Navigation – Plan du site
La précarité

« Précarité » dites-vous ?

Henri Eckert

Résumés

Le mot « précarité » est très utilisé en France, mais s’est imposé surtout dans le contexte français. Il convient donc d’interroger les conditions économiques, sociales, historiques, idéologiques ou culturelles de la fortune du mot. L’article fait l’hypothèse que celle-ci fait écho aux transformations récentes des conditions de travail et d’emploi, à la prise de conscience, par les individus exposés aux risques de précarisation de leur situation professionnelle, de la violence des rapports sociaux inégaux. Pour accréditer cette hypothèse, une première partie traite de la condition salariale et de sa mise en cause à la suite de la crise économique des années 1970. La seconde partie traite des difficultés rencontrées par certaines catégories de salariés plus exposés. Enfin l’auteur revient sur l’usage du mot « précarité » et sur la prise en compte des dimensions socio-historiques de la situation sur le marché du travail qu’il implique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Le point de vue de Mircea Vultur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3287.html

Texte intégral

« La consolidation du statut du salariat permet l’épanouissement des protections, tandis que sa précarisation mène à nouveau à l’insécurité sociale. »
(Castel, 1995, p. 322).

1Pourquoi les Français ont-ils eu recours, massivement sinon unaniment, au mot « précarité » pour qualifier les situations sociales nouvelles, ressenties comme menaçantes pour leur existence, dans lesquelles nombre d’entre eux se sont soudain retrouvés suite à la détérioration de leurs modalités de travail et d’emploi ? La question risque de surprendre, d’autant qu’une réponse quasi immédiate sinon évidente paraît s’imposer : parce que le mot était le mieux à même de caractériser la situation nouvelle ! Une telle réponse ne serait toutefois recevable telle quelle que si la qualification d’une situation sociale donnée allait de soi et s’imposait immédiatement et généralement, du seul fait des caractéristiques de la situation, qu’il suffirait, en quelque sorte, de traduire au plus juste ; dans la plupart des cas, pourtant, la qualification d’une situation sociale ne s’impose, dans le débat public, qu’à partir du moment où elle a été discutée, explicitée et comme mise en évidence par un mot qui la rend, dès lors, sensible à la plupart des membres de la société, quitte pour les uns ou les autres, individus ou groupes, de consentir ou non à l’usage du mot. Ne faut-il d’ailleurs pas, à cet endroit, prendre toute la mesure de cette constatation : le mot « précarité » ne s’est imposé avec autant d’évidence que dans le seul contexte français – le mot « precarietà », par exemple, n’a pas eu la même fortune en Italie et son usage reste plus controversé qu’en France – alors que les possibles équivalents, anglo-saxons notamment, ne sont utilisés qu’avec réserve dans leurs aires respectives ? Les conditions d’emploi y ont, pourtant, connu des évolutions similaires et souvent plus brutales que celles qui ont transformé la société française… Il y aurait ainsi tout lieu de prendre au sérieux la question posée d’entrée et d’interroger les conditions économiques, sociales, historiques, idéologiques ou culturelles qui ont favorisé le développement d’un discours public voire expert sur la précarité.

2Arrêtons-nous donc un moment sur le mot lui-même et sur l’adjectif dont il dérive. D’un usage ancien, celui-ci a servi et sert toujours, dans un registre juridique, à caractériser une prérogative « qui ne s’exerce que grâce à une concession, à une permission toujours révocable par celui qui l'a accordée ». (Trésor de la langue française) D’où l’expression courante, toujours vivace : à titre précaire. La définition plus ancienne de Littré (1880) s’était pourtant avérée plus critique puisque la prérogative, outre qu’elle s’exerçait « par permission » sinon « par tolérance », supposait aussi une « dépendance. » Ce sens dérivait d’un usage très ancien de l’adjectif précaire, lié à son étymologie : le mot provient en effet du latin juridique precarius, qui désignait ce qui était « obtenu par prière » (Petit Robert), dont les traces perduraient dans l’usage substantivé classique, signalé par Littré : « prêt obtenu par prière ». Si la connotation religieuse ne peut, en l’occurrence, être exclue, il est ici question avant tout d’une prière adressée par un sujet à celui dont il dépend, d’un vassal à son suzerain par exemple ou, plus généralement, d’un subordonné à son maître. À l’idée de révocabilité – ce qui a été concédé sur prière peut être repris à tout moment – s’ajoute donc l’idée de dépendance : la précarité implique un rapport social inégal, dans lequel le bénéficiaire d’une faveur se soumet à celui qui la lui accorde. Sans doute ce sens s’est-il quelque peu estompé avec le temps ; a-t-il totalement disparu pour autant ? L’usage moderne de l’adjectif « précaire », celui qui s’est imposé dans la langue courante depuis le dix-septième siècle, permet de caractériser toute situation « dont on ne peut garantir la durée, la solidité, la stabilité ; qui, à chaque instant, peut être remise en cause. » (Trésor de la langue française). C’est cette idée d’instabilité qui infléchit le plus fortement le sens actuel des mots « précaire » et « précarité » sans qu’il puisse, pour autant, être fait abstraction du rapport social inégal qui sous-tend ou conditionne toute situation de précarité.

