Navigation – Plan du site
Régimes d'explication en sociologie

Le savant et le politique

Philippe Corcuff

Résumés

L’article s’efforce de reproblématiser de manière équilibrée la question épistémologique du rapport entre le savant et le politique, en trois étapes. Tout d’abord, il revient sur les complications weberiennes concernant « la neutralité axiologique », en ce qu’elles sont éloignées du neutralisme unilatéral défendu par Nathalie Heinich. Ensuite, il va puiser dans des ressources philosophiques chez Maurice Merleau-Ponty et dans des ressources sociologiques chez Norbert Elias afin de traiter de manière nuancée les relations distanciation/engagement dans la perspective d’une distanciation compréhensive. Enfin, il termine par quatre propositions épistémologiques synthétiques valorisant une autonomie de l’activité scientifique émancipée du scientisme.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Une première version de ce texte a été présentée le 24 juin 2010 comme conférence plénière dans le (...)

1Nous traiterons ici un thème classique de l’épistémologie sociologique, « Le savant et le politique » 1, c’est-à-dire schématiquement du rapport entre le registre des sciences sociales et le registre de la participation aux affaires de la cité.

2Ce thème est traditionnellement associé à Max Weber. Thème qui l’a habité pratiquement, comme le rappelle Isabelle Kalinowski, à l’encontre de la prégnance d’une certaine image de Max Weber en France, dans une nouvelle traduction de 2005 de la conférence de novembre 1917 « La science, profession et vocation » :

« Que Weber ait hésité toute sa vie entre une carrière politique et une carrière scientifique, qu’il ait été un des universitaires allemands les plus prompts à exposer ses positions politiques dans des journaux (avec une moyenne de six interventions par an entre 1915 et 1920, qui le situait dans les sommets statistiques de l’"engagement académique"), qu’il ait participé à la fondation d’un parti (le DDP, le "parti démocratique allemand", en novembre 1918) et à la genèse d’une constitution (celle de la république de Weimar), que ses écrits politiques soient réunis, depuis 1921, dans un volume de 586 pages ne change rien à l’affaire : vu de France, il fut un chantre de la "neutralité" » (Kalinowski, 2005, p. 191)

3Problème traité aussi épistémologiquement par Max Weber, autour du fameux thème de « la neutralité axiologique » (« Wertfreiheit »). « Neutralité axiologique » qu’Isabelle Kalinowski préfère traduire par « non-imposition des valeurs » (à la différence de la traduction consacrée dans les pays francophones par Julien Freund). Mais problème traité moins systématiquement et frontalement qu’on ne le croit, quand on se contente de lire le titre commun posthume donné à la réunion de deux de ses conférences, l’une portant sur le métier de savant et l’autre sur le métier politique : Le savant et le politique (1963). Et problème traité de manière moins manichéenne que ne le laissent entendre les usages les plus routiniers du thème de « la neutralité axiologique ».

4Nous aborderons ce problème à travers deux couples d’opposition associés, mais non strictement superposables : le couple jugements de faits/jugements de valeurs et le couple distanciation/engagement. Nous le ferons en mettant à distance deux pôles : 1) un pôle qui rabattrait les jugements de faits sur les jugements de valeurs et la distanciation sur l’engagement, pas vraiment présent aujourd’hui dans le monde académique, ou alors de manière seulement implicite dans les critiques des vues dominantes, mais qui a pu être présent dans les moments d’effervescence sociale et universitaire (autour de Mai 68 en France et aux États-Unis, par exemple) ; et 2) un pôle qui établirait une coupure radicale entre les deux termes de chacun des pôles, en privilégiant les jugements de faits et la distanciation ; ce pôle épistémologiquement souvent peu argumenté est par contre très prégnant dans le sens commun corporatif académique. Nous puiserons des ressources en philosophie et en épistémologie sociologique afin de construire le problème de manière moins unilatérale. Nous terminerons sur une série de propositions épistémologiques synthétiques. Cette réflexion se présentera comme une synthèse de contributions antérieures portant directement sur le thème ou sur des questions adjacentes (Corcuff, 1991 ; Bensaïd & Corcuff, 1998 ; Corcuff & Sanier, 2000 ; Corcuff, 2002a, 2002b, 2002c, 2003, 2006, 2010).

Reproblématiser la question de « la neutralité axiologique » : Max Weber autrement

5La lecture du thème d’inspiration weberienne de « la neutralité axiologique » apparaît controversée aujourd’hui en sciences sociales.

