Navigation – Plan du site
Émotions et sentiments, réalité et fiction

Sartre et sa théorie des émotions : une confrontation avec Erving Goffman

Claude Javeau

Résumés

L’auteur confronte les positions de Jean-Paul Sartre et Erving Goffman. Dans son ouvrage de 1938, Esquisse d’une théorie des émotions, Jean-Paul Sartre propose une approche phénoménologique prenant doublement ses distances avec la psychanalyse et le béhaviourisme, posant l’émotion comme dégradation spontanée et vécue de la conscience en face du monde, le corps n’étant étrangement dans ce contexte rien d’autre que la croyance vécue de la conscience. L’auteur compare cette position avec la définition goffmanienne de la « situation sociale », qui identifie l’émotion comme une perturbation dans l’ordre normal du déroulement des interactions circonscrites dans la situation. L’interactionnisme symbolique est confronté à l’existentialisme sartrien et à sa position d’une structure magique sous-jacente du monde, en faisant de l’une le miroir de l’autre. Bien que s’inscrivant tous deux dans le courant phénoménologique, Jean-Paul Sartre et Erving Goffman sont ici saisis dans leur stratégie d’évitement des théories psychologiques. En conclusion est posée la question du statut heuristique à conférer au concept de « magique » invoqué par Jean-Paul Sartre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’édition que je possède est datée de 1969.

1En 1938, Jean-Paul Sartre faisait paraître son Esquisse d’une théorie des émotions (Sartre, 1938), qui devait connaître plusieurs rééditions 1. Réfutant les théories behaviouristes et la psychanalyse, il s’efforce d’en proposer une théorie phénoménologique, qui ne se réclame pas expressément de Edmund Husserl, et de Martin Heidegger au passage seulement. Je ne vais pas m’essayer ici à résumer un petit livre dont la lecture n’est pas toujours des plus aisées. Je me contenterai de citer les éléments de définition de l’émotion que l’auteur propose dans les dernières pages de l’Esquisse.

2Selon Sartre :

« [...] l’origine de l’émotion c’est une dégradation spontanée et vécue de la conscience en face du monde. Ce qu’elle ne peut supporter d’une certaine manière, en s’endormant, en se rapprochant des consciences du sommeil, du rêve et de l’hystérie. Et le bouleversement du corps n’est rien autre (sic) que la croyance vécue de la conscience, en tant qu’elle est vue de l’extérieur » (Sartre, 1938, p. 54).

3Plus loin :

« Toutes les émotions ont ceci de commun qu’elles font apparaître un même monde, cruel, terrible, morne, joyeux, etc., mais dans lequel le rapport des choses à la conscience est toujours et exclusivement magique. Il faut parler d’un monde de l’émotion comme on parle d’un monde du rêve ou des mondes de la folie. Un monde, c’est-à-dire des synthèses individuelles, entretenant entre elles des rapports et possédant des qualités. Or toute qualité n’est conférée à un objet que par un passage à l’infini. […] les qualités que l’émotion confère à l’objet et au monde, elle les leur confère ad aeternam. Certes si je saisis brusquement un objet comme horrible, je n’affirme pas explicitement qu’il restera horrible pour l’éternité. Mais la seule affirmation de l’horrible comme qualité substantielle de l’objet est déjà en elle-même un passage à l’infini. Maintenant l’horrible est dans la chose, au cœur de la chose, c’est sa texture affective, il en est constitutif. Ainsi à travers l’émotion, une qualité écrasante et définitive de la chose apparaît. Et c’est là ce qui dépasse et maintient notre émotion. » (Sartre, 1938, p. 56).

4Et encore :

« Nous appellerons émotion une chute brusque de la conscience dans le magique. Ou, si l’on préfère, il y a émotion quand le monde des ustensiles s’évanouit brusquement et que le monde magique apparaît à sa place » (Sartre, 1938, p. 62).

