Navigation – Plan du site
La précarité

Introduction au débat sur « La précarité »

La rédaction de SociologieS

Texte intégral

1Les concepts sont-ils nationaux ? Ne prennent-ils tout leur sens que dans le contexte particulier dans lequel et pour lequel ils ont été forgés ? Sont-ils au contraire extensibles, d'emblée adaptables à d'autres réalités comme à d'autres univers de représentation du social ? Subissent-ils toutefois des transformations ou des réagencements pour devenir compatibles ? La question n'est pas neuve. Elle a fait déjà l'objet de nombreux débats, en témoignent par exemple les discussions, initiées par Georges Gurvitch à son retour des États-Unis, sur les usages différenciés des notions de contrôle social et de régulation sociale dans la sociologie américaine et dans la sociologie française ; en témoignent aussi les critiques émanant de sociologues sud-américains ou arabes sur le caractère occidental ou nordiste de la tradition sociologique d'où sont puisés nombre de concepts aujourd'hui largement usités.

2Nous avons voulu ré-ouvrir ce débat autour d'un concept qui s'est imposé depuis un peu plus d'une décennie, à partir notamment d'une sociologie de l'emploi et des formes de travail. En sollicitant deux collègues de part et d'autre de l'Atlantique, Henri Eckert et Mircea Vultur, nous avons souhaité interroger l'universalité du concept de précarité. Et d'emblée des écarts surgissent, notables et profonds, interrogeant l'évidence d'une acception unique et partagée et invitant le lecteur à revoir sa copie et à entrer dans la discussion critique. Loin de réduire leurs lectures contrastées de la précarité au simple produit d'une divergence normative et politique, irradiant sa compréhension, chacun des deux auteurs s'attache à contextualiser cette dernière et à la rapporter aux représentations de la flexibilité/fluidité du marché de l'emploi. Pour l'un, le travail atypique, en tant que forme d'amoindrissement du salariat, fragilise l'insertion dans l'emploi et plus largement obère de nombreuses perspectives de vie, donnant à la précarité une coloration fortement négative notamment pour les plus jeunes. Pour l'autre, ce constat doit être relativisé car le travail atypique ne présente pas les mêmes caractéristiques dans tous les contextes nationaux et dans tous les secteurs d'emploi. Dans certaines configurations, la fluidification de l'accès à l'emploi, notamment pour les plus jeunes, est davantage vue positivement. En favorisant la mobilité, la précarité devient en ce sens un moment de la biographie professionnelle pendant laquelle, dans une logique ouverte de tâtonnements, s'élaborent des choix de carrière et se construit de l'expérience professionnelle.

3On le voit, le débat est ouvert. Entre précarisation pensée comme risque d'éloignement durable de l'emploi typique et des formes de protection sociale qui y sont accolées et précarisation utilisée comme une opportunité de construire son insertion dans l'emploi, le fossé est immense. Mais, loin de se réduire à une nouvelle évidence, un tel constat impose de reprendre le travail sur le métier conceptuel et de prolonger la réflexion ici engagée.

4Le point de vue d’Henri Eckert est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/​index3285.html et celui de Mircea Vultur à l’adresse : http://sociologies.revues.org/​index3287.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

La rédaction de SociologieS, « Introduction au débat sur « La précarité » », SociologieS [En ligne], Débats, La précarité, mis en ligne le 27 septembre 2010, consulté le 17 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3284

Haut de page

Auteur

La rédaction de SociologieS

Articles du même auteur

Haut de page