Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Violence, identité et reconnaissance dans le football en milieu populaire

Paul Cary et Jean-Louis Bergez

Résumés

En s’appuyant sur l’étude ethnographique de deux clubs de football populaires et amateurs en France, nous souhaitons comprendre les mécanismes de la violence verbale et physique présente pendant les matchs comme à l’entraînement. Les justifications fournies par les acteurs insistent sur une violence découlant d’un manque de reconnaissance. Certes l’enjeu de la reconnaissance permet de comprendre la frustration née de l’échec lorsqu’on s’intéresse au rôle joué par l’identité valorisée par le joueur. Néanmoins, la persistance des comportements violents s’explique surtout par un déficit de régulation sociale. L’incapacité du club et de son encadrement à faire respecter les règles est liée d’une part au rejet de l’autorité par les joueurs mais également au refus des membres de l’institution d’incarner une autorité associée à un ordre social jugé injuste.

Haut de page

Texte intégral

Prélude : un dimanche ordinaire

  • 1  Classé en Zone Urbaine Sensible.
  • 2  Nous avons modifié l’ensemble des noms.
  • 3  La troisième équipe.
  • 4  Elle comporte le nom des joueurs et leur numéro de licence.

1L’événement se déroule dans un quartier populaire 1 d’une grande ville du nord de la France. Le club de football de Royon 2 dispose de trois équipes senior. Les terrains et des vestiaires d’excellente qualité sont mis à disposition par la mairie et des employés municipaux entretiennent les lieux. Ce dimanche après-midi, par un beau soleil de septembre, je rejoins mes coéquipiers, les « C 3 », adossés à la rambarde qui longe le terrain principal. Un joueur, Ronald, semble très énervé. Il tourne en rond, allant du vestiaire au club-house, en proférant des insultes : « suce ma b***, nique ta mère », sous l’œil attentif d’une vingtaine de présents dont le président du club et les entraîneurs des différentes équipes. Au bout de quelques minutes, il se saisit des sacs laissés dans les vestiaires, les vide et les lance sur le toit du bâtiment. Puis il se dirige dans les sanitaires, y prend le papier-toilette et les bombes aérosol pour les jeter violemment contre un mur ou dans un jardin voisin. Personne ne bronche alors que Ronald interpelle les présents à tour de rôle sur le même refrain « je vais niquer sa mère, à l’entraîneur ». Pendant ce temps, un arbitre officiel s’est présenté et a rempli la feuille de match 4. Ronald rentre dans les vestiaires des officiels, s’en empare et la déchire en petits morceaux tout en menaçant : « il peut en refaire une autre, cinquante autres je les déchirerai, sur la tête de ma mère, je les déchirerai ». Au fil des déclamations de Ronald, le problème se fait jour : comme il ne s’est pas présenté à l’entraînement cette semaine, il n’a pas été retenu pour jouer avec son équipe. Or, il estime que la raison de son absence est justifiée car il était malade. L’entraîneur est inflexible… Une deuxième feuille de match déchirée et l’arbitre menace d’annuler la rencontre. Enfin, un ancien du club, Joël, moustachu gaillard, tente d’apaiser Ronald. Il s’accroupit en face de lui et le raisonne en lui donnant partiellement raison, bien que Ronald ne soit pas dupe : « Ouais, ils t’envoient me parler car ils savent que je ne vais rien te faire, ces bâtards. Tu vas voir, je vais les défoncer, moi ». Ce traitement affectif de la question, associé à une carotte pour amadouer définitivement le joueur (il jouera avec les C) débloque la situation.

2Un peu plus tard, le match des C est perturbé par la présence de Ronald. Il ne pense qu’à dribbler, à s’amuser et n’adresse qu’avec parcimonie des passes à ses coéquipiers, qu’il n’hésite d’ailleurs pas à sermonner. Sans compter les insultes à l’arbitre et les coups aux adversaires. Ronald parvient à ses fins : alors que les C sont menés 3-0, il part balle au pied, dribble deux joueurs et déclenche une frappe qui finit dans la lucarne du but adverse. Il se livre alors à un tour d’honneur avant de se désintéresser de la partie, qui s’achève sur une défaite.

  • 5  Nous revendiquons une approche de type socio-anthropologique. L’un d’entre nous a mené une observa (...)
  • 6  Cet article est écrit à deux mais l’ensemble des observations s’est fait séparément.
  • 7  Les violences envers un arbitre sont passibles de poursuites pénales.
  • 8  Son budget avoisine les 100 000 euros.

3Cet événement a montré l’intérêt d’une observation ethnographique 5 minutieuse de cette équipe avec laquelle l’un de nous deux 6 avait pris contact par hasard. Pourquoi a-t-on laissé Ronald se livrer à des dégradations, insulter et menacer impunément 7 ? Fait d’autant plus surprenant que Ronald n’est pas doté d’un physique particulièrement imposant. Comment se fait-il que le caprice d’un joueur puisse porter préjudice à la réputation du club et au déroulement de deux rencontres ? Pour le dire autrement : pourquoi les formes de régulation sociale sont-elles aussi lâches dans un club pourtant bien structuré d’un quartier populaire 8 ?

4On se propose de répondre à cette question formulée à partir de cet exemple très révélateur de situations observées par la suite. L’article se décomposera en trois parties. La première dégagera l’intérêt d’une observation ethnographique du football en milieu populaire et présentera nos deux terrains d’enquête. La seconde se demandera si l’absence de reconnaissance de l’identité des joueurs est une explication satisfaisante des violences observées. En réalité, comme le montrera la troisième partie, le point central réside dans le rapport problématique des joueurs à la règle. En effet, elle est associée à l’ordre social, dont personne n’ose incarner l’autorité. En outre, l’incapacité des joueurs à maîtriser les éléments du football de club les renvoie plus fondamentalement à leur échec dans la vie sociale.

Ethnographie comparée de deux clubs de football

5Les analyses sociologiques du football populaire montrent comment l’habitus des joueurs modèle la manière dont ils pratiquent le football. La présentation de nos terrains d’enquête et un effort typologique nous montrera l’intérêt de ce constat pour caractériser les attitudes et les réactions des joueurs confrontés à la frustration de l’échec.

Pourquoi une ethnographie du football populaire ?

