Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Jouer avec la gravité : approche sociologique plurielle de l’engagement dans des sports dangereux

Guillaume Routier et Bastien Soulé

Résumés

À travers les cas de l’alpinisme, de l’escalade, du parachutisme et du saut à l’élastique, regroupés sous l’appellation « sports de gravité », cet article s’attache à saisir les motifs déclarés d’acceptation des dangers que génèrent ces activités. S’inscrivant dans une optique constructiviste modérée, notre ambition consiste à faire dialoguer divers points de vue théoriques, afin d’aboutir à une vision non réductionniste (au sens de Jean-Michel Berthelot) de tels engagements corporels. La pluralité explicative relevée au terme d’une série d’entretiens approfondis revêt une triple dimension : intra-individuelle, c’est-à-dire propre aux motifs intrinsèques de l’individu ; interindividuelle, impliquant des motifs sociaux et un dialogue interpersonnel entre pratiquants ; enfin, exo-individuelle, c’est-à-dire imputable à des forces sociales, normatives, institutionnelles et/ou idéologiques qui dépassent l’individu aussi bien que le strict cadre du groupe.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Le sport est ici défini de manière non restrictive, en tant qu’activité culturelle variable et rév (...)

1Qu’ils emploient les termes de sports 1 « alternatifs » (Rinehart & Sydnor, 2003), « extrêmes » (Le Scanff, 2000, Loret, 2002), « à risque » (Le Breton, 2002), de « glisse » (Midol, 1983), plusieurs observateurs de notre contemporanéité sportive soulignent la radicalisation et la fréquence accrue des expositions au danger. Les tentatives d’explication de ce phénomène s’inscrivent dans différents registres : recherche de sensations fortes, appel de l’aventure, « déroutinisation » du quotidien, affirmation identitaire, etc. Cette pluralité explicative traduit à l’évidence la diversité des manifestations et significations de ces engagements corporels (Martha, 2002). Elle semble par ailleurs accentuée par l’adoption de postures théoriques variées, et, pour certaines, relativement tranchées (Soulé & Corneloup, 2007). Les études articulant plusieurs théories se développent, mais elles constituent encore l’exception au sein d’un champ qui privilégie l’inscription dans un modèle sociologique exclusif (Soulé et al., 2009). Or, l’engagement dans une modalité « risquée » de pratique sportive semble bel et bien relever de la multi-causalité. À travers les cas de l’alpinisme, de l’escalade, du parachutisme et du saut à l’élastique, nous entendons saisir les motifs déclarés d’acceptation des dangers que recèlent ces gravity sports (Soden, 2003). L’objectif n’est pas uniquement de mettre à jour la diversité explicative qui ne manquera pas d’apparaître, mais aussi de s’attaquer au défi qu’elle représente en termes de modélisation théorique. Ainsi, il s’agira de rendre intelligible la complexité de l’objet, en recourant aux différentes recherches présentes dans la littérature, à leurs fondements théoriques et à nos propres éléments empiriques. Avant de prétendre apporter quelque élément de compréhension, il convient de construire l’objet de cette étude. Suite à ce préalable conceptuel, nous préciserons notre problématique ainsi que la méthodologie qui en découle. Enfin, les résultats d’une enquête qualitative seront présentés puis discutés.

Les « sports à risque » : de quelles pratiques parle-t-on ?

2Du fait de sa polysémie, le risque est décrit par Jean-Pascal Assailly comme un « nid de concepts » (Assailly, 1992). Ortwin Renn met du reste en garde les chercheurs s’aventurant sur ce terrain conceptuel glissant (Renn, 1998). Une différenciation entre les termes de risque et de danger permet, en simplifiant volontairement le propos, d’atténuer certaines ambiguïtés. Le danger renvoie à un ensemble de menaces, d’événements dommageables susceptibles de se produire si certaines conditions (conjonction de facteurs) sont réunies. Le risque est une manière de considérer et se représenter le danger (Joffe, 2003). C’est donc une construction de l’esprit (Beck, 2001). Il n’est évidemment pas question d’opposer risque et danger, mais de souligner leur imbrication : ils constituent, pour le sociologue, les deux faces d’une seule et même médaille, le danger ne pouvant être analysé indépendamment de la signification qu’il revêt pour un acteur. La prise en considération conjointe du danger et du risque semble seule à même de permettre une compréhension en profondeur de la richesse du lien qui unit les conduites dangereuses et leurs représentations.

3Si Gilles Rotillon considère l’alpinisme comme un « sport extrême », c’est parce qu’il met, selon lui, réellement en jeu la vie du pratiquant. À l’inverse, il propose d’exclure l’escalade de cette catégorie, car grâce au matériel, notamment, « tout est fait pour éliminer le risque mortel » (Rotillon, 2002). Éric de Léséleuc et Lionel Raufast, à l’inverse, affirment que seuls les acteurs peuvent permettre de déceler les principes définitionnels de leurs activités (de Léséleuc & Raufast, 2004). Parmi ces derniers, le risque, tel qu’il est vécu et ressenti, occupe une place de première importance. Selon ces deux auteurs, le rapport entretenu avec le risque par les grimpeurs et les alpinistes apparaît en effet comme une variable discriminante permettant de différencier ces activités ascensionnelles. Les pratiques articulant le corps et la verticalité sont ainsi considérées comme participant de l’alpinisme lorsqu’elles se fondent sur des logiques d’affrontement et de prise de risque (vertige par attirance du vide), et comme participant de l’escalade lorsqu’elles s’étayent sur des jeux de chute dans le vide (vertige par lâchage). Ne privilégiant pas la même entrée dans le débat notionnel (pragmatisme et prise en compte de la logistique sécuritaire d’un côté ; mise en avant phénoménologique du ressenti et de l’expérience vécue de l’autre), ces auteurs en arrivent tout de même à des conclusions similaires : l’alpinisme revêt un fort potentiel accidentologique, contrairement à l’escalade, ou, par extension, aux activités se caractérisant par une sécurisation passive poussée (via ferrata, saut à l’élastique, etc.). Le passage du danger au risque implique néanmoins que chacune de ces pratiques, en dépit de toutes les tentatives de formalisation académique, peut être vécue et/ou envisagée comme une mise en suspens insensée de son intégrité corporelle.

  • 2  Pour 2000, 2001 et 2002, les accidents corporels (hors décès) sont de 20,1/1000 parachutistes lice (...)
  • 3  « Le saut à l’élastique, si tu sautes et que tu fais ça avec des gens bien, tout ce qui est danger (...)