5La conception du « magique » que formule Jean-Paul Sartre n’est pas des plus lumineuses. Ainsi :

« Il ne faut pas croire […] que le magique soit une qualité éphémère que nous posons sur le monde au gré de nos humeurs. Il y a une structure existentielle du monde qui est magique. […] la catégorie « magique » régit les rapports interpsychiques des hommes en société et plus précisément notre perception d’autrui. Le magique, c’est l’"esprit traînant parmi les choses" comme dit Alain, c’est-à-dire une synthèse irrationnelle de spontanéité et de passivité. C’est une activité inerte, une conscience passivisée. Or, c’est précisément sous cette forme que nous apparaît autrui, non par l’effet de nos passions, mais par nécessité d’essence. […] Ainsi l’homme est toujours un sorcier pour l’homme et le monde social est d’abord magique. Il n’est pas impossible de prendre du monde interpsychologique une vue déterministe ni de construire sur ce monde magique des super-structures rationnelles. Mais cette fois ce sont elles qui sont éphémères et sans équilibre, ce sont elles qui s’écroulent dès que l’aspect magique des visages, des gestes, des situations humaines est trop fort» (Sartre, 1938, p. 58).

6Si on suit bien, l’émotion surgit quand les superstructures rationnelles conférées au monde, et en premier lieu au monde des hommes, sont minées par un événement donné et s’écrasent sur l’infrastructure magique, toujours disponible si l’on peut dire. Il s’agirait donc bien de cette « dégradation » dont Jean-Paul Sartre parle dans la définition citée au début de ces pages. Celle-ci est à la fois spontanée et vécue. Ces deux qualifications me semblent appeler quelques commentaires.

71°) « Spontanée » : ne peut-on envisager que l’on puisse commencer par feindre une émotion, se forcer à en ressentir une, avec la possibilité qu’elle devienne réelle, ce qui revient à se mettre dans une ambiance émotionnelle (« in the mood »), et donc à accepter de risquer d’être véritablement ému ? On peut se prendre au jeu, comme dans « jouer à se faire peur », qui peut déboucher sur une véritable peur.

82°) « Vécue » : on dirait plutôt aujourd’hui « ressentie » ; l’émotion est prise en compte par la conscience, elle n’est pas un automatisme, pas davantage qu’elle n’est sur le moment refoulée (son souvenir peut l’être un jour ou l’autre, tout comme elle peut être niée après coup ou plus tard si autrui l’évoque). Il n’est cependant pas toujours assuré que sa nature est perçue correctement : une émotion peut être un mixte d’affects, joie et peur conjointes, par exemple. Qui n’a jamais ressenti ce « trouble inconnu qui me pénètre » chanté à l’opéra ?

9L’apparition d’une émotion dans la suite des épisodes de la vie quotidienne modifie le sens des orientations-sur-autrui sur lesquelles reposent ces épisodes. Elle entraîne une modification du sens que ces épisodes auraient dû avoir, en son absence, de manière rétrospective. Rappelons que la nature des émotions est très variable, et que l’on peut tout aussi bien pleurer de chagrin que rire aux larmes.

Émotions et situations

10On connaît la définition de la « situation sociale » proposée par Erving Goffman :

« Un environnement fait de possibilités mutuelles de contrôle, au sein duquel un individu se trouvera partout accessible aux perceptions directes de tous ceux qui sont "présents" et qui lui sont similairement accessibles » (Goffman, 1988, p. 146).

11Il ajoutera que :

« Des règles culturelles régissent la manière dont les individus doivent se conduire en vertu de leur présence dans un rassemblement. Quand elles sont respectées, ces règles de brassage organisent socialement le comportement de ceux engagés dans la situation » (Goffman, 1988, p. 147).

12Par ailleurs, on sait depuis William Isaac Thomas et son fameux théorème que si une situation est définie comme réelle par des agents, elle est réelle dans ses conséquences. Cette proposition implique que tous les participants à une situation, en tenant compte des « règles culturelles » qui président au « brassage » des co-présents, aient de celle-ci la même définition, appelée par Erving Goffman :

« "compromis de travail", c’est-à-dire l’accord par lequel les acteurs acceptent de poursuivre l’interaction, malgré les accidents de parcours, parce que la sanction qui les frappe en cas d’échec, l’embarras, est plus grave que les petites injures qu’ils s’infligent mutuellement » (Goffman, 1988, p. 95).

