Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

L’emploi associatif et la reproduction des couches moyennes salariées

Gérard Chevalier

Résumés

L’analyse secondaire des enquêtes Emploi de l’Insee entre 1993 et 2002 révèle un accroissement des diplômés universitaires travaillant dans le secteur associatif. Les travaux statistiques sur les associations conduisent à poser que leurs fonctions correspondaient aux domaines privilégiés par les politiques publiques des années 1990, tels que l’éducation, le développement local, la culture ou l’action sociale. Considérant la continuité des fonctions de gestion des rapports sociaux d’une génération à l’autre et la proximité entre les profils culturels requis par les nouvelles missions associatives et ceux des animateurs des ces politiques, cet article interprète l’augmentation relevée comme le signe de la reproduction des couches moyennes salariées à travers les politiques publiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’emploi du substantif « couche » plutôt que « classe » se justifie par l’hétérogénéité des condit (...)

1Bien que l’emploi associatif en France ait été plusieurs fois étudié (Archambault, 1997 ; Tchernonog, 2000, Hély, 2009), l’évolution des profils scolaires qu’il attire reste en grande partie méconnue. L’analyse secondaire des enquêtes Emploi de l’Insee contribue à combler cette lacune, en montrant que ce secteur a connu accroissement des diplômés universitaires au cours des années 1993-2002. Au-delà du rôle de tremplin ou de solution d’attente qui lui a été souvent attribué, les résultats aiguillent cependant l’analyse sur une autre voie en faisant ressortir la place des catégories intermédiaires de la fonction publique parmi les origines sociales de ces diplômés. Eu égard aux missions qu’assurent les associations et aux rapports contractuels qui les lient aux pouvoirs territoriaux, cet aspect conduit à une interrogation plus large sur les relations entre l’action publique et la reproduction sociale des couches moyennes salariées 1.

2Outre l’analyse des données de l’Insee, ce questionnement implique de considérer l’évolution de l’emploi associatif et celle des financements publics, avant de s’intéresser aux fonctions occupées par les diplômés et aux dispositions qu’elles mobilisent. Comme on le verra, la recherche d’une continuité intergénérationnelle des attitudes et des représentations amène également à rappeler la vague de travaux des années 1980 sur les couches moyennes ainsi que d’autres, plus récents, sur la politique de la ville. Toutefois, ces différents développements ne sauraient être entrepris sans faire référence aux thèses de Louis Chauvel (2004, 2006) sur la baisse des possibilités d’insertion vécue par ces catégories.

Le déclassement des classes moyennes

  • 2  Cf. Catherine Bidou-Zachariasen à propos des professions nouvelles ou renouvelées analysées par le (...)

3Après une période d’expansion et de mobilité ascendante, liée à l’extension du système éducatif, au développement des services étatiques ou parapublics et à l’accélération de l’innovation technologique 2, ces catégories ont, selon Louis Chauvel, vu leur reproduction mise en question par la régression des postes dans le secteur public et les entreprises nationalisées (2004, p. 112). Dans un contexte de dévaluation des diplômes et de recul de l’activité, le système scolaire n’a pas permis aux classes moyennes supérieures ou intermédiaires de maintenir leur croissance antérieure, ni même parfois d’éviter leur régression. Alors que les membres des premières, âgés de 50 à 54 ans, avaient connu une progression relative de 159% dans le secteur public entre les périodes 1982-1985 et 1998-2002, en passant de 2,4% de l’emploi total à 6,3%, ceux âgés de 35 à 39 ans ont connu une régression de 5%. Le fait est plus significatif encore pour les classes moyennes intermédiaires du secteur public, dont les plus jeunes enregistrent une baisse relative de 33% durant la même période alors que la proportion de leurs aînés s’était accrue de 53%. Bien qu’affecté de manière plus modérée, le salariat privé témoigne identiquement d’un tassement des progressions parmi les plus jeunes. Même si le diplôme remplit encore une fonction déterminante pour le salariat à statut, ce constat ôte, selon Louis Chauvel, une grande part de leur pertinence aux analyses des années 1980 sur les nouvelles classes moyennes.

  • 3  Entre 1990 et 2002 le nombre annuel moyen d’admis aux concours externes de la fonction publique d’ (...)
  • 4  Soit + 26% contre + 13% pour l’emploi total et + 15% contre +10% pour la période 1990-2002. Au cou (...)

4Toutefois, d’autres travaux conduisent à relativiser le mouvement avancé. Si la disproportion croissante entre les postes de fonctionnaires offerts en catégories A et B (les plus élevées) et l’augmentation des diplômés universitaires 3 rend incontestable la baisse de leur probabilité d’insertion dans le secteur public jusqu’au milieu des années 1990, il faut cependant ajouter que le nombre de postes publics a cru deux fois plus vite que l’emploi total (Pouget, 2006, p. 145 ; Clerc, 2007, p. 83) 4 au cours de la période 1982-2002. La comparaison des données de 1984 et 2002, toutes fonctions publiques confondues, montre également que la proportion d’enfants (moins de 35 ans) de fonctionnaires a cru sensiblement parmi les salariés du secteur public, passant de 20% à 27%. Cette augmentation se retrouve quand on distingue les niveaux d’emploi, puisque les cadres du public dont le père était fonctionnaire étaient 35% en 2002 contre 30% en 1984 et 27% contre 20% pour les professions intermédiaires (Fougère & Pouget, 2004, pp. 25, 26 et 28).

5Ces données divergentes portent à s’interroger sur le blocage générationnel et sur la baisse tendancielle des possibilités d’insertion avancés par Louis Chauvel. S’il reconnaissait l’existence d’une fluidité sociale plus marquée qu’auparavant, cet auteur notait par ailleurs (2004, pp. 62-63), que la stabilité de la reproduction sociale représente un trait dominant, de même que les frontières entre groupes sont restées inchangées pour ce qui concerne l’accès aux « biens socialement sélectifs » (vacances, week-end, livres, aides à la famille, etc.). Dans le même sens, Laurence Coutrot (2002, p. 117) soulignait antérieurement la permanence des positions sociales malgré la dégradation des conditions économiques. Outre la persistance de modes et de styles de vie contrastés, la mobilité intergénérationnelle apparaît statistiquement réduite à des trajets courts et souvent latéraux (Bihr & Pfefferkorn, 2004, p. 49).

  • 5  Selon Viviane Tchernonog (2000, p. 65), le secteur associatif employait environ 1 650 000 personne (...)

6De fait, ces éléments posent plus question par les manques qu’ils soulignent que par leurs contradictions. Si l’on admet la régression des possibilités de reproduction par l’emploi public au sein des classes moyennes salariées, la stabilité des positions relatives suggère l’existence d’autres voies d’insertion professionnelle pour leur progéniture. Face au salariat privé et aux activités libérales, l’emploi associatif représente à cet égard, une possibilité qui mérite d’être interrogée, non seulement en raison de son importance numérique 5, mais par les liens fonctionnels qu’il entretient avec l’action publique et par la logique de reproduction sociale qu’il permet d’esquisser.

Les diplômés des années 1990 et les associations

  • 6  Variable codée CJUR par l’Insee et permettant de distinguer l’activité associative par regroupemen (...)

7Sauf à disposer de moyens équivalents aux institutions nationales, les statistiques publiques représentent le meilleur moyen d’appréhender globalement la réalité des groupes sociaux. À et égard, les enquêtes Emploi de l’Insee constitue un matériau propice à une large palette d’analyses secondaires. Jusqu’en 2002, elles s’appuyaient sur des échantillons aréolaires d’environ 36 000 logements dont les occupants de quinze ans et plus étaient interrogés six trimestres consécutifs. La période (1993-2002) considérée ci-après se justifie par le fait que les enquêtes réalisées entre 1990 et 2002 constituaient la seule série suffisamment longue qui soit unifiée sous les rapports du protocole d’enquête et de la constitution de l’échantillon, au moment ou cette recherche a été entreprise. La nécessité de disposer d’une variable décrivant la catégorie juridique de l’employeur 6, a imposé l’année de son introduction (1993), comme début de période. Enfin, s’agissant de catégories dont la reproduction sociale dépend essentiellement du diplôme, le choix d’une « entrée » par les titres universitaires est apparu comme le plus adapté à la piste esquissée précédemment.

Mouvement vers le privé et emploi des compétences

  • 7  Diplôme universitaire de technologie, Brevet de technicien supérieur. Ces chiffres incluent égalem (...)