3Nous poserons donc cette hypothèse : la fortune du mot « précarité », dans le contexte français, ne tiendrait-elle pas, en écho aux transformations récentes des conditions de travail et d’emploi, à la prise de conscience, par les individus exposés aux risques de précarisation de leur situation professionnelle, de la violence des rapports sociaux inégaux dans lesquels ils sont pris ? En d’autres termes encore : n’y aurait-il pas, derrière l’usage du mot précarité, comme la perception diffuse d’une prolétarisation d’une fraction du salariat, celle qui a perdu certaines des garanties – liées au plein emploi – ou protections – contre le chômage notamment – dont elle avait bénéficié jusque-là et la hantise des dépendances dans lesquelles leur nouvelle situation les plonge ? Pour accréditer cette hypothèse, nous invitons le lecteur à un parcours en deux étapes. La première ira de la condition salariale à sa mise en cause à la suite de la crise économique survenue au milieu des années 1970 et débouchera sur les relations qu’entretient la flexibilisation de l’emploi avec un contexte de marasme économique persistant. La seconde nous mènera des difficultés rencontrées par certaines catégories de salariés plus exposés à celles auxquelles doivent faire face, en particulier, les jeunes qui arrivent sur le marché du travail avec un bagage scolaire insuffisant ou qui se heurtent à des formes diverses de discrimination. Au terme de ce parcours, nous pourrons revenir sur l’usage du mot « précarité » et la prise en compte des dimensions socio-historiques de la situation sur le marché du travail qu’il implique ou, a contrario, sur l’effacement sinon le déni de ces dimensions dès lors que le mot est récusé.

De la remise en cause de la société salariale…

  • 1  Entendons par là, conformément à la pensée du « jeune Marx », la condition de celui « qui, sans ca (...)

4Bien que récente, la généralisation du salariat comme mode dominant de mobilisation de producteurs/consommateurs tend à en occulter l’histoire, pourtant mouvementée. C’est de cette aventure dont Robert Castel avait entrepris le récit dans son livre Les Métamorphoses de la question sociale, précisément sous-titré : Une Chronique du salariat (1995). La chronique du salariat ne saurait, en effet, être réduite au récit, sur fond de libéralisation des activités économiques et d’assouplissement des rapports sociaux, de la généralisation d’une modalité particulière d’échange : celui qui s’effectue sur le marché du travail en vue d’allouer la force de travail dans le système de production et, simultanément, de fixer le prix auquel l’agent qui souhaite en faire usage achète le travail de celui qui vend sa force de travail. Contrat qui fixe également les conditions d’emploi. Or conditions d’emploi et salaire ne sont pas les seuls enjeux de la société salariale : celle-ci se définit bien davantage par le système de protection sociale qui a été échafaudé, patiemment sinon difficilement, autour de la situation de salarié afin de l’étayer, de la renforcer et, surtout, de la soustraire aux menaces inhérentes à la condition prolétarienne 1. Celle-ci ne laissait d’ailleurs pas seulement le prolétaire dépourvu de toute protection face aux risques de la maladie, de l’accident du travail, du chômage ou de la vieillesse ; elle faisait aussi courir un danger permanent à la société toute entière, les exactions diverses dont les prolétaires pouvaient se rendre coupables suscitant non seulement la crainte et la défiance parmi les autres groupes sociaux, au sein des différentes fractions bourgeoises en particulier, mais aussi la hantise d’une diffusion de leurs comportements et/ou de leurs prétentions révolutionnaires au sein des catégories laborieuses les plus mal loties (Chevalier, 1958). De là, sans doute, la menace majeure : celle qui risquait de déboucher sur une remise en cause radicale de l’ordre social.

5L’avènement de la société salariale aurait ainsi résulté d’une élaboration patiente, aux effets à la fois institutionnels et sociaux, dont les mesures principales ont visé à déjouer le risque de rupture sinon d’affrontement au sein de la société, dans la perspective d’une intégration effective de ses fractions périphériques les plus exposées aux aléas. En quoi a consisté cette élaboration ? Robert Castel en donne la clé dans la citation que nous reproduisons ici : « […] la plupart des travailleurs sont au mieux vulnérables et souvent misérables tant qu’ils restent privés des protections attachées à la propriété. Mais posée en ces termes, c’est-à-dire dans le cadre d’une opposition absolue travail-propriété, cette question reste insoluble. La reformulation de la question sociale va consister non pas à abolir cette opposition propriétaire/non-propriétaire, mais à la redéfinir, c’est-à-dire à juxtaposer à la propriété privée un autre type de propriété, la propriété sociale, de sorte que l’on puisse rester en dehors de la propriété privée sans être en manque de sécurité » (Castel, 1995, p. 300). Cette propriété sociale a résulté, en réponse aux mouvements sociaux qui ont précédé et suivi la seconde guerre mondiale notamment, de la mise en place progressive d’assurances sociales obligatoires pour les travailleurs, les cotisations prélevées sur leur travail ouvrant droit à des prestations ciblées, délivrées en réponse à des risques préalablement définis. Si ces prestations protègent à chaque fois un individu particulier, le patrimoine sur lequel elles se fondent n’en est pas moins d’origine sociale puisqu’il est constitué des cotisations versées par l’ensemble de ceux qui sont soumis à l’obligation d’assurance ; bien que social, il fait pourtant tout autant fonction « de patrimoine privé » (ibid., p. 310) dans la mesure où il confère des garanties de sécurité individuelle que le patrimoine privé seul permettait jusque là. L’avènement de la société salariale aurait ainsi permis d’incorporer la plupart des fractions du prolétariat à la société dans son ensemble et de constituer celle-ci comme une société intégrée. Sous réserve, toutefois, d’avoir acquis le droit à la sécurité ainsi conférée par la condition salariale. Or ce droit dépend de la participation effective à l’activité.

