Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Sociologie d’une dispute dans l’arbitrage en patinage artistique : le cas de Salt Lake City

Audrey Ramonich et Cécile Collinet

Résumés

Notre travail se penche sur les problèmes d’arbitrage en patinage et danse sur glace en prenant appui sur l’affaire de Salt Lake City (affaire internationale). L’arbitrage en patinage artistique ne peut être soumis à une mesure complètement objective, une part de subjectivité reste importante. Nous montrons que cette caractéristique du patinage est à l’origine des disputes relatives à l’arbitrage. Autrement dit, loin de constituer un effet périphérique, surajouté, à ce sport, les problèmes d’arbitrage sont le résultat normal d’un positionnement ambigu et de la confrontation de principes (Boltanski & Thévenot, 1991) difficilement conciliables ouvrant la brèche à un espace de plainte. Le mode de jugement artistique en patinage s’accorde mal avec les valeurs sportives créant ainsi des discordances débouchant sur de véritables affaires. Enfin, nous envisageons comment s’est construite la clôture de la dispute en insistant sur le fait que ce n’est pas l’objectivité du jugement qui est visée par les modifications (nouveau code) qui ont suivi l’affaire, mais l’espace de plainte qui se réduit. Ce travail est fondé sur l’analyse d’articles de presse, de témoignages écrits et d’entretiens. Il se centre sur le point de vue français d’une affaire internationale et mobilise des approches sociologiques issues de la sociologie pragmatique, la sociologie de l’art et la sociologie du sport.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1De nombreux travaux ont été menés ces dernières années sur les disputes, affaires, controverses ou crises (Boltanski, 1990 ; Boltanski & Thévenot, 1991 ; Chateauraynaud & Torny. 1999). Ils ont contribué à l’émergence de nouveaux champs d’études et de recherches en sciences sociales. En effet, les situations de crise font émerger les modes de fonctionnement individuels et institutionnels qui ressortent alors de manière particulièrement flagrante quand ils sont implicites dans le cours ordinaire des actions routinières. En étudiant les disputes, on peut mettre au jour les jeux d’acteurs et d’arguments saisis dans leurs transformations successives.

2Le sport présente en lui-même des situations d’épreuve liées à l’incertitude du résultat (Boltanski & Chiapello, 1999). Cette mise à l’épreuve se réalise sous certaines conditions. Elle est encadrée par un règlement qui stipule comment elle doit se dérouler pour être considérée comme juste et par conséquent pour que ses résultats soient jugés acceptables (Boltanski, 1990). Dans cette perspective, la dispute naît parfois de la critique du principe de justice et dénonce des forces qui interviennent dans l’épreuve de façon tacite et clandestine, entraînant sa dé-légitimation. Dans le monde du sport, Pascal Duret et Patrick Trabal se sont ainsi attachés à mettre en évidence que la justice sportive peut être atteinte au travers de l’intervention de plusieurs paramètres : l’argent, le dopage et les tricheries au niveau de l’arbitrage (Duret & Trabal, 2001). C’est sur ce dernier point et au travers d’un cas singulier emprunté au patinage artistique que nous allons nous attarder.

  • 1  Nous retiendrons que les cités renvoient davantage à des entités idéelles et les mondes à leurs co (...)

3Le jugement en patinage artistique et plus particulièrement pour l’épreuve de danse ne peut être soumis à une mesure complètement objective comme c’est le cas de certaines activités sportives comme l’athlétisme pour lesquelles les instruments de mesure quantifient de manière fiable les performances. Les activités de production de forme corporelle comme la gymnastique sportive ou le patinage sont fondées sur l’évaluation par des juges d’une prestation corporelle au moyen d’un code. Celui-ci répond à une logique du tout ou rien (un élément apparaît ou n’apparaît pas) facilement objectivable ainsi qu’à un décompte des points quantifié (telle faute pénalise de tant de points) mais aussi à l’évaluation subjective d’une dimension artistique dont les critères spécifiés restent généraux et donc difficilement objectivables. Cependant, comme toute épreuve sportive compétitive, le jugement doit être fondé sur un principe de commune humanité (Boltanski & Chiapello, 1999) supposant l’égalité des chances d’une part et sur celui de l’impartialité des juges d’autre part. Si l’on reprend le modèle développé par Luc Boltanski et Laurent Thévenot, le sport dans son ensemble mobilise, entre autres, des principes proches des mondes industriel et civique 1. Industriel car le bien commun est l’efficacité de la mesure, civique car le juge doit renoncer à ses intérêts personnels pour produire un verdict conforme à un règlement. Le patinage artistique n’échappe pas à cette règle qui fonde le sport dans son essence. Il présente cependant des caractéristiques propres qui rendent difficile l’exercice de ces principes. Il peut ainsi être rapproché du monde inspiré par sa dimension esthétique prédominante et celle-ci se prête mal à l’évaluation chiffrée.

4Nous aimerions montrer que cette ambiguïté constitutive du patinage est à l’origine des disputes relatives à l’arbitrage qui ont défrayé parfois la chronique. Autrement dit, loin de constituer un effet périphérique, surajouté, à ce sport, les problèmes d’arbitrage sont le résultat normal d’un positionnement ambigu et de la confrontation de principes difficilement conciliables car appartenant à des registres d’action très différents. Cette caractéristique intrinsèque du jugement artistique en patinage s’accorde mal avec les valeurs sportives créant ainsi des discordances débouchant sur de véritables affaires lorsque la presse s’en empare.

5Afin de mener à bien ce projet général nous allons ancrer notre analyse sur un cas précis : la crise de Salt Lake City, une des affaires les plus médiatiques concernant les problèmes d’arbitrage en patinage et danse sur glace. Nous retiendrons essentiellement le traitement de l’affaire du point de vue français.

Résumé du cas de Salt Lake City :
Depuis les premières compétitions officielles en 1883, le patinage est jalonné par des problèmes relatifs au jugement. Plus précisément, depuis une décennie nous pouvons faire la liste des contestations des résultats et de l’arbitrage : réclamations des Duchesnay en 1990 aux championnats d’Europe, de Surya Bonali en 1994 à Chiba, conflit Kerrigan/Harding et agression de Kerrigan aux jeux olympiques de 1994 et enfin les accusations de Sophie Moniotte aux jeux olympiques de Nagano en 1998. La dernière en date, largement médiatisée, est celle de Salt Lake City aux jeux olympiques en 2002.
La compétition de patinage en couple des jeux olympiques de 2002 oppose le couple russe (Beresnaia-Sikarulidze) au couple canadien (Sale-Pelletier). Les Canadiens sont les champions du monde en titre (les championnats du monde s’étaient déroulés à Vancouver) mais les Russes dominent la compétition depuis leur titre de vice champion olympique en 1998. Les deux couples sont d’un très haut niveau et postulent tous les deux pour le titre.
Les Russes sont en tête de la compétition après le programme court. Lors du programme libre, le patineur russe ne stabilise pas l’arrivée d’un double axel (pirouette aérienne) et se retourne à la réception. En revanche, les canadiens patinent sans erreur technique. Ils seront pourtant devancés par les Russes qui obtiennent leur deuxième médaille olympique. Cinq juges (et notamment les juges russes, ukrainiens, polonais et français) placent le couple russe en tête contre quatre juges pour les canadiens. La juge française (Marie-Reine Le Gougne) a fait basculer le verdict en classant les Russes devant les Canadiens.
Dès la fin de la compétition, les médias se scandalisent du résultat jugé injuste. Lors de la conférence de presse le patineur canadien Pelletier s’énervera contre un journaliste français : « ça c’est de votre faute, c’est à cause du juge français que tout est arrivé ! » (Collin, 2004, p. 179). Marie-Reine Le Gougne (la juge française) est alors désignée comme responsable. Elle est soupçonnée d’avoir avantagé les Russes pour bénéficier de leur soutien dans une autre épreuve (en danse sur glace) dans laquelle aucun juge français ne peut intervenir directement. La discorde s’amplifie. Le nombre d’acteurs mobilisés s’accroît. Une situation de crise met en cause la juge française Marie-Reine. Le Gougne et son président de fédération Didier Gailhaguet. Une querelle de jugement se développe mobilisant des juges : la chef des juges, Sally-Ann Stapleford, le juge arbitre de la compétition en couple, Ronald Pfenning et des acteurs institutionnels comme la fédération internationale de patinage (ISU) et son président Ottavio Cinquenta, la fédération canadienne, le juge canadien de la compétition couple à Salt Lake, B. Lavoie, l’avocat de la fédération, Patrice Brunet et le Comité International Olympique (CIO).