6Le football n’est pas ignoré par l’analyse sociologique, même si les travaux restent fragmentés. Des études ont été menées sur les supporteurs (Bromberger, 1998), les hooligans, ou sur le football professionnel. Certains auteurs ont bien perçu que le match de football était un des lieux les plus captivants pour mener une anthropologie du proche capable de nous aider à penser la sur-modernité (Augé, 1994 ; Agier, 1999). À des niveaux différents, ils insistent sur les réseaux sociaux qui se tissent, sur les collectifs qui se créent par et dans le football.

7Les études s’accordent pour comprendre la pratique footbalistique comme un langage : la manière de jouer (l’utilisation ou non de gestes techniques, la recherche de l’exploit personnel) apparaît comme l’expression de l’habitus du footballeur. Ses manières de penser, de voir, de comprendre et de faire structurent la pratique sportive. Ainsi, à la valorisation de la technique personnelle des Brésiliens (da Matta, 1984 ; Leite Lopes & Faguer, 1994) s’oppose l’engouement pour un football plus viril, plus collectif dans les campagnes françaises (Faure, 1989).

8La pratique du football renvoie également à l’expression d’une sous-culture spécifique, à l’originalité des rapports sociaux du lieu dans lequel les participants au match s’inscrivent et se reconnaissent.

  • 9  Christophe Mauny et Christophe Gibout (2008) montrent comment le football « sauvage », qui partage (...)

9L’analyse réalisée par Maxime Travert (1997) de ce qu’il appelle « le football de pied d’immeuble » présente une première approche du lien existant entre les conditions d’existence structurant l’habitus des individus et la manière dont ils jouent au football. La diversité des formes de football pratiqué dans les cités françaises 9 s’inscrit dans une acception spécifique du sport et de sa pratique. En effet, le football apparaît comme une activité centrale pour les jeunes désœuvrés. Jouer en bas de leurs immeubles devient un moyen de sortir du rejet dont ils sont victimes dans les autres sphères sociales. Le football leur donne l’occasion de prendre part à une activité sociale et de se singulariser en réalisant l’exploit. L’usage d’un sobriquet lié à leur style de jeu leur confère une individualité et la pratique d’une activité n’est pas synonyme d’échec et de rejet. Par conséquent, la confrontation sportive n’a pas lieu d’être le théâtre d’expression de la violence. Les joueurs sont des acteurs à part entière et participent à la construction de règles simples. Aucune obligation technique ou sportive ne vient entraver l’exercice de la pratique. Le joueur n’a pas de compte à rendre à l’entraîneur ou aux partenaires qui lui reprocheraient de trop garder le ballon. Bref l’exercice de la pratique s’inscrit dans un cadre où le talent du joueur peut s’exprimer librement.

10Dans la même optique, Nicolas Rénahy (2005) montre bien comment le football, dans une petite ville, reflète les valeurs ouvrières.Le jeu est perçu à travers la réalité sociale des joueurs. Ainsi, la pratique du football est marquée par la recherche d’une efficacité collective valorisée au détriment de l’exploit individuel. Les conditions de travail (l’usine) et de vie (le village) transparaissent dans la pratique. La prééminence du collectif sur l’individuel et la recherche de l’efficacité du groupe expriment la structuration spécifique de l’habitus ouvrier. Le football devient, au même titre que l’usine, un élément de la construction de l’identité sociale de l’individu. Le club de football permet l’apprentissage d’une hexis corporelle spécifique induisant une norme collective centrée sur l’importance du « jouer ensemble ». L’ethos ouvrier s’exprime dans l’entre-soi créé à l’occasion de la pratique du football et ses rituels (douches collectives, pots dans les vestiaires) rappellent la recherche de la sociabilité virile propre au groupe ouvrier.

11Ainsi, la pratique du football s’inscrit dans une réalité sociale plus vaste, car elle dépend en partie de la manière dont les acteurs perçoivent ce sport. Le football décrit par Maxime Travert montre la prééminence de l’individu sur le collectif. Le joueur souhaite avant tout se démarquer des autres. En revanche, pour les footballeurs ruraux décrits par Nicolas Rénahy, l’action individuelle n’a de sens que si elle participe à la réussite collective. Pour autant, l’individualisme des citadins peut être tempéré par l’attachement à un idéal collectif et, dans ce cas, l’attitude des acteurs se transforme. Ce constat peut servir de point de départ à la compréhension des actes des individus et permet de construire une typologie originale des actions individuelles, ce que nous ferons après avoir présenté les clubs étudiés.

Deux clubs populaires

Un club à visée identitaire : « les Algériens de Paris » (AP ci-dessous)

12L’équipe de l’AP ne correspond pas au modèle classique d’organisation d’une association sportive. En effet, l’AP se veut une association à vocation « socioculturelle et sportive ». Elle souhaite faciliter la vie des Algériens nouvellement arrivés en France. Elle tente d’atténuer le dépaysement lié à l’immigration en créant un espace dédié à la culture et au mode de vie algériens. L’activité sportive s’inscrit dans ce cadre. Elle est ouverte uniquement aux Algériens et les références à la nation d’origine sont omniprésentes à travers le langage utilisé (l’arabe), les couleurs du maillot (blanc, vert et rouge) ou les références culturelles. Le faible budget alloué par l’AP à l’équipe de football montre que l’activité sportive reste secondaire aux yeux de l’association. Les joueurs s’entraînent dans un stade délabré en périphérie. L’espace mis à leur disposition est limité à un demi-terrain et à des vestiaires d’une salubrité douteuse ; le matériel d’entraînement se résume à quelques ballons usés.

13L’absence de récriminations des jeunes footballeurs peut être mise en relation avec leur lieu de résidence. La majorité habite dans des quartiers défavorisés d’Île-de-France et le stade et ses environs présentent les mêmes stigmates du délabrement urbain. Malgré des difficultés sociales similaires et leur nationalité commune, les joueurs de l’AP peuvent être scindés en deux groupes. D’un côté, les joueurs âgés de plus de 25 ans ont immigré récemment. Ils connaissent tous des difficultés professionnelles puisque un seul des cinq exerce un emploi dans le BTP. Pour échapper à la solitude de l’immigré, ils ont rejoint l’association. Les autres membres de l’équipe ont entre 17 et 22 ans. Bien qu’ils soient parvenus pour la plupart à intégrer un réseau amical dans leur quartier de résidence, ils vivent tous dans l’appartement familial et rares sont ceux qui ont trouvé un emploi ou poursuivent des études. Si les joueurs plus âgés recherchent dans la pratique du football la socialisation et la fréquentation des pairs, les jeunes footballeurs se rendent au stade pour « s’éclater entre copains ».

