Navigation – Plan du site
Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques

Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques

Dossier préparé par Mac-Henry Soulet

Texte intégral

1Les sociétés démocratiques modernes ont basé leur unité sur l'égalité des chances et sur la mobilité sociale. Or, ce modèle d'intégration est fortement mis à l'épreuve aujourd'hui. Des discriminations structurelles viennent contredire le principe l'égalité de traitement. Des barrières difficilement franchissables, quel que soit le niveau, viennent contrecarrer la possibilité de promotion sociale. Un double phénomène est ainsi observable. D'une part, la société se fractionne en des espaces sociaux distincts en raison de phénomènes de relégation, de gentrification et de ghettoïsation. D'autre part, elle se rigidifie par des mécanismes, souvent peu perceptibles, qui empêchent la fluidité sociale en instaurant de véritables barrières techniques, sociales et culturelles fonctionnant comme un plafond de verre. La société se cloisonne en des sous-ensembles étanches, créant autant de fractures entre les âges, entre les genres, entre les catégories sociales, entre les lieux… L'émergence de ces frontières, pour les unes quasi invisibles, pour les autres outrancièrement marquées, met sérieusement en question la cohésion sociétale et pose un problème socio-politique d'ampleur. Comment lever ces barrières, quand justement les politiques d'égalité des chances, de démocratisation et de redistribution ne semblent plus être à même d'y parvenir ? Comment aussi gérer les rapports aux frontières avec ces entités disjointes sans recourir uniquement à la logique sécuritaire ? L'existence de ces frontières interroge aussi le type de configuration d'ensemble des sociétés qui se dessine sous nos yeux et qui vient suppléer la société-nation : société réticulaire composée de sous-ensembles nouant et dénouant des liens au gré des nécessités, société d'archipels reliés de manière ténue, société fortement hiérarchisée en castes quasi étanches…

2Les entrées rassemblées dans ce dossier sont différentes, mais le fil conducteur en est le même : interroger les formes de discrimination et de relégation qui prennent corps au sein des sociétés contemporaines qui promeuvent le principe d'égalité de droit mais aussi, et surtout, des chances comme un des pivots centraux autour desquels elles s'organisent, bref qui tracent des frontières et établissent des limites au sein même d'un espace qui repose sur leur éradication.

3Bien sûr ces frontières sont symboliques, il s'agit plus de mécanismes informels que de barrières douanières. Il n'est pas sans intérêt pourtant de se pencher sur les frontières formelles et tenter de comprendre ce que la question des limites recouvre. Nul n'était mieux placé que Jacques Lévy pour le faire et rappeler combien le succès de la notion de frontière doit à son usage métaphorique dès lors que des éléments de réalité ont à voir avec les limites, combien aussi la matérialité n'est qu'une dimension en ce domaine et combien donc l'immatérialité peut être agissante. Il n'est pas surprenant dès lors qu'il en vienne à considérer que « si l’on trouve des frontières, ce n’est pas forcément là où on les attend et que l’appréciation juste de la place des frontières suppose la prise en compte de bien d’autres considérations que la seule limitation volontaire et brutale du franchissement d’une ligne imaginaire tracée au sol ».

4La discrimination n'a pas disparu ; elle prend des atours nouveaux. L'exemple de la Suisse présenté par Rosita Fibbi l'illustre bien. Alors même que ce pays s'est doté d'une politique d'intégration censée contenir les débordements de l'égalité de droit, la situation des jeunes d'origine immigrée installés depuis de nombreuses années en terre helvétique illustre le maintien, voire la résurgence, de formes de discrimination quand bien même les qualifications seraient égales. La consonance du nom de famille, tout comme le faciès, pèse ici de tout son poids. Ainsi, en Suisse, aujourd'hui, « l'inégalité de traitement subie par les jeunes hommes, pourtant qualifiés, issus des migrations provenant de pays hors Union européenne, est flagrante. Dès lors, la position marginalisée des jeunes d’origine immigrée sur le marché du travail ne peut être attribuée uniquement aux difficultés scolaires ou aux faibles connaissances linguistiques ; elle résulte, en partie, des pratiques discriminatoires au moment de l’embauche ».