Prétentions et incohérences épistémologiques de Nathalie Heinich

6Dans deux textes, Nathalie Heinich nous invite à revenir au thème de « la neutralité » en sociologie, en prenant appui sur l’autorité de Max Weber. Il s’agit de son livre Ce que l’art fait à la sociologie (1998) et de son article des Cahiers internationaux de sociologie « La sociologie à l’épreuve des valeurs » (2006). Dans ces deux textes, elle commente peu précisément les analyses de Max Weber sur la question et se contente principalement d’un sens commun corporatif académique. Dans l’article le plus récent, elle saisit bien les difficultés de la tâche de « la neutralité » du point de vue des valeurs en sociologie puisqu’elle montre qu’Émile Durkheim, Pierre Bourdieu, Raymond Boudon, Bruno Latour et Luc Boltanski n’arriveraient pas à tenir cette position. Cependant, le temps semblerait venu où cette « préhistoire » de la sociologie serait terminée et où, grâce à Nathalie Heinich, la « vraie » neutralité axiologique adossée à une « nouvelle sociologie » scientifiquement conquérante pourrait enfin faire son entrée...

7Au-delà de ce type de prétention, somme toute assez dérisoire au regard de l’histoire des sciences sociales, mais pourtant si souvent réitéré, il apparaît que la position de Nathalie Heinich apparaît elle-même contradictoire, c’est-à-dire « contaminée » axiologiquement, pourrait-on dire. Et cela contrairement à ce qu’elle affirme, en appelant à une suspension de « tout discours sur la nature ou la valeur des choses pour faire du discours interprétatif ou normatif – qu'il soit ordinaire ou savant, esthète ou sociologue – l'objet de son analyse » (Heinich, 1998, p. 77) ou encore à une exclusion du « jugement (implicite ou explicite) sur les valeurs, lequel appartient en propre aux acteurs » (Heinich, 2006, p. 293) au nom d’« un réalisme positiviste » (ibid., p. 303).

8Or, on peut se demander si sa critique d’« une sociologie qui place la vérité dans la violence faite aux acteurs » et « plus soucieuse d'avoir raison sur les acteurs que de comprendre leurs raisons » (ibid., p. 85) a seulement à voir avec la science, ou si elle ne s'enracine pas également dans des considérations éthiques. Car le fait de vouloir rendre raison à la dignité des acteurs, contre les réductions d’une sociologie critique qui serait inspirée d’une lecture non nuancée de Pierre Bourdieu, n’a rien de neutre normativement.

9Par ailleurs, le « rôle social », qu’elle attribue à « la neutralité engagée » du nouveau sociologue – « un rôle de médiation, de construction de compromis entre les intérêts et les valeurs en jeu, voire de refondation d'un consensus » (ibid., p. 81) – a sans doute des relations avec une certaine conception de la politique et de la démocratie, qui n'est pas la seule possible dans la conjoncture. Est-ce qu'une telle position épistémologique n'engage pas aussi quelque chose comme un choix de philosophie politique jouant, en quelque sorte, « l'agir communicationnel » de Jürgen Habermas (1987) contre « la mésentente » de Jacques Rancière (1995) ? Max Weber note que « Le “juste milieu” n'est pas le moins du monde une vérité plus scientifique que les idéaux les plus extrêmes des partis de droite ou de gauche » (Weber, 1965a, p. 130).

10Ainsi même l'analyse « neutraliste » de Nathalie Heinich révèle au minimum des « résidus » éthiques, non strictement réductibles à une logique scientifique. Cela ne l’empêche pas de confondre la construction sociologique d’un domaine de recherche – « une sociologie analytico-descriptive des valeurs, considérées comme une dimension spécifique de la vie en société » (Heinich, 2006, p. 301) –, qui suppose légitimement un effort particulier de distanciation vis-à-vis des valeurs et des évaluations prises directement comme objet de l’enquête, avec la possibilité pour la sociologie en général de s’émanciper de tout présupposé éthique comme avec la prétendue menace unilatérale que feraient peser les valeurs sur tout travail sociologique. Cela nous invite à une relecture des complications de l’analyse weberienne.