Un club de quartier

14Fondé en 1968, le club de Royon est défini par son président comme un « club de quartier » dont le mot d’ordre serait « la convivialité ». De fait, 90% des 300 licenciés résident dans le quartier et les habitants s’investissent dans la vie du club : ainsi une quarantaine de bénévoles peuvent être mobilisés pour participer aux événements organisés par le club. D’autre part, la buvette ressemble à un bar et fournit aux habitants un endroit où ils peuvent se retrouver entre eux. D’autres événements témoignent du rôle socialisateur du club, comme un arbre de Noël et des soirées.

  • 10  Ce qui confirme les observations de William Nuytens pour qui « la pérennité d’un club d’amateurs n (...)

15Pour le président, la formation reste l’objectif prioritaire du club. Les résultats sportifs passent au second plan et la très probable descente en division inférieure de l’équipe A n’est pas un motif de préoccupation 10. De la même manière, l’encadrement encourage les meilleurs joueurs à rejoindre des clubs plus prestigieux. L’accent mis sur la formation transparaît également dans les termes employés : le président ne parle jamais « d’entraîneur » ou de « coach » mais d’ « éducateur » qualifié.

Essai de typologie

16Alain Caillé (2008), dans la lignée des analyses de Marcel Mauss, propose une représentation de l’action humaine oscillant entre quatre pôles (comme les aiguilles d’une boussole) et deux axes (liberté / obligation – intérêt pour soi / intérêt pour autrui). Cette typologie s’applique avec un certain bonheur dans le monde du football. En effet, le joueur doit se soumettre à des obligations (placement sur le terrain, efforts de repli défensif) et dispose aussi d’une importante liberté (dribbler ou donner la balle). Dans le même temps, il est à la fois soucieux de la réussite collective (gagner le match, combiner avec ses partenaires) et de son intérêt individuel (faire la différence, réaliser de beaux gestes). Ces quatre dimensions fonctionnent de pair : aucun joueur n’est totalement libre et égoïste, de même qu’aucun n’est rigidement contraint. Ce constat d’une certaine irréductibilité de ces quatre déterminants de l’action n’empêche pas de dégager des types-idéaux de joueur, selon le poids relatif des déterminants dans leur conduite sur le terrain. Cette synthèse permet de réfléchir sur les caractéristiques des joueurs en prenant en compte le poids du contexte institutionnel, tout en laissant des marges à l’acteur.

  • 11  Au sens du « Français moyen » de Marcel Mauss (2006, p. 276).

17Or, nos observations font apparaître que les figures dominantes de l’équipe de Royon se trouvent du côté ouest de l’axe central, alors celles de l’AP sont plutôt à l’est. Bien entendu certains joueurs de Royon font des efforts pour les autres mais le « joueur moyen 11 » de Royon aura une probabilité plus forte que son congénère de l’AP à privilégier l’intérêt pour soi à l’intérêt pour autrui. La dynamique collective se révèle plus importante dans le club où l’identité de groupe autour de l’Algérie est valorisée, même si les joueurs ne se connaissent qu’assez peu. En revanche, elle est faible dans celui où l’identité de quartier ne suffit pas à créer de la solidarité entre joueurs. Cette différence se reflète dans l’observation des comportements violents, comme nous allons maintenant le voir.

Des violences inégalement réparties

  • 12  L’AP en 2005, Royon en 2008-09.

18Nous ne prétendons pas comparer rigoureusement les deux situations, d’autant qu’elles ont été étudiées à quelques années d’intervalle 12, mais l’exemple de l’AP nous permettra de mieux comprendre les mécanismes de violence observés à Royon, en écartant les explications simplistes : le football de club en milieu populaire n’est pas en soi violent. En effet, les observations ethnographiques nous ont montré que pour l’AP les incidents, sur le terrain et en dehors, demeuraient rares. Or, à l’inverse, ils sont multiples, répétitifs et parfois graves à Royon.

  • 13  Coups portés aux adversaires, début de bagarre générale, menaces explicites : « je vais te planter (...)

19L’omniprésence de la violence verbale ne peut pas être réduite à des joutes oratoires (Lepoutre, 1999) : arbitres, coéquipiers, adversaires et public se font insulter fréquemment par les joueurs. Quant à la violence physique, si elle apparaît assez rarement à l’entraînement, on l’observe presque à tous les matches et elle peut prendre des formes graves 13. Le caractère officiel d’une rencontre semble bien exacerber l’agressivité à l’encontre des adversaires.

20Ce phénomène n’est pas nouveau : les affrontements locaux dans les sports collectifs sont ponctués de bagarres générales. En revanche la violence semblait, jusqu’alors, bannie des entraînements. Or, les esclandres entre coéquipiers se multiplient : le football ne canalise plus l’affrontement, il devient affrontement. Norbert Elias a bien montré comment le football a participé du processus de civilisation, de l’autocontrôle de leurs pulsions par les individus (Elias & Dunning, 1999). Le football est analysé comme une activité codifiée, réglementée, où l’agressivité et la puissance physiques ne se confondent pas avec la violence : l’accusation de « violent », pour un joueur, que ce soit dans le football professionnel ou amateur, étant loin d’être flatteuse. Or, on observe à Royon une inversion de la situation : on peut se demander si le football de club, loin de canaliser les pulsions, ne tend pas à accroître les occasions de violence non codifiée, en facilitant l’émergence de situations où la logique de vengeance prend le pas sur le respect des règles.

21Nous pensons donc que le football est un bon lieu d’analyse des processus sociaux. D’une part, les façons de jouer sont des partitions communes sur lesquelles les acteurs improvisent : en ce sens, le contexte détermine très largement les registres des acteurs. D’autre part, le football de club impose de nombreuses règles. Or, l’acceptation de ces normes se révèle problématique pour de nombreux joueurs, d’autant qu’elles évoquent autant les règles du club que celles de la vie sociale.

Reconnaissance et identité de « bon joueur »

22Dans cette partie, nous souhaitons analyser cette situation anomique en montrant que le discours des acteurs sur l’absence de reconnaissance comme motif explicatif des violences apparaît peu convaincant, même si la reconnaissance de l’identité de « bon footballeur » est souhaitée par les joueurs et son absence mal vécue.

La demande de reconnaissance des joueurs

  • 14  Soulignons que les acteurs semblent exiger une reconnaissance inconditionnelle, qui ne va pas de s (...)