  • 2  Notons que cette idée se retrouve antérieurement dans De la distinction. Les disputes engendrent d (...)

6Notre travail mobilise le cadre de la justification et de la dénonciation dressé par Luc Boltanski et Laurent Thévenot (Boltanski & Thévenot, 1991) en s’attachant à mettre au jour cette affaire et en montrant dans quelle mesure elle met en lumière la remise en question des principes de justice inhérents à l’épreuve sportive. Les problèmes d’arbitrage rencontrés à Salt Lake City font naître une controverse définie comme la confrontation d’arguments rationnels portant sur les méthodes et les dispositifs 2 dans laquelle les actions des protagonistes doivent être légitimées et justifiées, assortie d’une polémique impliquant la multiplication des protagonistes et l’intervention des médias (Chateauraynaud & Torny, 1999). Nous analyserons les jeux d’acteurs et d’arguments et montrerons les registres de justification développés, témoins de l’ambiguïté du positionnement entre des principes issus de mondes différents. C’est dans l’analyse du processus de jugement que nous rapprocherons du jugement artistique dans son ensemble bien exploré par l’esthétique mais aussi la sociologie de l’art (Heinich, 1998, 1999 ; Moulin, 1995 ; Moulin & Quemin, 1993 ; Moulin, 2003) que nous pourrons comprendre comment un processus apparemment sportivement discutable fait partie intégrante du jugement lui-même et donne naissance à une affaire. Enfin, nous envisagerons comment s’est construit l’apaisement de la critique et discuterons les modes de clôture de la controverse. Ce sera pour nous l’occasion de montrer que l’ordre sportif doit s’imposer pour que l’épreuve garde sa légitimité.

7Ainsi le patinage artistique possède un statut ambivalent entre art et sport, le heurtant, au travers du jugement, à l’ordre sportif. Celui-ci sera appréhendé au travers de trois éléments : l’égalité des chances, l’impartialité des juges et l’objectivité souvent métrique du jugement. Le jugement en patinage ouvre la brèche de la subjectivité et dans celle-ci s’engouffrent les désaccords sur les compétences des juges mais aussi les accords illicites et les tricheries. Finalement, se crée un espace de plainte, qui génère des controverses puis des affaires d’autant plus retentissantes que la couverture médiatique de l’évènement est importante. Les arguments des acteurs oscillent alors entre accusation d’incompétence ou de tricherie remettant ainsi plus ou moins en cause l’ordre sportif. La controverse de Salt Lake City est intéressante dans la mesure où elle propose des formes de clôture plurielles et notamment une transformation profonde du code de jugement dont on verra qu’elle s’attachera plus à réduire l’espace de plainte qu’à objectiver le jugement.

  • 3  La liste des articles est donnée en annexe. Le choix des périodiques français est certes limitatif (...)

8Pour mener à bien ce projet, nous avons eu recours à différentes procédures méthodologiques. Trois recueils de données sont au cœur de notre travail. Nous avons d’abord recensé et analysé l’ensemble des articles de presse relatant l’affaire soit un total de 62 articles dans des périodiques français 3. Ce matériau a été analysé selon une méthodologie d’analyse de contenu classique dans le double objectif de rendre compte du déroulement temporel de l’affaire et de saisir les arguments évoqués par les acteurs. Nous avons ensuite recensé les témoignages écrits sur le sujet des problèmes d’arbitrage publiés dans trois ouvrages : par une patineuse, par la juge directement impliquée à Salt LakeCity et par un journaliste (cf. annexe). Nous avons pu ainsi prendre connaissance des différents problèmes relatifs au jugement ainsi que des versions de l’affaire et des principes justificateurs des acteurs impliqués. Enfin, nous avons réalisé seize entretiens (cf. annexe) auprès de juges, de dirigeants, d’entraîneurs et de patineurs afin d’avoir un accès plus direct aux procédures de jugement d’une part et aux critiques et processus de normalisation mis en place à l’issue de la crise d’autre part.

La remise en question de l’objectivité de l’arbitrage : effets de contexte et accords.

L’arbitrage en patinage artistique :
Le patinage artistique est une discipline qui comprend trois catégories : les dames, les messieurs et les couples. Les patineurs doivent, soit en individuel soit en duo, introduire des éléments techniques comme les sauts, les pirouettes et les séries de pas, au sein d’une chorégraphie. La danse sur glace constitue une discipline à part (différente de la production en couple dans le patinage artistique). Elle est pratiquée en couple. Les règlements, les juges et les dirigeants y sont spécifiques. Elle ne comprend ni sauts individuels ou lancés, ni spirales, ni portés à bras tendus au-dessus de la tête et les pirouettes ne peuvent excéder trois à cinq rotations. De plus, les danseurs ne peuvent évoluer séparément sur la glace.
Les compétitions comprennent un programme court et un programme libre. Les deux programmes n’ont pas la même valeur. L’addition des points du programme court et du programme libre détermine le gagnant. Jusqu’en 2003, le système d’arbitrage de cette épreuve impose aux juges de classer les patineurs à partir d’une note de base propre à chacun. Cette note de base est déterminée en fonction des qualités techniques (sauts, pirouettes, petits pas), ainsi que des qualités de patinage en général. L’appréciation finale comprend une note technique et une note artistique (ou de « présentation »). Les juges déduisent de la note de base des points correspondant à chaque faute du patineur pour déterminer la note technique. Ainsi par exemple, une chute sur un saut pénalise de 0,4 points. Le maximum de points qui représente l’excellence est le 6.0. La note artistique tient compte de la composition harmonieuse du programme, de la tenue, de l’originalité, de l’aisance, de l’assurance des mouvements, de l’utilisation de la piste et de la variation de la vitesse. Les deux notes permettent de classer les patineurs entre eux à partir de la performance réalisée et de la comparaison avec les autres.

9L’épreuve de jugement repose sur une métrique (valeur des éléments produits, déduction des fautes) et sur une appréciation artistique guidée par quelques critères mais faisant appel à la subjectivité. Le classement final des patineurs dépend de l’ensemble des notes de chacun des juges.

10De ce fait, on peut dire que le jugement en patinage se rapproche de la cité inspirée et peut être comparé aux composantes du jugement esthétique « de la valeur de l’art » (Moulin, 1995). Ce qui caractérise ce type de jugements c’est qu’ils ne peuvent se satisfaire d’une objectivité totale d’une part et qu’ils ne peuvent prendre en compte un objet fini (un objet d’art ou une performance) de manière instantanée et décontextualisée d’autre part.

11Le jugement de la partie artistique de la prestation des patineurs comprend une part d’implicite qui relève du jugement du beau. Dès lors, il s’agit d’un véritable jugement esthétique. Ce thème est largement travaillé par la philosophie. De manière un peu schématique, on peut dire que le jugement esthétique mobilise la subjectivité. Gérard Genette considère à ce sujet la subjectivité esthétique comme composante fondamentale de l’appréciation (Genette, 1997). On retrouve cet élément au cœur de l’activité des juges en patinage : « C’est subjectif parce que tout ce qui est en rapport avec l’art est subjectif » (Entretien 8).