8Les changements intervenus sous ce rapport au sein du secteur associatif ont été significatifs sans avoir été massifs. Si, pour niveler les écarts conjoncturels, on calcule la moyenne des proportions des deux premières (1993 et 1994) et des deux dernières années (2001 et 2002), on compte 2,5% de titulaires de DUT ou BTS 7 de plus en fin de période et +3,4% de diplômés de deuxième cycle. Corrélativement, la proportion des interrogés sans diplôme universitaire a régressé de 5,8% (60,6% en 2001-2002).

  • 8  Soit, selon la variable de l’Insee, les DESS, DEA, doctorat (y compris médecine), diplôme de chiru (...)
  • 9  Diplômés qui ont enregistré une hausse de 2,7% parmi les « autres salariés du privé », distingués (...)

9En consonance avec l’analyse de Louis Chauvel, ces variations se sont inscrites dans un mouvement plus général de migration des diplômés vers les emplois hors fonction publique, c’est à dire essentiellement vers le salariat privé ou associatif. On enregistre par exemple, 16,2% de titulaires de troisièmes cycles 8 de plus parmi les non-fonctionnaires en 2001-2002. La distribution de ces diplômés selon la Pcs (Professions et catégories socioprofessionnelles) montre qu’ils ont principalement intégré des fonctions de cadres techniques (+6,4%), administratifs ou commerciaux (+5,2%) et secondairement de professions intermédiaires d’entreprise (+2,7%). Elle indique également que les possesseurs de DUT et BTS 9 ont connu une baisse relative des fonctions qualifiées au profit des positions d’employés (+3,8%) et d’ouvriers (+2,8%). Les détenteurs de diplômes généraux en deux ans (Duel et Deug) semblent avoir mieux résisté au cours des années considérées, puisque les principales variations concernent les professions intermédiaires d’entreprise (+2,8%) et les ingénieurs ou techniciens (+2,7%). Les diplômés de deuxième cycle ont quant à eux, connu une hausse (+6,9%) au sein de la Pcs « Professeurs et professions scientifiques » cohérente avec leur augmentation au sein des associations, sachant que les fonctions correspondantes sont très majoritairement exercées dans un cadre public ou associatif.

10Ces résultats indiquent un premier niveau d’interprétation. La sous-qualification des fonctions accessibles aux cursus techniques courts (DUT, BTS) au sein des entreprises laisse en effet supposer que le secteur associatif offrait un meilleur emploi de ces formations, dans un contexte de concurrence croissante sur le marché de l’emploi. Sur ce point, on relève que les DUT et BTS ont été proportionnellement plus nombreux à figurer parmi les cadres, techniciens et contremaîtres de ce secteur en 1998 (+10,3% d’entre eux par rapport à 1993-94), en 1999 (+9%) et en 2000 (+7%) avant de diminuer ultérieurement. Sans être nécessairement plus valorisées que les fonctions signalées dans le secteur privé, les professions intermédiaires de la santé et du travail social exercées dans un cadre associatif ont cependant enregistré une augmentation beaucoup plus sensible (+15%) des premiers cycles généraux (Duel, Deug). Ce qui atteste leur attractivité croissante pour ces diplômés. Dans le prolongement de la répartition générale par Pcs, les titulaires de deuxièmes cycles ont pour leur part, réalisé une percée non négligeable parmi les professeurs et professions scientifiques (+5,3%) ainsi qu’au sein des fonctions sociales et para-médicales (+3,4%) associatives. Corrélativement, ils ont été relativement moins nombreux à occuper des fonctions d’instituteurs (-6,5%) dans ce secteur.

L’effet des origines sociales

  • 10  Même pratiqué sur les effectifs pondérés fournis par l’Insee, le croisement permettant de cerner l (...)
  • 11  Soit un total de 10,66% en 1993-94 et de 15,13% en 2001-2002 , avec un pic à  17,9 et 18% en 1999 (...)

11La question sur la reproduction sociale posée au chapitre précédent se précise quand on considère les distributions selon la profession du père 10. Parmi les titulaires de deuxièmes cycles employés dans le secteur associatif, des origines telles qu’instituteurs et assimilés, membres des professions intermédiaires de la santé et du travail social et professions administratives intermédiaires ont connu une augmentation notable, +4,5% 11. Les associations ont également enregistré une légère hausse de ces origines (+2%) parmi les diplômés des premiers cycles généraux (Duel, Deug,) et techniques (DUT, BTS) qu’elles employaient. Par ailleurs, on peut également relever que les détenteurs de titres de troisième cycle dont le père était employé ou ouvrier ont vu leur part d’accroître sensiblement, passant de 29,3% d’entre eux à 37,3% (+8%). Cette hausse des origines populaires s’inscrit dans le report de ces diplômés vers le secteur privé (cf. supra) qui s’est opéré au cours de cette période, à proportion de leur diminution dans la fonction publique.

  • 12  Afin de ne pas alourdir les tableaux, le parti a été pris de ne pas y faire figurer les intervalle (...)

12Les régressions logistiques pratiquées par année permettent de préciser l’influence de ces variables « toutes choses égales par ailleurs ». Elles donnent une estimation du rapport des chances statistiques (ou rapport de cotes) entre un cas de figure et une situation de référence. Pour les variables explicatives ont été choisies comme références : profession du père = cadre fonction publique et diplôme = troisièmes cycles ; pour la variable à expliquer : appartenance au secteur associatif = non. S’agissant ici des rapports de cotes (odds ratios) et non des coefficients de régression, chaque modalité s’entend en relation avec la cote (p /1-p) de la référence correspondante, soit par exemple pour les origines : instituteurs et assimilés VS cadres de la fonction publique ou pour les diplômes : DUT, BTS VS 3ème  cycles 12. Par exemple, les fils et filles d’employés administratifs d’entreprise avaient une fois et demie (1,52) plus de chances de travailler dans le secteur associatif en 2002 que ceux des cadres de la fonction publique. Les effets marginaux indiqués dans les colonnes % sont les différences de probabilité avec la situation de référence, exprimées en pourcentages.

Tableau 1. Chances d’être salarié associatif selon l’origine sociale ou le diplôme

Rapports de cotes et effets marginaux en % par année

Origines sociales

1993

%

1995

%

1998

%

2000

%

2002

%

Prof intermédiares, administratives, fonction publique

1,17

+0,9

1,01

0

0,97

-0,1

1,82

+4,1

2,16

+5,9

Instituteurs et associés

0,81

- 1

1,37

+1,9

0,94

-0,2

1,31

+1,6

1,60

+2,7

Employés administratifs entreprises

1,22

+1,1

1,19

+1

1,18

+1

1,28

+1,4

1,52

+2,3

Employés fonction publique

0,96

- 0,2

1,18

+0,9

1,14

+0,7

1,46

+2,3

1,44

+2

Professeurs et profes scienti

1,04

+0, 2

0,88

-0,6

0,92

-0,4

1,31

+1,6

1,3

+1,3

Professions libérales

0,99

0

1,19

+ 1

0,91

-0,4

0,99

0

0,98

0

Ingénieurs et cadres techniques d’entreprises

0,95

- 0,2

1,29

+1,5

1

0

1,2

+1

1,66

+2,9

Diplômes

2emes cycles

1,40

+2

1,14

+0,7

1,23

+1,2

1,17

+0,9

1,11

+0,5

DUT, BTS

0,68

-1,6

0,59

-2,2

0,65

-1,9

0,54

-2,4

0,58

-1,9

C.A. pédagogiques, Écoles normales

1,63

+3,1

1,52

+2,7

1,33

+1,7

1,07

+0,3

1,13

+0,6

Diplômes infirmiers, kiné, éducateurs spécialisés

1,9

+4,4

1,68

+3,5

1,9

+4,6

1,55

+2,8

1,88

+3,9

Référence

0,057

5,4

0 ,06

5,7

0,06

5,7

0,058

5,5

0,051

4,88

  • 13  Sur ce point voir Insee, Données sociales 2002-2003, p. 177.
  • 14  Avec des rapports systématiquement inférieurs à l’unité, la combinaison des odds ratios (i.e. : Ex (...)

13Les calculs montrent en particulier (tableau 1) que les chances associées aux principaux diplômes par rapport aux titres de troisième cycle, ont été pour certaines relativement constantes (eg : DUT, BTS ou diplômes para-médicaux) et plus (Écoles normales) ou moins (2èmes cycles) déclinantes pour les autres. Conformément aux résultats des tableaux croisés, l’effet des origines sociales apparaît plus significatif, notamment pour les fils et filles de professions intermédiaires et d’instituteurs ou d’employés de la fonction publique. Alors qu’elles étaient équivalentes jusqu’en 1998, les premiers avaient par exemple 2,16 fois plus de chances de travailler dans le secteur associatif en 2002 que les enfants de cadres de la fonction publique. De même peut-on remarquer que pour les interrogés dont le père appartenait à la fonction publique, la principale inflexion s’est opérée en 2000, dans une période où se poursuivait encore la baisse du chômage amorcée en juin 1997 13. Inversement, on constate que les rapports varient très peu pour la progéniture des professions libérales 14 et que celle des cadres techniques du privé a vu sa probabilité s’accroître seulement en 2002.