Retour sur Max Weber et ses complications

11Tout d'abord, Max Weber combat la thèse d'une science sociale « sans présuppositions », car « une portion seulement de la réalité singulière prend de l'intérêt et de la signification à nos yeux, parce que seule cette portion est en rapport avec les idées de valeurs culturelles avec lesquelles nous abordons la réalité concrète » (Weber, 1965a, p. 163). D'où l'idée d'un « rapport aux valeurs » dans « la sélection et la formation de l'objet d'une recherche empirique » (Weber, 1965b, p. 434). Néanmoins, il tient à une distinction entre « rapport aux valeurs » et « évaluation » (ibid.). C'est par rapport au second terme que prend sens la « neutralité axiologique » (« Wertfreiheit »), entendue comme un refus « d'affirmer quoi que ce soit sur ce qui doit valoir » (ibid., p. 420) ou comme « l'exigence extrêmement triviale qui impose au savant ou au professeur de faire absolument la distinction, puisque ce sont deux séries de problèmes tout simplement hétérogènes, entre la constatation des faits empiriques [...] et sa propre prise de position évaluative de savant qui porte un jugement sur des faits » (ibid., pp. 416-417).

12À ce niveau, on aurait une tension entre la reconnaissance d'un « rapport aux valeurs » du savant et le fait de refuser les « évaluations », au sens de prises de positions axiologiques directes. Car, même si l'on écarte du travail scientifique de telles « prises de positions » directes sur « ce qui doit valoir », est-ce que l'on a à faire à des problèmes complètement « hétérogènes » ? Est-ce que l'on n'a pas déjà, plus indirectement, une présence de « ce qui doit valoir » dans le « rapport aux valeurs » engagé dans le travail scientifique, ses outils et son langage ?

13Max Weber offre une piste pour travailler cette tension. Ainsi il n'interdit pas complètement aux savants « d'exprimer sous forme de jugements de valeur les idéaux qui les animent » (Weber, 1965a, p. 133). Mais cela suppose notamment de « porter scrupuleusement, à chaque instant, à leur propre conscience et à celle des lecteurs, quels sont les étalons de valeur qui servent à mesurer la réalité et ceux d'où ils font dériver le jugement de valeur » (ibid.).

14Réinterprétée dans le cadre des interrogations contemporaines sur la réflexivité sociologique (le retour réflexif sur les présupposés des chercheurs, sur les conditions socio-historiques de l’enquête, sur le rapport enquêteurs/enquêtés, etc.), cette piste pourrait déboucher sur un effort d'explicitation des dimensions axiologiques du travail sociologique contribuant à le rendre plus rigoureux. On entendrait alors la « neutralité axiologique » en un sens d’inspiration kantienne comme un horizon régulateur ; la démarche réflexive pouvant constituer un instrument d'orientation vers un tel horizon, se substituant aux tentations scientistes de négation ou d’illusoire purge définitive des aspects axiologiques.

Vers une voie plus dialectique

15À partir de la tension weberienne et de l’outillage de la réflexivité sociologique, on s’est efforcé de dégager une voie intermédiaire, plus dialectique. Les énoncés des sciences sociales ne pourraient échapper à des présupposés, notamment axiologiques. N’oublions pas que la recherche sociologique utilise des modes d’évaluation des comportements et des processus sociaux (pas au sens que prend le mot « évaluation » chez Max Weber lui-même, l’assimilant à un jugement de valeur direct, mais au sens plus contemporain qu’il revêt dans des expressions comme « évaluation des politiques publiques »), qui ont une double dimension technique (systèmes de mesure, comme les statistiques) et morale (systèmes de valeurs, à partir desquels du plus et du moins peuvent être mesurés), qu’il est difficile de totalement dissocier (de purifier). L'histoire socio-politique des outils statistiques (avec des notions aussi apparemment « neutres » que celle de moyenne) mise en œuvre par Alain Desrosières (1993) est éclairante de ce point de vue, en mettant en évidence la façon dont la constitution et les usages de ces techniques sont également traversés par des débats politiques et moraux. Mais les sciences sociales ne se réduiraient pas à leur composante axiologique. Elles auraient historiquement produit des outils d’objectivation et de distanciation dotés d’une consistance et d’une dynamique propre contribuant à leur attribuer une autonomie relative, élargie grâce à l’exercice de la réflexivité sociologique.

16En aidant à éclaircir le domaine de validité des énoncés scientifiques produits, la réflexivité ne constituerait pas une invalidation de leur scientificité, mais, bien au contraire, un instrument de consolidation de la rigueur scientifique au moyen de leur plus grande localisation. Cette réflexivité ne devrait d’ailleurs pas être principalement comprise sur un mode héroïque et individualisé (même si des actes utiles et limités peuvent être posés dans cette direction), mais plus banalement comme un effet coopératif né des « contrôles croisés » générés par les controverses scientifiques.