12Néanmoins, le jugement dépasse le sentiment personnel (Rochlitz, 1992, 1998), un jugement esthétique doit se formuler par des arguments portant sur des paramètres évaluables : « les jugements esthétiques et les discours critiques, ceux des experts comme des profanes obéissent aux règles d’une argumentation » (Rochlitz, 1998, p. 152). Autrement dit, on peut observer une exigence de normativité. Rainer Rochlitz s’intéressant aux normes pesant sur l’évaluation esthétique au sens large des œuvres d’art met au jour quatre normes : la cohérence (entre l’objet et ce qu’il signifie), l’efficacité, les enjeux et les qualités exploratoires (l’originalité).

13Cette nécessité de faire reposer le jugement artistique sur une normativité est très présente en patinage artistique. En effet, la note artistique (note de présentation dans le code) se construit, dans le code antérieur à 2003, sur sept critères qui donnent naissance à une note de 1 à 6 : l’harmonie du programme, la tenue et le style, l’expression du caractère de la musique, l’originalité, l’aisance, l’utilisation de l’espace, la variation de la vitesse. Des critères personnels apparaissent aussi. Ainsi la juge Marie-Reine Le Gougne énonce-t-elle les éléments qui lui ont permis de placer le couple russe premier : « subtilité, raffinement, originalité » (Le Gougne, 2004). D’autres juges interrogés soulignent des paramètres divers :

« Je veux voir une qualité de patinage, une qualité de carre, de retournement, la facilité et l’aisance sur la glace. Je veux voir un message, un thème, je veux que le patineur me raconte une histoire qu’il ait quelque chose à me dire et mon boulot c’est d’essayer de le comprendre. La dernière touche c’est la musicalité. Si en plus tout est fait sur les nuances musicales, le phrasé musical, la finesse des nuances alors là on a un champion olympique » (Entretien 8).

14Ces éléments, soit inscrits dans le code, soit plus personnels, ne sont cependant pas suffisants pour formuler un jugement. D’autres paramètres interviennent. Les travaux en sociologie de l’art nous donnent, là encore, des pistes intéressantes. Nathalie Heinich travaille sur l’art contemporain pour mettre au jour les normes d’expertise et d’authentification (Heinich, 1998, 1999). Elle détermine un « paradigme contemporain » dont les normes de jugement sont fondées sur la transgression tout en s’attachant à mettre en évidence les effets pervers, ou les conséquences de cette posture dans la difficulté de cerner les frontières transgressives. Dans son travail, elle met en lumière le fait que la notion d’authenticité n’est pas seulement une caractéristique substantielle à l’objet mais un effet du regard porté sur celui-ci. Comme le montre Raymonde Moulin, on peut observer dans le domaine de l’art contemporain une instabilité de la hiérarchie des valeurs esthétiques rendant le recours à des éléments de contexte primordial (Moulin, 1993, 2003). Le jugement en patinage artistique relève en quelque sorte du travail de l’expert en art et de son activité d’authentification et de validation. Comme les experts, les juges doivent faire appel à leur « capacité d’objectivation » (Moulin & Quemin, 1993). De manière générale, les experts tiennent compte de trois paramètres : les caractéristiques propres du tableau évalué à partir de critères objectifs (état de conservation, taille…), le contexte immédiat (celui de la vente) et le contexte plus général (l’état du marché). Dans le domaine de l’art contemporain, ces auteurs nous précisent que l’expertise est difficile car cet art est « l’objet de compétitions, de classements et de reclassements rapides… »(Moulin, 1995, p. 238). On assiste alors à une survalorisation du milieu artistique lui-même dans le processus d’évaluation. La priorité passe de l’analyse des caractéristiques de l’œuvre à l’observation du contexte artistique international. « L’extension dans l’espace joue le rôle de la distance dans le temps pour évaluer les réputations » (Moulin, 1995, p. 256). Notons que cette nécessaire contextualisation se retrouve dans la théorie de l’authentification développée par Francis Chauteauraynaud et Christian Bessy. La « prise » comme lieu de rassemblement des épreuves d’authentification a pour but de raccrocher l’objet évalué à une collection, à un réseau, à des représentations collectives où il fait sens (Chauteauraynaud & Bessy, 1995).

15L’aspect contextuel intervient de manière centrale en patinage. Le jugement objectif sur les caractéristiques internes de la production des patineurs est évalué selon un code qui en mesure les aspects techniques en comparaison avec la valeur répertoriée des éléments et des fautes d’exécution. Le pôle artistique est dans une zone de flou soumis à une évaluation fluctuante qui ne peut se satisfaire, compte tenu de la logique sportive, d’une hyper-subjectivité. Les acteurs du patinage soulignent la difficulté de notation et de hiérarchisation des prestations :

« Le plus difficile dans ce système est de trouver l’échelle allant de 4 à 6. On reste dans l’implicite » (Entretien 2). « Il est impossible de dire que quelque chose vaut 5 ou 6 » (Entretien 4).

16Cette difficulté d’évaluation est renforcée dans les compétitions internationales par la grande homogénéité de niveau des patineurs et par la nécessité d’un chiffrage et d’un classement. Cette tension entre une estimation artistique et esthétique et la mesure chiffrée implique à notre sens le recours, comme dans le monde de l’art, à une contextualisation nécessairement étendue. Ainsi la performance n’existe pas seulement dans l’immédiateté de sa production sur un temps très court rendant la comparaison parfois impossible mais dans un ensemble plus général qui aboutit à la construction (passive et active) d’une réputation du patineur ou du couple qui arrive sur la glace chargée de celle-ci. La contextualisation se fait, comme l’ont montré Raymonde Moulin et Alain Quemin, du local au plus général (Moulin & Quemin, 1993). Le local réside dans la compétition elle-même. Ainsi un couple qui a raté son programme court a peu de chance d’être bien placé dans le programme libre quelle que soit sa performance dans celle-ci. Par ailleurs, la nécessité de classement entre les patineurs implique une prise en compte généralisée des prestations lors des différents programmes.

« Il n’est pas rare qu’au moment où les juges s’assoient, ils connaissent déjà le résultat avant que les patineurs montent sur la glace » (Entretien 5).

« La grosse difficulté c’est quand les bons patineurs avec le bon standard de patinage patinent mal et que les moins bons patinent bien [...] Quand vous avez un patineur moyen qui réussit ses éléments techniques voire de beaux éléments techniques et quand vous avez un patineur, un excellent patineur, qui rate ses éléments techniques » (Entretien 6).

17La contextualisation générale correspond à la construction d’une réputation, fruit de l’accumulation des résultats précédents mais aussi d’un travail de mise en valeur active des patineurs par l’équipe au sens large. Le jugement dépend d’une sorte d’entente sur la valeur des individus partagée par les membres du groupe.

« Il y a une hiérarchie à respecter, c’est-à-dire quand les premiers s’en vont ce sont les deuxièmes qui deviennent champions, c’est comme ça, la hiérarchie est respectée » (Entretien 7).

18Ainsi Didier Gailhaguet (président de la fédération de patinage française) mis en cause dans l’affaire de Salt Lake City précise-t-il très clairement qu’il use du lobbying, procédé tout à fait normal au sein des patinoires et qui consiste à faire la promotion des patineurs et à organiser un environnement positif autour d’eux.

« Avez-vous vous-même déjà approché des juges ?
Bien sûr, tout le monde fait ça. [...] À la guerre il y a les alliés et les ennemis, assène-t-il. Si tu trouves plus d’alliés que d’ennemis tu gagnes » (Le Figaro, 18 février 2002)

19Ainsi la prise en compte du contexte, la réputation, la renommée d’un patineur ou d’un couple est une des normes du jugement. Si cette norme peut paraître contraire à l’ordre sportif qui se place dans la perspective de la mesure objective d’une performance quasi instantanée dans le cadre d’une compétition, elle est pourtant constitutive du jugement artistique. Dans le cadre d’une production difficilement chiffrable, la réputation permet la formation d’un accord auto-renforçant sur la qualité de celle-ci dans un système de jugement collectif. On peut dire qu’elle favorise l’efficacité de la prise (Chateauraynaud & Bessy, 1995) fondée sur un accord indispensable à l’authentification (ou la validation) des choses.

