Navigation – Plan du site
L'Action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement

Investiguer le pluralisme de l’agir

Discussion de l’ouvrage de Laurent Thévenot L'Action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement, Paris, Éditions La Découverte, 2006
Jean-Louis Genard

Notes de la rédaction

Le grand résumé de l’ouvrage L’Action au pluriel par son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3572.html et la discussion par Michel Grossetti à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3575.html.

Texte intégral

  • 1 La rédaction de ce texte a pu bénéficier d’une rencontre organisée par la Haute école de travail so (...)

1Une des dimensions centrales de la sociologie développée par Laurent Thévenot et notamment dans l’ouvrage L’Action au pluriel qui nous préoccupe ici, se situe dans l’ambition d’assumer sociologiquement le pluralisme, comme l’indique d’ailleurs explicitement le titre de l’ouvrage 1. Ce pluralisme est un trait distinctif du travail de ce courant sociologique dont on ne sait plus vraiment s’il est pertinent de le nommer « pragmatique » puisque cette appellation est aujourd’hui quelquefois l’objet de dénégations de la part de ceux qui pourtant s’y inscrivent et qui l’ont d’ailleurs souvent auparavant revendiquée. Qu’il y ait un lien fort entre pragmatisme et pluralisme tient au fait qu’avec le premier, et cela depuis les travaux initiaux des pragmatistes américains, William James, John Dewey ou Charles Sanders Peirce, nous avons appris à ne pas dissocier pensée et action, à assumer le fait que l’action se jouait toujours en contexte ou encore que la vérité tenait non d’une adéquation à quoi que ce soit, mais plutôt d’un accommodement ou d’une convenance toujours révisable. Ce qui, mis ensemble, présupposait à la fois qu’agir ou penser renvoyait toujours d’une certaine façon à des hésitations, à des doutes, à un travail d’« enquête » jamais totalement assuré ou à une familiarisation, mais toujours susceptible d’être inopinément contredite. Et, d’autre part, que cette ouverture de l’action tenait largement à sa dimension cognitive, à un travail que dirait « interprétatif » la tradition de l’interactionnisme symbolique que critique Laurent Thévenot, ou plutôt à un « jugement » incluant un travail de qualification admettant l’incomplétude de ses ressources ou l’inquiétude de ses orientations, mais portant aussi une dimension de clôture nécessaire à l’engagement et une possibilité de révision, en particulier face aux obstacles, aux empêchements, aux tracas de la coordination avec soi-même, avec le monde, avec autrui…

2Cette investigation du pluralisme nous reporte bien entendu, mais avec de profondes distances, à la grande tradition qu’avait ouverte Max Weber au travers de sa célèbre typologie de l’action distinguant les agir traditionnel, affectuel, rationnel en valeur et rationnel en finalité. De ce pluralisme, la filiation pragmatique a proposé plusieurs voies d’investigation. De la Justification. Les économies de la grandeur publié conjointement par Laurent Thévenot et Luc Boltanski, dégageait un pluralisme des cités et des mondes tentant de systématiser les enjeux des disputes en justice. Le tableau des six cités initiales s’étant progressivement complété de la conceptualisation de nouvelles cités, comme bien sûr la cité verte (Lafaye & Thévenot, 1993) ou la cité par projet (Boltanski & Chiapello, 1999), tout en se cantonnant sur le terrain des disputes publiques et des enjeux de justice.

3L’approche par les cités a fait elle-même l’objet d’une tentative de reprise englobante que suggérait d’ailleurs le texte sur L’Amour et la justice comme compétences (Boltanski, 1990), reprise dont l’explicitation la plus nette a été faite par Luc Boltanski lui-même et Philippe Corcuff (Corcuff, 1998) au travers d’une conceptualisation de quatre régimes d’action distingués selon un axe opposant paix et dispute, théorisé explicitement en ces termes et un axe moins clairement explicité mais où se profilent ce qu’on pourrait appeler à la fois un niveau de réflexivité et une logique d’équivalence (mesure versus dé-mesure).

Paix

Justesse (mesure)

Agapè

Justice

Violence (dé-mesure)

Dispute

4Dans l’article qui vient d’être évoqué et d’où est repris ce tableau, Philippe Corcuff suggère par ailleurs l’existence de deux autres régimes d’action, le régime stratégique ou machiavélien et le régime compassionnel ou éthique, celui-ci renvoyant aux travaux d’Emmanuel Lévinas.

5C’est évidemment dans le cadre de ces réflexions pluralistes que s’inscrit l’ouvrage de Laurent Thévenot, L’Action au pluriel, où vont être théorisés cette fois trois régimes d’engagement, un régime du proche ou en familiarité, un régime en plan et un régime en justification publique. Ce travail n’est évidemment pas sans lien direct avec les conceptualisations antérieures par rapport auxquelles il assume une ambition d’élargissement. L’engagement en publicité renvoie très directement aux controverses menées « en public » et donc au travail entamé avec De la Justification, alors que l’engagement en plan est largement adossé, comme le confirme Laurent Thévenot, à la cité industrielle et à la cité civique. Ce qui laisse supposer que l’apport théorique le plus innovant de l’ouvrage se situe dans l’engagement en proximité. J’y reviendrai.

S’engager et être engagé

6Bien que s’y établissent des liens forts entre l’architectonique des cités et des mondes, on saisit toutefois immédiatement que l’objet proposé par Laurent Thévenot dans L’Action au pluriel est autre. Et cette différence se marque dans la place tout-à-fait centrale dévolue dans la réflexion à l’engagement. Il ne s’agit plus donc ici du pluralisme des abords du bien commun comme avec les cités et les justifications qu’elles autorisent dans les disputes publiques, pas plus que des enjeux liés à une vision élargie des équivalences ou de la dénégation de leur nécessité comme avec l’agapè. Il ne s’agit pas non plus vraiment d’un pluralisme de l’action, même si le titre de l’ouvrage évoque le terme, dans la mesure du moins où le mot « action » renverrait avant tout à sa visibilité, à sa concrétisation dans le monde et surtout à une anthropologie de l’acteur, supposant autonomie, décision...

7Est visé en réalité avant tout, avec le concept d’engagement, le rapport à soi ou le mode d’investissement de soi de l’acteur dans ses rapports avec le monde, avec les êtres, humains et non-humains, mais aussi et peut-être d’abord – et c’est une originalité de l’ouvrage – avec lui-même. C’est que, à suivre Laurent Thévenot, engagement et coordination doivent se penser de pair, à condition d’inclure dans le concept de coordination cette « coordination avec soi-même » que néglige souvent la sociologie, en se basant prioritairement sur l’interaction comme l’illustre son vocabulaire de la stratégie, de la négociation, de l’interprétation… Là se situe à mon sens la grande originalité du positionnement épistémologique de l’ouvrage. Caractéristique de cette importance du rapport à soi est l’affirmation de Laurent Thévenot selon laquelle, dans l’engagement en plan, ce qui est déterminant dans la conceptualisation qui est proposée, ce sont bien moins somme toute, dans sa conceptualisation théorique, les finalités poursuivies par le plan que le type de rapport à soi, de coordination avec soi et par voie de conséquences avec les autres que génère ce type d’engagement, en quoi donc l’acteur forme et formate à la fois sa volonté (l’usage du terme « volonté » est ici pleinement pertinent) dans le plan et se lie dès lors aux exigences normalisées de celui-ci, des liens qui vont, au travers de cette normalisation, le lier aux autres. En quoi donc le plan, avec ses objets normalisés, lie à soi-même et aux autres celui qui s’y engage, le mettant en quelque sorte à l’abri d’épreuves de justifications en public mais aussi de l’obligation de devoir se « découvrir », en familiarité.

8Si on se penche sur l’évolution des travaux du courant de la sociologie « pragmatique » française, le travail proposé ici par Laurent Thévenot se présente à la fois, comme je l’ai souligné, comme la continuation des travaux initiaux sur les cités mais surtout comme un changement de perspective par rapport à une interrogation par ailleurs constante. Rappelons-nous en effet que la naissance de cette sociologie « pragmatique » trouve notamment sa source dans les travaux du GSPM, Groupe de sociologie politique et morale, dont un des axes forts de distinction théorique se situait dans son souci de réhabiliter une vision de l’acteur social comme acteur moral, à distance donc des sociologies du dévoilement qu’illustrait la sociologie bourdieusienne, des sociologies qui entendaient réduire les motivations de l’action au seul intérêt, mais aussi de formes de l’individualisme méthodologique qui tendent à sous-estimer l’« apprêtement » du monde dans lequel s’inscrivent des actions que cet individualisme tend à rapporter aux seules motivations des acteurs, pensant la constitution du monde sur le mode de leurs agrégations. Dans la perspective pragmatique, l’acteur se trouve au contraire doté de capacités et de compétences multiples, parmi lesquelles des compétences critiques mais aussi par exemple des compétences d’entrer en amour, compétences qu’il exerce dans un monde, ou plutôt dans des mondes « apprêtés », « mis en forme ».