17Si l’on doit s’efforcer de mieux saisir, individuellement et surtout collectivement, les effets scientifiques des valeurs engagées par le chercheur dans ses investigations, cela ne signifie pas qu’on puisse réduire ces « valeurs », indépassables, à des « obstacles épistémologiques », comme tend à le faire la tradition de « la rupture épistémologique », dans la lignée associant Émile Durkheim-Gaston Bachelard-Louis Althusser-Pierre Bourdieu (voir Bourdieu, Chamboredon & Passeron, 1983). On peut les appréhender plus largement comme alimentant la pré-structuration du regard scientifique, orientant le champ de visibilité et, corrélativement, d’invisibilité des questionnements formulés. Les valeurs revêtiraient donc une double dimension : à la fois carburant (champ de visibilité) et obstacles (champ d’invisibilité) dans la recherche.

18Max Weber a lui-même conscience de leur aspect de carburant cognitif, que les tenants actuels d’une « neutralité axiologique » étroite et corporative ne saisissent guère. C’est dans cette perspective qu’il s’est déclaré favorable au recrutement d’un anarchiste comme professeur de droit, car ce point de vue libertaire, « situé en dehors des conventions et présuppositions qui paraissent si évidentes à nous autres, peut lui donner l’occasion de découvrir dans les intuitions fondamentales de la théorie courante du droit une problématique qui échappe à tous ceux pour lesquels elles sont par trop évidentes » (Weber, 1965b, p. 411). Un juriste anarchiste, parce qu’anarchiste et pas malgré qu’il soit anarchiste, donc pour Max Weber.

19À ce moment de notre reproblématisation des méandres weberiens, la nouvelle traduction proposée par Isabelle Kalinowski du terme « Wertfreiheit » (traduit par Julien Freund au moyen de l’expression « neutralité axiologique », reprise largement par la suite dans les pays francophones) vient appuyer nos pistes contre les versions corporatives-neutralistes les plus courantes. Elle explique ainsi : « Weber ne pose pas le problème de la possession ou non de valeurs, mais celui, relationnel, de leur mode de transmission », d’où la traduction qu’elle avance de « non-imposition des valeurs » (Kalinowski, 2005, p. 199). On aurait affaire avant tout chez Max Weber à une mise en garde (et d’abord, de manière réflexive, vis-à-vis de lui-même) contre les effets d’une position d’autorité pédagogique. Car, selon Max Weber, l’universitaire, en tant qu’enseignant-chercheur, doit s’efforcer de développer l’esprit critique et la distanciation chez ceux à qui son discours est destiné (et en premier lieu les étudiants), ce qui a des conséquences sur le contenu comme sur la forme de ce discours.

20Dans sa conférence sur « La science, profession et vocation », il précise dans cette perspective :

« Quand un enseignant remplit correctement sa fonction, sa première tâche est d’apprendre à ses élèves à reconnaître l’existence de faits qui les dérangent dans leurs partis-pris ; et tous les partis-pris – y compris les miens, par exemple – rencontrent ce genre de faits extrêmement dérangeants » (Weber, trad. 2005, p. 43).

21Cela renvoie à une éthique de l’universitaire vis-à-vis des effets de pouvoir de son propre discours dans la relation pédagogique, présupposant une philosophie morale de la place de l’enseignement dans la construction d’un « penser par soi-même » intégrant une composante du « penser contre soi-même », qui puise dans les valeurs des Lumières du xviiième siècle. On aurait là une orientation sensiblement différente de la constitution ultérieure, par des lecteurs et traducteurs de Max Weber, d’un supposé impératif épistémologique de « neutralité » éthique et politique du savant.

Engagement et distanciation : ressources chez Maurice Merleau-Ponty et chez Norbert Elias

22Ce qui a été dit précédemment des relations entre jugements de faits et jugements de valeurs nous incite à chercher un nouvel équilibre entre engagement et distanciation dans la démarche sociologique. Le philosophe Maurice Merleau-Ponty nous offre des ressources en ce sens, comme en sociologie Norbert Elias.

Ressources philosophiques de Merleau-Ponty

  • 2  Pour des développements sur la philosophie générale et surtout sur la philosophie politique de Mau (...)

23Arrêtons-nous d’abord sur les écrits de Maurice Merleau-Ponty (en particulier dans son grand ouvrage de philosophie Phénoménologie de la perception de 1945, mais aussi dans une série de textes de philosophie politique 2). Pour Maurice Merleau-Ponty, je serais d'abord au monde avant de réfléchir sur lui de manière consciente et donc de prendre explicitement des décisions. Avant même la conscience réfléchissante, il y aurait un rapport corporel au monde, une présence au monde marquée par la présence préalable du monde. Ce monde serait fait des autres, des choses et de leurs relations, insérés dans des processus historiques.

