Navigation – Plan du site
Maurice Erard
Découvertes / Redécouvertes
Maurice Erard

Esquisse d’une sociologie des classes sociales en Suisse

Présenté par François Hainard
Maurice Érard

Résumés

Article paru pour la première fois en 1965 dans les Cahiers Internationaux de Sociologie, volume 30, et reproduit avec l’aimable autorisation de la revue. Il est précédé par un article de François Hainart qui le présente et en décrit le contexte.

Haut de page

Notes de la rédaction

Dans la mesure du possible, les particularités du texte original ont été conservées. Pour consulter le texte de Maurice Érard, aller à : http://sociologies.revues.org/index2972.html

Texte intégral

1Avant de parler des classes sociales d'un pays, il faut en dessiner au moins approximativement les contours. On ne saurait le faire cependant sans une définition préalable des classes sociales en général, d'abord, et des classes sociales particulières, ensuite. Je ne puis ici justifier longuement ma manière de voir. Définition opératoire tout d'abord : les classes sociales manifestent la stratification fondamentale d'une société. « Stratification », c'est-à-dire hiérarchie en droit ou en fait de pouvoirs et de prestige. « Fondamentale », parce que le plus directement liée à la société globale, à l'accentuation spécifique des déterminismes de ses paliers (déterminismes sociaux), et comme elle, pesant de tous ses propres déterminismes (déterminismes sociologiques) sur les cadres sociaux partiels et microsociologiques, comme sur le destin des individus. Si donc des classes sociales existent dans une société donnée, on doit pouvoir y repérer plus ou moins, selon la force des déterminismes « partiels » contraires qui opèrent, l'unification spécifique de leur déterminisme « différentiel » respectif au niveau de tous les paliers en profondeur de la réalité sociale, à quelque échelle (cadres sociaux) qu'on les étudie. En outre, l'on doit voir jouer entre elles des rapports dialectiques de différents genres, qui ne sont donc pas nécessairement de polarisation.

  • 1 . MILL S., Principes d'économie politique, 2e Édition Française Guillaumin, Paris, 1861, p. 267.

2Définitions et classifications historiques ensuite. Personne ne conteste que la structure ou, mieux, la configuration de classes – sinon toujours les rapports dialectiques existant entre elles – soit parfaitement repérable à l'aube du capitalisme industriel, la hiérarchie de fait des nouvelles classes relayant parfaitement, sans toujours la supplanter d'ailleurs, la hiérarchie formelle de l'Ancien Régime. Tous les économistes, et Marx après eux, reconnaissent pleinement que les classes en présence reflètent le rôle des individus dans la production, la nature des rapports d'échange, la propriété des moyens de production. « La propriété privée étant admise comme un fait, dit Stuart Mill dans ses Principes d'économie politique (1848), nous devons maintenant énumérer les différentes classes de personnes auxquelles ce fait donne naissance » 1. Puisque chacun des trois « éléments indispensables à la production », terre, capital et travail, « peut être approprié séparément, la société industrielle peut être considérée comme divisée en propriétaires du sol, en capitalistes et en travailleurs productifs. Chacune de ces classes, à ce titre, obtient une part des produits ; aucune autre classe, aucun autre individu n'obtient aucun produit que par suite d'une concession de leur part. Le reste de la société est, en réalité, entretenu à leurs dépens, ne donnant d'autre valeur équivalente, s'il en donne, qu'une valeur consistant en services improductifs. Ces trois classes sont donc considérées, en économie politique, comme formant toute la société.

  • 2 .Ibid., pp. 267-268.
  • 3 . Ibid., p.220.
  • 4 .Ibid., p.271
  • 5 .Ibid., p. 271.

3« Mais bien que ces trois classes existent souvent à l'état distinct, partageant le produit entre elles, elles n'existent pas toujours et nécessairement à cet état » 2. En outre, « lorsqu'il s'agit de l'industrie manufacturière, il n'y a jamais plus de deux classes, celle des travailleurs et celle des capitalistes » 3. En effet, si « l'état d'ouvrier perpétuel, restant toute sa vie travailleur salarié, n'avait pas sa place parmi les métiers et les corporations du Moyen Age » 4, « partout où l'étendue du marché le permet, la distinction est aujourd'hui complètement établie entre la classe capitaliste, c'est-à-dire de ceux qui emploient les travailleurs, et les travailleurs eux-mêmes, les capitalistes ne prenant en général d'autre part dans le travail que celle de la direction et de la surveillance » 5.

4Sur ces définition et classification, nulle divergence entre théoriciens – et même entre politiciens – jusqu'à la seconde guerre mondiale. Où l'on s'oppose, c'est sur la nature des rapports dialectiques entre classes : complémentarité ou même implication mutuelle chez les uns, ambiguïté et surtout polarisation (lutte) chez d'autres. Où les économistes disent « emploient », les socialistes diront « exploitent ». On dispute aussi sur le genre et la force des déterminismes de classe, certains, toujours plus nombreux, les minimisant et parlant plus volontiers de « couches », de « strates » ou de « milieux », sans voir que cette problématique n'est pas suspendue, mais le plus souvent temporairement quelque peu effacée dans certaines conjonctures sociales particulières, nullement irréversibles. Même la notion de « productivité » des activités, introduite par les physiocrates pour le capitalisme agraire en régime féodal, rectifiée par Smith en phase manufacturière du capitalisme, démesurément étendue – bien qu'avec certaines réserves – par Say, redéfinie strictement par Mill et Marx en phase machiniste du capitalisme pré-monopoliste, et reprise finalement grossièrement aujourd'hui dans la classification en grands secteurs d'activité (primaire ou d'extraction, secondaire ou de transformation, tertiaire ou de services), même cette notion si contestée de productivité, dis-je, implique suffisamment de conséquences sociologiques pour qu'on ait ainsi jugé utile de la conserver.

5L'on est donc fondé – au moins à titre d'hypothèse méthodologique – à partir d'une telle définition, puisque les conditions historiques qui l'ont vu naître n'ont pas fondamentalement changé. À cela s'ajouteront les survivances de classes propres à des régimes antérieurs, et je considérerai comme telles, non seulement l'aristocratie mais aussi, sous le nom de « classe moyenne », la petite bourgeoisie artisanale et boutiquière qui englobera, comme on a coutume de le faire dans nos statistiques suisses, les chefs de petites et moyennes entreprises occupant vingt personnes au plus. Dans cette perspective, seront classes au sens strict, en régime capitaliste, celles qui sont inhérentes aux rapports de production capitalistes : propriétaires fonciers, bourgeoisie (patronat), prolétariat (ouvriers productifs), et couches sociales, diverses catégories sociales liées, selon des critères variés, à l'une ou l'autre classe proprement dite (par complémentarité, implication mutuelle ou, éventuellement, réciprocité de perspectives), pour former avec elle une ou des « classes » au sens large, selon l'unicité de la prise de conscience, l'intensité du Nous-classe. En outre, j'appellerai strates sociales, ce qui, au sein de chaque classe ou couche, ressortit à la stratification sociale ordinaire, et qui fait qu'on y peut distinguer, à divers points de vue, différentes catégories ou même Nous secondaires qui s'ordonnent hiérarchiquement.

6Définition et classification typologiques enfin, qui ne peuvent être que préalables au début de la recherche, mais capables de l'orienter néanmoins, et qui se préciseront et s'enrichiront en typologies et classifications toujours plus significatives, au fur et à mesure de l'avancement de la science. Je me contenterai donc, pour l'instant, de donner la définition typologique très générale suivante : les classes sociales manifestent la stratification fondamentale d'une société ; elles constituent des sur-groupes ou macrocosmes de groupements fonctionnels, s'unifiant en des Nous plus ou moins vastes et permanents, d'intensité et d'activité variables selon leur ancienneté et le degré de conscience de classe chez leurs membres ; elles sont supra-fonctionnelles, bien que leur rôle dans l'activité socio-économique et socio-politique puisse avoir une importance privilégiée ; les contacts entre leurs membres sont à distance ou artificiels ; en tant que sur-groupes de division, elles sont radicalement incompatibles entre elles, ce qui n'exclut pas toute velléité de passage de l'une à l'autre ; elles ne sont pas nécessairement homogènes et peuvent contenir des hiérarchies spécifiques de couches ou de strates sociales.

7Et pour définir les diverses espèces concrètes de classes, historiquement connues et systématisées dans une classification typologique, j'utiliserai les critères préliminaires suivants, dont je n'indiquerai pas ici les degrés :

  • 1/ Place dans la hiérarchie sociale ;

  • 2/ Origine ;

  • 3/ Mode d'accès ;

  • 4/ Degré de généralité sociologique ;

  • 5/ Degré de participation à la société globale ;

  • 6/ Forme et degré de participation à la création des biens économiques ;

  • 7/ Forme et degré de participation au pouvoir économique ;

  • 8/ Degré de participation au pouvoir politique ;

  • 9/ Degré de participation au bien-être collectif ;

  • 10/ Forme et degré de liberté personnelle ;

  • 11/ Fréquence des contacts humains dans le travail ;

  • 12/ Nature des contacts humains prédominants ;

  • 13/ Prégnance de la mémoire collective et de la mémoire historique (tradition) ;

  • 14/ Niveau de l'idéologie de classe.