9Toutefois, moins que de chercher à cerner frontalement ce qu’étaient ces compétences et comment elles s’exerçaient, les travaux sur les cités ou sur l’amour cherchaient avant tout à décrire le pluralisme de ce que j’appellerais les visées ou les horizons de l’exercice des compétences. Ce qu’illustre le mieux l’importance prise par le concept de « bien commun » dans les travaux sur les cités. Avec les travaux de Laurent Thévenot et notamment L’Action au pluriel, ce qui est désormais l’objet des investigations ce sont plutôt ces capacités et ces compétences en elles-mêmes et dans leur exercice. Moins donc « ce dont les gens sont capables », pour reprendre le titre d’un texte de Luc Boltanski que « ce que c’est que d’être capable », ce que c’est que d’exercer des capacités, ce qu’en sont les formes ou plutôt les actualisations et cela en se focalisant prioritairement sur ce mode de rapport à soi, aux autres et à la réalité que disent donc les mots « engagement » ou « investissement ».

10On comprend que, dans cette perspective, le concept d’engagement va prendre une signification large, à distance de son acception plus classique qui lie le terme à une intentionnalité ou un volontarisme forts. Tel qu’il est mobilisé ici, le terme « engagement » va donc recouvrir un spectre large incluant la forme active et réflexive que nous dit le verbe « s’engager », par rapport à quoi Laurent Thévenot utilise souvent le terme « quête », aussi bien que ses versions disons « passives » de « l’être engagé » où prédomine alors plutôt une dépendance ou une coordination avec un environnement habité, dans lequel peut se mutualiser ou se collectiviser l’engagement et équipé dans la mesure où cet environnement est lui-même « engagé ».

Engagement et pouvoir

11L’originalité du travail proposé ici – mais aussi peut-être la source d’une certaine difficulté de lecture liée à des usages sémantiques qui prennent de fortes distances avec les usages communs des mêmes termes – est à la fois d’avoir donné au mot « engagement » cette acception très large, mais de proposer, au travers de cette théorie de l’engagement, une reprise théorique de la question du « pouvoir ». Ce qu’atteste somme toute très explicitement le fait que la première ligne du tableau du Grand résumé porte précisément sur les « pouvoirs investis ». À distance des approches théoriques du pouvoir comme domination à laquelle les théories bourdieusiennes ou d’ailleurs foucaldiennes (du moins le premier Michel Foucault) du pouvoir tendaient à le réduire, le « pouvoir » n’est pas ici d’emblée « substantivé » (le « Pouvoir »), mais est saisi précisément comme « capacité », plutôt conviendrait-il mieux de dire comme « potentialité » ou comme « puissance » d’un sujet qui peut s’engager mais qui est toujours déjà engagé et qui le fait ou l’est dans un environnement toujours déjà mis en forme autant que ces engagements pourront contribuer à le « meubler » mais aussi à en ébranler les « meubles ». Là se construit donc une mouvance sémantique où se côtoient les termes « pouvoir », « capacité », « engagement » ou « investissement », des termes qui se meuvent toujours entre des « aptitudes » subjectives et des « gages » qui en garantissent la reconnaissance mais qui peuvent tout autant leur faire obstacle, « gages » qui pourraient tout aussi bien être des « supports », des « appuis » (Dodier, 1993), des « conventions » (selon l’économie du même nom), des prises (Francis Chateauraynaud), ou, mieux sans doute, s’agissant du travail de Laurent Thévenot, des « formes », selon le concept, largement explicité et utilisé dans ses travaux antérieurs, d’« investissement de forme » (Thévenot, 1986). Des « gages » qui vont des habitudes et aptitudes personnelles aux « objets » (dispositifs, procédures, catégorisations…) à disposition. Avec cette approche des pouvoirs adossés à des gages, nous sommes là, épistémologiquement, très loin des conceptions disons « mentalistes » de l’esprit puisqu’il s’agit ici de le débusquer non seulement dans les pensées, mais aussi « dans des corps habités, dans des pratiques alignées par des institutions, voire… dans des dispositifs matériels servant de support à ces connaissances » (Thévenot, 2006, p. 184)

12Tout engagement suppose en effet des « gages », comme l’investissement suppose un « vêtement », une « investiture ». Autrement dit, l’engagement n’est pas ici perçu selon une figure subjectiviste (ce que pourrait induire une appréhension de l’engagement comme décision volontaire) mais est d’emblée envisagé sous l’angle d’un « apprêtement » de l’environnement, « apprêtement » qu’il faudrait saisir conjointement sous ses formes active et passive. D’un côté « apprêter » comme l’illustre le mieux sans doute l’engagement en plan, de l’autre « être apprêté » comme l’illustre le mieux la qualification d’un environnement caractérisant l’ « aise » vécue dans l’engagement en familiarité.

13Si ces investissements de forme sont le support de l’engagement, des pouvoirs de coordination qu’ils stabilisent, facilitent… dans le même temps, leur stabilisation va à la fois contribuer à la « consistance de la personnalité et de la communauté », mais en même temps constituer une rigidification de l’environnement qui empêchera d’autres formes d’engagement. Sans que j’explicite ce point ici, on saisit là comment peut s’opérer une reprise, dans ce nouveau cadre conceptuel, des théories du pouvoir comme domination, mais une théorie qui assumerait d’emblée la fragilité relative des mises en forme.

14On doit remercier Laurent Thévenot d’avoir, dans son Grand résumé, proposé un approfondissement du déploiement du concept d’engagement. Dans L’Action au pluriel, la distinction des régimes d’engagement renvoie à plusieurs axes : « le bien que cherche à garantir l’engagement avec le monde ; le mode d’appréciation au regard de ce bien, de la réalité probante, des gages de l’engagement, soit aussi le format de ce qui fait information ; enfin, la figure de l’agent, spécifié dans ses capacités et son pouvoir à maintenir l’engagement. Puis nous évoquons l’élargissement de l’engagement à d’autres personnes. Cette extension connaît une forme réduite, une réification qui porte atteinte à l’humanité de la personne, lorsque l’autre est confondu avec les choses engagées. L’extension connaît ensuite une forme témoin dans laquelle l’autre est pris à témoin de l’engagement avec le monde et contribue ainsi à la reconnaissance de la personne engagée. Nous mentionnerons ensuite des engagements envers l’autre qui le traitent en tant que personne elle-même engagée, engagements mutuels ou non… » (Thévenot, 2006, p. 244). C’est somme toute par rapport à cette ambition que le texte du Grand résumé offre, au travers du tableau terminal, des éclaircissements et des approfondissements.

15Cette citation tirée du paragraphe intitulé « du proche au public » de L’Action au pluriel (Thévenot, 2006, pp. 242s) illustre le fait que pour l’auteur les formes de l’action ne sont pas prédéterminées une fois pour toutes mais se trouvent, d’une part, dépendantes « d’architectures cognitives » s’élaborant progressivement à la fois historiquement et ontogénétiquement (autrement dit la sémantique actuellement admise autour de ce que agir veut dire, par exemple, désir, volonté… n’est pas un donné intemporel) et, d’autre part, sont étayées sur des aptitudes corporelles, ce qui fait écrire à Laurent Thévenot, dans la suite des travaux de Pierre Livet, que la compréhension de l’action gagne à partir d’une « pragmatique du corps en mouvement plutôt que d’une représentation sémantique de l’action » (Thévenot, 2006, p. 243). C’est à mon sens à partir de ces cadres conceptuels que l’on peut comprendre le privilège donné par Laurent Thévenot au rapport à soi ou à la coordination avec soi-même et sa propension à saisir les logiques d’interaction sur le mode de l’élargissement à d’autres personnes. La question étant de savoir si le propos possède ici une portée ontogénétique qui conduirait, me semble-t-il, à sous-estimer la dimension interactionnelle de la constitution des capacités et des pouvoirs, ou une portée seulement heuristique.