Des diplômées plutôt âgées

14S’il permet d’entrevoir la logique sociale qui pousse les diplômés de certaines origines vers le secteur associatif, le rapprochement des indices apportés jusqu’ici n’autorise pas formellement à parler de nouveaux salariés ou de jeunes diplômés. De fait, la signification des distributions selon les tranches d’âges est obscurcie par le glissement d’une partie des effectifs d’une tranche à la suivante, au fil des interrogations que comportaient les enquêtes Emploi de cette série. Ce qui peut expliquer, en particulier, que l’on constate des variations inverses sur dix ans parmi les diplômés de deuxième cycle d’origines moyennes (public et privé réunis) de 40 à 49 ans (-10%) et de 50 à 59 ans (+10 %). Conjointement, le même groupe montre une légère élévation de la proportion des 25-34 ans (+4%), qui s’accorde mieux avec l’idée de l’entrée des diplômés dans les entreprises associatives. Dans le prolongement de l’augmentation relative des titulaires de troisièmes cycles d’origines populaires (cf. supra), on observe également une hausse non négligeable (+8,4%) de ceux qui, au sein des associations, étaient âgés de 30 à 39 ans. De même, l’activité associative était-elle devenue plus fréquente (+5,4%) parmi ces derniers. Concernant l’effet des origines sociales, il est significatif que cette variation disparaisse et même s’inverse quand on considère les troisièmes cycles d’origines moyennes et non plus populaires.

15Les répartitions selon l’ancienneté rejoignent les émergences relevées à partir des classes d’âges. En dépit de la taille des effectifs, souvent inférieure à 10 000 personnes et de l’instabilité des pourcentages annuels qui en résulte, deux variations peuvent être signalées, qui concernent les mêmes groupes que précédemment. En fin de période, on comptait +17,7% de deuxièmes cycles dont le père appartenait aux catégories intermédiaires de la fonction publique et qui travaillaient dans le secteur associatif depuis plus d’un an et moins de dix ans. Ce qui signifie qu’ils y étaient entrés entre 1993 et 2001. Bien que plus limité (+5%), un mouvement analogue peut être noté parmi les titulaires de troisièmes cycles d’origines populaires. Enfin, sans rendre moins aride la caractérisation de ces salariés, il n’est pas indifférent de préciser que les groupes diplômes-origines pointés jusqu’ici comprenaient entre 60% et 65% de femmes au sein du secteur associatif. Seuls les diplômés de troisième cycle d’origines populaires présentaient une répartition égale des deux sexes.

Emploi associatif et fonction publique

16Les différents résultats présentés jusqu’ici appréhendent, au total, une même réalité en faisant ressortir des aspects partiellement cumulatifs. Si les régressions logistiques font apparaître la profession du père comme la variable principale au tournant des années 2000, l’« entrée » par les diplômes permet d’en spécifier l’efficace. Comme on l’a vu, l’accroissement des diplômés de deuxième cycle et secondairement de premier cycle d’origines moyennes dans le secteur associatif ainsi que le développement des origines populaires parmi les diplômés de troisième cycle ont eu pour corollaires un âge plutôt élevé et quelques années d’ancienneté. Les données permettent également d’approcher les fonctions associatives accessibles aux différents niveaux d’études durant cette période : encadrement technique, maintenance, etc. pour les détenteurs de DUT et BTS, activités sociales ou para-médicales pour les diplômés des premiers cycles généraux et pour les deuxièmes cycles, ces derniers ayant été aussi relativement plus nombreux à occuper des fonctions scientifiques et d’enseignement, à l’inverse des titulaires de DEA, DESS et doctorats. Enfin, il est à noter que ce mouvement a été très majoritairement féminin.

17Aussi voit-on se dessiner une logique de placement qui a conduit des individus d’autant plus âgé(e)s qu’ils avaient fait des études prolongées, à trouver au sein du secteur associatif des emplois tendanciellement plus en accord avec leur niveau de formation que ceux du secteur privé. Rejoignant la lecture de Mathieu Hély (2009, pp. 142 et 154) sur les opportunités offertes par les associations pour les titres scolaires dévalués et les trajectoires discontinues (id., p. 174), cette interprétation conduit à voir dans l’emploi associatif un moyen d’éviter la concurrence du secteur commercial pour des diplômés d’origines modestes ne disposant pas des ressources relationnelles propres à d’autres milieux (Epiphane & Martinelli, 1997). Sur ce point, il convient de rappeler qu’à diplôme égal, les origines sociales ont une incidence sur les positions occupées et que l’avantage scolaire des femmes se dilue à l’entrée dans la vie active, en les destinant tendanciellement à des positions moins avantageuses que celles des hommes (Eckert, 2001, p. 9).

  • 15  Se référant à l’Enquête Emploi 2003 de l’Insee, les auteurs indiquent que 40% des 15-29 ans travai (...)
  • 16  Soit 35,5% pour les enfants de cadres du public, 38,3% pour ceux d’instituteurs et assimilés et 30 (...)

18Pour autant, la récurrence des pères fonctionnaires – de rang intermédiaire en particulier – parmi leurs origines sociales conduit à une autre perspective. Se référant successivement à Louis Chauvel (p. 158) et à Pierre Bourdieu (p. 183), Mathieu Hély avance les idées d’« alternative » et de « choix par défaut » pour des catégories dépendantes de la fonction publique. Toutefois rien, ni dans ses travaux, ni a fortiori dans ceux de Louis Chauvel, n’atteste que les salariés concernés auraient voulu être fonctionnaires ou qu’ils n’ont pas déjà fait l’expérience, d’autant plus décevante qu’elle a été plus longue, de la fonction publique en enchaînant les contrats temporaires (Eckert & Mora, 2008, pp. 41-42) 15. Par ailleurs, quand on calcule le pourcentage moyen de fonctionnaires par origine sur dix ans, on constate qu’un taux faible tel que celui des interrogés de pères ingénieurs et cadres techniques (21,8%) 16 s’accompagnait néanmoins d’une probabilité plus forte (tableau 1) d’être salariés d’une association en 2002 (1,66) que celle des fils et filles d’instituteurs (1,60), catégorie pourtant première pourvoyeuse de fonctionnaires (38,3%). Inversement, une part importante des interrogés de pères professeurs ou professions scientifiques étaient fonctionnaires (36%), alors que leur probabilité relative d’appartenir au secteur associatif était assez modeste (1,3) en fin de période. Toutes choses qui conduisent à penser que, loin de se réduire à un rôle d’accueil des « recalés » de la fonction publique, le secteur associatif participe à un processus de reproduction sociale plus large, qui les inclut l’une et l’autre et qui met en jeu la place et les fonctions d’un ensemble de catégories liées à l’action publique.

19On conçoit cependant que cette hypothèse doive trouver des appuis à d’autres niveaux. On peut en particulier se demander pourquoi la proportion des diplômés universitaires se serait accrue au sein des associations si elles n’en avaient eu aucun besoin. Sachant que le recrutement de ce secteur n’est pas, par principe, indépendant des missions qu’il remplit, il est nécessaire de consacrer quelques lignes aux évolutions qu’il a connues.

Changements morphologiques et rapports avec l’environnement public

La nébuleuse associative : principaux repères

20À considérer l’activité principale, les associations sportives représentaient encore en 1999 la part la plus importante (22,2% contre 24,5% en 1990) des structures recensées. Elles étaient numériquement suivies de près par celles regroupées sous la rubrique « loisirs et vie sociale » en augmentation sensible au cours des années 1990 (20,4% en 1999 contre 15,4% en 1990). Dans ce domaine, quelques équipements socio-culturels et des associations de tourisme social ou d’éducation populaire assuraient l’essentiel des possibilités d’emploi, face à une poussière d’amicales, de clubs du 3eme âge, de comités des fêtes, etc. Avec un peu moins de 18% de l’ensemble, la culture se plaçait au troisième rang, avant les initiatives vouées à la défense d’une cause, d’une minorité, du patrimoine, etc. (16,6% de l’effectif estimé).