23Les joueurs de Royon tiennent régulièrement un discours sur l’absence de reconnaissance 14. Reste à le caractériser, car si le président du club évoque un déni de reconnaissance par la société en général, pour les joueurs, ce déficit s’exprime avec précision au moins à trois niveaux.

24Le premier niveau concerne la demande de reconnaissance adressée aux partenaires et aux spectateurs. Les joueurs sont en quête d’une identité valorisée. L’un des meilleurs techniciens de l’équipe ne manque pas de souligner la qualité de ses passes (« vas-y, régale-toi », « le caviar que je lui donne… »), ce qui lui permet de mettre en évidence les faiblesses de ses partenaires (« mais donne-la avant ! »). Les joueurs qui réalisent des petits ponts ou des gestes compliqués sont valorisés. Cet aspect rappelle l’analyse d’Alain Ehrenberg sur le caractère démocratique de la compétition footbalistique : « Le classement des uns vis-à-vis des autres – l’inégalité de résultat et non de principe – est donc le sous-produit d’un affrontement entre égaux » (Ehrenberg, 2005, p. 90). Le football met ainsi en œuvre des classements fondés sur le mérite puisque tous les joueurs sont supposés avoir leur chance.

  • 15  Comme le montre Lapeyronnie (2008), le ghetto peut être sécurisant pour ceux qui y vivent, notamme (...)

25Les compliments des spectateurs, amis d’enfance pour la plupart, sont très recherchés car ils confortent le joueur dans sa position d’habitant du quartier distingué par des qualités sportives spécifiques. Le monde de l’entre-soi, du quartier, du proche joue un rôle de cocon protecteur 15 a minima sur une part de l’identité que le joueur valorise à outrance. L’énervement démesuré consécutif à des gestes ratés rend compte de l’influence des regards et commentaires de ce public.

26Le deuxième niveau concerne l’exigence de respect de la part des adversaires. Elle suppose une attention particulière du chercheur car elle semble très largement rhétorique. De manière générale, on peut dire que les circonstances de la rencontre (mener ou être mené) influencent davantage le comportement des joueurs que le niveau d’agressivité des adversaires. Ainsi, menés 4-0 à domicile au bout de trente minutes, certains joueurs provoquent à dessein une bagarre générale. En outre, lorsqu’un joueur s’énerve pendant un match, il le justifie rétrospectivement autant par les coups reçus que par les propos insultants. Rachid justifie ainsi d’avoir commencé à se battre avec des adversaires lors d’une rencontre entre deux clubs à dominante de joueurs issus de l’immigration marocaine: « ils m’insultent ; si c’était des Français, pas de problème, mais là, ce sont des frères, ils me traitent ‘‘nique ta mère, moi je n’ai pas leur âge’’ ». Ce discours est moqué par l’entraîneur : « c’est drôle Rachid, mais tu avais le même comportement qu’eux quand tu étais jeune ». En réalité, l’humiliation causée par le fait d’être dominé par une équipe considérée comme plus faible car plus jeune apparaît comme une explication plus pertinente.

27Le troisième niveau concerne l’absence de reconnaissance du fait de l’institution, le club, qui fait l’objet de griefs récurrents. À Royon, les joueurs dénoncent régulièrement la politique du club et se considèrent comme des laissés-pour-compte. Les C se plaignent par exemple de ne pas posséder de survêtements, alors que les équipes A et B en disposent. Lorsqu’une équipe visiteuse arrive habillée de survêtements de marque, elle s’attire des propos flatteurs (« ça, c’est un club »). La seconde récrimination concerne le matériel d’entraînement : un seul ballon est laissé aux C et les chasubles ne sont pas toujours propres. Pour autant, on peut regarder la réalité sous une autre facette. Cette équipe au bas de l’échelle sportive s’entraîne sur des terrains éclairés en excellent état, dispose de vestiaires et de douches chaudes. En outre, les joueurs ont droit après chaque rencontre à un sandwich et une boisson. Les frais d’inscription sont nuls pour les seniors. Ces conditions matérielles sont privilégiées au regard de celles de l’AP. On peut d’ailleurs se demander, à la suite des analyses de John R. Weeks (2003), s’il n’existe pas un rituel de la complainte dont la finalité est de marquer son adhésion au groupe : se plaindre – raisonnablement – n’empêche pas d’être objectivement satisfait de sa condition. Quoi qu’il en soit, les joueurs interprètent systématiquement les conditions de la pratique comme le signe d’une indifférence du club à l’égard d’eux-mêmes et de l’équipe C en général.

28Finalement la demande de reconnaissance nous semble moins renvoyer à une demande collective qu’à une exigence de respect individuel. Or, il faut alors nous demander quel type d’identité est en jeu dans ce besoin de reconnaissance.

Quelles identités ?

L’identité du « bon joueur »…

  • 16  Que ce soit les compétitions professionnelles ou les parties entre amis.

29À Royon, les joueurs revendiquent l’identité de « bon footballeur » ou de « vrai footballeur », autrement dit la reconnaissance d’un certain talent dans une activité valorisée. Le football est en effet un sujet de discussion continu 16.

  • 17  Dominique Vidal (1999) montre comment l’exigence de respect, à Recife (Brésil), était structurante (...)

30Pour expliquer les comportements déviants de certains footballeurs, les acteurs, on l’a vu, soulignent l’absence de reconnaissance dont ils seraient victimes. Ainsi, le président évoque une « absence de reconnaissance » comme étant l’origine même du problème. Puis, il ajoute : « ils n’ont pas de logement, pas de travail, ils vivent chez leurs parents ». Le manque de reconnaissance s’apparente ainsi davantage à une absence d’insertion sociale et professionnelle qu’à un réel questionnement sur l’identité des footballeurs. Or, les joueurs n’utilisent pas la notion de reconnaissance mais parlent plutôt de « respect 17 ». L’utilisation de ce terme leur permet de fustiger un ensemble d’attitudes. Ainsi, le manque de respect peut correspondre à la fois aux insultes des adversaires pendant un match (« il m’a traité » ; ou « il m’a manqué de respect ») et à l’insuffisance des moyens consacrés aux équipes seniors. Dans le premier cas, les joueurs dénoncent ce qu’ils perçoivent comme une atteinte à leur dignité. Dans le second cas, ils s’insurgent contre une remise en cause de leur identité de sportif. Si la direction ne leur fournit pas de survêtements, s’ils n’ont pas droit à une prime de match, cela signifie qu’ils ne sont pas considérés comme des footballeurs à part entière. Enfin, à l’inverse, le terme de respect est souvent utilisé pour valoriser un comportement : ainsi quand une action est réussie : « Respect, Rachid ».

