Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

L’identité des hôpitaux à partir de leurs sites Internet

Rachid Amirou, Bertrand Pauget et Ahmed Dammak

Résumés

À travers l’analyse qualitative de sites Internet, les auteurs cherchent à comprendre l’évolution de l’identité des hôpitaux. Devant la difficulté conceptuelle du terme d’identité, souvent galvaudé, ils proposent une nouvelle grille de lecture de l’identité territoriale autour d’un triptyque : imaginaire, imagerie, image. Ils mettent en évidence l’importance d’une identité territoriale de l'hôpital qui se structure tant bien que mal autour de trois imaginaires : un imaginaire républicain contesté ; un imaginaire du soin oscillant entre une vision traditionnelle et une logique de service ; enfin une déterritorialisation de l’identité mettant l’hôpital en dehors de la sphère du soin.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le secteur de la santé s’annonce à terme et mécaniquement, en raison du vieillissement de la population, comme le premier poste de création de richesses et de dépenses en France. Selon une étude de l’OCDE de 2009, il représente presque 12% du produit intérieur brut et est en constante augmentation.

  • 1  L’APHP désigne l’assistance publique des hôpitaux de Paris. Le plan de transformation de la struct (...)

2Les déficits des hôpitaux français s’établissent à 905 millions d’Euros en 2007, 512 millions en 2009. En période de rigueur budgétaire, l’actualité est dominée par des débats autour des recherches constantes de productivité et d’orthodoxie financière d’une part et de contestation de ces réorganisations comme en témoigne l’émoi suscité chez une partie des personnels de santé par le plan de transformation de l’APHP par exemple 1.

3Ces périodes de tension marquent fortement les recherches, notamment en science de gestion. L’idée d’une crise de l’hôpital et des professions de santé (Kervasdoué, 2003) est communément admise. La littérature met principalement l’accent sur les transformations, le changement de tous ordres (Pauget, 2006).

4Nous partons du postulat inverse en voulant comprendre l’identité des hôpitaux face à ces changements, en analysant notamment la place de ceux-ci sur un territoire. L’hôpital est en effet un repère spatial, un marqueur symbolique de nos territoires. Cette identité semble, si l’on en croit la majorité des écrits dans la littérature, amendée au regard des évolutions actuelles dans le secteur de la santé (contraintes budgétaires certes mais aussi évolutions technologiques…).

5La notion d’identité est souvent associée de manière étroite à la culture d’une organisation (Sainsaulieu, 1987 ; Larçon & Reitter, 1982) et de manière plus générale aux territoires. Cette dernière a été développée en marketing pour désigner l’attractivité, la présence d’une marque ou d’un label (Decaudin & Moulins, 1998 ; Merunka & Ouattara, 2006 ; Chamard, 2004) ou encore son image (Charmard & Liquet, 2007). Il s’agit de promouvoir une vision volontariste où les territoires peuvent, grâce à une politique de communication active, changer la perception que les gens ont d’une région donnée (Charmard, 2000).

6Progressivement, d’autres variables d’analyse ont été ajoutées incluant la temporalité et l’espace. Valérie Girard-Millet proposait une synthèse autour de quatre dimensions : organique (son histoire, sa culture…), économique, géographique (le territoire au sens où l’entendent les géographes) et symbolique (Girard-Millet, 1995).

7Cette synthèse, certes intéressante, nous semblait néanmoins incomplète en ce qu’elle ne prenait pas en compte les nouveaux modes de communication institutionnelle, en particulier les sites Internet que nous analysons ici. Ceux-ci sont devenus un vecteur d’étude privilégié des images que les organisations souhaitent se donner. En outre, les approches dans la littérature ne réservaient pas assez, selon nous, de place à la scénographie et à l’imagerie de ces sites. Enfin, la dimension symbolique nous paraît insuffisamment prise en compte alors qu’elle constitue un pan important du soin (Herzlich, 1969). Être au service des malades et des mourants a créé un imaginaire fort et ancien, des figures comme celle du « bon docteur »… auquel il est nécessaire de se référer lorsque l’on parle des hôpitaux.

8Nous proposons une nouvelle grille de lecture de l’identité territoriale autour d’un triptyque : imaginaire, imagerie, image (Amirou, 2004).

  • L'image, ou la politique d'image, ressort d'un marketing et d'une volonté de communiquer sur un territoire afin d'en louer les attributs et les bénéfices potentiels auprès du public au sens large (visiteurs, entreprises, résidents) ; cela dénote une volonté de renforcer l'attractivité d'un espace géographique. Cette volonté doit quand même composer avec l'imagerie (les stéréotypes et les images d'Épinal, qui peuvent desservir un espace, mais qui peuvent aussi le servir : Paris joue sur le stéréotype « romantique» (c’est le syndrome « Amélie Poulain »), etc...

  • L'imagerie est comprise ici au sens premier et quasi médical de « scanner » un territoire et d'en réaliser une description stylisée qui peut quelquefois confiner à la caricature voire au stéréotype. L’imagerie se base sur un existant objectif (un patrimoine, un climat, des activités économiques, une architecture, etc.) et/ou subjectif, c’est à dire la manière dont ce territoire est perçu par les visiteurs ou les résidents.

  • L'imaginaire renvoie à la mémoire de cet espace, à son pouvoir d'évocation, aux associations d'idées qu'il suscite, à son insu.