8À noter que chaque classe ne peut être pleinement définie qu'en fonction des rapports dialectiques qu'elle entretient avec les autres, qu'en référence à la configuration de classes type dans laquelle elle s'insère, dont la classification typologique elle-même ne pourra être établie qu'au terme de recherches plus approfondies sur les structures globales. La configuration de classes suisse appartient à ce que j'appellerai plus généralement le « capitalisme évolué », que je distingue cependant du « capitalisme étatiste ».

9Venons-en maintenant au vif de notre sujet, et tout d'abord au recensement des classes sociales en Suisse.

Description générale des classes sociales en Suisse

10Les statistiques socio-économiques suisses ne permettent pas davantage que dans d'autres pays de connaître directement les effectifs de ces trois classes fondamentales : propriétaires fonciers, capitalistes-entrepreneurs et ouvriers productifs. Le tableau statistique officiel qui s'en approche le plus est le suivant (encore ai-je dû en calculer moi-même les pourcentages se rapportant à la population active totale de 2.512,4 milliers de personnes au recensement de 1960) :

Personnes indépendantes

145,5

Employeurs

100,2

Personnes travaillant seules

45,3

Personnes non indépendantes

854,5

Membres coopérants de famille

46,6

Employés

252,1

Employés supérieurs

38,1

* Directeurs

6,8

* Employés techniques supérieurs

8,0

Autres employés supérieurs

23,3

Employés subalternes

214,0

* Employés techniques subalternes

47,5

* Autres employés subalternes

166,5

Ouvriers

506,3

Ouvriers à domicile

4,6

Ouvriers qualifiés

159,7

Ouvriers mi-qualifiés

243,9

Ouvriers non qualifiés

98,1

Apprentis

49,5

Apprentis des arts et métiers

34,9

Apprentis de commerce

14,6

Population active, en tout : 2.512,4 milliers ou 1.000,0

11On voit immédiatement qu'une telle statistique, fondée sur des catégories socio-professionnelles, et d'ailleurs conforme aux recommandations des experts statisticiens de l'ONU, ne nous aide guère dans notre travail. Les propriétaires fonciers comme classe, c'est-à-dire l'ensemble des individus vivant essentiellement de leurs rentes foncières, n'apparaissent pas ici ; ils se dissimulent avant tout parmi les personnes inactives, sous la rubrique générale : « Rentiers, pensionnés et personnes dont la source de revenu est inconnue », qui, avec leur famille, formaient en 1950 le 57 ‰ de la population. Les capitalistes-entrepreneurs figurent avec les chefs de petites ou moyennes entreprises urbaines et rurales, comme aussi certains sous-traitants à domicile, dans la catégorie des « personnes indépendantes », mais également, lorsqu'il s'agit d'administrateurs de sociétés de capitaux, sous la rubrique « directeurs », c'est-à-dire parmi les « personnes non indépendantes ». En outre, les « membres coopérants de la famille » sont à joindre à la classe de leur principal « nourricier » sous réserve du problème délicat des « familles complexes ». Seuls les ouvriers apparaissent sous une rubrique relativement homogène, mais encore y faudrait-il distinguer des autres, les ouvriers ou « employés » occupés à des tâches non directement productives. Quant aux couches sociales, elles se cachent partout.

12Il m'a donc fallu reprendre le problème à la base, et comme le détail de cette statistique n'est pas encore publié, j'ai dû me reporter aux statistiques du « Recensement fédéral des entreprises » de 1955, quelquefois aussi au « Recensement de la population » de 1950, ou faire des sondages personnels. Voici alors les tableaux que j'ai obtenus (le signe * indique qu'il s'agit d'une approximation plus grossière que les autres) :

  • 6 . La correspondance entre les deux répartitions dépendra de la constance, dans chaque classe ou cou (...)

A) Classes non paysannes

834,1

I/ Bourgeoisie

39,8

a) Bourgeoisie proprement dite

20,2

1/ Bourgeoisie d'affaires

00,8

Administrateurs des principales S.A.

00,7

« Banquiers privés »

00,1

2/ Bourgeoisie industrielle et commerçante

19,4

Administrateurs responsables de petites et moyennes S.A.

11,2

Administrateurs responsables de SàRl

00,7

Propriétaires d'entreprises de + 20p.

70,5

b) Couches sociales assimilables à la bourgeoisie

19,6

1/ Cadres dirigeants des entreprises (management)

12,5*

2/ Membres des autorités exécutives et judiciaires féd. et cant. et hauts fonct. Fédéraux

00,4

3/ Professions libérales

60,7

II/ « Classes » Moyennes

277,2

a) Classe moyenne proprement dite, càd propriétaires des petites et moyennes entreprises

20,2

b) Couches sociales assimilables à la classe moyenne

185,6

1/ Fonctionnaires

21,4

2/ Enseignants

19,4

3/ Clergé

20,8

4/ Employés de bureau et de commerce et employés techniques « improductifs » (y compris les cadres moyens et subalternes

142,-

III/ Prolétariat

517,1

a) Prolétariat proprement dit

348,2

b) Couches sociales assimilables au prolétariat

168,9

1/ Employés techniques « productifs » (y compris les cadres moyens et subalternes)

35,8

2/ Ouvriers « improductifs »

83,2

3/ Travailleurs à domicile

12,5

4/ Personnel domestique

37,4

B) Classes paysannes

165,9

I/ Grosse paysannerie (chefs d'exploit. de plus de 30ha)

2,2

II/ Paysannerie moyenne (exploitations de 5 à 30ha)

98,9

III/ Petite paysannerie (exploitations de 3 à 5ha)

517,1

IV/ Prolétariat rural

44,3

a) Prolétariat rural proprement dit (ouvriers agricoles)

29,3

b) Couches sociales assimilables au prolétariat rural (très petits paysans et paysans ouvriers)

15,0

Population active ou mutatis mutandis, population totale 6 1.000,0

13En assimilant également la petite paysannerie (B. III) au prolétariat rural, on obtient la répartition fondamentale suivante, pour l'ensemble de la Suisse :

Bourgeoisie : 4,2%
Classes moyennes : 37,6%
Prolétariat : 58,2%

14La répartition du prolétariat proprement dit par branches économiques est la suivante (en pourcentages) :

1/ Industrie : 70,3
a) Industries de base : 26,8
- Mines : 0,1
- Energie : 1,2
- Métallurgie : 7,8
- Chimie : 3,1
- Bois et papier : 5,8
- Cuir et caoutchouc  : 0,8
- Textiles : 8,0
b) Autres industries : 33,8
- Machines et appareils : 14,5
- Horlogerie : 6,7
- Habillement : 6,3
- Alimentation : 3,1
- Imprimerie : 3,2
c) Autres ouvriers de fabrique et d'atelier : 90,7
2/ Construction : 23,8
3/ Transports : 5,9
Ensemble du prolétariat non agricole : 100,00

  • 7 . In Statistique de la Suisse, 324e fascicule, Berne, 1961, p. 17.

15Ces tableaux appellent les commentaires suivants : les propriétaires fonciers n'y apparaissent pas. La Suisse n'a jamais connu un régime aristocratique unitaire et puissant, mais tout au plus des patriciats locaux et cantonaux, de sorte que les anciennes classes dirigeantes n'ont pu se maintenir chez nous à la faveur de cette propriété. Le Gotha ne contient vraisemblablement aucun nom de familles suisses ; l'ancienne aristocratie régionale n'a plus que sa particule et s'est au mieux intégrée à la bourgeoisie urbaine. Les terres communales sont encore nombreuses dans les zones rurales, particulièrement en montagne, ce qui donne lieu à des solutions originales d'exploitation paysanne et de mise en valeur hydraulique ou touristique. En outre, de nombreuses municipalités urbaines poursuivent une politique d'acquisition foncière, parfois même de construction immobilière (sous la pression des socialistes notamment, qui en ont inscrit le principe dans leur programme de 1959, comme celui de l'octroi d'un droit de superficie plutôt que de vente des terrains publics aux constructeurs privés). À ces facteurs de disparition des propriétaires fonciers individuels, s'ajoute la mise dans le circuit financier d'une fraction croissante de la propriété foncière, par la création de sociétés anonymes immobilières (13.415 en 1962, avec un capital de plus d'un milliard de francs) et de trusts d'investissements immobiliers (contrôlés à 80% par les banques), dont l'emprise sur les campagnes a pu être quelque peu freinée grâce à une loi protectrice de la propriété foncière rurale (1940). On lit pourtant dans un commentaire du Bureau fédéral de Statistique sur les « Transferts de propriétés agricoles » 7 que « les fils de paysans disposent rarement de l'argent nécessaire pour acquitter le prix élevé des domaines, verser le premier acompte exigé et payer d'importantes transformations ou rénovations. On trouve plus facilement de tels capitaux dans les autres milieux économiques ».

