Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

L'analyse qualitative comme approche multiple

Roberto Cipriani

Résumés

L’exemple de l’enquête historique, visant à identifier les caractéristiques de la naissance et du développement d’une science et des lectures qu’elle donne des événements sociaux, est des plus originaux. Toute méthodologie historique non seulement débouche sur une pure et simple masse d’épisodes et d’événements, mais est également une narration et une élaboration critique de ces mêmes faits. Michael Postan écrit à juste titre que la complexité des données historiques est cependant de telle nature, et les différences et les similitudes tellement difficiles à cerner, que les efforts des historiens et des sociologues pour construire des comparaisons explicites se sont soldées, pour la plupart, par des tentatives grossières et naïves. La leçon des Annales a contribué en effet à construire l’idée d’une histoire qui puisse lire et expliquer ce qui est uniforme et ce qui est singulier. Rien de plus naturel que la réunion d’« êtres psychiques », à l’instar de l’assemblage des cellules en un organisme, en un « être psychique » nouveau et différent. Un tournant s’impose donc vers une expérimentation empirique plus ample et plus correcte, afin de disposer des instruments adéquats, capables de garantir à la méthodologie micro, qualitative et biographique, une fiabilité suffisante.

Haut de page

Texte intégral

Avant-propos

1Si l'analyse qualitative, dans le domaine des sciences sociales, a retrouvé récemment droit de cité et fiabilité scientifique, donnant ainsi raison à voies d'études pendant longtemps passées sous silence ou reléguées à des fonctions secondaires, cette reprise n'éclaircit cependant pas à fond les significations d'une approche destinée encore souvent à des rôles subalternes et accessoires, au moment même où elle doit en quelque sorte remonter la pente afin de regagner les sommets de la plausibilité en matière de recherche, surtout au-delà de milieux restreints comme ceux des petits groupes et des communautés locales. Parallèlement, la confrontation entre examen qualitatif et recherche quantitative, entre histoires de vie et questionnaires, entre interprétations plus attentives à l'unicité particulièrement approfondie qu'à la multiplicité considérée du point de vue numérique, aboutit à des conclusions contradictoires d'isolement des adversaires, de domination académique et personnelle, d'auto-légitimation, de victoires présumées dans l'assaut livré à la citadelle des savants. Le complexe d’infériorité vécu par un grand nombre de sociologues vis-à-vis de leurs collègues chercheurs en sciences exactes a favorisé le développement de critères et de catégories qui évoquent davantage une course aux modèles matérialistes et mécanistes que le résultat d’une recherche cohérente sur les sociétés humaines. Et certaines tentatives aussi attrayantes qu’imprécises, à la manière d’Ilya Prigogine (Prigogine & Stengers, 1978 ; 1980), d’une part, et des sociobiologistes (Christen, 1979), d’autre part, ne réussissent pas à aider réellement à définir les problèmes non résolus du rapport entre qualité et quantité. Nombreuses, trop nombreuses sembleraient être les différences d’objet, de méthodes et de techniques pour que soit rendue facilement praticable la voie d’une entente dans une perspective unitaire acceptable. Mais ce qui laisse le plus perplexe, c’est la constance, presque toujours vérifiable, de choix tous fondés uniquement au niveau théorique ou – moins souvent – développés dans un milieu empirique dont l’inconscience problématique n’a souvent d’égale que l’ampleur d’une quantophrénie exubérante en expédients statistiques. Il s’ensuit que chaque sociologue cultive avec insistance ses inclinations prioritaires au détriment du lien essentiel entre théorie et enquête sur le terrain.

Quantité ou qualité ?

2Déjà les auteurs de la pensée classique avaient identifié des différences mais aussi des convergences entre les « prédicats ultimes ». La logique aristotélicienne de l’Organon prévoyait en effet dans les catégories aussi bien la modalité de la quantité que celle de la qualité, respectivement comme deuxième et troisième catégorie dans la liste des possibilités d’attribution. Mais il s’agissait précisément de deux éléments d’analyse parmi tant d’autres et aucun de ceux-ci n’assumait la priorité absolue. Quant à la catégorie de la qualité, l’on y identifiait une quadruple ramification : potentia, habitus, passiones et figurae. Surtout ces dernières, avec leur caractère de géométriques, signalaient l’existence d’un point de soudure entre qualité et quantité. Et en effet l’on parlait d’une qualitas circa quantitatem. Malgré ces prémisses et presque malgré l’influence de la logique aristotélicienne sur les développements ultérieurs de la pensée, la situation actuelle a privilégié plutôt les solutions de nature quantitative. Il suffira de procéder à un bref inventaire des résultats scientifiques les plus récents pour s’apercevoir que la dominante appartient à la perspective de la quantification. Ainsi la logique formelle a vu naître la notion de quantificateur (sous ses deux formes : existentiel et universel), capable d’examiner les systèmes de théories de prédicats sur la base de deux langages, dont l’un (« premier ordre ») se prévaut des seules variables individuelles tandis que l’autre se prévaut des variables des prédicats. Un autre procédé à signaler est celui de la quantification, qui assigne des valeurs « discrètes » à des grandeurs physiques et qui, comme seconde quantification, analyse des particules identiques ayant des interactions imprévisibles. La théorie même des quanta, malgré son caractère provisoire et sa limitation au seul domaine de la mécanique, confirme clairement une tendance vers des hypothèses et des règles fondées sur des quantités « discrètes ». Dans le domaine des applications techniques également, l’existence du quantomètre pour mesurer les éléments d’un composé chimique témoigne de l’orientation prédominante tournée vers l’analyse quantitative conduite dans les délais les plus rapides possibles. En effet c’est justement l’expérience du quantomètre qui permet d’obtenir on line la donnée relative à la composition d’un produit en phase de traitement et aide ainsi à comprendre l’intention latente d’un grand nombre de choix quantitatifs : faire vite, pour intervenir à temps, en pensant davantage au résultat final que l’on désire obtenir qu’à d’autres caractères essentiels de l’élément soumis à examen scientifique. Dans le domaine des sciences sociales l’équivalent du quantomètre est probablement le questionnaire, qui utilise des modèles relativement fixes, dans le cadre unique duquel sont contraintes de s’insérer les particularités de comportement diversement reliées entre elles. Évidemment, toutefois, un groupe humain n’est pas un lingot composé de n’importe quel alliage à identifier, classer et soupeser : les dynamiques sociales sont bien plus complexes et moins prévisibles que celles présentes dans des masses l’état fluide. Si, à la lumière des recherches d’Ilya Prigogine, le monde de la nature, des forces physiques lui-même, présente un caractère de non-prévisibilité quantifiable, à plus forte raison il faut souscrire à ce que soutient Herbert H. Simon (1983). En réalité les questions de qualité ont un poids tel qu’elles bouleversent totalement toute portée évaluée numériquement. La tentative de la sociobiologie, en tant que riposte à la minorisation présumée des sciences sociales, semble aussi répondre à la nécessité d’étoffer par des données certaines la faillibilité des recherches sociologiques. Et une fois encore l’on recourt aux sciences « par excellence », à la vérité des données comparées et des tableaux inter-animaux dans lesquels l’homme est à peine un paramètre de facilité au même titre que d’autres êtres vivants. Certes, même envers la sociobiologie il est opportun d’avoir une phase d’epoché, comme suspension du jugement, dans l’attente de résultats ultérieurs et peut-être plus probants. Et même c’est précisément l’ouverture poppérienne (Popper, 1996, I, p. 265) envers tout ce qui réfute les propres prises de position qu’il convient d’appliquer dans des cas comme ceux-ci. En vérité la prétention de certitudes n’appartient pas à la science, qui est en revanche très réaliste et hostile à des solutions interprétatives de type déterministe. C’est dans cette optique qu’il faut lire Karl Popper dans le Postscript (Popper, 1956-1982), où il insiste sur la science ouverte et, certes pas par hasard, principalement sur la théorie des quanta et sur le schisme de la physique.