31Si le discours sur l’absence de reconnaissance qui se traduirait par une pénurie « matérielle » n’est pas tenable à Royon, très bien équipé en infrastructures, on peut néanmoins déceler dans l’enjeu de la reconnaissance le problème de l’identité. Finalement, si les joueurs de l’AP ou les footballeurs au pied des immeubles n’adoptent pas une attitude déviante, s’ils acceptent la norme, c’est parce que la pratique du football est vécue comme une activité valorisante. Jouer au football leur confère une identité aux yeux des autres et notamment de leur propre équipe. Tout le problème réside dans la substance de l’identité à laquelle ils aspirent. L’AP rassemble ses footballeurs autour d’une identité algérienne dont ils sont fiers. À Royon, la seule identité dont peuvent se targuer les joueurs est celle de footballeur. Alors qu’à l’AP, le sport reste un prétexte leur permettant de s’épanouir en affirmant une identité valorisée, à Royon, le football devient une fin en soi. Il représente un des seuls rôles auquel peuvent prétendre les joueurs. Or cette identité ne leur convient pas, car, dans leur esprit, l’identité du footballeur est associée à la technique parfaite, à la différenciation individuelle. Ainsi, alors que son équipe est menée 4-0, un joueur célèbre ostensiblement le but qu’il vient de marquer.

… ou l’identité du groupe ?

32Contrairement au club de Royon, l’AP s’est construite autour de l’identité algérienne. Tout est mis en œuvre pour que les joueurs délaissent leurs attributs sociaux. Le changement d’espace participe de ce processus : l’entraînement ne se déroule pas à l’intérieur du quartier des joueurs mais en périphérie de Paris. Certes l’environnement du stade présente l’aspect des zones de relégation sociale qui constituent l’habitat des joueurs mais le changement de décor leur permet de s’affranchir de l’identité liée au quartier. À Royon, en revanche, le stade se situe dans le quartier, il est fréquenté par ses habitants. De même, les joueurs de l’AP arborent sur leur maillot les couleurs de l’Algérie. Leurs adversaires ne les perçoivent pas comme des footballeurs de banlieue mais comme une équipe d’Algériens. Ainsi, le regard des autres les conforte dans le sentiment d’appartenir à un groupe. Les couleurs défendues par les jeunes sportifs de Royon restent celles de leur quartier, zone de relégation sociale, à identité négative (Paugam, 1991).

  • 18  Pour le président de l’AP, le respect lié à l’âge demeure une valeur fondamentale héritée de la tr (...)

33L’omniprésence de la culture algérienne dans l’équipe de l’AP permet également de réunir les joueurs autour d’une identité valorisée. Ainsi, la fin du jeûne du ramadan est célébrée au terme du match. Les joueurs se retrouvent donc autour d’une tradition cultuelle et culturelle marquant leur attachement à leur patrie d’origine. De la même manière, la structure même de l’équipe mélangeant les âges permet de rappeler les valeurs idéalisées de la société algérienne 18. La hiérarchie footbalistique se confond avec la reconnaissance de la supériorité de l’aîné. En effet, les joueurs les plus âgés sont aussi les plus expérimentés, et les jeunes les considèrent autant pour leurs qualités footbalistiques que pour leur âge. Alors qu’à Royon, les normes du quartier envahissent les vestiaires et que personne ne s’insurge lorsqu’un footballeur allume un joint, à l’AP, l’échec ou la réussite d’un match et les conditions déplorables de l’exercice de la pratique apparaissent comme secondaires car les joueurs se retrouvent autour d’une identité valorisante. Pour les footballeurs de Royon en revanche, l’aspect matériel et la démonstration du talent footbalistique revêtent une importance fondamentale car ils recherchent la reconnaissance à travers l’identité de footballeur.

34La seule appartenance à l’équipe satisfait les joueurs algériens de l’AP. Ils savent qu’ils font partie du groupe même s’ils restent sur le banc pendant tout le match. L’intégration au groupe induit la reconnaissance de l’identité algérienne et dans ce cadre, l’acceptation par les pairs les conforte dans une identité valorisée à travers laquelle ils se sentent reconnus. A contrario, la réaction de Ronald lorsque l’entraîneur lui refuse l’accès à la pelouse apparaît comme une illustration du besoin de reconnaissance identitaire. En n’autorisant pas Ronald à participer au match, l’encadrement remet en question son identité de footballeur. L’entraîneur met en cause le sérieux du joueur et donc l’identité à travers laquelle Ronald cherche la reconnaissance des autres. Or, cette identité de sportif est fondamentale pour Ronald. Refuser qu’il participe au match revient à refuser de le reconnaître comme footballeur. Face à ce camouflet, Ronald réagit violemment car l’enjeu de la scène décrite en prélude n’est pas simplement le football, mais l’estime de soi. En s’amusant à jongler, dribbler, en faisant des gestes techniquement difficiles, il montre à tous, joueurs, public et arbitre, qu’il n’est pas à sa place, qu’il mérite mieux.

35Ainsi, l’enjeu trop général de la reconnaissance cache la figure valorisée à laquelle les footballeurs s’identifient. Les footballeurs de l’AP tirent de l’identité algérienne issue de l’appartenance au groupe une fierté et une reconnaissance sociale. Les joueurs de Royon ne peuvent s’affirmer qu’à travers l’identité de footballeur. Or, leur position au sein du club (équipe C) et leur conception du football marquée par l’exploit individuel engendrent une frustration car la pratique du football ne leur permet pas d’accéder à une identité valorisante. Et cette frustration peut en partie expliquer la multiplication des comportements déviants.

Le rapport problématique à la règle

36Si l’absence de reconnaissance joue un rôle important dans les justifications des comportements violents, il faut néanmoins mettre l’accent sur un aspect plus crucial encore, celui du rapport à la règle.

Règle et institution

  • 19  Pour Thierry Long et Nathalie Pantaléon (2007, p. 55) le type de conscience morale du sport auto-o (...)

