Navigation – Plan du site
Les partenariats de recherche

Partenariat de recherche en Hautes écoles spécialisées Santé Travail social de Suisse occidentale

Engagement des acteurs et apprentissages croisés
Laurence Seferdjeli et Kim Stroumza

Résumés

Au cœur des nouvelles politiques de la recherche tournée vers l’innovation, les Hautes écoles spécialisées suisses, récemment portées au niveau universitaire, ont pour mandat la recherche appliquée et le développement. Si la valorisation scientifique des travaux réalisés sous ce régime est visible dans les supports habituels, il n’en va pas de même de l’activité partenariale elle-même et des processus qui participent à sa constitution. L’analyse des narrations des protagonistes des partenariats permet de mettre en visibilité les phénomènes qui font la spécificité de cette activité, que les modèles de la diffusion sont impuissants à saisir. Prise entre pratique ordinaire, activité professionnelle et activité scientifique, soumise à la temporalité du processus, l’activité partenariale interroge la conception même du savoir qui sous-tend les modèles de recherche appliquée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis une vingtaine d’années, sous l’impulsion d’un modèle nord-américain déjà bien implanté, les pays européens ont initié des réformes majeures ayant pour objectif un rapprochement de la recherche publique avec le monde économique et social (Duval & Heilbron, 2006). En Europe, une institution a joué un rôle de tout premier plan dans la promotion et le développement de ce nouveau modèle, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). La parution en 1996 d’un rapport intitulé L’économie fondée sur le savoir (OCDE, 1996) pose les principaux jalons des réformes politiques économiques et sociales qui doivent permettre de préserver la croissance. Ces dernières vont être reprises par l’ensemble des pays membres avec la promotion, notamment du concept d’« économie du savoir » qui acquiert sa légitimité et devient le fondement des « politiques de l’innovation ».

  • 1  Rapport sur la refondation du paysage suisse des Hautes écoles, Secrétariat d’État à la science et (...)

2En Suisse, les nouvelles orientations en matière de politique scientifique donnent lieu en 1996 à une réforme du « Paysage des hautes écoles » 1 par la création des Hautes écoles spécialisées (HES) portant au niveau universitaire l’enseignement professionnel supérieur ainsi doté d’un mandat de prestations élargi incluant la formation continue, les prestations de services, la recherche appliquée et le développement (Ra&D). Ce geste politique fait des Hautes écoles spécialisées une sorte de laboratoire de la mise en œuvre des nouvelles orientations gouvernementales en matière de politique de la recherche et de l’innovation, dans la mesure où la nouvelle institution intègre formellement et explicitement dans sa structure les objectifs inscrits dans une économie du savoir visant prioritairement l’innovation technologique et le transfert des connaissances au service de l’économie et de la société.

3Pour renforcer le dispositif et soutenir le développement de compétences en recherche « orientée vers la pratique » dans les HES cantonales, un mandat est confié aux deux principales institutions fédérales de financement de la recherche publique : la Commission pour la technologie et l'innovation (CTI) et le Fonds national suisse (FNS). Un instrument spécifiquement destiné au financement de la recherche en HES Santé, Travail social, Musique et Art est mis en place : l’Action DO-REsearch. La condition de financement de ces recherches est l’implication d’un partenaire de terrain dont l’engagement se concrétise par une participation d’environ 30 % du financement demandé.

4Dès lors, dans le contexte des HES, le partenariat de recherche n’est pas une modalité que les chercheurs choisissent et explorent librement en fonction de visées scientifiques spécifiques. Il sort du champ épistémologique et méthodologique pour devenir un instrument politico-administratif qui fait désormais partie de la structure même du système scientifique des hautes écoles, une sorte de passage obligé de toute activité de recherche en HES. C’est ainsi l’ensemble des travaux réalisés depuis 1999 par les institutions de formation Santé et Travail social de la HES qui sont des recherches en partenariat. Cette configuration se présente comme une opportunité vis-à-vis de notre projet qui prend pour objet d’étude la construction des partenariats. Elle permet de suspendre le jugement quant à la catégorisation a priori des recherches et la définition de critères de délimitation. Elle nous permet d’examiner un grand nombre de recherches caractérisées par une diversité d’objets et de méthodes. Si cette diversité est visible dans les comptes-rendus, les ouvrages et autres publications, il n’en va pas de même, en revanche, des modalités de relations avec les terrains et de leurs modes de construction. Ce sont précisément ces derniers que notre travail s’attache à mettre en visibilité. Inscrite dans une approche pragmatique qui situe la genèse des savoirs dans la pratique, la recherche sur laquelle s’appuie cette contribution prend pour objet la construction des partenariats de recherche sous l’angle d’une pratique ordinaire qui ne dissocie pas activité de recherche et construction du partenariat. En s’appuyant sur les narrations des agents, elle ne définit a priori ni le rôle des agents qui s’y engagent ni la nature de leur activité mais cherche à rendre visible le mouvement d’ajustement constant des partenaires, ainsi que la diversité des ressources mises en œuvre pour ce faire.

Recherche en partenariat et recherche-action : un air de famille

5Bien que son usage date du xviiième siècle en France dans le contexte du jeu, du sport ou de la finance (Gonnin-Bolo & Zay, 1995), l’émergence d’un terme de partenariat récurrent dans les discours, au niveau politique notamment, est récente tant dans les dictionnaires que dans les discours. Il apparaît dans les dictionnaires courants à la fin des années 1980, sous la définition suivante : « Système associant des partenaires sociaux ou économiques » (Mérini, 1999). Le terme partenaire lui-même n’est guère plus ancien, il fait son apparition dans les années 1960, d’abord dans les champs de l’économique, du politique et de la gestion, puis progressivement dans ceux du social, de l’éducation et de la santé (Landry & Mazalon, 1997).