16Le petit rentier immobilier, vivant des loyers de quelques immeubles acquis fréquemment par héritage, existe certes encore en Suisse, car l'avilissement du rendement immobilier n'a jamais été aussi accusé que dans les pays à contrôle des loyers rigide et à forte dépréciation monétaire. Actuellement cependant, bien des propriétaires d'immeubles anciens, soumis comme tels au contrôle des loyers, se laissent tenter par les offres avantageuses que leur font des capitalistes (entrepreneurs du bâtiment, banques, sociétés d'assurances, entreprises à succursales multiples, etc., et naturellement des spéculateurs entièrement libres de prélever au passage la part du lion) qui trouvent avantage à démolir pour reconstruire à neuf des bâtiments à loyers élevés non assujettis au contrôle. Dès lors, le revenu foncier ne devient qu'un sous-produit d'activités essentiellement capitalistes. Reste le faire-valoir. Selon les résultats du Recensement Fédéral des logements de 1950, 37% de ceux-ci étaient occupés par leur propriétaire (16,3% dans les communes de plus de 10.000 habitants – « villes » au sens de nos statistiques –, 37,7% dans celles de 5.000 à 9.999 hab. ; 37,9 dans 57 communes de banlieue de moins de 5.000 hab., et 69,8 dans 233 communes dont la moitié au moins de la population vit de l'agriculture ; cette moyenne de 37% comprend en outre 492 autres communes de moins de 5.000 habitants, de sorte que cette statistique englobe finalement 28,6% de l'ensemble des communes suisses, dont les plus peuplées). À ces 37% de « propriétaires directs » s'ajoutent 3% de coopérateurs immobiliers. Quant aux biens-fonds agricoles, on compte en 1955 70,3% de superficie exploitée par des paysans-propriétaires, 26,3 affermée, 0,5 en usufruit et 2,9 en régie. Mais tout cela ne concerne pas directement la classe des propriétaires fonciers, qui tend donc à disparaître dans une société industrielle en expansion, comme le remarquait déjà Stuart Mill. La rente foncière constitue un surprofit ou un revenu complémentaire, mais l'essentiel du profit et du revenu vient d'ailleurs.

17Sous le règne de la seule entreprise individuelle, ou même des sociétés de personnes, la bourgeoisie active était facile à caractériser. C'était les « entrepreneurs », coordinateurs des capitaux et du travail, de l'agriculture, des mines et carrières, de l'industrie, des transports, de la construction et des services commerciaux ou financiers beaucoup moins nombreux et diversifiés qu'aujourd'hui. Encore y avait-il lieu de distinguer entre différentes strates selon le caractère rural ou urbain de l'exploitation, le degré de qualification requis dans les diverses branches, le volume du capital et du travail commandé, sans parler de distinctions plus doctrinales comme celle faite entre bénéficiaires directs ou seulement indirects de plus-value. Avec l'avènement des sociétés dites « de capitaux » (près de 40.000 S.A. en Suisse à fin 1962, avec un capital social de 19 milliards environ, dont 1.702 grandes sociétés au capital nominal supérieur à un million – détentrices à elles seules d'un capital collectif de 13,5 milliards – le total des fonds propres atteignant un multiple de cette valeur) et du capitalisme financier ou monopoliste, l'entrepreneur est moins individualisé et une certaine symbiose se produit entre branches, notamment par la voie des « sociétés de participation » (3.304 en 1962, avec un capital nominal de plus d'un milliard) et surtout des « sociétés de contrôle et de financement » (723, capital : 3,5 milliards environ) dont nous reparlerons. Sans doute l'entrepreneur reste celui qui, par sa mise de fonds, joue un rôle actif dans l'entreprise (c'est ce que j'entends par « responsable », qui n'a donc pas un sens juridique) : actionnaires majoritaires, minorités agissantes, administrateurs, en particulier présidents-directeurs généraux et autres administrateurs délégués ; mais outre que les capitaux qui lui confèrent le pouvoir ne lui appartiennent pas toujours (représentants des banques, sociétés financières, assurances, etc., dans les conseils d'administration), une délégation de pouvoirs entre les mains de dirigeants non capitalistes intervient dans une plus ou moins grande mesure – mais pas autant cependant que ne le croient les théoriciens du « management » –, de sorte que ces « premiers commis », juridiquement salariés mais en fait souvent participant au partage du profit, doivent être rangés sinon parmi les bourgeois-entrepreneurs, du moins dans une couche sociale assimilable à la bourgeoisie.

18Pas plus que dans les autres pays, il n'existe en Suisse de statistiques permettant de déterminer avec assez de précision les effectifs de cette classe bourgeoise, d'où les estimations conjecturales dont j'ai dû me contenter parfois et sur l'élaboration desquelles je ne puis m'arrêter ici. Il m'importait par contre d'être mieux informé sur ce que j'ai appelé la « bourgeoisie d'affaires », comprenant à côté des « banquiers privés » (genevois notamment, bien connus de nos statistiques officielles) tous les administrateurs de nos plus grandes sociétés anonymes, dont j'ai établi un copieux fichier. Cet index porte 1.695 noms d'administrateurs avec leurs principales relations d'affaires, et concerne 460 sociétés, dont 16 compagnies d'assurances, 5 grandes banques, 23 sociétés financières à caractère bancaire, 90 banques moyennes (capital nominal de 3 millions et plus ou total du bilan supérieur à 50 millions de francs, plus toutes les banques d'affaires de notre principale place financière, Zurich), 270 entreprises industrielles ou commerciales et 56 entreprises de « services publics » (électricité et gaz), généralement d'économie mixte et en excluant, par conséquent, les représentants des Pouvoirs publics dans leur conseil d'administration. J'ai éliminé de même, de mon fichier, les administrateurs domiciliés à l'étranger (peu nombreux d'ailleurs, et souvent suisses, ce qui montre déjà le caractère « actif » du capitalisme financier de mon pays) après avoir constaté que nos conseils d'administration comptaient une moyenne de 6,4 sièges.

Ces 1.695 administrateurs domiciliés en Suisse occupent 2.482 sièges, soit 1,5 en moyenne. Mais la distribution suivante nous intéresse davantage : 6 personnes, ou 0,4% du total, siègent dans 8 à 10 conseils d'administration ; 53 personnes, ou 3,1%, siègent dans 5 à 7 conseils ; 118 personnes, ou 7,0 % siègent dans 3 ou 4 conseils ; 1.518 personnes, ou 89,5% du total, siègent, dans 1 ou 2 conseils d'administration.
Divers sondages m'amènent à conclure que la strate supérieure de cette bourgeoisie d'affaires comprend la plupart de ceux qui siègent dans plus de trois conseils, soit 103 personnes ou 6,1%. Ce sont nos « cent familles » dont ce n'est pas le lieu de donner la liste. Quelques noms seulement seront évoqués tout à l'heure.

19Les autres rubriques de mes tableaux n'appellent aucune remarque particulière, du moins dans le cadre restreint de cet article. Je préciserai seulement que pour moi, comme pour Adam Smith et John Stuart Mill, est travailleur « productif » celui dont le travail « se fixe et se réalise en une chose vénale », en une « marchandise » (Smith), confère « une utilité permanente », « fixée et incorporée dans les objets extérieurs » (Mill). C'est là-dessus que Marx édifiera sa théorie du surtravail, de la plus-value et de l'exploitation, l'ouvrier étant, dans ses rapports avec le patron, frustré d'une partie de la valeur qu'il confère aux biens. Mill, il est vrai, précise aussi que, en dehors de ce cas habituel où le travail se matérialise, cette activité peut être « incorporée dans des êtres humains », sous forme de capacités accrues notamment, de sorte que l'enseignement d'un professeur, par exemple, serait également « productif » à ses yeux. Reconnaissons pourtant avec Halbwachs que le contact permanent avec la matière a de toutes autres répercussions sociales que l'action sur d'autres hommes, de sorte que je laisserai de côté cette exception qui, à la limite – et la théorie de Jean-Baptiste Say le prouve –, ruinerait la conception classique et ferait perdre toute valeur à cette distinction. Or j'ai déjà dit que dans les conditions technologiques et socio-économiques actuelles, elle paraissait garder toute son importance.

20Au demeurant, toutes mes hypothèses doivent être soumises à l'épreuve des faits. Or parmi les multiples déterminismes différentiels de classes, celui qui opère sur la structure des revenus (structure sociale, relative à un palier, et non pas sociologique, inhérente à un cadre social) a été jugé si important que d'aucuns, renversant la causalité, ont cru pouvoir faire du niveau des ressources le critère fondamental des classes elles-mêmes. Pourtant, de ce qui précède, il résulte que je n'y puis voir qu'un indice parmi d'autres de l'existence des classes, que la preuve de l'action de déterminismes plus profonds que nous avons dégagés au niveau des rapports de production. Même le passage de la causalité univoque classes-revenus à la causalité réciproque me parait problématique au stade présent du capitalisme. En d'autres termes, contrairement aux théoriciens du welfare state et autres thuriféraires d'une « politique des revenus », je ne crois pas que les déterminismes de la répartition puissent actuellement supplanter ceux de la production, au point de les rendre inopérants. Sans doute, les déterminismes d'une répartition inégalitaire renforcent eux-mêmes, à leur tour, ceux des classes sociales, et l'on peut s'attacher à en amoindrir les effets ; mais cette action a ses limites dans le vouloir de la classe dirigeante, d'abord, et dans le pouvoir, l'efficacité des mesures financières propres à accélérer la mobilité sociale, ensuite, même au niveau de générations successives, comme le montre la relative insuffisance des seules bourses d'études pour promouvoir une ample formation des élites dans le prolétariat. Mais laissons cela.