20Dès lors, les arrangements présentent une figure pervertie de ce système. La notion de contexte ouvre la voie à une évaluation non dépendante dans la performance immédiate et laisse la brèche ouverte à la prise en compte du rôle du milieu sportif et de sa capacité à imposer un patineur ou un couple. Le rôle du milieu sportif comme celui du milieu artistique devient primordial. Elle ouvre la porte au lobbying et à sa forme exacerbée : les pressions.

« Je pense que dans les compétitions nationales, la pression est assez mince alors qu’au niveau international, il y a une grande pression car les résultats sont trop importants pour les fédérations. Tout le monde essaie de gérer au mieux la pression » (Entretien 1).

21C’est le fondement de l’accusation de la juge Marie-Reine Le Gougne : l’exigence par certains acteurs du milieu sportif d’un échange de faveur entre le patinage en couple, épreuve où elle jugeait, et la danse sur glace, épreuve pour laquelle aucun juge français n’était présent. Cette forme de triche est incompatible avec le monde civique et invalide les résultats sportifs fondés sur une mesure objective. Cette objectivité de la mesure sportive s’obtient d’ailleurs le plus souvent par la mesure chiffrée constituant ce qu’Alain Loret nomme la « culture digitale » (Loret, 1995). La tricherie présente pourtant une caractéristique classique des effets pervers de l’évaluation que nous avons mis au jour.

22Notons que si les caractéristiques du jugement permettent l’immixtion de normes tacites et discutables au regard des règles sportives, elles permettent aussi la création d’un espace de revendication que n’autorise pas un chronomètre par exemple. Cette configuration est évidemment propice à l’émergence de contestations. C’est à la fois l’introduction de principes extérieurs à l’esprit sportif et la possibilité de remettre en cause l’évaluation des juges, tout deux permis par la faible normativité du jugement artistique, qui donnent naissance aux discordes et aux affaires. Cet aspect du jugement en patinage est cependant incompatible avec les caractéristiques du sport et de sa mesure fondée sur un souci d’objectivité. Si les problèmes de jugement apparaissent inévitablement comme nous l’avons expliqué, leur mise au jour suscite des scandales impliquant de la part des acteurs des systèmes de justification intéressants à explorer.

La remise en question du principe d’égalité des chances et d’impartialité des juges : incompétence ou tricherie ?

23Dans l’affaire de Salt Lake City, la juge française Marie-ReineLe Gougne est accusée d’avoir favorisé le couple russe et d’avoir ainsi fait basculer le verdict final et l’attribution de la médaille d’or. On assiste là à une mise en cause de la validité de l’épreuve fondée, comme le précisent Luc Boltanski et Laurent Thévenot, sur le dévoilement d’une discordance (Boltanski et Thévenot, 1991). La mise en cause s’ancre au départ sur la dénonciation d’une erreur de jugement de la juge. Celle-ci peut être et sera interprétée de deux manières : par un manque de compétence de sa part (un mauvais jugement) ou par l’intervention d’objets relevant d’une autre nature (un jugement truqué). Les deux postures cohabitent tout le long de l’affaire mais n’ont pas le même sens ni les mêmes conséquences.

24Une partie des premiers éléments de discorde portent sur l’erreur technique et reste dans un contexte rationnel lié au monde sportif caractérisé par la justesse de l’instrument de mesure. La prestation du couple russe est alors examinée à la lumière de l’erreur technique à l’arrivée du double axel (figure de saut en rotation aérienne) considérée soit comme un détail soit comme une erreur fondamentale :

« Les Russes, même s’ils sont des patineurs extraordinaires, ont commis plusieurs erreurs évidentes dont l’une grossière » (Sally Rehorick, L’équipe, 13 février 2002)

« Une erreur n’est pas un obstacle à la victoire, ainsi que le stipulent en substance les règlements… et une erreur minime ne peut en aucun cas occulter tous les autres éléments » (Marie-Reine Le Gougne, 2003, p. 91).

« Leur programme est une merveille de subtilité, de raffinement et de créativité » (Marie-Reine Le Gougne, 2003, p. 109)

25D’autres juges interviennent pour dénoncer l’erreur de jugement : Sally Rehorick, chef de la délégation canadienne, précise : « Je suis juge depuis vingt-cinq ans, et là j’ai été horrifiée. Je ne sais pas si je ne vais pas démissionner de ma fonction de juge à l’ISU après cela » (L’équipe,13 février 2002). Alain Miquel, juge français, déclare aussi : « il n’y avait aucun doute possible, les Canadiens avaient été meilleurs » (Collin, 2004, p. 176).

26On reste ici dans la figure de la controverse développée par Francis Chateauraynaud et Didier Torny, caractérisée par la confrontation d’arguments rationnels portant sur les méthodes et les dispositifs (Chateauraynaud & Torny, 1999, pp. 74-75). C’est la prestation du couple qui est jugée à l’aune des critères du code pour définir si oui ou non Marie-Reine Le Gougne a fait un mauvais jugement et s’est trompée. Dans cette perspective le monde du sport n’est pas remis en question. La discussion porte sur la nature des outils mis en œuvre mais ne remet pas en cause profondément l’épreuve en tant que telle. Il s’agit d’un litige (Boltanski & Thévenot, 1991).

27La discorde ne se fige pas dans cette figure de la dénonciation, elle change d’aspect lorsque d’autres éléments vont être convoqués remettant profondément en cause l’essence même de l’épreuve sportive.

28Les aveux de Marie-Reine Le Gougne marquent l’introduction dans le monde sportif d’une logique, de principes, d’une autre nature qui vont l’ébranler et contribuer à créer un différend (Boltanski &Thévenot, 1991). Jean-Christophe Collin retranscrit les déclarations de Marie-Reine Le Gougne lors de la réunion des juges et les confidences qu’elle a faites en aparté au juge canadien Lavoie :

« Il faut nous aider, c’est à cause de la danse, j’ai une fédération, j’ai des comptes à rendre… Je n’avais pas le choix ». « Benoit je regrette ce que j’ai fait. J’étais convaincue que Sale et Pelletier allaient passer quand même » (Collin, 2004, p. 183).

29Le journal Le Monde relate les aveux de Marie-Reine Le Gougne :

« Selon nos informations, Marie-Reine Le Gougne aurait eu un contact lundi, environ deux heures après la fin de la compétition, avec la britannique Sally-Ann Stapelford, membre du comité technique de l’ISU, dans le hall de l’hôtel où sont logés les juges. Sally-Ann Stapelford aurait trouvé sa consoeur française bouleversée et aurait adressé une lettre à Ottavio Cinquanta. Le lendemain matin, Marie-Reine Le Gougne a participé à la réunion du jury convoquée après les compétitions. Soumise à une batterie de questions, notamment de la part de son homologue canadien, elle s’est effondrée en larmes, selon un membre de la délégation française à Salt Lake City. Elle aurait affirmé avoir subi des pressions de plusieurs juges et entraîneurs mais également de la part de Didier Gailhaguet, le président de la fédération française des sports de glace, également chef de la mission de la délégation française aux JO ».

30Les journaux se font largement l’écho de l’affaire. Libération titre : « La juge française, soupçonnée de collusion, est suspendue. Copinage artistique ».

  • 4  Nous avons choisi ici les termes d’esprit sportif en référence au travail de Georges Vigarello. No (...)

