Navigation – Plan du site
La précarité

La précarité : une catégorie d’analyse pertinente des enjeux de la norme d’emploi et des situations sociales « d’entre-deux »

Maryse Bresson

Résumés

Le présent article propose de prolonger le débat sur « La précarité » commencé dans la livraison de SociologieS mise en ligne le 27 septembre 2010. Il met en perspective les analyses d’Henri Eckert et Mircea Vultur, et propose une grille d’analyse de la précarité ou plus exactement, ici, des emplois dits « atypiques ». L’auteure invite à distinguer d’une part, les représentations sociales et les ressentis « subjectifs » des individus ; d’autre part, les processus économiques et sociaux associés aux transformations du marché du travail, afin de mieux articuler ensuite ces deux dimensions, en insistant sur l’enjeu de la norme d’emploi, et sur l’idée « d’entre-deux » proposée comme clé de lecture de la précarité.

Haut de page

Notes de la rédaction

La contribution d’Henri Eckert au débat sur « La précarité » est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3285.html, et celle de Mircea Vultur à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3287.html.

Texte intégral

1La précarité est une notion mal définie, porteuse d’interprétations plurielles ; si elle est parfois présentée comme une caractéristique « normale » des mutations de la société moderne, le terme a cependant une connotation largement négative, associée aux problèmes sociaux, aux risques ou aux craintes qui accompagnent les transformations en cours. Aussi, son utilisation dans le débat public n’est pas neutre mais sert souvent à dénoncer les conséquences régressives, du point de vue des « acquis sociaux », du tournant néolibéral des économies et des politiques publiques depuis les années 1980 ; symétriquement, ce terme est parfois critiqué pour son inadéquation à rendre compte des aspects positifs de la modernisation et des opportunités qu’elle ouvre aux individus (Bresson, 2010a et 2010b).

2Compte tenu du fait que le terme peut donner lieu à des formes d’utilisation idéologiques, politiques, la sociologie devrait-elle y renoncer ? Nous ne le croyons pas. En effet, la sociologie ne saurait parler un langage que les chercheurs seraient seuls à comprendre, mais ses analyses sont et doivent rester ancrées dans la réalité sociale. C’est pourquoi dénoncer les catégories ordinaires de la compréhension ne saurait suffire : il convient au contraire de les prendre au sérieux en interrogeant les significations et les enjeux de la désignation qui font aussi partie de la construction sociale de la réalité (Berger & Luckmann, 1966). Or la précarité est précisément une catégorie ordinaire de compréhension qui s’est imposée, en France, mais aussi dans d’autres pays, pour exprimer un aspect important des transformations sociales contemporaines à savoir la montée des incertitudes relatives à la fois au devenir des sociétés, aux parcours de vie et à la situation des individus, des groupes, ainsi qu’à la manière dont cette incertitude est vécue, par certains plus que d’autres, comme une dégradation de leurs conditions d’emploi, de travail et de vie. C’est justement cette idée de dégradation qui est niée ou minimisée par celles et ceux qui visent à discréditer ce terme. Mais, puisqu’elle fait partie des représentations sociales associées à cette catégorie, nous proposons de la considérer comme une question à débattre et de construire « la précarité » comme un objet d’études. Il s’agit donc de revenir, avec les outils théoriques et méthodologiques de la sociologie, sur les enjeux de cette expression, c’est-à-dire ce qui se noue autour de son utilisation, ou du refus de l’utiliser dans le débat public comme, de manière réflexive, dans la littérature en sciences sociales et humaines ; et de progresser aussi dans la connaissance des réalités sociales et des processus qu’elle sert couramment à désigner.

3C’est avec ce double objectif que le présent article propose de prolonger le débat sur « La précarité » commencé dans la livraison de SociologieS mise en ligne le 27 septembre 2010. Nous commencerons par mettre en perspective les analyses d’Henri Eckert et Mircea Vultur, avant de nous positionner à notre tour et de proposer une grille d’analyse de la précarité ou plutôt, ici, des emplois dits « atypiques ». En apparence, les points de vue exprimés par les deux auteurs sur cet objet sont radicalement opposés puisque, selon Henri Eckert, la précarité est une catégorie d’analyse pertinente pour décrire le nouveau fonctionnement du marché du travail et ses conséquences sur la prolétarisation de groupes sociaux (notamment les moins qualifiés, les jeunes, les plus âgés) ; pour Mircea Vultur, en revanche, il s’agit d’une catégorie française, ancrée dans les débats partisans, inadéquate pour analyser sociologiquement la réalité des nouveaux emplois. Nous reviendrons sur cette opposition en invitant à distinguer d’une part, les représentations sociales et les ressentis « subjectifs » des individus ; d’autre part, les processus économiques et sociaux associés aux transformations du marché du travail. Nous proposerons une interprétation qui vise à articuler ces deux dimensions, en insistant sur l’enjeu de la norme d’emploi et sur l’idée « d’entre-deux » comme clé de lecture de la précarité.