9L’identité des territoires est analysée à travers les sites Internet de cinquante hôpitaux français. Nous mettons en évidence l’importance d’une identité territoriale qui coexiste avec deux autres imaginaires : un imaginaire républicain contesté ; une vision du soin oscillant entre une vision traditionnelle et une logique de service ; enfin une déterritorialisation de l’identité mettant l’hôpital en dehors de la sphère du soin. C’est néanmoins principalement autour de la notion de territoire ou de déterritorialisation que nous pouvons jeter un regard renouvelé sur les changements en cours dans l'image global du système de santé.

Propositions d'un modèle d’identité territoriale

10Nous constatons qu’un pays comme l’Allemagne, malgré son passé, est devenu un véritable « pays marque », synonymes de bonne qualité et de sérieux. Son image lui permet de vendre mieux que d’autres pays le made in Germany qui constitue en soi une garantie. Ces résultats sont le fruit d’efforts de compétitivité et d’innovation : l’image d’un pays ne saurait s’écarter durablement de la réalité sans nuire à sa crédibilité. L'image doit reposer sur des données factuelles « vraisemblables » ; on ne peut construire artificiellement l'image d'un territoire, à terme cela ne sera pas crédible et sera contreproductif. Reste que l'image est une valeur ajoutée immatérielle importante d’un pays, aussi sa gestion est-elle cruciale. L’ambition de ce travail ne prétend pas identifier l’ensemble des éléments qui concourent à la constitution et à l’évolution des images et à saisir en profondeur l’intégralité de leurs interactions. Son objectif, plus modeste, est de contribuer à une prise de conscience et à une compréhension de la maîtrise des images (de l'image de soi ou de la présentation de soi selon Erving Goffman), un enjeu important pour un territoire, une population et même une institution comme l'hôpital.

11L’image ne se maîtrise pas toujours et ne se dégage que rarement d’un travail que l’on conduit soi-même. Les pays sont vus le plus souvent au travers du regard que d’autres portent ou ont porté sur eux (journalistes, chroniqueurs, écrivains, cinéastes, peintres, ou tout simplement touristes). À titre d’exemple, la France, qui possède une bonne image culturelle, bien reconnue à travers le monde, ne parvient pas à faire valoir son image de pays industriel alors que ses performances dans ces secteurs sont appréciables.

L’identité n’est pas l’image

12L’image apparaît plus superficielle ; elle nous est extérieure. Elle suppose une distanciation. Elle peut être l'objet de débats, de controverses et de confrontations, dans le cadre par exemple d'une réunion d'un groupement de développement local. Nous restons dans un cadre relativement neutre, sans enjeu personnel. L’image que l’on se fait de quelque chose ou de quelqu’un, voire d’un pays, peut changer suite à des événements ou sous l’effet d’informations ou d’expériences nouvelles sans entraîner de grandes conséquences. L’identité, en revanche, est fortement chargée en valeurs et en émotion. Elle n’est pas objet de négociation. Si elle peut susciter la controverse, elle ne se prête pas à appréciation. Les concepts d’identité et d’image renvoient tous deux au monde immatériel des valeurs et des représentations mentales. Celles-ci sont nécessairement empreintes d’une certaine subjectivité et véhiculent de l’idéologie.

13Appréhender un espace géographique en termes d'identité peut générer une forme d'« hégémonie identitaire » (Mitchell, 2000) : cela revient à accorder la primauté de certains individus sur d’autres dans l’appropriation d’un type d’espace, fabriqué pour eux et excluant de ce fait tous les autres. Certains territoires très « typés » culturellement (Alsace, Corse, Pays Basque, etc.) ne peuvent être perçus uniquement en termes d'image, la notion d'identité culturelle est toujours sous-entendue. La notion d'identité, en particulier territoriale, est-elle trop générale et peu opérationnelle pour appréhender la perception d'un territoire, aussi bien chez des visiteurs occasionnels ou des touristes, que chez les résidents ? C’est pourquoi nous avons choisi de décliner cette notion en trois dimensions : image, imagerie, imaginaire.

14Notons que les territoires sont en constante concurrence, notamment en termes d'image (certains analystes n'hésitent pas à parler « d'image de marque »). Ils doivent élaborer des démarches de marketing territorial ayant pour objectif de développer leur notoriété, leur identité et leur attractivité.

L'imaginaire comme expérience de la transition

15L’imaginaire est défini à partir des travaux du psychanalyste Donald Winnicott qui désigne par le terme d'objet transitionnel, un objet fétiche (peluche, jouet, couverture, chiffon, etc.) que l'enfant conserve avec lui, notamment dans les situations de séparation. Cet objet ne représente pour lui, ni une partie de lui-même, ni une chose extérieure : il est un objet intermédiaire qui permet de vivre la transition (Winnicott, 1975).

16Cet imaginaire est à l’œuvre dans le secteur hospitalier. Une séparation s’opère entre d’un côté le sain (la société) et de l’autre le malsain (le malade, le fou…) (Foucault, 1972), le propre et le malpropre (Vigarello, 1989)… L’hôpital est un vecteur puissant de l’imaginaire oscillant d’une part entre un repoussoir (il est lieu de mort, d’anomie sociale) et d’autre part les progrès technologique (qui sont glorifiés). Il y a une véritable mise en scène de la vie et de l'espace qui agit comme un puissant révélateur de l'imaginaire des sociétés modernes. Nous estimons qu’une combinaison de ces trois composantes (image, imagerie et imaginaire) peut expliquer l’identité d'un territoire.