37La première explication des violences observées renvoie, nous semble-t-il, à un rejet de la règle du fait même qu’elle provient d’un cadre institutionnel bien défini (le club, la fédération) avec des individus clairement identifiables pour l’appliquer (l’entraîneur, le président ou l’arbitre). Dans cette optique, le rejet de la norme ne vise pas le club en tant que tel. Il s’ancre davantage dans une défiance généralisée envers l’ensemble des institutions supposées produire du lien social (école, association). Cette hypothèse semble d’autant plus probable que nombre des joueurs ont eux-mêmes connu l’échec scolaire. Comme le dit Ismail, « j’ai fait beaucoup de bêtises en classe » et « maintenant, c’est trop tard ». Le contraste avec le football dit auto-organisé est fort : dans le football de rue, où les joueurs sont partie prenante de la définition des règles, il est rare que des incidents violents se produisent 19. Dans ce jeu, le rappel à la règle se trouve en effet largement euphémisé et lorsqu’un joueur commet une faute, il rend le ballon sans discuter dans la plupart des cas (Mauny & Gibout, 2008). Or, dans le football de club, les mêmes joueurs qui acceptent de se plier à la règle lorsqu’ils ont eux-mêmes participé à sa définition dans le football improvisé, rejettent violemment la contrainte extérieure.

38L’arbitre des rencontres se trouve alors en situation de forte vulnérabilité, même quand il s’agit d’un membre du club. Ses décisions sont systématiquement contestées. Il se révèle souvent difficile d’exclure un joueur, par crainte de faire dégénérer le match mais aussi par peur de représailles physiques. Les insultes ne sont même plus relevées tant elles sont nombreuses.

39Les joueurs acceptent mal tout contrôle extérieur. Ainsi lorsqu’un employé de la salle de sport attenante vient interpeller les joueurs pendant l’entraînement pour leur dire qu’il va fermer les grilles. Son ton véhément (il n’était pas au courant que l’entraînement était officiel) lui vaut des railleries en retour, des rappels à l’ordre (« que fais-tu avec ta voiture dans cette allée alors que c’est interdit ? ») voire des menaces (« c’est quoi ton nom ? je vais en dire deux mots à ton chef »). Inversion paradoxale : les joueurs en appellent à la norme. Le rejet épidermique de l’autorité institutionnelle est encore plus manifeste envers la police. Après un entraînement, les jeunes footballeurs aperçoivent sur le parking du club des policiers de la brigade anticriminalité venus récupérer une voiture volée. Leur réaction est virulente et des insultes sont échangées entre les fonctionnaires et les joueurs. Après le départ des forces de l’ordre, les jeunes sportifs jettent un bac à fleurs sur le volet du club-house.

  • 20  Les pompiers sont appelés, un joueur ayant été blessé – il a des marques de crampons sur la poitri (...)

40Un dernier fait significatif rend compte de cet affaiblissement de la légitimité institutionnelle et de sa perception par les joueurs. Suite à un match ayant dégénéré 20, le président apostrophe les joueurs, fustigeant leur comportement. Insulté par Rachid, il en vient aux mains avec celui-ci. Pour certains joueurs, ce dernier ne risque rien : « Rachid, il sera encore là, le président, lui, il sera parti », comme si le dysfonctionnement des institutions était établi. Dix jours après l’incident, Rachid participe toujours aux entraînements, même si l’entraîneur confie que « des mesures vont être prises ».

41Ce rejet de la règle édictée par l’institution n’empêche d’ailleurs pas une adhésion qu’on pourrait qualifier de rituelle à certains caractères qu’on peut rattacher à l’institution. Ainsi, la séance d’entraînement ne débute pas si l’entraîneur n’est pas présent et n’a pas distribué les chasubles servant à composer les équipes. Même s’il est en retard, les joueurs répugnent à commencer. Il conserve une certain aura parce qu’il désigne titulaires et remplaçants. La proximité, sociale et géographique, joue également en sa faveur. Sa prééminence se limite néanmoins au champ footbalistique et son intervention dans les conflits entre deux joueurs demeure insuffisante pour empêcher qu’ils n’en viennent aux mains. Dans le même registre, des prises de parole s’observent dans le vestiaire, sur un mode collectif (« on peut les battre ; ils ne sont pas si bons que cela ») mais elles ne semblent engager que ceux qui les tiennent, puisque certains joueurs sont incapables de maîtriser leurs nerfs dès la reprise de la partie.

Institutions et absence de régulation

42Si les institutions sont l’objet d’un tel rejet et si elles « autorisent » ces violences, c’est certainement, et ce sera la deuxième explication, parce qu’elles sont devenues incapables d’édicter la norme. En ce sens, elles ne jouissent plus d’aucune autorité.

43Le président du club, tout d’abord, reconnaît son impuissance face aux incivilités qu’il dénonce. Sa grande crainte concerne « le dérapage », l’acte de violence dont les conséquences engageraient la responsabilité civile voire pénale de l’encadrement du club, ce qui est arrivé dans d’autres lieux. L’encadrement doit donc gérer, selon les termes de son président, une « génération difficile » de jeunes « toujours mécontents ». Or, pour lui, l’intégration par le football ne fait aucun doute et passe par l’apprentissage des normes et du « respect ». Ainsi, le club a édicté un règlement et une commission de discipline a été instaurée pour gérer les cas les plus graves, qui s’est réunie trois fois depuis le début de l’année. Les cas traités concernaient des jeunes de 13-14 ans pour des faits bénins. Si l’apprentissage des normes lui semble possible pour les plus jeunes, il s’avère plus délicat pour les seniors pour lesquels il reconnaît son « impuissance » face aux incivilités récurrentes. Pour lui, « les problèmes que rencontrent les footballeurs tous les jours ressortent à l’entraînement » et il suffit d’une étincelle pour mettre le feu aux poudres. La seule possibilité de régulation reste « la parole » : « on parle avec eux », « on essaye de les calmer ».

44L’absence de réaction de l’encadrement est selon lui dictée par la « peur des représailles ». Il souligne que tous les membres de la direction habitent dans le quartier, qu’ils ont une famille et y possèdent des biens. Ceci les incite à limiter le recours aux sanctions et notamment l’exclusion des joueurs perturbateurs. Loin d’être une vue de l’esprit justifiant cette apathie, les représailles physiques sur les biens ou les personnes sont une réalité tangible. Ainsi, suite à un conflit dont l’origine reste obscure, une bagarre violente a opposé deux footballeurs de l’équipe A. Deux jours plus tard, l’un des belligérants retrouvait sa voiture carbonisée. Le propriétaire de la voiture a quitté le club en expliquant qu’il ne pouvait plus jouer aux cotés du probable responsable de l’incendie.