21D’autres secteurs confèrent à la forme associative une importance sociale souvent méconnue. Si l’on laisse de côté l’action caritative et humanitaire (3% en 1999) ainsi que les structures (2,6%) visant à promouvoir les économies locales (e.g. : syndicats d’initiatives, agences de développement, offices de tourisme) ou à gérer certains services urbains, restent en effet les domaines de la formation et de l’éducation (6%), de la santé et de l’action sociale (2,4% et 8,2%). Au compte de ce dernier peuvent être portés la plupart des dispensaires et des centres de santé, des services de soins à domicile, des grandes associations de lutte contre telle ou telle pathologies (e.g. : cancer, maladies cardio-vasculaires, myopathies, etc.) qui financent également une part importante de la recherche médicale.

L’évolution de l’emploi associatif

22Les secteurs qui regroupent le plus grand nombre d’associations ne sont pas nécessairement ceux qui nécessitent une main d’œuvre importante. Aussi, la répartition sectorielle des emplois en 1999 tend-elle à inverser l’image précédente, sachant que les fonctions salariées ne concernaient que 16% environ des associations. En équivalent temps plein, l’action sociale polarisait plus du tiers (34,8%) de l’emploi associatif. Si l’on ajoute l’éducation-formation (18,2%) et la santé (12%), on totalise presque les deux tiers (65%) des 907 000 emplois associatifs à la fin du siècle. Venaient ensuite les loisirs, le tourisme social et l’éducation populaire (9,1%) et, avec une large majorité de petites associations employant un ou deux salariés (69%), les clubs sportifs (7,2%).

  • 17  Les données présentées par Edith Archambault provenaient de l’exploitation du répertoire SIRENE qu (...)
  • 18  C’est-à-dire essentiellement les établissements pour personnes âgées ou handicapés et les services (...)
  • 19  Soit, selon les estimations avancées, 20 240 en 1990 postes ETP, 27 800 en 1995 et 18 600 en 2002. (...)

23Bien qu’organisées selon des catégories très larges, les comptages et évaluations fournis par Edith Archambault 17 (1996, 1999, 2006) permettent de pointer des évolutions au cours de la période étudiée. Ils révèlent notamment la progression considérable, +123%, du nombre d’emplois en équivalent temps plein (ETP) qu’a connue le secteur de l’action sociale 18 entre 1990 et 2002 (+380 433 ETP). Inconnues du répertoire SIRENE en début de période, les entreprises intermédiaires ont été regroupées avec les fonctions liées au logement associatif (e.g. : foyers de jeunes travailleurs) et avec les offices de tourisme dans une catégorie « développement local et logement », dont les estimations successives avancent un doublement en douze ans (+41 400 ETP). Avec 59 000 postes ETP créés (+65%), un ensemble intitulé « culture et loisirs » se place au troisième rang des hausses, sans qu’il ait été possible d’apprécier la part des différents secteurs (culture et organisations socio-culturelles ; sport, chasse et pêche ; tourisme social) qu’il inclut. Enfin, plus homogène car concernant essentiellement l’enseignement privé sous contrat et la formation continue, le domaine « éducation et recherche » a suivi une pente légèrement moins abrupte (+52,6%) en proportion, mais numériquement plus significative (+ 97 000 ETP), compte tenu des effectifs initiaux. Inversement, les postes offerts par des domaines tels que l’environnement et la défense des droits ont régressé entre 1995 et 2002, après avoir progressé entre 1990 et 1995 19.

  • 20  Soit 241 739 individus en 1994 et 390 925 en 2002, suivant la classification NAF 36.

24Rapportée aux augmentations pointées plus haut, qui ont représenté environ 77 500 diplômés de deuxième cycle, 16 500 de troisième cycle et 52 000 titulaires de DUT ou BTS en plus dans le secteur associatif, la croissance de l’éducation, de la culture et des loisirs (soit 156 000 postes) était théoriquement suffisante pour absorber le flux des entrants. De même, les quelque 380 000 emplois ETP supplémentaires des établissement et services sociaux représentaient-ils un terrain favorable à la hausse des titulaires de Duel et Deug (+15%) ou de deuxièmes cycles (+3,4%) parmi les professions intermédiaires de la santé et du travail social (cf. supra). Sur ce point, l’analyse secondaire des enquêtes Emploi indique que le nombre des personnes employées en CDI, tous niveaux confondus, dans l’action sociale associative et la santé a cru de façon continue entre 1994 et 2002 20. Si les hausses d’effectifs relevées n’ont pas concerné que des diplômés universitaires et si ces derniers ont vraisemblablement essaimé dans des fonctions très diverses, du moins l’évolution des domaines d’activité apparaît-elle cohérente avec la distribution socio-professionnelle des diplômés au sein de ce champ.

Croissance et contractualisation des financements publics

  • 21  Soit de 44% de l’ensemble des ressources du secteur associatif en 1990 à 53,7% en 1999.
  • 22  Y compris les remboursements des organismes sociaux.

25L’analyse des ressources du secteur associatif permet de circonscrire l’origine des variations relevées. Considérées dans leur globalité (Tchernonog, 2000, p. 42), elles témoignent d’une dépendance accrue à l’égard des subsides de l’État et des collectivités locales (+9,6%) devenus majoritaires 21, tandis que les recettes d’activités (-8,6%) et les cotisations (-2,2%) diminuaient. Les budgets associatifs (Tchernonog, 1995, p. 26 et 2000, p ; 54) montrent que cette période a consacré un changement d’équilibre financier pour les associations culturelles (de 44,7% à 63%), sportives (de 28% à 41%), de loisirs et de tourisme social (21% à 49%) ou pour les organismes de formation ou d’insertion (de 37% à 51%), alors que la santé et l’action sociale n’ont que peu varié (de 56% à 60% environ 22). Cette évolution se retrouve dans une moindre mesure parmi les structures créées pour défendre des intérêts économiques (de 26,5% à 36%).

26La répartition des parts respectives selon les domaines d’activité en début et en fin de période (Tchernonog, 1995, p. 26 et 2000, p. 55) place les communes et l’État à l’origine des plus fortes progressions relatives. Les premières ont privilégié la culture (+10,2%), le sport (+7,2%) ou les loisirs (+9,5%), tandis que les subventions allouées aux autres domaines étaient revues à la baisse (-3% en moyenne). La culture (+7,2%) et les loisirs (+12,2%) ont également vu s’accroître la proportion des subsides ministériels, mais l’État semble avoir accentué son soutien à la formation (+12,3%) ainsi qu’à la défense des droits (+7%). À l’échelon intermédiaire, la part relative des départements s’est élevée en matière de développement économique (+8,9%) et de formation (+4%).

27Certaines de ces variations se retrouvent quand on considère non plus l’origine des fonds associatifs, mais les parts consacrées à tel ou tel domaine dans les budgets publics (Tchernonog, 1995, p. 39 et 2000, p. 56). Au sein des financements alloués par les municipalités aux associations, les loisirs et la sociabilité ont pris une importance accrue (+10,6%). Les Conseils généraux ont quant à eux, fait porter leur effort sur la formation (+7,8%), tandis que les Régions ont considérablement majoré la part de leur budget associatif en faveur de l’action sociale et de la santé (+20%). Enfin, on relève dans les fonds nationaux attribués aux loisirs et à la sociabilité (+6,6%) ou à la formation (+10,3%) des augmentations conformes à celles constatées précédemment.

28S’agissant de pourcentages, les hausses mentionnées peuvent légitimement apparaître comme l’effet des redéploiements budgétaires d’un domaine à un autre, sans augmentation en volume. Toutefois, le fait que l’argent public ait augmenté dans les ressources de certains secteurs et que ces derniers aient vu leur part s’accroître dans les budgets territoriaux et nationaux témoigne d’une relation renforcée entre les objectifs de politique publique et l’action associative. Et les secteurs bénéficiant de cet intérêt des différents niveaux d’administration figurent parmi ceux (éducation-formation, loisirs, action sociale et secondairement culture et développement économique) au sein desquels les sources disponibles indiquent une croissance significative de l’emploi. Cela, sachant qu’à l’exception de ceux des communes (2/3) la quasi-totalité des financements publics va aux associations employeurs (2000, p55).