6Le partenariat de recherche a cependant derrière lui une longue tradition, qui lui donne sa place au sein des activités habituelles du champ des sciences sociales et renvoie aux mêmes questions qui se sont développées dans les démarches de recherche action, recherche intervention, recherche participative, etc. Dans ce domaine, un grand nombre de travaux sont regroupés dans les courants de la sociologie de l’intervention, de la sociologie clinique, de la psychologie sociale d’intervention, qui tous conservent cependant un a priori disciplinaire qui s’intéresse d’abord à la construction des objets d’études et à leur délimitation à l’intérieur des cadres théoriques habituels de la discipline. Actuellement, cet ensemble de pratiques, dont certaines ont presque disparu, peut se regrouper au sein des principaux courants suivants : l’intervention psychosociologique, la recherche-action, la démarche clinique (Felder, 2007). Au sein de ces modalités de recherche déjà bien établies, la question de la relation au terrain est centrale et traverse l’ensemble des discours. Les réponses apportées sont nuancées et formalisées par une importante production en matière de recherches qui alimente le débat. Ces diverses méthodes de recherche sont fréquemment et traditionnellement regroupées au sein d’une même famille élargie, la recherche appliquée. Elles présentent des caractéristiques communes et adoptent les mêmes présupposés suivants (Brabant, 2006) : i) la finalité de la démarche est double : production de connaissance et changement social ; ii) l’interaction entre les praticiens et le chercheur est au premier plan, les partenaires étant considérés comme des participants ; iii) la démarche est initiée par l’identification d’un problème sous-jacent à la demande ; iv) la position de l'intervenant est celle d’un observateur-participant en même temps que celle d'un analyste-critique ; v) elle se caractérise par la dialectique entre implication et distanciation ; vi) les dimensions éthique et politique sont revendiquées.

7Une orientation majeure réunit ces diverses démarches, elle retiendra particulièrement notre attention : il s’agit de leur positionnement vis-à-vis des disciplines traditionnelles dont elles sont issues. Lorsque l’on consulte en effet les principaux ouvrages de référence dans ce domaine (par exemple : Dubost, 1987 ; Herreros, 2002 ; Barbier R., 1996 ; de Gaulejac & Roy, 1993 ; Lévy, 1997 ; Felder, 2007), on est frappé par la récurrence d’un discours qui argumente et qui tente de justifier la valeur de la démarche proposée vis-à-vis de la discipline académique d’origine et des canons classiques de validité scientifique. Ce plaidoyer, le plus souvent, fait fond sur une logique de positionnement social qui met en position basse toutes les démarches d’intervention. Comme le dit Gilles Herreros :

« Tout se passe comme si […] les auteurs du corpus classique de la sociologie d’intervention tentaient, pour marquer “leur conformité” sociologique, de brandir leur attachement à quelque “totem” disciplinaire : la science, le respect de la neutralité, la méfiance à l’égard de toute forme d’engagement, le souci de la prise de distance objectivante […] le rappel de la dissociation entre connaissance et action » (c’est nous qui soulignons) (Herreros, 2002, p. 19).

8La thèse que nous soutenons est la persistance d’un paradigme qui surdétermine les prises de positions et met en opposition la science et la société ou, comme le dit Gilles Herreros ci-dessus, la connaissance et l’action, ou encore, plus proche du sens commun, la théorie et la pratique. Ainsi Jean Dubost, sans équivoque, produit une synthèse des diverses démarches d’intervention qui résume parfaitement ce point de vue :

« Si l’on reconnaît que les problèmes de connaissance, les problèmes d’action et les problèmes d’existence relèvent de logiques distinctes, en partie antagonistes […], on peut identifier au sein du groupe des pratiques que nous avons définies, trois types “idéaux” d’intervention » (Dubost, 1987, p. 182).

9Le tableau qu’il propose place sur un pôle les « Logiques de connaissance » et sur l’autre pôle les « Logiques d’action et d’existence », ce qui lui permet ensuite de formuler les trois types « idéaux » sur un continuum : les « Recherches et Études sans action », les « Recherche-Action » et les « Actions sans recherche », à l’intérieur desquelles prennent place diverses démarches allant de l’expérimentation de laboratoire, sur un pôle, à l’intervention-consultation sur l’autre pôle.

La connaissance dans l’action

10L’épistémologie classique nous a habitués à concevoir la science et la recherche à partir des caractéristiques suivantes : la science est sûre, objective, froide, sans lien avec la politique et la société, sans autre histoire que la rectification des erreurs, limitée aux faits, sans avis sur les valeurs et transmise et enseignée par diffusion (Latour, 1995). Cette conception qui réfère à « la science faite », décrit l’un des pôles de l’opposition paradigmatique entre monde scientifique et monde social, ce dernier présentant toutes les caractéristiques inverses de celles mentionnées relativement au monde de la science : subjectivité, affectivité, contingence, normativité, expérience, efficacité, etc. Il ne s’agit pas là de considérations d’ordre épistémique seulement. Comme on le sait, les deux termes de l’opposition sont hiérarchisés et fondent les modes sociaux d’organisation du travail et de la production. Ils président à la distribution des positions dans l’espace social, la référence et la proximité avec le théorique occupant une position dominante. Si l’on a de bonnes raisons d’objecter que la critique de ce paradigme a déjà fait l’objet de maints développements dans divers courants des sciences humaines et sociales, il n’en reste pas moins que celui-ci continue de surinvestir de manière souvent inconsciente les positions, les analyses et les opinions aussi bien dans le sens commun que dans les discours savants. C’est notamment le cas, pour ce qui nous intéresse, dans les débats théoriques que nous avons examinés plus haut concernant les pratiques de recherche ou d’intervention qui thématisent un type de relation au terrain en rupture avec la recherche académique. Ils ignorent, en amont et en aval de la science faite, les phénomènes qui ne se laissent saisir que lorsque l’on porte attention à la pratique, la pratique en tant qu’elle est autre chose que la simple actualisation de schèmes, principes ou normes logés dans les esprits.