13« Embarras » est un autre mot pour « perte de la face » dans le chef d’un ou de plusieurs acteurs, ou plutôt pour état de la situation pouvant y mener. Afin d’éviter celle-ci, il convient, soit de mettre fin à la situation, voire à l’épisode tout entier, soit de tenter d’instaurer un nouveau compromis de travail. À moins que la perte de la face par un ou plusieurs des participants ne soit expressément recherchée par un, plusieurs ou tous parmi les autres participants, ce qui implique que les déterminants du pouvoir soient du côté de celui-ci ou de ceux-ci, ou qu’il ait ou qu’ils aient réussi à se les accaparer.

14Que se passe-t-il au sein d’une situation si une émotion, de quelque nature qu’elle soit, vient à se manifester, dans le chef d’un ou de plusieurs acteurs ? Plusieurs cas de figure peuvent se présenter.

15- l’émotion exprimée est inopinée : un(e) acteur/trice (ou plusieurs en même temps pour une cause semblable) se montrent tout à coup ému(e) en raison d’une parole, d’un geste, ou d’une attitude d’un(e) autre acteur/trice (ou de plusieurs d’entre eux) : la réaction des co-actants peut aller de l’ignorance complète de ce qui constitue une perturbation de l’interaction en cours jusqu’à la prise en compte complète de celle-ci (par exemple, tenter de consoler la personne qui pique une crise de larmes) ; chaque fois, il s’agit d’empêcher la survenance de l’embarras cité plus haut ; la réaction dépendra évidemment de l’intérêt et de l’importance accordés par les participants, ou une majorité d’entre eux (ou encore ceux ou celles qui occupent des positions de pouvoir) au (bon) déroulement des interactions en cours ; il convient encore de tenir compte des règles culturelles applicables à la situation ;

16- une émotion est volontairement suscitée en vue de provoquer l’embarras et de mettre fin à l’interaction en cours : il s’agit alors d’une espèce d’échappatoire, de porte de sortie dans le cas où la situation devient, dans le chef de certains de ses acteurs, ingérable (ou dans le chef de celui ou celle qui dirige les opérations).

17D’autres cas de figure peuvent sans doute être imaginés. Nous nous contenterons de ceux qui précèdent. L’émotion constitue chaque fois une perturbation dans l’ordre normal du déroulement des interactions circonscrites dans la situation, sauf lorsque ce déroulement comporte normalement l’apparition d’une émotion, par exemple, joie lors de la remise d’une récompense, chagrin lors de l’annonce (prévue) d’une mauvaise nouvelle, etc. La perturbation n’apparaît alors que lorsque l’émotion dépasse dans son expression les limites qui normalement l’enclavent, en relation avec les règles culturelles d’application.

18Qu’en est-il de la rencontre de ces considérations inscrites dans la perspective de l’interactionnisme symbolique, représentée ici par les conceptions gofmaniennes de la situation, et des conceptions sartriennes des émotions ?

Structure magique et théâtralisation du monde

19Chez Erving Goffman, faut-il le rappeler, la vie en commun relève d’une interprétation qui fait appel à une métaphore théâtrale. La vie se déroule sur une scène (flanquée de coulisses), et les vivants sont à la fois les acteurs et les metteurs en scène de leurs activités, dites « sociales » en l’occurrence. Une grande partie de ces activités font l’objet d’une ritualisation, qui débouche sur une gestion rassurante de leurs temporalités respectives (Goffman, 1973).

  • 2 Erving Goffman s’est inspiré à ce sujet d’Émile Durkheim (2008), au chapitre des cultes négatifs et (...)