  • 2  En entendant ici non seulement la bourgeoisie au sens strict – ceux qui possèdent les moyens de pr (...)
  • 3  C’est-à-dire classe contre classe.

6Travail et sécurité vont dès lors de pair, la seconde s’enchâssant en quelque sorte dans le premier. Avant d’y revenir arrêtons-nous toutefois sur la relative pacification des relations sociales rendue possible par l’intégration salariale. En cessant de concerner seulement ceux qui effectuent les travaux d’exécution les moins prestigieux sinon les plus pénibles – qui requièrent essentiellement la force physique du travailleur –, le salariat n’a pas seulement échappé à son indignité congénitale ; en diffusant largement à tous les niveaux d’activité et dans tous les secteurs économiques, tout au long du xxe siècle, il a fini par conférer à la société salariale une relative homogénéité, d’autant que les différenciations au sein du corps social ont cessé de s’exacerber autour d’un affrontement entre travail et capital. Ou, plus exactement, entre catégories ouvrières et fractions de la bourgeoisie 2, entre « eux et nous » selon la formule de Richard Hoggart (1970). Quitte à mettre en jeu des processus de distinction (Bourdieu, 1979) plus subtils : la lutte pour les places (ibid.) se serait ainsi substituée à la lutte des classes tandis que la classe ouvrière échouait à tenir le rôle historique révolutionnaire auquel elle avait prétendu au début du processus de salarisation de la société. Un salariat haut de gamme – dont le cadre a longtemps constitué la figure emblématique en France (Boltanski, 1982) – s’est, en effet, développé et la mobilisation de la société – entendue ici à la fois comme processus qui rend les individus mobiles dans l’espace et leur ouvre des perspectives d’ascension sociale inédites – semblait l’entraîner dans un mouvement de promotion généralisée de tous ses membres : sur fond d’une croissance économique vigoureuse tout au long des fameuses Trente Glorieuses (Fourastié, 1979), l’élargissement de l’accès aux biens de consommation rendu possible par la régulation fordiste et le développement des catégories intermédiaires du salariat ont semblé garantir un progrès social tel qu’il paraissait gommer sinon les différences de condition sociale, du moins les clivages ou les oppositions frontales 3 qui avaient paru structurer les sociétés industrielles au début de leur développement.

7Cette dynamique vertueuse aurait-elle été infléchie, voire stoppée par la crise économique survenue au milieu des années 1970 ? Le mode de régulation fordiste se grippe dès cette époque et l’explosion du chômage tend à rejeter certaines fractions du corps social hors de portée directe d’un système de protection fondé sur la participation effective à l’activité économique. À l’écart de la figure dominante de l’« ayant droit » apparaît une nouvelle figure, marginale d’abord : celle du « fin de droit », qui ne peut plus prétendre aux protections garanties par la condition salariale parce qu’il a été rejeté trop longtemps à la périphérie de l’activité productive et qu’il a épuisé les droits dont il pouvait auparavant se prévaloir. Cette figure passe quasiment inaperçue tant que divers subterfuges – comme la retraite anticipée, par exemple – permettent d’en dissimuler la réalité ; elle n’en suggère pas moins les limites d’une condition salariale qui s’est affirmée en période de croissance économique soutenue mais qui tend à se fissurer dès que la croissance se fait plus hésitante. Au fin de droit fait pendant la figure du jeune chômeur, celui qui peine à trouver un emploi au sortir de la scolarité initiale, qui erre à la périphérie de l’emploi sans pouvoir encore prétendre aux protections garanties par la participation continue aux activités laborieuses, qui « galère » tant qu’il ne parvient pas à s’assurer une position durable dans le monde des activités économiques. Ces deux figures nouvelles rendent visible, dans l’après-coup, le lien entre travail et sécurité : celui-ci s’affaiblit dès que la relation au travail se distend et s’étiole dès qu’elle est rompue trop longtemps ; elles marquent ainsi les limites de la société salariale. Mais aussi : alors que celle-ci avait permis l’intégration des fractions dangereuses qui rôdaient aux marges de la société industrielle sans y avoir de place assurée, voilà qu’elle en rejette d’autres, groupes qui ont perdu leur place ou ne la trouvent pas et sont amenés à hanter les marges de la société de consommation. Quand ils ne sont pas confinés dans des espaces cernés, condamnés à tourner dans leurs banlieues !