Le débat : lecture critique des convergences et des divergences entre les auteurs

4La lecture successive des deux points de vue déjà exprimés par Henri Eckert et Mircea Vultur interpelle par le caractère en apparence très tranché de leur opposition puisqu’en simplifiant : selon Henri Eckert, la précarité désigne la prolétarisation de certains groupes sociaux, qui est vécue négativement par ceux qui en sont victimes. Alors que Mircea Vultur dénonce le terme, qui serait selon lui, appliqué de manière abusive à des formes d’emplois atypiques pouvant s’avérer des emplois de qualité, avec des réelles perspectives professionnelles justifiant une expérience subjective positive pour certains.

5Pourtant, les deux analyses proposées se rejoignent sur un certain nombre de points, que nous proposons de souligner. En particulier, les deux auteurs rappellent que la précarité est un terme récent, qui s’est imposé principalement en France, et/mais qui tend à se répandre dans d’autres pays. Ils lui attribuent une connotation négative. Ces auteurs font également le même lien entre l’émergence de ce terme et la mutation du monde du travail qui s’est produite depuis les années 1980, en lien avec l’exigence de flexibilité des entreprises. De manière complémentaire, ils se réfèrent explicitement à la « norme d’emploi » de la période des Trente glorieuses et à la thèse d’un grippement du fordisme qui se serait accompagné du développement des formes d’emplois « atypiques » (par rapport à cette norme fordiste). Les deux auteurs considèrent, par ailleurs, que ces formes d’emplois sont hétérogènes et qu’elles peuvent être associées, selon les individus, à des vécus positifs ou négatifs. Enfin, ils réaffirment, dans la lignée des travaux de Robert Castel, que le développement de ces emplois produit des conséquences importantes sur la protection sociale et exerce une influence sur les principes mêmes de la cohésion sociale, les liens sociaux ; ainsi qu’il a des répercussions sur la catégorisation des individus dans l’espace social (Castel, 1995).

6C’est donc sur cette base commune importante qu’il convient d’apprécier les différences entre les deux auteurs. Ainsi, à propos de la norme d’emploi fordiste, Mircea Vultur considère qu’elle serait en voie de disparition, puisqu’étant « de moins en moins adéquate aux transformations en cours des systèmes d’emploi » ; alors qu’Henri Eckert pense que cette norme continue de s’appliquer à une partie des travailleurs, qu’il place même « au centre » de la société, les précaires étant selon lui, rejetés à la périphérie. Cette différence recouvre une opposition classique sur l’interprétation des mutations en cours qui, selon une première version, constituerait un processus de dégradation des conditions d’emploi et de travail ne concernant qu’une partie des travailleurs (théorie de la dualisation du marché du travail, Doeringer et Piore, 1971), alors que pour l’autre, il s’agirait d’une installation progressive d’un nouveau fonctionnement du marché de l’emploi qui est aussi par ailleurs, empli d’opportunités – théorie à laquelle on peut rattacher par exemple Ulrich Beck (Beck, 1982). Cette appréciation déborde toutefois l’analyse des réalités pour s’aventurer sur le terrain des projections futures.

7Des jugements de valeurs opposés interviennent, de plus, dans la sélection des objets étudiés puisque, si les deux auteurs considèrent qu’il peut y avoir des vécus positifs et négatifs des nouvelles formes d’emplois, dans son article, Henri Eckert choisit d’insister sur les « victimes » de la précarité, en mettant l’accent sur la dimension de dépendance et le rapport social inégal pour les individus qui ne parviennent pas à rejoindre le « noyau dur » du salariat ; alors que Mircea Vultur met l’accent sur l’existence d’emplois atypiques « non précaires » comme les temps partiels choisis, les emplois temporaires hautement qualifiés. Il rappelle que ces emplois « peuvent » être un prélude à l’installation définitive ; qu’ils permettent d’acquérir de l’information et des compétences, donc qu’ils peuvent être considérés comme un investissement productif. Et il avance l’argument que certains individus, jeunes notamment, ont désormais des « nouvelles aspirations » moins liées à un emploi stable qu’à la qualité des relations sociales au travail et à son contenu. Autrement dit, Henri Eckert insiste sur les aspects négatifs et inégalitaires que présentent une partie des emplois atypiques-précaires ; alors que Mircea Vultur développe les aspects économiques positifs de la flexibilité, met l’accent sur une autre partie des emplois atypiques qui ne correspondent pas à des conditions d’emploi et de travail « dégradées » et sont même, dans certains cas, libératoires pour les individus. Faute d’estimation chiffrée de ces vécus, l’accent mis sur les uns ou les autres relève toutefois d’un choix qui précède l’analyse.