Figure 1-Résumé de notre grille de lecture

Figure 1-Résumé de notre grille de lecture

Méthodologie et résultats

Méthodologie

17Nous avons choisi d’analyser les identités des hôpitaux en France métropolitaine. Internet s’est imposé comme un vecteur privilégié, pour ne pas dire le vecteur principal, de communication institutionnelle dans les sociétés occidentales. C’est dans les sites Web que nous pensons recueillir le plus de données pour notre étude (et ce au détriment d’autres modes de communication comme les brochures par exemple).

  • 2  Nous désignons par CH les centres hospitaliers et par CHU les centres hospitaliers universitaires.

18Nous souhaitions disposer d’un échantillon assez large et représentatif : nous avons sélectionné cinquante sites répartis entre les trois niveaux du maillage sanitaire français : les hôpitaux locaux, les centres hospitaliers, les centres hospitaliers universitaires. Ces sites ont été choisis sur le site du CHU 2 de Rouen qui les catalogue pour les centres hospitaliers, centres hospitaliers régionaux, et centres hospitaliers universitaires. Nous avons respecté en proportion la répartition des centres sanitaires par régions métropolitaines. S’agissant des centres hospitaliers locaux (que nous appelons aussi de proximité), nous avons tapé une requête sous le moteur de recherche le plus utilisé et sélectionné les premiers hôpitaux qui nous étaient présentés.

  • 3  À titre d’exemple, les manifestations contre les fermetures de l’APHP datent du premier trimestre (...)

19Les recherches ont été effectuées dans un contexte de changement du système de santé mais aucun incident majeur (grève, mort de patients due à une erreur médicale spectaculaire, fermeture de site hospitalier…) n’a retenu l’attention des médias nationaux au moment de notre recherche 3. Les sites Internet n’ont donc pas été substantiellement modifiés pour une occasion particulière. Au total, la répartition de notre échantillon s’effectue de la manière suivante : dix centres hospitaliers locaux, vingt-six centres hospitaliers, quatorze centres hospitaliers de plus grande ampleur (treize CHU et un CHR). Nous avons au total 41 sites retenus dans notre échantillon (voir annexe).

20Tous les sites n’offraient pas le même intérêt. Il y avait ainsi neuf sites dont les pages étaient partiellement ou totalement en travaux au moment de notre analyse (avril/mai 2010). Certains ont depuis été ré-ouverts – comme le CHU de Rennes – d’autres non, comme le centre hospitalier de Chambéry, mais ceci n’a pas été de nature à modifier de manière importante les résultats. On pourrait certes considérer qu’il s’agit d’un résultat en soi. À savoir que les politiques de communication ne sont pas aussi développées que dans certains autres secteurs (comme le tourisme par exemple). Ceci constitue déjà un résultat de notre étude. Nous constatons par ailleurs une différence de moyens financiers dans la conception des sites Internet : pour les CHU, il s’agit bien d’une vitrine de l’hôpital et l’imagerie y est proportionnellement un peu plus importante (avec par exemple des vidéos au CHU Saint Louis, Paris). Nous constatons enfin la présence de contraintes réglementaires qui structurent théoriquement les sites web. Ainsi, presque tous sont organisés autour d’un triptyque : rubrique dédiée aux patients, aux professionnels de santé, aux fournisseurs. Mais très rapidement des différences apparaissent entre les sites.

21L’analyse des images, des vidéos et plus globalement du site Internet lui-même (design, forme) a été faite en suivant les préconisations de Jean-François Soulet (Soulet, 2009). La méthodologie employée pour le texte était une analyse qualitative selon la méthode de Matthew B. Miles et Michael Huberman (Miles & Huberman, 1989). Nous avons cherché ainsi à regrouper les hôpitaux ayant les mêmes centres d’intérêts en termes d’image qu'ils véhiculent. Trois images se détachaient : celle liée à la notion de territoire ; celle liée à la vision managériale ; et celle liée aux pratiques réglementaires (affichage articles de lois…). Les CHU occupent néanmoins une place à part faisant la part belle à la recherche et ayant institutionnalisé leurs rapports aux médias en leur dédiant une rubrique spéciale.

Les résultats

L’hôpital au cœur d’un territoire

  • 4  Le mythe est ici défini dans un sens premier. Il s’agit d’un récit légendaire sur ses origines. En (...)

22L’imaginaire des hôpitaux apparaît dans la présentation des hôpitaux. L’hôpital apparaît comme un haut lieu de la République, un lieu d’histoire où sont mis en scène les mythes 4 républicains, et se fondant avec son territoire vu au sens d’un environnement « naturel » et englobant (a). En matière d’image et d’imagerie, l’hôpital cherche à montrer qu’il n’est pas une organisation figée mais une institution allant vers le territoire, voire qui en fait sa promotion (b).

(a) L’hôpital au cœur du territoire symbolique

23L’hôpital est depuis le xixème siècle une institution sécularisée, les hôpitaux représentent des lieux visibles de la République. Cette vision est ainsi célébrée à travers le passé architectural parfois glorieux des hôpitaux. L’histoire (cf. figure 2) est ainsi souvent utilisée. Dans son acception appauvrie, il s’agit d’une chronologie montrant l’antériorité du lieu comparativement aux courtes vies humaines. L’hôpital dure ; il est un repère. Mais en même temps, il se mêle aux origines du territoire et participe à sa valorisation – avec des arguments qui sont parfois proches d’une publicité de l’office du tourisme. Citons l’exemple le plus marquant que constitue l’hôpital local de Sainte-Reyne.