8Le salariat ne saurait donc se résumer à cette pratique sociale par laquelle s’organise la rétribution du travail fourni dans le cadre des activités économiques ; en constituant la base d’un dispositif global de protection de salariés de plus en plus nombreux, au point de former l’essentiel de la société, il a n’a pas seulement favorisé une relative cohésion sociale mais fourni également un principe de catégorisation propre à légitimer la distribution des individus dans l’espace social. Bien que le salaire ne suffise, à lui seul, à déterminer la position sociale d’un individu – les différents patrimoines, économique et culturel en particulier, n’ont cessé de constituer d’autres critères de positionnement – la distribution des salaires n’en tend pas moins à s’imposer comme l’échelle décisive du prestige des positions sociales. Il semblerait même que cette capacité du salaire à classer les individus détermine plus que jamais, malgré « l’effritement de la condition salariale » (Castel, 1995), la hiérarchie actuelle des positions sociales. Ne pouvoir accéder au salariat ou s’y maintenir, errer à ses marges rejette l’individu en-dehors de la distribution légitime des places et des prestiges. Resurgissent alors les deux formes de l’insécurité que la société salariale avait fini par juguler : celle qu’éprouvent ceux qui, intégrés au jeu social, s’effraient des comportements délinquants des autres et celle ressentie par ceux qui, dépossédés des protections dont ils avaient joui, en viennent, parfois, à retourner contre eux-mêmes la violence qu’ils subissent. Vulnérables, c’est l’ensemble des liens sociaux qui les maintenaient jusque-là au sein de la société qui risquent de se défaire. Si ces processus de désaffiliation embrayent généralement sur la rupture de la relation d’emploi ou sur les difficultés, pour les jeunes qui entrent dans la vie active, à établir une relation d’emploi durable, leur situation semble trouver son origine dans la flexibilisation des dispositifs de production.

…à la prolétarisation de certaines strates sociales

  • 4  Elles se donnent comme solutions techniques en ce qu’elles prétendent relever non de croyances ou (...)
  • 5  Jennifer Bué, rendant compte d’une enquête sur les différentes formes de flexibilité menée au mili (...)

9Le mot « flexibilité » aurait, nous dit Dominique Meurs, fourni « le maître mot des analyses de la crise des pays industrialisés » : leur manque de flexibilité aurait entrainé les économies occidentales dans la crise, au milieu des années 1970, et seule une plus grande flexibilité pourrait les mettre sur la voie d’un nouvel essor économique (Meurs, 1987). Mais derrière le singulier du mot, se presse une grande diversité de solutions pratiques. Si celles-ci se donnent généralement comme autant de solutions techniques 4, à mettre en œuvre pour faire face aux incertitudes de l’environnement économique et aux fluctuations de l’activité qui en résultent, elles s’appliquent aux dispositifs techniques de production et/ou aux organisations de travail, elles concernent le volume d’emploi et même le marché du travail dans son ensemble. Dans cette dernière perspective se trouvent remises en cause les rigidités qui en auraient bridé le libre fonctionnement ; cette critique rejoint alors l’exigence de souplesse dans la gestion des effectifs employés par l’entreprise, sinon la flexibilité des travailleurs eux-mêmes. Si le repérage du travailleur flexible s’avère difficile 5, la polarisation entre « flexibilité quantitative externe » et « flexibilité qualitative interne » (Boyer, 1986, notamment) s’est progressivement affirmée. La flexibilité qualitative interne concerne davantage la modernisation du dispositif technique de production, l’organisation de l’entreprise et la mobilisation de son personnel ; la flexibilité quantitative externe joue avant tout sur les effectifs de l’entreprise et prend appui sur les moyens par lesquels elle peut les ajuster aux fluctuations de son activité. Ces deux formes typiques de la flexibilisation de l’entreprise n’ont pas atteint les personnels concernés de la même manière : la flexibilité qualitative interne, en tant qu’elle allait de pair avec le recentrage des entreprises sur leur activité principale, sur leur « métier » et, par conséquent, avec l’externalisation des activités périphériques, a souvent abouti à transférer une partie des personnels vers la sous-traitance. La flexibilité externe quantitative, massivement utilisée dans les entreprises de sous-traitance notamment, repose sur une remise en cause radicale des conditions d’emploi.

  • 6  …et, généralement, masculin !
  • 7  L’expression désigne précisément cette fraction du salariat qui continue de bénéficier d’un emploi (...)

