Navigation – Plan du site
Harrison White
Découvertes / Redécouvertes
Harrison White

Harrison White : des réseaux sociaux à une théorie structurale de l'action

Introduction au texte de Harrison White Réseaux et histoires
Michel Grossetti et Frédéric Godart

Résumés

Harrison White est une figure centrale de la sociologie nord-américaine et un important théoricien des réseaux sociaux. Son livre Identity and Control, dont la première édition a été publiée en 1992 et dont une seconde édition est en cours de préparation, présente une théorie structurale de l’action sociale qui se propose de modifier profondément notre regard sociologique. Cet article suggère un premier cheminement à travers les principaux concepts d’Identity and Control et tente de dégager les principales innovations théoriques et méthodologiques qui en font un ouvrage majeur. En particulier, Identity and Control permet un dépassement des oppositions classiques en sociologie (micro/macro, individualisme/holisme, expérience subjective/structure, statique/dynamique) en s’appuyant sur une perspective centrée sur les réseaux sociaux et les réseaux sémantiques et en proposant un certain nombre de concepts nouveaux ou reconstruits de façon non conventionnelle (en particulier : disciplines, styles, rhétoriques, régimes).

Haut de page

Notes de la rédaction

Le texte Réseaux et histoires est une traduction adaptée sous forme d’article et présentée par Michel Grossetti et Frédéric Godart du chapitre 2 de la nouvelle version d’Identity and Control en cours d’écriture par Harrison White. Pour la première version, voir : White H., Identity and Control : A Structural Theory of Social Action, Princeton, Princeton 1992. Pour consulter le texte de Harrison White en ligne, cliquez sur : http://sociologies.revues.org/index240.html

Texte intégral

  • 1 .Pour une présentation générale de l’œuvre et de la carrière de Harrison White en langue anglaise, (...)

1Après avoir reçu un premier PhD en physique théorique du Massachusetts Institute of Technology, Harrison White s’est consacré à la sociologie, discipline dans laquelle il a obtenu un second PhD à l’Université Princeton. Aujourd’hui professeur à l’Université Columbia à New York, il est l’un des sociologues les plus influents aux États-Unis, autant par ses travaux de recherche que par les étudiants qu’il a formés. Il a contribué à refonder la sociologie de l’art avec un ouvrage clé sur les impressionnistes et sur la constitution des marchés de l’art (White & White, 1993), suivi plus récemment douvrage sur les carrières artistiques. Il est aussi un théoricien central de l’analyse des réseaux sociaux, pour laquelle il a élaboré des notions (l’équivalence structurelle en particulier) et des modèles mathématiques qui sont à l’origine d’importants développements en sciences sociales. Il a formé des étudiants tels que Peter Bearman, Paul DiMaggio, Mark Granovetter, Nicholas Mullins, ou encore Barry Wellman qui sont tous devenus des figures importantes de la sociologie nord-américaine (White, 1993) 1.

2À partir des années 1980, il s’est tourné vers la sociologie économique, concevant une théorie originale des marchés (White, 1981) fondée sur la notion d’équivalence structurelle. Dans cette théorie, les marchés émergent comme une forme de stabilisation des positions de différents producteurs dans le flux de leurs échanges, en amont avec leurs fournisseurs, et en aval avec leurs clients. Cette théorie, appuyée sur des modèles mathématiques non linéaires, fait du marché « classique » des économistes un cas particulier d’un modèle plus général qui admet des formes alternatives, comme par exemple des marchés dans lesquels la qualité des produits serait partiellement issue d’échanges non marchands. La théorie des marchés de Harrison White, formulée plus en détail dans l’ouvrage récent qu’il leur a consacré (White, 2002), a trouvé un large écho. En sociologie, elle est l’une des sources de la Nouvelle Sociologie Économique, un courant en plein essor. En économie, la théorie des marchés de Harrison White a particulièrement séduit les théoriciens de l’économie des conventions (François Eymard-Duvernay, Olivier Favereau) ou de la régulation (Robert Boyer), qui y ont trouvé de fortes convergences avec leurs propres travaux.Les travaux de Harrison White sur l’art, les réseaux sociaux et les marchés, ont donné lieu à l’élaboration progressive d’une théorie générale, une « théorie structurelle de l’action », qui a trouvé une première expression complète dans l’ouvrage Identity and Control (White, 1992). Identity and Control est un livre de théorie sociologique générale, qui explicite le point de vue d’un auteur qui s’était jusque des réseaux sociaux) et à des tentatives de modélisation (des carrières, des marchés), tout en critiquant vigoureusement les théories dominantes du moment, comme le fonctionnalisme dans les années 1960 et 1970et les théories de l’action rationnelle depuis les années 1980. Cette théorie renouvelle profondément les perspectives en sciences sociales en proposant un ensemble de concepts nouveaux, et se caractérise selon nous par quatre apports principaux. Tout d’abord, l’approche de Harrison White offre, à travers la notion de réseau social, une alternative aux pensées holistes et individualistes dans laquelle les sciences sociales se sont trop longtemps enfermées. Ensuite, le cadre d’analyse développé par Harrison White permet d’étudier le déploiement des dynamiques sociales et non plus seulement des situations statiques. De plus, en proposant des niveaux d’analyse très différents, cette approche théorique dépasse l’opposition entre une perspective macrosociologique et une perspective microsiologique en les intégrant. Enfin, parce qu’elle prête une attention toute particulière au sens des actions, l’approche de Harrison White permet de relier la dimension subjective des expériences vécues et la dimension inter-subjective (ou objective) des structures sociales telles qu’elles apparaissent aux observateurs extérieurs.