De l’histoire de la science à la science de l’histoire

3La diatribe actuelle entre les poppériens et les anti-poppériens ignore souvent les aspects d’une théorie qui a des ramifications également chez Imre Lakatos (1968) (un savant plus attentif aux sciences sociales que ne le sont les chercheurs en sciences sociales d’aujourd’hui à son égard : sa bibliothèque, qui figure maintenant dans le catalogue de la Library de la London School of Economics, est riche en textes socio-méthodologiques). Il soutenait que toutes les méthodologies fonctionnent comme théories (ou programmes de recherche) historiographiques et peuvent être critiquées en contestant les reconstructions rationnelles historiques auxquelles elles conduisent (Lakatos, 1968 ; 1976, p. 328). C’est donc l’analyse de la situation qui indique, signale le contexte problématique de la connaissance scientifique. Et, en fait, le milieu sociologique de la découverte fondée sur la recherche rend plus compréhensibles les actions et les interprétations qui la concernent. Ce qui permet d’éviter la duperie d’une théorie quelconque, que des données aisées à rassembler permettent de toute façon de vérifier. Il en découlerait, pour reprendre Karl Popper, la possibilité de réussir toujours à « démontrer » un sujet, en lui fournissant des supports probants. À l’exception, en outre, du crible opéré selon Thomas Samuel Kuhn (1970) par la communauté scientifique, l’anarchisme de la recherche théorique et empirique montre pleinement combien est injustifiée toute affirmation de crédibilité majoritaire du nombre par rapport au prédicat. L’exemple de l’enquête historique, visant à identifier les caractéristiques de la naissance et du développement d’une science et des lectures qu’elle donne des événements sociaux, est des plus originaux. Toute méthodologie historique non seulement débouche sur une pure et simple masse d’épisodes et d’événements, mais est également une narration et une élaboration critique de ces mêmes faits. Si l’on veut suivre selon un sens diachronique la naissance et la diffusion des études historiques, l’on s’aperçoit que presque toujours il s’est agi d’analyses qualitatives, accompagnées de temps en temps d’approximations numériques sur la taille d’une armée, sur l’extension d’un territoire, sur la consistance démographique d’un peuple : il en est ainsi pour Hérodote d’Halicarnasse, et éga1ement pour l’Historia Francorum de Grégoire de Tours ou pour la Storia d’Europa nel secolo XIX de Croce. En d’autres termes, l’historiographie a substantiellement recueilli la leçon aristotélicienne qui voit dans la dimension qualitative le pivot de la connaissance scientifique. On peut objecter que cette option a favorisé l’exploitation des usages des œuvres historiques, au service de l’une ou de l’autre faction politique. Mais l’on peut avancer la même objection à un sociologisme quantophrénique que Charles Wright Mills stigmatisait comme réponse académique à une demande fortement accrue de techniciens administratifs capables de traiter les « relations humaines » et de nouvelles justifications pour l’activité des grandes compagnies comme système de pouvoir (Wright Mills, 1959, p. 108 ; 1967). Le fait est qu’aussi bien l’historien que le sociologue ne disposent pas d’une méthode et d’un langage capables de simplifier et de généraliser la complexité du social. Une reductio ad unum est un objectif qui n’a jamais été atteint. La simplification du complexe, pour citer Niklas Luhmann (1975), est une opération ardue même du point de vue méthodo1ogique, indépendamment du type d’approche utilisé, qu’il soit qualitatif ou quantitatif. D’autre part, toute opération statistique est forcément enfermée dans la nécessité comparative intrinsèque, dans la mesure où elle doit absolument éliminer les différences et exalter les apparences de similitude, pour arriver à la donnée numérique cumulable. Il arrive aussi que souvent la réalité échappe à ces tentatives de capture et réponde en perspective par des résultats imprévisibles sur la seule base des stocks des nivellements en pourcentages et des catégories forcées fruit des items, des questionnaires, des tableaux. Michael Postan écrit à juste titre que la complexité des données historiques est cependant de telle nature, et les différences et les similitudes tellement difficiles à cerner, que les efforts des historiens et des sociologues pour construire des comparaisons explicites se sont soldées, pour la plupart, par des tentatives grossières et naïves. Quand ils ont réussi, cela a été grâce à une « unicité » fictive – la fausse apparence selon laquelle l’objet de l’étude est une unique situation en un seul point du temps en un seul point de l’espace (Postan, 1971 ; 1976, p. 30).

