], Dossiers, Migrations, pluralisation, ethnicisation des sociétés contemporaines, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 25 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3711

Haut de page

Auteur

Maurizio Ambrosini

Université de Milan, Département d’études sociles et politiques - maurizio.ambrosini@unimi.it

Haut de page