21Après une longue élaboration, pour estimer le nombre des personnes gagnant moins de 8.000 francs suisses par an environ et qui, ne payant pas d'impôt fédéral, ne sont pas comprises dans la statistique fiscale (seule source existant en Suisse pour une telle recherche), j'obtiens la répartition suivante des revenus pour 1957-58, que je confronte avec les principaux chiffres de ma statistique des classes sociales (en ‰) :

Revenu de :

150,000 Fr. et plus

0,8

Bourgeoisie d'affaires

0,8

27.000 à 150.000

21,0

Bourgeoisie industrielle et commerciale

19,4

20.000 à 27.000

19,7

Couches sociales assimilables à la bourgeoisie

19,6

9.000 à  20.000

268,2

« Classes » moyennes et gros paysans

279,4

Moins de 9.000Fr.

690,3

Prolétariat et paysans moyens et petits

680,8

TOTAUX

1000,00

1000,00

Cette répartition globale des revenus est vraisemblable, et témoignerait donc de l'influence précise des déterminismes de classes sur les ressources.
Il resterait évidemment à rechercher si les revenus réels moyens de chaque classe ou couche sociale sont bien conformes à cette distribution. Or l'on ne connaît que les salaires d'ouvriers et d'employés, qui font l'objet de relevés périodiques. À la même époque, le gain horaire moyen des ouvriers était de 328 centimes, soit, en tenant compte d'une moyenne de 2.400 heures de travail par an, un gain annuel de 7.872 Fr., ce qui confirme notre statistique. À noter qu'il était, en 1963, de 10.752 Fr. Quant aux employés, classés en majorité sous « classes » moyennes, leur traitement mensuel moyen s'élevait à 964 Fr. ou 11.568 Fr. par an (1963 : 14.640 Fr.). Ici encore nous sommes dans les limites ci-dessus.
À noter que les instituts d'études de marché et d'opinion publique utilisaient dans leurs enquêtes vers 1960 les quotas suivants, pour ce qu'ils appellent improprement des « classes » :

« Classe dite riche » (plus de 30.000 Fr. de revenu annuel) : 12%
« Classe dite moyenne » (9600 à 30000 Fr.) : 55%
« Classe dite pauvre » (moins de 9 600 Fr.) : 33%

L'indice des salaires s'étant élevé de 7,7% entre 1958 et 1960, la limite de revenu de la classe dite pauvre doit être abaissée à 8.850 Fr. pour être comparable à mes chiffres. Qu'est-ce à dire, sinon que tout le prolétariat est à classer grosso modo dans cette catégorie « pauvre », et ce n'est pas 33% mais 68% qu'il faudrait dire !
Une statistique fiscale récente, dans une ville prospère de 70 000 habitants, donne enfin la répartition ci-après, comprenant comme précédemment le revenu éventuel de la femme et des enfants mineurs :

Revenu

inférieur à 3.800 Fr

5,6%

3.800 à 6.000

15,2%

6.000 à 9.600

25,6%

9.600 à 12.400

20,6%.

Total partiel : 67,0%

12.400 à 15.000

12,5%

15.000 et plus

20,5%

Compte tenu de la hausse des salaires survenue entre-temps, cela confirme une fois de plus mes chiffres, et si l'échelon inférieur de cette pyramide des revenus est correct, le reste l'est également.

22Dans une seconde section, je ferai quelques brèves incursions dans la sociologie des classes particulières.

De quelques recherches en sociologie des classes sociales particulières

Bourgeoisie

23La puissance financière de la Suisse n'est pas un mythe, puissance active et non pas simplement, comme on l'entend dire parfois, en tant que coffre-fort de la bourgeoisie mondiale, puisque sur les cinq cents plus grandes banques du monde nous n'en aurions que quinze, selon l'« American Banker », avec 9,3 milliards de dollars de dépôts sur un total de 400 milliards, soit 2,3% seulement. Mais c'est bien de capitalisme financier au sens propre qu'il s'agit, fusion de la haute finance et de la grande industrie, et c'est pour en dévoiler la nature et les mécanismes que je me suis plus spécialement penché sur la bourgeoisie d'affaires, au chapitre "Bourgeoisie et entreprise", de mon Plan de sociologie pluraliste des classes sociales qui, faute de place, n'a pas pu être reproduit. Je n'en donnerai ici qu'un aperçu, me réservant d'y revenir éventuellement dans d'autres travaux.

24Commençons par notre tête de liste, Alfred Schäfer, de Zurich, membre de dix conseils d'administration au moins, soit dans les entreprises suivantes (situation vers 1960) :

1/ Handelsfinanz A.G., Zurich. – Président du conseil où siège, entre autres, le baron Alphonse de Rothschild. Capital nominal : 20 millions de francs ; total du bilan à fin 1959 : 159,7 millions ; bénéfice net en 1959 : 1,7 million.
2/ Compagnie d'Assurances Nationale Suisse, Bâle. – Président du conseil. Capital : 10 millions ; bilan : 140,2 ; bénéfice : 2,6.
3/ Société Internationale pour Participations Industrielles et Commerciales, SA. (Interhandel), Bâle. – Jusqu'au 19 décembre 1945 : I.-G. Chemie. Holding dont la principale participation est la General Aniline & Film Corporation, New York, séquestrée en 1942 par l'« Alien Property Çustodian ». La réalisation de cette participation au profit de la holding vient seulement d'être décidée, ensuite d'un long procès aux péripéties multiples. Vice-président du conseil. Capital : 96,7 millions ; bilan : 192,8; bénéfice : 81 000 Fr., s'ajoutant aux 2 millions non répartis.
4/ Banque Hypothécaire et d'Épargne S.A. (Hyspa), Aarau. Président du conseil. Capital : 3 millions ; bilan : 58,8 ; bénéfice : 0,4.
5/ Adolf Saurer, S.A., Arbon. – Gros véhicules et machines. Membre du conseil. Capital : 20 millions ; bilan : 88,4 ; bénéfice : 3.2 après des amortissements très excédentaires, comme ont coutume de le faire nos entreprises industrielles pour faciliter leur autofinancement.
6/ Glaro S.A., Fribourg. – Holding groupant les intérêts de la société Wander S.A., Berne, produits pharmaceutiques et diététiques, dont l'Ovomaltine est universellement connue. Membre du conseil. Capital : 18,3 millions ; bilan : 38,3 ; bénéfice : 2.
7/ Conserves Hero, Lenzbourg. – Cultures et conserves de légumes et de fruits. À noter à ce propos l'interférence toujours plus accusée entre agriculture et autres branches, puisqu'en 1955 on dénombrait 14.669 exploitations agricoles (le dixième du total environ) appartenant à des entreprises non agricoles (Geigy, achetant encore récemment d'excellentes terres dans ma région pour expérimenter ses engrais et autres produits chimiques, vient de mettre en émoi tout un village qui les affermait jusqu'ici), le cas inverse se produisant également, quoique à une tout autre échelle, 8.885 entreprises agricoles s'occupant d'hôtellerie (3.270), de commerce de détail (3.224), de travail du bois (800), de fabrication de produits alimentaires (401), etc. Hero racheta en 1926 des fabriques concurrentes de Seethal et de Saxon pour dominer finalement le marché non coopératif. Participations dans Conserves Lenzbourg S.A., Franco-suisse, Lyon ; dans Hero Alcantarilla, Espagne ; dans N.V. Hero Conserven Breda, Pays-Bas, et enfin dans les produits carnés avec Hero Fleischwarenfabrik, Lenzbourg. Vice-président du conseil. Capital : 18 millions ; bilan : 42,2 ; bénéfice : 2.
8/ S.A. C. F. Bally, Société holding, Zurich. Participation intégrale ou majoritaire dans la Fabrique de Chaussures Bally S.A., à Schönenwerd, dans la chaîne de magasins de vente au détail S.A. des Chaussures Bally-Arola, ainsi que dans toute une série d'entreprises étrangères, illustrant un cas remarquable d'intégration verticale, aussi en donnerai-je une liste assez complète : « Établissements Bally Camsat S.A. », Villeurbanne ; « Bally Chambéry S.A. », « Bally Moulins S.A. », « Société immobilière « Régina », S.A. », Paris ; « Société Commerciale des Chaussures Bally Camsat S.A. », Paris (commerce de détail ) ; « Société Commerciale des Chaussures Bally S.A. », Bruxelles ; « Bally Schuhgesellschaft m.b.H. », Francfort ; « Arthur Jacoby G.m.b.H. », Berlin (commerce de détail) ; « Bally Wiener Schuhfabrik A.G. » ; « Bally Shoe Factories », Norwich ; « Bally's Shoe Co. Ltd », Londres (commerce de détail); « Bally Inc. », New York (société de vente) ; « S.A. Cortume Carioca », Rio de Janeiro (tannerie) ; « Curtiembres La Federal S.A. », Buenos Aires (tannerie) ; « Bally Soc. Resp. Ltda », Buenos Aires (société immobilière) ; « Cuthberg-Bally Shoe Factory Ltd », Woodstock ; « W.M. Cuthberg & Co Ltd », Johannesburg (vaste réseau de vente au détail en Afrique du Sud), etc. Puisque nous sommes au Canada, disons encore que Bally s'est intéressée, dès 1952, à la « Dolcis Canada Ltd » (commerce de détail). Vice-président du conseil. Capital : 37,5 millions ; bilan : 75,3 ; bénéfice : 3,4.
9/ Fabrique de Chaussures Bally S.A., Schönenwerd, le centre de fabrication suisse du groupe ci-dessus, créateur et animateur de toute une petite ville. Vice-président du conseil. Capital : 18 millions ; bilan : 63 ; bénéfice : 1,2.
10/ Forces Motrices de Laufenbourg. – Barrage, usine électrique et réseau de distribution utilisant la chute du Rhin. Membre du comité de direction du conseil d'administration. Capital : 35 millions ; bilan : 117,4 ; bénéfice : 4,4.