Figure 2 : Extrait du site de l’hôpital local de Ste-Reyne (Bourgogne)

Figure 2 : Extrait du site de l’hôpital local de Ste-Reyne (Bourgogne)
  • 5  La même rhétorique est utilisée sur le site du CHU de Lyon. Bien que créé en 1802, le site précise (...)
  • 6  Citons par exemple les propos du centre d’Hospitalier d’Aix en Provence repoussant le changement d (...)

24Le site de l’hôpital de Sainte-Reyne décrit ainsi les origines du lieu qui se confond avec l’origine mythique de la France (la bataille d’Alésia où se sont battus « nos ancêtres les Gaulois ») 5. Mais à mesure que l’on avance dans les époques, la plupart des sites se sentent obligés de marquer le passage de l’Ancien Régime à la République 6. Ainsi, sur le site du centre hospitalier de Béthune, on note que « peu à peu, à l'époque contemporaine, les infirmières religieuses furent remplacées par des infirmières d'État. L'hôpital traduit toutes les ambiguïtés d’un espace d’abord destiné aux indigents et aux vieillards puis aux maladies hyper techniques ». Dans le même ordre d’idée, l’hôpital d’Orléans va partir d’un passé ancien (l’an 800 : Charlemagne) pour proposer une vision futuriste de son nouvel hôpital. La modernité de l’architecture ne se fait qu’en liaison avec un passé mythique et glorifié.

  • 7  Les mots en gras sont soulignés par les auteurs du site et non par nous.

25On peut néanmoins vouloir dans certains cas renverser les mythes des origines de l'établissement pour les réécrire et en donner une image valorisante. Ainsi, le centre hospitalier de Mâcon consacre une rubrique entière à « la culture et au patrimoine ». Le site affirme que l’hôpital a une vocation d’ouverture : « La tradition d'accueil des établissements hospitaliers est aujourd'hui mise en valeur au sein de ce réseau. Les richesses patrimoniales et techniques de ces lieux sanitaires sont ainsi révélées au public » 7. L’argument ici est double, il est lié à l’image et à l’imaginaire. L’image du patrimoine vieux et peu entretenu qui va à l’encontre d’une vision hygiéniste et moderne est ici renversée. C’est parce qu’il est ancien que l’hôpital est sûr et rassurant. Le pré-moderne est ici convoqué mais détourné de son sens initial ; on accepte les pauvres et les gens de passage mais cela ne constitue pas comme autrefois un acte de charité chrétienne. On mêle une vision faussement historique et touristique de promotion du territoire.

26Nous sommes ici dans une imbrication des imaginaires : l’ancrage local territorial prééminent est expliqué à l’aune des mythes républicains.

(b) Le renversement de l’imaginaire : l’hôpital pour un nouveau lien à son territoire

27Le rattachement plus ou moins mythique à la République se fait en parallèle à un lien revendiqué au territoire. Cette manifestation symbolique cherche à travers des images, voire de l’imagerie (sur le site de l’hôpital d’Obernai le personnel de santé est coincé entre les vignes et les bâtiments historiques) à aller contre la coupure de l’hôpital (représentant la figure du malade et du malsain) avec son territoire. Il y a une fierté d’appartenance au territoire : le CHU de Toulouse proclame ainsi fièrement qu’« au cœur d’une agglomération en pleine expansion avec près de 10% de croissance démographique tous les ans, le CHU de Toulouse, quatrième hôpital de France en terme d’activité, représente un pôle de référence pour le secteur sanitaire en Midi-Pyrénées (2 754 992 habitants) ». On a ici un texte vantant la force du territoire au point qu’on le distingue mal d’une publicité pour la région. On retrouve cette tendance sur les sites Internet des régions à fort caractère historique (la Bourgogne, l’Alsace, le Cotentin, Orléans, ou encore Perpignan avec le drapeau catalan) ou dans des sites reconnus pour leur caractère extraordinaire (Grand-Fougeray en Bretagne, Ensisheim en Alsace, Fumay, les Ardennes) mais peu dans les villes, notamment des villes à croissance récente (Pau, Bayonne, Montpellier…).

28Il y a une volonté affichée d’investissement à créer un lien dans la vie du territoire. Celle-ci passe par l’art et le patrimoine dans le prolongement de ce que nous avons dit précédemment. Ainsi le CH de Béthune voit « ses équipes » du service universitaire régional des maladies infectieuses et des voyages prêter leur concours à une exposition du fond régional d’art contemporain. Ce souhait d’aller vers la ville est une constante qui prend des formes différentes : une volonté de se raccorder voire de démythifier l’institution comme à Saint-Amand-les-Eaux en publiant un magazine, ou encore de présenter le personnel du CHU de Lyon en tenue de fête au milieu du patrimoine historique. Pour ou contre l’imaginaire républicain, celui-ci constitue un socle autour duquel s’est bâti l’identité des hôpitaux. Mais cette dernière se réclame également d’un territoire dont il fait parfois l’apologie.

De la proximité territoriale à une logique de contrat et de service

  • 8  Dans les autres centres hospitaliers, on est souvent dans une logique d’accueil, de proximité, et (...)