La spécificité des engagements en proximité

16Comme je l’ai déjà signifié, des trois régimes, sans doute est-ce celui en proximité qui constitue l’apport la plus riche et en tout cas le plus nouveau des travaux de Laurent Thévenot, même si bien sûr le propos est architectonique et que le régime du proche ne prend son véritable relief que de sa tension avec les deux autres régimes, ceux-ci nous étant somme toute plus « familiers », si l’on peut dire et, répétons-le, sans que cet apport et cette nouveauté ne présupposent que l’engagement en familiarité soit sociologiquement plus important que les deux autres.

17Cet engagement en proximité est théorisé principalement à partir de la familiarisation avec un environnement habituel dans lequel les objets sont à disposition. Selon sa modalité « normale », il se concrétise par l’« aise » que l’on ressent dans un environnement connu où tout est à disposition et où la familiarisation fait que l’on s’y retrouve « les yeux fermés », par une sorte de pleine disponibilité et de pleine convergence entre le corps, les êtres et les objets. L’entrée par l’« aise » n’est pas anodine dans la mesure où elle confère une sorte de primat lexical aux situations de convenance, de commodité… là où l’approche des cités, en privilégiant une entrée par les disputes, avait accordé ce primat plutôt aux situations de discordance, de désaccords. Dans les descriptions du régime du proche – et contrairement à ce qu’il en est des deux autres régimes – Laurent Thévenot accorde, comme je l’ai suggéré, une importance primordiale à la dimension corporelle de l’engagement qui se vérifie notamment dans l’ajustement du corps aux objets à disposition.

18Précisons ici, comme l’indique d’ailleurs explicitement Laurent Thévenot, que même si la terminologie choisie pour désigner les trois régimes peut laisser penser que ceux-ci sont attachés à des « milieux » et même si de fait leur déploiement le plus « pur » s’opère sans doute dans des espaces spécifiables (l’environnement intime, les relations organisées et les controverses publiques), Laurent Thévenot insiste sur le fait que les trois régimes ne renvoient pas à une théorie des milieux et encore moins à une théorie de la différenciation sociale en sous-systèmes autonomisés. Les chapitres consacrés au travail dans L’Action au pluriel nous en convainquent dès lors qu’ils montrent par exemple comment l’espace du travail (Thévenot, 2006, pp. 131s), que l’on dirait a priori dominé par l’action en plan, peut tout aussi bien faire place à des engagements en familiarité ou en justification publique. Je reviendrai dans la discussion sur cette question dans la mesure où demeurent toutefois, me semble-t-il, certaines ambiguïtés sur cette homologie entre « régimes » et « milieux ».

19L’importance que Laurent Thévenot accorde à la dimension des engagements en familiarité entend prendre en charge une dimension que la tradition sociologique a peu ou insuffisamment prise en compte jusqu’ici. L’importance qui leur est accordée tenant notamment à l’assurance ou la « consistance » qu’ils confèrent à la personne. Laurent Thévenot associe à ce régime du proche un « attachement » à ce qui peuple l’environnement, un attachement qui se traduit – et c’est une spécificité ou une accentuation propre à ce régime – par une intensification affectuelle. Participant en quelque sorte de l’assurance de la personne, les objets et les êtres qui participent de ce régime du proche sont l’objet d’un investissement affectuel qui sera sans doute peu manifeste en régime habituel, mais qui s’explicitera dès lors qu’ils seront l’objet d’une atteinte tant il est vrai que leur porter atteinte revient à porter « atteinte à la personne intime » (Thévenot, 2006, p. 245).

20Au travers de cette spécificité et de cette importance conférée au régime du proche, se profile ce qui me paraît relever d’un positionnement anthropologique qui est à mon sens au centre des réflexions de l’auteur. Par cette mise en évidence du régime du proche ainsi que de l’importance de l’« aise » dans la constitution de la personne au travers de ses supports, Laurent Thévenot entend en quelque sorte pluraliser ou complexifier ses référentiels anthropologiques, conformément aux remarques faites antérieurement à partir des travaux de Pierre Livet. Ceci est particulièrement saillant dès lors que l’on attire l’attention sur les liens forts qu’il établit entre le régime du plan et la figure anthropologique de l’acteur autonome, qui, en quelque sorte, intentionnellement, construit le formatage de son environnement. Ainsi, l’« aise » apparaît-elle en réalité aussi comme une figure anthropologique qui vient en quelque sorte concurrencer le primat souvent accordé à l’« autonomie ». L’importance théorique accordée au régime du proche se vérifie également dans le développement de certains travaux empiriques suscités par cette théorisation, des travaux parmi lesquels ceux de Marc Breviglieri, Joan Stavo-Debauge et Luca Pattaroni qui portent leur attention sur des interactions que j’aurais tendance à qualifier d’infra-propositionnelles, c’est-à-dire des interactions qui se jouent dans des registres non ou peu discursifs, dans des gestes, des attitudes, des troubles, des hésitations, des embarras… qui révèlent l’aise ou le malaise, ou qui tentent de cerner des formes de coordination se déployant à ce niveau que l’on pourrait qualifier d’« esthétique ». Les méthodes utilisées pour ce faire illustrent d’ailleurs la spécificité du régime du proche. Ne pouvant s’en remettre aux techniques habituelles de l’entretien semi-directif dont la logique propositionnelle tient du régime du plan et ne permettrait dès lors pas d’honorer les spécificités du régime du proche, les recherches s’appuient là sur des procédés d’observation fine qu’enrichit l’usage par exemple de la vidéo. Plutôt que d’analyse classique de contenu faisant appel à l’intelligence propositionnelle du chercheur, ce sont plutôt – si on veut bien se référer aux distinctions proposées par Charles Sanders Peirce qui me semblent ici fort « parlantes » – ses intelligences indiciaires ou iconiques qui sont là mobilisées, ou son intelligence « romanesque » comme la qualifie Laurent Thévenot. Ce que confirme d’ailleurs l’usage du mot « indice » dans la caractérisation du « format de l’éprouvé » en opposition aux termes indication et indicateurs pour les deux autres régimes.

L’ouverture vers les transformations de l’action publique

21Un des intérêts majeurs de la théorisation proposée par Laurent Thévenot se situe assurément au niveau de l’action publique. L’intérêt est épistémologique en particulier parce que les balises théoriques offrent une perspective très originale qui relie les transformations de l’action publique avec des coordonnées anthropologiques, permettant de saisir l’émergence de nouvelles formes d’oppression où se recompose ce qui auparavant était traité sous l’enseigne de la domination. On ne saurait là évoquer l’intérêt des programmes de recherche suscités par le cadre théorique proposé, celles par exemple de Marc Breviglieri, de Luca Pattaroni, de Nicolas Auray, de Dany Trom, de Joan Stavo-Debauge, Claudette Lafaye, Damien De Blic et de bien d’autres.

22Sans doute est-ce surtout, encore une fois, la référence au régime du proche et aux liens forts qui le lient à la construction de la consistance de la personne qui permet de saisir comment les « politiques qui se rapprochent », politiques d’activation construites sous le référentiel de l’action en plan avec comme horizon un individu autonome et responsable, en viennent à « écraser » les autres régimes. En particulier donc le régime en familiarité, en imposant aux acteurs des mises en forme d’eux-mêmes comme individus autonomes et de leur environnement quotidien comme environnement ordonné au projet, des mises en formes susceptibles d’en briser l’« aise » et d’affecter dès lors la consistance personnelle. Mais aussi le régime de la justification en public sous l’horizon d’un bien commun civique, dans la mesure notamment où le référentiel du plan, tendant à se centrer sur le seul référentiel industriel au travers de ce que Laurent Thévenot appelle le « gouvernement par les normes » ou le « gouvernement par objectifs », possède un fort potentiel de neutralisation de la critique, notamment en intégrant à sa fonctionnalité des logiques et des instruments d’évaluation qui font croire à l’intégration au sein même du plan des caractéristiques propres à la justification en public. Logiques et instruments qui, construits à partir d’« indications de fonctionnement normal » ne peuvent rendre compte des exigences propres au régime de la familiarité, pas plus qu’ils ne sont portés à assumer, en raison des fractionnements des objectifs qu’ils présupposent, une critique qui pourrait s’opérer sous l’horizon d’un bien commun. L’attention est également portée sur le travail et les conditions de travail de ceux – les travailleurs du social principalement – qui ont la charge d’assurer la mise en œuvre de ces politiques.