31La juge française déclare que ce sont les pressions de son président de fédération qui ont influencé son jugement (Le Gougne, 2004). Dès lors, l’argument technique, rationnel, objectif, s’efface en même temps que l’esprit sportif (Vigarello, 2004) 4. Ce dernier est un élément fondateur du sport, reste puissamment ancré dans les représentations et constitue même l’essence du sport et de l’intérêt qu’on y porte.

« La pratique (du sport) a pu s’imposer aussi parce qu’elle a pu construire un véritable mythe : l’avènement d’une perfection crédible et pourtant irréalisable dans le monde quotidien, la croyance en une sociabilité exemplaire, "idyllique", celle qu’autorise le jeu et qu’interdit la banalité des jours. C’est que la compétition suppose ici un aménagement neutre où les propriétés sociales des différents acteurs sont pour un temps gommées au profit d’une égalité originelle des joueurs ou des concurrents, démentie seulement par une plus ou moins grande compétence au sein du jeu lui-même. Un peu comme le suffrage universel postule la stricte égalité des votants, quels qu’ils soient, le sport moderne pose à son fondement l’identité abstraite d’individus dépouillés, le temps d’une rencontre, de ce qui constitue leur être social. […] Rien d’autre, en définitive, qu’un idéal venu du cœur de nos sociétés : projection dans l’univers idéalisé du jeu, d’une contre-société où la nôtre se regarderait en s’idéalisant » (Vigarello, 2004, pp. 12-13).

32Ce mythe se construit, comme le dit l’auteur, sur la base de l’égalité des chances et de l’impartialité idéalisées. Cette position est largement partagée par les analyses portant sur le phénomène sportif. Alain Erhenberg insiste sur le fait que le sport constitue une métaphore de l’égalité et de la méritocratie républicaine (Erhenberg, 1991). Christian Bromberger met lui aussi en avant cet idéal égalitaire (Bromberger, 1998). Par ailleurs, un des ressorts du sport-spectacle est l’incertitude : « le moteur marche à l’incertitude » (Yonnet, 1998, p. 60). Cette incertitude est possible par la quasi-égalité des compétiteurs. La haute compétition est avant tout un spectacle d’égalité. Si les dés sont joués d’avance ou pipés, le ressort se casse.

  • 5  La presse joue un rôle actif dans l’affaire comme c’est souvent le cas des polémiques. Les images (...)

33On peut analyser ce différend ou cette polémique comme la mise en valeur d’êtres d’une autre nature « dont l’ingérence introduit des grandeurs étrangères à l’épreuve qui se trouve là entachée de nullité » (Boltanski & Thévenot, 1991, p. 267). Ces grandeurs différentes viennent perturber l’épreuve. Elle est alors jugée comme injuste parce qu’elle tient compte d’objets non conformes à son esprit général. À l’efficacité de la mesure et à l’impartialité des juges se substitue la prééminence des relations personnelles et des rapports hiérarchiques de subordination. Par ailleurs, il semble dans les déclarations de Marie-Reine Le Gougne relatée par la presse 5 que la pression du public et la popularité des patineurs aient participé au jugement de la juge française. Là encore, d’autres principes sont convoqués qui mettent l’accent sur l’opinion publique, le succès et la réputation.

34Cette situation plurielle crée la polémique et elle est dans une certaine mesure insoutenable car elle bouleverse l’ordre sportif. La presse s’en fait l’écho. Le journal Le Monde titre : « À Salt Lake City, les épreuves de patinage jouent leur crédibilité », et on peut y lire « la polémique qui ébranle les jeux olympiques… » (Le Monde, 17-18 février 2002). Libération explique que « sont apparues au grand jour à l’occasion de l’épreuve de patinage par couple aux JO de Salt Lake City des pratiques qui gangrènent la discipline depuis longtemps » (Libération, 17 février 2002). On peut aussi lire dans L’Humanité : « Après la suspension de la juge française, c’est tout le système de ce sport qui pourrait être remis en cause » (L’Humanité 17 février 2002).

35Marie-Reine Le Gougne revient d’ailleurs rapidement sur ses aveux pour recadrer le débat sur la dimension objective du jugement : « Je l’ai dit ou, du moins ces mots ont été extraits de ma bouche. Ils sont le fruit d’un contexte émotionnel particulier et ne reflètent pas la réalité » (Le Gougne, 2003, p. 115).

36Après ses déclarations concernant le jugement truqué et la nécessité pour elle de respecter les puissants de son groupe d’appartenance, elle rejette cette posture intenable pour recadrer le débat sur l’alternative bon/mauvais jugement en s’attachant à démontrer son état de grandeur : « Jamais personne n’a influencé mon jugement pas même elle (Sally-Ann Stapelford) qui a tout pouvoir sur ma carrière depuis dix ans » (p. 109). « Je suis, chiffres à l’appui, le meilleure juge de la compétition » (Le Gougne, 2003, p. 13).

37L’ordre sportif semble bafoué, l’enjeu de la clôture de la controverse sera de le restituer.

La clôture : le nouveau code et la fermeture de l’espace de plainte

38L’affaire de Salt Lake City déshonore le sport et les jeux olympiques. Comme nous l’avons déjà évoqué, on peut lire dans la presse de nombreux témoignages offusqués des modalités de jugement considérées comme obscures et scandaleuses car contraires aux principes de mesure rigoureuse du sport. La controverse a donné lieu à un procès respectant ainsi l’ordre des affaires tel qu’il est mis en évidence par Francis Chateauraynaud et Didier Torny (Chateauraynaud & Torny, 1999) et une commission a été chargée au sein de la fédération internationale de patinage (ISU) d’enquêter sur les pressions exercées sur la juge française. Elle a auditionné les différents protagonistes de l’affaire. Un certain nombre de mesures seront alors prises pour restaurer la crédibilité du patinage.

39Le Comité international olympique, « gardien du temple des valeurs sportives » (Duret & Trabal, 2001) est ébranlé par cette affaire et le rapport du président lors de la 114e session du CIO portant sur le compte rendu des jeux est très clair sur la nécessité de rétablir l’ordre :

« Des preuves patentes de manipulation de jugement dans le patinage artistique ont amené la commission exécutive à prendre une mesure exceptionnelle, celle d’octroyer une seconde médaille d’or olympique au couple canadien afin d’établir l’éthique sportive et par souci de justice sportive. Ces erreurs, cette subjectivité peuvent être diminuées au maximum par une révision des règlements, une formation accrue des juges et des arbitres et le cas échéant l’utilisation de la technologie. Nous devons être impitoyables » (Rapport du président, 114e sessions du CIO).

40Trois mesures ont été prises pour faire cesser la polémique et sortir de la dispute. Les deux premières relèvent du même processus, la troisième d’un autre. La première consiste dans la suspension de la juge Marie-Reine Le Gougne pour une période de trois années de ses fonctions de juge internationale. La deuxième mesure découle de la première, il s’agit de l’annulation du jugement et de l’attribution d’une seconde médaille d’or au couple canadien lésé. Ces deux mesures correspondent à la reconnaissance d’une erreur de jugement. La procédure d’enquête a finalement constitué la preuve que le jugement avait été mal effectué et a décidé d’une réparation du préjudice pour la sauvegarde de la morale sportive. La juge française a été dépossédée de sa capacité à exercer la loi sportive par incompétence ou malhonnêteté. Sa grandeur a été remise en question et elle a été placée dans l’« état de petit » si l’on reprend la terminologie de Luc Boltanski et Laurent Thévenot : elle est une  incompétente et/ou une tricheuse. Elle est donc isolée et rejetée (avec Didier Gailhaguet, son président de fédération, impliqué dans la corruption). Dès lors, son jugement est dévalorisé et l’épreuve considérée comme invalide, son résultat est réévalué. On se trouve dans la figure d’un compromis dans lequel on tend à réajuster l’épreuve pour lui redonner sens par élimination de l’être qui l’a perturbé. Le compromis est cependant fragile. La mise en évidence de la récurrence des problèmes de jugement et l’introduction permanente de principes relevant d’autres mondes que celles que le sport reconnaît comme faisant partie de ses caractéristiques fondatrices aboutissent à la nécessité d’aller plus loin pour une résolution plus durable de la polémique et pour la sauvegarde de l’esprit sportif : « Il est très facile de trouver un bouc émissaire, la juge française, mais cela ne suffisait pas. Il faut des changements en profondeur » (L’équipe, 18 février 2002).