24Ainsi je serais préalablement engagé par ce monde, avant de m'engager consciemment dans ce monde. Le non-engagement serait donc illusoire et le savant qui voudrait s'isoler participerait quand même au cours du monde et aurait, malgré l’état de sa conscience, une certaine responsabilité par rapport à lui. De cette façon décalée de poser le problème de l'engagement, on peut tirer qu'on ne serait jamais complètement « dégagé », même si l’on manifeste une volonté de neutralité ou de légitimes hésitations et qu'on ne serait jamais seulement « engagé » de manière consciente et volontaire. À chaque fois, on serait plutôt confronté à une certaine façon de nouer du volontaire sur de l'involontaire, du réfléchi sur de la sensibilité, de la raison sur du corps, de l'engagement dans le monde sur de l'engagement par le monde.

25Dans la correspondance de sa rupture intellectuelle-politique-amicale avec Jean-Paul Sartre en juillet 1953, prolongée dans les réflexions de son livre Les Aventures de la dialectique en 1955, Maurice Merleau-Ponty met en cause la tentation du « tout politique », incarnée par Jean-Paul Sartre et son aplatissement de l’autonomie des ressources proprement intellectuelles. Pour lui, l'engagement de Jean-Paul Sartre « colle à l'événement sans distance » (Merleau-Ponty, 2000b, p. 220). Jean-Paul Sartre oublierait que ses outils intellectuels lui offrent justement des possibilités de distanciation critique. C'est ainsi événement par événement que Jean-Paul Sartre avalerait les couleuvres de la politique stalinienne, sans jamais prendre la mesure du stalinisme comme nouvelle forme d'oppression. Maurice Merleau-Ponty défend, à l’inverse, la position d’un certain recul contre « le point de vue de l'instant » (ibid., p. 241). Partant, il dessine un « va-et-vient entre l’événement et la ligne générale », ménageant une distance « entre l’événement et le jugement », susceptible de désarmer « le piège de l’événement » (Merleau-Ponty, 2000a, p. 148).

26Les voies ouvertes par Maurice Merleau-Ponty nous désignent clairement une série d'impasses auxquelles les milieux intellectuels nous ont historiquement habitués : 1) la figure du savant apolitique et dégagé, prétendument retiré hors du monde ; et 2) la figure du savant engagé qui croit surplomber le monde et qui, événement après événement, pense se mesurer seul à l'histoire. Parmi les autres et non au-dessus des autres ou séparé des autres, inquiet de sa propre pente narcissique, soucieux de ses responsabilités sociales, mais n'hésitant pas à prendre du champ pour ne pas avoir les yeux brûlés par les évidences de l'événement, le savant engagé dessiné en pointillés par Maurice Merleau-Ponty apparaît plus fragile et plus modeste, mais plus sérieux. Il n’est pas opposé à la distanciation, mais incorpore dans un engagement inéluctable une exigence de distanciation.

Ressources sociologiques de Norbert Elias

27En sociologie, Norbert Elias a été un de ceux qui s’est le plus nettement orienté dans une voie équilibrant engagement et distanciation, dans son livre précisément intitulé Engagement et distanciation. Norbert Elias écrit notamment à propos des chercheurs en sciences sociales :

« Leur propre participation, leur engagement, conditionnent par ailleurs leur intelligence des problèmes qu’ils ont à résoudre en leur qualité de scientifiques. Car, si pour comprendre la structure d’une molécule on n’a pas besoin de savoir ce que signifie se ressentir comme l’un de ses atomes, il est indispensable, pour comprendre le mode de fonctionnement des groupes humains, d’avoir accès aussi de l’intérieur à l’expérience que les hommes ont de leur propre groupe et des autres groupes ; or on ne peut le savoir sans participation et engagement actifs » (Elias, 1993, p. 29).

28D’où, selon Norbert Elias, la nécessaire dialectique (dans un va-et-vient et un équilibre) entre « distanciation » scientifique, vis-à-vis de ses préjugés d’acteurs sociaux et « engagement », c’est-à-dire une façon d’assumer scientifiquement, comme un point d’appui cognitif, ses insertions et ses expériences sociales. Ainsi les implications sociales du chercheur (cognitives, langagières, pratiques, dans des groupes particuliers comme dans des rapports sociaux plus larges) se révèleraient autant comme des points d’appui que comme des obstacles au travail scientifique ; les engagements militants du savant dans la cité ne constituant qu’une composante de ces insertions sociales.