11En demeurant dans ce paradigme, en effet, se trouve escamoté, en amont de la science faite, le processus de construction des savoirs et notamment tout ce que ces derniers doivent au travail de réduction des phénomènes, à la décontextualisation que les chercheurs leur font subir pour qu’ils acquièrent une portée d’une certaine généralité. Des savoirs qui, une fois objectivés, codifiés, stabilisés dans des énoncés, deviennent de l’information et sont censés être disponibles pour l’application. Le partenariat, dans ce contexte, ne peut être que « la juxtaposition d’un système de production de connaissances et d’un système d’utilisation de ces connaissances» (Gélinas & Pilon, 1994, p. 79). La logique de la diffusion ou du transfert renforce, en effet, la confusion entre information et connaissance dans la mesure où elle masque, en aval, le travail de compréhension qu’implique, pour les acteurs, la transformation de savoirs théoriques en « savoirs détenus », incorporés, disponibles dans l’action (Barbier J.-M., 1996). Cette incorporation se réalise elle-même au travers d’un long travail de modification ou de fabrication de l’environnement, un travail d’inscription de ces savoirs dans des agencements et des objets qui, en définitive, assurent leur disponibilité et leur stabilité dans un milieu de travail (Callon, 1999).

12Autrement dit, si les partenaires de terrain sont considérés a priori comme des agents passifs, consommateurs de connaissances produites par d’autres, alors un pan entier des phénomènes spécifiques à l’œuvre dans le processus de changement que présuppose inévitablement la notion de partenariat de recherche est rendu par là-même invisible. C’est pourquoi prendre au sérieux la recherche comme « science en train de se faire » (Latour, 1995), c’est-à-dire comme une pratique sociale au même titre que celle des partenaires de terrain, oblige à questionner ce paradigme. Dans ce mouvement, il apparaît que le chercheur n’est, ni plus ni moins que les praticiens observés, un professionnel socialement situé, engagé dans une activité (de production scientifique), qui nécessite savoir-faire et « ficelles du métier » (Becker, 2002). L’activité de recherche présente des caractéristiques tout à fait semblables à n’importe quelle autre activité laborieuse ; « on pense de façon exactement aussi incorporée, tacite, matérielle, locale, discutée, tâtonnante, collective dans le bureau air conditionné que dans l’atelier surchauffé » dit Bruno Latour à ce sujet (1996, p. 138). Pour le dire autrement, en reprenant le schéma présenté plus haut, il n’y a pas plus de « recherches et études sans action » qu’il n’y a d’« actions sans recherche » si l’on porte attention aux processus dans lesquels sont impliqués une diversité d’agents au prise avec des environnements mouvants dans lesquels ils agissent pour les transformer et qui les transforment en retour.

13Ce changement de posture modifie le rapport entre connaissance et action que nous avons présenté plus haut :

« La connaissance doit être appréhendée comme une activité qui s’exprime directement et exclusivement dans et pour l’action ; ou, plus simplement, comme l’exercice de cette faculté propre à l’espèce humaine qui permet aux individus de se relier au monde qui les environne et de s’y situer correctement pour y agir en commun. […] Lorsque la connaissance est envisagée comme activité, elle nomme autre chose que les multiples formes de savoir encyclopédique, théorique ou technique que les individus apprennent à maîtriser » (Ogien, 2010, p. 2).

  • 2  Une citation de Gilbert Ryle reprise par Janette Friedrich (2010) aide à comprendre cette idée « L (...)

14Cette conception dynamique fait une place majeure au savoir-faire ou savoir tacite des agents, professionnels ou chercheurs. Un savoir-faire non pas sous la forme d’une description, d’un compte-rendu ou d’un discours, qui serait tenu après coup et à distance de la situation, mais un « savoir en fonctionnement » (Friedrich, 2010) 2, un savoir directement déployé dans le cours de l’action et dont l’individu n’a pas nécessairement conscience. Cela nous conduit à pointer du doigt au moins deux types de savoirs dont on peut s’attendre à ce qu’ils participent à la constitution et au maintien des partenariats de recherche : un savoir propositionnel que les agents, chercheurs et praticiens explicitent lorsque l’occasion se présente ou leur en est donnée, et un savoir non-propositionnel (savoir-faire ou savoir tacite) qui se déploie à l’insu des agents, le plus souvent, mais qui est nécessairement convoqué dans l’agir en commun.

15La rencontre entre chercheurs et praticiens est d’abord une rencontre entre des activités hétérogènes. L’ajustement de chacun au cours d’action implique d’incessantes opérations d’anticipation (comment va réagir mon interlocuteur ?), d’objectivation (de quoi s’agit-il ?), de conceptualisation (sous quel type saisir le cas ?) et d’inférence (que puis-je en déduire ?) qui sont indexées à une situation dans laquelle chacun puise des instructions pour s’orienter et mener à bien l’activité. Dans cette perspective, les savoirs sont le produit d’une activité d’enquête, elle-même prise dans une dynamique sociale où les phénomènes de communication et d’énonciation marquent la dépendance de ces savoirs à l’égard du contexte. C’est dans l’enquête pour résoudre une situation problématique que sont déterminées et stabilisées des conduites viables dans des conditions concrètes, l’enquête consistant à imaginer ou à prendre en considération des possibilités et à les tester, et cela jusqu’à ce qu’une forme de résultat stable, assurant un équilibre, soit atteinte.

16Le savoir ainsi conçu pose le problème de l’évaluation des recherches en partenariat. Si les comptes rendus issus de la recherche font l’objet des habituels rapports scientifiques à l’intention des instances de subventionnement ainsi que d’une valorisation écrite ou orale dont l’évaluation par les pairs ne fait pas problème, le savoir-faire acquis dans le cours des rencontres et des activités communes demeure, par sa nature, irrémédiablement diffus. Nous allons voir que si le Fonds national suisse n’intègre pas explicitement cette conception des savoirs tacites dans son dispositif de soutien et d’évaluation, il y est néanmoins sensible.