23On l’aura saisi, là se renouvellent potentiellement les bases d’une sociologie critique susceptible d’élargir la « gamme » des maux et oppressions pris habituellement en charge par les sciences sociales.

Quelques questions

24Réagir à un Grand résumé oblige bien entendu à des relectures et à des efforts de compréhension fine qu’une première lecture ne sollicite pas nécessairement. Ce travail a été pour moi l’occasion de me convaincre au fil de mes lectures et relectures de la solidité et de l’originalité des thèses proposées par Laurent Thévenot. Comme il le suggère, il est un moment toutefois où les lectures et relectures confrontées à la nécessité « en plan » de finaliser un texte oblige à une « clôture » qui n’ôte évidemment pas toute « inquiétude » quant à la justesse de la compréhension de l’auteur.

25Ce sont donc plutôt des questions d’éclaircissements face à ces inquiétudes que je souhaiterais évoquer maintenant. De manière à circonscrire mon propos, ces questions se centreront essentiellement sur le cadre théorique mis en place autour du concept d’engagement sans déborder sur la question de l’analyse de l’action publique.

Ce que couvre aisément et moins aisément la typologie

26Comme face à l’entreprise de La Justification à propos des cités, comme face à toute entreprise de construction typologique, se pose ici d’une part la question des limites et de l’exhaustivité de l’espace couvert par la typologie de l’engagement et de l’autre du degré d’incompatibilité des différents types. Une fois dans le plan, ne peut-on s’y trouver à l’aise ? N’y-t-il pas somme toute des acteurs qui ne seraient à l’aise que dans le plan ? Sans doute s’agit-il en réalité là d’une critique que je dirais volontiers par trop « aisée » qui tient au genre épistémologique qu’est la construction de typologies. Laurent Thévenot lui-même précise d’ailleurs que ses propositions « n’épuisent pas la variété des figures de l’être humain en société » (Thévenot, 2006, p. 43). Je souhaiterais néanmoins faire à ce niveau l’une ou l’autre remarque susceptible à mon sens de questionner les cadres de la construction typologique proposée ici.

Élargissement du concept d’engagement et rétrécissement de l’anthropologie de l’autonomie

27La première tient en fait aux liens forts que Laurent Thévenot établit entre la figure de l’acteur autonome et responsable qui prend résolution et s’engage avec la figure de l’engagement en plan, tout en établissant de fortes distances entre cette figure de l’acteur et celle de l’action en proximité et en justification publique. J’aurais personnellement tendance à élargir bien au-delà du modèle du plan cette figure de l’acteur autonome qui décide intentionnellement, en précisant les balises de cet engagement. Le modèle privilégié par le plan est celui de l’action caractéristique des logiques du contrat et du projet propres au monde des relations organisées. D’une certaine façon, la figure idéale-typique de l’agent autonome renvoie en réalité celle-ci de manière privilégiée au modèle tout aussi idéal-typique de l’agir rationnel en finalité wébérien, « neutralisant la composante évaluative de l’engagement » au travers de l’usage du « vocabulaire des besoins et des utilités » (Thévenot, 2006, p. 247). On peut me semble-t-il légitimement s’interroger sur cette mise en correspondance forte entre la figure de l’acteur autonome, doté de volonté, soucieux de se projeter… avec le seul modèle de l’action en plan que ce soit par rapport à l’histoire de la figure de l’acteur autonome que révèle par ailleurs l’étymologie du terme, mais aussi en réfléchissant à certaines formes d’activités qui ne semblent pas s’ajuster à une telle correspondance.

28En quoi par exemple la figure du militantisme, de l’engagement pour une cause ouverte à la discussion publique qui relèverait de l’engagement en publicité ne renverrait-elle pas à la figure de l’autonomie, voire en quoi ne l’illustrerait-elle pas mieux que l’action en plan dans la mesure où c’est là que s’opère le plus explicitement un engagement appelant justification de ses choix, alors qu’au contraire le plan tend, comme y insiste Laurent Thévenot, à restreindre l’ouverture de l’autonomie dès lors qu’il s’y est lié ou dès lors qu’il s’y trouve « embarqué » ? Dans le tableau figurant en conclusion du Grand résumé, il est significatif d’observer que si la figure de l’autonomie correspond au « pouvoir investi » du régime du plan, son correspondant dans le régime de justification en public renvoie non pas aux caractéristiques de la personne (comme le fait l’autonomie) mais bien à l’objet de l’engagement (nous dirions plutôt la « réalité engagée » qui est traitée plus loin dans le tableau), à savoir la « grandeur qualifiant pour le bien commun ». D’une certaine façon donc, l’élargissement du concept d’engagement, qui dans son usage le plus commun renvoie à la figure de l’acteur autonome et responsable, paraît se payer en retour du rétrécissement du champ d’application de la figure anthropologique de l’autonomie. Précisons que j’évoque cela à titre interrogatif sans remettre en question l’hypothèse riche de l’ouverture de la réflexion à d’autres figures que celle de l’acteur autonome dont est donc opportunément rappelée à la fois l’historicité et la relativité.

Des espaces non couverts par les régimes

29Une autre question se pose à mon sens qui renvoie à la question de l’espace couvert par la typologie. J’aurais là deux voies de questionnement.

30La première porterait sur certaines formes d’activités qui sont à la fois à dominante intentionnelle mais qui ne répondent pas aux exigences ni de l’action en plan, ni de la justification en public. Je pense par exemple à la flânerie, aux activités de loisirs, aux activités « créatives », à la générosité ou à la sollicitude, aux actions ouvertes sur l’aventure et l’inattendu comme les rencontres par Internet… Là se manifestent des formes d’activités qui sont à la fois marquées intentionnellement, peuvent renvoyer au modèle de l’acteur autonome, mais ne comportent pas vraiment une structuration en plan, à tout le moins voulue par les acteurs en question et dont la « réalité engagée » ne l’est pas « en fonctionnalité », ne comportant pas d’« indication de fonctionnement normal », pas plus qu’elle n’ont pour horizon un « bien commun ». Ce sont des activités dans lesquelles la « réalisation de soi » peut être essentielle sans qu’il s’agisse pour autant d’une « réalisation de soi dans le projet convenable du plan », mais plutôt d’une « réalisation de soi en authenticité » pour reprendre le vocabulaire de Charles Taylor, ou encore en générosité, en don de soi... Laurent Thévenot évoque d’ailleurs lui-même les travaux récents de Nicolas Auray jetant les bases d’un quatrième régime d’engagement nommé « exploratoire » qui à certains égards répond, au moins partiellement à cette question.

31Toutefois, au-delà de cette suggestion, je me demande si ces remarques ne suggèrent pas que la typologie des trois régimes d’engagement (et en l’occurrence spécifiquement des deux régimes en plan et en justification publique) s’est davantage construite sur l’une des deux figures du moi moderne, telle que les théorise Charles Taylor, en l’occurrence davantage sur celle du « moi rationnel » que sur celle du « moi expressif », un moi expressif dont on peut penser qu’il se trouve bien davantage sollicité et « démocratisé » (pensons à l’hypothèse de l’esthétisation de la vie quotidienne de Daniel Bell) au sein de la « modernité avancée ». Il est d’ailleurs significatif que les travaux de Nicolas Auray soient mobilisés pour évoquer des formes d’engagement caractéristiques du capitalisme contemporain, bien qu’à vrai dire la figure anthropologique du « moi expressif » n’entretienne à mon sens pas de lien nécessaire avec celui-ci, comme en convaincrait la reconstruction de Charles Taylor. Une autre manière de le dire serait peut-être de renvoyer aux figures dominantes et structurantes de l’individualisme de la modernité, à savoir le travailleur (entrepreneur ou salarié) qu’on théorisés Karl Marx ou Max Weber, le citoyen dont la figure se dessine chez Jean-Jacques Rousseau par exemple, mais aussi l’artiste. Bref, si les deux premières figures trouvent leur correspondance avec les engagements en plan et en justification publique, la troisième paraît à bien des égards demeurer orpheline.

32Pour le dire en d’autres termes, on pourrait par exemple se demander si l’élargissement que suppose le passage du régime du proche aux autres régimes n’a pas été pensé prioritairement sur le mode d’un élargissement « épistémique », sans déployer l’hypothèse de ce que j’appellerais un « élargissement esthétique ou érotétique » (pensons au tourisme d’exploration ou d’aventure, aux rencontres sur internet, aux pratiques sportives de délassement, aux « sorties », à l’intérêt pour l’art ou les paysages…) pour reprendre des distinctions dont usent volontiers les linguistes.