29Or, la tradition de « la rupture épistémologique » a surtout problématisé la variété des engagements sociaux comme des « obstacles épistémologiques ». Certes, le savant nécessairement impliqué devrait mettre à distance ses insertions sociales (dont ses engagements proprement politiques) pour ne pas se laisser aveugler par les évidences qu’elles tendent à générer, tout en s’en servant pour mieux comprendre l’univers qu’il étudie. Nous nommerons distanciation compréhensive cette position d’équilibriste, qui appelle, encore une fois, la mise en œuvre d’une réflexivité sociologique (donc d’un retour réflexif du chercheur sur ses implications et sur leurs effets sur le cours de la recherche).

Quelques propositions épistémologiques synthétiques

30Nous nous sommes efforcé d’appréhender de manière plus complexe les rapports entre le savant et le politique, à travers une vision interactive et un équilibre dans la tension des rapports jugements de faits/jugements de valeurs comme distanciation/engagement. Cela s’inscrit dans le cadre plus global d’une série de propositions épistémologiques synthétiques que nous livrons à la discussion scientifique. Ces propositions s’appuient tant sur une expérience de recherche sociologique sur divers terrains que sur différents engagements citoyens, ainsi que des formes variées de métissage entre les deux. Nous terminerons alors cette intervention sur quatre propositions :

311) Les relations entre connaissances savantes et connaissances ordinaires du monde social doivent être envisagées de manière non exclusive, tout à la fois dans leurs continuités, dans leurs discontinuités et dans leurs interactions ; ce qui suppose de refuser la polarisation entre, d’une part, l'affirmation d'une « rupture épistémologique » séparant les sociologies professionnelles et les quasi-sociologies des acteurs et, d’autre part, la tentation d’une indistinction entre ces deux registres de savoir.

322) Nos insertions sociales (dont les insertions militantes, mais pas seulement) se révèlent être tout à la fois des obstacles et des points d'appui pour notre travail scientifique, vu alors comme une dialectique de l'engagement et de la distanciation, de la compréhension et de l'objectivation, alimentant une logique de distanciation compréhensive ou compréhension distanciée. À partir de là, la tension entre une logique de rigueur de la recherche et les impératifs de l'action militante, nourrissant une double inquiétude éthique (dans les deux sens : vis-à-vis des effets négatifs du militantisme sur la démarche de recherche comme des conséquences perturbatrices des logiques de la recherche sur l'action militante), peut contribuer positivement au mouvement de la recherche comme à celui de l'action.

333) On doit considérer dans un même cadre l'encastrement axiologique des énoncés de sciences sociales comme la façon dont ils s'en émancipent partiellement en acquérant une certaine objectivité scientifique. Notre approche de « la neutralité axiologique », ou plutôt de « la non-imposition des valeurs », s'en trouve déplacée. On l'envisagera alors comme un horizon régulateur invitant à une réflexivité sociologique sur les composantes éthiques de notre travail plutôt que comme la quête illusoire de « la purification » de cette dimension. Dans cette perspective, c'est une meilleure maîtrise réflexive de l'axiologique dans le sociologique et de ses effets sur le domaine de validité des énoncés scientifiques comme de ses effets d’autorité sur les enseignés et non sa négation, qui permettrait de faire progresser tant la scientificité de ces énoncés que l’éthique de la pédagogie scientifique.

344) La connexion du travail sociologique avec une relance de l’imagination – dont, mais de manière non exclusive, un horizon utopique, non pas compris comme un projet alternatif de société bouclé mais comme le sens d’une pluralité d’ailleurs – apparaît comme une des ressources possibles pour élargir les questionnements critiques et, plus globalement, l'espace mental de l'enquête sociologique, comme l’a esquissé le sociologue américain Charles Wright Mills (2006). Ainsi imaginer l'impossible – ce qui apparaît socialement impossible à un moment donné – constituerait une des voies pour ouvrir ici et maintenant le champ du pensable et l'univers des possibles, tant du côté des cadres cognitifs du sociologue que de son engagement dans les affaires de la cité. Il y aurait une fonction heuristique (non exclusive) de l'utopique dans la recherche comme dans l'action.