29Les hôpitaux sont soumis à des contraintes budgétaires. Rares sont ceux qui comme l’hôpital de Vesoul en font expressément mention. Pour la plupart et notamment pour les petits hôpitaux, ce qui est mis en avant est le management. Mais il ne s’agit pas ici de présenter un management misant sur la performance mais valorisant un lien avec le territoire (c'est-à-dire créer par le management « des services de qualité et de proximité », Hôpital local d’Arbois). Cette logique est promue par les hôpitaux locaux (Uzès, Brie) qui essaient de se placer au cœur des préoccupations des malades en faisant la promotion de l’hospitalisation à domicile ou en souhaitant favorisant le retour du malade chez lui 8.

30On voit ici coexister des notions managériales établies en fonction du territoire avec des notions comme la proximité des personnes ou l’organisation via la « bonne » insertion dans un territoire. On minore ainsi les notions de flexibilité (toujours inquiétante) ou de réactivité (dans l’imaginaire, un diagnostic posé trop rapidement est perçu comme un défaut de soins). Néanmoins, face aux évolutions réglementaires et à la multiplication des plaintes, plusieurs hôpitaux (par exemple le CH de Bayonne ou de Pau) réservent des rubriques spéciales aux traitements des réclamations des malades. On se retrouve aussi dans une volonté d’établissement de liens contractuels avec le patient. La quasi-totalité des sites web insistent sur des logiques de partenariat avec les patients qui ont des droits et des devoirs (rappel des textes législatifs à l’appui).

31Ceci amène parfois à une logique de service. Elle passe par une personnalisation du lien entre le malade et de ses soignants. Ainsi, tandis que l’hôpital de Châteauneuf est un des rares centres hospitaliers à donner une description assez aride de son mode de fonctionnement (en l’occurrence son organigramme), beaucoup de sites donnent soit des photos (comme le CHU de Bordeaux montrant un directeur souriant) ou le nom de médecins (CH de Saint Amand les Eaux).

32Au total, la logique de proximité renforce l’identité (territoriale) des hôpitaux. Néanmoins, plusieurs évolutions se font jour : parmi celles-ci l’idée d’un contrat avec le patient ou encore une relation de service. Si cette dernière évolution est en germe, elle offre peut être une vision d’un relationnel plus lié à un aspect marketing ; l’image (ici le management de la relation client) devient ainsi plus importante que la notion traditionnelle du soin et du bon médecin (imaginaire du dévouement) encore très liée au territoire.

Entre territorialisation et déterritorialisation des identités hospitalières. Imaginaire du dévouement et lien avec le territoire

33Pour comprendre la notion de déterritorialisation, il faut en premier lieu voir comment l’hôpital met en scène sa perte pour comprendre l’attachement qu’il suscite. Prenons l’exemple de l’hôpital d’Auxerre. Il diffuse un article de presse flatteur. Dans le cadre de la lutte contre le SIDA, le territoire a perdu progressivement des moyens pour encadrer les séropositifs du département de l’Yonne. Face à ce constat, l’hôpital d’Auxerre, plutôt que d’adopter une posture défensive, cherche à se mettre en scène en se faisant le défenseur du territoire ; il utilise l’imaginaire pour créer une image valorisante.

34L’imaginaire du bon praticien est convoqué : à savoir ici l’image des personnels hospitaliers qui est décrite à partir d’un imaginaire convenu du dévouement (le praticien au service de ses malades). Face aux manques de moyens, l’hôpital publie un article de presse sur son site qui lui permet de se présenter comme l’ultime rempart du territoire. L’hôpital apparaît comme seul face à l’adversité ou pour reprendre les termes de l’article : « autour de l’hôpital, c’est le désert » (cf. Figure 3).

Figure 3 : Extrait d’un article de l’Yonnerépublicaine mis en ligne sur le site du CH d’Auxerre, rubrique « Service/prélèvement sanguin »

Figure 3 : Extrait d’un article de l’Yonnerépublicaine mis en ligne sur le site du CH d’Auxerre, rubrique « Service/prélèvement sanguin »

35Cette notion sensible est en fait sans effet dans les plus grands CHU que nous avons analysés. Une logique de déterritorialisation est à l’œuvre sous l’effet de la multiplication et de la mondialisation du savoir médical.En trente ans, on passe en effet d’une distinction entre médecins généralistes et neurologues à une division entre spécialistes d’un même organe. Il convient désormais de séparer : neurologue/neurochirurgiens ; les neurologues peuvent être spécialistes du lobe pariétal, de l’hippocampe, de l’hypophyse… Cette course au savoir ne se ralentit pas : 50% des données médicales sont périmées en moins de 10 ans (Caniard, 2002). Le modèle d’organisation de 1959 entre les CHU qui font la recherche et les autres atteint un paroxysme dont la simple lecture des sites web rend compte. Le savoir transforme non seulement la pratique des soignants mais creuse aussi les écarts entre les organisations hospitalières faisant de la recherche et les autres. Il y a ceux qui en font et ceux qui n’en font pas ; ceux qui sont « dedans » et ceux qui n’y sont pas.

36Certains sites hospitaliers – de facto exclus – essayent de s’arrimer à la recherche. Le CH de Pau présente une école d’infirmière sous la rubrique « Recherche », essayant ainsi de prendre l’apparat d’un CHU.