La recherche appliquée dans les HES : premiers bilans

17Si le Fonds national suisse annonce mettre un terme à son programme DORE en 2011, l’activité de ce dernier depuis 1999 a généré la production d’une masse critique de recherches justifiant la publication de trois rapports successifs. Nous nous sommes intéressées à la manière selon laquelle le FNS intègre la question de l’application dans son évaluation de l’activité DORE. Plus précisément, on prêtera attention aux arguments énoncés sous l’angle de la validation des démarches de recherche appliquée.

18Dans le Rapport des sous-commissions Santé et Travail social pour la reconnaissance des diplômes HES, le principal point soulevé à propos de la recherche appliquée et du développement concerne, en effet, la validation de ces démarches : « La Commission de reconnaissance pense qu’on devra insister sur le principe de la double validation de la démarche et des résultats, d’un point de vue académique (les exigences de validité académiques) et d’un point de vue professionnel (les exigences d’efficacité professionnelle)» (Commission de reconnaissance des diplômes HES cantonaux, 2005, p. 28). Mais la notion de double validation demeure floue et les indicateurs qui permettraient son opérationnalisation ne sont pas définis. En réalité, le seul indicateur d’une forme de validation par les terrains professionnels relève du cofinancement des projets, quelle que soit par ailleurs la nature de ce cofinancement. Le rapport d’activités 2004-2006 signale que « 272 ponts ont pu être construits entre la recherche et la pratique » (op. cit. p. 21) et, qu’en moyenne, trois partenaires sont impliqués dans chaque projet. Sur le plan financier, la contribution des partenaires se monte à 37 % du financement des projets (op. cit. p. 22). Il apparaît cependant que la participation financière des terrains n’est pas tant une validation en aval de la recherche qu’une intention de collaboration, en amont de cette dernière.

19Le bilan globalement positif fait par le FNS de l’Action DORE durant la période 1999-2001 s’appuie, de fait, également sur des échanges menés avec les partenaires de terrain. Le constat suivant est relevé :

« D’abord, il semble que de nombreux milieux professionnels peuvent […] développer une culture de promotion de la recherche comme dimension déterminante de leurs activités. Les retombées de la recherche se situent au niveau d'une amélioration de la pertinence, de la qualité et de l'efficience des pratiques, et dans la maîtrise de celles-ci par les professionnels. Il en résulte souvent aussi, une satisfaction accrue au sein de l'exercice professionnel et donc une plus grande motivation » (Action DORE 2004-2006, p.32, c’est nous qui soulignons).

20Pour formuler son constat, en effet, le FNS s’est appuyé sur des échanges avec les partenaires et c’est leur satisfaction déclarée qui constitue l’indice autorisant un bilan positif. Le rapport précise encore : « La valorisation des connaissances produites par les recherches DORE ne saurait donc se limiter à des bénéfices directement mesurables en termes financiers » (op. cit. p. 32).

21L’examen de quelques-uns des constats de l’Action DORE permet de mettre en évidence certains des enjeux relatifs à l’étude de la construction des partenariats de recherche en Santé et Travail social. On voit ainsi que, dans le cadre de la recherche appliquée en HES, la problématique des partenariats de recherche prend une allure spécifique dont les lignes sont dessinées par les quelques données objectives récoltées par DORE dans son dernier rapport (financement, partenaires de terrains, distribution par HES des requêtes déposées, etc.). Les données objectives sur lesquelles s’appuie DORE sont quantitatives comme le sont d’habitude les indicateurs qui visent à mesurer l’impact de la recherche dans l’économie. Cet exercice, déjà réalisé en 2005 dans les domaines de l’ingénierie et de la gestion (Impactera, 2006), trouve ses limites lorsqu’il est mis en œuvre dans les domaines de la santé et du travail social. Les commentateurs, dès lors, apparaissent démunis et leurs commentaires ont une allure un peu spéculative, fondés comme ils le sont sur la seule « satisfaction des partenaires ». Difficile d’évaluer le transfert même de connaissances, difficile d’évaluer et de prendre en compte ce qui se passe dans le processus de partenariat à l’aide d’indicateurs quantitatifs.

22Pour avancer dans la prise en compte du processus même de partenariat et de ce qui s’y passe, nous avons mené 16 entretiens avec les différents intervenants de six partenariats dans le champ de la santé et du travail social. De l’analyse de ces entretiens (analyse de contenu et énonciative : Stroumza, 2007 ; Seferdjeli, 2007), nous retenons quatre résultats sur la nature de l’activité partenariale et la conception même du savoir qui sous-tend les modèles de la recherche appliquée.

Le processus de partenariat : entre pratique ordinaire, activité professionnelle et activité scientifique

Incertitude, confiance, engagement

23Le partenariat est décrit comme un processus empreint d’incertitude, de confiance et d’engagement. Le point de départ du partenariat, ce qui est présenté comme initiateur du processus, est dans la majeure partie des entretiens un événement (un article dans la presse, une table ronde, une rencontre inopinée), mais un événement qui tire sa force d’une rencontre de trajectoires : telles personnes qui se connaissaient déjà ; un contexte politique qui met une thématique sur le devant de la scène ; un changement d’orientation au niveau professionnel, une réorganisation de l’institution. Quelque chose est d’emblée présenté comme acquis à propos de cet événement par les différents protagonistes des partenariats, mais qui reste peu spécifié, assez vague : « ça les intéressait », « ils étaient partant ». La manière dont est décrit l’événement témoigne d’une rencontre à la fois éthique, politique et épistémique, mais la plupart du temps de façon implicite ou très allusive. Des associations sont tissées dans cette première rencontre, liant événement, milieu de travail, acteurs concernés et promesses de découvertes. Ainsi, dans la question de recherche se niche un engagement éthique et politique : chercher à comprendre l’influence des inégalités sociales sur certaines situations ou encore l’efficacité de certaines pratiques. Et cela implique de prendre au sérieux ces questions, mais également de les considérer comme étant ouvertes, à valider scientifiquement. Il y a là un engagement dans l’accomplissement d’une action en situation qui définit les acteurs concernés par les questions formulées ainsi que par la manière dont ils sont concernés et expriment ou non leur intérêt – phase que Madeleine Akrich, Michel Callon & Bruno Latour (1988) nomment « problématisation ». L’intéressement réussi des partenaires les incite à prendre une part de responsabilité dans la diffusion de la problématisation qui lie les premiers acteurs : les professionnels prennent en charge une part des négociations avec la hiérarchie qu’implique la mise en place d’un dispositif de recherche. Les liens se formalisent dans des conventions, mandats, budgets, demandes de financement impliquant les institutions, définissant des temps et des espaces pour l’activité de recherche.

