Navigation – Plan du site
Le Travail des sociétés

Retour sur Sociologie de l'expérience

Discussion de l’ouvrage de François Dubet Le Travail des sociétés, Paris, Éditions du Seuil, 2009
Bernard Francq

Notes de la rédaction

Le grand résumé de Le Travail des sociétés par son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3247.html et la discussion par Monique Hirschhorn à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3253.html.

Texte intégral

1Le texte que François Dubet a choisi pour présenter son livre est bien en-deçà du contenu de celui-ci. S’il met en évidence trois aspects qui lui semblent importants – la fin du paradigme de la correspondance de l’acteur et du système, le passage de l’analyse en terme d’intégration à celle de cohésion, l’association entre expériences et domination –, Le Travail des sociétés est plus riche quant aux propositions faites pour faire de la sociologie.

2Après Bruno Latour persuadé de redessiner le couple « changer la société-refaire de la sociologie » ou encore Alain Touraine qui, avec une ténacité audacieuse, nous encourage à Penser autrement par rapport à un Discours interprétatif dominant qui a cherché à imposer l’idée d’une société sans acteurs, François Dubet s’inscrit résolument dans ce genre qui ne relève ni vraiment de l’essai ni vraiment d’un livre de théorie sociale. Pour prendre la mesure du chemin qu’il a parcouru, il faut retourner à Sociologie de l’expérience paru en 1994. Le livre se voulait déjà résolument une mise au point par rapport à la nécessité de dépasser l’éclatement du champ des théories sociologiques. On se souviendra qu’il était construit en six parties qui nous proposaient une lecture de la crise de l’idée de société et des mutations du modèle classique qui avait qualifié la société industrielle. Les troisième et quatrième parties du livre étaient consacrées à spécifier ce qu’apportait la notion d’expérience et à cerner comment il était possible de remonter de l’expérience sociale au système. Les cinquième et sixième parties cherchaient, à travers des problèmes sociologiques – l’exclusion, l’expérience scolaire, l’éclatement des mouvements sociaux – à définir la manière de saisir les conduites des acteurs sociaux mais encore de préconiser un travail de rapprochement entre les sociologues et les acteurs à partir de la pratique d’une méthode comme celle de l’intervention sociologique. François Dubet dans sa conclusion ne cachait pas sa certitude que la sociologie « ne peut être qu’une sociologie des acteurs » (p. 256) ni son ambition de poursuivre son projet sociologique en reposant la question de la démocratie et des différentes exigences des sphères de justice.

31994… 2007. C’est à nouveau le moment pour faire un bilan de l’avancement du projet sociologique où, à travers le titre même du livre, L’Expérience sociologique, François Dubet raconte non pas son parcours autobiographique mais se retourne vers des recherches qui, des mouvements sociaux aux problèmes soulevés par les injustices au travail, sont venues conforter la réalisation d’une sociologie de l’expérience. Si cette histoire des recherches dénote l’énergie et la détermination à mener à bien un projet sociologique, Le Travail des sociétés est d’une autre facture. Complémentaire, pourrait-on dire. S’il est dans la continuité de la sociologie de l’expérience, avec une certaine obsession à cerner le fait de faire de la sociologie, il conjugue des écritures où alternent mises en garde, repérage des dérives menaçant le projet sociologique, reprises et déprises par rapport à un ensemble de problèmes où la question de la posture sociologique à adopter l’emporte souvent sur l’aspect programmatique de recherches. Tout cela ne va pas sans une actualisation certaine des chapitres qui composaient Sociologie de l’expérience.

4Composé de neuf chapitres, le livre peut en fait se découper en trois parties. La partie centrale est consacrée au « travail des acteurs » (pp. 173-208) où François Dubet, sur le mode de la reprise, reprécise les deux significations de l’expérience sociale, cette notion s’imposant « quand la société n’offre pas suffisamment de rôles et de codes pour déterminer totalement l’action » ; celle-ci désigne alors « deux mouvements complémentaires et opposés. D’un côté, le social "avale" l’acteur et tout doit être tenu pour social ; d’un autre côté, l’acteur produit lui-même une action à partir du matériau formé par le social : les codes, les contraintes, les symboles, les buts qu’il se donne et les moyens dont il dispose… » (p. 175). C’est cette opposition qui constitue le paradoxe que la sociologie de l’expérience doit affronter : « l’acteur est totalement social tout en étant un sujet qui agit véritablement » (idem) selon les logiques d’action – intégration, stratégie, subjectivation – qui qualifiaient le mode de lecture des conduites sociales que François Dubet proposait dès 1994. Ici, la reprise fait l’objet d’une précision : les logiques d’action sont aussi des « systèmes de causes » ou encore des mécanismes systématiques de trois ordres associés au sens latourien de l’usage du « et » : intégration et socialisation ; interdépendance et contraintes ; symbolique et dialectique. Dans la mesure où « l’expérience sociale est un travail » (p. 206), c’est cette idée centrale qui est au cœur du livre. Plus que celle du titre de l’ouvrage – le travail des sociétés – qui est la résultante de cette affirmation qui propose de croiser des logiques d’action avec des « sous-systèmes autonomes qui interagissent sans être pour autant la société de la sociologie classique » (p. 206). Dit autrement, « comment tenir ensemble des logiques différentes quand elles ne sont plus intégrées dans et par la société » (p. 206).