37Pour les CHU, la recherche est utilisée de deux manières différentes :

  • 9  Nous citerons le contre-exemple de l’hôpital Robert Debré mettant en avant une iconographie assumé (...)

38- La recherche devient un monde en soi pour les grands CHU parisiens 9. À l’hôpital Necker, le site déclare qu’on a « une publication (scientifique) par semaine ». Le critère de référence ici n’est plus celui du soin mais de la recherche. Le malade est ainsi symboliquement exclu des sites de l’université Pierre et Marie Curie ou encore du CHU du Jussieu. Dans ce dernier cas, l’hôpital – en l’occurrence la Pitié Salpetrière – est relégué en bas de page et ce au détriment des activités de recherche et d’enseignement. On est ici dans une vision mondiale à la différence des CHU de province ; on met en exergue des rassemblements d’équipes de recherche souhaitant faire progresser leur discipline. Le site du CHU Saint-Louis consacre ainsi une large part aux chercheurs : la partie réservée aux malades est minime (rubrique services et consultations). La rubrique « Présentation » est divisée à parts égales entre la description du site (qui donne une vision très positive d’un hôpital « à renommée internationale » avec « des bâtiments modernes » et aux techniques de pointe – premier hôpital à réaliser une greffe osseuse par exemple) et « venir travailler avec nous ». Dans cette dernière vidéo, sont ainsi expliqués les avantages de rejoindre une équipe « pluridisciplinaire » et « performante ».

39- À Montpellier, c’est moins la recherche que « la recherche et l’innovation » qui est présentée. On est ici dans une vision proche des entreprises. Ainsi on apprend que depuis le début 2010 « une avancée thérapeutique importante en Hématologie et Dermatologie » est enregistrée et mise en avant dès la première page du site.

40L’identité des hôpitaux se fait pour ou au-delà du territoire mais celui-ci n’en est jamais absent. On constate principalement dans les hôpitaux locaux, les CH et les petits CHU, un imaginaire empreint des grands mythes de la République. Les petits hôpitaux ou ceux qui sont situés dans des régions historiques sont imprégnés d’une imagerie du territoire (l’Alsace et ses vignes…). Tout ceci concoure à mettre en scène un passé glorieux et parfois folklorique dont l’hôpital se doit d’être fier, avec une promotion par le texte comme au CHU de Toulouse, ou par l’image comme au CHU de Lyon. L’hôpital se met en scène comme s’il ne vivait que par et pour son territoire.

41Même le management y est réinterprété. Ce n’est pas la performance financière ou la qualité technique du soin qui sont mises en avant dans la plupart des sites (alors qu’elles constituent une préoccupation constante des politiques publiques) mais bien la proximité, la relation et donc un management qui se veut à visage humain. Comme si être proche de son territoire voulait aussi signifier être proche de ses patients tout en étant performant.

42Pour les très grandes structures en revanche, on quitte l’imaginaire du territoire pour rejoindre celui de la mondialisation. D’autres images sont convoquées, non plus celles du dévouement au malade mais celles d’une efficacité maximale où triomphe un autre imaginaire scientifique. La recherche devient presque une fin en soi. Ceci annonce un hôpital-entreprise, qui fait de la production de connaissances médicales et de l'innovation l'axe principal de son identité.

Conclusion

43L’identité des hôpitaux est liée à la notion de territoire. Face aux demandes d’adaptations dans ce secteur (arrivée du management, contraintes budgétaires, « crise » des professions…), nous constatons que les hôpitaux voient leur identité structurée principalement autour de trois imaginaires : un imaginaire républicain contesté ; un imaginaire du soin oscillant entre une vision traditionnelle et une logique de service ; enfin une déterritorialisation de l’identité mettant l’hôpital en dehors de la sphère du soin. Ces imaginaires ne sont pas exempts d’adaptation. Nous constatons que deux stratégies complémentaires sont utilisées : repenser sa place dans la société en adoptant d’autres valeurs et renégocier sa place dans un territoire.

Repenser sa place dans la société en adoptant d’autres valeurs

44En s’inscrivant on l’a dit dans une « logique managériale », l’hôpital (que ce soit de manière positive ou négative – c'est-à-dire en luttant contre la vision stéréotypée des services publics jugés peu efficients), se normalise vis-à-vis de la société globale et adopte ses codes du moment. Mais il utilise souvent des codes managériaux en relation avec le territoire : sont ainsi valorisés des logiques de proximité et d’inscription réinventée dans le territoire.

Renégocier sa place dans un territoire

45Deux logiques concurrentes sont à l’œuvre : l’inscription et la revendication d’appartenance à un territoire physique et symbolique est forte pour les hôpitaux locaux, les centres hospitaliers et les petits CHU ; en revanche dans les gros CHU, notamment parisiens, nous constatons la mise en valeur des logiques transversales et mondiales, placées sous le signe de la recherche. Le malade est expulsé symboliquement de ces sites Internet.

46Cette étude mériterait d’être étendue. Nous n’avons en effet analysé qu’une partie des hôpitaux présents (cinquante sur mille que compte la France métropolitaine). Il serait également intéressant de croiser ces données avec des hôpitaux étrangers. Y-a-t-il, à l’image de ce que revendique le cinéma, une « exception française » des hôpitaux et de leurs identités ?

Haut de page

Bibliographie

Amirou R. (2004), Image, imagerie, imaginaire. La mise en label d'une identité, Paris, Mission à l'Ethnologie.