24Cet engagement des acteurs implique pour eux de se colleter à un développement imprévisible des circonstances, un saut dans l’incertain, en s’exposant à des conséquences futures que l’on ne peut jamais entièrement spécifier à l’avance. Ce saut s’appuie sur des ressources : méthode scientifique, références théoriques qui permettent de poser la question de recherche ; appréhension du contexte politique qui amène à considérer la question comme importante au moment de la rencontre ; enjeux éthiques liés à l’aventure dans laquelle les partenaires du partenariat se lancent et où ils vont en partie dépendre les uns des autres. Cet engagement n’implique pas un accord, son contenu et ses ressources ne sont pas explicités dans les entretiens (seule l’est et souvent de façon assez vague, la question de recherche), il vient de cette rencontre de trajectoires et de l’acceptation de ce saut dans l’incertain : les partenaires « font confiance au processus de travail qu’ils établissent en commun, se préoccupant de construire un devenir “qui convient” » (Béguin & Cerf, 2009, p. 10), ils ont « confiance dans le devenir-scientifique d’une telle relation » (Thiery & Cerf, 2009, p. 37).

25Le processus de partenariat se déroule ensuite en étroite dépendance avec un contexte mouvant, incertain et les protagonistes s’ajustent, pallient les différents incidents, les contingences indéterminées. Les partenaires doivent utiliser les circonstances pour réduire l’incertitude et traiter les contingences, ainsi qu’agir au bon moment en saisissant les occasions favorables. Cela amène les uns et les autres à s’engager dans des activités auxquelles aucun statut n’est attribué, ni méthodologique ni professionnel, mais qui s’impose à un moment donné et dont la nécessité n’est pas mise en question (participer à une fête, assister à une rencontre imprévue, rédiger un petit texte, prendre des photos…).

26Si le processus est guidé par le requérant principal (ou par délégation à des collectifs), par des questions épistémiques, éthiques et politiques (les ressources de cet engagement), nous sommes néanmoins loin de l’image du requérant principal comme entrepreneur, sur les épaules duquel reposerait le processus car plusieurs intervenants diversifiés interviennent (Akrich, Callon & Latour, 1988) ; de plus, et cela ressort nettement des entretiens, le requérant, comme les autres protagonistes, se soumettent aussi au processus, à sa dynamique, qui sert alors également de guide. Soumission à l’agencement qui implique notamment qu’après (parfois) une phase d’exploration, d’ajustement, de test, où le guidage est confié au corps, à un accordage sensori-affectif, sans disposer du recul, de la réflexion ou de l’anticipation réflexive, l’attention au processus est non-focale. Se retrouvent ainsi, pour décrire ce processus de partenariat, des caractéristiques de toute pratique ordinaire : les chercheurs s’installent sur le terrain, habitent et sont habités par le processus. « La continuité de l’action réclame bien plus que l’obéissance à des ordres, l’application de règles ou la négociation d’un accord. Elle repose sur notre très ordinaire familiarité avec le monde » (Ogien, 2010, p. 9).

27Les entretiens dessinent ainsi une autre conception de l’action de partenariat que celle sous-jacente au modèle de la diffusion, dont les modalités d’ajustement ne seraient que marginales et ne remettraient pas en question la linéarité du processus. Le contexte n’est pas stable et identifié au départ, les protagonistes ne sont pas passifs, l’action n’est pas la simple exécution d’un plan. Les planifications, les anticipations ne sont pas écartées de cette conception mais elles trouvent une autre place, elles servent de ressources parmi d’autres pour guider la réalisation de l’action. Pour s’ajuster aux circonstances, mener ce processus tout en s’y soumettant, interviennent en plus des ressources matérielles, humaines et théoriques : des standards de correction, des normes, à la fois celles de toute pratique ordinaire (politesse, sincérité, loyauté…) et celles propres à l’activité scientifique, et qui lui confèrent sa légitimité (rigueur, neutralité…). Cette conception de l’action ou du processus de partenariat comme excédant ses inputs et ses outputs et comme ayant donc les caractères d’un événement irréductible à ses outputs formalisés, justifie que le processus soit étudié en lui-même (et non seulement son produit). Ainsi, le partenariat n’est pas que la mobilisation ou la définition d’acteurs, d’objets, de contextes, il s’agit d’une activité guidée par le requérant et par les partenaires, mais à laquelle ils se soumettent également, une « activité événement ». Et c’est dans cette dimension événementielle que se nichent des apprentissages, des savoirs tacites.

28Du point de vue pragmatique qui est le nôtre, le partenariat de recherche est ainsi considéré dans ces entretiens comme une expérience que l’on observe, comme « une traversée » modifiant ceux qui la subissent (Ogien & Quéré, 2005). Cette traversée implique la rencontre avec des événements ou des situations qui ne se laissent pas saisir par la simple habitude, du fait du caractère inédit de la rencontre. Les interactions entre chercheurs et praticiens sont sources de découvertes sur le monde et sur soi et elles révèlent de nouvelles possibilités de compréhension et d’interprétation. Elles sont donc « productrices non seulement de vérité, que ce soit sous forme de connaissance ou de compréhension, mais aussi d’individualité (celle de l’événement ou de la situation) et d’identité (celle de celui qui fait l’expérience et est instruit par elle) » (Ogien & Quéré, 2005, p. 37).

Intervention dans le processus d’éléments stratégiques ?