33À l’inverse, il existe toute une série d’activités qui possèdent de nombreuses caractéristiques du régime du proche, comme par exemple l’importance qu’y prennent les usages du corps, leur dimension infra-propositionnelle ou encore l’aise qu’elle assurent et induisent… mais qui n’ont en rien leur place au sein de ce qu’on pourrait désigner au travers des termes « proximité », « familiarité » ou « intimité », que l’on donne à ces termes une acception spatiale (ce que contesterait Laurent Thévenot) ou non d’ailleurs. Je pense ici en particulier aux gestes de civilité ou à ce qu’Erving Goffman appelle les « rites d’interaction ». L’entrée en matière narrative de L’Action au pluriel est à mon sens très significative de cela. L’Occupant du train, qui va y illustrer l’engagement en proximité, est quelqu’un qui va y « prendre ses aises » en s’y déployant sur quatre places et non la sienne seule, provoquant les réactions des protagonistes qui vont devoir s’y confronter, forts au départ de leur droit à occuper les places anormalement investies. On saisit immédiatement que cette scène aurait pris un tout autre tour si à l’Occupant prenant ses aises s’était substitué un Occupant « civil » et si des ajustements interactionnels s’étaient opérés sans qu’aucune discussion ne s’engage mais simplement au travers de manifestations corporelles indiciaires aisément comprises des uns et des autres. Ces gestes de civilité possèdent bien des spécificités qui sont refusées aux gestes caractéristiques du régime du proche, des gestes qui « n’impliquent pas de coordination avec des personnes distantes, ni la perspective d’être compris de quiconque » (Thévenot, 2006, p. 103). Là, par un autre bout, se pose également la question d’un élargissement érotétique ou esthétique de l’engagement (que Laurent Thévenot aborde toutefois pp. 118s) au-delà de certaines limites assignées dans la typologie au proche.

Les mediums cognitifs de l’engagement

34Il me semble que l’on peut s’accorder avec Laurent Thévenot sur l’importance de l’apprêtement du monde au travers d’objets à disposition. C’est d’ailleurs là à mon sens un de ses apports décisifs à la sociologie pragmatique. Comme on peut s’accorder sur le fait que le rapport à ces objets est, pourrions-nous dire, infra-propositionnel (Laurent Thévenot n’apprécierait peut-être pas le préfixe « infra » dans la mesure où il renverrait à une infériorité qui ne pourrait alors être mesurée qu’aux régimes du plan ou du public) ou pré-réflexif. Il y a là une position forte selon laquelle se construit un rapport à l’environnement dans lequel l’implication corporelle est essentielle, un rapport qui se traduit, répétons-le, dans la figure de l’aise. Comme dans les exemples qu’il donne – s’asseoir dans un fauteuil, ouvrir un tiroir… – les gestes apparaissent avant tout comme des pratiques qui certes ont un sens – et à suivre Laurent Thévenot un sens fort qui se révèle face aux obstacles que ces pratiques rencontrent – mais qui, pourrait-on dire, « se passent » de connaissance et de réflexivité. C’est à ce titre qu’elles sont idiosyncrasiques, « intimes » comme dirait sans doute Laurent Thévenot et, pourrions-nous peut-être ajouter, largement « esthétiques », c’est-à-dire s’appuyant sur une sensibilité où se mêlent sensation (renvoyant plutôt au corps) et sentiment (renvoyant plutôt à l’affect), le domaine de l’esthétique étant par excellence infra-propositionnel sans être, précisons-le, irréflexif – Laurent Thévenot s’explique de cela notamment dans une brève discussion avec l’usage du mot « réflexivité » par Scott Lash et Anthony Giddens (Thévenot, 2006, p. 239). Cette intimité situe dès lors le rapport aux objets à disposition à distance des conditions d’un accord intersubjectif présupposant le langage propositionnel qui constitue, selon des modalités différentes, un des horizons des deux autres régimes.

35En réfléchissant aux logiques sous-jacentes à la différenciation des régimes d’engagement, je me suis posé la question de savoir si, là, ne se situait en fait pas un enjeu théorique central, à savoir la dimension propositionnelle caractérisant, selon des modalités différentes les deux derniers à l’encontre du premier. Cette observation inviterait à mon sens à investiguer la voie d’une distinction entre les trois régimes d’engagement selon ce que j’appellerais faute de mieux les mediums cognitifs de l’engagement, utilisant ici l’adjectif « cognitif » de manière à opérer une distinction au sein de ce que Laurent Thévenot appelle la « réalité engagée » ou encore le « format de l’éprouvé ». Cette option aurait l’avantage de dissocier certaines caractéristiques du premier régime d’une proximité parfois trop fortement rapprochée de l’intimité ou de la familiarité et excluant donc, comme l’explicite une citation précédente, la coordination avec des personnes « distantes » et surtout une intercompréhension à la fois pré-réflexive et, c’est ceci qui est ici décisif, néanmoins élargie. Dans cette optique se distingueraient donc trois mediums.

36Un medium que j’identifierais volontiers (en suivant d’ailleurs la suggestion de Laurent Thévenot évoquant des « indices perceptuels » pour spécifier le « format de l’éprouvé » propre au régime du proche) par les termes « impressionnel », « perceptuel », « sensible », « émotionnel », « passionnel »… largement étayé sur le corps et donc, contrairement aux deux autres régimes (Thévenot, 2006, p. 119), largement infra-propositionnel du moins tant que l’activité ne rencontre pas d’obstacle et donc une frustration ou un embarras dénotant la conscience (pas forcément réflexive) d’un écart entre la réalité qui est et celle qui aurait pu ou aurait dû être. Ajoutons que la corporéité présuppose là nécessairement l’existence d’une « mémoire sensible » acquise par apprentissage.

37Le medium du plan bien sûr dans le second cas, présupposant une figure de la subjectivité autonome assurément, mais surtout de cette forme d’exercice de l’autonomie que l’on dirait « résolue » et « décidée », ou plutôt peut-être « déterminée » (en accordant ce terme au jugement déterminant kantien), une subjectivité qui entend se donner les moyens de ses fins et qui tendra ses actions comme elle les mesurera à l’aune de valeurs de fonctionnalité, de normalisation, d’efficacité ou de succès. Comme je l’ai souligné, l’autonomie liée au plan est en réalité une figure spécifique et, dirai-je, réduite de l’autonomie pour laquelle l’« état d’agent agissant » (Thévenot, 2006, p. 47) est avant tout celui de l’agent « calculateur » dont les agissements sont orientés par la recherche de la réussite du projet. Contrairement au premier niveau, le medium est bien là linguistique et propositionnel. Il s’actualise et se matérialise dans la forme contractualisée, mais aussi dans la construction d’indicateurs de normalité et de performance.

38Le medium de l’engagement en justification publique renverrait, là, plutôt à l’intelligence critique, c’est-à-dire la capacité mais aussi la disposition à entrer en discussion et à défendre ses positions, où se retrouve le mieux sans doute la signification d’une subjectivité « convaincue », « assurée », « engagée », au sens le plus commun du terme cette fois qu’entend au contraire déployer Laurent Thévenot.

39Une focalisation sur cet élément distinctif que j’ai nommé « medium de l’engagement » permettrait, comme je l’ai évoqué, d’alléger les liens résiduels que Laurent Thévenot établit tendanciellement entre les formes d’engagement et les « lieux » de ceux-ci. Ce qui est visé dans cet argument, ce sont les liens qui tendent à demeurer entre le medium « sensible » de l’engagement en proximité et le milieu de la proximité ou de l’intimité. Ou encore la dimension très exigeante de l’engagement qui s’attache à ce que j’appelle l’intelligence critique dès lors que lui est associée la contrainte d’une référence à un bien commun justifié en publicité. Ainsi, les aléas d’une relation amoureuse devenue routinière peuvent conduire d’engagements familiers vers des remises en cause critiques appelant justifications qui peuvent tout-à-fait ne pas honorer les exigences fortes d’une référence à un bien commun justifié en publicité, mais mettre en avant des explications contextualisées et particularisées, des excuses… Il est en effet peu probable que de telles querelles requièrent la mobilisation d’horizons dont les cités offrent le modèle, pas plus qu’elles ne soient rapportables à des horizons d’avance « planifiés » ou encore que « le "je" et le "vous"... deviennent importuns dans le rapport sur ce qu’il advient » et que celui qui est en face devienne un « il », « une personne anonyme, un « autrui généralisé » au sens de George Herbert Mead, qui doit trouver place nette » (Thévenot, 2006, pp. 106-107). Se pose notamment là la question de ce que peut en réalité viser dans l’architectonique proposée par Laurent Thévenot le concept de « bien commun » ou de « convention collective » sachant que bien des disputes peuvent porter sur des enjeux dont l’horizon est plutôt un « bien vivre » fortement contextualisé qu’une exigence de « justice », me référant là librement à la distinction classique entre éthique et morale. Bref, de quelles variabilités est susceptible le concept de « bien commun » ?