10Cette remise en cause s’est produite à travers la multiplication des formes d’emploi sous contrat de travail dérogatoire à la norme fordiste du contrat de travail à durée indéterminée et à temps plein 6 (Maruani & Reynaud, 2004), généralement regroupées sous l’expression « formes d’emploi atypique ». La transformation des conditions d’accès à l’emploi des jeunes sortant du système de formation initiale en donne certainement à voir les conséquences avec la plus grande netteté : le premier emploi est de plus en plus souvent un emploi à durée déterminée ou une mission d’intérim – notamment parmi ceux qui sortent de formation initiale sans diplôme professionnel ou avec des diplômes désormais insuffisants sinon obsolètes – et les jeunes qui courent d’un emploi de courte durée à un autre pendant les premières années de leur vie professionnelle sont de plus en plus nombreux. À l’autre extrémité du cycle de la vie active, certaines formes d’emploi atypique constituent bien souvent les seules solutions pour des travailleurs que la flexibilisation des entreprises ont rejetés hors du noyau dur du salariat 7. Ont ainsi eu tendance à se développer, aux deux extrémités de la population active, des situations dans lesquelles les frontières entre activité et inactivité sont devenues poreuses ou indécises. La condition salariale s’était constituée sur une « ferme séparation » entre activité et inactivité (Castel, 1995) : or les nouveaux modes de gestion de la main d’œuvre, appuyés sur les nouvelles formes d’emploi, ont, dans un contexte de déséquilibre chronique entre une offre d’emploi réduite et une demande pléthorique, favorisé le développement de mécanismes d’appel et de rejet de certaines catégories de main d’œuvre en particulier. Main d’œuvre appelée pour effectuer des travaux n’exigeant que peu ou pas de formation, travaux d’exécution principalement, elle oscille non seulement entre activité et chômage mais encore, quand elle trouve à s’employer effectivement, entre des tâches extrêmement diverses, pouvant aller de la manutention au gardiennage, de la saisie de données à des activités de service aux personnes, etc., sans lien de l’une à l’autre, au hasard d’offres irrégulières.

  • 8  Pour plus de détail sur cette étude, voir Eckert & Mora, 2008 et 2010.
  • 9  Il s’agit alors bien souvent d’un chômage qui n’est plus indemnisé.

11Ces mécanismes d’appel et de rejet s’inscrivent dans une dualisation du marché du travail (Piore & Doeringer, 1971), sinon de la société dans son ensemble : en son centre, ceux des salariés qui continuent de bénéficier du statut hérité des Trente Glorieuses, plus souvent hommes que femmes, relevant généralement des strates sociales intermédiaires sinon supérieures. À sa périphérie des salariés plutôt plus jeunes ou alors plus âgés, femmes bien souvent, relevant des strates les plus modestes et dévolus à des activités d’exécution, dont les protections s’étiolent au rythme incertain de mouvements d’appel et de rejet qui les exposent à diverses formes d’insécurité. Là encore, l’analyse des parcours d’insertion des jeunes en fournit un exemple saisissant ; c’est pourquoi nous prendrons le temps de nous y attarder un instant. L’enquête « Génération 1998 en 2005 », réalisée par le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq), a permis de suivre, de mois en mois, les parcours d’insertion d’une cohorte de jeunes sortis de formation initiale en 1998, tout au long des sept années qui ont suivi. L’information recueillie au cours de l’enquête ne permettait pas seulement de connaître le statut des emplois successivement occupés par les uns ou par les autres mais aussi de mesurer la durée de ces emplois et, plus généralement, d’évaluer les durées pendant lesquelles ces individus avaient réussi à se maintenir continûment en emploi, qu’ils n’aient occupé qu’un seul emploi, long, ou plusieurs emplois successifs, sans interruption de l’activité entre ces emplois. Il devenait ainsi possible de croiser, tout au long du parcours de chaque individu, le statut de l’emploi occupé un mois donné avec la durée effective de la relation d’emploi à la même date. Une analyse statistique de ces informations a permis de mettre en évidence neuf parcours typiques, qu’il a été possible d’affecter à quatre régimes d’insertion différents 8 : deux d’entre eux montrent comment ces jeunes parviennent progressivement, assez rapidement pour les uns, plus péniblement pour les autres, à rejoindre le noyau dur du salariat. Les deux autres montrent comment une part non négligeable de ces jeunes reste, pendant les sept années de leur présence dans la vie active, en périphérie de ce noyau dur, soit parce que, alors même qu’ils ont réussi à se maintenir continûment en activité, ils n’ont pas pour autant accédé à un emploi sous contrat à durée indéterminée, soit parce qu’ils continuent d’alterner emplois courts et périodes plus ou moins longues de chômage ou d’inactivité 9.