5Cette question centrale – audacieuse et tragique, comme François Dubet le dira à la fin de son livre – n’est évidement pas une mince affaire et depuis les postmodernes, il n’est pas de sociologues qui ne se posent cette question. François Dubet en énumère les pré-requis dans la première partie du livre comprenant cinq chapitres – « La société des sociologues » ; « Y a-t-il une structure sociale ? » ; « Troubles dans la socialisation » ; « L’intégration menacée » ; « Vers la cohésion sociale ». Long parcours pour mesurer le passage que nous nous sommes en train de vivre depuis la crise de l’idée de société. Passage au niveau des classes sociales, mutations du modèle institutionnel de socialisation, épuisement du modèle d’intégration et émergence de sociologies de la cohésion sociale, telles sont les transformations qui toutes ont affecté la discipline qu’est la sociologie. C’est l’occasion pour François Dubet de faire nombre de mises en garde, de souligner les contresens, de mettre de la distance par rapport à une sociologie locale, micro, interactionniste qui semble faire résolument l’économie de l’idée de société. Parcours utile pour mettre à plat l’effacement de l’idée de société mais parcours parfois balisé par un abord trop rapide des problèmes ou des apports d’autres recherches qui sont souvent instrumentalisées pour venir conforter des illustrations. Personne n’est parfait…

6La troisième partie du livre est conséquente à l’idée oh combien exigeante de travailler sociologiquement en dépassant l’idée de société plutôt que de s’en passer. Ici aussi, François Dubet revient souvent, quelquefois de manière nostalgique, avec les certitudes qui faisait du projet sociologique une totalité, que l’on soit marxiste ou fonctionnaliste. Comment se défaire de ces nostalgies pour affronter les incertitudes qui balisent aujourd’hui les conduites sociales et l’expérience des acteurs ? De trois manières. C’est la matière des chapitres 7 à 9. D’abord, en développant un travail de mise en relation entre les épreuves des individus et la domination. Ensuite en reconsidérant ce qui est constitutif des sphères de justice – normes, idéologies, axiomes – à travers le triple mouvement qui caractérise l’action des acteurs – égalité, mérite et autonomie. Enfin, en précisant ce qu’il faut entendre par les sous-systèmes autonomes qui interagissent et c’est là la partie la plus neuve des propositions de François Dubet par rapport à Sociologie de l’expérience. Dans le texte qu’il a établi ici, François Dubet insiste sur la relation entre expériences et domination pour mieux porter l’attention du lecteur sur « plusieurs manières de coordonner les conduites et les actions », glissement qui atteste la mise à distance du couple acteur-système. Comme dans Sociologie de l’expérience où les logiques d’action que sont l’intégration, la stratégie, la subjectivation permettaient d’envisager les variations au niveau de l’action, de la même manière le triptyque égalité-mérite-autonomie permet de mettre en évidence les tensions qui qualifient les conduites des acteurs, avec une capacité explicative qui rappelle le meilleur des démonstrations de La Galère. Reste que le dernier chapitre – clin d’œil à Alain Touraine puisqu’il est intitulé « La production des sociétés » – conjugue un étrange travail qui vise à dépasser ce que François Dubet considère comme une des limites de la sociologie, à savoir un travail de description des interactions et des situations chères à Erving Goffman. Ici, la démonstration utilise une autre trilogie – les médiums ou les flux, les mécanismes et les processus – qui sont supposés venir étayer les sous-systèmes – intégration, stratégie, modèle culturel – qui prolongent la sociologie de l’expérience et qui fait penser à la démarche luhmannienne. L’exercice paraît quelque peu artificiel même s’il constitue pour François Dubet un challenge par rapport à « la vieille partition parsonnienne entre société, économie et culture » (p. 285), le raisonnement défendu par François Dubet tout au long du livre étant plus de l’ordre de la séparation que de l’emboîtement wébérien en termes de sphères – politique, sociale, culturelle… Sans nul doute, la partie consacrée aux processus de représentation est le plus stimulant. C’est une reprise des interrogations qui constituaient la dernière partie de Dans quelle Société vivons-nous ? écrit avec Danilo Martuccelli (voir la partie intitulée « La représentation sociale »). C’est aussi là que la partie programme des recherches à venir s’énonce puisqu’il s’agit de réinterroger la politique, les médias et encore et toujours les mouvements sociaux sous le sceau d’une sociologie de l’expérience… des injustices.

