Navigation – Plan du site
La Montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu

Grand résumé de La Montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Paris, Éditions du Seuil, La couleur des idées, 2009

Suivi d’une discussion par Frédéric Leseman et Michel Messu
Robert Castel

Notes de la rédaction

La discussion de l’ouvrage par Frédéric Lesemann est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3280.html et celle par Michel Messu à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3282.html

Texte intégral

1Ce titre La Montée des incertitudes m’a paru exprimer d’une manière synthétique une transformation fondamentale qui s’est produite en une quarantaine d’années dans notre façon d’envisager l’avenir et les manières d’avoir prise sur lui. Dans les années 1960 et au début des années 1970 encore, presque tout le monde en France pensait que « demain serait meilleur qu’aujourd’hui », ou en termes plus savants que nous étions engagés sur une trajectoire de progrès économique et social qui s’était imposée durant la période dite des « Trente glorieuses ». En fait ces années avaient été à bien des égards peu glorieuses et il subsistait de fortes inégalités, de grandes injustices, des poches de pauvreté, des violences institutionnelles et des rapports impitoyables de domination. La période était aussi caractérisée par une forte conflictualité sociale, et par exemple 1968 a été marqué en France par la plus grande grève de l’histoire sociale. Mais que cette France ne fût pas alors un paradis social n’entamait pas la croyance que nous allions vers un avenir meilleur. Pour les plus radicaux, cela signifiait que les lendemains chanteraient après la Révolution. La plupart des autres semblaient au moins assurés que leur sort s’améliorerait, que leur emploi ou leur retraite étaient garantis, que leur salaire augmenterait et qu’ils pouvaient programmer l’entrée de leurs enfants à l’Université en étant persuadés qu’ils auraient ainsi une situation supérieure à la leur, etc.

2Aujourd’hui ce sont les opinions contraires qui prévalent. Les enquêtes sociologiques comme les sondages l’attestent. La crainte de l’avenir l’emporte. Il y a même paraît-il plus de la moitié des Français qui ont peur de devenir un jour SDF. Même si cette crainte est exagérée, elle pousse à la limite le retournement assez extraordinaire qui s’est produit dans notre façon d’anticiper le futur. L’avenir apparaît désormais porteur de davantage de menaces que de promesses. Au mieux, il semble aléatoire, et en tout état de cause il faudrait être bien prétentieux pour dire aujourd’hui de quoi demain sera fait.

3Que s’est-il passé en quelques décennies qui a bouleversé les fondements sur lesquels reposait la croyance au progrès social ? Pour donner d’emblée l’idée directrice qui sous-tend les analyses proposées, je dirai qu’il s’est produit une « grande transformation » qui me paraît avoir l’ampleur de celle que Karl Polanyi a magistralement analysée pour la période de l’implantation du capitalisme industriel. Depuis le début des années 1970 où l’on a commencé à parler de « la crise », et même si nous avons mis un certain temps à le réaliser, nous sommes entrés dans une nouvelle dynamique économique plus agressive, qui joue la concurrence exacerbée au niveau de la planète sous l’hégémonie du capital financier international. Ce nouveau régime du capitalisme prend à contre-pied, fragilise et parfois détruit des formes d’organisation sociale qui s’étaient imposées à la fin du capitalisme industriel.

4Il est évidemment impossible de présenter une théorie d’ensemble de ces transformations, ne serait-ce que par ce qu’il s’agit d’un processus en cours qui n’a pas épuisé la totalité de ses effets. On peut cependant commencer à dégager certaines de ses lignes de force en montrant comment le changement affecte différents secteurs essentiels de notre organisation sociale. La Montée des incertitudes comprend trois parties qui présentent les trois thématiques qui m’ont paru particulièrement significatives pour rendre compte de ces transformations en cours.

  • 1. Les dérégulations du travail dans le sens d’une remise en question du droit du travail et du statut de l’emploi et du développement de la précarité.

  • 2. La reconfiguration des protections dans le sens de la restriction des droits et d’une remontée de l’insécurité sociale.

  • 3. Les chemins de la désaffiliation, ou comment certaines catégories d’individus se retrouvent déstabilisées et menacées d’invalidation sociale dans cette nouvelle conjoncture.

5Sans reprendre le contenu spécifique de la quinzaine d’analyses ainsi rassemblées, je présente ici l’articulation de ces trois thèmes. Je réinterprète ainsi l’argumentation de l’ensemble de l’ouvrage sous une forme synthétique.