45Au final, si le président suggère ironiquement qu’il faudrait peut-être « payer des mercenaires pour dépouiller les emmerdeurs », c’est aussi parce qu’il a conscience de la fragilité de son autorité, à laquelle les joueurs ne reconnaissent que peu de légitimité, mais aussi de son pouvoir, car ses moyens de rétorsion restent assez réduits.

46L’incapacité de l’entraîneur à faire respecter les règles provient en partie de l’ambiguïté de sa position. Il oscille entre un comportement de parent (un de ses cousins joue dans l’équipe), d’ami et d’entraîneur. Il possède les attributs symboliques de la fonction : il détient les clés des vestiaires, il fait l’équipe, fixe les horaires, donne de la voix pour placer ses joueurs sur le terrain, prend la parole pour s’adresser au groupe etc. Pour autant, comme il participe aussi aux matches et aux entraînements, il tend à prendre part au rituel des moqueries (« tu chlingues », « tu pues ») et ne préserve pas ses distances. D’autre part, il hésite à mettre les joueurs devant leurs responsabilités en cas d’incident : il s’adresse à eux dans les vestiaires, mais souvent sur le ton de l’ironie. Certes, il peut piquer des colères contre les joueurs lorsqu’il est sur le terrain, mais il n’ira pas jusqu’à les exclure du groupe. Il est difficile de savoir s’il souhaiterait que l’équipe l’appuie pour ce faire ou s’il n’arrive pas non plus à se défaire de la notion de solidarité de quartier, auquel il est très attaché, qui lui fait finalement relativiser les divisions internes à son groupe.

47Cette difficulté à dire la règle repose sans doute sur un sentiment de peur mais il faut aller au-delà de cette évidence. Lorsque cinq ou six adultes costauds laissent un jeune piquer une crise, on ne peut y voir uniquement la marque de la peur. On peut faire l’hypothèse qu’incarner la règle, c’est s’assimiler à la dimension de contrôle inhérente au travail social. Or, comme le dit François Dubet (2002), ce « contrôle social » ne va plus de soi car les institutions de socialisation qui impliquaient un travail – professionnel – sur autrui sont perçues comme distantes et injustes. La perte de confiance dans les institutions rejaillit aussi sur ceux qui sont censés les personnifier, même dans le cadre d’un club de football puisque l’activité, sous ses aspects ludiques, renvoie aussi à des opérations de classement social. Pour ces bénévoles et fonctionnaires, la conscience de la nécessité de maintenir un lien social minimal se traduit dans les actes par des formes de médiation discrète (la présence silencieuse, la discussion à l’écart). Les sanctions ne seront appliquées qu’en fin de saison, avec le non-renouvellement des licences.

48Pour conclure, notons d’ailleurs que les joueurs se trouvent dans une situation semblable. Même si le système des plaisanteries, des insultes rituelles et des félicitations régule la vie du groupe, les joueurs n’interviennent pas directement pour blâmer des comportements déviants. Lorsqu’un joueur conduit à tombeau ouvert le minibus lors d’un déplacement, doublant sur la ligne blanche, collant littéralement au pare-choc de la voiture d’un coéquipier, insultant les automobilistes qu’il croise, personne n’ose le rappeler à l’ordre. Sur le terrain, certains peuvent défendre un joueur injustement pris à partie, mais nous n’avons pas assisté à des mouvements tentant de raisonner un joueur au nom de l’équipe.

Rappel à la règle et rappel de l’ordre social

49Pour comprendre les comportements déviants et violents des joueurs, il faut également envisager leur sensibilité exacerbée à l’échec social.

50L’échec répété d’un geste technique conduit le joueur à éprouver un énervement qui se traduit par des insultes à l’égard d’abord du ballon (« ah, la pute ! ») puis fréquemment d’un de ses partenaires désigné comme responsable de ses propres erreurs (« mais donne-la plus tôt »). Le football apparaît comme l’enjeu d’un véritable classement et il est délicat pour des individus qui valorisent à outrance cette activité de constater qu’ils n’y occupent qu’une position subalterne. Ainsi, à la relégation sociale s’ajoute la relégation sportive, ce qui devient insupportable pour le joueur. L’activité sportive en club ne permet plus d’accéder aux compensations symboliques de la pratique du football de rue.

51Ainsi on peut essayer de comprendre pourquoi un acte anodin (un contrôle raté) entraîne des réactions d’énervement aussi vives. L’échec sportif renvoie l’individu à des difficultés provenant d’autres sphères, notamment professionnelle. Les joueurs connaissent en effet, pour beaucoup, une grande précarité à tel point que même la visite médicale pour valider la licence peut poser problème : « je ne vais pas payer 23 euros pour ça » dit Mohamed, tandis qu’Abdel plaisante en disant qu’il va menacer le médecin afin qu’il applique son tampon. Certains sont sortis du système scolaire sans diplôme, ceux qui ont un emploi sont intérimaires, d’autres travaillent au noir. De nombreux travaux sociologiques montrent que les individus bricolent des identités sur les différentes sphères de la vie sociale. Nous souhaiterions souligner que ces sphères ne sont pas étanches, d’autant plus quand les aspects positifs de l’identité se trouvent remis en cause.

Conclusion

52Cet article s’est donc moins intéressé à la pratique footbalistique en soi, champ déjà investi par la littérature socio-anthropologique, qu’à une réflexion sur le sens d’actes déviants dans un cadre de club. D’après nous, le football donne lieu à tant de violence à Royon parce que les constructions identitaires sont très fragiles pour ceux qui connaissent l’échec social. Les réactions violentes de celui qui se sent méprisé comme footballeur ne sont compréhensibles qu’à condition d’y voir la relégation de trop pour un individu fragilisé. Or les incidents sont d’autant plus probables que le football est marqué par l’incertitude et que le cadre du club dans lequel il se déroule renvoie nécessairement à une règle institutionnelle dont la légitimité n’est plus acceptée.