7Au fond, François Dubet nous amène clairement à prendre la mesure de la distance qui nous sépare de la « Grande Société ». La sociologie n’est résolument plus la science de la société ; elle est « devenue la science des mille manières de faire des sociétés » (p. 322). Les répercussions pour les sociologues sont à la mesure de cette transformation : « Les sociétés sont plus profanes que la société et les sociologues n’en sont plus les théologiens, ils deviennent eux-mêmes les artisans de cette production continue, de ces déséquilibres installés » (idem). Au-delà de la formule mi-nostalgique mi-libératrice, on saura gré à François Dubet de nous avoir proposé un parcours où je retrouve son sens de la clarté, des propositions analytiques qui ouvrent l’imagination sociologique, l’énoncé de ses doutes et de ses agacements. Je glisse au « je » car cela fait près de trente ans qu’il m’avait appris à mobiliser la méthode de l’intervention sociologique dans le cadre de la recherche sur La Galère.

8Trois regrets par rapport au contenu de Le Travail des sociétés. Le premier concerne une différence de taille par rapport à Sociologie de l’expérience où François Dubet consacrait un chapitre à repréciser les apports du travail d’intervention. Ici, rien ou des notations qui attestent sans doute sinon d’un désintérêt, du moins de la place secondaire occupée par des problèmes de méthode. Le deuxième, c’est comme je l’ai signalé un système de renvois à d’autres démarches trop rapidement citées ou à des thématiques peu présentes – par exemple, les femmes ou les inégalités de genre, la note de bas de page 247 étant par trop désinvolte. Ce regret est largement compensé dans le livre Les Places et les chances. Repenser la justice sociale paru en 2010 et qui traite systématiquement de l’école, de la place des femmes et des « minorités visibles » pour étayer une démonstration magistrale.

9Le troisième, le plus sérieux, c’est d’avoir associé de manière si limitée la notion d’épreuve par rapport à la problématique de la domination. Comme si elle avait un caractère noir, sombre, contraignant, menaçant, aliénant. On a échappé à l’éternelle tirade sur la souffrance sociale. Il se fait que les épreuves ne se déploient pas chez les individus sous le seul sceau de la domination. Ainsi, par rapport à l’expérience urbaine, échapper à l’indifférence de soi à soi et à celle vis-à-vis des autres, construire un dépassement de l’existence de proximité, repenser la pratique de participation par rapport à la diversité des actions collectives et des savoirs qu’elles mobilisent sont autant d’épreuves qui vont au-delà de la domination. C’est ce qui est constitutif du travail du sujet personnel dans la construction de soi à soi mais encore dans la recherche d’un autre rapport d’altérité que celui de la compassion, de la souffrance à distance ou de la mise à distance spatiale. C’est en tout cas en ce sens-là que j’essaie de pratiquer une sociologie des épreuves par rapport à la ville de plus incertaine dans ses limites, ses politiques, ses agencements (Francq, 2003). La lutte des critiques analysées par François Dubet lui-même par rapport à la problématique des injustices est là pour attester que les individus vivent des épreuves qui en font des sujets personnels. Mais là j’avoue mes préférences tourainiennes. Et ma complicité intellectuelle avec Danilo Martuccelli autour d’une sociologie des individus.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Dubet F. (1987), La Galère. Jeunes en survie, Paris, Éditions Fayard.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Dubet F. 1994, Sociologie de l’expérience, Paris, Éditions du Seuil.
DOI : 10.3406/rfp.1991.1361

Dubet F. (2007), L’Expérience sociologique, Paris, Éditions La Découverte.

Dubet F. & D. Martuccelli D. (1998), Dans quelle Société vivons-nous ? Paris, Éditions du Seuil.

Francq B. (2003), La Ville incertaine. Politique urbaine et sujet personnel, Louvain-la-Neuve, Éditions Académia-Bruylant

Latour B. (2006), Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, Éditions La Découverte.

Martuccelli D., 2010, La Société singulariste, Paris, Éditions Armand Colin.

Touraine A., 2007, Penser autrement, Paris, Éditions Fayard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Francq, « Retour sur Sociologie de l'expérience », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Le Travail des sociétés, mis en ligne le 20 décembre 2010, consulté le 19 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3255

Haut de page

Auteur

Bernard Francq

Professeur de sociologie à Université catholique de Louvain, Belgique ; chercheur au CADIS/EHESS/Paris, France - bernard.francq@uclouvain.be

Haut de page