Les dérégulations du travail

6Elles me paraissent à l’épicentre des transformations en cours. On peut rappeler que le capitalisme industriel lui aussi avait commencé à s’implanter d’une manière très sauvage. Témoin par exemple la condition des prolétaires des débuts de l’industrialisation, qui perdaient littéralement leur vie à la gagner dans une insécurité sociale totale. Cependant, à la suite d’une longue histoire de plus d’un siècle faite de luttes et de conflits parfois très violents, une certaine forme d’équilibre avait été trouvée. C’est ce que l’on a appelé « le compromis social » du capitalisme industriel. Équilibre entre, disons pour aller vite, les intérêts du capital et ceux du travail. En effet il était compatible d’une part avec la rentabilité et la compétitivité des entreprises qui prospéraient durant cette période. Mais d’autre part, en contrepartie de leur subordination, les travailleurs bénéficiaient de sécurités et de protections garantis par le statut de l’emploi. Équilibre quelque peu boiteux comme tous les compromis, qui n’excluait pas les conflits, beaucoup d’injustices et de très fortes inégalités. C’était une réponse « réformiste » par rapport aux espoirs d’émancipation totale que portait la Révolution. Mais ce n’était pas pour autant un changement marginal. Pour s’en convaincre il suffit de comparer la situation précédemment évoquée des prolétaires du xixème siècle avec celle d’un salarié moyen des années 1960. Le prolétaire misérable et méprisé était devenu un salarié protégé bénéficiaire de ressources et de droits de nature à lui assurer une certaine indépendance économique et sociale.

7Cette condition salariale solide qui paraissait s’affirmer et devenir hégémonique en situation de quasi-plein emploi est actuellement remise en question. Le développement d’un chômage de masse et d’une précarisation des relations de travail sont sans doute les deux caractéristiques nouvelles par rapport à la situation qui prévalait à la fin du capitalisme industriel. C’est un changement considérable qui tend à dissoudre le socle sur lequel s’était construite la société salariale. Aussi important sans doute que le drame du chômage, il faut souligner l’importance du développement d’activités en deçà de l’emploi. Si le statut de l’emploi (CDI fermement encadré par le droit du travail et la protection sociale) demeure encore majoritaire en termes de stocks (de l’ordre de 60%), environ 73% des nouvelles embauches se font sous des formes dites « atypiques » d’emploi comme les CCD et l’intérim. Mais ces formes « atypiques » sont loin de représenter l’ensemble des activités en-deçà de l’emploi classique. « Contrats aidés », stages plus ou moins rémunérés, services à la personne qui se réduisent souvent à quelques heures par semaine, différents types de travail à temps partiel, contrats courts y compris dans le service public, etc. : c’est la nébuleuse en expansion des situations de travaux précaires, d’alternance de périodes d’emploi et de périodes de non-emploi. De telle sorte qu’il faudrait aujourd’hui reconsidérer ce que l’on entend par précarité. Dans un nombre croissant de cas la précarité n’est plus une période transitoire plus ou moins difficile à vivre en attendant de déboucher sur « l’emploi durable ». La précarité peut devenir, paradoxalement, un état permanent. On peut faire l’hypothèse du développement d’un « précariat » qui se constitue comme une strate permanente de la division du travail, une sorte d’infra-salariat au-dessous du salariat représenté par le statut classique de l’emploi.

8Cette tendance est d’autant plus forte qu’elle est alimentée par les pressions qui s’exercent pour une mise au travail à n’importe quel prix et à n’importe quelles conditions. C’est l’obligation inconditionnelle de travailler, proclamée jusque dans les plus hautes sphères politiques, et associée à la condamnation des assistés, accusés de vivre aux crochets de ceux qui travaillent, voire des chômeurs, soupçonnés d’être des « chômeurs volontaires ». Mais s’il faut absolument travailler pour ne pas être un mauvais pauvre, il ne faut pas être trop regardant, et même pas regardant du tout, sur les conditions de travail et les contreparties attachées au travail en termes de salaire, de droits et de protections. C’est ainsi par exemple que l’on devient un travailleur pauvre. Et effectivement cette catégorie est réapparue depuis une dizaine d’années dans notre paysage social : on peut travailler sans acquérir pour autant les conditions minimales de son indépendance économique et sociale pour soi-même et pour sa famille.

9Plus généralement, si ces tendances continuent à s’accuser, nous nous dirigeons vers une société de pleine activité qui ne serait pas une société de plein emploi. Ce serait une société dans laquelle tout le monde travaillerait, ou presque, et serait plus ou moins obligé à le faire, mais souvent dans des situations tellement dégradées où l’on ne pourrait plus parler d’emploi au sens un peu rigoureux du mot. On pourrait ainsi grignoter le chômage et à la limite le résorber par une prolifération d’activités en deçà de l’emploi.