29Cette convergence inscrit les rapports du secteur associatif avec les pouvoirs publics au centre de la question de l’emploi des diplômés. Si l’on suit Viviane Tchernonog (2000, p. 59), les associations humanitaires (67%) ou de formation et d’insertion (53%) percevaient l’essentiel des fonds publics qui leur étaient alloués en achats de prestations. De même, les organisations de défense des droits (49%) et d’action sociale (48%) s’approchaient-elles de la moitié en 1999. De fait, l’importance des soutiens publics est difficile à apprécier en raison des moyens (locaux, matériels, équipements, personnels) mis à disposition par les collectivités locales. En contrepartie de leur croissance, il faut cependant souligner que les subventions ont de plus en plus souvent fait l’objet de contrats d’objectifs ou de conventions à durée déterminée intégrant des objectifs quantitatifs ou qualitatifs d’activité ou de résultats.

30Cette progression de la contractualisation a été souvent signalée depuis le transfert des compétences opéré par les lois de janvier et juillet 1983 (Balme, 1987, p. 628). Estimant que la reconduction automatique des subventions était de plus en plus rare, Viviane Tchernonog (1995, p. 6) considérait la formalisation des relations entre associations et municipalités comme une « volonté croissante de rationalisation de l’intervention publique en matière de soutien associatif ». À la même époque, Edith Archambault (1996, p. 188) voyait dans la réduction globale du financement public la principale condition d’un « recours accru à la contractualisation » et à la standardisation des procédures. Diverses raisons telles que l’augmentation des demandes de soutiens ou les contrôles accrus des Chambre régionales des comptes (Tchernonog, 2000, p. 57) ont été avancées pour expliquer cette évolution. De façon plus radicale, Mathieu Hély estime que les politiques libérales de « nouvelle gestion publique » ont conduit le secteur associatif à remplir des fonctions publiques sans pour autant que ses membres appartiennent à la fonction publique (2009, p. 3).

L’action publique et la reproduction des couches moyennes salariées

Des positions ajustées à des dispositions

  • 23  Par exemple les Quartiers lumière (1991) du ministère de la Culture ou les Contrats locaux de sécu (...)
  • 24  Dès la définition des premiers Contrats de ville (1989), le nombre des quartiers inscrits dans le (...)

31Initié par la loi de 1975 sur les institutions sociales et médico-sociales, le principe de la convention ou du contrat à durée limitée avait cependant trouvé les conditions d’une large application bien avant, dans le cadre de la politique de Développement social des quartiers (DSQ) lancée en 1982 puis de la ville lancée en 1989 (Chevalier, 2005, p. 129). Embrassant tout à la fois le logement, l’action sociale, l’insertion des jeunes, la sécurité, la justice, la culture et l’emploi, cette action publique a été quasi-exclusivement conduite sur un mode contractuel. Des Contrats de ville (1989) aux éphémères Conventions ville-habitat (1990) en passant par les programmes lancés par les différents ministères 23, les années 1990 ont été d’autant plus favorables à l’action associative que les nouvelles formules d’intervention n’ont pas fait disparaître immédiatement celles de la décennie précédente 24. Outre la mobilisation des intervenants traditionnels du travail social, elles ont suscité la création ou le développement de nombreuses structures d’insertion sociale et professionnelle, d’accès au logement, d’accompagnement scolaire et d’animation sportive ou culturelle, souvent dépendantes des emplois aidés et bénéficiant des financements contractuels d’État – ceux du Fonds d’action sociale en particulier – par l’intermédiaire des communes (Levy, 1988, pp. 49-50).

  • 25  Observation sur place et brochure Les débats d’Arc-et-Senans, éditions de la DIV, 2001.

32Pour ce qui concerne l’emploi des diplômés, le regard doit cependant se tourner d’abord vers les secteurs désignés plus haut par les financements. Car la politique de la ville et les programmes ministériels associés n’ont pas seulement favorisé l’apparition d’intermédiaires sociaux polyvalents (e.g. : adultes-relais ou aides-animateurs) au statut précaire, dans le cadre des contrats emploi-solidarité. Recodage spatialiste des problèmes liés aux rapports sociaux dans les grands ensembles, cette action transversale reposait – non sans ambivalences – sur une ambition d’éducation et d’insertion des populations marginalisées, que l’alternance 1993-97 n’a pas démentie (Chevalier, 2005, pp. 20-24). Et c’est en amont, dans le maquis des procédures ministérielles et des dotations contractuelles, que se sont inventées des fonctions plus nobles telles que celle de « coordinateur d’actions d’accompagnement scolaire » (Hély, 2009, pp. 211-215), notamment pour remédier à la formation insuffisante (Lévy, 1988, p. 50) des animateurs des associations de quartier. À l’exemple de l’association ACADIE, qui disposa d’un quasi-monopole dans la préparation et le lancement des opérations de Développement social des quartiers des années 1980 (Chevalier, 2005, pp. 181-182), sont ainsi apparues nombre d’associations d’études et de conseil en développement local. Animées par des diplômés de l’enseignement supérieur, elles se sont constituées sur le créneau de la conception ou du pilotage des projets municipaux, de l’aide à la création d’entreprises, du recrutement des chefs de projets et de l’accompagnement administratif des nouvelles associations. Lors des journées d’évaluation des contrats de ville organisées à Arc-et-Senans en 2000, près du tiers des participants étaient de jeunes consultants représentatifs de cette dynamique et généralement diplômés de sciences humaines 25.

  • 26  Étude notamment appuyée sur les données fournies par Viviane Tchernonog et menée en collaboration (...)

33Promue au rang d’obligation légale par la loi Voynet de juin 1999, la défense de l’environnement a représenté un terrain au moins aussi propice à l’emploi des diplômés. Selon une étude du Centre national d’appui et de ressources (CNAR) en environnement 26, les associations de ce champ se distinguent par le degré de formation particulièrement élevé de leurs salariés. Avec 38% de diplômés de niveaux bac+2 et 3 (contre 24% pour l’ensemble du salariat associatif) et surtout 28% de bacs+4 et plus (contre 10%) (Moine, 2008, p. 13), elles ont fourni un débouché d’autant plus attractif que les fonctions concernées (chargé de mission ou d’études, formateur, animateur, coordinateur) supposaient des convictions qui les rendaient accessibles à des candidats de différentes disciplines.

  • 27  L’étude citée parle de 50 000 emplois-jeunes créés dans les associations de défense de l’environne (...)

34Essentiellement dépendant des conventions publiques, ce domaine a connu un développement rapide à la fin des années 1990 (Moine, 2008, p. 11), grâce au programme Nouveaux services-emplois jeunes, lancé par le gouvernement à l’automne 1997 27. En plaçant les nouveaux recrutés en position de définir eux-mêmes leur poste, ces emplois aidés visaient à faire émerger des besoins sociaux non satisfaits et des activités nouvelles. Contrairement aux mesures antérieures (e.g. : Contrat initiative emploi, 1995, Contrat emploi-ville, 1996), les emplois-jeunes s’adressaient à un public plus qualifié, encore étudiant dans un quart des cas et dont la moitié possédait un diplôme égal ou supérieur au niveau bac+2. (Cadet, 2005, p. 21). Avec la police, l’Éducation nationale et les collectivités territoriales, le secteur associatif a été un des principaux utilisateurs de ces contrats de cinq ans, qui ont vraisemblablement constitué une des origines des variations statistiques relevées plus haut.

  • 28 Selon le Centre d’étude de l’emploi, 120 000 postes subventionnés ont été ouverts en 1998 et 31% de (...)
  • 29  Dossier d’information du ministère de l’Emploi et de la Solidarité, 1977, cité par  Bernard Gomel (...)

35Deux raisons incitent cependant à retenir la signification sociale de cette opération plutôt que ses effets. Certaines sources 28 indiquent, en premier lieu, que les nécessités de financement ont généralement conduit les associations à user de ce dispositif sur le mode de l’expérimentation et que le taux d’embauche après abandon du poste a été très faible (5%). Dans le domaine de l’environnement, beaucoup d’associations ont été conduites à solliciter les possibilités de prolongation ouvertes en septembre 2001, telles que l’épargne consolidée et les conventions dégressives supplémentaires de trois ans (Moine, 2008, p. 13). De même les ruptures ont-elles été généralement plus fréquentes et plus conflictuelles que dans l’Éducation nationale (Gomel, 2003, pp. 2-3). En second lieu, l’intention, réalisée ou non, de constituer chaque bénéficiaire en « un véritable agent de développement économique » 29 relevait certes du volontarisme politique, mais elle sollicitait prioritairement des attitudes et des capacités propres à la progéniture diplômée des couches moyennes. Par comparaison, les formules destinées aux jeunes en difficulté ou aux bénéficiaires du RMI n’ont jamais suscité de telles ambitions, même en tenant compte de l’emphase généralement de mise dans les effets d’annonce. Singulière par sa cible et ses justifications, cette politique d’emploi illustrait plus explicitement que les autres le principe de l’harmonie préétablie entre les dispositions et les positions posé par Pierre Bourdieu (1987, p. 21). Si le secteur associatif a représenté un terrain propice à la définition de nouvelles fonctions ou au réaménagement des anciennes, les possibilités d’insertion qu’il offre face à la diminution des chances d’accès à la fonction publique ne peuvent se comprendre hors des profils sociaux et culturels qu’il est susceptible d’attirer. Et compte tenu de la progression de ses contraintes contractuelles, il suit qu’au sein des diplômés d’origines moyennes ou populaires (e.g. : 3èmes cycles), ce processus s’est opéré en grande partie suivant les thèmes et les formes d’intervention prescrits par les politiques publiques.