Histoire et sociologie

4L’interconnexion entre les études historiques et les recherches sociologiques est si étroite qu’elle permet même une annulation réciproque, comme le souligne Paul Veyne (1971) dans ses allusions à une histoire complète, qui annulerait l’existence de la discipline sociologique. Mais quoi qu’il en soit il n’en reste pas moins vrai que « le sociologue, comme l’historien, ne peut jamais estimer avoir épuisé, dans le cadre de ses recherches, l’exploration d’un phénomène et des variations dans le temps et dans l’espace. Les hypothèses et les théories poursuivent, il est vrai, un ordre qui peut briser le cercle de l’absurde et du doute, mais la mobilité des événements dissout toute méthode systématique qui ne tient pas compte de l’impossibilité de réduire l’expérience humaine à un tableau de faits et de données naturelles, à quelque chose qui soit entre l’objet physique et le processus biologique » (Crespi, 1974, pp. 8-9). La distinction entre sociologie et histoire devient de plus en plus difficile dans la mesure où ce n’est pas toujours que « ce qui est uniforme et peut se répéter » est étudié par la première tandis qu’à la seconde est dévolu l’intérêt pour ce qui est « unique et ne peut se répéter » (Ferrarotti, 1974, p. 36). La distinction entre nomothétique et idiographique se cantonne uniquement dans le cadre de certaines limites didactiques ou de « chasse gardée » des sciences sociales. L’idée, par exemple, d’une éventuelle nomothéticité de l’idiographie peut représenter aujourd’hui une hypothèse utile de recherche théorico-empirique visant au dépassement des frontières monodisciplinaires du point de vue de la transdisciplinarité ou de la post-disciplinarité. Une perspective semblable n’empêche certes pas, comme le rappelle Jean Piaget (1970 ; 1973, pp. 11-22), que maintiennent un lien solide et une intégration continue dans le cadre d’une diversification plus fonctionnelle que de contenu. En d’autres termes l’histoire et la sociologie représentent la trame et la chaîne d’un tissu social. C’est pour cette raison qu’il est légitime de proposer une sociologie qui soit historique et une histoire qui soit sociologique. Il faut cependant préciser que, selon une approche de complémentarité, la dichotomie diltheyenne (Dilthey, 1957) entre compréhension et explication n’est plus soutenable, de même que la position wébérienne (Weber, 1951) qui attribue à l’explication historique le rôle d’une procédure de déduction apparaît affaiblie. La leçon des Annales a contribué en effet à construire l’idée d’une histoire qui puisse lire et expliquer ce qui est uniforme et ce qui est singulier. L’histoire, a soutenu Fernand Braudel, fait un tout avec la science sociale, la référence unitaire prévalant du point de vue de la convergence et non pas de celui de l’opposition (Braudel, 1969 ; 1973, pp. 103-123).

La conjonction entre histoire et sociologie : l’histoire de vie

5Malgré son intelligente ouverture d’esprit, Fernand Braudel ne manque pas d’entrer en polémique avec Georges Gurvitch, surtout en matière de temps historique (Gurvitch, 1955, pp. 38-40). Et cependant cette confrontation se révèle riche d’enseignements lorsqu’il s’agit de saisir à fond le sens d’une proposition de ré-ancrage avancée par Franco Ferrarotti (1983). Dans ce cas il n’y a plus d’évasion vers l’instantané ou vers le répété, tous deux dépourvus de temps parce que toujours présents. C’est une sociologie qui n’élude pas l’histoire mais en enregistre et en reconstruit les dynamiques, tout au long de la ligne qui court sans solutions de continuité entre ce qui est déjà arrivé, l’événement en cours et l’avenir en gestation. Il n’est pas dit que l’on puisse faire de l’histoire uniquement au niveau des archives et des dossiers, étant donné qu’il y a bien d’autres documents déjà catalogués dans la mémoire individuelle. Il existe une masse de matériel historique inexploré, enfoui dans les expériences des vécus personnels. Mais seule une profonde connaissance historique facilite la fouille et la recherche à travers la formulation de questions spécifiques, même dans la liberté sélective de 1’interlocuteur-témoin. La motivation fondamentale de ce choix est suggérée clairement par Charles Wright Mills : « Négliger dans nos études ce matériel – l’enregistrement de tout ce que l’homme a fait et a été – serait comme prétendre étudier le processus de la naissance en ignorant la maternité » (Wright Mills, 1959, p. 163 ; 1967). Le clivage entre histoire et sociologie, qui s’est prolongé trop longtemps pour ne pas donner lieu à des conséquences fâcheuses et à des équivoques, a favorisé des oppositions indues typiquement exprimées par un savant comme Paul Veyne, qui définit la sociologie comme une « fausse science » (Veyne, 1971 ; éd. it., 1973, pp. 451-496), expression qui rejoint presque celle de Benedetto Croce de « science infirme » (Croce, 1950), contribuant ainsi à la création de barrières, auxquelles d’ailleurs les sociologues eux-mêmes ont fourni un apport non négligeable. Comment expliquer l’incommunicabilité avec les historiens qui remonte désormais à des dizaines de lustres, à part quelques éminentes exceptions (Max Weber, en premier lieu) ? La médiocre sensibilité historique répandue dans le milieu nord-américain, seconde patrie de la sociologie, est-elle une explication suffisante pour justifier méfiances et fractures ? Ou bien faut-il chercher ailleurs les matrices historiques et culturelles, liées qui sait aux vicissitudes de certains savants mais qui restent cependant toujours situées dans un cadre d’ensemble socio-politique ? Ce sont là autant de questions qui méritent plus d’attention et des approfondissements plus précis. Entretemps cependant il vaut la peine de mentionner un épisode qui, bouclant ainsi la boucle de notre propos, reconduit au dilemme initial de cette approche. Pourquoi la méthodologie de style qualitatif n’a-t-elle eu guère de suivi, après un certain début prometteur ? Un signal significatif provient de la fortune des études conduites sur des documents biographiques, commencées par William Isaac Thomas et Florian Znaniecki (1918-1920). L’histoire de la vie elle-même de William Isaac Thomas est un indicateur efficace qui aide à comprendre certaines évolutions successives de l’histoire de la sociologie (non seulement en Amérique). La mésaventure personnelle qui a interrompu son activité dans l’enseignement à Chicago en 1918 a représenté pour William Isaac Thomas le début d’un ostracisme qui frappait non seulement sa personne mais surtout son orientation méthodologique et scientifique. C’était l’époque de la publication des cinq volumes de The Polish Peasant, qui durent remonter en outre le courant de discrédit qui s’était créé autour de l’auteur pour réussir à susciter l’intérêt. Aujourd’hui encore on refuse à cette œuvre toute l’importance qu’elle revêt; tout au plus mentionne-t-on qu’« il s’est agi de la contribution la plus haute [...] à l’approche de l’interaction symbolique » (Martindale, 1960 ; 1968, p. 558), mais l’on ne reconnaît en aucune façon la nouveauté et l’originalité de l’optique biographique. Le cas de William Isaac Thomas a eu en outre une influence sur la carrière de Florian Znaniecki, car lui aussi – déjà en difficulté par sa condition d’étranger – quitta les États-Unis et l’enseignement à Chicago pour revenir à Poznan (entre autre parce que la Pologne avait recouvré la liberté). Il est vrai que durant la deuxième après-guerre Florian Znaniecki, autrefois professeur dans l’Illinois, eut la possibilité d’accéder aux fonctions de président de l’American Sociological Association, mais entretemps ses études avaient mis en lumière davantage la problématique de l’action sociale que la méthodologie expérimentée aux débuts de son activité de sociologue. William Isaac Thomas entretemps était arrivé, presque un exilé dans son propre pays, à la New School for Social Research, puis il fit quelques brèves apparitions en Suède et tint deux cycles de conférences à Harvard. Mais l’expérience de 1918 l’avait profondément marqué, jusqu’à le rendre bien trop sensible aux critiques du monde académique. Son œuvre sociologique se déroula donc dans les limites permises par une continuelle auto-censure. C’est ainsi qu’il ne conduisit pas à terme sa tentative d’approche de l’utilisation des cas individuels comme cas scientifiques. La thèse exposée au début dans les études sur les paysans polonais resta donc inachevée juste au moment où il s’avérait nécessaire de mettre au point une méthodologie spécifique d’analyse. Mais voici ce qu’écrit, de lui et de Florian Znaniecki, l’historien de la pensée sociologique Don Martindale : « ils soutinrent, comme méthodes appropriées à leur matériel, l’histoire de vie, la narration personnelle détaillée et l’histoire complète du cas individuel. Ils firent des collectes de données considérables et directes. Grâce à sa démonstration de l’affranchissement de la sociologie de la dépendance de l’histoire pour ce qui concerne les matériaux, The Polish Peasant méritait l’accueil chaleureux qu’il reçut. Inévitablement avec le développement des sophistications méthodologiques il devint évident que l’histoire des cas particuliers ou de vie n’est qu’une technique, et non pas une méthode auto-suffisante, mais ceci ne diminue en rien l’importance de son développement ou de sa cohérence comme technique par rapport à la définition particulière de l’objet de la sociologie proposée par l’interaction symbolique » (Martindale, 1960 ; 1968, p. 554). Plus qu’une reconnaissance de valeur le jugement semble une épitaphe, en outre imprécise et mystifiante quand elle tend à détacher l’opération de l’étude biographique comme étrangère à la tradition historiographique. Dans l’impossibilité de nier le succès de l’œuvre, on en diminue l’apport méthodologique, sous le prétexte qu’il est dépassé par d’autres sophistications (naturellement quantitatives). Mais ce qui induit le plus en erreur est la volonté de réduire la proposition des deux auteurs à une simple découverte technique, sans dignité de méthodologie autonome, donc à un simple instrument et non pas en faire le fruit d’une méthodologie épistémologique réfléchie. On oublie donc l’influence des études allemandes de psychologie conduites par William Isaac Thomas et la profonde formation interdisciplinaire de Florian Znaniecki, obtenue grâce à la fréquentation de hauts lieux comme Genève, Zurich et la Sorbonne. On fait donc tort aux intentions réelles des deux savants. Et on a tout lieu de supposer que ceci est dû à la conséquence d’un choix idéologique de domaine et de méthode tellement enraciné dans la culture sociologique nord-américaine que son poids se fait encore lourdement sentir aujourd’hui, à des décennies de distance de la production scientifique de William Isaac Thomas et de Florian Znaniecki. La préférence pour le non-quantitatif pourrait-elle même être une méthode pour la folie (Schwartz & Jacob, 1979), il n’en demeure pas moins qu’elle conduit la découverte essentielle de la « définition de la situation » telle qu’elle se manifeste dans l’acteur social (Thomas, 1928, p. 554).