29Les activités ajoutées en cours de processus et qui n’ont pas de statut méthodologique ni professionnel (ajout d’un entretien à la méthodologie de départ, mise en avant de collaboration pour satisfaire des instances, venir assister à des événements non prévus dans le protocole, faire de l’entrisme politique), mais dont la nécessité n’est pas mise en question, sont présentées dans les entretiens comme des éléments stratégiques, ajoutés pour rassurer, faire plaisir, montrer que l’on s’intéresse à quelqu’un. Les termes utilisés, la manière de les décrire font écho à des caractéristiques de toute pratique ordinaire. Nécessaires au processus de partenariat mais contingents par rapport à l’activité de recherche ? Cette contingence ou extériorité n’est pas de mise dans tous les entretiens, certains présentent d’emblée ces éléments comme importants pour l’activité même de recherche et dans les entretiens où ces éléments sont présentés comme contingents, la plupart sont finalement reconnus comme utiles à l’activité de recherche (ou plus rarement comme contre-productifs). Cette intrication des éléments stratégiques et épistémiques rejoint un questionnement de la littérature sur le partenariat où s’opposent deux orientations : une tendance à une désacralisation de la connaissance, la privant du caractère de transcendance et d’irréductibilité que lui confèrent les discours épistémologiques et en faisant un discours de part en part « social », proche d’une pratique ordinaire. Il s’agit, dès lors, dans cette orientation anti-cognitiviste, de rendre compte de la connaissance, en son noyau le plus intime, en termes d’opérations, de stratégies et d’associations (Akrich, Callon & Latour, 1988 ou Latour, 2000, par exemple). Les éléments stratégiques ne sont alors pas extérieurs à l’activité scientifique mais la constituent. Une autre option consiste à récuser ce modèle de la rationalité stratégique et à maintenir une spécificité, quiddité de l’activité scientifique (Ogien, 2010 ; Stengers, 1995). Dans cette optique, le processus de partenariat n’est plus à comprendre d’une manière abstraite comme un réseau qui se laisserait décrire en termes d’opérations, de stratégies et d’associations, mais il convient de le décrire comme un attachement dont il faut étudier la spécificité, celle-ci dépendant en partie de sa soumission à la structure interne de son objet. Le processus de partenariat se soumet en ce sens à l’activité scientifique, à ses normes, à son objet et à son déroulement ; le processus peut également être décrit comme un « faitiche », au sens qu’il fait faire quelque chose aux partenaires (Latour, 2000). Cette conception du processus de partenariat comme « faitiche » permet de conjuguer à la fois le fait que ce processus est piloté et le fait que les partenaires s’y soumettent. Cela remet en question le fait de situer l’origine de l’action dans les protagonistes même, que ce soit chez les chercheurs (modèle de la diffusion) ou chez les partenaires (conception utilitariste de la science orientée vers l’application). Le terme de « recherche fondamentale orientée vers l’application » utilisé par le Fonds national suisse traduit, nous semble-t-il, un positionnement dans ce débat théorique, un refus d’une conception utilitariste ou uniquement stratégique de la démarche scientifique.

30C’est le fait de quitter le modèle de la diffusion sans pour autant perdre l’autonomie de l’activité scientifique et la manière spécifique dont cette autonomie se joue à l’intérieur du processus de partenariat qui est ici en question. Les entretiens que nous avons menés permettent de soulever le problème mais pas d’y répondre ; pour ce faire, il faudrait inclure dans l’analyse du processus de partenariat une étude fine de l’activité scientifique (requête, articles, rapports, réunions d’équipe…).

L’apprentissage par le développement d’activités

31Contrairement à une conception des partenaires considérés comme de passifs consommateurs de connaissances produites par le processus de recherche, les entretiens montrent, conformément à la conception des savoirs tacites, qu’une partie de ces connaissances étaient déjà du côté de l’activité professionnelle.

32Selon les partenariats, et selon les connaissances dont il est question, se retrouvent ainsi, à côté d’un processus de transfert, les processus suivants : mettre en visibilité et légitimer les connaissances tacites ; faire émerger ces connaissances, les élaborer, les formaliser, construire de nouveaux savoirs. Le processus de visibilisation, de légitimation de connaissances déjà-là, s’accompagne dès lors d’un processus de reconnaissance des savoirs tacites. Le processus de partenariat en tant que pratique ordinaire, qu’il convient pour le chercheur d’habiter, permet aussi une familiarisation avec ces savoirs tacites des professionnels, ce qui en soi constitue un apprentissage du côté des chercheurs.

33Dans le champ de la santé et du travail social, le professionnel expert se doit d’être réflexif, cela fait partie intrinsèque de la définition de son activité professionnelle et de sa qualité. « Socialiser un milieu professionnel à la culture de la recherche et à l’attitude réflexive », pour reprendre le constat d’un évaluateur (Action DORE 2000-2003, p. 4), ne se fait ainsi pas de l’extérieur, comme un apport de connaissances à la pratique professionnelle, mais bien davantage par la dynamique interne au processus de partenariat et à l’activité professionnelle. Ce qui permet d’expliquer que ces processus de partenariat, même s’ils ont formellement tous une fin (fin du financement, restitution du rapport à l’instance de financement, restitution aux professionnels, repas de clôture…) ont semé pour la plupart, quelque chose qui continue au-delà : un dispositif, des instruments de mesure ou d’évaluation, la fabrication d’une plaquette, des changements dans les pratiques. Qualité, efficacité des pratiques, satisfaction et motivation des professionnels (à la fois pour les chercheurs et pour les partenaires) sont affectés dans l’entremêlement des activités professionnelles et de recherche. Temps, rigueur, espace de pensée sont développés au sein même de l’activité professionnelle par la dynamique du processus de partenariat.

34Sur le plan de la légitimation et de la visibilisation des savoirs tacites également, la proximité est grande entre pratique professionnelle et pratique scientifique. Légitimation, visibilisation rejoignent la dimension de témoignages dont la plupart des professionnels partenaires interrogés revendiquent qu’elle fait partie intégrante de leur mission.

