Navigation – Plan du site
L’essor des métiers du conseil : dynamiques et tensions

L'essor des métiers du conseil : dynamiques et tensions

Introduction au dossier sur les métiers du conseil
Sophie Divay et Jean-François Orianne

Texte intégral

1L'activité de conseil a longtemps constitué une fonction rare et éminente. Max Weber consacre quelques pages à cette figure emblématique du « conseiller (ou guide) du prince » (Weber, 1963, p. 136), qui œuvre dans l'ombre de dirigeants politiques au sein des sphères du pouvoir empreintes de prestige. Ce numéro thématique de SociologieS, portant sur les métiers du conseil, rend compte d'une évidente démocratisation de cette activité. Le prince est désormais produit en série. Le plus irremplaçable des êtres (« L'État, c'est moi ») a pris les traits de l'usager ou du client. Parallèlement, le titre de conseiller s’est largement répandu ; il est désormais attribué à nombre de salariés, notamment dans le secteur des services. Ce constat incite à reprendre à notre compte la question posée par Everett Hughes (1996), qui s’interroge sur ce qu’il y a dans un nom ainsi que sur la magie de ses usages : s’agit-il d’un terme dont le sens est dénotatif ou connotatif ? Quel est son pouvoir d’évocation ou son degré d’euphémisation ? De quelles manipulations fait-il l’objet ? Qui, enfin, a le pouvoir de nommer ou la force de rejeter les qualificatifs imposés ?

2Les auteurs des sept textes rassemblés ici apportent tout d’abord des informations sur la variété des circonstances dans lesquelles il est fait usage de ce nom. Il est souvent adopté lors de la création de nouveaux métiers et octroyé à des salariés dont le contenu de travail prescrit peut s’avérer flou, ou encore pour remplacer l’ancien intitulé d’une activité qui, ainsi débaptisée, se trouve au passage éventuellement redéfinie. Par ailleurs, l’appellation de conseiller se rencontre fréquemment intégrée au sein d’expressions composées dont elle constitue le socle, tel un lexème représentant la plus petite unité porteuse de sens d’un lexique, à laquelle on ajoute un adjectif ou un complément de nom (« conseiller pédagogique » ou « conseiller en… »). Ces assemblages sont construits afin de spécifier le champ de compétence des conseillers, tant le spectre sémantique de la notion de conseil est large, puisqu’elle concerne aussi bien la sphère du quotidien et du privé (donner un bon conseil à un ami), que celle du professionnel (aide experte à la décision).

3Une autre source de variabilité découle, en outre, du ciblage des destinataires des conseils prodigués. Selon les cas, ces derniers sont désignés sous des noms différents : « public », « usagers », « bénéficiaires », « clients », « consommateurs ». Une telle palette laisse présager des différences entre les pratiques des conseillers dont le titre générique masque des approches et des objectifs distincts.

4Au-delà de la variété et de l’hétérogénéité des contextes dans lesquels le nom de conseiller est utilisé, l’énigme d’un tel succès reste entière : pourquoi tant d’institutions et d’entreprises jugent-elles pertinent de l’attribuer à leurs salariés ? Pourquoi, par ailleurs, certains d’entre eux revendiquent-ils ce titre en le substituant à leur nom officiel de métier, comme s’il caractérisait mieux leur activité réelle ou était davantage fidèle à leur définition idéale du métier ? A contrario, pourquoi d’autres se montrent-ils réfractaires à cet intitulé ?

5Les réactions récalcitrantes contre le port (du point de vue des salariés) ou contre l’octroi (du point de vue des employeurs) du titre de conseiller s’avèrent toutefois minoritaires au regard du succès que remporte ce nom. Du fait de ses usages antérieurs, il a hérité d’un pouvoir anoblissant qu’il conserve en dépit de sa récente banalisation. Il est de manière générale valorisant d’exercer le métier de conseiller, même si ce titre ne spécifie pas précisément le contenu de travail de son porteur qui est, cependant, spontanément perçu comme chargé d’un mandat à teneur altruiste. En effet, un conseiller ne saurait être que bienveillant à l’égard de ses interlocuteurs auxquels il offre d’une forme d’aide à la décision. Un autre présupposé porte sur la nature des conseils délivrés qui, dans le cadre d’une interaction professionnelle, sont censés être neutres, parce qu’émis par un intervenant extérieur et désintéressé (si ses services sont non payants) ou, tout au moins, préoccupé de l’intérêt de son « client ». Par ailleurs, le recours au conseil est compris comme une démarche volontaire que la personne effectue en vue d’obtenir une aide et un avis expert. Dans cette perspective, la référence au travail social n’est pas loin, et son évocation peut, de ce fait, servir de légitimation à certains nouveaux métiers en mal de reconnaissance ou à des métiers plus anciens dont la réputation est mauvaise.