25Ainsi un tel homme – Alfred Schäfer – est un peu notre « maître » à tous. Il règne directement (car il faudrait encore tenir compte des bilans des sociétés contrôlées) sur un capital social de 179,8 millions de francs, sur 976,1 millions d'actifs et prélève sa part sur 21 millions de bénéfices annuels. Et pourtant personne ne le connaît, même en Suisse où, il est vrai, nous n'avons pas de « bourgeoisie » du spectacle, des arts, des lettres et du journalisme pour faire « mousser » nos soirées mondaines. De ce que je puis savoir d'eux, il me paraît d'ailleurs que nos grands bourgeois vivent assez tranquillement dans les faubourgs résidentiels de nos grandes villes ou sur les rives paisibles de nos lacs, où les villas luxueuses abondent, que de grands murs et parcs dissimulent généralement aux regards.

26Mais ce qui nous intéresse surtout ici, c'est de voir qu'un seul personnage nous permet déjà de saisir les multiples interrelations nationales et internationales entre les activités les plus diverses : banques, assurances, sociétés de contrôle et de financement, moyens de transport et machines, denrées alimentaires et biens de consommation courante, sans oublier l'énergie qui anime tout cela. Nous sommes de plus en présence de ces groupements économiques bien particuliers au capitalisme monopoliste que sont les holdings, qui sous-tendent de véritables appareils organisés de la bourgeoisie, pour assurer sa domination, voire parfois aussi sa simple survie. En effet, en ce qui concerne la Suisse, on doit bien comprendre que c'était la seule manière de contrer les mesures nationalistes et protectionnistes de l'entre-deux-guerres, en s'installant directement, sans en perdre le contrôle grâce aux mécanismes des « sociétés de contrôle et de financement » (Nous, en microsociologie), sur les marchés étrangers. Dans certains cas, il a fallu se contenter de prendre sa part de profit dans les entreprises étrangères concurrentes qu'on ne pouvait dominer – à moins que ce ne soit pour couvrir des créances –, grâce aux « sociétés de participation » (Rapports de rapprochement) plus ou moins minoritaires mais détentrices de brevets concédés sous licences. Enfin la répartition des risques, parfois après des échecs cuisants sous les deux autres formes (dévaluations monétaires, contrôle des changes, nationalisations, guerres, etc.), a passé quelquefois au premier plan, et l'on a vu se développer les « sociétés de placement » (Rapports mixtes).

27Sur les 4.216 holdings recensées en 1962, 17,1% étaient des sociétés de contrôle, 78,4% des sociétés de participation et 4,5% des sociétés de placement. Mais la répartition de leur capital nominal est bien différente, puisque sur 4,6 milliards de francs, 74,5% (3,4 milliards) vont aux sociétés de contrôle, contre 22,4% aux secondes et 3,1% aux dernières. Une partie de ces holdings ont naturellement leur siège dans les marchés financiers de Genève (23,4%), de Zurich (11,4) et de Bâle (7,1), mais plus encore dans des cantons que rien ne prédispose à ce genre d'affaires, sinon leur régime fiscal spécialement avantageux qu'une sous enchère, permise par notre fédéralisme, renforce encore : Zoug (11,4%), Tessin et Grisons (10,3% chacun), Glaris (7,9), Fribourg (6,3), etc.

28Une fois l'appareil en place, la sécurité politique et fiscale assurée, rien ne s'oppose à ce que cela serve à d'autres pays, puisque la bourgeoisie – car en fait cela est plus vrai pour elle que pour le prolétariat – n'a pas de patrie. Et depuis l'entrée en vigueur du Traité de Rome, l'on a vu en effet s'accélérer ce mouvement de concentration capitaliste et naître en Suisse un nombre inusité de ces holdings – sociétés de participation surtout –, se trouvant en main de pays qui étaient formellement exclus du « Marché Commun », États-Unis notamment, et qui pouvaient ainsi s'en approcher pour mieux y prendre pied, de même que dans 1'A.E.L.E. dont nous faisons partie.

29C'est ce que montrent les séries d'indices suivantes :

Sociétés de contrôle

Sociétés de participation

Sociétés de placement

Total des holdings

Années

Nbre

Capital

Nbre

Capital

Nbre

Capital

Nbre

Capital

1956

100

100

100

100

100

100

100

100

1957

104

102

106

104

110

115

108

105

1958

108

106

115

116

119

132

116

111

1959

118

124

128

134

135

163

131

131

1960

133

138

150

128

160

208

154

150

1961

161

200

193

148

191

261

183

208

1962

185

268

215

145

243

337

229

273

30Avec le second personnage de notre liste (en réalité ils sont quatre à siéger dans neufs importants conseils d'administration), Walter E. Boveri, de Zurich également, nous allons faire un nouveau pas dans la connaissance des liaisons de cette bourgeoisie d'affaires – la bourgeoisie proprement rentière et spéculative n'est pas repérable dans l'état actuel de notre information statistique ou autre –, qui a retrouvé un nouveau souffle avec la deuxième révolution industrielle, celle « des grands barrages hydroélectriques et des usines d'électricité », pour pâtir ensuite partiellement de conditions politiques et économiques peu favorables outre-mer, notamment en Amérique du Sud. Cette désignation est bien connue du public, mais l'on a parfois peine à imaginer que derrière l'anonymat des corporations de capitaux se cachent des hommes qui en sont les fondateurs ou leurs héritiers directs. Le réseau d'influence de Walter E. Boveri était vers 1960 le suivant : le point de départ est évidemment la S.A. Brown Boveri & Co., Baden, la fameuse B.B.C., quarante-quatrième en importance des entreprises européennes selon Fortune, fondée en 1891 sous forme de société en commandite et transformée déjà en S.A. en 1900. Elle va fabriquer progressivement tout ce qui produit et utilise en grand l'électricité, depuis les turbines jusqu'aux émetteurs radio et télécommandes à haute fréquence, en passant par les fours électriques et les moteurs de locomotrices. Comme toute grande entreprise suisse, elle a essaimé à travers le monde, de sorte qu'on trouve, généralement sous ce titre, des usines à Mannheim, Vienne, Paris (Compagnie Électro-Mécanique), Milan, Oslo, Montréal, São Paulo, etc. Son capital en 1961 est de 105 millions de francs ; bilan 647,9 millions dont 71,2 en titres et participations (ce n'est donc pas une holding pure) ; bénéfice 9,1 millions après 15,4 millions d'amortissements déclarés. Mais l'industrie électrique exige d'énormes capitaux, d'où l'appel aux banques qui, pour disperser les risques et intéresser d'autres milieux d'affaires aux opérations, créent des sociétés spéciales de financement : les « sociétés financières à caractère bancaire » (Bankähnliche Finanzgesellschaften), distinctes parfois des holdings. La finance et l'industrie y trouvent chacune leur compte, ainsi que les clients, et c'est le « capitalisme financier » qui succède au capitalisme purement industriel et commercial, se traduisant par une interpénétration croissante des conseils d'administration : banque, sociétés financières, fournisseurs et clients d'équipements industriels. Et bientôt cet enchaînement de rapports se transforme ainsi en un vaste ensemble financier qui ne connaît pas de frontières, survivant à toutes les guerres et dont l'existence explique en partie le relèvement relativement rapide des pays les plus touchés par celles-ci. L'essentiel pour un pays est évidemment de gagner la confiance de cet ensemble. À un certain degré de maturité, cette totalité financière suscite de nouvelles entreprises filles ou contrôlées, qui agrandissent son empire et sa puissance.

31Ainsi donc Walter Boveri, deux fois au moins docteur honoris causa, distinction universitaire parfois trop facilement conférée à nos capitaines d'industrie, préside le conseil d'administration de B.B.C., où l'on trouve également son frère Theodor presque aussi puissant que lui. On le retrouve au Crédit Suisse (également avec son frère qui préside), à Motor-Columbus S.A. d'Entreprises Électriques, holding et société financière ayant, en 1961, 86,9 millions de participations dans les principales sociétés électriques suisses, dans la Société Italo-Argentina d'Électricité, la Sud-Américaine d'Électricité, la Suisse-Américaine d'Électricité, la Société Commerciale de La Plata, comme aussi dans l'entreprise électro-chimique Lonza (Suisse), la Perutil S.A. de Panama et, naturellement, la B.b.c., les participations roumaines et polonaises de Motor-Columbus ne rapportant plus que de maigres indemnités après la nationalisation. Il est à Électro-Watt, banque pour entreprises électriques à Zurich, dont les 151,4 millions de francs de participations touchent, à côté des usines électriques suisses, l'Omnium Lyonnais, Paris ; la Société Centrale pour l'Industrie, Paris ; la Société Continentale d'Entreprises Industrielles, Paris ; la Banque Générale Industrielle La Hénin, Paris ; la Sodec, Luxembourg ; la Société Adriatique d'Électricité, Venise ; la Société Nationale Sviluppo d'Entreprises Industrielles, Milan ; l'Elektrizitäts-A.G. de Francfort ; la Deutsche Continental-Gas-Ges., Düsseldorf ; la Clarke & Co., Londres ; la Lawrence Cement Co., Québec; la Sandwell Co. de Vancouver, etc.. Comme on le voit, les participations ont ici essentiellement pour but de garantir et de surveiller l'emploi des crédits accordés, plutôt que d'exploiter un marché à son profit ainsi que nous l'avons envisagé précédemment.