41La troisième mesure réside dans l’imposition d’une nouvelle réglementation. Il s’agit d’un travail d’épuration de l’épreuve consistant à en modifier le dispositif de façon à éliminer autant que faire se peut les forces parasites relevées. C’est à ce prix que l’épreuve mise en cause pourra être relégitimée. Les normes sportives tentent de se réimposer par le biais d’un nouveau règlement permettant d’établir plus clairement « les frontières entre le glorieux, le banal, le toléré et l’inadmissible »(Boltanski & Thévenot, 1991, p. 72).

  • 6  Cette rapidité s’explique par le fait que le changement de code était déjà en gestation, Salt Lake (...)

42Le nouveau code est annoncé le lundi 18 février en conférence de presse soit une semaine après la compétition des couples 6. Il est présenté comme une véritable épuration : « Je vous promets que ce système limitera au maximum les possibilités d’arrangements et de jugements par blocs de pays »(Ottavio Cinquanta, L’équipe, 19 février 2002).

43Le nouveau système à l’essai durant la saison 2003/2004 dans les grands prix est devenu obligatoire en 2004/2005. Ce new judging system est fondé sur quelques principes témoignant d’une volonté de restaurer l’ordre sportif. Le premier répond à une hyper-métrisation et une mathématisation technicisée du jugement correspondant à la logique « digitale » du sport (Loret, 1995) fondée sur le classement et les mesures. Elle est nourrie de chiffres et de technologie. Dans le nouveau système, chaque élément possède une valeur précise de base qui peut-être augmentée ou diminuée de 3 points selon sa réalisation. Le code propose une véritable classification de tous les éléments auxquels est accordée une valeur précise. L’ensemble des notes obtenues, les points et les pondérations liées à la qualité de la réalisation des éléments, sont traités par un système informatique qui échappe complètement aux juges.

44La deuxième modification a trait à une déresponsabilisation des juges qui notent en aveugle : sur quatorze juges (ou douze selon les compétitions) seuls sept, tirés au sort sans le savoir, contribueront à constituer la note finale. Le jugement individuel ne se confronte plus aux autres, le collectif est contrecarré par un isolement de chacun et son intervention sur des secteurs ponctuels. La performance est segmentée. Par ailleurs, la note la plus haute et la plus basse sont éliminées. La multiplication des juges et le manque de maîtrise de la totalité de la notation (prise en charge par des juges-arbitres et des ordinateurs) contribuent à les noyer dans un système qu’ils maîtrisent moins.

45La troisième tient à la diminution de l’aléa des programmes puisque chaque programme doit être présenté par écrit à l’avance pour établir au préalable le sous-total des éléments présentés.

46Ainsi, pour normaliser le conflit, la nouvelle réglementation met l’accent sur une hypermétrisation informatisée, un isolement et une déresponsabilisation des individus et une prévisibilité de la performance : chiffres, mesure, isolement, planification permettent de restaurer l’ordre sportif. « Du point de vue des médias et du public ça donne quelque chose de très carré, très objectif. Pour le reste c’est pareil qu’avant en plus compliqué » (Entretien 13).

47Nous voyons ici que le processus de normalisation ne répond pas en réalité à une justification technique d’efficacité comme pourrait le laisser penser une modification du règlement et du code. Comme le montre très bien Laurent Thévenot, les raisons souvent avancées dans les processus de normalisation font référence à une justification industrielle (efficacité, économie, simplification…) mais cachent en fait souvent d’autres ordres de grandeurs (Thévenot, 1997). La normalisation est ici orientée vers un impératif d’arrêt des critiques et des affaires.

48Elle semble, par ailleurs, fragile car malgré l’ensemble des changements évoqués, la partie artistique devient prépondérante. En effet, la notation sur les composantes artistiques du programme sont au nombre de cinq : niveau de patinage, transitions, performance et exécution, chorégraphie, interprétation. Chaque composante est appréciée sur dix points Elles déterminent la valeur artistique du programme et ont un coefficient deux pour le programme libre. Finalement, le système tend à diminuer la part technique car l’hypermétrisation a pour conséquence de pénaliser davantage les  fautes (les éléments les plus difficiles ne sont plus tentés) et renforce par là-même la part artistique.

49Les propos de Brian Joubert lors des jeux olympiques de Turin en 2006 sont éloquents : « je suis très déçu. J’ai pris des risques or, avec le nouveau règlement, il ne faut pas en prendre » (Sport24.com). Ou encore : « le nouveau système est créé pour se rapprocher de cet idéal. Avoir la note mais aussi le coté créatif qu’on retrouve dans la danse » (Entretien 8).

50Par ailleurs l’aléa de la notation demeure :

« Par contre pour la note de présentation, ils ont fait croire qu’en décomposant en cinq parties et en mettant des notes on arrivait à quelque chose d’objectif, ce qui n’est pas vrai du tout puisque c’est la même démarche que précédemment. Pourquoi ? Parce qu’il est impossible de dire que quelque chose vaut 5 ou 6 » (Entretien 4).

51Les avis sont unanimes pour souligner l’illusion d’un arrêt des procédés externes au jugement et de leurs effets pervers (arrangements, pressions…) :

« - Selon vous on peut quand même s’arranger ?
- Bien sûr qu’on peut s’arranger » (Entretien 14)

« Sous couvert d’anonymat, il sera plus facile d’être malhonnête » (interview de Sally Stapelford, L’équipe, 25-10-02).

52Finalement sur quoi repose la normalisation ? Loin du souci d’efficacité technique, elle repose à notre sens sur l’opacité du jugement et sur la destruction d’un espace possible de plainte :

« L’un des effets pervers de la modification opérée cette saison est de rendre le jugement encore plus opaque » (Le Monde, 19-11-2003).

« Avec le nouveau système on ne comprend rien » (interview d’Evgueni Plushenko, L’équipe, 09-06-04).

« - Avez-vous compris le nouveau système ?
- Compris ? NON » (entretien 15).

« Il peuvent toujours avoir des arrangements entre eux mais on ne sait pas ce qu’a fait le juge. C’est très confortable pour les juges » (Entretien 14).

« Comme on ne voit pas les juges, ni leurs pays et leurs nationalités mais que les résultats et des chiffres, on ne sait plus qui a mis quoi. On ne peut même plus se plaindre, ni se dire, tel juge m’a mal jugé, pourquoi ? » (Entretien 10).

53Les modalités de jugement ne changent guère par rapport à ce que nous avons décrit mais en revanche la sophistication des moyens donne le change. L’image du patinage, la respectabilité sportive, semblent restaurées. L’ordre sportif est en fait reconstruit à partir d’un processus de normalisation qui, ne pouvant juguler les problèmes de jugement dépendant étroitement des caractéristiques même du patinage artistique, a choisi plutôt de réduire l’espace de plainte par l’opacité des procédures et la dépersonnalisation du jugement au yeux des spectateurs et des acteurs (entraîneurs et patineurs) ôtant ainsi la possibilité des contestations et enrayant donc la mécanique des affaires.

Conclusion

  • 7  Nous sommes conscients que le sport est entré de plain pied dans le monde marchand mais nous pouvo (...)