4De son côté, Gildas Loirand qualifie le parachutisme d’activité à risque car « même si celui-ci reste limité, il y a effectivement toujours un risque que le parachute principal et/ou le parachute de secours ne s’ouvre pas ou trop mal pour assurer la sécurité de l’atterrissage » (Loirand, 2006). Ainsi, le parachutisme, qui présente un taux de blessures inférieur à celui des « sports de ballon » 2, est sans surprise considéré comme un « sport à risque », puisque le processus de catégorisation des pratiques « à risque » se base davantage sur la gravité des écueils corporels envisageables que sur la fréquence des accidents (Collard, 1998 ; Mun, 2004). Il faut donc établir une double distinction : d’une part, les impacts potentiels en cas d’accidents et la fréquence d’occurrence de ces derniers ; et, d’autre part, les scénarios accidentels hypothétiques que constituent les dangers (ce qui peut se produire) et la façon dont ceux-ci sont appréhendés. C’est à ce niveau que s’opère une construction culturelle et psychologique pouvant éventuellement déboucher sur une « mise en risque » de certaines activités sportives. Signalons en outre que, comme en alpinisme et en escalade, le rapport au danger diffère entre adeptes du parachutisme et du saut à l’élastique. Les premiers reconnaissent volontiers le caractère potentiellement létal de leur activité, mais insistent très nettement sur « l’interdiction » de la chute au sol (Loirand, 2006), tandis que les seconds ont tendance à nier le risque, mettant en avant le matériel et la gestion de la sécurité pour pouvoir librement jouer et jouir de la chute 3.

5Pour ce qui est des quatre activités étudiées, recourir à la notion de « sport à risque » sans approximation conceptuelle ou assimilation abusive se révèle particulièrement délicat. C’est pourquoi nous proposons, dans le cadre de cet article, de regrouper ces activités sous l’appellation « sports de gravité », en soulignant la double signification du terme : la gravité dont il est question doit être comprise à la fois comme ce phénomène physique, potentiellement dangereux, d’attraction du corps vers la terre, mais aussi en tant que mesure, objective et/ou subjective, de l’impact généré, le cas échéant. Entendue ainsi, la gravité semble constituer un double dénominateur commun aux quatre activités citées supra.

Une pluralité explicative de fait

6Trois des quatre activités étudiées dans cet article (alpinisme, escalade, et, dans une moindre mesure, parachutisme) ont fait l’objet de nombreuses investigations. La littérature se caractérise par une certaine pluralité explicative : différentes manières de penser et construire l’engagement corporel dans un sport de gravité, irréductibles les unes aux autres, se côtoient.

7Une première perspective souligne que le flirt avec le danger fournit l’occasion d’une respiration, d’expression du « vrai soi » face à la pression sociale et aux efforts sociétaux déployés pour atténuer les manifestations quotidiennes de l’incertitude. D’une certaine manière étouffé, l’individu chercherait des obstacles pour retrouver une plénitude menacée par une vie sans surprise. Richard G. Mitchell observe à propos de l’alpinisme que la montagne offre une arène alternative au monde du travail et à la routine quotidienne (Mitchell, 1983). Stephen Lyng observe des faits similaires dans les activités comme la chute libre, l’escalade ou le parachutisme (Lyng, 1990). Gildas Loirand envisage lui aussi le parachutisme comme une enclave de déroutinisation socialement admise, dont « la fonction est de fournir un degré d’insécurité, de satisfaire l’attente de quelque chose d’imprévu ainsi que le risque, la tension, la montée d’angoisse qui va de pair » (Elias & Dunning, 1994, cité par Loirand, 2006). L’incertitude et l’intensité de l’engagement viennent ainsi tempérer le calme plat d’existences sans surprises. En éprouvant sa capacité à dominer la peur et à garder la maîtrise de situations périlleuses, le pratiquant accéderait à un sentiment de réalisation de soi.

  • 4  Données de la Fédération Française de Parachutisme rapportées par Nicolas Penin (2004) et données (...)

8Il n’en reste pas moins que nos choix, comportements et trajectoires sont en partie inconscients, et notamment induits par des caractéristiques sociales. Ainsi, l’âge (Donnelly, 2003), le genre (Penin, 2004), certains milieux professionnels (Lefèvre, 2002), ou encore la situation familiale (Lyng, 1990 ; Le Scanff, 2000) constituent des variables déterminantes quant à l’engagement dans un sport de gravité. Si l’on adopte une posture dispositionnelle simpliste, être un jeune homme blanc, célibataire, issu des classes moyennes ou supérieures semble prédisposer à la pratique de sports dangereux. En tout état de cause, les sports de gravité sont bel et bien des sports d’hommes : seul un pratiquant régulier du parachutisme ou du vol libre sur sept est une femme 4 . Les quelques femmes s’engageant dans le « conservatoire des vertus viriles » que constituent les sports d’aventure (Pociello, 1987) semblent du reste avoir incorporé des dispositions qui sont le fruit de trajectoires sociales originales, voire d’une socialisation inversée (Penin, 2004). D’autres déterminismes, relevant de la réalité matérielle et du monde des objets, ont aussi leur importance : en alpinisme, parachutisme, escalade et saut à l’élastique, les évolutions technologiques ont accru la sécurisation passive. Paradoxalement, cela engendre, selon Michel Vuille, des comportements dangereux de la part de pratiquants ainsi « rassurés », mais ne maîtrisant pas les techniques de sécurité active (Vuille, 2002). On assiste même à un processus de mise à distance de la technologie par l’élite des himalayistes (Raspaud, 1998) : pratiquer sans sécurité, alors qu’elle existe (notamment sous la forme d’apport artificiel d’oxygène), est devenu l’exploit à réaliser dans les années 1990 (Perrin, 2002). Ces approches fournissent des éléments structuraux de compréhension (Berthelot, 2000).

9D’autres chercheurs interprètent la confrontation au danger comme un souhait d’exercer, et, dans une moindre mesure, afficher un contrôle sur une incertitude provoquée. Les « prises de risque » sont alors appréhendées comme des stratégies identitaires, inscrites dans une perspective utilitariste et tournées vers la valorisation de soi (Collard, 2002). Les gravity performers (Soden, 2003) retirent ainsi des profits individuels des actes auxquels ils se livrent, lesquels ne sont insensés qu’en apparence. Dans cette perspective, l’aplomb, l’habileté technique, l’assurance et le sang-froid de l’ascensionniste ne constituent pas seulement des conditions de la réussite sportive ; ils sont constitutifs des objectifs de la pratique. Loin d’être une marque d’impulsivité et d’irrationalité, l’engagement corporel risqué offre a contrario l’occasion de faire preuve de son sens des responsabilités, de ses aptitudes, bref de son hyper-rationalité, dans un contexte ne donnant guère le droit à l’erreur.