Caniard É. (2002), Les Recommandations de bonnes pratiques ; un outil de dialogue, de responsabilité et de diffusion de l'innovation, Rapport au Ministère délégué à la Santé, 8 avril.

Charmard C. (2000), De la Compréhension du processus d’imagerie mentale à son utilisation en communication persuasive : une application au cas des annonces de presse, Thèse de doctorat, Université Paris I.

Chamard C. (2004), L’Évaluation de l’image de marque d’une ville : création d’une échelle de mesure du « capital-citoyen ». Management local, de la gestion à la gouvernance, Paris, Éditions Dalloz.

Charmard C. & J.-C.Liquet (2007), « Évaluer l’image des régions françaises : le modèle bi-international de représentations appliqué au marketing territorial », Actes du congrès de l’association française de marketing.

Decaudin J.-M. & J.-L. Moulins (1998), « Une approche de l’image d’une ville : l’identité de ville. Application à la ville de Marseille », Maire, entrepreneurs, emploi, Paris, Éditions Dalloz.

Foucault M. (1972), Histoire de la folie à l'âge classique, Paris, Éditions Gallimard.

Girard-Millet V. (1995), « Marketing et stratégie urbaine », Les cahiers lyonnais de recherche en gestion, 16, pp. 148-172.

Herzlich C. (1969), « Santé et maladie. Analyse d'une représentation sociale », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Vol. 24, N° 6, pp. 1519-1526.

Kervasdoué J. de (dir.) (2003), La Crise des professions de santé, Paris, Éditions Dunod.

Larçon J.-P. & R. Reitter (1982), « Structures de pouvoir et identité de l'entreprise », Revue française de sociologie, Vol. 23., N° 23-2, pp. 321-322.

Merunka D. & A. Ouattara (2006), « La ville en tant que marque : métaphore ou réalité ? », Cahier de Recherche, CEROG, Aix en Provence.

Mitchell K. (2000), « The culture of urban space », Urban Geography, 21.

Pauget B. (2006), La Connaissance relationnelle comme aide à la structuration et à la compréhension d’une organisation : le cas d’un réseau de santé, Thèse de doctorat, Université de technologie de Troyes.

Sainsaulieu R. (1987), L’Identité au travail : les effets culturels de l’organisation, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences politiques (réed.).

Soulet J.-F. (2009), L’Histoire immédiate. Historiographie, sources et méthodes, Paris, Éditions Armand Colin.

Vigarello G. (1989), Le Propre et le sale : l'hygiène du corps depuis le Moyen-Âge, Paris, Éditions du Seuil.

Winnicott D. (1975), Jeu et réalité, Paris, Éditions Gallimard.

Haut de page

Annexe

Sites analysés - dernière consultation le 30/05/2010 :

Centres hospitaliers
1-Centre Hospitalier d’Obernai : http://www.ch-obernai.fr/​
2-Centre Hospitalier de la côte Basque : http://www.ch-cote-basque.fr/​
3-Centre Hospitalier de Pau : http://www.ch-pau.fr/​
4-Centre Hospitalier de Saint-Lô : http://www.ch-stlo.fr/​
5-Centre Hospitalier d’Auxerre : http://www.ch-auxerre.fr/​
6-Centre Hospitalier de Troyes : http://www.ch-troyes.fr/​
7-Centre Hospitalier de Vesoul : http://www.chi70.fr/​
8-Centre Hospitalier Américain de Paris : https://www.american-hospital.org/​
9-Centre Hospitalier Simone Veil : http://www.ch-simoneveil.fr/​
10-Centre Hospitalier de Perpignan : http://www.ch-perpignan.fr/​
11-Centre Hospitalier de Béthune : http://www.ch-bethune.fr/​
12-Centre Hospitalier de Loos http://www.ch-loos.fr/​
13-Centre Hospitalier de St Amand les Eaux : http://www.ch-saint-amand-les-eaux.fr/​
14-Centre Hospitalier de Tourcoing : http://www.ch-tourcoing.fr/​
15-Centre Hospitalier de Joigny :  http://www.ch-joigny.fr/​
16-Centre Hospitalier de Montargis : http://www.ch-montargis.fr/​
17- Centre Hospitalier de Neuf Château : http://www.ch-neufchateau.fr/​
18-Centre Hospitalier d’Aix : http://www.ch-aix.fr/​
19-Centre Hospitalier du Cotentin : http://www.ch-cotentin.fr/​

Centres hospitaliers universitaires et centres hospitaliers régionaux
20-Centre Hospitalier Régional d’Orléans : http://www.chr-orleans.fr/​
21-Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse : http://www.chu-toulouse.fr/​
22-Centre Hospitalier Universitaire de Montpellier : http://www.chu-montpellier.fr/​fr/​index.jsp
23-Centre Hospitalier Universitaire de Reims : http://www.chu-reims.fr/​
24-Centre Hospitalier Universitaire de Rouen : http://www.chu-rouen.fr/​
25-Centre Hospitalier Universitaire de Brest : http://www.chu-brest.fr/​
26-Centre Hospitalier Universitaire de Lyon : http://www.chu-lyon.fr/​
27-Centre Hospitalier Universitaire de Clermont-Ferrand : http://www.chu-clermontferrand.fr/​
28-Centre Hospitalier Universitaire de Pierre et Marie Curie, Paris :http://www.chusa.upmc.fr/​presentation/​le_chu.html
29-Centre Hospitalier Universitaire Saint-Louis, Paris : http://www.chu-stlouis.fr/​
30-Centre Hospitalier Universitaire Necker –Enfant malade, Paris : http://www.necker.fr/​
31-Centre Hospitalier Universitaire Robert Debré, Paris : http://robertdebreparis.aphp.fr/​intro.php
32-Centre Hospitalier Universitaire de Jussieu/ Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris : http://www.chups.jussieu.fr/​
33- Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux : http://www.chu-bordeaux.fr/​