À partir des auteurs classiques

6L’influence exercée par deux auteurs classiques de la sociologie, Émile Durkheim (1895) et Max Weber (1922), a longtemps conditionné le développement de cette discipline. Pour aussi diverses qu’elles soient, les approches de ces deux auteurs semblent converger essentiellement vers une oblitération de la dimension individuelle au profit de matrices de plus vaste portée : le fait social et la solidarité d’une part, l’action sociale et la rationalité d’autre part. Selon la théorie wébérienne, l’affectivité elle-même se diluerait en général de tout fait personnel, presqu’entièrement clivée de son contexte spécifique (et personnel) d’origine. Le rôle même de la tradition, dans sa plate vocation historique, prévariquerait et annulerait presqu’entièrement celui de l’individu (quitte ensuite à le récupérer sous son aspect charismatique lié, et non pas par hasard, à une forme particulière de pouvoir). Une lecture attentive d’Émile Durkheim et de Max Weber révèle que leur interprétation de la réalité sociale est moins simpliste que certains exégètes hâtifs ne voudraient le laisser entendre. Une tendance se fait jour désormais, plus modelée sur l’exemple des textes que sur les impositions des historiens de la pensée sociologique qui, dans leur souci majeur de faire de la synthèse, n’ont plus le loisir de s’abandonner à des lectures plus objectives et plus sereines. Saluons donc l’invitation d’érudits comme Serge Moscovici (1988) qui exhortent à réfléchir plus attentivement sur la portée de la « réalité psychique » durkheimienne, qui doit être entendue aussi bien comme élément individuel que de groupe. Selon cette approche, « pour Durkheim et ceux qui l’ont suivi, la société apparaît d’abord comme un ensemble de croyances et de pratiques qui associent les hommes et forment leur conscience commune. [...] Rien de plus naturel que la réunion d’« êtres psychiques », à l’instar de l’assemblage des cellules en un organisme, en un « être psychique » nouveau et différent. [...] La réalité psychique, en effet, diffère essentiellement de la réalité sociale qui naît lorsque les individus s’agrègent, communiquent et agissent de concert. Durkheim interprète le résultat externe unitaire de nombreux processus psychiques subjectifs comme résultat d’un processus psychique unitaire qui se déroule dans la conscience collective objective » (Moscovici 1988, p. 132). Par suite, la dimension psychique individuelle n’est pas annulée mais bien au contraire, elle représente la donnée fondamentale qui engendre ensuite le produit final homogène qu’est la « conscience collective ». Pour aussi discutable que puisse apparaître ce dernier concept, il n’en demeure pas moins que, comme le dit Émile Durkheim lui-même, « c’est donc dans la nature de cette individualité, non dans celle des unités composantes, qu’il faut aller chercher les causes prochaines et déterminantes des faits qui s’y produisent » (Durkheim 1895, p. 130). Ceci signifie clairement que l’individu est une cellule fondamentale de la société qui, en tant que vaste groupe, est bien diverse du simple agrégat d’individus. C’est ainsi que le sociologue français privilégie le contexte social interindividuel, mais uniquement afin de mieux comprendre le groupe lui-même ou la société dans toute son ampleur. En vérité, la terminologie durkheimienne est plutôt désuète parce qu’elle insiste sur des termes qui ont un caractère contraignant dans leur acception causale et déterministe, là où, par contre, on se doit de préférer une approche plus problématique que ne l’est le simple rapport de cause à effet. Quoiqu’il en soit, au-delà de ses limites, il apparaît évident qu’Émile Durkheim est fortement conditionné par sa polémique anti-animiste et anti-naturiste. Si phases il y a – et en fait elles sont nombreuses – elles visent à ramener la recherche sur la voie sociologique et ce, sans nier la psychologie. Ce n’est pas par hasard si dans son œuvre suivante (Les formes élémentaires de la vie religieuse, 1912), cet auteur parle de la duplicité de l’homme chez lequel coexistent deux êtres, un être individuel et un être social. Et ce n’est toujours pas un hasard si le totem est décrit et interprété tant comme individuel que clanique. Freud lui-même, d’ailleurs, reprendra le même thème du totémisme quelques mois plus tard à peine lors de la publication de son célèbre Totem et tabou, dont la préface – datée Rome, septembre 1913 – précise que cette œuvre entend être un pont entre les sciences sociales et la psychanalyse et représenter la transition entre une perspective simplement psychologique et la perspective psycho-sociologique. Serge Moscovici n’est pas le seul qui ait stigmatisé une certaine méprise de la pensée durkheimienne. José Prades lui-même (1987, p. 98) est intervenu sur 1’argument en soulignant le lien étroit qui unit l’aspect individuel et collectif de la vie religieuse et invoque à cette fin l’autorité de Talcott Parsons (« la conception de Durkheim à ce sujet présente un "individualisme institutionnalisé, une synthèse très spécia1e d’individualité et de solidarité sociale qui s’est développée dans le monde occidental moderne" ») et une affirmation précise de Robert N. Bellah (« Durkheim a utilisé le totémisme australien, pendant quinze ans, comme un "laboratoire dans lequel on étudie avec une minutieuse précision la relation entre religion, structure sociale et personnalité" »). Il découle de tout ce qui vient d’être dit, dans le cadre du conflit qui oppose la position d’Émile Durkheim et de Max Weber, qu’un rapprochement, malgré des différences d’approche qui convergent cependant plus qu’il n’apparaît à première vue, s’impose. Il n’y a pas de contradiction entre collectif et individuel. D’ailleurs, Max Weber lui-même fonde son hypothèse sur les origines du capitalisme, justement à partir de l’apport individuel selon la morale calviniste : une « société de solitaires » a permis le développement de l’esprit capitaliste dont Benjamin Franklin représente une personnalité emblématique. Les suggestions apportées par Florian Znaniecki (1936) précisent encore davantage les choses, dans