L’impensé social de l’action publique

36Une rapide récapitulation des développements précédents permettra de mieux faire apparaitre le raisonnement proposé ici. On a vu plus haut que les diplômés originaires des couches moyennes salariées, liées au secteur public en particulier, étaient en augmentation au sein du secteur associatif. Or, ce secteur a dû l’essentiel de sa croissance aux financements publics dans le cadre d’une contractualisation accrue. Certains exemples montrent par ailleurs que les politiques contractuelles initiées à différents niveaux territoriaux ont généré des emplois associatifs adaptés aux profils des diplômés universitaires. Aussi a-t-on des raisons de penser que la reproduction sociale des catégories d’origine s’opère en partie à travers les missions publiques déléguées au secteur associatif.

  • 30  Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale, créée en 1959, carrefour des mouv (...)

37S’il n’est concrètement pas envisageable d’apporter les éléments empiriques nécessaires pour tous les domaines : action sociale, formation, environnement ou culture, investis par des diplômés universitaires, du moins peut-on reprendre l’exemple de la politique de la ville, qui entendait les traiter tous, en considérant successivement l’extension de son milieu de soutien et la continuité des valeurs au sein des catégories concernées. Sur le premier aspect (Chevalier, 2005, pp. 178-188), il faut souligner que la réussite idéologique de cette action publique, dont la doctrine est restée quasi-inchangée entre 1982 et 2002, ne tenait pas seulement à l’action militante de la Délégation interministérielle des villes (DIV) ou aux déclarations de ses responsables. Le processus à l’issue duquel des notions telles que l’exclusion ou la citoyenneté se sont imposées au sens commun des années 1990 s’est opéré par irrigation capillaire d’un large ensemble de fonctions publiques et para-publiques. Outre les appuis et concours suscités au sein de la recherche et de l’Université, il a mobilisé des revues intellectuelles (e.g. la revue Esprit) et des média nationaux, de grandes associations d’éducation populaire (e.g. l’association ADELS) 30, des formations politiques, des syndicats et de puissantes institutions telles que la Caisse des dépôts. Mais la nébuleuse de sympathies et d’adhésions formée autour de cette politique est principalement à rechercher au sein du tissu de collaborations locales impliquant les équipes de maîtrise d’œuvre urbaine et sociale, les structures d’études et de conseil, les services extérieurs de l’État, les offices HLM, certains services départementaux et régionaux, l’action sociale départementale, sans oublier différents types d’associations, des entreprises d’insertion, la Protection judiciaire de la jeunesse, les centres sociaux, etc.

  • 31  Agents généralement marginaux dans leur administration d’origine. Sur ce point voir les observatio (...)

38Dans ce mouvement, les origines sociales signalées par l’analyse statistique : employés et professions intermédiaires de la fonction publique, de la santé et du travail social, instituteurs, voire professeurs, étaient en quelque sorte en première ligne, qu’ils aient été des acteurs directs ou de simples relais administratifs dans la production inflationniste des diagnostics, pré-contrats, contrats, suivis et bilans. Et il n’existait pas de différence de fond entre leur vision du monde et celle des chargés de mission contractuels, des chefs de projets, des éducateurs détachés, des élus locaux et des attachés d’administrations 31 qui formaient l’essentiel des réseaux décisionnels aux différents niveaux des dispositifs contractuels des années 1990. À quelques références livresques près et par-delà les différences statutaires (catégories A et B) au sein de la fonction publique, les mêmes traits structuraient des univers mentaux comparables. Pour autant, d’autres éléments conduisent à penser que le référentiel du Développement social urbain a pénétré d’autant plus facilement les catégories concernées qu’il a rencontré des conditions normatives favorables.

39À cet égard, une recherche plus ancienne sur les politiques socio-préventives avait souligné les liens étroits qui existaient entre les thèmes d’intervention de la politique de DSQ et les normes et les valeurs des couches moyennes salariées (Chevalier, 1988). Elle se référait en particulier à une vague de travaux menés sur ces catégories au tournant des années 1970-80 (Bidou, Dagnaud, Duriez, Melh, Pinçon-Charlot & Tricart, 1983) et qui convergeaient dans la mise en lumière d’un ensemble d’attitudes et de représentations typiques. La plus fréquemment soulignée fut sans doute un rapport au monde social marqué par le refoulement des différences et par le brouillage des hiérarchies (Pinçon-Charlot, 1984) au profit d’une valorisation de la personne. À une organisation de la société perçue comme floue (Bidou, 1983) répondaient l’euphémisation des rapports de pouvoir dans le travail et la recherche d’un épanouissement dans la sphère hors-travail (Mehl, 1982). L’habitat, les loisirs, le cadre de vie ou l’éducation représentaient autant de domaines dans lesquels ces catégories détenaient un quasi-monopole de la parole.

40Si l’importance accordée à la vie hors travail ne semble plus déterminante au cours des années 1990, il est cependant significatif de retrouver des attitudes comparables parmi les jeunes diplômés du secteur de l’environnement. Exercer son activité « avec passion et engagement », « en équipe, en partageant des valeurs », « dans un cadre moins hiérarchique, sans violence institutionnelle ou pesanteur administrative », telles sont les principales motivations « positives » enregistrées par la Conférence permanente des coordinations associatives (Moine, 2008, p. 19). Les animateurs et les coordinateurs interrogés par Mathieu Hély témoignaient de dispositions convergentes. Moins fondés que les fonctionnaires à se réclamer des valeurs de la République, ils s’apparentaient à ceux Monique Dagnaud avaient qualifiés de « missionnaires d’une éthique » (Dagnaud, 1981, p. 398), mais ils n’envisageaient leur action que comme suite de consensus provisoires, dans le cadre d’une action partenariale inspirée par la politique de la ville (Hély, 2009, pp. 211-214). S’appuyant sur une série d’enquêtes menées de 1994 à 1997 et étendues à l’ensemble des politiques contractuelles, Jean-Pierre Gaudin soulignait, dans le même sens, que les membres des réseaux locaux « mobilisent des registres de croyances à visée tant militante que professionnelle » qui les conduisent à des attitudes ambivalentes (Gaudin, 1999, pp. 154-158).

41Ce pragmatisme flou et la relative permanence des systèmes de valeurs et de représentations au sein des couches moyennes salariées liées au secteur public témoignent d’une diffusion intergénérationnelle de la rhétorique politico-administative des années 1990. Ils conduisent à penser que les parents, non pas individuellement mais en tant que catégorie, ont été les porteurs des thèmes qui ont favorisé l’emploi de leur progéniture. Les principes et les modalités d’intervention publique définis dans les cabinets ministériels et les administrations de mission des années 1990 ont trouvé parmi les enfants de ceux qui les ont mis en œuvre, des conditions de développement ajustées à leurs dispositions autant qu’à leurs possibilités objectives. Dans un contexte de massification de l’enseignement supérieur et de dévaluation des diplômes, l’exploitation associative de thèmes d’action publique tels que le développement local ou le développement durable représentait un moyen, d’autant plus séduisant qu’il était parfois le seul, d’échapper au déclassement ou de concrétiser des espoirs de promotion sociale (e.g. : troisièmes cycles d’origines populaires). Cela en particulier pour des diplômés relativement âgés (cf. supra) dont les chances d’insertion dans le secteur privé lucratif étaient comme on l’a vu, probablement minces.

