Navigation – Plan du site
Neuf leçons de sociologie

Comment la face sombre éclaire

Discussion de l’ouvrage de Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, Éditions Robert Laffont, 2008
Luc Van Vampenhoudt

Notes de la rédaction

Le Grand Résumé de Neuf leçons de sociologie par son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3367.html, et la discussion par Christian Lalive d’Épinay à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3369.html

Texte intégral

1L’ouvrage de Michel Wieviorka propose une approche de la sociologie et de la société où le Sujet est le concept central, en opposition avec les approches qui expliquent les phénomènes par des déterminations structurelles, et où le « penser global » doit se substituer au « penser national ».

2L’enjeu et l’ambition de cette approche ne sont pas seulement théoriques. La théorie a pour vocation de se mettre en œuvre dans une méthode, l’intervention sociologique, qui fasse droit au Sujet et articule de manière inédite l’engagement social et le travail de recherche. Elle concerne dès lors aussi la place de la sociologie dans la société. Avec cette reconnaissance pleine et entière du Sujet dans la société et dans la théorie et la méthode des sciences sociales, ces dernières sont prêtes à « jouer un rôle essentiel dans la sphère publique, en tant que telles, sans faillir à leur vocation scientifique » (p. 109) En réussissant à conjuguer de manière convaincante approche théorique adaptée au contexte contemporain, méthode et engagement social, Michel Wieviorka donne un sens fort à l’ensemble de l’exercice. L’exposé est remarquablement clair et pédagogique. Certains chapitres, comme celui sur la globalisation, constituent d’excellentes synthèses de la réflexion théorique récente en sciences sociales et présentent un intérêt en eux-mêmes.

3Michel Wieviorka se réclame explicitement de l’héritage d’Alain Touraine qu’il prolonge de deux façons : d’abord en inscrivant son travail théorique dans le contexte actuel de la montée en puissance du Sujet et de la globalisation mais aussi, et c’est sans doute son apport le plus original dans le cadre du courant de la sociologie de l’action, en explorant ce qu’il appelle « la face sombre du Sujet » comme le racisme et le terrorisme.

4Nous nous limiterons ici à quelques points de discussion suscités par la lecture de ce livre passionnant et accessible de bout en bout.

Des concepts mimétiques

5Dans la construction de son approche, Michel Wieviorka soulève lui-même, à plusieurs reprises, une difficulté théorique majeure. Comment étudier le Sujet ou la « montée du Sujet » avec le concept de Sujet, la mondialisation avec le concept de mondialisation, le terrorisme avec le concept de terrorisme ? Comment passer du « vocabulaire spontané » et du « réel » aux concepts scientifiques utilisés pour les analyser ? Pour chacune de ses principales catégories de réalité et de pensée, Michel Wieviorka bute systématiquement sur le même problème et le même risque de confusion.

6Il a le mérite de ne pas sous-estimer la difficulté : « Le passage du vocabulaire spontané à un concept scientifique est ici une opération singulièrement délicate et qui implique une capacité de distanciation, de réflexivité, qu’il est difficile de promouvoir » (p. 261). Par exemple, « la disqualification qui entoure l’emploi du terme "terrorisme" en fait une catégorie du sens commun qu’il n’est pas facile de transformer en une catégorie sociologique » (p. 261). Pourquoi alors n’envisage-t-il pas de disjoindre carrément catégories du sens commun et concepts, comme l’ont presque toujours fait les auteurs classiques de la discipline ? Mode de production, fait social (total ou non), formes de socialité, action sociale, fonction latente, rapport social, interaction, réseau d’acteurs sociaux, interdépendance, habitus, privation relative, modèle culturel, zone d’incertitude, champ…, la plupart des concepts classiques instaurent une rupture avec l’objet tel qu’il se donne spontanément à voir, même s’ils furent adoptés après dans le langage courant. Même si la règle n’est pas absolue, on pourrait aisément montrer que, dans les sciences de l’homme comme dans celles de la nature, ce décalage n’est pas étranger au progrès des connaissances.

7Aujourd’hui au contraire, il semble que la confusion soit de plus en plus la règle. Tantôt on impose comme concepts des sciences politiques et sociales des catégories normatives de l’action publique (comme gouvernance et ses divers avatars), tantôt on modifie la signification d’un concept (comme société civile) pour le faire correspondre à un modèle d’action publique (la société civile organisée comme partenaire de la gouvernance officielle), tantôt on récupère une catégorie scientifique (comme réseau) pour en faire une catégorie politique et normative (le travail en réseau), tantôt (comme Michel Wieviorka) on utilise comme concepts scientifiques des notions qui ressortissent des catégories descriptives que le sens commun utilise pour constater un phénomène (comme la montée du Sujet, la mondialisation et le terrorisme). Si les cas de figure sont variés, la conséquence est toujours la même : le langage scientifique perd sa spécificité mais aussi sa capacité de distanciation critique par rapport aux phénomènes et comportements étudiés.