Haut de page

Bibliographie

Agier M. (1999), L’Invention de la ville : banlieues, townships, invasions et favelas, Paris, Éditions des archives contemporaines

Augé M. (1994), Pour une Anthropologie des mondes contemporains, Paris, Éditions Flammarion

Bromberger C. (1998), Football, la bagatelle la plus sérieuse du monde, Paris, Éditions Bayard

Caillé A. (2008), « Au-delà de l’intérêt », Revue du Mauss semestrielle, 31, pp. 95-115

Da Matta R. (1984), O que faz o brasil, Brasil ?, Rio de Janeiro, Éditions Rocco

Dubet F. (1987), La Galère : jeunes en survie, Paris, Éditions Fayard

Dubet F. (2002), Le Déclin de l’institution, Paris, Éditions du Seuil

Ehrenberg A. (1996), Le Culte de la performance, Paris, Éditions Hachette

Elias N. & É. Dunning (1999), Sport et civilisation, Paris, Éditions Pocket

Faure J.-M. (1989), « Les "footeux" de Voutré », Actes de la recherche en sciences sociales, 80, pp. 68-73

Fraser N. (2005), Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris, Éditions La Découverte

Honneth A. (1996), « La dynamique sociale du mépris. D’où parle une théorie critique de la société ? », dans Bouchindhomme C. & R. Rochiltz (dir.), Habermas, la raison, la critique, Paris, Éditions du Cerf, Procope, pp. 215-238

Lapeyronnie D. (2008), Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Éditions Robert Laffont

Leite Lopes J. S. & J.-P. Faguer (1994), « L’invention du style brésilien », Actes de la recherche en sciences sociales, 103, pp. 27-35

Lepoutre D. (2001), Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, Paris, Éditions Odile Jacob

Long T. & N. Pantaléon (2007), « Étude des relations entre conscience réglementaire et contextes de pratique sportive auprès d'adolescents sportifs », Staps, 75, pp. 43-58

Mauny C. & C. Gibout (2008), « Le football "sauvage" : d’une autre pratique à une pratique autrement », Science et motricité, De Boeck Université, 62, 1, pp. 53-61

Mauss M. (1950), Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France

Nuytens W. (2002), « Le football du dimanche dans un club de district », Revue Panoramiques, n°61, pp. 61-65

Paugam S. (1991), La Disqualification sociale, Paris, Presses universitaires de France

Rénahy N. (2005), Les Gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, Éditions La Découverte

Sennet R. (2003), Respect. De la Dignité de l’homme dans un monde d’inégalité, Paris, Éditions Albin Michel

Travert M. (1997), « Le "football de pied d’immeuble". Une pratique singulière au cœur d’une cité populaire », Ethnologie française, XXVII, 2, pp. 188-196

Travert M., Griffet J. & Therme P. (1998), « Football des rues et des stades », Les annales de la recherche urbaine, 79, pp. 113-118

Vidal D. (1999), La Politique au quartier. Rapports sociaux et citoyenneté à Recife, Paris, Éditions de la MSH

Weeks J. R. (2003), Unpopular Culture: The Ritual of Complaint in a British Bank, Chicago, University Of Chicago Press

Haut de page

Notes

1  Classé en Zone Urbaine Sensible.

2  Nous avons modifié l’ensemble des noms.

3  La troisième équipe.

4  Elle comporte le nom des joueurs et leur numéro de licence.

5  Nous revendiquons une approche de type socio-anthropologique. L’un d’entre nous a mené une observation participante au sein du club de Royon, choix qui a eu pour conséquence de renoncer à mener des entretiens formels. Nous avons en effet estimé qu’ils compliqueraient la position de l’observateur, qui n’était déjà pas aisée. Un seul entretien a été réalisé, par le second auteur, avec le président du club. Pour l’AP, l’observation n’était pas participante et elle a pu facilement être complétée par des entretiens plus formalisés. Ce parti-pris ethnographique permet de rendre compte de façon vivante des situations décrites dans ce sport où le rapport de l’individu au collectif est particulièrement délicat. Il facilite aussi la reconstitution de la trame des événements violents. Nous avons dans le même temps proposé une interprétation sociologique des faits décrits, les thématiques de la règle, de l’identité et de la reconnaissance nous paraissant les plus pertinentes.

6  Cet article est écrit à deux mais l’ensemble des observations s’est fait séparément.

7  Les violences envers un arbitre sont passibles de poursuites pénales.

8  Son budget avoisine les 100 000 euros.

9  Christophe Mauny et Christophe Gibout (2008) montrent comment le football « sauvage », qui partage avec le football des cités un cadre spatio-temporel très flexible, et s’oppose au football des stades (Travert et al., 1998) s’en distingue cependant par le fait qu’il soit davantage ouvert, au-delà d’un petit noyau d’habitués, à un second cercle d’individus mus par le plaisir du jeu.

10  Ce qui confirme les observations de William Nuytens pour qui « la pérennité d’un club d’amateurs ne dépend pas du tout du niveau de jeu de son équipe fanion » (Nuytens, 2002, p. 64).

11  Au sens du « Français moyen » de Marcel Mauss (2006, p. 276).

12  L’AP en 2005, Royon en 2008-09.

13  Coups portés aux adversaires, début de bagarre générale, menaces explicites : « je vais te planter ».

14  Soulignons que les acteurs semblent exiger une reconnaissance inconditionnelle, qui ne va pas de soi dans toutes les sphères de l’existence sociale. Si nous ne pouvons qu’évoquer l’importance prise par ce qu’on peut appeler un paradigme de la reconnaissance (Honneth, 1996 ; Fraser, 2005), notons que l’expérience quotidienne du mépris prive l’individu de supports pour la construction de son identité.

15  Comme le montre Lapeyronnie (2008), le ghetto peut être sécurisant pour ceux qui y vivent, notamment grâce aux relations de sociabilité quotidienne qui protègent du mépris ressenti à l’extérieur.

16  Que ce soit les compétitions professionnelles ou les parties entre amis.

17  Dominique Vidal (1999) montre comment l’exigence de respect, à Recife (Brésil), était structurante dans les rapports quotidiens. Richard Sennett (2003) insiste sur l’exigence de réciprocité contenue dans la notion de respect.

18  Pour le président de l’AP, le respect lié à l’âge demeure une valeur fondamentale héritée de la tradition algérienne.

19  Pour Thierry Long et Nathalie Pantaléon (2007, p. 55) le type de conscience morale du sport auto-organisé est « autonome et ouvert à la négociation » alors que dans le sport institutionnel, cette conscience est « disciplinée et soumise ».

20  Les pompiers sont appelés, un joueur ayant été blessé – il a des marques de crampons sur la poitrine.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3022/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Cary et Jean-Louis Bergez, « Violence, identité et reconnaissance dans le football en milieu populaire », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 04 février 2010, consulté le 23 juin 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3022

Haut de page

Auteurs

Paul Cary

Maître de conférences à l’Université Lille 3, chercheur au CERIES, Université Lille 3, France - paulcary@club-internet.fr

Jean-Louis Bergez

Doctorant en sociologie à l’Université Lille 1, France - jlbergez@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page