En guise de conclusion

35La voie de la tension, de l'équilibre et de la dynamique entre engagement dans les métiers intellectuels et engagements dans la cité qui est proposée ici, ne constitue qu'un des chemins possibles pour faire avec la complexité de la configuration épistémologique et éthique qui caractérise notre situation d’enseignants-chercheurs dans les sciences sociales. Tout cela ne plaira sans doute pas aux épistémologues aux mains blanches qui aiment bien établir des séparations nettes et définitives entre le pur et l'impur, la science et les illusions des acteurs, les jugements de faits et les jugements de valeurs ou la vocation de savant et celle de militant. Ils tendent alors souvent à repousser à demain « la purification finale » de la science sociale ; « purification finale » dont ils seraient « l’avant-garde », alors que les sociologues jusque-là réellement existants, des classiques aux contemporains, seraient encore trop impurs. Cette avant-garde purificatrice aurait peut-être intérêt à lire un certain Maurice Merleau-Ponty qui, dans sa philosophie politique, laisse une part, dans les pensées comme dans les actions humaines, à l'ambiguïté, à l'incertitude, à la fragilité, aux circonstances qui nous échappent, mais sans pour autant abandonner une double visée de vérité et de justice en tension, toujours difficile et jamais définitivement garantie et prenant alors la forme de paris raisonnés (Corcuff, 2009). « Toujours donc, tant qu’il y aura des hommes, l’avenir sera ouvert, il n’y aura le concernant que des conjectures méthodiques et non un savoir absolu », écrit-il dans Humanisme et terreur (Merleau-Ponty, 1980, p. 192). Et de préciser : « c’est dans ce risque et cette confusion que nous avons à travailler et à faire paraître, malgré tout, une vérité » (ibid., p. 106).

36Avec Maurice Merleau-Ponty lui-même, on peut élargir ce « risque » et cette « confusion » au-delà des seules analyses du futur, pour inclure aussi la confrontation sociologique avec « l’époque », c’est-à-dire :

« notre temps traité sans respect, dans sa vérité insupportable, encore collé à nous, encore sensible au jugement humain qui le comprend et qui le change, interrogé, critiqué, interpellé, confus comme un visage que nous ne savons pas encore déchiffrer, mais comme un visage aussi, gonflé de possibles » (Merleau-Ponty, 1997, p. 113).

37Ce qui nous invite non à la négation de la rigueur scientifique – niant la nécessaire autonomie scientifique –, ni à la négation scientiste – le scientisme étant entendu comme la prétention illusoire à une science sociale sans présupposés – de nos « impuretés » et de nos fragilités constitutives, mais à assumer réflexivement ces impuretés et ces fragilités dans le mouvement de constitution de rigueurs scientifiques partielles et provisoires.

Haut de page

Bibliographie

Bensaïd D. & P. Corcuff (1998), « Le travail intellectuel au risque de l’engagement », Agone. Philosophie, Critique & Littérature, n°18-19, pp. 17-27 (repris dans Bensaïd D., Une Radicalité mélancolique. Textes (1992-2006), textes réunis et présentés par Corcuff P., Paris, Éditions Textuel, 2010, pp. 172-181).

Bourdieu P., Chamboredon J.-C. & J.-C. Passeron (1983 [1968]), Le Métier de sociologue. Préalables épistémologiques, Paris, Éditions de l’EHESS/Mouton.

Corcuff P. (1991), « Éléments d'épistémologie ordinaire du syndicalisme », Revue française de Science politique, vol. 41, n°4, août, pp. 515-536, http://www.persee.fr/showPage.do?urn=rfsp_0035-2950_1991_num_41_4_394576

Corcuff P. (2002a), « Sociologie et engagement : nouvelles pistes épistémologiques dans l’après-1995 », dans Lahire B. (dir.), À quoi sert la sociologie ?, Paris, Éditions La Découverte, pp. 175-194.

Corcuff P. (2002b), « Pour une nouvelle sociologie critique : éthique, critique herméneutique et utopie critique », dans Lojkine J. (dir.), Les Sociologies critiques du capitalisme, Paris, Presses universitaires de France, pp. 147-160.

Corcuff P. (2002c), « Engagements publics d’un sociologue. Quelques enseignements épistémologiques à partir d’expériences plurielles », Carnets de bord (Département de sociologie, Université de Genève), n°3, juin, pp. 5-17 http://www.unige.ch/ses/socio/carnets-de-bord/revue/article.php?NoArt=20&num=3.

Corcuff P. (2003), « Pour une épistémologie de la fragilité. Plaidoyer en vue de la reconnaissance scientifique de pratiques transfrontalières », Revue européenne des sciences sociales. Cahiers Vilfredo Pareto, tome XLI, n°127, décembre, pp. 233-244 http://ress.revues.org/519.

Corcuff P. (2006), « De quelques impensés de la rupture épistémologique. Interrogations et pistes à partir de pratiques de recherche en sciences sociales », dans Rude-Antoine E. & J. Zaganiaris (dir.), Croisée des champs disciplinaires et recherches en sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, pp. 31-49.