Conclusion

L’utopie gestionnaire

42La reproduction des couches moyennes liées au secteur public à travers les politiques contractuelles et donc à travers l’action associative, trouve d’autres arguments dans la vision plus structurale proposée par Dominique Monjardet et Georges Benguigui dans un article longtemps cité (Monjardet & Benguigui, 1982). Occupant une place centrale dans les rapports entre l’État et la société civile, ces catégories sont portées à s’identifier à un projet social qui échappe à l’opposition capital-travail. Doublement guidé par la foi en la science et la croyance en l’intérêt général, ce projet nourrit l’ambition d’une administration rationnelle du social, ce que Dominique Monjardet et Georges Benguigui ont appelé « l’utopie gestionnaire ». Il génère des représentations contradictoires, tiraillées entre l’omnipotence et l’absence d’État, entre la défense corporative et l’appel aux valeurs universelles, balancement que les auteurs reliaient à leur opportunisme politique. De manière convergente, Louis Chauvel soulignait les contradictions entre leurs conceptions égalitaristes et leurs pratiques ségrégatives ou encore la tutelle qu’elles entendent exercer sur les classes populaires (Chauvel, 2006, p. 95).

  • 32  Nombre que la prise en compte des organismes intercommunaux, des Centres d’action sociale et du se (...)
  • 33  Il convient cependant de souligner la fragilité des fonctions créées dans le cadre ou dans le sill (...)

43Cette ambivalence apparaît comme la condition idéologique de leur reproduction. Structurellement vouées aux fonctions d’encadrement et de régulation, les couches moyennes salariées bénéficient autant des réformes institutionnelles, comme en témoignent les presque 10 000 postes d’attachés créés par les communes, départements et régions entre 1993 et 2003 32, qu’elles sont capables de promouvoir des fonctions de coordination, d’expertise, de formation, etc. ajustées à leurs investissements scolaires 33. À cet égard, l’exemple de l’emploi associatif montre qu’elles n’ont pas « cessé de s’intéresser encore à la question sociale » (Chauvel, 2006, p. 15) et qu’elles continuent, comme leurs devancières, à « s’inventer » en tant que groupe social (Bidou, 1983, p. 42) en adaptant leur « mission universaliste de socialisation » (Chauvel, 2006, p. 16) aux difficultés du temps.

44Le secteur associatif fournit un espace d’expression adapté aux traits qui dominent leur vision du monde : confiance dans le savoir et revendication de l’intérêt général. Voie de reproduction sociale fonctionnellement liée à l’action publique, il apporte une reconnaissance professionnelle à des diplômés souvent mal armés sur le marché du travail, en mettant leurs compétences au service de diverses formes d’utilité sociale. Ce qui, par-delà la variété des activités et des fonctionnements qui sont les siens, inscrit le monde associatif au cœur de « l’utopie gestionnaire », pensée et projet d’une gestion rationnelle de la vie collective.

Haut de page

Bibliographie

Archambault E. (2006), Les Institutions sans but lucratif en France ; principales évolutions (1995-2005) et nouveaux enjeux, communication au XXème colloque de l’Association pour le développement de l’économie sociale.

Archambault E. (1996), Le Secteur sans but lucratif. Associations et fondations en France, Paris, Éditions Economica.

Archambault E. (1997), The Non-Profit Sector in France, Manchester, Manchester University Press.

Archambault E. (1999), « Le secteur associatif en France et dans le monde », Fondations, n°9.

Archambault E. & V. Tchernonog (1994), « Le poids économique du secteur associatif », Revue des études coopératives, mutualistes et associatives,n°253-254.

Balme R. (1987), « La participation aux associations et le pouvoir municipal », Revue française de sociologie, XXVIII.

Bidou C. (1983), « Modèle culturel et émergence d’un groupe social » dans Bidou C., Dagnaud M., Duriez B., Ion J., Mehl D., Pinçon-Charlot M. & J.-P. Tricart (1983), Les Couches moyennes salariées. Mosaïque sociologique, Paris, Ministère de l’Urbanisme et du Logement.

Bidou C., Dagnaud M., Duriez B., Ion J., Mehl D., Pinçon-Charlot M. & J.-P. Tricart (1983), Les Couches moyennes salariées. Mosaïque sociologique, Paris, Ministère de l’Urbanisme et du Logement.

Bihr A. & R. Pfefferkorn (2004), « Du système d’inégalités aux classes sociales », dans Bouffartigue P. (dir.), Le Retour des classes sociales. Inégalités, dominations, conflits, Paris, Éditions La Dispute.

Bosc S. (2008), Sociologie des classes moyennes, Paris, Éditions La Découverte.

Bouffartigue P. (dir) (2004), Le Retour des classes sociales. Inégalités, dominations, conflits, Paris, Éditions La Dispute.

Bourdieu P. (1978), « Classements, déclassements, reclassements », Actes de la recherche en sciences sociales,n°24.

Bourdieu P. (1987), Choses dites, Paris, Éditions de Minuit.

Cadet J.-P. (2005), « Emploi-jeune à l’Éducation nationale. Une condition d’emploi riche d’enseignement », Travail et Emploi n°101.

Chauvel L. (2004), « L’école et la déstabilisation des classes moyennes », Éducation et Sociétés, n°14.

Chauvel L. (2006), Les Classes moyennes à la dérive, Paris, Éditions du Seuil.

Chevalier G. (1988), « L'intérêt central pour le local. Analyse des politiques socio-préventives en France entre 1981 et 1986 », Déviance et Société, vol. 1, n° 3.

Chevalier G. (1990), « Administrations de mission et luttes d’influence. Le cas du secteur socio-préventif », Revue française de sociologie, vol.XXXI, n° 3.

Chevalier G. (1996), « Volontarisme et rationalité d’État », Revue française de sociologie, vol. XXXVII, n° 2.

Chevalier G. (2005), Sociologie critique de la politique de la ville, Paris, Éditions L’Harmattan.

Chevalier G. (2007), Légitimité des savoirs et action publique, HDR, Université Paris-Dauphine.

Clerc D. (2007), « Les généralisations abusives de Louis Chauvel », L’économie politique, n° 33.

Coutrot L. (2002), « Les catégories socio-professionnelles : changement des conditions, permanence des positions ? », Sociétés Contemporaines, n° 45-46.

Dagnaud M. (1981), « La classe "d’alternative", réflexion sur les acteurs du changement social dans les sociétés modernes », Sociologie du travail, n°4.

Damamme D. & B. Jobert (1995), « La politique de la ville ou l’injonction contradictoire en politique », Revue française de science politique, vol. 45, n° 1.

Desage F. et J. Godard (2005), « Désenchantement idéologique et réenchantement mythique des politiques locales », Revue française de science politique, vol. 55, n° 4.

Eckert H (2001), « La place des jeunes entre mobilité et reproduction sociales », Cereq, Notes de travail n°14.

Eckert H. & V. Mora (2008), « Formes temporelles de l’incertitude et sécurisation des trajectoires dans l’insertion professionnelle des jeunes », Travail et Emploi, n° 113.

Fougère D. & J. Pouget J. (2004), « L’emploi public s’est-il diversifié ? Sexe, niveau d’étude, origine sociale et origine nationale des salariés de la fonction publique et des collectivités territoriales », dans Versini D., La Diversité dans la fonction publique, rapport au ministre de la Fonction publique, Paris, La Documentation Française.

Gaudin J.-P. (1999), Gouverner par contrat. L’action publique en question, Paris, Presses de Sciences Po.

Gomel B. (2003), « Emplois-jeunes : devenir des emplois et des jeunes », Centre d’études de l’emploi, Quatre Pages, n° 57.

Grémion C. & C. Mouhanna (1995), Le Sous-préfet à la ville, Paris, Éditions L’Harmattan.

Hély M. (2009), Les Métamorphoses du monde associatif, Paris, Presses universitaires de France.

Lévy F. (1988), Bilan/perspectives des contrats de plan de développement social des quartiers, Paris, La Documentation française.

Moine M. (2008), L’Emploi dans les associations de l’environnement, Centre national d’appuis et de ressources en environnement (CNAR).

Martinelli D., Sigot J.-C. & J.-F.Vernies (1997), « Diplômés de l’enseignement supérieur. L’insertion professionnelle se stabilise mais les écarts s’accentuent », Cereq, Bref n° 134.

Mehl D. (1982), « Culture et action associatives », Sociologie du travail, n° 1.

Ministère de l’Éducation nationale (2002), L’État de l’école, n° 12.

Ministère de la Fonction publique et de la réforme de l’État (2004), « Faits et chiffres 2003 », Paris, La Documentation française.

Monjardet D. & G. Benguigui (1982), « L’utopie gestionnaire. Les couches moyennes entre l’État et les rapports de classe », Revue française de sociologie, XXIII.

Pauron A., Quarré D. (2002), « Les agents de l’État. Évolutions entre 1990 et 2002 », Insee Première, n°865.

Pinçon-Charlot M. (1984), Le Prophétisme social et la nouvelle classe moyenne, polycopié, CSU.