Des activités porte-parole

35Les professionnels du champ de la santé et du social interrogés estiment qu’il est de leur mission de témoigner des difficultés rencontrées par les usagers, de se faire les porte-parole auprès du monde politique de ce qu’ils nomment la réalité du terrain. La reconnaissance apportée à leurs connaissances tacites n’est ainsi pas uniquement quelque chose qui facilite la motivation et la satisfaction au travail au sens d’une santé au travail  mais qui est nécessaire à l’accomplissement de ce qu’ils s’assignent comme mission, à la qualité de leur activité de travail (à son efficacité). La fréquentation de situations singulières éprouvantes sur le plan moral et dont précisément la singularité empêche leur mise en visibilité affecte conjointement chercheur et praticien. Ces expériences partagées ont parfois réorienté le dispositif de recherche par le biais d’un complément d’entretien ou de catégories supplémentaires dans un protocole.

36Si les partenaires ou plutôt leurs activités servent ainsi de témoins fiables (ou en permettent l’accès) pour l’activité scientifique, ils sont également des témoins auprès des politiques. En effet, la légitimité scientifique du processus de partenariat leur permet de rendre leurs témoignages plus fiables auprès des politiques, de gagner en légitimité et, éventuellement, en représentativité. Plutôt que de parler de mobilisations d’acteurs, les entretiens nous montrent que ce qui est mobilisé, ce qui est développé par le processus de partenariat, ce sont des activités, activité du champ de la santé et du social et activité scientifique. Activités qui produisent, de par leur développement, des connaissances et des apprentissages.

Conclusion

37Ce qu’il nous a importé de montrer au travers de cette contribution, c’est que dans le modèle du transfert ou de la diffusion des connaissances (ou dans tout autre modèle alternatif) se logent des conceptions de l’activité scientifique, de l’activité professionnelle, du dispositif de formation et du savoir qu’il convient d’interroger. Ces modèles répondent, souvent implicitement, aux questions suivantes : quelle autonomie et/ou quelle articulation au politique pour l’activité scientifique ? Quelle conception de l’expertise et de la réflexivité dans l’activité professionnelle ? Quelle place pour les savoirs et les savoirs tacites dans le dispositif de formation ? Ces questions sont au cœur du projet HES – ces universités des métiers – et les défis qu’elles soulèvent obligent à prendre au sérieux l’étude des processus à l’œuvre dans la recherche en partenariat.

  • 3  Voir le travail mené par le groupe EREFIN, Groupe de travail inter-établissements sur l'évaluation (...)

38Dans un contexte où les politiques scientifique se préoccupent de plus en plus de l’impact des résultats de la recherche sur l’économie et sur la société, le développement corrélatif des procédures d’évaluation de la recherche est inévitable. Or nous l’avons vu, ne pas se limiter à une conception des savoirs comme explicites et décontextualisés, pose le problème de l’évaluation des recherches en partenariat. Il s’agit dès lors de ne plus cantonner l’évaluation de l’activité de recherche à ses seuls résultats, c’est-à-dire à la science faite et au jugement de leur originalité et de leur universalité, mais d’y intégrer une évaluation du processus, c’est-à-dire la manière dont ces recherches se mènent – la science en train de se faire – pour rendre partageable à des évaluateurs, non seulement les résultats conçus comme des savoirs produits explicites et décontextualisés mais également les savoirs tacites qui sont présents dans le processus de partenariat. Il serait possible, par exemple, de valoriser et de formaliser le temps passé à mener des activités conjointes entre chercheurs et partenaires pour inclure dans la démarche et rendre visible les phases de discussion, négociation, problématisation, observation ou restitution. Ces phases, comme nous l’avons vu, sont portées par la contingence et échappent à la maîtrise du chercheur 3. Si la recherche appliquée dans les domaines de la santé et du travail social des HES se laisse trop facilement prendre dans la logique des enjeux relatifs à l’innovation technologique qui impose des critères d’évaluation uniformément quantitatifs et monétaires en grande partie inadaptés à la réalité des phénomènes à l’œuvre dans les processus de partenariat  elle ne pourra pas affirmer la spécificité de ses activités de recherche et préserver ses objets. Non pas tant du risque de soumission à la demande sociale, tel qu’on le conçoit habituellement, mais plutôt du risque de voir des apports majeurs du processus de partenariat pour les pratiques professionnelles, et même pour les pratiques scientifiques, disparaître sous la rationalité économique.

Haut de page

Bibliographie

Akrich M., Callon M. & B. Latour (1988), « À quoi tient le succès des innovations ? 1 : L’art de l’intéressement », Gérer et comprendre, Annales des Mines, n° 11, pp. 4-17.

Barbier J.-M. (dir), (1996), Savoirs théoriques et savoirs d'action, Paris, Presses universitaires de France.

Barbier R. (1996), La Recherche-action, Paris, Éditions Économica.

Becker H.S. (2002), Les Ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, Éditions La Découverte.

Béguin P. & M. Cerf (2009), Dynamique des savoirs, dynamique des changements, Toulouse, Éditions Octarès.

Brabant L. (2006), Le Concept d'intervention dans les champs disciplinaires des sciences humaines, http://www.ph-e.ca/media/documents/pdf/concept_intervention_marie-louise_brabant.pdf (consulté le 20 mars 2010).

Callon M. (1985), « Éléments pour une sociologie de la traduction : la domestication des coquilles Saint-Jacques des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, numéro spécial, n° 36, pp. 169-208.

Callon M. (1999), « Ni intellectuel engagé, ni intellectuel dégagé : la double stratégie de l’attachement et du détachement », Sociologie du travail, n° 41, pp. 65-78.

Dubost J. (1987), L’Intervention psychosociologie, Paris, Presses universitaires de France.

Felder D. (2007), Sociologues dans l’action. La pratique professionnelle de l’intervention, Paris, Éditions L’Harmattan.

Friedrich J. (2010), Savoir-faire et réflexion, Introduction à la Journée d’Études doctorales en Sciences de l’éducation, Genève, mai 2010, http://www.janette-friedrich.com/ (consulté le 20 juin 2010).