10C’est là une ligne d’analyse que j’ai déployée, sans prétendre qu’elle recouvre l’ensemble des situations de travail. Mais elle en dit assez pour aider à prendre conscience de la grande détérioration de la condition salariale amorcée dans les années 1970.

La reconfiguration des protections

11Ces transformations intervenues dans l’ordre du travail ont des incidences directes sur le régime des protections. Que cette relation soit directe est une quasi-évidence si l’on sait que, surtout en France, les protections sociales, ou en tout cas les protections les plus fortes, ont été construites sur la base de conditions stables de travail (le système des assurances). Si ce socle s’affaisse, on comprend que ce régime de protection soit gravement affecté. Il est même doublement affecté.

12- Dans son financement, dans la mesure où ce financement reposait pour l’essentiel sur les cotisations salariales et patronales issues du travail. Avec le chômage de masse et la précarisation des situations de travail, plus l’allongement de la durée de la vie, la proportion entre le nombre des actifs et le nombre des inactifs change profondément. À la limite une minorité d’actifs devraient cotiser pour une majorité d’inactifs, ce qui risque de faire exploser le système.

13- Mais ce régime de protections est aussi profondément affecté dans sa structure même, dans la mesure où un nombre croissant d’individus ne sont pas ou sont très mal « couverts » par ce type de protections, soit qu’ils ne travaillent pas, soit qu’ils travaillent dans des conditions telles que leur travail « n’assure » que très imparfaitement leur protection.

14C’est ainsi qu’à partir du milieu des années 1970 on voit se développer des formes de protection qui obéissent à une logique différente. C’est la logique des minima sociaux, accordés sous condition de ressources à différents types de publics dans le besoin et que le RMI, actuellement remplacé par le RSA (revenu de solidarité active) exemplifie. On peut y associer une nébuleuse de mesures du type politiques d’insertion, politique de la ville et la foule des mesures dites « de lutte contre la pauvreté et l’exclusion », voire le traitement social du chômage.

15Sans assimiler les unes aux autres ces dispositions qui forment un paysage complexe, il faut remarquer en premier lieu que les aides qu’elles procurent sont inférieures à celles qui sont construites à partir du travail. Ensuite elles sont accordées sous conditions, c’est-à-dire que, même si certaines correspondent à des droits, leurs bénéficiaires doivent manifester qu’ils sont en quelque sorte en-deçà du régime commun, qu’ils sont dans le besoin et relèvent d’une assistance. Cette situation peut avoir des effets profondément stigmatisants comme l’illustre l’évolution de la représentation du RMI très largement accueilli à sa création en 1988 comme une mesure positive par l’opinion publique et par le milieu politique. Mais la qualification de « Rmiste » est progressivement devenue pour beaucoup une étiquette péjorative, et même pour certains infâmante.

16On peut ajouter que, parallèlement, le droit de pouvoir disposer de ce type de secours est progressivement remis en cause. Au nom de « l’activation des dépenses passives » les bénéficiaires sont incités, pour ne pas dire obligés, de s’impliquer pour mériter d’être secourus. C’est une logique de la contrepartie, du donnant-donnant, qui évoque davantage les transactions marchandes que l’inconditionnalité d’un droit dont bénéficieraient tous les citoyens. Certes responsabiliser les individus est un objectif louable car il n’est jamais bon d’être un pur assisté. Mais il faudrait sans doute s’interroger plus sérieusement sur les conditions minimales dont les individus en grandes difficultés devraient pouvoir disposer avant de leur demander de jouer le jeu de l’autonomie. À défaut on risque de culpabiliser celui qui échoue dans la réalisation de ses « contrats » ou des ses « projets » et de l’enfoncer dans son malheur.