la mesure où il fait réapparaître – comme il l’avait déjà fait avec William Isaac Thomas (1918-22) dans The Polish Peasant – les personnes entendues comme objet social, comme soi, comme entités dotées de statut et de rôle. Il insiste surtout sur l’aspect social de chaque action individuelle qui ne reste jamais un fait personnel mais est le précipité historique d’éléments sociaux et individuels en même temps. En effet, l’individu « est plutôt un ensemble composite d’actions, dont chacune se réfère aux objets de l’environnement, et qu’il est possible de comprendre et de définir uniquement par rapport à ces objets, sur lesquels il agit ou tente d’agir. D’autre part, il importe peu au sociologue que le même individu ait une conscience lucide de ses propres actions et de leur séquence lorsqu’il se penche sur celles-ci. Il lui importe en vérité de savoir comment elles se manifestent dans leurs résultats et l’influence qu’elles exercent sur son milieu » (Znaniecki, 1924, V). Si l’on entend résoudre en des termes scientifiquement valables la question du rapport individu-société, il faut se tourner vers Georg Simmel (1984) car c’est lui qui offre une solution convaincante avec sa proposition de la typisation et de la compréhension, indispensables pour surmonter le seuil de la simple individualité grâce à une connaissance approfondie de l’autre sujet, de façon à considérer ainsi comme des faits socio-significatifs tant la communication sincère que le mensonge ou la réticence. Et Georg Simmel rejoint ainsi parfaitement les affirmations de Florian Znaniecki (1924, p. 12) lorsqu’il opère une différenciation entre l’histoire et la sociologie, là où il assignait à cette dernière la tâche de rechercher la signification même de la non-véridicité d’une affirmation, comme indice de motivations non explicites mais fort importantes, dans la mesure où elle permet une « reconstruction scientifique » – pour aussi partielle qu’elle soit – « de la personne considérée comme individu social ».

Le rapport micro-macro

7L’objection qui revient le plus souvent à propos de la méthodologie qualitative qui recourt à l’approche biographique concerne la transition du niveau idiographique au niveau nomothétique, de la dimension individuelle à la dimension sociale. On peut objecter qu’un tel passage n’est pas justifié et représente le point faible de la phase de l’interprétation et de la vérification de la recherche. En réalité, il existe des réserves mentales vis-à-vis d’une perspective qui se considère comme mineure du point de vue de la valeur scientifique, aisément applicable, peu complexe et surtout non assimilable (ni utilisable) par l’instrument habituel de quantification statistique. En vérité, les différences méthodologiques et techniques ne revêtent pas une importance qui justifie un net clivage entre les deux approches de recherche. Certes, il faut reconnaître à la sociologie quantitative un plus vaste bagage de solutions et de perspicacité, tant au niveau de l’application que de l’élaboration ; mais c’est là, entre autres, le résultat d’un développement historique inégal qui a privilégié en première priorité l’attention accordée à la donnée quantitative. Et l’on ne saurait en rendre responsables ceux qui tentent de redonner droit de cité à la sociologie qualitative. Bien au contraire, et il faut dire qu’au cours de ces dernières années l’effort de relance est déjà en train de se solder par des résultats prometteurs, justement avec le support de l’informatique qui, de par sa nature même, semblerait se prêter davantage à la seule recherche quantitative. Par ailleurs, la nécessité de mettre en valeur la qualité dans la quantité, les aspects micro dans le cadre macro, l’individuel dans le social, se fait de plus en plus jour. Ce que l’on perd sans doute au niveau de la capacité de généraliser, on le gagne en profondeur et en définition du détail, qui reste toujours, quoiqu’il en soit, le fondement essentiel du plus vaste univers. On ne saurait d’autre part négliger le fait qu’il y a un élément idéologique sous-jacent qui caractérise le quantitativisme comme plus sensible aux séductions et aux besoins du marché qu’aux caractéristiques individuelles, plus présents par contre dans les soucis de type qualitatif. Ce n’est pas un simple hasard si la durée même de l’une et de l’autre approche est fortement diversifiée, au point que la soumission d’un questionnaire et l’élaboration successive supposent des délais bien inférieurs à ceux qu’exige le recueil d’une histoire de vie, l’analyse et l’interprétation qui suivent. Cependant, il est bon de remarquer que l’on assiste à une exubérance théorique qui amène les qualitativistes à ne se mesurer pratiquement qu’avec eux-mêmes, à éviter la confrontation continue avec des méthodologies diverses. Donc, le rapport et la fécondation réciproque de méthodes et de techniques font défaut, empêchant ainsi une croissance calibrée de disciplines sociologiques qui ont fait leurs preuves. Un tournant s’impose donc vers une expérimentation empirique plus ample et plus correcte, afin de disposer des instruments adéquats, capables de garantir à la méthodologie micro, qualitative et biographique, une fiabilité suffisante. La littérature sociologique plus ou moins récente fourmille de toute une série d’attaques et de critiques contre la méthodologie traditionnelle, presqu’entièrement circonscrite dans les limites de formulations exclusivement statistico-quantitatives. Mais peu de propositions réelles sont venues des contestataires qui se sont souvent révélés peu avertis et vulnérables face au pouvoir sans limite des nombres, des mesures en pourcentage, des tableaux à double entrée, des représentations graphiques, des histogrammes. Si composition il y a eu, elle ne s’est manifestée qu’au niveau de la dialectique abstraite, sans le support d’une expérimentation méthodologique et technique appropriée. Et, dans certains cas, on a parlé d’une éventuelle théorisation de l’anarchisme scientifique et méthodologique, comme si le problème pouvait être résolu simplement en l’ignorant et en le court-circuitant comme s’il ne s’était jamais posé.