Mediums et milieux

40De manière plus générale, là où, dans la tradition ouverte par Georg Wilhelm Friedrich Hegel et reprise par Jürgen Habermas, Axel Honneth développe une théorisation des milieux de la reconnaissance en distinguant les atteintes à l’intégrité corporelle, les dénis de droit et les déficits de solidarité, un des intérêts majeurs des travaux de Laurent Thévenot et en particulier des analyses qu’il évoque et/ou que ses travaux ont suscitées se situe à mon sens dans le fait que, lorsqu’on les analyse empiriquement de manière fine, on observe toujours dans les différents milieux des modes de coordination pluriels qui s’ajustent, se complètent, entrent en tension… Comme je l’ai rappelé, les passages consacrés à l’organisation du travail illustrent peut-être le mieux cela dans L’Action au pluriel. Mais on pourrait évoquer les travaux récents de Nicolas Dodier et Janine Barbot sur le procès « Creustfeld-Jacob » qui montrent comment le régime « compassionnel », qui possède bien des caractéristiques de l’engagement en proximité, s’immisce au sein de l’arène juridique qui paraît pourtant a priori en exclure l’irruption, cela s’ajoutant à l’hypothèse mise en avant par Laurent Thévenot dans le chapitre consacré au droit dans lequel il montre que, si le régime de justification y est sans doute l’horizon a priori prédominant, « le juridique repose largement sur une figure d’individu engageant sa volonté libre, dont nous pouvons reconnaître le soubassement dans le régime d’engagement en plan » (Thévenot, 2006, p. 180).

41Ces remarques, couplées à mes remarques précédentes sur les mediums, inviteraient peut-être à desserrer ou à dénouer encore davantage les liens que j’ai qualifiés de « résiduels » entre milieux et formes ou plutôt alors mediums d’engagement, même si à l’issue de ce « dénouement » des homologies privilégiées pourraient se renouer. Autrement dit, les liens que j’ai qualifiés de résiduels entre les régimes d’engagement et les lieux où ils se manifestent, ne conduisent-ils pas à surcharger les conceptualisations théoriques en particulier du régime en proximité, avec pour conséquence de saisir difficilement des formes d’engagement qui coupleraient par exemple investissement « sensible » et anonymat, impersonnalité ou absence de familiarité, comme l’illustrerait la rencontre d’un paysage, d’une ambiance jusque-là inconnus ?

Élargissement et rétrécissement

42La suggestion proposée ici interroge par ailleurs l’hypothèse quelquefois énoncée par Laurent Thévenot d’un « élargissement » allant du régime du proche vers le régime de la justification en passant par le régime du plan. Si on peut aisément s’accorder sur l’hypothèse d’un élargissement entre le régime du proche et les deux autres régimes, élargissement relatif au passage au registre discursif et propositionnel et donc aux présuppositions de mise en commun qui lui sont sous-jacentes, on est moins convaincu du fait que le régime de la justification publique soit au même sens un élargissement par rapport au régime du plan, en particulier parce qu’on pourrait au contraire saisir le registre du plan comme un « rétrécissement » par rapport au registre de la justification publique dans la mesure où le plan conduit à une « neutralisation » des enjeux de justice, comme évoqué précédemment. La dispute conjugale que j’évoquais précédemment, éveillée à partir d’une discordance au sein du régime du proche, peut conduire à des explications débouchant par exemple sur un accord pour de nouvelles répartitions des rôles relevant plutôt de l’action en plan. Ces remarques inviteraient à dialectiser « élargissement » et « rétrécissement » entre les différents régimes, comme à intégrer au modèle des logiques d’« incorporation » à partir de registres propositionnels et discursifs, à l’image de l’incorporation des registres de la civilité qu’a analysée Norbert Elias à partir de la lecture des manuels de savoir-vivre de la fin du Moyen-Âge et de la Renaissance.

43Cette remarque plaide à mon sens également en faveur des remarques précédentes sur le dénouement des liens entre « médiums cognitifs » et « milieux » de l’engagement dans la mesure où, à mon sens, ces concepts d’élargissement ou de rétrécissement tirent avant tout leur intelligibilité de la « montée en généralité » discursive, c’est-à-dire des médiums de l’engagement plus que des déplacements de milieux, du moins dans la mise en relation des régimes du plan et de la justification en public, comme je l’ai évoqué précédemment.

Différenciation des régimes d’engagement et grammaire des pronoms personnels

44La différenciation par les médiums de l’engagement problématise également la différenciation des trois régimes au travers d’une mise en relation avec les pronoms personnels. Le régime du proche renvoyant à la première personne, « faute de mieux » écrit Laurent Thévenot (Thévenot, 2006, p. 102), le régime du plan à la deuxième, Tu ou Vous, et le régime de justification en public, à la troisième, Il (pp. 102s).

45Car, en effet, ce que cherche fondamentalement à aborder le propos, au travers du concept d’engagement, ce sont bien, somme toute et de manière transversale aux trois régimes, les formes d’un rapport à soi et à l’environnement vécu à la première personne. Et, pour prendre l’exemple du régime en justification publique, moins la défense d’une cause justifiée dans l’ordre civique, domestique, d’inspiration, vert, par projet… que l’investissement personnel, que la « façon de prendre part au commun » (voir le Grand résumé) qui peut d’ailleurs varier considérablement selon le type de bien visé. Toutefois, comme le suggère d’ailleurs le tableau terminal du Grand résumé ou la longue citation précédente, on se persuade aisément que tout engagement est à la fois et en même temps investissement de soi, selon la visée de la première personne pronominale (pouvoir investi), lien avec autrui (engagement mutuel) et l’environnement (réalité engagée) selon la visée interactionnelle de la deuxième personne et à propos de quelque chose (bien engagé) selon la visée référentielle de la troisième personne.

46Bref, on peut « se donner à une cause » comme le font les militants et s’impliquer fortement comme « Je » dans le régime en publicité. Je puis également être embarqué dans un plan et je le suis d’ailleurs de plus en plus souvent étant donné les nouvelles formes de l’action publique, mais le vivre en extériorité dans le Il… Et si nous nous référons au régime du proche dont l’investigation constitue l’apport principal de l’ouvrage, on peut admettre que la commodité dans le rapport aux objets, les risques de réification des personnes qui lui sont inhérentes, nous feraient plutôt penser à des engagements en troisième personne (ce que révèle d’ailleurs l’usage du mot « réification »), là où de fait l’engagement amical ou amoureux et les attentions et sollicitudes qui les accompagnent, ou encore l’attachement fort à un lieu, nous paraîtraient devoir requérir la référence à l’interaction Je-Tu, alors que la relation aux objets pleinement à disposition et participant de l’aise quotidienne projette sur ceux-ci quelque chose de la première personne (mon fauteuil, ma place à table…).

47Précisons toutefois les choses. Pour l’acteur qui vit « esthétiquement » l’aise avec son environnement dans le régime du proche, cette distinction n’a somme toute pas grande pertinence. Par contre, analytiquement, pour le sociologue qui cherche à décrire les choses, elle peut acquérir son intérêt. Si, pour reprendre l’exemple de l’ouverture du tiroir développé par Laurent Thévenot pour illustrer le « geste intime » du « régime du familier », on peut supposer que, même si tout cela se passe à un niveau de réflexivité extrêmement faible, il reste que j’ouvre ce tiroir et non pas un autre et cela pour y trouver par exemple ce tire-bouchon. Autrement dit, l’engagement que suppose cet exemple comporte bien entendu une dimension de « coordination avec soi », selon la modalité de la première personne (je), mais il a aussi une dimension référentielle, à ce stade sans doute essentiellement indexicale (ce tiroir, ce tire-bouchon) et une dimension instrumentale (pour) d’agissement sur ou de relation à l’environnement.