  • 1 De manière anecdotique, mais non dénuée de significations pour un sociologue, nous noterons qu’ils (...)

8D’autres différences relèvent, toutefois, de la confrontation d’arguments sociologiques sur un même objet 1, notamment à propos de la pertinence du concept de précarité. Le débat sur cette question n’est pas sans rappeler l’opposition classique entre groupe réel (les classes sociales selon Karl Marx) et catégorie nominale (la stratification selon Max Weber). En effet, Henri Eckert aborde la précarité comme un processus socio-économique qui produit de nouveaux exclus du système de protection sociale et de la propriété sociale, rejetés hors de la distribution légitime des places et des prestiges et « prolétarisés » : selon lui, la précarité participe donc à recomposer des groupes réels de nouveaux prolétaires. Alors que, selon Mircea Vultur, la précarité est un mot, utilisé de manière partisane, qui désigne des réalités trop hétérogènes pour être regroupées sous le même terme – donc, une catégorie sociale nominale non pertinente pour l’analyse sociologique. D’une part, les emplois atypiques recouvrent des fonctions différenciées selon les pays : elles sont par exemple le moyen de réduire le coût, considéré comme excessif, des salariés en France ; ou une composante « stable » du fonctionnement des entreprises dans les pays anglo-saxons. D’autre part, le raisonnement qui associe précarité (jugement négatif) et emplois atypiques est biaisé selon Mircea Vultur par le présupposé erroné que le statut de l’emploi est important, alors que c’est la qualité de l’emploi et les perspectives professionnelles offertes qui le sont. Cette distinction entre statut et qualité de l’emploi est absente de l’analyse d’Henri Eckert comme de la définition habituelle de la norme d’emploi fordiste.

9Au total, l’opposition entre les auteurs relève donc, à la fois, d’oppositions d’analyse sociologique sur la catégorie « précarité », de choix d’objets d’études différents, à l’intérieur du vaste ensemble des « nouveaux emplois » et d’a priori et de jugements de valeur opposés sur le caractère « normal » ou non, souhaitable ou non, des mutations en cours. Or, cette triple différenciation recouvre le même enjeu : celui de la construction de la norme d’emploi et de l’interprétation des situations sociales d’« entre-deux ».

Proposition d’une grille d’analyse de la précarité : incertitudes sur la norme d’emploi et salariés de l’entre-deux

10Pour notre contribution à ce débat sur la précarité, nous proposons de mettre au centre de l’analyse la question de la norme d’emploi. En effet, de la mise en perspective qui précède, il ressort que les deux auteurs ne se réfèrent pas à la même norme d’emploi au sens où ils n’ont pas la même définition de ce qu’est un emploi normal, ni de ce qu’est un emploi souhaitable. Henri Eckert mobilise, pour analyser les situations d’emploi actuelles, la norme de l’emploi fordiste à temps plein, à durée indéterminée, qui permet aux individus d’avoir des revenus stables et une situation sociale sécurisée par le droit du travail et par la protection sociale. Cet auteur considère que la norme fordiste est, encore aujourd’hui, la norme d’emploi dominante et donc qu’elle s’impose aux salariés précaires qui se retrouvent marginalisés, alors qu’ils ont sous les yeux le noyau dur du salariat qu’ils espèrent massivement le rejoindre (certains y arrivant encore d’ailleurs). Inversement, Mircea Vultur considère explicitement que la norme d’emploi fordiste est aujourd’hui obsolète, qu’il faut donc cesser de considérer que les emplois atypiques sont « hors norme » et que les précaires sont déviants ou marginaux. Mais il invite à les considérer comme des salariés comme les autres, avec des vécus positifs et négatifs et il met l’accent sur d’autres critères de différenciation et de distinction entre salariés, comme le salaire, l’intérêt du travail, la qualité de l’emploi. Ainsi, les divergences entre les deux auteurs sont alimentées par cette opposition structurante, avec des réponses opposées à deux questions interdépendantes : la norme fordiste est elle encore aujourd’hui, la norme d’emploi ? Les salariés en emplois atypiques sont-ils considérés, et se considèrent-ils eux-mêmes, comme des déviants ? – hypothèse qui, en sociologie, invite à étudier alors les stratégies de retournement, ou de contournement du stigmate (Goffmann, 1968).