Quatre modèles

8Les possibilités de résoudre le conflit entre micro et macro se réduisent à trois options auxquelles Bernhard Giesen (1987) ajoute une quatrième solution qui n’est autre que la synthèse unificatrice des autres. Le premier modèle a une perspective coordinatrice dans la mesure où il s’intéresse à la fois aux actions individuelles et aux effets macro-sociaux (mais aux dépens des aspects symboliques). Le deuxième modèle se fonde sur l’analyse et l’appartenance à des catégories, car il s’intéresse essentiellement aux aspects linguistiques, au speech act (mais il néglige les différences entre les processus symboliques et les processus factuels). Le troisième modèle peut être considéré comme antagoniste parce qu’il met en évidence l’action répressive de la société en opposition avec l’autonomie de l’individu (mais il généralise de façon trop simpliste la dialectique conflictuelle entre patron et esclave). Le quatrième modèle, enfin, tente de remédier aux inconvénients des trois premiers dans la mesure où il prend en considération, dans une optique théorético-évolutive, tant les structures symboliques que les structures pratiques et matérielles. Cette proposition ne va guère au-delà de l’énonciation et reste donc au niveau de prémisses en prévision de développements successifs. Pour le moment, la question apparaît périphérique par rapport au débat sur la méthode, encore aujourd’hui centré sur la diatribe entre poppériens, anti-poppériens et post-poppériens. Et encore une fois, la méthodologie biographique, qualitative et micro, risque de perdre une occasion en or de ramener les discussions scientifiques à la centralité. Cependant, le lien entre micro et macro existait dès les origines de la réflexion sociologique. Neil Smelser (1987) a plusieurs fois répété que la leçon durkheimienne et wébérienne demeure encore valable en ce sens, dans la mesure où il y a une action réciproque entre macro-structures et micro-réponses qui, à leur tour, en s’unissant, donnent lieu à des macro-phénomènes. Il est curieux mais hautement significatif que lorsqu’il suggère une telle interprétation de l’œuvre d’Émile Durkheim, le sociologue de Berkeley reprenne la théorie psychanalytique (Wallerstein & Smelser, 1969) pour identifier les liens les plus résistants entre la personnalité individuelle et les conditionnements macro-sociaux. L’observation à la fois sociologique et psychologique permet de mettre en évidence les stratégies spécifiques que le sujet met en œuvre pour se défendre contre le macro chaque fois qu’il choisit les actions qui répondent le mieux aux sollicitations des macrostructures, en recourant à des comportements amplement répandus (et donc, eux aussi, macro). Laura Bovone (1988, pp. 8-9) invoque opportunément le nom de Neil Smelser pour tenter, encore une fois, de réconcilier les divergences entre Émile Durkheim et Max Weber sur la coexistence du micro et du macro. Et, à l’instar de Randall Collins (1981), elle affirme, avec raison, que « il n’est pas pour autant nécessaire de rejeter l’utilisation des concepts ou des macro-théories, mais qu’il faut les fonder tous deux empiriquement en les "réduisant" au niveau micro, en d’autres termes, en explicitant ainsi les situations réelles de la vie quotidienne à l’agrégation desquelles il se réfère » (Bovone 1988, p. 35).