10Si l’action prend forme selon un scénario approprié, et si la représentation est un succès, les sportifs peuvent « faire l’étalage de qualités telles que la dextérité, la force, la connaissance, le courage ou le sang-froid » (Weiss, 2001). Ces logiques interactionnelles semblent exacerbées par la présence de risques d’atteinte corporelle. Ce qui est en jeu, dès lors, c’est l’orchestration de la confrontation au danger et de la capacité à y faire face par le truchement d’habiletés motrices. Peter Donnelly et Kevin Young soulignent par exemple que dans le monde de l’escalade, la construction identitaire peut être dirigée vers deux audiences différentes : les membres de la société dans son ensemble, et les membres de la subculture sportive (Donnelly & Young, 1988). Au fur et à mesure que le nouvel arrivant quitte son statut d’outsider pour revendiquer celui d’insider, la démonstration de l’appartenance à la communauté des grimpeurs, initialement tournée vers l’extérieur, devient centrée sur les signes favorisant la reconnaissance et l’appréciation internes du statut recherché. À ce stade, les grimpeurs « qui rabaissent l’ascension à leur niveau », par l’intermédiaire de moyens artificiels jugés non nécessaires, peuvent faire face à la dérision. Par ailleurs, ceux qui ne jouent pas le jeu de la population locale prennent un autre risque : celui d’être symboliquement exclu de la communauté des grimpeurs (de Léséleuc & Raufast, 2004). Ainsi, de manière différente au sein de chaque subculture sportive, ces phénomènes de normalisation comportementale sont susceptibles d’engager certains sportifs dans des modalités de pratique accentuant les dangers. Certaines pratiques se heurtent toutefois à des contraintes en termes de mise en scène (Raspaud, 1998) : ainsi, à l’instar de la voile hauturière, en alpinisme ou en parachutisme, l’éloignement et la difficulté d’accès aux lieux d’évolution empêchent la théâtralisation des exploits réalisés. La plupart des performances réalisées restent par conséquent soustraites au regard du public, ne survivant que par l’intermédiaire de récits ou enregistrements vidéo. Pour autant, les éventuels bénéfices en termes d’image ne sont pas absents, car une identité sportive peut être suggérée de maintes manières au-delà du théâtre d’évolution stricto sensu (Michon & Ohl, 1993).

11Enfin, un rapport hédoniste entre les pratiquants et le milieu montagnard s’est développé au cours des années 1980, synonyme de « dédramatisation » de la montagne. Alors que les puristes furent prompts à dénoncer une édulcoration de la pratique, Jean Corneloup a montré combien cette évolution a favorisé la recherche, en escalade libre, d’un flirt simulé avec la mort, procurant une griserie de tous les instants, renouvelable à volonté par l’expérience des « petites morts » à répétition que sont les chutes contrôlées (grâce à la qualité de l’équipement des voies et au matériel de sécurité individuel) (Corneloup, 1993). La chute était auparavant « interdite » en alpinisme, car potentiellement fatale. Mais la pratique du « vol » en falaise, le jeu autour de la gestuelle, du vide et de la chute permettent désormais d’assouvir ce besoin de ressenti. Le vertige, le « jeu aux limites » (Griffet, 1991) procurent des sensations qui contribuent à l’adoption de comportements sportifs corporellement risqués, bien que réfléchis. En BASE jump, ce jeu se manifeste « au point d’envol, dans les figures réalisées en chute libre, et au moment de l’ouverture, retardée le plus possible, mais en se tenant toujours en deçà du seuil critique » (Martha & Griffet, 2006). Ni fin, ni plaisir en soi, l’exposition au risque est librement consentie afin d’offrir aux pratiquants la possibilité d’éprouver une intense expérience émotionnelle. En parachutisme, Gildas Loirand évoque le bruit du moteur, le souffle de l’hélice, l’odeur de l’essence, la hauteur, la coupure des gaz, le placement à la porte avant l’impulsion et le froid comme autant d’éléments contribuant à susciter une « montée continue d’émotions, d’excitation, de tension, de peur » si intense qu’elle peut parfois conduire à une amnésie du déroulement du saut (Loirand, 2006). D’une certaine manière, l’intensité du vécu sensitif et les moments d’extase procurés par les sports de gravité s’apparentent à une mise en transe (Héas, 2004).

Problématique et hypothèse

12Au regard de cette recension des écrits, les facteurs à l’œuvre dans la construction de l’engagement dans un sport de gravité sont à la fois intra-individuels (c’est-à-dire intrinsèques à l’individu), interindividuels (impliquant des aspects sociaux et un dialogue interpersonnel entre pratiquants) et exo-individuels (imputables à des forces sociales, normatives et/ou idéologiques dépassant l’individu aussi bien que le cadre du groupe). La confrontation entre cadres d’expérience (Dubet, 1994) et d’intelligibilité semble dès lors souhaitable ; nous avançons l’hypothèse qu’une approche croisant les regards théoriques et empiriques autour de ces trois dimensions est à même d’enrichir la compréhension de notre objet. À défaut d’être aujourd’hui en mesure de proposer une véritable articulation de ces trois dimensions au sein d’une seule et même modélisation, ce travail vise plus modestement à s’assurer de leur complémentarité. Ainsi, les sociologies individualiste et phénoménologique font par exemple émerger des motifs d’engagement de type intra-individuel : l’exposition au danger serait destinée à permettre la progression, à accroître la connaissance de soi tout en provoquant une satisfaction sensorielle. Pour sa part, et en toute logique, la sociologie interactionniste apporte son lot de connaissances en termes interindividuels ; la réalisation de performances de divers ordres revêt d’autant plus de valeur que celles-ci peuvent être appréciées par des tiers. Dans une certaine mesure, les sensations éprouvées ne deviennent réellement transcendantes que si elles peuvent être partagées et/ou communiquées à autrui. Enfin, les perspectives structurales proposent des motifs d’engagement exo-individuels ; certaines variables familiales ou professionnelles s’avèrent déterminantes dans l’engagement corporel, lequel semble de surcroît représenter un moyen efficace de reprise du contrôle de sa vie et de sortie de la routine. L’enjeu essentiel est de s’assurer que la complémentarité théorique, sur laquelle nous fondons notre hypothèse, est à même de faire émerger une véritable complémentarité empirique. C’est-à-dire que la pluralité explicative repérée au sein de la littérature sociologique se traduit bien dans les faits par une articulation des motifs d’engagement et d’acceptation des dangers inhérents à la pratique des gravity sports.