  • 10  Les résultats ici évoqués sont développés dans les deux articles cités à la note 8.
  • 11  Avec toutes les conséquences sur la possibilité de s’installer dans la vie…

12Nous avons, dans le premier de ces deux cas, parlé de « précarité paradoxale » 10 : la précarité des situations apparaît comme paradoxale en ce que, malgré un contrat de travail à durée déterminée et la nécessité de le renouveler régulièrement, voire de retrouver non moins régulièrement un nouvel emploi, les individus concernés parviennent, étonnamment, à se maintenir continûment en emploi. Ils s’assurent ainsi un revenu régulier sans pour autant pouvoir se prévaloir de cette régularité lorsqu’ils recherchent un logement ou un crédit, par exemple 11. Leur projection dans le futur ne peut guère aller au-delà de l’échéance de leur contrat de travail. Leur situation n’est pourtant pas la plus critique. Nous avons, dans le deuxième cas, parlé d’« éloignement de l’emploi durable » : à l’instar des précaires paradoxaux, les individus concernés n’ont pas plus réussi à accéder à l’emploi sous contrat à durée indéterminée et à temps plein mais, en outre, ils ne parviennent pas à se maintenir en emploi durablement. Ils alternent les périodes d’emploi avec des périodes de chômage, ne peuvent pas toujours prétendre à l’indemnisation de ces dernières et sont confrontés à une irrégularité chronique de leurs revenus. Si leur rapport à l’emploi reste aléatoire, ils sont aussi exposés à la pauvreté, sauf à bénéficier des revenus d’un conjoint ou à trouver d’autres solutions, dans la débrouille ou le travail au noir notamment. Or ces parcours sont loin d’être marginaux : ils ont été empruntés par environ un individu sur sept sortis de formation initiale en 1998. Si l’on tient compte de la part des individus qui ont connu des parcours de précarité paradoxale, là encore un individu sur sept environ, il s’avère qu’environ un tiers des jeunes sortis de formation initiale en 1998 ont été tenus éloignés du salariat consolidé, tel qu’il avait été promu durant les Trente Glorieuses. Une partie d’entre eux s’en tient d’ailleurs tellement loin qu’elle paraît avoir abdiqué : il s’agit souvent de jeunes femmes peu diplômées, issus de milieux sociaux particulièrement modestes, qui se replient finalement sur des activités domestiques.

13Un autre facteur contribue à maintenir certaines catégories de jeunes sur le segment secondaire du marché du travail, c’est-à-dire à la périphérie du noyau dur du salariat. Souvent sortis de formations initiales trop tôt interrompues, sans diplôme ou pourvus de diplômes dévalorisés, ces jeunes se caractérisent avant tout par leur origine populaire et, plus particulièrement, par leur origine immigrée. Sévissent en la circonstance les mécanismes pernicieux et délétères de la discrimination pour raisons ethniques ou sociales. Résider dans un quartier stigmatisé et vilipendé peut suffire à contrarier l’embauche, sinon sur des emplois que les entreprises n’arrivent pas à pourvoir. Mais le nom ou la couleur de la peau jouent encore plus violemment contre les jeunes issus de l’immigration : pour la plupart d’entre eux, le recours aux agences de travail intérimaire constitue alors l’alternative aux déconvenues qu’ils ont subies ou simplement pressenties. S’ils parviennent ainsi à obtenir des missions plus ou moins longues ou plus ou moins régulières, ils ne s’en trouvent pas moins comme pris au piège d’un mécanisme pernicieux : accéder à des emplois courts, disparates bien souvent, accumuler une expérience professionnelle qu’ils espèrent valoriser dans la quête d’un emploi pérenne mais sans toujours aboutir et, par conséquent, retourner encore et encore vers les agences de travail intérimaire, dont ils constituent dès lors une clientèle captive. Ils se trouvent alors exposés non seulement aux risques du découragement mais aussi aux tentations variées de l’argent facile, celui qui se gagne avec moins d’effort, du moins en apparence, et plus vite dans le trafic de drogue ou les autres « bizness » possibles. Ces jeunes affrontent alors à tous les dangers : celui de la perte des protections assurées par la participation à l’activité professionnelle déclarée et celui de la spirale délinquante. Leur hantise était pourtant, au sortir de l’école, de « partir en vrille » du fait de ne pas travailler et, a contrario, leur espoir ou leur projet de trouver vite un emploi durable (Eckert, 2006).

La précarité, envers de la flexibilité

14Que peut toutefois signifier l’expression : emploi précaire ? Appliquée à ceux des emplois qui dérogent à la norme de l’emploi sur contrat à durée indéterminée et à temps plein, aux emplois dits atypiques, elle s’avère au mieux paradoxale, voire totalement contradictoire. La durée et, par conséquent, le terme de ces emplois sont connus des parties prenantes du contrat de travail alors que celui-ci ne peut être rompu par aucune d’elles, sauf conditions exceptionnelles. Emplois sous contrats à durée déterminée ou missions d’intérim ne sauraient donc être dits précaires dès lors que le mot désigne, selon l’usage courant que nous avons rappelé en introduction : « dont on ne peut garantir la durée, la solidité, la stabilité ; qui, à chaque instant, peut être remis en cause » (Trésor de la langue française). Il en va tout autrement dès lors que l’on ne considère plus l’emploi lui-même mais la situation globale d’un individu qui alterne emplois atypiques et périodes de non-emploi, restant par là-même éloigné du noyau dur du salariat. La situation professionnelle et sociale de cet individu est effectivement précaire en ce qu’elle ne lui garantit aucun revenu régulier, ne lui laisse entrevoir aucun avenir assuré et le place dans la dépendance des fluctuations du marché du travail et de celle de l’employeur qui voudra bien faire appel à lui. Cette précarité-là, violente, ne peut alors être perçue et cernée qu’à la condition, pour l’observateur extérieur, de replacer la question actuelle du salariat dans la perspective de son histoire et, plus particulièrement, dans son lien avec le compromis auquel avaient abouti les Trente Glorieuses mais aujourd’hui contesté. S’il paraît ainsi impossible de parler de la précarité de la situation sociale de certaines fractions de la population active ou d’autres situées à sa périphérie sans l’inscrire dans l’histoire du salariat, il parait encore moins possible de faire abstraction des rapports sociaux dans lesquels sont pris les individus concernés.