17Ce type d’analyses n’est pas inspiré par une intention de critique radicale de ces nouvelles formes de protections, car ces publics qui échappent aux protections du travail ont effectivement besoin d’être aidés. Mais il faut réfléchir aux ambiguïtés profondes de la reconfiguration actuelle de la protection sociale qui est en train de construire d’assez curieuses situations qui devraient mériter toute l’attention du sociologue. Par exemple le RSA en cours d’implantation va incontestablement rendre service à un grand nombre de personnes qui en ont absolument besoin. Il a aussi le mérite d’inciter à la prise ou à la reprise du travail pour sortir de la dépendance de l’assistance. Cependant on peut craindre que très souvent ce travail sera ce type d’activités médiocres, partielles et mal rémunérées évoquées au point précédent. Ainsi dans un grand nombre de cas le travail ne pourra pas assurer l’indépendance économique et sociale du travailleur. Dès lors un même individu sera et est déjà pour une part (un quart, à moitié, aux trois-quarts selon les circonstances et les moments) un travailleur, il aura un salaire et même souvent un patron – et pour l’autre part il sera un assisté puisqu’il continuera d’avoir besoin de l’aide publique pour vivre ou pour survivre. Curieuse situation en effet, et très insatisfaisante pour l’esprit et encore plus pour ceux qui le vivent, où les frontières entre en travail et assistance se brouillent. Le RSA n’est pas la seule situation de ce type. Ces formes hybrides d’innovation sociale illustrent en tout cas la double dégradation du travail et des protections, et les relations étroites qu’elles entretiennent.

Les chemins de la désaffiliation

18Ces transformations profondes du travail et des protections ont ainsi une incidence directe sur le statut de l’individu, ou du moins sur certaines catégories d’individus que j’appelle « individus par défaut ». Autrement dit la dégradation du travail et des protections peut entrainer une dégradation de l’individu lui-même, de sa capacité à se conduire avec un minimum d’indépendance et d’exercer ses responsabilités dans la société. Cette implication se comprend si on convient que l’individu social n’est pas une entité qui tombe du ciel armée de ses capacités. Pour pouvoir se conduire par lui-même un individu a besoin de ce que j’appelle des supports.

19L’histoire sociale montre que l’individu moderne, pour être affranchi du besoin et pouvoir se conduire comme un agent responsable, a d’abord eu besoin du support de la propriété. C’est pourquoi les prolétaires et autres misérables n’avaient pas à proprement parler le statut d’individus. Ils étaient complètement méprisés, perçus comme de « nouveaux barbares » comme on disait à l’époque, et n’avaient rien de commun avec la conception de l’individu libre et responsable inscrite dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

20Ces misérables ont accédé au statut d’individus à part entière lorsqu’ils ont acquis, ou conquis, des ressources et des droits suffisants pour être affranchis des besoins immédiats et capables d’assurer par eux-mêmes un minimum d’indépendance. On pourrait dire qu’il y a eu une généralisation, ou une démocratisation, de la possibilité d’être positivement un individu lorsque la majorité de la population d’un pays comme la France a pu disposer d’une propriété sociale faire de droits, de ressources et de protections suffisants pour constituer les conditions sociales de l’autonomie. Mais il faut souligner le fait que – du moins pour les non-propriétaires – ce statut de l’individu a été étroitement connecté à la consistance de la condition salariale. C’est en particulier de la solidité du statut de l’emploi en situation de quasi-plein emploi que le travailleur tirait l’essentiel de ses ressources et de ses protections pour lui-même et pour ses « ayants droit ».

21On conçoit donc que lorsque ce statut se fissure, et à plus forte raison lorsqu’il se désagrège et disparaît, ce soit l’individu lui-même qui se fragilise et à la limite se trouve complètement invalidé. C’est le cas du chômeur de longue durée par exemple, et les enquêtes sur le chômage montrent bien que ce ne sont pas seulement des revenus que le chômeur perd, mais que son identité sociale se fissure. C’est aussi le cas du jeune qui galère à la recherche d’un premier emploi et survit au jour la journée d’un peu d’aide sociale, d’un peu d’aide familiale, et parfois de plusieurs expédients plus ou moins légaux. Mais il faut ajouter d’autres catégories comme celles des travailleurs pauvres, des travailleurs précaires et des « bénéficiaires » de ces formes hybrides d’assistance que l’on a précédemment évoquées. Ce sont des zones grises de notre formation sociale en voie d’expansion.

22Il faut poser la question : « qu’est-ce que signifie être un individu dans ces conditions ? ». Cette question n’implique évidemment aucun mépris pour ces personnes qui sont incontestablement des individus au sens où elles ont des plaisirs et des peines, des besoins, des envies et des malheurs comme tout le monde. Et même le plus souvent elles ont la volonté de pouvoir être des individus d’une manière autonome et de conduire elles-mêmes leur vie. En effet l’injonction d’être un individu est aujourd’hui omniprésente dans notre société et presque personne n’y échappe. Mais ces individus n’ont pas les moyens d’être les individus qu’ils voudraient être. Ils sont en défaut de ressources, de supports pour réaliser cette aspiration (« individus par défaut »). Ils sont souvent condamnés à vivre aux abois dans l’incertitude des lendemains, ils ne maîtrisent pas leur présent et ne peuvent pas organiser leur avenir.