54Notre travail a consisté à se concentrer sur les arguments des acteurs pour comprendre comment fonctionne la discorde et mettre en lumière qu’elle est constitutive des caractéristiques du jugement lui-même. Par ailleurs, il nous semble important d’avoir mis au jour le fonctionnement de l’ordre sportif et de certaines valeurs qui le gouvernent. Si celles-ci constituent un mythe qui nourrit les imaginaires comme le montre Georges Vigarello (Vigarello, 2004), ils fonctionnent aussi comme un ensemble de principes qui organisent l’action. Mystification (Brohm, 2002), mal nécessaire (Vigarello, 2004) ou mode normal (Bromberger, 1998), le fonctionnement du sport s’inscrit dans les mondes industriel et civique avant tout 7. Il se fonde idéalement, entre autres, sur les principes d’égalité des chances, d’impartialité du jugement et de mesure objective. Le patinage n’y correspond pas tout à fait, il se situe dans une position particulière entre sport et art ; celle-ci est d’ailleurs perçue par ses acteurs :

« La prestation en patinage, je peux dire que c’est comme aller au théâtre voir un ballet par exemple, voir danser Sylvie Guillem » (Entretien 9).

« On voudrait que les choses soient un petit peu plus intellectualisées. On ne veut pas que ça deviennent de la danse ou un ballet parce que c’est un sport, on veut une performance athlétique mais en plus on voudrait que le coté artistique soit plus développé, plus musical et vraiment dans le sens des ballets ».
« C’est un travail de tous les jours d’écouter la musique différemment, d’aller au spectacle, d’aller voir des galeries d’art, de s’ouvrir à tout. On passe dans la rue, on voit une belle architecture, une belle sculpture, des artifices, on pioche tout le temps. On est sans cesse en train de bosser pour ça. Et ce message-là on voudrait le faire passer aux entraîneurs, c'est-à-dire qu’un super quadruple c’est les frissons, mais voir un programme complet, là, c’est des larmes d’émotion. Cela ne m’est pas arrivé souvent » (Entretien 8).

55L’enjeu et les conséquences des processus de normalisation sont la neutralisation des contestations possibles. À cet égard les objets (et notamment l’ordinateur) jouent un rôle central (Latour, 2006). Ce n’est pas tant le processus de normalisation et le changement de règlement qui poussent les juges à un comportement exemplaire sportivement parlant mais un système de contraintes lié à des procédures nouvelles et à des objets qui brouillent les pistes. Cette sorte de liquidation de l’espace de plainte met au jour un mode de fonctionnement qui dépasse le seul monde du sport et mériterait d’être interrogé dans d’autres secteurs sociaux.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski L. & È. Chiapello (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

Boltanski L. & L. Thévenot (1991), De la Justification : les économies de la grandeur, Paris, Éditions Gallimard.

Boltanski L. (1990), L’Amour et la justice comme compétences, Paris, Éditions Métailié.

Brohm J.-M. (2002), La Machinerie sportive. Essai d’analyse institutionnelle, Paris, Éditions Anthropos.

Bromberger C. (1998), Football, la bagatelle la  plus sérieuse du monde, Paris, Éditions Bayard.

Chateauraynaud F. & D. Torny (1999), Les Sombres précurseurs : une sociologie de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’École des hautes études en Sciences sociales.

Chateauraynaud F. & C. Bessy (1995), Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Éditions Métailié.

Duret P. & P. Trabal (2001), Le Sport et ses affaires, Paris, Éditions Métailié.

Ehrenberg A. (1991), Le Culte de la performance, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

Genette G. (1997), L’œuvre d’art, Tome 2. La relation esthétique, Paris, Éditions du Seuil.

Heinich N. (1998), Le Triple jeu de l’art contemporain, Paris, Éditions de Minuit.

Heinich N. (1999), « Art contemporain et fabrication de l’inauthentique », Terrain, n°33, septembre, en ligne le 11 juillet 2005, consulté le 6 décembre 2006.

Latour B. (2006 [1993]), Petites leçons de sociologie des sciences, Paris, Éditions La Découverte.

Loret A. (1995), Génération glisse. Dans l’eau, l’air, la neige… La révolution du sport des années fun,Paris, Éditions Autrement.

Moulin R. & A. Quemin (1993), « La certification de la valeur de l’art. Experts et expertises », Annales, économies, sociétés, civilisations, vol. 48, Novembre-décembre, pp. 1121-1145.

Moulin R. (1995), De la Valeur de l’art, Paris, Éditions Flammarion.

Moulin R. (2003), Le Marché de l’art. Mondialisation et nouvelles technologies, Paris, Éditions Flammarion.

Nachi M. (2006), Introduction à la sociologie pragmatique, Paris, Éditions A. Colin.

Rochlitz R. (1992), « Dans le flou artistique. Élément d’une théorie de la rationalité esthétique », dans Bouchaindhomme C. & R. Rochlitz (dir.), L'Art sans compas. Redéfinitions de l'esthétique, Paris, Éditions Le Cerf, pp.  203-238.

Rochlitz R. (1998), L’Art au banc d’essai. Esthétique et critique, Paris, Éditions Gallimard.

Thévenot L. (1997), « Un gouvernement par les normes », dans Conein B. & L. Thévenot (dir.), Cognition et information en société, Paris, Éditions de l’École des hautes études en Sciences sociales, pp. 205-242.

Vigarello G. (2004), L’Esprit sportif aujourd’hui, Paris, Éditions Universalis.

Yonnet P. (1998), Systèmes des sports, Paris, Éditions Gallimard.

Haut de page

Annexe

Corpus étudié

Ouvrages

Collin J.-C. (2004), Bris de glace, Paris, Éditions La Martinière.

Le Gougne M.-R. (2004), Glissade à Salt Lake City, Paris, Éditions Ramsay.

Moniotte S. (1999), Les Patins de la colère, Paris, Éditions Anne Carrière.

Articles

L’équipe

L’équipe, 20 janvier 2002, « Être plus forts » ; « Or retrouvé » ; « De bon augure ».

L’équipe, 8 février 2002, « Danse : Blues et quick-step au programme ».

L’équipe, 11 février 2002, « Couple et merveilles ».

L’équipe, 9 février 2002, « Sur la bonne glisse » ; « L’univers de Moskina ».

L’équipe, 13 février 2002, « Le prix d’une dynastie ».

L’équipe, 15 février 2002, « Sur fond de polémique ».

L’équipe, 16 février 2002, « Une affaire vite jugée » ; « La vérité va éclater ».

L’équipe, 17 février 2002, « Où va l’enquête ? » ; « Des châteaux en Espagne ».

L’équipe, 19 février 2002, « Des réformes, enfin » ; « L’homme de glace » ; « L’antagonisme passionné ».

L’équipe, 18 février 2002, « Face à ses juges » ; « Je me suis sentie menacée ».

L’équipe, 20 février 2002, « Le Gougne persiste ».

L’équipe, 8 mars 2002, «  Le Gougne contre-attaque ».

L’équipe, 23 mars 2002, « Danse à deux temps ».

L’équipe, 24 mars 2002, « Un nouveau scandale ».

L’équipe, 2 août 2002, « Le CIO met la pression ».

L’équipe Magazine, n° 1137 du 13 mars 2004, « Le coté obscur de la glace ».

L’équipe, 25 octobre 2002, « Des juges en plus ».

L’équipe, janvier 2005, « Les écrans du futurs ».

L’équipe, 27 janvier 2005, « Tout nouveau tout beau ? ».

Le Monde

Le Monde, 1er février 1999, « Les juges internationaux sont les vrais maîtres de l’épreuve de danse sur glace ».

Le Monde, 22 janvier 2002, « Malgré la fuite de ses talents le patinage russe continue de dominer l’Europe ».

Le Monde, 13 février 2002, « Polémiques et rumeurs échauffent la patinoire olympique ».

Le Monde, 15 février 2002, « Une polémique sans précédent fait rage autour de la patinoire ».

Le Monde 16 février 2002, « Les Français sont déstabilisés par la polémique ».

Le Monde, 17 février 2002, « À Salt Lake city, les épreuves de patinage jouent leur crédibilité » ; «Comment s’opère la sélection des juges pour les JO ».