Il est à la société financière générale de Zurich, devenue progressivement davantage société de placement, répartissant judicieusement les risques en vue du rendement le plus élevé, que société de financement à orientation déterminée, et naturellement aux holdings contrôlées que sont la Société Suisse-Américaine et la Compagnie Sud-Américaine d'Électricité, qu'il préside, et dont le champ d'activité s'étend en Argentine, au Pérou (dont la fameuse Lima Light and Power), à Panama. Il préside la Privatbank und Verwaltungsgesellschaft de Zurich, véritable banque familiale, puisque son frère Theodor en est le vice-président, et il tient enfin à s'intéresser temporairement aux grosses Forces Motrices de Mauvoisin, capital 100 millions, bilan 508,9, bénéfice 3,7 millions en 1960 pour une activité encore réduite.

32Comme l'ancienne, cette féodalité nouvelle est bien entendu héréditaire, les Boveri succédant à leur père Walter B., ingénieur électricien, et à vingt ou trente ans d'intervalle on retrouve assez régulièrement les mêmes noms, seuls les prénoms ont changé et encore, l'aîné portant souvent le prénom du père, ce qui complique les recherches. C'est ainsi que, malgré toutes les biographies consultées, je ne suis pas parvenu à démêler avec assurance les liens de parenté existant entre les nombreux Bühler que j'ai sur mes fiches. Quoi qu'il en soit, les deux principaux, René et Robert, sont partis chacun d'une entreprise familiale : la fonderie et fabrique de machines Frères Bühler à Uzwil pour le premier, et la filature Eduard Bühler & Co. à Winterthour pour Robert Bühler. De là, ils ont agrandi leur fief, rayonnant dans de multiples directions et se côtoyant parfois comme à la fabrique de machines Sulzer Frères et à la Fabrique Suisse de Wagons et d'Ascenseurs de Schlieren. C'est ainsi qu'on rencontre en outre René Bühler au Crédit Suisse, aux compagnies d'assurances Helvetia, Transport et Incendie, à la fabrique de machines et de canons Oerlikon, à la Compagnie Suisse de Navigation, etc. Il est, par ailleurs, président de la Société Suisse des Constructeurs de Machines et l'un des neuf membres du puissant « Comité Directeur de l'Union Suisse du Commerce et de l'Industrie », organisation de faîte de l'économie suisse que préside un autre grand, Carl Koechlin (des Bâloises Incendie, Transports et Accidents, président de Geigy), qui agit le plus souvent comme groupe de pression par le statut consultatif qui lui est reconnu, avec d'autres « groupements d'intérêts », par l'article 32, alinéa 3 de la Constitution Fédérale. Quant à Robert Bühler, il est de plus à l'Union de Banques Suisses, à la Winterthour-Accidents, à la Banque Hypothécaire de Winterthour, à l'Usine Électrique de Rheinau et, surtout, à l'Aluminium de Chippis dont les 120,9 millions de participations en 1960 étendent son influence au monde entier, depuis l'extraction de la bauxite en France, en Grèce, en Italie et en Guinée, jusqu'à la fabrication d'ustensiles ménagers à Lagos (Nigeria), en passant naturellement par les usines de fabrication de lingots et de laminés, et par des usines d'électricité dont la fabrication d'aluminium est grosse consommatrice. Parfois également le nom fameux de l'épouse est accolé à celui du mari, et cela nous donne : Gossweiller-Wander, Vischer-Geigy, puis Koechlin-Vischer ou Wackernagel-Vischer, Bodmer-Schindler, Wolfer-Sulzer, von Muralt-Sulzer, Zahn-Sarasin, Matter-Bally, etc., comme si l'on craignait de ne pas être reconnu par ses pairs. Au demeurant, le connubium dans la bourgeoisie mériterait une étude spéciale.

33Jetons maintenant un dernier coup d'œil sur l'ensemble du système, à partir d'un de ses principaux centres, l'Union de Banques Suisses, la plus importante du pays (capital en 1960 : 120 millions ; bilan : 4.635,6 millions ; bénéfice : 26,7). Par son président, Fritz Richner, elle pénètre dans cinq gros conseils d'administration économique suisses : Motor-Columbus, Brown Boveri, Sulzer, grands magasins Innovation, Lausanne, et Grand Passage, Genève. Avec Charles Zoelly, elle est à La Fédérale, compagnie d'assurances, au trust du linoléum de Giubiasco que dirigent d'autres Zoelly, affilié lui-même à la Continentale Linoleum-Union A.G., Zurich, qu'il préside ; elle est à la Swissair. Par Georges A. André, président d'André & Cie S.A., Lausanne, elle s'intéresse à l'import-export de céréales, fourrages et machines agricoles. Avec Max Bally, elle met sa main sur la production des souliers (fabrique et holding), mais aussi à la Winterthour-Accidents – qui d'ailleurs peut bien désirer elle-même surveiller de plus près l'emploi que l'on fait de ses dépôts , et une fois de plus participe aux entreprises Sulzer. Avec Fred Bates, elle se retrouve au « Grand Passage » et préside aux destinées de la très importante « Société Genevoise d'Instruments de Physique », tout en ne dédaignant pas l'opinion publique, puisque Bates est, à ses moments perdus, chroniqueur financier à Genève, son père étant fondateur de la Tribune de Genève. Elle fait une retraite dorée à l'ancien juge fédéral Plinio Bolla (également juge à La Haye), qui d'ailleurs ne s'en contente pas, puisqu'il siège aussi à la « Winterthour », à la grande « Ciba », dont les ramifications s'étendent partout (115,1 millions de créances en 1960 sur ses sociétés affiliées, 63,8 millions de participations et 101,5 millions en titres divers ; capital : 100 millions ; bilan : 592,6 ; bénéfice : 28,8) ; au colosse « Nestlé », quatrième entreprise européenne selon Fortune (418,8 millions de participations en 1960, non compris sa participation à « Unilac » (146,6 millions), qui gère ses intérêts au Nouveau-Monde) – modeste maison de retraite qui vient de donner asile à un autre haut magistrat, l'ancien conseiller fédéral Max Petitpierre, chef du Département Politique, dont on attend peut-être quelque secours dans le problème de la nationalisation des usines « Nestlé » à Cuba. À noter que l'opinion publique s'est émue en Suisse romande – et dans son canton de Neuchâtel plus particulièrement, où il est à juste titre très estimé – de ce qu'un homme comme lui mette son nom et son influence au service d'intérêts économiques, en pénétrant presque simultanément dans plusieurs grands conseils d'administration économique des corporations capitalistes. C'est oublier que beaucoup d'autres conseillers fédéraux ont fait comme lui, ou plutôt ils sont retournés aux affaires comme ils en étaient venus, leur passage au Conseil Fédéral n'étant qu'un intermède plus ou moins long. Enfin, Plinio Bolla siège aux côtés de Charles Zoelly à la holding Linoleum-Union.

34Nous retrouvons ensuite Robert Bühler. Passons rapidement sur le menu fretin : C. Bühler (filature), L. de Chollet (banque hypothécaire), F. Gugelmann (électricité, aviation), G. Hasler (assurances et banque hypothécaire), U. Sieber (cellulose), H. Theler (assurances), C. Wirth-von Muralt (linoléum), K. Hess (locomotives, filature, électricité), etc. Nous arrivons à Albert Dubois, administrateur délégué de Saurer, membre des conseils d'administration Dubied à Couvet (machines à tricoter et mécanique de précision), Ateliers des Charmilles à Genève (turbines hydrauliques), Sulzer, qui vient d'absorber la Société Suisse pour la Construction de Locomotives et de Machines, à Winterthour ; avec A. Dubois, l'U.B.S. a un œil sur la toute-puissante Union Centrale des Associations Patronales Suisses, qu'il préside, et inversement d'ailleurs.