Méthodologie

13Afin de confronter au terrain notre hypothèse de pluralité et d’hétérogénéité des motifs d’engagement, des entretiens de type semi-directif ont été réalisés. Le guide utilisé avait vocation à aborder différentes dimensions, des plus structurelles et « déterminées » aux plus subjectives. Ainsi, nous avons tenté de faire émerger des facteurs d’engagement intimement liés à l’individu (sensations, émotions, « projet » personnel, etc.), sans omettre d’évoquer les aspects interactionnels (accommodation, distanciation, partage, etc.) et plus largement l’influence de la structure sociétale (identification, différenciation, conformisme, etc.). À mi-chemin entre induction et déduction, la démarche méthodologique adoptée est de type délibérative (Savoie-Zajc, 2000, 2004) : entrés sur le terrain avec des connaissances théoriques et une hypothèse épistémologique forte, nous n’avons néanmoins pas cherché à recueillir des données correspondant à des indicateurs précisément et préalablement construits. Pour obtenir des propos relatant des trajectoires et expériences vécues, principal objectif de ces entretiens, nous nous sommes inspirés de la démarche du récit de vie : à travers une approche compréhensive, les pratiquants étaient amenés à expliciter leurs choix et comportements.

  • 5  En Surface Artificielle d’Escalade (SAE) l’hiver et en falaise aux beaux jours.
  • 6  Terme employé pour désigner les responsables de saut sur le pont.
  • 7  En France, le brevet A est obtenu après 15 sauts, le brevet B après 30 sauts minimum et deux sauts (...)

14L’échantillon est composé de treize pratiquants au vécu important, interviewés pendant une heure en moyenne. Quatre de ces entretiens concernent des alpinistes (E1 à E4). Adeptes de l’ascension de hauts sommets, de cascades de glace ou encore d’escalade en terrain d’aventure, ils sont tous diplômés d’État et/ou Guide de haute montagne. Quatre autres entretiens ont étés réalisés auprès de pratiquants d’une escalade plus classique en falaise (E5 à E8), s’y adonnant une fois par semaine au minimum 5. Enfin, trois adeptes du saut à l’élastique (E9 à E11) (dont deux bungy masters 6) et deux parachutistes confirmés (possesseurs a minima du brevet C 7, dont un instructeur) (E12 et E13) ont été interviewés.

Résultats et discussion

15À partir des propos recueillis, des motifs d’engagement intra, inter et exo-individuels ont été identifiés. C’est dans cet ordre que sont présentés les résultats. Précisons qu’au delà de cette classification, il est de rigueur d’envisager les motifs d’engagement déclarés comme étant intimement liés les uns aux autres. Nous reviendrons sur cette complémentarité en conclusion.

Facteurs intra-individuels d’engagement

16Ces facteurs d’acceptation du danger, sont ceux que les pratiquants mettent le plus souvent en avant, à travers l’accent porté sur la souveraineté de leurs décisions et/ou la maîtrise de leur engagement.

L’esthétique du risque : entre émotions fortes, fusion et contemplation

17Tous les pratiquants interviewés évoquent les sensations grisantes procurées par leur activité. Pour certains, c’est « extrêmement bref et c’est un condensé d’émotions […] énorme, puissant » (E10). Pour d’autres, « c’est de l’adrénaline à 200% » (E1), « des palpitations [...] de l’ivresse presque » (E11) qui procure une « réelle griserie des sens » (E12). Cette satisfaction sensorielle va au-delà du simple ressenti vertigineux. Elle est en effet fréquemment combinée à une impression de fusion avec l’environnement. Plusieurs pratiquants évoquent ainsi cette impression « d’être en phase avec le milieu » (E7) dans lequel ils évoluent, de « ne faire plus qu’un » (E7) avec les éléments. Cet interviewé explique que « c’est comme si [son] corps épousait parfaitement les formes du rocher ». Ce type de récit renvoie au flow (Csikszentmihalyi, 1990), ce processus psychique particulier par le biais duquel une certaine transcendance peut être éprouvée. Son atteinte, qualifiée d’expérience optimale, résulte d’un équilibre harmonieux entre le challenge poursuivi et les compétences ou expertises mobilisées à cet effet. Totalement absorbée, la personne perd alors temporairement la conscience d’elle-même, du temps qui passe et est envahie d’une intense satisfaction. Certains pratiquants ont conscience que c’est presque « une drogue » dont ils ont « besoin ». E4 « y retourne aussi pour ça ». Et quand les conditions climatiques, par exemple, rendent la pratique impossible, « il y a un manque, un gros manque [...] psychique et même intellectuel [...] On se sent pas très bien [...] et puis même dans la tête ça va pas » (E8). Mais si addiction il y a, elle n’est jamais considérée comme nocive ou pathologique. Au contraire, bien que certains extraits semblent indiquer une forme de dépendance, la plupart des pratiquants la qualifient d’aussi inoffensive que les autres « plaisirs de la vie », « plus proche du chocolat que de la drogue comme le tabac » (E10) et n’allant pas « à l’encontre de la santé ». La prise de risque est alors considérée comme une façon de profiter de la vie au travers des plaisirs qu’elle procure. Elle devient la condition d’un certain bien-être. Un pratiquant va jusqu’à faire l’analogie avec les rapports sexuels :

« Moi souvent… je suis désolé de la comparaison mais pour moi c’est comme le cul ! Quand tu couches avec quelqu’un, t’as du plaisir, et ton corps produit ce plaisir pour te donner envie d’y retourner. Et bien sûr, comme tout le monde, t’y retournes parce que c’est bon quoi (rire)… et ben en saut c’est pareil…t’y retournes aussi parce que les sensations, t’as envie de les retrouver. Et tu vois, on dit pas que t’es un toxico de la sensation parce que tu baises souvent ! Et bien là c’est pareil. Tu profites des plaisirs de la vie, c’est tout ! » (E11)

  • 8  Si les pratiquants de l’escalade, les alpinistes ou les parachutistes (dans une moindre mesure) dé (...)