20Est-il possible de rapporter cette ritualisation, corrélative d’une sacralisation, à la structure magique du monde telle que postulée par Jean-Paul Sartre ? Sans doute, mais à condition de faire de l’une le miroir de l’autre. Et peut-être conviendrait-il de ne considérer les rituels décrits par Erving Goffman – en gros, de présentation et d’évitement 2 – que comme les armatures cristallisées des « règles de surface », autre nom des « règles culturelles », citées plus haut. Ces rituels correspondent à l’irruption du sacré dans les espaces-temps quotidiens. Ils encadrent les interactions du monde profane ordinaire, qui en portent dans une certaine mesure la « coloration ». L’homme du monde vécu (Lebenswelt) d’Erving Goffman est, ne l’oublions pas, peu ou prou sacralisé.

21La survenance d’une émotion, pour celui ou celle, ou ceux, qu’elle concerne, constitue un retour sur le sol magique des relations interpsychiques, structure existentielle selon Jean-Paul Sartre, du monde, ce monde que la tradition phénoménologique qualifie de « vécu ». Il n’est pas interdit de le suivre dans cette conception, bien que l’adjectif « magique » ne fasse guère ici l’objet d’une exploration de quelque profondeur. Mais il faut tenir compte de la couche de rationalité que les individus étendent sur ce sol magique, et qu’expriment les règles de surface, régulièrement réactivée par les ritualisations ordinaires. Serait-il permis d’observer dans le sacré dont ces ritualisations sont la mise en œuvre un inverse du magique qui préside à toute élaboration de relations interpsychiques ? Rappelons que cette rationalité a été subtilement analysée par les ethnométhodologues.

22Le retour sur le magique causé par l’émotion perturbe l’ordre rationnel ou rituel des échanges, et mène la situation vers l’embarras. Tout se passe alors comme si les règles culturelles étaient alors abolies. Ce qui ne peut être avéré, car les émotions elles-mêmes font l’objet d’une codification. En d’autres termes, il est rarissime qu’on atteigne dans la théâtralisation des relations sociales le stade la déconnexion complète (« off ») en phase éveillée. Des déterminants, comme la position sociale, le genre, l’âge, le type d’occupation, sans compter le scénario lui-même en ce moment à l’œuvre, modulent les modes d’expression des larmes comme des pleurs, de la joie comme du chagrin, de la surprise comme de l’abattement, etc. Il est des époques et des environnements plus favorables à la monstration des émotions que d’autres. Jean-Paul Sartre, qui ignorait superbement la sociologie, n’en a guère tenu compte.

Jean-Paul Sartre rencontre Erving Goffman, un exercice de style ?

23On pourrait penser que l’exercice de rencontre de Jean-Paul Sartre avec Erving Goffman dont je viens d’esquisser les contours ne serait qu’une démonstration d’érudition sans portée opératoire. À mon avis, ce serait aller un peu vite en besogne. L’idée de structure existentielle des relations interpsychiques relevant de la catégorie du « magique » pourrait donner lieu à de fructueuses investigations des partitions que les acteurs du monde vécu jouent sur les scènes et dans les coulisses du théâtre tel que le décrit Erving Goffman. L’opposition « sacré-magique » qui se dégage ainsi permet de mieux inscrire les émotions dans le registre d’une rationalité toujours incomplète des interactions au moment situationnel des phénomènes sociaux. Elle peut venir consolider une théorie du « bricolage du social » telle que je me suis forcé de la proposer (Javeau, 2001).

24Erving Goffman a cité sporadiquement Jean-Paul Sartre dans La Mise en scène de la vie quotidienne (Goffman, 1973, pp. 38-30 et p. 99) : il s’agit de passages de L’Être et le Néant concernant la manière de se conformer à un modèle (la célèbre allusion au « garçon de café ») et l’éventuelle « mauvaise foi » des acteurs. Mais il n’a pas donné écho aux considérations de Jean-Paul Sartre dans L’Esquisse. Tous deux inscrits dans le courant phénoménologique, ils se sont efforcés de contourner les théories psychologiques, qu’il s’agisse du béhaviourisme de William James ou de la psychanalyse de Sigmund Freud. En se concentrant l’un et l’autre sur les occurrences « sociales » elles-mêmes, qu’il s’agisse de routines du monde vécu ou des émotions disruptives de celles-ci, ils ont permis que se forge une vision sui generis de ce que nous appelons la microsociologie. Harold Garfinkel et Aaron Cicourel devaient, toujours dans une même perspective, compléter cette quête. Laquelle, sans qu’on soit toujours amené à le constater, s’inscrit dans la vieille injonction durkheimienne, selon laquelle, pour le dire simplement, « le social s’explique par le social ». Nous voici donc rattrapés par des préoccupations épistémologiques.