Gauléjac de V. & S. Roy (dir.), (1993), Sociologies cliniques, Marseille, Éditions Hommes et Perspectives.

Gélinas A. & J.-M. Pilon (1994), « Le transfert des connaissances en recherche sociale et la transformation des pratiques sociales », Nouvelles Pratiques Sociales, Québec, vol. 2, n  7, pp. 75-91.

Gonnin-Bolo A. & D. Zay (dir.) (1995), Établissements et partenariats. Stratégies pour des projets communs, Actes du colloque des 14, 15 et 16 janvier 1993, Paris, Éditions de l’INRP.

Herreros G. (2002), Pour une Sociologie d’intervention, Toulouse, Éditions Erès.

Landry C. & É. Mazalon (1997), « Les partenariats école/entreprise dans l’alternance au Québec : un état des recherches », Éducation permanente, n° 131, pp. 37-49.

Latour B. (1995), Le métier de chercheur regard d’un anthropologue, Paris, INRA.

Latour B. (2000), « Factures/fractures. De la notion de réseau à celle d'attachement », dans Micoud A. & M. Peroni, Ce qui nous Relie, La Tour d'Aigues, Éditions de l'Aube, pp. 189-208.

Lévy A. (1997), Sciences cliniques et organisations sociales. Sens et crise du sens, Paris, Presses universitaires de France.

Mérini C. (1999), Le Partenariat en formation. De la modélisation à une application, Paris, Éditions L'Harmattan.

Ogien A. (2010), Revenir à l’ordinaire, Exposé à la Journée d’Études doctorales en Sciences de l’éducation, Genève, 10 mai 1010, http://www.janette-friedrich.com/ (consulté le 20 juin 2010).

Ogien A. & L. Quéré, (2005), Le Vocabulaire de la sociologie de l’action, Paris, Éditions Ellipses.

Ryle G. (1978[1951]), La Notion d’esprit. Pour une critique des concepts mentaux, Paris, Éditions Payot.

Seferdjeli L. (2007), « L’entretien comme mise en discours de représentations ? », dans Plazaoloa Giger I. & K. Stroumza (dir.), Paroles de praticiens et description de l'activité, Bruxelles, Éditions De Boeck.

Stengers I. (1995), L’Invention des sciences modernes, Paris, Éditions Flammarion.

Stroumza K. (2007), « Verbalisation et analyse de l’action : analyser le langage dans sa visée interne pour envisager autrement l’écart entre le dire et le faire », dans Plazaola Giger I. & K. Stroumza (dir.), Paroles de praticiens et description de l’activité. Outils méthodologiques pour la formation, Bruxelles, Éditions De Boeck.

Thiery O. & M. Cerf (2009), « Penser la recherche participative comme une pratique. Une proposition de diagnostic », dans Béguin P. & M. Cerf, Dynamique des savoirs, dynamique des changements, Toulouse, Éditions Octarès, pp. 29-49.

Documents institutionnels et divers

Action DORE, Promotion de compétences en recherche appliquée dans les Hautes Écoles Spécialisées (HES) cantonales, Rapport d’activités 1999-2001.

Action DORE Promotion de compétences en recherche orientée vers la pratique dans les Hautes Écoles Spécialisées (HES) cantonales. Rapport d’activités 2000-2003.

Commission de reconnaissance des diplômes HES cantonaux (2005), Rapport des sous-commissions Santé et Travail social, adopté par la commission de reconnaissance le 18 octobre.

DO REsearch (DORE) (2006), Instrument de promotion pour la recherche orientée vers la pratique réalisée au sein des hautes écoles spécialisées et des hautes écoles pédagogiques, Rapport d’activités 2004-2006. Commission spécialisée DORE, décembre.

Impactera 2006 (2006), Impact économique de la recherche appliquée et des prestations de services. Présentation M.-A. Berclaz, Journée de la recherche HES-SO, mai.

OCDE (1996), L’économie fondée sur le savoir, Organisation de Coopération et de Développement économiques, Paris.

Groupe de projet « Paysage des Hautes Écoles 2008 » (1994), Rapport sur la refondation du paysage suisse des Hautes écoles, Secrétariat d’État à la science et à la recherche/Office fédéral de l’éducation et de la science. Berne, octobre.

Haut de page

Notes

1  Rapport sur la refondation du paysage suisse des Hautes écoles, Secrétariat d’État à la science et à la recherche/Office fédéral de l’éducation et de la science, octobre 1994.

2  Une citation de Gilbert Ryle reprise par Janette Friedrich (2010) aide à comprendre cette idée « Le boxeur, le chirurgien, le poète et le vendeur [...] on les considère comme intelligents, habiles, inspirés ou perspicaces non pas à cause de la façon dont ils réfléchissent aux prescriptions gouvernant la conduite de leurs tâches, s’ils réfléchissent du tout, mais à la façon dont ils les exécutent. Que le boxeur prévoie ou non ses manœuvres avant de les exécuter, c’est la façon dont il se bat qui décide de son habilité à la boxe. (Ryle, 1978[1951], p. 123)

3  Voir le travail mené par le groupe EREFIN, Groupe de travail inter-établissements sur l'évaluation de la recherche finalisée, Évaluation des collectifs de recherche : un cadre qui intègre l'ensemble de leurs activités, janvier 2010, http://www.obs-ost.fr/fileadmin/medias/tx_ostdocuments/Erefin_Synthese.pdf, consulté le 6 juin 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Seferdjeli et Kim Stroumza, « Partenariat de recherche en Hautes écoles spécialisées Santé Travail social de Suisse occidentale », SociologieS [En ligne], Dossiers, Les partenariats de recherche, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 19 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3622

Haut de page

Auteurs

Laurence Seferdjeli

Professeure, Haute école de santé, Genève, Suisse, laurence.seferdjeli@hesge.ch

Kim Stroumza

Professeure, Haute école de travail social, Genève, Suisse, kim.stroumza@hesge.ch

Haut de page