18L’extase générée par ces pratiques « vertigineuses » a souvent pour cadre un environnement grandiose, ce qui semble accentuer son intensité. Il n’est dès lors plus seulement question de sensations, mais d’une esthétique au sens large, d’une dimension contemplative faisant accepter parfois bien des « galères », car le spectacle et l’immersion au sein de cet univers privilégié se méritent. Dans la perspective de la sociologie sensible, le danger semble finalement constituer un élément à affronter pour pouvoir accéder à ce qui est apprécié par dessus tout : la possibilité de ne faire qu’un avec l’élément 8, de l’utiliser comme terrain de jeu procurant une griserie des sens ainsi que des montées d’adrénaline.

S’exposer pour mieux se connaître

19La confrontation à des situations incertaines donne la possibilité d’assumer totalement ses choix. Il est ainsi possible d’être soi-même, sans assistance extérieure, ce qui permet, in fine, de réaliser ce dont on est capable, sans complaisance ni faux-semblants. L’exposition au danger devient alors le révélateur des « capacités physiques, techniques et morales » (E7), mais aussi un moyen de les tester, car en escalade solo, notamment, « tu vois vite comment tu réagis » (E4). À en croire plusieurs interviewés, seul le fait d’affronter des événements problématiques, éventuellement porteurs de danger, fournit l’occasion d’une authentique mise à l’épreuve. Ces moments permettent de cerner finement sa propre identité, ses capacités et limites, alors que les situations de la vie quotidienne fournissent rarement de telles opportunités de disposer, en quelque sorte, de son reflet dans un miroir :

« En bout de planche t’es vraiment tout seul. Le masque social que tu simules, qu’on simule tous en permanence, genre tu veux donner l’impression d’être quelqu’un, quand t’arrives en bout de planche t’es tout nu. Les gens redeviennent ce qu’ils sont vraiment au fond d’eux-mêmes [...] on ne triche pas » (E10).

Un vecteur de progression et de performance

20L’exposition aux dangers permet donc de mieux se connaître, en fournissant des points de repère. Dans cette perspective, le potentiel de chacun est en quelque sorte à jauger, ce qui n’est possible que par la provocation et l’expérience concrète de situations mettant en péril l’équilibre sécuritaire. Dès lors, la progression technique est également rendue possible, comme l’exprime un grimpeur : « de toute façon t’as pas le choix, si tu veux progresser, à un moment donné il faudra bien que tu te mettes en danger » (E8). Il faut donc « prendre des risques pour progresser et faire une bonne perf [...] forcément » (E3). Cette prise de risque passe par « tenter un nouveau pas, une voie, un truc que t’as jamais fait et dans lequel tu risques de te planter » (E8). C’est par exemple « faire une ascension plus longue, plus difficile ou que t’as jamais faite donc que tu connais mal » (E3).

Facteurs interindividuels d’engagement

21Nous entendons par facteurs interindividuels l’ensemble des motifs sociaux d’acceptation du danger renvoyant aux relations interpersonnelles et aux liens unissant les pratiquants. Ces résultats mettent en avant le besoin de partage des expériences vécues, prouvant que l’engagement (qui prend généralement forme au sein de collectifs) est rarement exclusivement centré sur l’individu. Les motifs intra-individuels s’avèrent ainsi peu explicatifs s’ils ne sont pas également questionnés collectivement.

Partager une expérience commune et renforcer des liens

22Une volonté d’appartenance à un groupe et de cohérence vis à vis des valeurs particulières qu’il véhicule apparaît. Du reste, on pratique rarement seul. Ces pratiques sont au contraire communautaires, au sens de Ferdinand Tönnies : adhésion consensuelle, ensemble de normes et valeurs partagées souvent renforcés par des liens de localité et d’esprit (amitié, solidarité) (Tönnies, 1887). Beaucoup de pratiquants confient ainsi leur goût pour la liberté et le bonheur d’être en adéquation avec le milieu fréquenté, mais aussi pour le « partage de quelque chose, et pas uniquement l’activité » (E1) avec des proches. Comme l’exprime un parachutiste, « c’est un peu comme une grande famille qui a en commun le parachutisme » (E13). L’activité fait alors office d’élément qui réunit des individus « dans une espèce de symbiose » (E13). « Pas besoin de parler. Juste un regard pour savoir (sous entendu : savoir si l’autre est bien) » (E1). En escalade ou en alpinisme par exemple, les pratiquants se retrouvent généralement assurés ou encordés avec quelqu’un et cette proximité permet de « créer [et d’entretenir] des liens avec cette personne [...] des liens hallucinants » (E1). À l’inverse, la plupart des grimpeurs disent ne pas être à l’aise, voire ressentir de l’appréhension, lorsqu’ils ne connaissent pas bien la personne qui les assure. S’ils ne pratiquent généralement pas seuls, ce n’est donc pas seulement pour partager des moments forts et intenses, mais aussi parce que la présence d’autrui rassure et stimule, d’autant plus que l’on connaît bien la ou les personnes en question.

23Le risque semble ainsi également constituer « un prix à payer » pour obtenir ce qui est fondamentalement recherché : des émotions partagées. Les efforts consentis, les mauvais moments passés, l’abandon temporaire du confort et le vécu de situations dangereuses formeraient la contrepartie à accepter pour se « sentir en commun » (Maffesoli, 1990). L’extrait suivant illustre bien combien il faut parfois savoir accepter bien des « galères » pour vivre ces moments :

« Ça nous est arrivé avec X de dormir sur des vires en montagne parce que t’es pris par le temps et t’es obligé de dormir sur des p’tites vires qui font la taille de la table. T’en a un qui s’allonge, qu’est allongé sur les genoux de l’autre et au bout d’un moment t’échanges. T’es pas sapé pour. T’as un gore-tex, mais dessous t’es sapé hyper léger par que t’es parti pour une grande voie, et en fait t’attends quasiment les premières lueurs du jour, tu sais que tu ne vas pas dormir, t’es vaché, tu risques rien, mais t’as un décor hallucinant, t’es dans des mauvaises conditions, tu sais que tu ne vas pas dormir de la nuit, il fait froid, t’es gelé. Donc tu te mets des coups de poings, tu te mets sur la gueule et tu rigoles bêtement toute la nuit. Parce qu’il y a une excitation, parce que t’as de la tension, t’as la fatigue physique, fatigue nerveuse qui sont là. Mais ça crée des moments... » (E1)

Facteurs exo-individuels d’engagement

24Si, comme l’évoquent les facteurs interindividuels mis en évidence supra, l’acceptation des dangers sportifs ne saurait être cloisonnée de la dynamique spécifique aux groupes de pratiquants, la société dans laquelle nous vivons nous impose également ses codes et déterminismes. Sans pour autant être envisagées comme toutes-puissantes, ces influences sociétales ne peuvent être ignorées.