35Avec Georg Fischer, à Schaffhouse, c'est la métallurgie proprement dite (marque G.F.), usines et sociétés affiliées en Allemagne et en Angleterre ; à remarquer que ce sont eux qui m'ont chargé de la première enquête suisse sur le travail des mères (cf. Mütter-Arbeit, Meier & Cie Schaffhouse, 1959), dont l'objet a aussi trait à notre sujet. Avec lui, c'est également la Fabrique Internationale d'Objets de Pansement, la Fabrique Suisse de Filature de Chanvre et, à nouveau, la S.I.P. et la Swissair. Avec Charles H. Gossweiler-Wander, nous sommes déjà en pays de connaissance : Wander, Dr. A., A.G., Berne ; entreprise de fabrication et la holding correspondante Glaro S.A., Fribourg ; la brasserie « zum Gurten A.G. », Berne, Interhandel. Le chocolat revient avec Guido Petitpierre, président de la holding Suchard, qui n'est pas inconnue à Toronto, et les machines pour l'industrie du papier et carton font leur entrée. Georg Sulzer préside naturellement l'entreprise du même nom, où nous avons déjà rencontré d'autres de nos administrateurs U.B.S. ; il s'occupe également d'industrie textile, siège à la Swissair et à la Winterthour. Il ne manque à tout cela que les ciments, dont la construction de nos maisons et de notre réseau d'autoroutes a bien besoin ; les voilà avec Ernst Schmidheiny et Hans Gygi, que l'on trouve à la « Holderbank Financière Glaris S.A. », holding possédant 44,2 millions (1960) de bons dans la branche en Suisse, Belgique, Pays-Bas, Autriche, Égypte, Afrique du Sud, Brésil, États-Unis, Canada, etc. On les retrouve généralement, par conséquent, dans les sociétés suisses de ciment contrôlées par la holding, Gygi étant par ailleurs à « Escher Wyss » (machines) et à « La Genevoise » (assurances-vie), où il rencontre deux autres Schmidheiny, Pierre et Max, qui entre autres siègent tous deux au Crédit Suisse.

36Ainsi l'« Union de Banques Suisses » étend ses antennes dans toutes les branches de la production et de la circulation des produits. C'est un observatoire de l'économie mondiale et une sorte d'organe de planification au service du capital, mais dont le peuple suisse – par ailleurs politiquement exempt de tout reproche colonialiste – profite pourtant. Remettez ces usines et ces magasins innombrables en main des peuples où ils se trouvent par une nationalisation spoliatrice ou même financièrement compensatrice, et la Suisse étouffe dans ses frontières trop étroites. Seul un véritable internationalisme socialiste pourrait alors la sauver, mais elle ne peut prendre elle-même l'initiative d'un tel mouvement, s'il devait un jour se produire. Le mouvement ouvrier suisse ne peut donc être actuellement communiste, et il l'est de fait fort peu, j'y reviendrai ; il ne peut même vouloir, comme dans quelques grands pays, la nationalisation des banques et des assurances, car ce serait tarir la sève qui nous nourrit, et les rares socialistes qui en parlent ne se rendent pas compte de la situation effective. La levée du secret bancaire serait déjà un coup sensible pour notre économie. Enfin, tout cela éclaire d'un jour nouveau notre politique traditionnelle de neutralité, du moins dans une Europe désunie.

37Il apparaît donc que notre bourgeoisie est actuellement la maîtresse irremplaçable de nos destinées, et l'on ne peut que souhaiter qu'elle ait des vues suffisamment larges et progressistes, en d'autres termes qu'elle se meuve dans une « temporalité en avance sur elle-même ». Au demeurant, cette bourgeoisie d'affaires semble faire peu de politique active, du moins sur le plan national, puisque sur les 244 membres de l'Assemblée Fédérale, je n'en trouve que le 9,4% sur ma liste : 8% au Conseil national (chambre basse) et 15,9% au Conseil des États (chambre haute), ce qui expliquerait peut-être, avec la présence des représentants des cantons « paysans » (il y a uniformément deux conseillers au Conseil des États par canton), le caractère quelque peu conservateur, voire réactionnaire de ce dernier, où il n'y a d'ailleurs que 6,8% de socialistes contre 26,5% au Conseil national élu au suffrage proportionnel. Cette bourgeoisie d'affaires se trouve en proportion suivante, dans les délégations de chaque parti :

Groupe radical démocratique : 18,8%
Groupe des Paysans, Artisans et Bourgeois : 15,4%
Groupe libéral démocratique  : 11,1%
Groupe démocratique et évangélique  : 11,1%
Groupe des Indépendants (tendance Duttweiler, fondateur de la coopérative Migros)  : 10,0%
Groupe conservateur-chrétien social : 4,5%
Groupe socialiste : 1,2%

38Il apparaît plutôt que la politique se fait davantage par personnes interposées puisque, à la dernière législature, on comptait au Conseil national 17,4 % de « fonctionnaires de fédérations, par quoi il faut entendre des dirigeants de groupements d'intérêts économiques.

Classe moyenne

39J'avais choisi de traiter plus spécialement, sous ce paragraphe, les rapports entre classe moyenne et groupements d'intérêts économiques, notamment avec l'« Union Suisse des Arts et Métiers » et l'« Union Suisse des Paysans », mais faute de place j'y renonce d'autant plus volontiers que plusieurs études viennent d'être publiées en Suisse là-dessus.

Prolétariat

40Je serai bref également ici. Comme on l'a déjà vu, la situation du prolétariat suisse n'est pas aussi brillante que ne le laisse supposer la prospérité de notre économie. D'enquêtes sociales que j'ai été chargé de faire par les autorités, il ressort que nos salaires permettent tout juste en moyenne de subvenir aux besoins d'une famille de deux ou trois enfants. Au-delà apparaît souvent la gêne, car les allocations familiales – sous réserve des travailleurs agricoles et des paysans de montagne – sont d'institution paritaire ou cantonale, et elles restent dans l'ensemble bien modestes, puisqu'elles ne dépassent que rarement 50 francs par enfant ou par ménage, et que certains cantons les ignorent totalement. Que surviennent la maladie ou le chômage, et c'est le dénuement, car notre sécurité sociale, sans être aussi embryonnaire qu'on ne l'a prétendu au vu des seules statistiques internationales, est le plus souvent insuffisante et laissée trop complètement à l'initiative et à la charge des seuls bénéficiaires. Il reste donc là un beau champ d'action pour les syndicats et les partis ouvriers, et ils en sont généralement conscients. J'ai calculé approximativement comme suit les taux de syndicalisation en Suisse :

Total des syndiqués

Syndiqués U.S.S.

A)

Prolétariat

41,0

32,2

a) Prolétariat proprement dit

41,5

37,9

1. Industrie

40,8

33,5

2. Construction

46,3

37,3

3. Transports

93,0

93,0

b) Couches sociales assimilables au prolétariat (sans les travailleurs à domicile et le personnel domestique

39,8

15,5

1. Employés techniques « productifs » (y compris les cadres moyen et subalternes)

24,1

2. Ouvriers « improductifs »

46,5

22,2

B) Couches sociales assimilables à la classe moyenne (sans le clergé)

39,8

7,9

41Comme on peut le calculer, s'agissant du prolétariat proprement dit, le 91,4% des syndiqués est affilié à la principale centrale syndicale qu'est l'Union Syndicale Suisse (qui annonçait, en 1962, 451.000 membres, y compris dans certaines fédérations les pensionnés), qui se dit aujourd'hui apolitique, mais reste en fait toujours liée au parti socialiste suisse et au mouvement coopératif. Cette proportion est beaucoup plus faible dans les couches sociales théoriquement proches du prolétariat (39,0%), et surtout parmi les couches sociales assimilables à la classe moyenne (19,8%). C'est l'abstention des jeunes, des femmes et des travailleurs étrangers (nous en avons plus de 700.000 soumis à « contrôle » aujourd'hui, dont 470.000 Italiens, soit plus du tiers de l'ensemble des « employés » et des « ouvriers », et dans certaines entreprises ou même branches plus de la moitié) qui explique surtout la relative modicité de ces taux et la stagnation des effectifs, comme le prouve le taux élevé de syndicalisation dans les « transports » où ces éléments sont peu représentés. Elle est loin l'époque où le syndicat réussissait à imposer le closed shop, qui subsiste néanmoins encore dans quelques métiers particulièrement qualifiés comme ceux de l'horlogerie.