La fondation empirique

9Sortir de l’impasse dans laquelle se trouvent les nouvelles propositions méthodologiques applicables dans la sociologie micro, et en particulier dans la sociologie du phénomène religieux entendu comme fait à la fois individuel et social, n’est pas une entreprise que l’on peut mener à bien dans un délai de quelques années. Il s’agit d’un programme à long terme qui réclamera des décennies de travail inlassable sur le terrain. En attendant les premiers essais empiriques et des résultats satisfaisants, on peut déjà clarifier les termes et les limites de l’opération. En premier lieu, il importe de préciser que l’approche doit être nécessairement multi-dimensionnelle et éventuellement multi-paradigmatique, afin d’expérimenter les solutions les plus appropriées et les plus fécondes. La multi-dimensionnalité doit être entendue comme la propension à considérer les actions sociales non seulement dans leurs multiples rapports au niveau interpersonnel, mais également et surtout, dans le cadre des divers niveaux de lecture herméneutique (symbolique, structurale, linguistique, phénoménologique, psychanalytique). Ceci signifie que la recherche ne pourra être conduite par un unique chercheur, mais exigera des compétences diverses et suffisamment amalgamées entre elles. Un caractère ultérieur dont il faut tenir compte est le type d’objectif scientifique que l’on se fixe. Il est évident que la recherche biographique – fondée essentiellement sur la collecte de récits de vie – doit renoncer à toute prétention ou présomption de valeur statistique. En d’autres termes, un protocole biographique ne peut être élaboré à l’instar d’un questionnaire dûment compilé par une unique personne interviewée, chose qui n’ôte en rien la valeur scientifique du processus. C’est la nature de la donnée qui est diverse, et certes pas sa valeur. Et, à supposer que l’on veuille demeurer dans le contexte d’une terminologie quantitative, on pourrait affirmer que le caractère représentatif de l’un des récits de vie, ou davantage, doit peut-être être défini comme problématique, non pas dans la mesure où ce caractère est discutable, mais plutôt comme "significatif" et comme "indiciaire" par rapport aux problèmes spécifiques de la recherche, identifiables sous une forme approfondie, mais différenciés également tout au long des divers cas examinés. En définitive, ce que l’on gagne en ampleur d’informations et d’inputs provenant de chaque protagoniste d’un récit biographique devrait garantir la possibilité d’une connaissance plausible, vérifiable, empiriquement fondée, "contenue" en tous cas dans son univers de référence mais aussi ouverte par l’importance même de ses rapports avec l’extérieur (le micro au sein du macro). En troisième lieu, la comparaison avec les données de l’univers général ne doit pas être affrontée selon une perspective conflictuelle. L’anarchisme méthodologique et la fortuité superficielle ne sauraient en aucun cas être légitimés, pas même pour des raisons strictement idéologiques (les oppositions de droite et de gauche ne sont qu’un alibi qui permet d’éviter l’échange fructueux d’informations et d’observations). Sans pour autant consentir des compromis trompeurs (par exemple, un nombre consistant de récits de vie, quelques centaines peut-être, dûment échantillonnés et stratifiés, comme pour se mesurer, presque, sur le même terrain statistique des recherches de matrices quantitatives), il est cependant licite d’envisager une solution qui n’élimine pas entièrement les caractères numériques du tableau d’ensemble à étudier, mais qui renonce à toute intention qui vise à la représentation et à la mise en pourcentage. En définitive, certains choix fondamentaux, relatifs aux personnes auxquelles on demande de raconter leur vécu, peuvent généralement respecter, en principe, les variables existant dans l’univers considéré, à condition d’éviter, ce faisant, en pleine connaissance de cause, de tomber dans le piège d’une hypothèse quelconque de généralisation qui serait d’ailleurs erronée et prêterait le flanc à des critiques qui ne feraient que détruire une tentative d’analyse sociologique d’une certaine rigueur. L’originalité de la phénoménologie sociale, élaborée individuellement et sous des formes souvent latentes, se prête fort bien à une étude qui procède, tout au long d’une méthodologie qualitative attentive au cadre micro, de la quotidienneté et de la biographie personnelle. Sans s’interroger directement sur les thèmes sociaux, il est alors possible cependant d’obtenir toute une série d’indications, de petits détails, d’allusions, de réticences, de jugements, facilement récupérables dans le cadre d’un examen à la fois psychologique et sociologique. D’ailleurs, le récit d’une expérience existentielle débouche souvent sur une "construction sociale" de sa propre réalité et de celle d’autrui, et lance donc d’innombrables messages sur les choix personnels, les croyances, les illusions, les mythes, les projets. C’est surtout lorsque les mythes sociaux apparaissent spontanément (c’est-à-dire sans que l’enquêteur ne pose de questions ad hoc) que l’on arrive à saisir des "joyaux" du parcours biographique individuel qui, sinon, seraient restés enfouis, dissimulés par l’incrustation des comportements les plus apparents (saisissables d’habitude grâce à l’observation active qui demeure donc relativement partielle, au même titre que l’était autrefois le simple calcul du nombre des messalisants et des pascalisants, si chers à la sociologie quantophrénique traditionnelle). Dans le domaine des faits sociaux également (ou plutôt surtout pour ceux-ci), la donnée numérique n’est pas identifiable par la donnée scientifique irréfutable. Ainsi, le fait de compter le nombre de ceux qui participent à un mouvement social et leur poser peut-être des questions sur les motivations de leur participation, n’offre que de faibles signaux d’une réalité bien plus complexe et bien plus articulée, mouvante, diversement perçue par les individus. Il faut enfin multiplier les passages à travers des filtres indispensables pour empêcher que la sensibilité d’un chercheur donné ne conditionne le type de résultat et d’interprétation qu’il proposera. D’ailleurs, à présent, de nouveaux programmes informatisés (The Ethnograph, Text Analysis Package, Zyndex, Nota Bene, Qualpro, Textbase, Alpha, Hyperqual, Hypertext, Wordcruncher, Hyper RESEARCH, MAX, NVivo, Atlas-ti, pour ne citer que les plus utilisés) offrent une aide valable à l’organisation thématique des données. Mais le gros du travail reste encore entre les mains (et dans l’esprit) du sociologue. Les années à venir nous diront si ce nouveau défi peut être relevé. Entre temps cependant, certains critères épistémologiques doivent être choisis et motivés (Cipriani, 1995 ; 2008) en précisant la portée de l’approche biographique et qualitative (Strauss, 1987, pp. 215-240), son applicabilité, son opportunité ou pas par rapport au type de problématique à affronter. De ce point de vue, la Chicago Vision elle-même (Plummer, 1983, pp. 50-59), c’est- à-dire l’impulsion d’écoles et de pensées provenant d’auteurs fondamentaux dans le domaine du développement des recherches basées sur les documents personnels, apparaît insuffisante elle aussi. D’ailleurs, un certain caractère fragmentaire, épisodique et discontinu n’a pas favorisé la mise au point de modalités de procédure bien définies. L’École de Chicago était probablement trop influencée par ses matrices philosophiques pour pouvoir penser à la fondation empirique. Cependant, le concept de "définition (subjective) de la situation" reste le facteur-clé qui, encore aujourd’hui, rend l’utilisation scientifique des récits de vie praticable. Au plan des conditions techniques, désormais toujours plus expérimentées sur le terrain de la recherche, on peut tracer un tableau indicatif de certaines caractéristiques, particulièrement fertiles dans les études sur la phénoménologie sociale : opportunité du recours à deux chercheurs au moment du recueil d’un récit de vie, de façon à avoir un double compte-rendu (au niveau de la communication verbale et non verbale) ; nécessité de procédures harmonisées en matière de transcription des textes de récits de vie (avec des solutions graphiques répondant aux interventions des divers interlocuteurs et à l’enregistrement des aspects gestuels ou d’autre type, en termes de silent language, selon la dimension soutenue par Edward T. Hall dès 1959) ; utilité d’une grille d’analyse rapportée aux orientations des hypothèses de la recherche, de façon à pouvoir disposer d’un synopsis, synthétique et résumé, des données figurant dans chaque protocole de récit de vie ; opportunité d’une série de passages filtrés qui sélectionnent les données les plus significatives aux fins de la vérification des hypothèses de départ, et qui prévoient divers niveaux de collaborateurs interprètes des textes biographiques. À partir de ces simples dispositions, il est possible d’entamer correctement un débat sur les nouvelles méthodologies à appliquer dans l’analyse, tout en expérimentant parallèlement les convergences éventuelles entre la recherche qualitative et quantitative (Bryman, 1988, pp. 172- 174). Ainsi le "geste" religieux (Voyé, 1973) ne se limitera plus à la seule pratique rituelle mais sera étudié dans ses dimensions les plus secrètes et, de ce fait, plus scientifiquement fiables.