23Il m’a semblé qu’il fallait faire une place à ces types d’individus, alors que la tendance dominante est à la célébration inconditionnelle de l’individu, de son sens de la responsabilité, de sa capacité à faire preuve d’initiative et à prendre des risques, et à la limite de se faire l’entrepreneur de lui-même. « Libérer » l’individu des contraintes bureaucratiques et étatiques pour l’inviter à s’épanouir par lui-même est en effet au cœur de la vulgate libérale dominante. Je pense également que l’individu est à juste titre la valeur de référence d’une démocratie moderne et qu’être un individu libre et responsable dans la lignée de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen est le plus beau des idéaux. Mais porter un regard sociologique sur la manière dont les hommes et les femmes vivent concrètement dans notre société oblige à constater que très souvent cette conception de l’individu reste un idéal. Il y a des manières très problématiques d’être un individu, et même des situations, et elles sont sans doute de plus en plus nombreuses, où il peut être quasi impossible de se conduire comme un individu à part entière.

24Ainsi la dynamique de la modernité qui a promu l’individu au panthéon de ses valeurs peut aussi le déqualifier. Il m’a semblé qu’un rôle important de la sociologie, alors même que nous devenons de plus en plus une « société des individus », consistait à faire toute leur place à ces catégories d’individus par défaut qui représentent la part d’ombre de la modernité et comme les parties un peu honteuses du corps social. De surcroît ces analyses peuvent être étroitement connectées avec celles qui concernent les dérégulations du travail et la reconfiguration des protections.

25Telles sont les principales lignes d’analyses qui traversent La Montée des incertitudes et que j’ai reformulées ici sur un mode synthétique et quelque peu schématique. On pourrait remarquer qu’elles ne prêtent guère à l’optimisme dans la mesure où, dans le cadre de mon interprétation de la « grande transformation », j’ai mis l’accent sur les déficits qui se sont creusés depuis la remise en cause du compromis social du capitalisme industriel. Il me semble d’ailleurs que le dernier épisode de la « crise », le cataclysme financier de l’automne 2008, va dans le sens de la validation de ces interprétations.

26Cependant, ce type de diagnostic n’implique pas que les dynamiques que j’ai présentées soient nécessairement destinées à aller à leur terme, qui serait une marchandisation complète du monde et des relations sociales. Que l’on assiste à une montée des incertitudes signifie aussi que le pire n’est pas certain. Il y a certes des dynamiques profondes, en particulier économiques et financières qui, portées par la mondialisation, vont dans le sens de l’aggravation des processus de dérégulation que j’ai mis en avant. De plus il y a certainement de l’irréversible dans ces transformations. Il ne faut pas se tromper de capitalisme et on ne reviendra pas en arrière en restaurant comme telles les régulations du capitalisme industriel. La question qui se pose aujourd’hui est plutôt de savoir s’il est possible d’élaborer un nouveau compromis, différent de celui du capitalisme industriel, entre les dynamiques économiques nouvelles marquées par l’exaspération de la concurrence, la mobilité des implantations et la fluidité des capitaux, et d’autre part un redéploiement d’exigences, qui devraient être incontournables, de sécurisation et de protection du côté du monde du travail. Je discute ainsi des conditions de possibilité d’un réformisme alternatif au réformisme libéral qui procède par réduction des droits pour se plier aux diktats du marché (voir par exemple les projets de sécurisation des parcours professionnels, ou de sécurité sociale professionnelle pour lutter contre l’envahissement de la précarité). Mais il s’agit de défis à relever dans une conjoncture sociale et politique difficile plutôt que de solutions élaborées que l’on pourrait livrer clef en main. Les chances de sortir par le haut de cette longue crise que nous traversons depuis quarante ans sont également incertaines. On peut seulement ajouter que, si incertain soit-il, l’avenir dépendra aussi, au moins en partie, de ce que nous ferons ou ne ferons pas aujourd’hui pour tenter d’en maîtriser le cours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Castel, « Grand résumé de La Montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Paris, Éditions du Seuil, La couleur des idées, 2009 », SociologieS [En ligne], Grands résumés, La Montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, mis en ligne le 20 décembre 2010, consulté le 17 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3276

Haut de page

Auteur

Robert Castel

EHESS - Centre d'Études des Mouvements Sociaux - Paris, France - colpin@ehess.fr

Haut de page