Corcuff P. (2009), « Actualité de la philosophie politique de Maurice Merleau-Ponty (1908-1961) », Mediapart en deux parties : « (I) Politique et raison critique », http://www.mediapart.fr/club/blog/philippe-corcuff/050109/actualite-de-la-philosophie-politique-de-maurice-merleau-ponty-190, 5 janvier, et « (II) Politique et histoire », http://www.mediapart.fr/club/blog/philippe-corcuff/070109/actualite-de-la-philosophie-politique-de-maurice-merleau-ponty-190, 7 janvier.

Corcuff P. (2010), « Le visage insupportable de l’époque. Travail intellectuel, actualité, engagements », chapitre introductif de Jacquemain M. & P. Delwit (dir.), Engagements actuels, actualité des engagements, Louvain-La-Neuve, Éditions Academia Bruylant, pp. 17-40.

Corcuff P. & M. Sanier (2000), « Social scientists et syndicalistes. Éthique du travail intellectuel et nouvelles formes d’engagement dans l’après-décembre 1995 », dans Fritsch P. (dir.), Implication et engagement. Hommage à Philippe Lucas, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, pp. 313-325.

Desrosières A. (1993), La Politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, Éditions La Découverte.

Elias N. (1993 [1983]), Engagement et distanciation. Contributions à la sociologie de la connaissance, Paris, Éditions Fayard.

Habermas J. (1987 [1981]), Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Éditions Fayard, 2 tomes.

Heinich N. (1998), Ce que l'Art fait à la sociologie, Paris, Éditions de Minuit.

Heinich N. (2006), « La sociologie à l’épreuve des valeurs », Cahiers internationaux de sociologie, Vol. CXXI, 2006/2, n°121, pp. 287-315.

Kalinowski I. (2005), « Leçons wébériennes sur la science et la propagande », dans Weber M., La Science, profession et vocation, Marseille, Éditions Agone, pp. 61-273.

Merleau-Ponty M. (1980 [1947]), Humanisme et terreur. Essai sur le problème communiste, Paris, Éditions Gallimard.

Merleau-Ponty M. (1992 [1945]), Phénoménologie de la perception, Paris, Éditions Gallimard.

Merleau-Ponty M. (1997 [1948]), « Complicité objective », dans Parcours 1935-1961, Lagrasse, Éditions Verdier, pp. 112-121.

Merleau-Ponty M. (2000a), « Sartre, Merleau-Ponty : les lettres de rupture » (juillet 1953), présentation d’Ewald F., dans Parcours deux 1951-1961, Lagrasse, Éditions Verdier, pp. 129-169.

Merleau-Ponty M. (2000b [1955]), Les Aventures de la dialectique, Paris, Éditions Gallimard.

Mills C. W. (2006 [1959]), L’Imagination sociologique, Paris, Éditions La Découverte.

Rancière J/ (1995), La Mésentente. Politique et Philosophie, Paris, Éditions Galilée.

Weber M. (1963), Le Savant et le politique, trad. fr. de Freund J., Paris, Éditions Plon.

Weber M. (1965a [1904]), « L'objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales », dans Essais sur la théorie de la science, trad. fr. de Freund J., Paris, Éditions Plon, pp. 117-213.

Weber M. (1965b [1917]), « Essai sur le sens de la "neutralité axiologique" dans les sciences sociologiques et économiques », dans Essais sur la théorie de la science, trad. fr. de Freund J., Paris, Éditions Plon, pp. 399-477.

Weber M. (2005), La Science, profession et vocation (conférence de novembre 1917), trad. fr. de Kalinowski I., Marseille, Éditions Agone.

Haut de page

Notes

1  Une première version de ce texte a été présentée le 24 juin 2010 comme conférence plénière dans le cadre de l’Université d’été 2010 en sociologie, organisée par leProgramme doctoralromand en sociologie, la Faculté des sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne et le Réseau international des écoles doctorales en sociologie/sciences sociales de l’AISLF(Association Internationale des Sociologues de Langue Française) et de l’AUF(Agence Universitaire de la Francophonie).

2  Pour des développements sur la philosophie générale et surtout sur la philosophie politique de Maurice Merleau-Ponty, voir Corcuff, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Corcuff, « Le savant et le politique », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Régimes d'explication en sociologie, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3533

Haut de page

Auteur

Philippe Corcuff

Maître de conférences de science politique à l’Institut d’Études Politiques de Lyon et membre du laboratoire CERLIS (Centre de Recherche sur les Liens Sociaux, CNRS/Université de Paris Descartes) – philippe.corcuff@sciencespo-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page