8« Le Sujet est un outil d’analyse » écrit Michel Wieviorka (p. 48). Aurait-on imaginé Émile Durkheim dire la même chose de l’individualisme ? Il le tenait au contraire pour un phénomène à expliquer comme un trait de la conscience collective moderne, puisqu’il n’y a rien de plus général et de partagé, de banal en somme, que d’être individualiste dans une société où prévaut la solidarité organique – autre concept non « mimétique ». La discussion doit certes être nuancée mais elle mérite certainement d’être approfondie dans le cas d’une œuvre, comme celle dont il est ici question, qui semble opter délibérément et systématiquement pour la continuité entre les catégories spontanées et les catégories scientifiques et ne cesse d’être confrontée à cette difficulté.

Le sujet et la structure

9À l’instar du mouvement social qui, dans la théorie tourainienne, doit se définir un adversaire, Michel Wieviorka, pour faire valoir une sociologie du Sujet, tire à boulets rouges sur tout ce qui ressemble à une approche post-néo-structuraliste. C’est bien évidemment le courant concurrent bourdieusien qu’il prend principalement pour cible. Pour un lecteur non Français, la dureté de ce genre de dispute, où se mêlent des arguments de natures diverses (comme l’affaire Loïc Wacquant p. 97), surprend toujours, tant est admise l’idée qu’il ne s’agit pas de choisir entre le « tout à la structure » ou le « tout à l’acteur » mais bien de les articuler de manière cohérente et d’examiner comment les auteurs qui privilégient une entrée structurelle intègrent la dimension actantielle et, réciproquement, comment les auteurs qui privilégient une approche actantielle intègrent la dimension structurelle.

10Le choix de Michel Wieviorka est radical ; son approche relève d’une sociologie radicale du Sujet (seul concept sociologique bénéficiant de l’honneur d’une majuscule). Le Sujet est chez lui un concept « total », alpha et omega de toute interprétation des phénomènes sociaux et des comportements. Aller jusqu’au bout de sa propre logique permet de montrer sa cohérence et son intérêt heuristique mais peut conduire, en fin de compte, à buter sur ce qu’on a délibérément voulu écarter, en l’occurrence les logiques structurelles, mais sans disposer des outils nécessaires pour les analyser. Elles sont alors traitées comme une sorte d’environnement macro-social et culturel du Sujet et de sa subjectivité, obligeant l’auteur à faire, comme il le dit bien, le « grand écart » entre ces deux extrêmes.

11Par exemple, si l’on peut accepter l’idée que « les identités collectives se développent et se transforment à partir de sujets singuliers qui font le choix de les rejoindre, ou tout au moins de les assumer » (p. 157) ou que les jeunes des banlieues font également un choix personnel lorsqu’ils brûlent des voitures, à partir du moment où l’on observe qu’une multitude de personnes font exactement le même « choix personnel » en même temps (comme adhérer à une religion ou brûler des voitures), comment ne pas accepter aussi le poids d’une logique structurelle puissante (sans même compter la dimension grégaire de certains de ces comportements) ? Ce n’est pas parce les jeunes des banlieues ou les patrons de la finance, les musulmans ou les catholiques, ou qui que ce soit disent « c’est mon choix » que l’on peut se satisfaire de cette explication imbue de fierté. Plus encore, il y a une logique structurelle extrêmement forte dans le fait que des dizaines de millions d’individus proclament quasiment à l’unisson aujourd’hui et à tout propos que « c’est mon choix », voire qu’ils sont « rebelles ». La thèse même de Michel Wieviorka suppose une forte structuration du social. Pourtant son Sujet semble considéré en dehors d’une structure concrète de rapports sociaux ; un Sujet plus « culturel » que « social » en somme, comme la théorie des mouvements sociaux d’Alain Touraine est plus culturelle que sociale en ce qu’elle s’intéresse davantage aux contenus culturels de l’action collective (modèle culturel, valeurs, définition des enjeux et des adversaires…) qu’aux interactions et actions concrètes de ceux qui la font exister et qui restent largement, dans la sociologie française de l’action, une boîte noire.