Le Monde, 18 février 2002, « L’indépendance de mon jugement n’était plus assurée ».

Le Monde, 20 février 2002, « Le système de notation sera réformé. »

Le Monde, 19 février 2002, « La vraie figure du patinage artistique », «Didier Gailhaguet au centre des polémiques ».

Le Monde, 27 février 2002, « Les apprentis sorciers de l’olympisme ».

Le Monde, 7 août 2002, « Le patinage français réfute en bloc les soupçons dont il est l’objet ».

Le Monde, 19 novembre 2002, « Le patinage artistique entame péniblement sa réforme, neuf mois après le scandale ».

Le Monde, 29 avril 2002, « Didier Gailhaguet est mis en cause par deux juges de patinage ».

Le Monde, 22mars 2002, « Le patinage artistique envisage de réformer le statut de ses juges ».

L’Express

L’Express, 5 février 1998, « Jury sous influence ».

L’Express, 14 décembre 2000, « Patinage artistique : juges et parties ».

L’Humanité

L’Humanité, 25 novembre 2000, « Juges, à quand la fin de l’ère glacière ? ».

L’Humanité, 15 février 2002, « Du rififi à la patinoire ».

L’Humanité, 17 février 2002, « Arrêtons le patinage politique et revenons à la vérité de la glace ».

L’Humanité Hebdo, 20 novembre 2004, « La glace française attend encore le dégel ».

L’Humanité, 28 mars 2002, « Droite dans ses patins ».

La Croix

La Croix, 19 février 1998, « Les juges ne restent pas de glace ».

La Croix, 10 janvier 2004, « Les juges sur la voie de la réforme ».

Le Figaro

Le Figaro, 29 mars 1999, « De l’autre coté du miroir ».

Le Figaro, 18 février 2002, « Didier Gailhaguet dans la tourmente ».

Le Figaro, 27 février 2002, « Gailhaguet dénonce l’omerta ».

Libération

Libération, 17 février 2002, « Copinage artistique ».

Libération, 18 février 2002, « L’affaire se tasse… sauf pour la France ».

Libération, 20 février 2002, « Nouvelles figures pour le jeu des juges ».

Libération, 19 février 2002, « Russes et Canadiens se roulent des patins ».

Libération, 27 mars 2003, « Un juge entre en dissidence ».

Les entretiens

Population

Neuf juges nationaux et internationaux (entretiens 1 à 9), trois patineurs (entretiens 10 à 12), trois entraîneurs internationaux (entretiens 13 à 15), un membre de la fédération française (entretien 16).

Numéro de l’entretien

Qualité de l’acteur (juge national…)

Lieu de l’entretien

Date de l’entretien

Entretien 1

Juge international

Patinoire Sonia Henie Paris : championnat de France Novice

26 février 2005

Entretien 2

Juge international

Patinoire de Rennes : championnat de France Elite

11 décembre 2004

Entretien 3

patineur

Patinoire Sonia Henie Paris : championnat de France Novice

26 février 2005

Entretien 4

Juge international

Patinoire Sonia Henie Paris : championnat de France Novice

26 février 2005

Entretien 5

Juge national

Patinoire Sonia Henie paris : championnat de France Novice

26 février 2005

Entretien 6  

Juge et juge arbitre international

Palais omnisport de Paris Bercy : trophée Bompard

19 novembre 2006

Entretien 7

Juge international

Patinoire Sonia Henie paris : championnat de France Novice

26 février 2006

Entretien 8

Juge international

Palais omnisport de Paris Bercy : trophée Bompard

18 novembre 2006

Entretien 9

Juge international

Palais omnisport de Paris Bercy : trophée Bompard

18 novembre 2006

Entretien 10

Patineur international

Patinoire de rennes : championnat de France élite

11 décembre 2004

Entretien 12

Patineur

Patinoire Sonia Henie Paris : championnat de France Novice

26 février 2005

Entretien 13

Membre de la fédération

Patinoire de Cergy Pontoise

Championnat de France junior

Mars 2005

Entretien 14

Entraîneur

Patinoire Sonia Henie paris : championnat de France Novice

18 février 2006

Entretien 15

Entraîneur

Patinoire de rennes : championnat de France élite

11 décembre 2004

Entretien 16

Juge ISU

Palais omnisport de paris Bercy : trophée Bompard

18 novembre 2006

Grille d’entretien

L’entretien est composé de cinq grands axes de questionnement approfondis en fonction du déroulement de chacun.

Le jugement en patinage : comment s’effectue le jugement d’une prestation internationale ? Qu’est-ce qu’une bonne prestation selon vous ?

Les problèmes généraux de jugement : quelles sont les difficultés du jugement en patinage ? Pourquoi le patinage est-il marqué par beaucoup de problèmes liés au jugement ? Comment se constitue la note artistique ? Quels problèmes pose-t-elle ?

Les pressions et le lobbying : existe-t-il des pressions exercées sur les juges ? Comment s’organise le lobbying ? Ces procédures sont-elles fréquentes ?

L’affaire de Salt Lake City : connaissez-vous l’affaire de Salt Lake ? En quoi consistait-elle selon vous ? Qu’en pensez-vous ? Est-ce un cas fréquent ou exceptionnel ?

Le nouveau code : connaissez-vous le nouveau code ? Pouvez-vous m’en résumer l’essentiel ? Quelles différences faites-vous avec le précédent au niveau du jugement proprement dit ? Quels en sont pour vous les changements fondamentaux ? Les pressions et le lobbying peuvent-ils perdurer ?

Haut de page

Notes

1  Nous retiendrons que les cités renvoient davantage à des entités idéelles et les mondes à leurs correspondances réelles (Boltanski & Thévenot, 1991)

2  Notons que cette idée se retrouve antérieurement dans De la distinction. Les disputes engendrent des échanges d’arguments et confrontent les arguments légitimes (à l’intérieur d’une cité ou d’une cité à l’autre).

3  La liste des articles est donnée en annexe. Le choix des périodiques français est certes limitatif car l’affaire s’étend à l’étranger mais il a répondu à des critères de faisabilité d’une analyse manuelle de contenu et à la volonté de présenter un enchaînement d’arguments bien circonscrits.

4  Nous avons choisi ici les termes d’esprit sportif en référence au travail de Georges Vigarello. Nous lui préférons parfois celui d’ordre sportif. Dans les deux cas, il s’agit d’insister sur les valeurs cardinales du système sportif. Ces termes ne renvoient pas vraiment à celui de fair play qui concerne davantage le comportement des athlètes au cours du match mais incluent un système plus vaste et touchent à l’institution sportive garante de valeurs telles que la justice et l’équité. Néanmoins la non-contestation des décisions arbitrales est constitutive des deux.

5  La presse joue un rôle actif dans l’affaire comme c’est souvent le cas des polémiques. Les images rediffusées et largement commentées l’attisent et contribuent à remettre en question les décisions arbitrales.

6  Cette rapidité s’explique par le fait que le changement de code était déjà en gestation, Salt Lake City a contribué à accélérer le processus.

7  Nous sommes conscients que le sport est entré de plain pied dans le monde marchand mais nous pouvons signaler à l’instar de Pascal Duret et Patrick Trabal que cette marchandisation suscite les plus ardents motifs de dénonciation parce qu’elle se heurte, elle aussi, au mythe sportif (Duret & Trabal, 2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Ramonich et Cécile Collinet, « Sociologie d’une dispute dans l’arbitrage en patinage artistique : le cas de Salt Lake City », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 29 septembre 2010, consulté le 25 mars 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3192

Haut de page

Auteurs

Audrey Ramonich

Laboratoire Cultures sportives, Université de Paris X-Nanterre, France - stanaud@free.fr

Cécile Collinet

Professeur, Laboratoire GREHSS-ACP, Université Paris-Est, France - Collinet@univ-mlv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page