48Si nous passons maintenant au régime de la justification en public et même si on peut évidemment admettre que les exigences de justification appellent là à une mise en discours « montant en généralité » et s’ouvrant du coup à une discussion critique, il n’en demeure pas moins que les contraintes de la justification en public ne referment pas les engagements sur leur seule dimension référentielle, celle du bien commun, en leur ôtant leurs dimensions performative et illocutionnaire qui se manifestent par exemple au travers des formes expressives, gestuelles, élocutionnelles… accompagnant les prises de parole, des formes expressives qui seront lues sur le mode impressionnel, sur celui des « indices perceptuels », par ceux auxquels je m’adresse ou qui me voient défendre ma cause. Ceux-ci appellent de la part des interlocuteurs des lectures « esthétiques », qui porteront par exemple sur le degré de conviction de l’engagement, le degré de certitude associé aux prises de position…

L’engagement est une grandeur intensive

49Ceci nous reporte à une autre question. Comme je l’ai souligné, le propos de Laurent Thévenot se construit à partir d’une acception très large du concept d’engagement, incluant aussi bien ses formes actives que passives et cherchant à dénouer les liens forts généralement établis entre engagement et autonomie. Il est toutefois un autre lien qui me paraît moins nettement clarifié ou problématisé, c’est celui qui me paraît exister entre engagement et intensité. Qu’il s’agisse d’un s’engager, d’un être engagé… il me semble en effet que l’idée même d’engagement présuppose des différentiels d’intensité. Ainsi, le « militantisme » du régime « public » se distingue par exemple de la simple « adhésion », le coup de foudre amoureux du régime de proximité peut s’amortir et se désintensifier en habitude de cohabitation, l’investissement contractuel de l’engagement en plan peut s’opérer avec enthousiasme ou du bout des lèvres. J’expliciterai toutefois cet argument et ses conséquences à partir du régime du proche.

50Une fois accepté le fait que l’aise est, disons, anthropologiquement et socialement, importante, resterait, me semble-t-il, à pouvoir distinguer, parmi « ce qui convient », « ce qui importe », dans la mesure où il paraît très probable que parmi les êtres, choses et personnes, qui peuplent un environnement accommodé, certains, tout en participant à l’aise, sont tout à fait interchangeables, alors que d’autres ne le sont pas. Les dimensions anthropologiques qui caractérisent ce régime et qui relèvent de la sensibilité sont par nature intensives, comme l’attesteraient les architectoniques des sentiments, des passions, des émotions… que nous a offertes l’histoire des idées et qui en distinguent systématiquement les accentuations « chaudes » et « froides ». Ainsi, l’attachement semble bien être une grandeur intensive et cette dimension d’intensité mériterait me semble-t-il d’être davantage explicitée, en particulier parce que le régime du proche, compris à partir de l’idée d’aise, est pensé d’abord selon une modalité d’intensité faible (mais, rappelons-le, sous la présupposition d’une importance forte), dans la congruence d’actes routiniers, la construction de l’aise répondant d’ailleurs à une logique de désintensification.

51Là se révèle alors une tension ou une ambiguïté de ce régime du proche en particulier parce que, réfléchi d’abord à partir de la familiarisation avec les objets quotidiens, il se voit aussi forcé d’inclure les rapports d’engagement à l’égard des personnes qui fondent l’intimité et notamment les relations d’amitié ou d’amour. À suivre les formes d’entrée choisies pour théoriser cet engagement dans le proche, on se convainc aisément que le rapport aux personnes proches serait alors plutôt de réification. « L’engagement familier », écrit d’ailleurs Laurent Thévenot, « ne s’étend pas aisément à une autre personne, hormis dans le cas de l’extension réduite à la réification : alors l’autre être humain est réduit à l’état d’effet personnel du premier, dans un genre d’intimité routinière qui contribue à la dépersonnalisation de cet être » (Thévenot, 2006, p. 245). Toutefois, Laurent Thévenot précise immédiatement que cette forme d’engagement réifiant à l’égard des personnes n’est pas la seule forme possible au sein du régime, qui peut aussi comprendre des engagements à forte implication affective, comme les engagements amicaux ou amoureux en ce qu’ils contribuent bien entendu également à la reconnaissance de la personne. Parce que le régime du proche est réfléchi prioritairement par rapport à l’aise dans le rapport aux objets à disposition, l’introduction des relations fortes aux personnes (amour et amitié) se voit accorder un statut « subsidiaire », comme dans les citations précédentes. Si on pourrait, au regard des travaux de Laurent Thévenot, reprocher à Axel Honneth d’avoir sous-estimé cette dimension de la familiarisation avec un environnement d’objets dans son approche des milieux de la reconnaissance, focalisant sa compréhension du premier milieu sur les relations à intensité forte aux personnes et singulièrement à l’amour, ne pourrait-on faire à Laurent Thévenot la remarque inverse de ne pas avoir suffisamment pris en compte la spécificité des relations proches aux personnes par rapport à la relation aux objets ?

52On saisit là d’ailleurs à mon sens, également, la difficulté de traiter en continuité, au sein du régime du proche, des objets et des personnes dans le fait que l’aise à l’égard des objets semble se manifester d’abord par des rapports « routiniers » à faible intensité (tant que les gestes ne rencontrent pas d’obstacles) alors que les rapports aux personnes sont qualifiés dans des registres à intensité plus forte que décrivent les mots « attentionné », « aimant », « amoureux »… ou à l’inverse « réifié ».

Humains et non humains

53Dans son Grand résumé, Laurent Thévenot précise que « l’engagement entretient un bien assuré par la façon dont la personne se lie à elle-même via un certain rapport de dépendance au monde ». Dans L’Action au pluriel, il montrait que

« son approche se distingue d’abord parce qu’elle part du problème de coordination qui amène à un détour au regard des analyses de la subjectivité, de la topographie du soi, ou encore de la personnalité dissociée et multiple bien connue des psychologues. Nous avons vu que cette coordination ne pouvait être envisagée directement au niveau de la relation à autrui, de l’interaction, sans passer par la coordination plus élémentaire de la personne avec le monde qu’implique la conduite de son activité. C’est pourquoi la catégorie d’engagement traite d’abord d’un rapport au monde actualisé par la personne en action, avant de couvrir des coordinations de l’un avec l’autre » (Thévenot, 2006, p. 238)

54Se pose là à mon sens la question du statut du privilège donné par Laurent Thévenot – dans l’appréhension du régime du proche – à la coordination avec soi, en l’occurrence entre soi et l’environnement se manifestant dans l’aise et par voie de conséquence la relégation en deuxième position lexicale de « la relation avec autrui » ou « des coordinations de l’un avec l’autre », pour reprendre les termes de la citation précédente. S’agit-il en effet du résultat d’un positionnement analytique du sociologue, tributaire de choix méthodologiques, ou ce positionnement a-t-il un sens plus fort, renvoyant par exemple à une dimension « génétique », à des hypothèses fortes sur le mode de constitution et de stabilisation de la personnalité ?

55La difficulté de cet ordre lexical apparaîtrait, me semble-t-il, dès lors que le régime de proximité se verrait réfléchi non plus à partir des situations de « paix », mais à partir de celles de « disputes », entendons de malaise plutôt que d’aise. Il me semble en effet que la récalcitrance d’un objet (le tiroir qui refuse de s’ouvrir) place l’acteur dans un positionnement différent de ce qu’il en est face à celle d’une personne. Qu’un tiroir ne « réponde » pas à ma sollicitation ne constitue pas un embarras de même portée que le fait que mon fils n’ait une nouvelle fois pas remis le tire-bouchon à sa place. Dans le premier cas, mon énervement appellera la mise à l’œuvre de ce que j’appellerais une préoccupation ou une intelligence « technique », dans le second mon énervement se portera sur mon fils et sur une appréciation imputative, dont l’horizon renvoie à quelque chose comme la responsabilité, qui se traduira d’abord sans doute par des émotions traduisant cette imputation. Je puis être énervé par l’objet récalcitrant, je puis éventuellement le frapper dans mon énervement… mais je serai plutôt fâché sur mon fils… que je ne frapperai pas pour autant. Bref, il me semble que la récalcitrance propre au régime du proche constitue une expérience qui nous ouvre à la différence entre les humains et les non-humains et qui, à l’égard des humains, ouvre à des imputations (je puis d’ailleurs aussi soupçonner mon fils d’être responsable d’avoir détérioré le tiroir) pointant vers la figure de l’acteur responsable, ce qui, ajoutons-le, problématise par une autre voie la liaison forte faite entre la figure de l’acteur autonome et le seul régime de l’action en plan. Quant à ma réaction immédiate ou différée à l’égard des agissements de mon fils, elle pourra prendre des formes propositionnelles, sous forme de demandes d’explications, de reproches… se situant sur le terrain non pas d’une intelligence technique mais d’une intelligence dialogique. Bref, dès lors en particulier qu’elle est déçue, se rend évidente la nécessaire distinction entre une attente par rapport aux objets et une attente à l’égard des personnes.

