Navigation – Plan du site
Enquêter à chaud

Introduction au débat sur "Enquêter à chaud"

La Rédaction

Texte intégral

1Faire de la sociologie au présent immédiat, c'est ce à quoi les sociologues sont souvent conviés, notamment par les media et les politiques qui les invitent régulièrement à livrer leurs analyses au plus près des évènements. Bien souvent, il s'agit de commentaires sur un plateau télévisuel ou dans les colonnes d'un quotidien, plaquant une grille de compréhension déjà éprouvée sur des faits émergents dans la scène publique. Parfois, il s'agit d'une analyse en profondeur visant à réinterpréter à chaud des bouleversements marquants en se démarquant du sens commun (dont probablement un des plus bels exemples est le petit ouvrage d'Edgar Morin, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis Mai 1968 : la brèche : premières réflexions sur les événements qui a bien su résister à l’épreuve du temps). Parfois, encore, il s'agit d'être en prise avec les braises encore fumantes des évènements en allant directement enquêter sur le terrain, bien sûr encore brûlant.

2Les émeutes urbaines de novembre 2005 en France ont été l'occasion de voir ces trois formes d'exercice à chaud de la sociologie. Dans ce dossier de SociologieS, nous avons souhaité ouvrir le débat en concentrant les attentions sur la troisième modalité, l'enquête à chaud. Comment enquêter en effet quand l'activité médiatique et politique a déjà saturé de sens le paysage ? Comment contenir les « effets d'actualité » ? Comment faire entendre le sérieux, la pertinence et l'intérêt d'une nouvelle interprétation dans le concert d'interprétations de tout ordre et de toute origine ? Comment démêler le fil de l'expérience vécue in situ et la reconstruction de son sens à l'aide des interprétations foisonnantes dans les media ? Quel type de lien est-il possible de nouer avec les habitants des quartiers et avec les acteurs de terrain, émeutiers et policiers notamment ? Comment lever leur méfiance devant des représentants des institutions justement au cœur de leur révolte et parvenir à lever la réticence à témoigner ? Comment se démarquer des pratiques journalistiques, souvent complaisantes, parfois méprisantes ? Comment faire encore de la sociologie dans un tel univers de contrainte ? Fait-on, d'ailleurs, encore de la sociologie dans ce cadre-là ou, faute du recul nécessaire, ne fait-on que redoubler le discours journalistique et les commentaires politiques ? Quelles conditions minimales faut-il mettre en œuvre pour se garantir une indépendance d'exercice et de pensée ? Quelle part d'instrumentalisation faut-il accepter, tant de la part des enquêtés que du politique, pour pouvoir mener à bien une enquête à chaud ?

3Pour lancer la discussion nous avons demandé à deux équipes de chercheurs qui ont réalisé chacune une enquête commanditée par le Centre d'analyse stratégique dépendant directement du Premier Ministre de la République Française, de bien vouloir revenir sur leur expérience de recherche de terrain dans ces conditions. Il s'agissait moins pour les auteurs de nous livrer leur lecture des évènements que de se pencher sur le statut de l'enquête dans ces conditions particulières, sur le rôle des enquêtés/émeutiers dans l'interprétation des faits, sur la place de la reconstitution expérientielle face aux interprétations médiatiques disponibles…

4Nous espérons, ce faisant, ouvrir un champ de discussion sur l'exercice de l'enquête quand les évènements ne sont pas encore refermés et espérons recevoir réactions, commentaires, prises de position afin d'alimenter ce débat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

La Rédaction, « Introduction au débat sur "Enquêter à chaud" », SociologieS [En ligne], Débats, Enquêter à chaud, mis en ligne le 12 juillet 2007, consulté le 23 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/296

Haut de page