Centres hospitaliers locaux
34-Centre Hospitalier Local de Fumay : http://hopital.fumay.free.fr
35-Centre Hospitalier Local de Lesneven : http://www.hopital-lesneven.fr/​
36-Centre Hospitalier Local de Fougeray : http://www.hopital-gfougeray.com/​
37-Centre Hospitalier Local d’Uzès : http://www.hopital-local-uzes.fr/​Accueil/​
38-Centre Hospitalier Local d’Arbois : http://www.hl-arbois.fr/​
39-Centre Hospitalier Local de Stereyne : http://www.hopital-stereyne.fr/​
40- Centre Hospitalier Local d’Ensiheim : http://www.hopital-ensisheim.fr/
41- Centre Local de Brie Comte Robert : http://www.hopital-brie.fr

Sites inclus dans l’échantillon initial mais non pris en compte dans l’analyse finale -dernière consultation le 15/05/2010 :

Sites en construction
1-Centre Hospitalier Universitaire de Rennes (site en construction au moment de l’analyse) : http://www.chu-rennes
2-Centre Hospitalier de Maçon (site en construction) : http://www.ch-macon.fr/​
3-Centre Hospitalier de Chambéry (site en construction) : http://www.ch-chambery.fr/​
4-Centre Hospitalier de Redon (site en construction) : http://www.ch-redon.fr/​
5-Centre Hospitalier d’Haguenau (site en refonte partielle) : http://www.ch-haguenau.fr/​
6-Centre Hospitalier de Mulhouse (site en refonte partielle) : http://www.ch-mulhouse.fr/​_frameset/​frameset-ns.htm
7-Centre Hospitalier Local Maurice André St Galmier : http://hopitallocal.com/​
8-Centre Hospitalier de Montluçon : http://www.ch-montlucon.fr/​
9-Centre Hospitalier Centre Bretagne : https://www.ch-centre-bretagne.fr/​

Haut de page

Notes

1  L’APHP désigne l’assistance publique des hôpitaux de Paris. Le plan de transformation de la structure prévoyait notamment la fermeture de certains hôpitaux, le regroupement d’activités et la compression de personnels (par non-renouvellement des départs à la retraite) dans certains services.

2  Nous désignons par CH les centres hospitaliers et par CHU les centres hospitaliers universitaires.

3  À titre d’exemple, les manifestations contre les fermetures de l’APHP datent du premier trimestre 2010 et sont en sommeil au moment de la rédaction de cet article. Elles n’ont donc pas pu modifier substantiellement le contenu des sites web.

4  Le mythe est ici défini dans un sens premier. Il s’agit d’un récit légendaire sur ses origines. En l’espèce, il s’agit d’une réinvention de l’histoire par les fondateurs de la Troisième république et reprise dans l’enseignement de l’histoire. Ce mythe s’est perpétué comme en témoigne l’idée toujours vivace que Charlemagne est le « père » de l’école.

5  La même rhétorique est utilisée sur le site du CHU de Lyon. Bien que créé en 1802, le site précise que « une tradition prétend que l’Hôtel Dieu fut fondé en 542 par le roi Childebert et la reine Ultrogothe ». L’Hôpital « descend » donc des Francs et non de Napoléon.

6  Citons par exemple les propos du centre d’Hospitalier d’Aix en Provence repoussant le changement d’ère jusqu’en 1790 ; c’est en effet un ecclésiastique qui termine les travaux d’agrandissement à cette date. S’en suit une longue éclipse chronologique avant que la « république triomphante » ne soit de nouveau en marche.

7  Les mots en gras sont soulignés par les auteurs du site et non par nous.

8  Dans les autres centres hospitaliers, on est souvent dans une logique d’accueil, de proximité, et de facilité d’accès. Les sites multiplient les visites virtuelles ou les cartes d’accès au site hospitalier même (Montargis, Pau, Perpignan, Orléans, Saint Lô…).

9  Nous citerons le contre-exemple de l’hôpital Robert Debré mettant en avant une iconographie assumée de la relation mère-enfant.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1-Résumé de notre grille de lecture
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 2 : Extrait du site de l’hôpital local de Ste-Reyne (Bourgogne)
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3404/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 3 : Extrait d’un article de l’Yonnerépublicaine mis en ligne sur le site du CH d’Auxerre, rubrique « Service/prélèvement sanguin »
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3404/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachid Amirou, Bertrand Pauget et Ahmed Dammak, « L’identité des hôpitaux à partir de leurs sites Internet », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 11 avril 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3404

Haut de page

Auteurs

Rachid Amirou

Professeur des universités, Université de Perpignan, France. Rachid Amirou est décédé en janvier 2011.

Bertrand Pauget

Professeur à l’European Business School, Paris, France - bertrandpauget@ebs-paris.com

Ahmed Dammak

Professeur associé au Groupe ESC Troyes, France - ahmed.dammak@groupe-esc-troyes.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page