12Dès lors, le « grand écart » est en effet difficile à réussir entre ce Sujet singulier et le global, qui sont les deux termes que Michel Wieviorka cherche à tenir ensemble. Il y réussit assez bien en plusieurs endroits mais, totalement engagé dans la logique exclusive de la théorie tourainienne, il délaisse un appareillage conceptuel disponible qui pourrait lui être utile. Par exemple, un concept comme celui de micro-contexte de mobilisation, développé par Doug McAdam, John D. McCarthy et Mayer N. Zald permet de faire théoriquement et empiriquement le lien entre les motivations individuelles et les processus de mobilisation, les explications individuelles de son sort singulier et les causes collectives, la mobilisation dans des contextes locaux et la mobilisation à plus grande échelle notamment (McAdam, McCarthy & Zald, 1988).

De la méthode

13Plus de trente ans après La Voix et le regard, Michel Wieviorka confirme la clé méthodologique de la sociologie de l’action telle que mise en œuvre par l’école tourainienne. Cette clé me semble reposer sur un double pilier. Essentiellement méthodologique, le concept de mouvement social ne vise pas à embrasser des actions collectives concrètes mais à les y confronter. Celles-ci sont saisies en mesurant la distance entre d’une part, les représentations effectives qu’ont les acteurs de leur action et d’autre part, les principes « idéaux » du concept abstrait de mouvement social : les principes d’identité (savoir se définir), d’opposition (savoir définir l’adversaire) et de totalité (savoir définir l’enjeu du conflit), étant entendu que cet enjeu doit concerner les orientations de l’historicité (comme, pour la crise étudiante, les orientations et l’usage social de la connaissance et non les problèmes organisationnels de l’université par exemple).

  • 1  La « méthode d’analyse en groupe » représente une autre méthode qui s’inscrit dans une perspective (...)

14Le moyen de cette confrontation est l’intervention sociologique qui met en présence des acteurs incarnant l’action collective concrète et des sociologues incarnant, en quelque sorte, le concept de mouvement social auquel cette action est confrontée. La méthode instaure une forme de coopération conflictuelle entre acteurs et chercheurs dans le sens où ils coproduisent les analyses et apprennent les uns des autres tout en restant chacun dans son rôle. Le conflit ainsi créé se veut le contraire de la violence, son antidote même. Vieille de plusieurs décennies, la méthode d’intervention trouve, dans l’ouvrage de Michel Wieviorka, une justification remarquablement étayée et plus forte encore en ce qu’elle consacre, dans la dynamique de recherche elle-même, la réalité du Sujet puisque les participants ne sont plus des « objets » de la recherche mais, avec les chercheurs, ses artisans mêmes 1.

15Nul doute que cet ouvrage, dont nous n’avons discuté ici que quelques aspects parmi beaucoup d’autres, constitue une pièce importante du débat actuel sur la redéfinition du projet sociologique. Il nous semble présenter deux qualités majeures. La première consiste dans la tentative de construire ce projet en articulant de manière cohérente contexte sociétal (la montée du Sujet et la mondialisation), théorie sociologique (une sociologie du Sujet) et méthode d’intervention. La seconde qualité consiste à explorer le coeur du social non à partir de sa face éclairée mais à partir de sa face sombre, sa négativité en quelque sorte. Là réside sans doute l’apport le plus décisif et singulier de Michel Wierviorka.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

McAdam D., McCarthy J. D. & M. N. Zald (1988), « Social Movements », dans Smelser N.J. (dir.), Handbook of Sociology, Newbury Park, London, New Dehli, Sage Editions, pp. 695-737.
DOI : 10.1017/CBO9780511803987

Van Campenhoudt L., Chaumont J.-M. & A. Franssen (2005), La Méthode d’analyse en groupe, Applications aux phénomènes sociaux, Paris, Éditions Dunod.

Van Campenhoudt L., Franssen A. & F. Cantelli F. (2009), « La méthode d’analyse en groupe », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, novembre, http://sociologies.revues.org/index2968.html.

Haut de page

Notes

1  La « méthode d’analyse en groupe » représente une autre méthode qui s’inscrit dans une perspective analogue, à cette différence près que son principe méthodologique central consiste non à se retrouver d’accord sur une définition commune du problème mais à se mettre d’accord sur une formulation des désaccords, au terme d’une double conflictualité : entre acteurs et entre acteurs et chercheurs (Van Campenhoudt, Chaumont & Franssen, 2005). Pour une présentation résumée, voir Van Campenhoudt, Franssen & Santelli, 2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Van Vampenhoudt, « Comment la face sombre éclaire », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Neuf leçons de sociologie, mis en ligne le 27 décembre 2010, consulté le 17 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3370

Haut de page

Auteur

Luc Van Vampenhoudt

Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, Belgique - vancampenhoudt@fusl.ac.be

Haut de page