Déroutiniser son existence

25Une motivation fréquemment mise en avant est la volonté de rompre avec un quotidien jugé pesant et/ou trop lisse. Cet aspect du discours est à rapprocher de la fonction « déroutinisante » de certaines activités humaines librement consenties (Elias & Dunning, 1994). Ainsi, les sports de gravité semblent pouvoir aider à s’évader et à surmonter les tracas journaliers. Pratiquer « c’est un peu comme les voyages » car « quand tu rentres, t’es vraiment cool, prêt à affronter tous les soucis, les tracas du quotidien » (E1). Le sérieux du jeu demandant « une grande concentration, tu oublies tout le reste, tous les soucis du quotidien, tous les tracas » (E5). Dès lors pratiquer un sport de gravité permet de « sortir de la routine et du petit train-train pour mieux y retourner » (E5). La présence de dangers et d’incertitude provoquée peut ainsi contribuer à la lutte vivifiante contre l’ennui et la routine. Il arrive même que ce besoin soit présenté comme ayant une teneur vitale. Ce qui devient saillant en termes d’analyse, c’est l’opposition entre un quotidien linéaire et la sphère alternative des gravity sports à travers laquelle il est possible de se confronter à des situations moins planifiées et encadrées, revêtant un caractère extraordinaire. Le thème de la rupture avec le quotidien, vu comme banal, placé sous le signe de la contrainte, revient fréquemment ; un engagement corporel singulier permet dès lors d’atteindre une forme d’équilibre.

Se différencier par son engagement

26Le jeu de la différentiation sociale semble avoir conduit certains alpinistes à adopter un style de pratique ascensionnelle « hors du commun ».À travers l’évocation des particularités de leur pratique, le ton et le vocabulaire utilisés, ils cherchent à l’évidence à souligner le fossé les séparant des pratiquants lambda de la montagne. Cette logique de singularisation constitue probablement une réponse à l’essor que l’escalade a connu au cours des vingt dernières années. « Le terrain d’aventure, le solo, tous ces trucs là, ça n’a rien à voir avec la p’tite grimpe du dimanche sur un caillou aseptisé, ou t’as des broches tous les deux mètres » (E1). Les adeptes de l’alpinisme ou d’une escalade particulièrement engagée n’ont ainsi « pas le sentiment de faire la même chose » (E3) que les adeptes de l’escalade classique. Se sentant davantage dans « l’extrême » (E3), ils considèrent l’escalade comme « un moyen de s’entraîner et de progresser pour les grands itinéraires » (E4). Pour conserver le statut conféré ordinairement aux alpinistes – souvent basé sur l’image de l’aventurier – il convient dorénavant d’appartenir au cercle privilégié des « vrais », ceux qui repoussent occasionnellement les limites de la sécurité. Si autrefois, réaliser l’ascension du Mont Blanc était considéré comme un authentique exploit, de nos jours, cela ne suffit plus. Il faut aller toujours plus haut, vers plus difficile et spectaculaire, bref, repousser suffisamment les limites pour prétendre jouir du prestige des grands alpinistes.

27Ce jeu de différenciation fait aussi partie des motivations présentes chez d’autres pratiquants. En effet, selon la pensée structuraliste, les pratiques et les jugements culturels fondent des stratégies de distinction diversifiées selon la position des agents au sein de champs : les individus aux positions dominantes optent pour des stratégies de conservation tandis que les individus en position de dominés pratiquent des stratégies de subversion. À cette logique de distinction se superpose par ailleurs une volonté d’appartenance au groupe et de cohérence vis à vis de valeurs particulières. Ainsi, comme évoqué supra, les alpinistes cherchent à se différencier des « grimpeurs », et ces derniers cherchent pour leur part à se distinguer de la masse, à « ne pas être comme tous ces gens qui ne sortent jamais du droit chemin, qui ont peur de traverser la route quand le bonhomme est rouge, même si y’a pas de bagnoles ! » (E6). S’ils cherchent à s’affranchir de certaines règles, c’est surtout pour ne pas être « un mouton comme tout le monde » (E6).

Conclusion

28Tout au long de cet article, les risques corporels ont été appréhendés non comme une fin en soi, mais comme un passage permettant l’atteinte d’états ou de gains de divers ordres. Il convient donc de préciser que sur un plan identitaire, notamment, ce n’est pas véritablement la confrontation au risque qui permet de se révéler ou de se valoriser, comme l’affirme Jean-Pascal Assailly (1992) ; de manière moins mécanique, c’est plus précisément la mobilisation de ressources particulières, indispensables pour affronter et réduire les dangers provoqués, qui devient éventuellement porteuse d’effets. Ainsi, nous nous sommes davantage intéressés aux raisons pour lesquelles le danger est accepté, qu’aux motifs pour lesquels des risques abstraits seraient pris.

29L’objectif poursuivi n’était pas seulement de mettre à jour la pluralité des motifs d’engagement, ni de prétendre à une exhaustivité explicative, mais surtout de s’attaquer au défi que cette diversité représente en termes de modélisation théorique : de quelle manière rendre justice aux propos des interviewés, accorder une égale importance à chaque aspect de leur récit, sans chercher à les faire entrer à tout prix dans une armature théorique préétablie, éventuellement déformante à l’excès ?

30Une précision s’impose : la diversité explicative n’est pas ici mobilisée pour catégoriser les acteurs selon la résonance de leurs propos avec un des trois domaines présentés supra. Du reste, l’acceptation des dangers inhérents à la pratique d’un gravity sport convoque de manière quasi-généralisée plusieurs des trois dimensions explicatives. Pour preuve, E7 est le seul interviewé dont les motifs d’engagement restent confinés à une seule dimension (en l’occurrence intra-individuelle). Chez les autres interviewés, dans une logique plurielle de construction de soi, plusieurs groupes de facteurs se côtoient. Pour autant, considérer que l’on retrouve chez tous les pratiquants des fragments de discours renvoyant à chaque niveau d’analyse serait une erreur : E1 est par exemple le seul à formuler des justifications renvoyant aux trois niveaux explicatifs. Chaque exposé des motifs d’acceptation du danger traduit en fait une manière singulière de composer son engagement autour et au sein des trois degrés d’analyse proposés.