6À y regarder de plus près, cependant, le tableau demeure brouillé. Le positionnement des conseillers s’avère incertain. Leur intervention est-elle toujours déclenchée par la demande d’un individu à la recherche de conseils ? Ne contribuent-ils pas à faire naître une demande auprès d’interlocuteurs qu’ils transforment, ainsi, en clients ou en usagers ? Mieux, ne s’adressent-ils pas à des personnes qui n’ont pas de demande et à qui ils apportent autre chose ou davantage que des conseils ? Ne sont-ils pas chargés, sous couvert d’une mission affichée de conseil, de délivrer des messages et de faire valoir des normes et des croyances que leur employeur a intérêt à faire adopter par certains publics ? Les activités de service ne se limiteraient donc pas, malgré les discours tenus publiquement, à satisfaire les besoins des destinataires des conseils ; en suivant Everett Hughes (1996), il est même possible d’affirmer qu’une démarche inverse est plus couramment suivie :

« D’une manière un peu abrupte, j’ai affirmé que les membres des professions ne se bornent pas à offrir un service, mais qu’ils définissent les besoins mêmes qu’ils servent. Ainsi, la vieille formule qui prétend que les professions satisfont les besoins et les désirs fondamentaux des gens et de la société est beaucoup trop simple. Nous devons prendre pour point de départ l’hypothèse selon laquelle, même en ce qui concerne les besoins biologiques, les professions se trouvent en interaction constante avec la population qu’elles servent – et davantage avec certaines catégories qu’avec d’autres, en raison des contacts entretenus ou de l’attention accordée – ainsi qu’avec la société dans son ensemble, et qu’elles sont à l’origine de changement sociaux, ou qu’elles y réagissent. Ces réactions prennent souvent la forme d’une résistance, parfois celle d’une innovation active » (Hughes, 1996, p. 131).

7Les lecteurs trouveront dans la suite de ce volume un approfondissement des questionnements ébauchés dans cette introduction, à travers la présentation de situations professionnelles singulières de conseillers spécialisés dans des domaines différents.

8Les articles de Xavier Roux et Adeline Gilson apportent un éclairage d’autant plus intéressant sur la condition de conseillers salariés d’une banque, que leurs approches se complètent parfaitement, en analysant, pour l’un, les attentes et les positionnements des clients et, pour l’autre, le rapport des conseillers au travail et à leur mandat. Bien que se situant dans des contextes bancaires différents, ces deux auteurs mettent entre autres en lumière les effets d’un double mandat imposé à ces conseillers (conseiller et vendre) sur l’interaction de conseil.

9On trouvera, par la suite, dans les trois textes consacrés à l’accompagnement des chômeurs (Jean-François Orianne et Hugues Draelants ; Jean-Michel Bonvin et Éric Moachon ; Sophie Divay et Coralie Perez), une mise en regard de dispositifs de la politique de l’emploi dans trois pays différents : la Belgique, la Suisse et la France. Les spécificités nationales s’avèrent in fine bien moindres que les points communs, notamment dus à la force de la doxa de l’activation prônée par les orientations européennes. L’incitation individualisante au « retour rapide en emploi » tend à homogénéiser les formes d’encadrement des individus privés d’emploi, dont le contrôle et la normalisation des comportements s’appliquent sous couvert d’une activité de conseil.

10Isabel Boni-Le Goff nous entraîne dans un autre univers du conseil où le prestige symbolique est si déterminant dans les relations avec les clients (rois) que les conseillers préfèrent porter le nom de consultant. Ce titre est jugé plus rentable puisqu’il est porteur de signes distinctifs (de par sa consonance anglo-saxonne) et en adéquation avec les références des cadres et managers, clients auxquels il s’agit de vendre non pas des produits financiers, mais des biens immatériels. Le fond comptant autant que la forme, l’auteure nous livre une analyse fine des tactiques que les consultants mettent en œuvre pour construire et consolider leur légitimité professionnelle, alors qu’ils sont placés sous la pression du principe « time is money ».

11L’article de David Delvaux livre, pour finir, les résultats d’une enquête originale et riche d’enseignements menée auprès des conseillers en ressources humaines affectés auprès des juges dans les cours et tribunaux belges. Ces nouveaux venus dans le domaine du conseil sont chargés d’un mandat semblable à celui des conseillers pédagogiques dont l’activité est décrite dans le texte de Jean-François Orianne et Hugues Draelants. Ces deux nouvelles fonctions ont la même finalité : convertir des professionnels à la logique managériale et gestionnaire, sans toutefois avoir affaire au même type de groupe professionnel, l’un étant beaucoup plus armé que l’autre pour opposer une résistance à cette tentative d’ingérence venant d’en haut, en l’occurrence orchestrée par les pouvoirs publics.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Hughes E. C. (1996), Le Regard sociologique, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Weber M. (1963), Le Savant et le politique, Paris, Éditions 10/18
DOI : 10.1522/cla.wem.sav

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Divay et Jean-François Orianne, « L'essor des métiers du conseil : dynamiques et tensions », SociologieS [En ligne], Dossiers, L’essor des métiers du conseil : dynamiques et tensions, mis en ligne le 03 février 2010, consulté le 21 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3043

Haut de page

Auteurs

Sophie Divay

Centre d’Économie de la Sorbonne, Paris, France - Sophie.divay@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Jean-François Orianne

Institut des Sciences Humaines et Sociales, Université de Liège, Belgique - jforianne@ulg.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page