11Or les réponses à ces questions n’intéressent pas seulement les sociologues. De plus, elles intéressent les sociologues aussi pour des raisons non scientifiques. La norme d’emploi est un enjeu économique, social, politique. Elle a, comme toutes les normes, ses entrepreneurs de morale, et des personnes qui sont « en fin de compte, étiquetés comme déviants » (Becker, 1963). La norme est un construit social et les sociologues, lorsqu’ils l’analysent, contribuent à la co-construire – tout particulièrement lorsqu’ils affirment que tel ou tel emploi est en train de devenir la « nouvelle » norme. Par ailleurs, les salariés aussi contribuent à construire la norme d’emploi. Ils acceptent ou non de se définir eux-mêmes comme précaires. Ils aspirent ou non à obtenir un emploi plus « stable », ou une meilleure reconnaissance de leur emploi.

12Ainsi, selon les situations et selon la norme à laquelle ils se réfèrent, on comprend que les conclusions diffèrent selon les auteurs et que les vécus sont aussi différents selon les acteurs. Et pour se dégager du piège que représente l’analyse d’une norme en construction, nous invitons à distinguer les processus « objectifs » des représentations sociales et des vécus « subjectifs ».

13Dans l’ordre des processus macro-sociaux, l’emploi de type « fordiste » est objectivement en recul. Le pourcentage d’emplois précaires augmente, et la création de nouveaux emplois se fait principalement sous cette forme. Mais l’emploi fordiste n’est pas devenu minoritaire, les emplois précaires représentent 13% des emplois en France (enquêtes Emploi, INSEE). Ainsi, l’emploi fordiste reste statistiquement le plus répandu. Est-il pour autant toujours la norme d’emploi ? La réponse à cette question est compliquée. Pour les partisans du libre fonctionnement du marché, économistes ou acteurs économiques, la norme (au sens de ce qui devrait être) est l’emploi flexible. Dans l’ordre des vécus, on constate aussi, comme le souligne Mircea Vultur, que certaines personnes concernées vivent « bien » ce type d’emploi. Pourtant, nous ferons aussi l’hypothèse que c’est le cas surtout quand l’individu à une anticipation positive des évolutions à venir. Par exemple, dans une enquête en cours sur la précarité dans la Fonction publique, un salarié, homme de service, très optimiste lors du premier entretien, voyait alors son emploi aidé (par l’État) comme une chance de reconversion au domaine auquel il aspirait (aide-moniteur auprès de jeunes enfants) ; dix-huit mois après, son contrat n’ayant pas été renouvelé « grâce à la gestion déplorable de la direction d’établissement », son ressenti, recueilli par questionnaire, est négatif : « si cela continue, ce sera peut-être la rue ». Dans un autre exemple, un jeune chercheur, qui vient en fin de financement de thèse mais ne l’a pas encore soutenue, répond à la question posée sur l’évolution positive ou négative de sa situation entre les deux entretiens ; « Seuls les épisodes prochains permettront de le dire. Je me fais vieux (27 ans) dans la précarité ». Et quand on l’interroge sur son avenir, il explique : « Je préfère ne pas le regarder, car je prends très sérieusement le risque de ne pas en avoir ». À l’inverse, une salariée de 50 ans, dans le domaine du développement social urbain, avec ses trois enfants encore à charge, était très inquiète et pessimiste lors du premier entretien ; un an après, alors qu’elle a réussi à renouveler son contrat pour trois ans tout en évoluant vers un secteur qui la passionne, elle écrit : « J’ai retrouvé le goût de travailler en me sentant utile. J’ai retrouvé le thème de la santé pour mon bonheur ». Cependant, elle répond à propos de son avenir : « Je ne prévois rien à long terme. J’aime mon travail. On verra ce que décideront les élus et la direction quant à mon renouvellement. Je m’en suis toujours sortie dans la vie, je crois que cela continuera ».