  • 12  Au sens que ce mot lorsqu’il est dit de quelqu’un qu’il a fait « une belle carrière. »

15Le point de vue du salarié précarisé n’est pourtant pas tout à fait le même que celui de l’observateur extérieur. Si ce dernier doit nécessairement faire le détour par l’histoire du salariat pour comprendre la situation du salarié précarisé, lui n’est, en revanche, pas obligé d’en faire autant. Faut-il parler d’une mémoire salariale immanente, d’une mémoire qui permettrait à tout salarié d’avoir l’histoire du salariat comme présente à son esprit ? Il s’agirait alors plutôt d’une mémoire incorporée au point de susciter les aspirations et de régler les comportements des individus concernés. Non pas nostalgie d’un passé illuminé mais bien plutôt mémoire active, structurante de l’habitus des salariés. Pour reprendre encore l’exemple des jeunes qui entrent dans la vie active : ils ne sont pas seulement imprégnés des conditions dans lesquelles leurs aînés – les plus anciens du moins – ont vécu leurs vies professionnelles avant de devoir, parfois, affronter les situations nouvelles imposées par la flexibilisation des conditions de travail et d’emploi. Ils savent aussi, immédiatement, vers où ils veulent aller : ils ont le noyau dur du salariat sous leurs yeux, constatent que nombre d’entre eux continuent d’y accéder, voire la majorité d’entre eux. La plupart de ceux, du moins, qui ont obtenu les diplômes suffisants, malgré les circonstances nouvelles et les discours idéologiques sur la nécessité de s’adapter, de se plier aux conditions nouvelles. Pour le dire d’un mot : d’être mobiles. Ils constatent ainsi que certains ont bougé, ont évolué dans leurs carrières et que leurs carrières, sauf accident, les mèneront vers d’autres positions ou d’autres activités, mieux rémunérées et plus prestigieuses. Mais là est précisément le problème : ils n’en savent pas moins que leurs mobilités, d’un emploi atypique vers un autre, n’ont rien à voir avec celles des individus qui ont accédé au noyau dur du salariat, que leurs mobilité ne s’inscrivent pas dans une carrière ascensionnelle, qu’ils n’ont pour l’instant aucune perspective de carrière parce qu’aucune « carrière 12 » ne s’ouvre véritablement à eux. Tout au plus en sont-ils à espérer que l’accumulation des missions d’intérim, des emplois à durée déterminée, leur permettra de faire valoir une expérience professionnelle, celle qui leur a fait défaut jusque-là et dont le défaut a trop souvent servi d’argument pour leur refuser l’embauche définitive. Mais encore : comment pourront-ils faire valoir une expérience professionnelle faite d’épisodes de travail sans lien, sans cohérence sinon celle d’un acharnement à ne pas partir en vrille ?

16Surgit ainsi, derrière la situation alarmante de ces jeunes en quête d’une insertion durable dans l’emploi ou de ces anciens, exilés du noyau dur du salariat et inquiets de n’y retrouver jamais une place, la conscience d’un écart, d’une différence d’avec les autres, ceux qui se sont jusque-là maintenus dans le noyau dur du salariat ou parviennent encore à y accéder. Cette conscience est en même temps celle d’un rapport social nouveau, qui se structure dans l’ombre de l’étiolement du salariat, d’un rapport social qui les relègue aux marges de la société protégée, dans une situation d’infériorité sociale. La conscience de ce rapport les pousse soit à s’insurger contre ses effets ou à rechercher ailleurs les protections qu’ils ne trouvent plus dans l’activité professionnelle, voire à jouer avec les règles du système pour s’adjuger de manière illicite les avantages qu’ils ne peuvent obtenir de manière licite. La précarité prend ainsi toute sa consistance dans l’expérience douloureuse de leur relégation, comme surnuméraires ou force d’appoint, sollicitée selon les conjonctures. Récuser cette expérience ou n’en pas vouloir prendre la mesure ne peut alors relever que de l’affirmation d’un point de vue normatif, qui pose le salariat consolidé hérité des Trente Glorieuses comme un obstacle au libre fonctionnement du marché du travail : comme tout marché, ne doit-il pas être libre ? En somme : livrer le sort du salarié au fonctionnement d’un marché qui n’en considère pas l’existence vivante sinon comme celle d’un agent qui doit se plier aux exigences d’un modèle théorique. D’un modèle qui en fait un individu isolé, séparé à nouveau de ceux qui affrontent les mêmes situations, dépossédé des protections qu’un souci de cohésion sociale avait mises en place après les déchirements qui conduisirent au cataclysme de la seconde guerre mondiale (Polanyi, 1983). Au bout de cette cécité : la prolétarisation de certaines fractions de la jeunesse, de certains aînés et de tant de femmes en nécessité de retravailler.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Boltanski L. (1982), Les Cadres, la formation d’un groupe social, Paris, Éditions de Minuit.