  • 2 . Sauf mention contraire, toutes les citations qui suivent sont extraits de la nouvelle version d’I (...)

3Harrison White a fait le choix d’un langage spécifique et d’une écriture très abstraite qui ont rendu difficile la réception de sa théorie, bien que de nombreux chercheurs y aient trouvé des idées à développer. Il est actuellement engagé dans un projet de réécriture du livre, pour lequel il s’appuie sur divers lecteurs, et dans un projet de traduction en français. Le présent texte a pour objectif de présenter les principales idées de base de sa théorie afin d’en faciliter la compréhension et l’utilisation par les chercheurs en sciences sociales. Il ne prétend nullement à l’exhaustivité 2Le concept d’identité est l’équivalent dans la théorie de Harrison White des concepts d’acteur ou d’agent dans d’autres théories. L’identité désigne « toute source d’action qui n’est pas explicable par des régularités biophysiques, et à laquelle les observateurs peuvent attribuer du sens » (chapitre 1). La première spécificité de la notion d’identité par rapport à des notions plus courantes est de ne pas figer au départ la liste des entités agissantes, qui peuvent être aussi bien des humains pris globalement, des humains dans un registre particulier (comme militant, professionnel, joueur de football), des collectifs organisés, ou même des marchés. Le deuxième intérêt est d’éviter de naturaliser les individus dans une posture d’acteur, et notamment d’acteur rationnel. La notion d’acteur dérive de la notion d’identité et se constitue à partir d’elle. La notion d’identité met l’accent sur le travail permanent nécessaire au maintien des cohérences qui sont perçues de l’extérieur comme non problématiques.

4Harrison White définit cinq sens (cinq aspects) de la notion d’identité :

5Sous sa forme première, la plus primordiale, l’identité est une recherche d’appuis sociaux dans un contexte d’incertitude radicale, qui caractérise non seulement l’environnement biophysique, mais aussi tous les contextes sociaux.

6La deuxième acception d’identité s’apparente à la notion de « face » ou d’image projetée vers les autres. De ce point de vue, elle s’opérationnalise dans l’accomplissement de tâches données et peut correspondre à un rôle dans une entreprise ou une organisation quelconque. Elle implique des activités codifiées et suggère des objectifs, des préférences ou des compétences.

7Dans son troisième sens, l’identité résulte de la tension qui existe entre le conformisme et la créativité. Elle émerge des discordances qui caractérisent nos relations avec les autres.

8Dans sa quatrième acception, la plus proche du sens commun, l’identité correspond à une construction ex post, à une description après coup. Un CV ou une autobiographie constituent une identité de ce point de vue.

9Le cinquième et dernier sens d’identité est le plus riche et le plus complexe puisqu’il se réfère à une sensibilité qui unit des identités par ailleurs disparates. La notion de personne correspond à cette notion d’identité qui relie d’autres identités sans les fondre complètement.

10Les cinq sens d’identité sont le résultat d’un processus de construction et émanent de discordances entre les identités et leurs différents contextes sociaux. Les identités sont à la recherche de contrôle. « Contrôle » ici ne signifie pas le pouvoir, mais plutôt une recherche d’appuis ou d’ancrages qui peuvent apporter une certaine stabilité à une identité et une tentative de maîtriser un environnement turbulent. Un jeune enfant qui explore l’espace autour de lui est à la recherche de contrôle. Un groupe de chasseurs-cueilleurs qui délimite son territoire aussi.