14Ces exemples illustrent comment le vécu « positif » des nouveaux emplois « hors norme » dépend surtout des anticipations des acteurs ; comme leurs parcours professionnels par définition sont incertains, ils peuvent ensuite « bien » ou « mal » évoluer, la réalité « objective » de leur situation d’emploi prenant son sens après. C’est pourquoi nous dirons que ces salariés se situent dans un « entre-deux », au carrefour de plusieurs parcours professionnels et de trajectoires de vie ; et ils se situent aussi entre deux normes, la norme fordiste et une autre norme d’emploi, dont ils ne savent pas si elle est (ou va devenir) « la (nouvelle) norme », ni s’ils doivent se considérer comme des « déviants ».

15La question d’une nouvelle norme d’emploi qui se développe parmi la « jeunesse » mérite aussi que l’on s’y attarde. Le ressenti positif de ces situations d’emploi est-il une question de génération, comme le suggère Mircea Vultur, ou d’âge ? À moins de 25 ans, il semble que l’emploi atypique soit acceptable car le jeune n’aspire pas forcément à la stabilité, mais à des expériences gratifiantes, à des possibilités d’évolution. Mais au-delà et surtout au-delà de 30 ans, la question se pose autrement, la préoccupation affichée dans les entretiens est de fonder une famille, de faire un emprunt pour acheter ou même louer un appartement, une maison... De ce point de vue, la norme d’emploi varie selon l’âge – mais cela ne veut pas dire que les nouvelles générations adhèrent durablement à une nouvelle norme d’emploi, ni que la norme fordiste est obsolète.

16Ces quelques éléments n’épuisent bien entendu pas le débat, mais invitent à le poursuivre, à la fois en recadrant les enjeux et en précisant les questions auxquelles, comme sociologues, nous pouvons ou non prétendre apporter des réponses. En dehors du champ de nos compétences, nous situerons, pour notre part, toutes les projections futuristes. Les emplois « atypiques » vont-ils devenir la nouvelle norme d’emploi ? La nouvelle génération adhère-t-elle durablement à la norme de l’emploi de qualité, plutôt qu’à la norme d’emploi stable ? Ces questions ne peuvent pas recevoir de réponse sociologique satisfaisante si l’on admet que la norme est une construction sociale. Nous invitons à écarter de même les jugements normatifs sur ce qui est « vraiment important », la qualité ou la stabilité de l’emploi. L’étude des vécus, des ressentis, en revanche, fait partie des objets d’étude de la sociologie, à condition de les mettre en relation avec les évolutions de ces ressentis, donc avec les parcours professionnels, les trajectoires de vie. Quant aux processus réels qui transforment le marché du travail, les conditions de travail, nous invitons à interroger l’idée de « dégradation » en identifiant les groupes, les individus et en élaborant des critères de comparaison. Toutefois c’est l’idée d’entre-deux, entre deux normes, entre deux mondes, entre deux parcours de vie, qui nous semble la clé de lecture la mieux à même de caractériser et dynamiser la réflexion sur la précarité comme incertitude.

Haut de page

Bibliographie

Beck U. (2001 [1986]), La Société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Éditions Aubier.

Becker H. S. (1983 [1964]), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métailier.

Berger P. & T. Luckmann (1986 [1966]), La Construction sociale de la réalité, Paris, Éditions Méridiens-Klincksieck.

Boltanski L. & È. Chiapello (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

Bresson M. (2010a [2007]), Sociologie de la précarité, Paris, Éditions Armand Colin.

Bresson M. (2010b), Le Précaire et le militant, Sarrebruck, Éditions universitaires européennes.

Castel R. (1995), Les Métamorphoses de la question sociale. Chronique du salariat, Paris, Éditions Fayard.

Doeringer M. J. & Piore P. (1971), Internal Labour Market and Manpower Analysis, New-York, D.C. Heath Lexinghton Editions.

Goffmann E. (1968 [1986]), Stigmates, Paris, Éditions de Minuit.

Haut de page

Notes

1 De manière anecdotique, mais non dénuée de significations pour un sociologue, nous noterons qu’ils mobilisent peu d’auteurs communs en bibliographie à savoir, Robert Castel, pour Les Métamorphoses de la question sociale ; Henri Eckert, pour Avoir 20 ans à l’usine, et Luc Boltanski (mais Les Cadres, la formation d’un groupe social pour Henri Eckert et Le Nouvel esprit du capitalisme, avec Ève Chiapello, pour Mircea Vultur).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryse Bresson, « La précarité : une catégorie d’analyse pertinente des enjeux de la norme d’emploi et des situations sociales « d’entre-deux » », SociologieS [En ligne], Débats, La précarité, mis en ligne le 11 avril 2011, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://sociologies.revues.org/3421

Haut de page

Auteur

Maryse Bresson

Professeure de sociologie, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, France - maryse.bresson@uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page