25Resterait à donner un statut heuristique à ce concept de « magique » invoqué par Jean-Paul Sartre. Il ne peut être question de le ramener à un ensemble de croyances, différentes de celles qui étoffent une religion, tel que l’a théorisé Émile Durkheim (2008, pp. 58 et sv). Le magique de Jean-Paul Sartre ne renvoie pas à des croyances. On se retrouverait davantage dans les parages de la pensée « pré-logique » de Lucien Lévy-Bruhl. On parlerait plutôt, à notre époque, de pensée « pré-réflexive ». Et d’ailleurs, s’agit-il encore de pensée ?

26Il faut toutefois veiller à ne pas assimiler ce stade pré-réflexif de l’intersubjectivité à un très hypothétique inconscient collectif. Il s’agit plutôt du terreau dans lequel s’ancre toute construction du monde social vécu assumable par les acteurs de celui-ci. À la limite, on pourrait parler de pré-conscient collectif, qui ne masque rien, ne reçoit rien qui serait de l’ordre du refoulé, mais qui au contraire sert de réservoir à la bonne gestion des interactions ordinaires, ritualisées ou non.

27Lorsqu’une émotion survient, celui ou celle qui la ressent retombe sur le substrat magique des relations interpsychiques. La prise de conscience de cette retombée peut servir à rebondir et à raccrocher au régime des interactions ordinaires. La personne émue, lorsqu’elle prend conscience de son émotion – ce qui peut se produire instantanément – peut choisir de la contrôler afin que la situation dans laquelle elle évolue reprenne son cours normal. Ou alors elle peut choisir de prolonger l’expression de son émotion pour accroître, s’il échet, sa capacité d’influence sur ses co-actants, à moins qu’il ne s’agisse pour elle de rechercher le « point d’embarras ». Il se peut aussi qu’elle ne puisse la maîtriser, ce qui signifie qu’elle ne peut s’émanciper du fondement magique. On peut alors avoir affaire à une pathologie de l’émotion, qui peut aussi déboucher sur une caractérisation stigmatisante, du genre « le pleurnichard », « le béat », etc. Comme on le voit, la rencontre Jean-Paul Sartre-Erving Goffman entraîne sur de nombreuses pistes, dont je n’ai voulu dans ces pages qu’amorcer le catalogue.

Haut de page

Bibliographie

Durkheim É. (2008 [1912], Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Presses universitaires de France.

Javeau C. (2001), Bricolage du social, Paris, Presses universitaires de France.

Goffman E. (1973), La Mise en scène de la vie quotidienne, T.2. Les Relations en public, Paris, Éditions de Minuit.

Goffman E. (1988), « La situation négligée », dans Winkin Y. (textes recueillis par), Erving Goffman. Les moments et leurs hommes, Paris, Éditions du Seuil/Minuit.

Sartre J.-P. (1938), Esquisse d’une théorie des émotions, Paris, Éditions Hermann.

Haut de page

Notes

1 L’édition que je possède est datée de 1969.

2 Erving Goffman s’est inspiré à ce sujet d’Émile Durkheim (2008), au chapitre des cultes négatifs et positifs, pages 428 et suivantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Javeau, « Sartre et sa théorie des émotions : une confrontation avec Erving Goffman », SociologieS [En ligne], Dossiers, Émotions et sentiments, réalité et fiction, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3169

Haut de page

Auteur

Claude Javeau

Professeur émérite de sociologie, Université libre de Bruxelles, Belgique - cjaveau@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page