5Si l'existence de frontières informelles, et souvent peu visibles même si profondément agissantes, pouvait sembler de l'ordre de l'imaginable en tant que persistances d'un état antérieur, il semble moins évident, de prime abord, de voir la mobilité dessiner une ligne de fracture nette au sein des populations d'un même espace national. Pourtant Jean-Pierre Orfeuil montre très explicitement qu'elle forme aujourd'hui une véritable question sociale, nourrissant fortement les logiques d'exclusion. « L’aptitude à la mobilité est, bien plus aujourd’hui qu’hier, une condition indispensable à l’insertion, à la construction de trajectoires de vie satisfaisantes et de liens sociaux diversifiés. La mobilité n’est plus seulement un choix, elle est devenue une impérieuse nécessité. Face à cette nécessité, nombreux sont ceux qui sont mal armés, ou moins bien armés que d’autres. Les différences d’aptitude à la mobilité font non seulement partie du "tableau général" des inégalités, mais elles sont aussi partie intégrante de leur reproduction ».

6Qui ne bouge pas reste sur place. Derrière cette lapalissade il faut percevoir les formes de relégation de ceux qui sont condamnés à vivre au village. Nicolas Renahy, en analysant finement les formes d'insertion des gars du coin, ces jeunes non mobiles ou refusant la migration vers les espaces urbains, nous donne accès à toutes ces nouvelles frontières marquant des mises à la marge quand le capital d'autochtonie se démonétise, quand l'usine locale périclite et ne permet plus d'être le foyer de la socialisation et de la reproduction des modes de vie. Pour les jeunes, comme l'illustre le cas de Didier ici présenté, « l’isolement géographique de Foulange par rapport aux principales villes des environs est aujourd’hui synonyme de relégation sociale. Ce n’était pas le cas trente ans auparavant. Lorsque les savoir-faire ouvriers localisés, tels que ceux qui ont été développés dans ce village pendant des décennies, ne trouvent plus à être transmis d’une génération à l’autre, les jeunes générations des membres des classes populaires éprouvent beaucoup plus de difficultés à "trouver une place", et la reconnaissance sociale qui l’accompagne ».

7Si des fossés se creusent entre groupes sociaux au point d'opérer des clivages profonds, nul doute que, dans une société de l'information, l'accès aux modes de communication numérique est une ligne de fracture autant significative qu'invisible. Et ce d'autant que, comme l'explique Luc Vodoz en étudiant le cas de la Suisse, il ne faut pas ramener cette question au seul problème de la couverture technique. Si intégration sociale et intégration numérique riment, cette dernière est clivante au double niveau des savoir-faire techniques et sociaux et de la capacité à exploiter les contenus véhiculés par les technologies de l'information et de la communication, si bien que, puisque « les compétences deviennent l'aspect critique en matière d'"intégration numérique", il devient pertinent d'émettre une hypothèse a priori iconoclaste : ce seraient non pas les régions périphériques, mais bien les régions urbaines qui concentreraient la plus grande proportion d'individus et de groupes sociaux victimes d'une "exclusion numérique" ».

8Le problème de l'accès est donc central dans la production/reproduction de césures entre groupes sociaux. Mais l'accès n'est pas réductible à la dimension physique et matérielle. Les travaux de Philippe Warin sur le non-accès aux prestations sociales le rappellent expressément. La frontière mentale y tient un rôle non négligeable renforcée par une forme de frontière politique. « Il apparaît d’une façon générale qu’au-delà des raisons immédiates du non-recours, qui restent forcément diverses, l’unité de ces situations se trouve dans l’idée et les pratiques d’un "vivre hors droits", dans lesquelles les individus se retrouvent au final et parfois s’enferment ».

9Ce sont quelques-unes des frontières qui dessinent des lignes de fracture au sein des sociétés contemporaines. Bien d'autres auraient pu être mobilisées comme la gentrification des centres urbains et la ghettoïsation des fractions les plus démunies en périphérie, les formes de ségrégation ethnique à l'école, le non-accès à des services de base pour les sans-papiers ou bien encore des logiques de séparatisme social conduisant à une archipelisation de la société. Ces limitations, quelque forme qu'elles prennent, quoique non formelles et bien souvent invisibles, n'en sont pas moins efficientes. Ce qui invite d'autant l'analyse sociologique à s'y intéresser pour les identifier et expliciter leurs ancrages dans des sociétés qui se définissent comme démocratiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques », SociologieS [En ligne], Dossiers, Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques, mis en ligne le 27 décembre 2010, consulté le 17 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3304

Haut de page