42Par ailleurs, la politique de l'Union Syndicale ne paraît pas toujours donner pleinement satisfaction à ses membres, comme l'a montré une enquête que j'ai faite pour la Fédération des Ouvriers Métallurgistes et Horlogers (la principale de l'U.S.S., avec 30,1% des affiliés en 1962), en collaboration avec « Analyses Économiques et Sociales S.A. », Lausanne, puisque 70 à 80% des ouvriers syndiqués interrogés estiment que le syndicat « est utile, mais pourrait faire mieux », et que l'on incrimine souvent la sclérose et l'autoritarisme de l'appareil, comme aussi son manque d'esprit combatif. Il est de fait que l'U.S.S. a rejeté de ses statuts, dès son Congrès d'Interlaken en 1927, toute référence à la « lutte des classes » pour aboutir avec la convention de « paix du travail » (1937), dont j'ai déjà parlé, à une « collaboration » entre les « divers groupements économiques » pour résoudre les « problèmes économiques et sociaux », comme le dit le programme de travail présenté au Congrès de Bâle en 1960, les travailleurs devant par ailleurs être défendus autant comme « consommateurs » que comme producteurs. Selon l'enquête précitée, 60 à 70% des ouvriers approuvent ce régime conventionnel, le sixième seulement lui étant franchement hostile. Les conflits de travail sont par conséquent très rares; au cours des dix années 1953-1962, on n'enregistre, dans l'ensemble du pays, qu'une moyenne annuelle de 4 grèves et lock-out, touchant 86 entreprises et 718 ouvriers, et provoquant une perte de 9.682 journées. Ils furent cependant plus fréquents dans les dix années précédentes (1943-1952), lors de la reconversion d'après-guerre : 13 conflits, 203 entreprises, 2.049 ouvriers et 26.720 journées perdues, en moyenne annuelle. Quant aux partis politiques ouvriers, ils devraient être majoritaires dans le pays. Or leur emprise électorale, pour toute la période 1919-1959, n'est en moyenne que de 26,4% (proportion des suffrages reçus) pour le parti socialiste suisse, et de 2,4% pour le parti communiste ou assimilé (Parti ouvrier et populaire, Parti du Travail, etc.). En outre, on constate une très grande stabilité – en dépit des conjonctures sociales variées de cette époque – que l'on peut caractériser comme suit :

A) Socialistes (1919-1959)
a) Droite: Y = 25,3 + 0,20X; où 25,3 représente le pourcentage théorique des suffrages en 1919, et 0,20 l'accroissement moyen de ce pourcentage entre deux élections au Conseil national, soit de quatre en quatre ans ;
b) Écart type de la série : absolu 1,66 ; relatif 6% (par rapport à la moyenne) ;
c) Amplitude de la série : absolue 5,4 ; relative 20% (par rapport à la moyenne).
Ainsi, selon l'amplitude absolue, par exemple, les pourcentages de voix reçues au cours de ces quarante années ne différent pas de plus de 5,4 points, quels que soient les circonstances et les efforts de propagande.

B) Communistes (1922-1959)
Le parti communiste n'entre en scène qu'en 1922 et enregistre proportionnellement d'assez forts soubresauts (en partie du fait d'interdictions temporaires, peu avant la guerre dans certains cantons, et pendant la guerre dans l'ensemble du pays), comme le montrent les chiffres suivants :
a) Équation de régression : Y = 2,3 + 0,16X ;
b) Écart type : absolu 0,32 ; relatif 13% ;
c) Amplitude : absolue 3,7 ; relative 154%.

43Il reste, cependant, que le parti socialiste est le plus fort du pays avec 53 députes sur 200 dans l'actuel Conseil national (4 communistes seulement), mais il trouve devant lui une forte coalition de partis qui se disent volontiers « bourgeois » (mais plutôt « nationaux » en période électorale), et qui lui ont longtemps refusé les deux conseillers fédéraux (sur sept) auxquels son envergure parlementaire lui donnait droit.

44On voit que les communistes ne jouent pas grand rôle sur le plan national (et de récentes scissions, reflets des tensions existant au sein du communisme mondial, risquent encore de les affaiblir), mais ils ont ici ou là quelque importance locale ou même régionale, puisque dans un canton comme le mien (Neuchâtel), où les ouvriers horlogers sont pourtant parmi les mieux payés de Suisse, ils ont obtenu jusqu'à 14,4% des suffrages (en 1945 ; mais 7,4% seulement en 1961) aux élections cantonales, et qu'un de leurs leaders, candidat au Conseil national, reçut même plus de 27% des voix dans son district de La Chaux-de-Fonds aux élections de l'année dernière, en période de suremploi ! Genève (14% des députes du parlement cantonal), Bâle-Ville (6,2%) et Vaud (5,1%) sont leurs autres fiefs, Zurich ayant été pratiquement perdu (1,1%) après les événements de Hongrie. La sous-emprise électorale du P.S.S. s'explique partiellement par la concurrence que lui fait le parti conservateur-chrétien social auprès des électeurs catholiques, qui agite volontiers l'épouvantail de l'Antéchrist ou use, comme tous les partis bourgeois d'ailleurs, de l'amalgame « socialo-communiste ». Mais nous avons vu aussi qu'une fraction importante du prolétariat était formée d'étrangers qui n'ont pas le droit de vote. C'est là le prolétariat le plus pur, exclu de la Nation et inorganisé comme au siècle dernier, séparé même souvent durant trois ans de femme et enfants. Un récent accord italo-suisse vient d'y porter partiellement remède en réduisant ce délai de moitié environ et en prévoyant diverses mesures d'intégration, mais il n'est pas encore ratifié et la résistance risque d'être vive au Parlement, à lire les commentaires de presse de toutes tendances. Enfin, les partis ouvriers paraissent plus enclins que d'autres à l'abstentionnisme électoral. D'une enquête faite par mes étudiants dans la ville de Neuchâtel, il semble bien que la participation au scrutin diminue de la bourgeoisie au prolétariat et, au sein de chaque classe au sens large, selon le degré de qualification moyenne requise par ses diverses couches ou strates, c'est pourquoi je mettrai ici l'accent sur celles-ci :

45A) Bourgeoisie (la bourgeoisie sensu stricto, peu nombreuse, n'a pas été exactement repérée) :

  • Professions libérales  : 86,0%

46B) « Classes » moyennes :

  • Fonctionnaires : 84,2%

  • Employés supérieurs (englobant des cadres dirigeants)  : 79,3%

  • Agriculteurs  : 76,4%

  • Employés inférieurs : 75,7%

  • Artisans : 72,9%

  • Commerçants : 70,2%

47C) Prolétariat :

  • Employés techniques supérieurs (englobant des cadres dirigeants) : 75,0%

  • Ouvriers d'industrie : 67,9%

  • Ouvriers du bâtiment  : 67,4%

  • Ouvriers « improductifs » : 55,9%

48À noter, en outre, que le taux de participation des rentiers et retraités est de 76,1% et celui des étudiants 58,6%.

49Il est évident néanmoins que le P.S.S. a souvent réussi à s'imposer dans les villes industrielles, et ses principaux bastions cantonaux sont Berne (34% des sièges au législatif), Neuchâtel (32,1%), Argovie (32%), Schaffhouse (31,8%), Bâle-Ville (30%) et Bâle-Campagne (30%).

50Il semble pourtant que tout cela manifeste une certaine insuffisance de « conscience de classe » dans le prolétariat. C'est pourquoi le P.S.S., comme la plupart des partis socialistes occidentaux, a cherché à élargir son assiette électorale en se plaçant sans équivoque, dans son programme de 1959, « sur le terrain de la démocratie ». Il constate que si notre « société se trouve dans une période de transition du capitalisme », les « buts du socialisme sont cependant loin d'être réalisés, parce que la propriété privée capitaliste exerce encore une influence prédominante et que les revenus et les fortunes d'une couche privilégiée ont augmenté dans des proportions inouïes. Il n'est pas encore question de chances égales pour tous. C'est pourquoi la lutte continue ». Toutefois, celle-ci doit englober progressivement tous ceux qui sont victimes du capitalisme : « Les transformations qui se sont produites dans la vie économique et sociale, dans les rapports entre les ouvriers et les patrons (notion de classes), ont influencé aussi les défenseurs des idées socialistes. À l'origine, le socialisme était exclusivement l'affaire de la classe ouvrière exploitée par le capitalisme. Mais la structure sociale s'est différenciée. Certains groupes d'ouvriers ont atteint un niveau économique sensiblement meilleur, tandis que d'autres sont encore à la limite du minimum vital (notion de strates). Beaucoup de paysans, d'employés et d'artisans (classes, mais aussi couches sociales) souffrent aussi des vices du régime actuel. Le socialisme veut réaliser la justice pour eux tous ».

  • 8 . MASNATA F., Le parti socialiste et la tradition démocratique en Suisse, Neuchâtel, Éditions La Ba (...)

51Ainsi le prolétariat veut renforcer ses alliances, mais il n'a pas disparu – je crois l'avoir démontré –, de sorte que je ne comprends pas comment F. Masnata a pu écrire dans la thèse qu'il vient de présenter à l'I.E.P. de Paris qu'il « n'existe pas, ni objectivement, ni subjectivement, de "classe prolétarienne" »8 ! Il n'y a pas davantage rejet de la lutte des classes, seuls les moyens ont changé, et ce que l'idéologie perd en netteté, elle peut le regagner en efficacité.

52Université de Neuchâtel,
Rectorat et Institut de Sociologie et de Science politique

Haut de page

Notes

1 . MILL S., Principes d'économie politique, 2e Édition Française Guillaumin, Paris, 1861, p. 267.

2 .Ibid., pp. 267-268.

3 . Ibid., p.220.

4 .Ibid., p.271

5 .Ibid., p. 271.

6 . La correspondance entre les deux répartitions dépendra de la constance, dans chaque classe ou couche sociale, du rapport des inactifs aux actifs, ou taux de « charge familiale » et de « charge de retraite ».

7 . In Statistique de la Suisse, 324e fascicule, Berne, 1961, p. 17.

8 . MASNATA F., Le parti socialiste et la tradition démocratique en Suisse, Neuchâtel, Éditions La Baconnière, 1963, p. 267.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Érard, « Esquisse d’une sociologie des classes sociales en Suisse », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Maurice Erard, mis en ligne le 05 novembre 2009, consulté le 01 octobre 2016. URL : http://sociologies.revues.org/2985

Haut de page

Auteur

Maurice Érard

(1920-2001) - Université de Neuchâtel, Suisse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page