56Par ailleurs, la question épistémologique du statut des objets et surtout de l’aise et de l’attachement qui spécifient le rapport que les acteurs entretiennent avec eux mériterait d’être réfléchie aussi au travers de leur genèse, ce qui, selon moi, conduirait à une relativisation de l’importance donnée à la coordination avec soi relativement à celle accordée à la coordination avec autrui. Et cela à deux points de vue. Les travaux de Donald Winnicot sur les objets transitionnels donnent à cet égard des indications sur la manière dont se construit chez le jeune enfant le rapport à des objets qui importent en même temps que se construit pour lui la réalité extérieure. Ces travaux montrent d’une part que, génétiquement ou généalogiquement, la relation aux personnes est première par rapport à la relation aux objets et d’autre part, que le mode de relation aux objets qui comptent ne peut se saisir pleinement sans situer cet attachement au sein d’un environnement interactionnel. D’autre part, on peut supposer que la « familiarité » avec les objets présuppose une « familiarisation », faisant en quelque sorte intervenir une « mémoire esthétique ou sensible », mêlant encore une fois une dimension corporelle s’actualisant notamment dans les gestes et une mémoire affective se manifestant dans les formes et les intensités de l’attachement. Mais on peut supposer que l’intensité affective variable à laquelle est attachée cette mémoire est tributaire d’événements dotés de sens qui renvoient à des dimensions non pas simplement intimes au sens d’« idiosyncrasiques » mais plutôt au sens de « personnelles », c’est-à-dire se rapportant à des moments de vie et d’interactions. Autrement dit – et nous revenons ici sur la question de la prise en compte de la dimension intensive de l’engagement – il serait peut-être intéressant de distinguer clairement au sein de l’aise entre d’une part des relations aux objets qui s’opèrent principalement sous le registre instrumental, avec comme horizon une aise qui est avant tout une aise d’usage et d’autre part des relations à des objets qui éveillent une signification interactionnelle. Ce n’est évidemment pas la même chose que de briser un tire-bouchon dont la familiarité est une pure familiarité d’usage ou de briser le tire-bouchon qui rappelle tel ou tel événement qui en a accompagné l’acquisition. Là, à l’énervement de ne plus disposer de ce qui convient pour ouvrir la bouteille de vin s’ajoutera la tristesse de perdre l’objet médiatisant le souvenir.

En conclusion

57Les travaux proposés par Laurent Thévenot constituent incontestablement un apport décisif au sein des déploiements de la « sociologie pragmatique ». Là où l’itinéraire de Luc Boltanski le conduit à proposer des tentatives de réconciliation entre sociologies structuraliste et pragmatique de manière à en réintégrer les apports critiques en termes de domination, le travail de Laurent Thévenot entend plutôt approfondir les percées et les effets de rupture de la sociologie pragmatique initiale.

58Au travers du concept d’engagement et des concepts conjoints de pouvoir et d’investissement de forme, une des hypothèses fondatrices de la sociologie pragmatique, en l’occurrence celle présupposant une anthropologie de l’acteur capable et compétent, doté d’un sens critique et moral – à mille lieues de l’habitus – se trouve ici déployée en permettant une reconnexion d’une anthropologie des pouvoirs comme capacités avec une théorie des pouvoirs comme domination, sans passer par un retour vers le structuralisme, en assumant donc à la fois des hypothèses sur les formes de « stabilisation institutionnelle » et sur la fragilité de celles-ci. La différence d’orientation entre les deux auteurs se lit d’ailleurs dans l’usage des mots. Là où les enjeux de la critique soulevés par le dernier ouvrage de Luc Boltanski sont largement centrés sur un concept d’épreuve renvoyant très directement à des logiques institutionnelles (du moins pour les épreuves de vérité et de réalité), chez Laurent Thévenot ce sont somme toute moins le mot « épreuve » que les mots « éprouvé » ou « éprouvant » qui apparaissent, laissant penser que là où l’approfondissement se fait en rapprochement avec les sociologies structuralistes chez Luc Boltanski, l’accentuation est davantage orientée phénoménologiquement chez Laurent Thévenot. On se convaincrait d’ailleurs de cette proximité, mais aussi des distances, avec la tradition phénoménologique dans plusieurs passages de L’Action au pluriel (Thévenot, 2006, notamment pp. 71s). Par rapport aux questions posées à Laurent Thévenot, il est d’ailleurs intéressant d’observer que les discussions des apports et limites de la tradition herméneutique et phénoménologique conduisent cet auteur, dans une optique tout à fait pragmatique (au sens du pragmatisme américain des origines), à souligner la nécessité de penser ensemble pensée et action, mais sans qu’aucune de ces théories ne renvoie ces liens de manière fortement contraignante à des scènes privilégiées. C’est là à mon sens l’apport décisif de Laurent Thévenot que d’avoir tenté en quelque sorte de typifier, au travers de la distinction des régimes d’engagement, trois modes de concordance entre régimes cognitifs, régimes d’action, sous-bassement anthropologiques et espaces de manifestation privilégiés. Mes questions portaient essentiellement sur la « dureté » des liens ainsi établis, là où, de fait, d’autres traditions réflexives maintiennent davantage de séparation et d’autonomie entre les différents registres.

59Il reste que les avancées de Laurent Thévenot révèlent aussi en quoi ce type d’avancée théorique ouvre également des portes vers une sociologie non seulement de la critique mais aussi critique, en particulier dès lors que le cadre théorique permet de saisir une gamme de « maux et d’oppressions plus diverse que celle traitée le plus souvent par les théories des mouvements sociaux et de la démocratie participative » comme il l’écrit dans le Grand résumé, ou parce que, en référence au régime du proche, il offre des pistes susceptibles de débusquer des oppressions à des niveaux peu analysés par la sociologie.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Boltanski L. (1990), L’Amour et la justice comme compétences, Paris, Éditions Métailié.

Boltanski L. & È. Chiapello (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

Corcuff P. (1998), « Justification, stratégie et compassion : apport de la sociologie des régimes d’action », Correspondances, n° 51, Tunis, juin.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Dodier N. (1993), « Les appuis conventionnels de l’action. Eléments de pragmatique sociologique », Réseaux, n° 62, pp. 63-85.
DOI : 10.3406/reso.1993.2574

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Lafaye C. & L. Thévenot (1993), « Une justification écologique ? Conflits dans l’aménagement de la nature », Revue française de sociologie, vol. 34, n° 34-4, pp. 495-524.
DOI : 10.2307/3321928

Thévenot L. (1986), « Les investissements de forme », Cahiers du centre d'études de l'emploi, n°29.

Thévenot L. (2006), L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, Éditions La Découverte.

Haut de page

Notes

1 La rédaction de ce texte a pu bénéficier d’une rencontre organisée par la Haute école de travail social de Genève à l’occasion de laquelle il m’avait été demandé ainsi qu’à Laurent Thévenot de réagir à des travaux réalisés au sein de l’institution. Si la lecture des textes est évidemment indépassable pour saisir l’intérêt et les subtilités d’une pensée, la participation à une discussion présente l’intérêt complémentaire de voir, face à des questions, une pensée se déployer in vivo. Je remercie donc Marc Breviglieri pour son invitation et Laurent Thévenot pour ses apports dans la discussion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Genard, « Investiguer le pluralisme de l’agir », SociologieS [En ligne], Grands résumés, L'Action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 21 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3574

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Genard

Professeur à l'Université libre de Bruxelles, Directeur du GRAP (Groupe de recherche sur l’action publique) à l’ULB et Directeur de l’Institut Supérieur d’Architecture de la Communauté Française « La Cambre » - jgenard@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page