31Au sein du matériau empirique recueilli, les motifs intra-individuels d’engagement dominent. Cette surreprésentation constitue peut-être le simple reflet de la réalité. On peut cependant légitimement se demander si la mise en avant de la jouissance ressentie et des progrès techniques permis par l’acceptation du danger ne procèdent pas de certains biais. Tout d’abord, un formatage idéologique et médiatique : les connotations positives du risque véhiculées par les médias et la communication publicitaire renvoient en effet à cette quête de sensations, ainsi qu’à l’idéologie du recul des limites et du dépassement de soi. Patrick Baudry résume bien cette valorisation sociétale du risque : le risque sportif constitue à ses yeux un produit de consommation parmi d’autres, un objet-signe qu’il faudrait consommer pour partager les valeurs diffusées par les médias (ne rien rater de son existence, jouir au quotidien) et faire valoir sa supériorité sur les autres, dans une logique de domination (Baudry, 1991). Cette volonté de se différencier du commun des mortels et/ou de mettre en scène ses prouesses est délicate à verbaliser sans trahir des intentions au caractère peu avouable. D’où, éventuellement, la mise en avant de facteurs d’engagement intra-individuels, synonymes, d’une part, d’une responsabilité exercée sur les choix effectués et d’une emprise sur l’incertitude provoquée, et, d’autre part, d’une identité de « jouisseur ».

32Malgré cet accent probablement mis sur les facteurs intra-individuels, les engagements corporels relatés semblent bel et bien relever d’un parcours, d’une réflexivité et d’une sensibilité ayant conduit vers des pratiques « à risque ». Car loin de subir passivement les effets d’une crise anthropologique de la modernité (Le Breton, 1991), les pratiquants interviewés réinterprètent subjectivement, de manière réflexive et sensible, les normes et valeurs dominantes de nos idéologies contemporaines que sont la performance, la recherche de plaisir, la nécessité de profiter de la vie, etc. Ces réinterprétations passent par des formes individuelles et collectives de construction de soi, l’identité de chacun se construisant dans un rapport constant de l’individu avec lui-même et avec autrui (Morin, 2001).

33Parvenir à une compréhension affinée de notre objet nécessiterait une articulation plus poussée des cadrages théoriques, afin de faire émerger un véritable « espace de médiation » (Duchastel & Laberge, 1999). Le concept d’identité, en tant que processus et dialogue complexe entre intégration, réflexivité et sensibilité (Dubet, 1994 ; Kaufmann, 2004), semble permettre cette médiation inter-programmatique. À défaut d’y être totalement parvenu, ce travail a le mérite de démontrer que l’ouverture à plusieurs cadres d’intelligibilité enrichit la portée heuristique de chacun d’eux. Certes, à travers les données empiriques présentées, certaines explications se contredisent partiellement ; par ailleurs, des théories se révèlent seulement périphériques ou subsidiaires ; mais au final, l’engagement dans un sport de gravité, et plus largement dans ce que l’on nomme les « sports à risque », apparaît bel et bien comme un phénomène multi-causal qui doit pousser le sociologue à adapter ses outils théoriques.

Haut de page

Bibliographie

Assailly J.-P. (1992), Les Jeunes et la prise de risque. Une Approche psychologique de l’accident, Paris, Éditions Vigot.

Baudry P. (1991), Le Corps extrême. Approche sociologique des conduites à risque, Paris, Éditions L'Harmattan.

Beck U. (2001), La Société du risque. Sur la voie d'une autre modernité, Paris, Éditions Flammarion.

Berthelot J.-M. (2000), Sociologie: Épistémologie d'une discipline. Textes fondamentaux, Bruxelles, Éditions De Boeck Université.

Collard L. (1998), Sports, enjeux et accidents, Paris, Presses universitaires de FranceL

Collard L. (2002), « Le risque calculé dans le défi sportif », L’Année Sociologique, 351-369.

Corneloup J. (1993), « Les nouvelles formes de sociabilité en escalade », Actes du colloque Sport, relations sociales et action collective, Talence, Éditions MSHA.

Csikszentmihalyi M. (1990), Flow: The Psychology of Optimal Experience, New York, Harper and Row Editions.

Defrance J. (1995), Sociologie du sport, Paris, Éditions La Découverte.

De Léséleuc E. & Raufast L. (2004), « Du risque en sports de nature : une approche sociopsychanalytique », Revue Européenne de Management du Sport, 12, pp. 237-258.

Donnelly P. (2003), “The great divide. Sport climbing vs. Adventure climbing”, dans Rinehart R. & S. Sydnor (dir.), To the Extreme. Alternative Sports, Inside and Out, Albany, State University of New York

Donnelly P. & K. Young (1988), “The construction and confirmation of identity in sport subcultures”, Sociology of Sport Journal, 5, pp. 223-240.

Dubet F. (1994), Sociologie de l'expérience, Paris, Éditions du Seuil.

Duchastel J. & D. Laberge (1999), « La recherche comme espace de médiation interdisciplinaire », Sociologie & Société, pp. 63-76.

Elias N. & E. Dunning (1994), Sport et civilisation : la violence maîtrisée, Paris, Éditions Fayard.

Griffet J. (1991), La Sensibilité aux limites, Paris, Éditions Société.

Héas S. (2004), Anthropologie des relaxations : des moyens de loisirs, de soin et gestion personnelle ?, Paris, Éditions L'Harmattan.

Joffe H. (2003), “Risk: from perception to social representation”, British Journal of Social Psychology, 42, pp. 55-73.

Kaufmann J.-C. (2004), L'Invention de soi. Une théorie de l'identité, Paris, Éditions Armand Colin.

Le Breton D. (1991), Passions du risque, Paris, Éditions Métailié.

Le Breton D. (2002), Conduites à risque, Paris, Presses universitaires de France.

Le Scanff C. (2000), Les Aventuriers de l'extrême, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

Lefèvre B. (2002, « Par monts et par vaux. Contribution à l'analyse sociologique de l'alpinisme à travers la théorie de l'espace des sports : l'exemple des usagers de la haute montagne dans le massif du Mont Blanc », Science, Paris, Université de Paris XI-Orsay.