Pouget J. (2006), « La fonction publique : vers plus de diversité ? », France, Portrait social 2005/2006, Insee.

Raynaud P. (2003),  « L’emploi public est tiré par la fonction publique territoriale », Économie et Statistique, n° 369-370.

Spanou C. (1991), Fonctionnaires et militants. L’administration et les nouveaux mouvements sociaux, Paris, Éditions L’Harmattan.

Tchernonog V. (1995), Les financements publics du secteur associatif, communication au XIème colloque de l’Association pour le développement de l’économie sociale.

Tchernonog V. (2000), Logiques associatives et financement du secteur associatif. Éléments de cadrage, rapport de recherche, Paris, MIRE.

Tchernonog V. (2007), « Le paysage associatif français », Stat-info, n° 07-04.

Haut de page

Notes

1  L’emploi du substantif « couche » plutôt que « classe » se justifie par l’hétérogénéité des conditions et des positions au sein des catégories concernées et traduit le fait que l’on parle le plus souvent des « classes moyennes » et non de la classe moyenne. Plus généralement, les classes ne se laissent appréhender que comme le résultat d’un rapport – lutte, alliance, domination – entre ensembles sociaux et qui suppose l’existence d’une conscience de classe que la vision du monde des couches moyennes (cf. infra) rend assez peu probable.

2  Cf. Catherine Bidou-Zachariasen à propos des professions nouvelles ou renouvelées analysées par les recherches du début des années 1980 (Bidou-Zachariasen, 2004, p. 123).

3  Entre 1990 et 2002 le nombre annuel moyen d’admis aux concours externes de la fonction publique d’Etat s’est établi autour de 41500, toutes catégories (A, B, C) confondues, alors que les nombre annuel de diplômés des deuxièmes et troisièmes cycles universitaires est passé de 67000 en 1990 à 112000 en 2000.  L’ensemble des diplômés de premier cycle, généraux et techniques, est passé de 65000 à 123000 dans le même temps. Voir ministère de la Fonction publique et de la Réforme de l’État, 2004 p130 et ministère de l’Éducation Nationale, 2002, p32.

4  Soit + 26% contre + 13% pour l’emploi total et + 15% contre +10% pour la période 1990-2002. Au cours de cette dernière période, la croissance a concerné en particulier les Établissements publics nationaux (+36%) et la catégorie A (+11%) (Pauron & Quarré, 2002). Seuls les effectifs de la recherche ont très peu augmenté (idem, tableau 1).

5  Selon Viviane Tchernonog (2000, p. 65), le secteur associatif employait environ 1 650 000 personnes en 1999, soit 907 000 postes en équivalent temps plein. À partir d’une évaluation comparable, Mathieu Hély soulignait quelques années plus tard (2008, p. 125), que l’emploi associatif représentait autant que la fonction publique territoriale et plus du double des enseignants de l’Éducation nationale française.

6  Variable codée CJUR par l’Insee et permettant de distinguer l’activité associative par regroupement et réduction.

7  Diplôme universitaire de technologie, Brevet de technicien supérieur. Ces chiffres incluent également les autres diplômes techniques supérieurs courts hors DUT et BTS. Les diplômes de deuxième cycle étaient à cette époque, les licences, maîtrises et certificats d’aptitude à l’enseignement secondaire.

8  Soit, selon la variable de l’Insee, les DESS, DEA, doctorat (y compris médecine), diplôme de chirurgien-dentiste, CAPES, CAPET, agrégation.

9  Diplômés qui ont enregistré une hausse de 2,7% parmi les « autres salariés du privé », distingués par l’Insee c’est à dire hors Contrats à durée déterminée et apprentissage.

10  Même pratiqué sur les effectifs pondérés fournis par l’Insee, le croisement permettant de cerner les fonctions occupées selon les origines, à savoir : Pcs* diplôme*profession du père*appartenance au secteur associatif*année produit des effectifs trop faibles et trop erratiques pour être exploitables.

11  Soit un total de 10,66% en 1993-94 et de 15,13% en 2001-2002 , avec un pic à  17,9 et 18% en 1999 et 2000.

12  Afin de ne pas alourdir les tableaux, le parti a été pris de ne pas y faire figurer les intervalles de confiance propres à chaque valeur. Pour les modalités prises séparément, ils oscillent entre 20% et 40% en plus ou en moins.

13  Sur ce point voir Insee, Données sociales 2002-2003, p. 177.

14  Avec des rapports systématiquement inférieurs à l’unité, la combinaison des odds ratios (i.e. : Exp. Référence x odd ratio modalité d’origine sociale x odd ratio diplôme) n’apporte pas d’information supplémentaire en dehors des variations prévisibles à partir des modalités explicatives prises séparément.

15  Se référant à l’Enquête Emploi 2003 de l’Insee, les auteurs indiquent que 40% des 15-29 ans travaillant dans le secteur public étaient employés  sur un contrat temporaire (2008, p. 41).

16  Soit 35,5% pour les enfants de cadres du public, 38,3% pour ceux d’instituteurs et assimilés et 30,5% pour ceux des employés et agents de la fonction publique.

17  Les données présentées par Edith Archambault provenaient de l’exploitation du répertoire SIRENE qui recense l’ensemble des entreprises et des établissements depuis 1981, ainsi que des arbitrages et calculs opérés à partir de différentes sources (organisations fédératives, rapports officiels, statistiques ministérielles). Celles produites par Viviane Tchernonog résultaient d’enquêtes postales relayées par les mairies.

18  C’est-à-dire essentiellement les établissements pour personnes âgées ou handicapés et les services sociaux.

19  Soit, selon les estimations avancées, 20 240 en 1990 postes ETP, 27 800 en 1995 et 18 600 en 2002. Sur l’ensemble de ces résultats voir Edith Archambault (1996, p. 101 ; 1999, p. 14 et 2007, p. 17.

20  Soit 241 739 individus en 1994 et 390 925 en 2002, suivant la classification NAF 36.

21  Soit de 44% de l’ensemble des ressources du secteur associatif en 1990 à 53,7% en 1999.

22  Y compris les remboursements des organismes sociaux.

23  Par exemple les Quartiers lumière (1991) du ministère de la Culture ou les Contrats locaux de sécurité (1992) du ministère de l’Intérieur.

24  Dès la définition des premiers Contrats de ville (1989), le nombre des quartiers inscrits dans le 10ème Plan (1989-93) au titre du Développement social des quartiers, procédure initiée en 1982, est passé de 148 à 279. (voir Chevalier, 2005, p. 130).

25  Observation sur place et brochure Les débats d’Arc-et-Senans, éditions de la DIV, 2001.

26  Étude notamment appuyée sur les données fournies par Viviane Tchernonog et menée en collaboration avec elle.

27  L’étude citée parle de 50 000 emplois-jeunes créés dans les associations de défense de l’environnement, soit 20% de l’ensemble du secteur associatif.

28 Selon le Centre d’étude de l’emploi, 120 000 postes subventionnés ont été ouverts en 1998 et 31% des 63 000 postes hors Éducation et Police nationales – c’est à dire à l’attention des collectivités territoriales et du secteur associatif – étaient abandonnés en 2003 (Gomel, 2003, p. 3).

29  Dossier d’information du ministère de l’Emploi et de la Solidarité, 1977, cité par  Bernard Gomel (2003, p. 4).

30  Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale, créée en 1959, carrefour des mouvements d’éducation populaire et des associations militant pour le développement local et la démocratie participative.

31  Agents généralement marginaux dans leur administration d’origine. Sur ce point voir les observations convergentes de Chevalier (1990, p. 432), Damamme & Jobert (1995, p. 11) et Grémion & Mouhanna (1995, p. 109).

32  Nombre que la prise en compte des organismes intercommunaux, des Centres d’action sociale et du secteur HLM porte à 15 657 (+59%) (Chevalier, 2007, pp.115-116). On peut ajouter que la croissance de l’emploi public territorial est une tendance durable, de l’ordre de 38% entre 1980 et 2001 contre 15% pour la fonction publique d’État (20,3% contre 7,8% entre 1990 et 2001) (Raynaud, 2003, pp. 78 et 81).

33  Il convient cependant de souligner la fragilité des fonctions créées dans le cadre ou dans le sillage des politiques publiques et qui voue leurs animateurs à la recherche permanente de financements (Desage & Godard, 2005, p. 654).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Chevalier, « L’emploi associatif et la reproduction des couches moyennes salariées », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3531

Haut de page

Auteur

Gérard Chevalier

IRISSO-CNRS, Université Paris-Dauphine, France -Gerard.Chevalier@dauphine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page