« Considérons par exemple la façon dont les étudiants amènent un nouveau professeur à s’adapter aux standards implicites d’évaluation et aux cadres cognitifs du curriculum de leur campus (par exemple, le fait qu’on y encourage les connaissances techniques par rapport aux connaissances historiques) : ils ne peuvent pas formuler clairement l’ensemble des pressions qu’ils sont amenés à exercer, et n’en sont le plus souvent pas conscients. C’est un contrôle très efficace, mais il ne se fonde pas sur l’intention de produire une action nouvelle. » (Chapitre 1).

  • 3 . Dans ce texte, « lien » et « relation » sont considérés comme synonymes.

11Les identités à la recherche de contrôle interagissent, se frottent, se confrontent, produisant des situations contingentes et désordonnées dont émergent cependant des régularités. La première de ces régularités est le maintien (la construction et reconstruction) des identités elles-mêmes. Leur recherche inlassable du contrôle leur permet de créer une sorte de continuité de leur propre existence comme identité. Cette continuité va de pair avec leur spécification, ce qui les rend non substituables à d’autres. La seconde régularité est constituée par les relations (les liens 3) entre les identités, relations qui forment la base des réseaux sociaux.

Histoires, relations et réseaux

12Les interactions entre les identités produisent des histoires. Ces histoires, qui sont énoncées soit par les identités participant à l’histoire soit par des observateurs, établissent des liens entre les identités. C’est à travers les histoires que les interactions dépassent leur caractère instantané pour s’inscrire dans la durée sous la forme de liens et avoir des effets durables. Il faut comprendre ici le concept d’histoire au sens large. Il peut s’agir d’un bref échange dans une cour de récréation, d’une rumeur de bureau, ou bien d’un article de journal. Les histoires sont le produit des tentatives de contrôle des identités dans la mesure où elles fixent, du moins pour un moment, les identités elles-mêmes en tant que sources d’actions, ainsi que les relations entre ces identités.

  • 4 . Kurosawa, A., Rashōmon [film], Tokyo, Daiei, 1950.

13Une histoire n’est pas équivalente à un lien. Elle contribue à le constituer en produisant une sorte d’objectivation narrative d’un aspect du lien, mais elle implique aussi d’autres liens, avec d’autres identités. En cela, elle mêle expérience vécue et structure relationnelle. Une relation entre deux personnes est ainsi constituée des nombreuses histoires qui mettent en scène des interactions ou des liens entre ces deux personnes. En un sens, comprendre une relation requiert de prendre en compte une pluralité de points de vue narratifs. Prenons un exemple cinématographique célèbre afin d’illustrer notre propos. Dans le film japonais Rashōmon 4d’Akira Kurosawa, deux crimes violents sont racontés de quatre points de vue différents (un prêtre, un samurai, sa femme, et un bûcheron), sans que le spectateur puisse vraiment décider à la fin quel a été le déroulement « réel » des événements. Une première idée qui émane de cet exemple est que les histoires sont des tentatives de contrôle, par certaines identités, qui tentent de stabiliser d’autres identités dans un tissu narratif et relationnel spécifique : chaque témoin tente de spécifier les crimes d’une façon qui corresponde à son identité et lui permette de perdurer. Une seconde idée est que les histoires constituent des réseaux de sens (ou réseaux sémantiques) qui interagissent avec les liens entre identités : chaque témoin reprend dans son histoire des éléments d’histoires passées ou d’autres témoignages, et constitue un réseau narratif complexe.

14En conséquence, parce qu’elles sont l’étoffe même des réseaux de sens, les histoires sont ce qui spécifie les relations entre humains et l’action sociale spécifiquement humaine :

« On peut imaginer qu’il est possible de découvrir des réseaux sociaux dans d’autres espèces que l’espèce humaine, par exemple au moins chez les loups et les singes. On trouve dans ces espèces des ordres hiérarchiques, des liens et certainement des luttes pour le contrôle (…) Tout cela implique un certain niveau de communication, mais qui reste relativement simple et n’a pas besoin d’être plus complexe que l’échange de phéromones dans les sociétés de fourmis (…) Cela conduit à penser que ce sont le sens et les histoires qui placent l’action sociale humaine à part. Sans les histoires, l’action sociale serait monotone ; il n’y aurait pas toutes ces « couleurs » que les humains observent et utilisent dans les cadres sociaux. » (Chapitre 2).