Haut de page

Bibliographie

Bovone L. (1988), « Micro-macro : una dialettica congenita della sociologia », dans Bovone L. & G. Rovati, Sociologie micro, sociologie macro, Milano, Éditions Vita e Pensiero, p. 7ss

Braudel F. (1969), Écrits sur l’histoire, Paris, Éditions Flammarion ; éd. it., Milano, Éditions Mondadori, 1973, pp. 103-123

Bryman A. (1988), Quantity and Quality in Social Research, London, Unwin Hyman Editions

Christen Y. (1979), L’Heure de la sociobiologie, Paris, Éditions Albin Michel

Cipriani R. (1995), La Metodologia delle storie di vita. Dall’autobiografia alla life history, Roma, Éditions Euroma-La, Goliardica

Cipriani R. (dir.) (2008), L’Analisi qualitativa. Teorie, metodi, applicazioni, Roma, Éditions Armando

Collins R. (1981), The Microfoundation of Macrosociology, New York, Academic Press

Crespi P. (dir.) (1974), Storia e sociologia , Milano, Éditions Celuc, pp. 8-9

Croce B. (1950), « L’utopia della forma sociale perfetta », Il Mondo, 28 gennaio

Dilthey W. (1957), Gesammelte Schriften, Stuttgart, Éditions Teubner

Durkheim É. (1895), Les Règles de la méthode sociologique, Paris, Éditions Alcan

Durkheim É. (1912), Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Éditions Alcan

Ferrarotti F. (1974), Idee per la nuova società, Firenze, Éditions Vallecchi

Ferrarotti F. (1983), Histoire et histoires de vie, Paris, Éditions Klincksieck

Freud S. (1913), Totem und Tabu, Leipzig, Éditions H. Heller (les quatre chapitres de l’ouvrage avaient déjà été publiés sous forme de quatre essais dans Imago, vol. I-II, 1912-1913, revue dirigée par Freud lui-même)

Giesen B. (1987), « Beyond Reductionism : Four Models Relating Micro and Macro Levels », dans Alexander J. C., Giesen B., Munch R. & N. Smelser (dir), The Micro-Macro Link, Berkeley-Los Angeles-London, University of California Press, pp. 337-355

Gurvitch G. (1955), Déterminismes sociaux et liberté humaine, Paris, Presses Universitaires de France

Hall E. T. (1959), The Silent Language, Garden City, N. Y., Éditions Doubleday

Kuhn T. S. (1970), The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, The University of Chicago Press

Lakatos I. (dir.) (1968), The Problem of Inductive Logic, Amsterdam, North-Holland Publishing Company

Lakatos I. & A. Musgrave (dir.) (1968), Problems in the Philosophy of Science, Amsterdam, North-Holland Publishing Company ; éd. it., Milano, Éditions Feltrinelli, 1976

Luhmann N. (1975), Legitimation durch Verfahren, Darmstadt, Éditions Luchterhand

Martindale D. (1960), The Nature and Types of Sociological Theory, Boston, Houghton Mifflin ; éd. it., Bologna, Éditions Il Mulino, 1968

Moscovici S. (1988), La Machine à faire des dieux. Sociologie et psychologie, Paris, Éditions Fayard

Piaget J (1970)., « La Situation des sciences de l’homme dans le système des sciences », dans UNESCO, Tendances principales de la recherche dans les sciences sociales et humaines, La Haye, Éditions Mouton, Paris, Éditions de l’UNESCO, vol. I : Sciences Sociales ; éd. it., Bari, Éditions Laterza, 1973

Plummer K. (1983), Documents of Life. An Introduction to the Problems and Literature of a Humanistic Method, London, Éditions George Allen & Unwin

Popper K. R. (1956-1982), Postscript to the Logic of Scientific Discovery, en particulier Quantum Theory and the Schism in Physics (vol. III, 1982), London, Éditions Hutchinson, Totowa, Éditions Rowman & Littlefield ; éd. it., Milano, Éditions Il Saggiatore, 1984

Popper K. R. (1966), The Open Society and its Enemies, London, Éditions Routledge and Kegan Paul, vol. I

Postan M. M. (1971), Fact and Relevance. Essays on Historical Method, London, Cambridge University Press ; éd. it., Torino, Einaudi, 1976

Prades J. A. (1987), Persistance et métamorphose du sacré, Paris, Presses Universitaires de France

Prigogine I. & J. Stengers (1978), « Equilibrio/squilibrio », dans Enciclopedia, Torino, Éditions Einaudi, vol. 5

Prigogine I. & J. Stengers (1980), « Ordine/disordine », dans Enciclopedia, Torino, Éditions Einaudi, vol. 10

Schwartz H. & J. Jacobs (1979), Qualitative Sociology. A Method of the Madness, New York-London, The Free Press

Simmel G. (1984), Les Problèmes de la philosophie de l’histoire, Paris, Presses Universitaires de France

Simon H. H. (1983), Reason in Human Affairs, Stanford, Stanford University Press

Smelser N. J. (1987), « Depth Psychology and the Social Order », dans Alexander J. C., Giesen B., Munch R. & N. Smelser (dir), The Micro-Macro Link, Berkeley-Los Angeles-London, University of California Press, pp. 267-286

Strauss A. L. (1987), Qualitative Analysis for Social Scientists, Cambridge (UK), Cambridge University Press

Thomas W. I. (1928), The Child in America, New York, Éditions Knopf ; dans Enciclopedia, Torino, Éditions Einaudi

Thomas W. I. & F. Znaniecki (1918-1920), The Polish Peasant in Europe and America, Chicago, University of Chicago Press

Veyne P. (1971), Comment on écrit l’histoire, Paris, Éditions du Seuil ; éd. it., Bari, Laterza, 1973

Voyé L. (1973), Sociologie du geste religieux, Bruxelles, Les Éditions Vie Ouvrière

Wallerstein R. S. & N. J. Smelser (1969), « Psychoanalysis and Sociology: Articulation and Applications », dans Intemational Journal of Psychoanalysis, 50, pp. 698-699

Weber M. (1922), Wirtschaft und Gesellschaft, Tübingen, Éditions Mohr

Weber M. (1951), Gesammelte Aufsatze zur Wissenschaftslehre, Tübingen, Éditions Mohr

Wright Mills C. (1959), The Sociological Imagination, New York, Oxford University Press ; éd. fr., Paris, Éditions Maspero, 1967.

Znaniecki F. (1924), « Introduction », dans Berkan W., Zycioris wlasny (Autobiographie), Poznan, Éditions Fiszer et Majewski

Znaniecki F. (1936), Social Actions, New York, Éditions Farrar and Rinehart

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roberto Cipriani, « L'analyse qualitative comme approche multiple », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 05 novembre 2009, consulté le 28 avril 2017. URL : http://sociologies.revues.org/2990

Haut de page

Auteur

Roberto Cipriani

Université Rome 3 - roberto.cipriani@tlc.uniroma3.it

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page