Loirand G. (2006), « Parachutisme : célébration du danger », Ethnologie Française, XXXVI, pp. 625-634.

Loret A. (2002), « Le sport extrême », Autrement, 211, pp. 37-45.

Lyng S. (1990), “A social psychological analysis of volontary risk taking”, American Journal of Sociology, 95, pp. 851-866.

Maffesoli M. (1990), Au Creux des apparences, pour une éthique de l'esthétisme, Paris, Éditions Plon.

Martha C. (2002), « Étude du sens des conduites à risque actuelles », Sociétés, 3.

Martha C. & J. Griffet (2006), « Sauter dans le vide : le Base-Jump, le jeu le plus sérieux du monde », Ethnologie Française, XXXVI, pp. 635-642.

Michon B. & F. Ohl (1993), « Marketing et sociologie : analyse de la consommation des produits sportifs », dans Loret A. (dir.), Sport et management. De l'éthique à la pratique, Paris, Éditions Dunod.

Midol N. (1983, “Cultural dissents and technical innnovations in the "whiz" sports”, International Review for the Sociology of Sport, 28, pp. 23-32.

Mitchell R. (1983), Mountain Experience. The Psychology and Sociology of Adventure, Chicago, University of Chicago Press.

Morin E. (2001), L'Identité humaine. La Méthode. Tome 5 : L'Humanité de l'humanité, Paris, Éditions du Seuil.

Mun S. (2004), The Perception of Risk in Sport Activities, Thèse de doctorat, Florida State University.

Penin N. (2004), « Prises de risque sportives : saisir des modes d’engagement sexués », Colloque international « Acteurs, risques et prises de risque à l’épreuve des sciences sociales », CLERSE-IFRESI, Lille, 25-26 novembre.

Perrin J.-F. (2002), Sports extrêmes et société. État des mentalités concernant la prise en charge des risques, Genève, Éditions Georg.

Pociello C. (1987), « Un nouvel esprit d'aventure. De l'écologie douce à l'écologie dure », Esprit, 125, pp. 95-105.

Raspaud M. (1998), « La mise en spectacle de l'alpinisme », Communications, 67, pp. 165-178.

Renn O. (1998), “Three decades of risk reseach, accomplishments and new challenges”, Journal of Risk Research, 1, pp. 49-71.

Rinehart R. E. & S. Sydnor (2003), To the Extreme: Alternative Sports, inside and Out, New-York, State University of New York Press.

Rotillon G. (2002), « L'alpinisme et l'escalade dans l'économie des loisirs », dans Baddeley M. (dir.), Sports extrêmes, sportifs de l'extrême. La quête des limites, Genève, Éditions Georg

Routier G. (2005), Pratique sportive à risque et identité, Mémoire de Master (non publié), Université de Caen Basse Normandie, Caen

Savoie-Zajc L. (2000), « La recherche qualitative/interprétative en éducation, dans Karsenti T. S. & L. Savoie-Zajc (dir.), Introduction à la recherche en éducation, Sherbrooke, Éditions du CRP.

Savoie-Zajc L. (2004), « La recherche qualitative/interprétative en éducation », dans Karsenti T. S. & L. Savoie-Zajc (dir.), La recherche en éducation : étapes et approches, Sherbrooke, Éditions du CRP

Soden G. (2003), Falling: How Our Greatest Fear Became Our Greatest Thrill. A History, New York, W. W. Norton & Co.

Soulé B. & J. Corneloup (2007), Sociologie de l'engagement corporel. Risques sportifs et pratiques "extrêmes" dans la société contemporaine, Paris, Éditions Armand Colin.

Soulé B., Routier G. & J. Corneloup (2009), « La sociologie des "sports à risque" : de l'éclatement des paradigmes à une perspective d'analyse complémentariste », Cahier de Recherches Sociologiques.

Tönnies F. (1887), Gemeinschaft und gesellschaft, Paris, Éditions Retz.

Vuille M. (2002), « Synthèse », dansBaddeley M. (dir.), Sports extrêmes, sportifs de l'extrême : la quête des limites, Genève, Éditions Georg.

Weiss O. (2001), “Identity reinforcement in sport. Revisiting the symbolic interactionist”, International Review for the Sociology of Sport, 36, pp. 393-405.

Haut de page

Notes

1  Le sport est ici défini de manière non restrictive, en tant qu’activité culturelle variable et révisable au cours du temps, couvrant de ce fait un large éventail de pratiques (Defrance, 1995).

2  Pour 2000, 2001 et 2002, les accidents corporels (hors décès) sont de 20,1/1000 parachutistes licenciés (Loirand, 2006) contre 20,3 en « sports de ballon » (Garry, 1999 cité par Loirand, 2006).

3  « Le saut à l’élastique, si tu sautes et que tu fais ça avec des gens bien, tout ce qui est dangereux est maîtrisé par l’équipe. Tu n’as plus qu’à te concentrer, te focaliser sur tes émotions et les gérer au mieux possible. T'as plus qu’à profiter quoi » (extrait d’entretien réalisé auprès d’un pratiquant de saut à l’élastique) (Routier, 2005).

4  Données de la Fédération Française de Parachutisme rapportées par Nicolas Penin (2004) et données 2006 de la Fédération Française de Vol Libre consultables sur : http://federation.ffvl.fr/sites/ffvl.fr/files/STATS2006-def_0.pdf

5  En Surface Artificielle d’Escalade (SAE) l’hiver et en falaise aux beaux jours.

6  Terme employé pour désigner les responsables de saut sur le pont.

7  En France, le brevet A est obtenu après 15 sauts, le brevet B après 30 sauts minimum et deux sauts de tests, et le brevet C après un minimum de 200 sauts, un examen théorique et deux sauts de test.

8  Si les pratiquants de l’escalade, les alpinistes ou les parachutistes (dans une moindre mesure) décrivent parfois leur activité comme ayant cette capacité d’unir corps, âme et éléments, ce n’est toutefois pas le cas des adeptes du saut à l’élastique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Routier et Bastien Soulé, « Jouer avec la gravité : approche sociologique plurielle de l’engagement dans des sports dangereux », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3121

Haut de page

Auteurs

Guillaume Routier

ATER, UFR APS (Université Européenne de Bretagne (Rennes 2), France - Doctorant en Sociologie - Lares (EA 2241) -  routier.guillaume@hotmail.fr

Bastien Soulé

MCF, UFR STAPS - Université de Caen Basse Normandie, France - bastien.soule@unicaen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page