Bouffartigue P. (2001), « Les transformations d’un salariat de confiance », dans Bouffartigue P. (éd.), Cadres : la grande rupture, Paris, Éditions La Découverte.

Boyer R. (1986), La Flexibilité du travail en Europe, Paris, Éditions La Découverte.

Bué J. (1989), « Les différentes formes de flexibilité », Travail et emploi, n° 41, 3ème trimestre.

Bourdieu P. (1979), La Distinction, esquisse du théorie du goût, Paris, Éditions de Minuit.

Castel R. (1995), Les Métamorphoses de la question sociale, une chronique du salariat, Paris, Éditions Fayard.

Chevalier L. (1958), Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXème siècle, Paris, Éditions Plon.

Eckert H. (2006), Avoir vingt ans à l’usine, Paris, Éditions La Dispute.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Eckert H. & V. Mora (2008), « Formes temporelles de l’incertitude et sécurisation des trajectoires dans l’insertion professionnelle des jeunes », Travail et emploi, n°113.
DOI : 10.4000/travailemploi.4341

Eckert H. & V. Mora (2010), « Des trajectoires aux régimes d’insertion des jeunes en France », dans Papinot C. & M. Vultur (dir.), Les Jeunesses au travail. Regards croisés France-Québec, Québec, Presses de l’Université Laval.

Fourastié J. (1979), Les Trente Glorieuses ou la révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, Éditions Fayard.

Hoggart R. (1970), La Culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit.

Maruani M. & E. Reynaud (1993 pour la première éd.), Sociologie de l’emploi, Paris, Éditions La Découverte.

Marx K. (1844), Manuscrit de 1844, cités ici d’après l’édition GF-Flammarion (1996), Paris.

Meurs D. (dir.) (1987), « La flexibilité du travail », Les cahiers français, n° 231.

Piore M. & P. Doeringer (1971), Internal Labor Markets and Manpower Adjustment, New York, D.C. Heath and Company Editions.

Polanyi K. (1983), La Grande transformation, aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Éditions Gallimard.

Renner K. (1953), « The service class », dans Bottmore T. & P. Goode (dir.), Austro Marxism, Oxford, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1  Entendons par là, conformément à la pensée du « jeune Marx », la condition de celui « qui, sans capital ni rente foncière, vit uniquement du travail, d’un travail unilatéral et abstrait » (Marx, 1844). En somme : celui qui vend sa force de travail contre salaire. Au début de l’ère industrielle : l’ouvrier.

2  En entendant ici non seulement la bourgeoisie au sens strict – ceux qui possèdent les moyens de production – mais aussi les différentes strates de la petite bourgeoisie, notamment de cette « classe de service » (selon une expression de JohnGoldthorpe, reprise du juriste, sociologue et homme politique autrichien Karl Renner via Ralf Gustav Dahrendorf) désignée aussi comme « salariat de confiance » (expression reprise du même Karl Renner, 1953 par Paul Bouffartigue, 2001), sur laquelle la bourgeoisie s’appuie pour faire fonctionner le système économique.

3  C’est-à-dire classe contre classe.

4  Elles se donnent comme solutions techniques en ce qu’elles prétendent relever non de croyances ou de partis pris idéologiques mais exclusivement d’une stricte exigence de rationalité économique.

5  Jennifer Bué, rendant compte d’une enquête sur les différentes formes de flexibilité menée au milieu des années 1980 en France, constatait l’impossibilité de trouver dans la réalité ce travailleur qui correspondrait aux principales exigences de flexibilité (Bué, 1989).

6  …et, généralement, masculin !

7  L’expression désigne précisément cette fraction du salariat qui continue de bénéficier d’un emploi sous contrat à durée indéterminée et à temps plein – l’emploi typique, en quelque sorte – et qui regroupe essentiellement des salariés qui ont entre 30 et 55 ans.

8  Pour plus de détail sur cette étude, voir Eckert & Mora, 2008 et 2010.

9  Il s’agit alors bien souvent d’un chômage qui n’est plus indemnisé.

10  Les résultats ici évoqués sont développés dans les deux articles cités à la note 8.

11  Avec toutes les conséquences sur la possibilité de s’installer dans la vie…

12  Au sens que ce mot lorsqu’il est dit de quelqu’un qu’il a fait « une belle carrière. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Eckert, « « Précarité » dites-vous ? », SociologieS [En ligne], Débats, La précarité, mis en ligne le 27 septembre 2010, consulté le 17 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3285

Haut de page

Auteur

Henri Eckert

Université de Poitiers, France - he.eckert@wanadoo.fr

Haut de page