15Les histoires sont donc un médium essentiel pour la constitution, non seulement des réseaux sociaux, mais aussi de toutes les configurations sociales plus complexes qui en dérivent. À travers les histoires se définissent à la fois les liens et les identités. Les liens s’agrègent donc au sein de réseaux sociaux qui constituent la structure fondamentale du monde social. L’action (les tentatives de contrôle) est à la fois contrainte et rendue possible par les réseaux sociaux, c’est-à-dire aussi bien par les relations dans lesquelles une identité est engagée, que par la structure relationnelle qui l’environne. L’analyse des réseaux sociaux, que Harrison White a largement contribué à définir, a produit de très nombreux résultats, qui ne seront pas résumés ici, mais qui sont considérés comme acquis dans Identity and Control. Pour s’en faire une idée, on pourra toujours consulter l’ouvrage d’Alain Degenne et Michel Forsé (Degenne & Forsé, 1994). Dans son livre, Harrison White revient sur un certain nombre de phénomènes liés aux réseaux sociaux, et en particulier sur tous les résultats concernant les « petits mondes », c’est-à-dire le fait qu’un nombre restreint d’intermédiaires permet de joindre un ensemble social considérable, ce qui manifeste une connectivité élevée des réseaux sociaux, relativement à d’autres réseaux. Il se réfère aussi aux travaux d’Anatol Rapoport et Mark Granovetter relatifs à la différenciation des liens par leur « force », à l’analyse par types de liens spécialisés et à des aspects plus structurels (cohésion, cliques, etc). Une autre idée importante est que les liens entre deux personnes sont souvent multiples, se caractérisent par plus d’un type de lien.

« Le lien multiplexe lui-même semble être une innovation récente, moderne, qui va de pair avec un désir grandissant de créer de la « vie privée ». (…) Une société tribale ou féodale ne connaît pas le luxe du lien unique, englobant, qui ne soit pas inscrit dans une économie concrète d’obligations » (Chapitre 2).

16Harrison White s’est toujours refusé à définir des entités collectives à partir de frontières prédéfinies, redoutant les effets de naturalisation auxquels peuvent conduire des notions comme celle de groupe chez les fonctionnalistes. Il ne réduit toutefois pas le monde social à un réseau.

17Ainsi par exemple, la notion de lien spécialisé suppose l’existence de domaines thématiques (par exemple : le travail, la politique, le sport, etc.) auxquels les histoires se réfèrent. Une relation spécialisée se réfère à un seul de ces domaines, alors qu’une relation multiplexe en associe plusieurs. La notion de « netdom » (« network-domain ») rend compte de cette dualité entre les domaines sémantiques, les réseaux de sens et les réseaux sociaux. Le thème de la politique française par exemple définit le réseau de ceux qui discutent de ce thème. Des identités en relation spécialisée liée à un netdom constituent un public. Les identités, et les histoires, peuvent commuter d’un netdom à un autre, comme lorsque l’on change de sujet dans une conversation, modifiant ainsi l’ensemble de ceux qui s’intéressent à ce sujet et produisant des significations. Parfois, un réseau correspond à une catégorie d’acteurs (au sens classique du terme catégorie) : c’est un catnet(« category-network »). L’ensemble des entités d’un réseau est une population-réseau.

18Mais c’est surtout avec la notion de discipline que l’on s’extrait des réseaux pour penser des formes typiques d’ordre social qui transcendent les manifestations historiques des sociétés humaines.

Équivalence structurale, marchés et disciplines

  • 5 . Il y a différentes définitions « techniques » de l’équivalence structurelle. Par exemple, l’équiv (...)

19Pour comprendre la notion de discipline, le plus simple est de partir de la notion technique qui a permis à Harrison White de construire un ordre dépassant les réseaux. Cette notion clé est l’équivalence structurelle. L’idée est assez simple : deux entités sont structurellement équivalentes au sein d’un réseau si elles y occupent la même place, ou la même position, c’est-à-dire si elles ont les mêmes relations (ou des relations relativement similaires) avec un ensemble d’identités données 5. Du point de vue de la théorie des réseaux, l’équivalence structurelle ressortit à une perspective « positionnelle », différente mais complémentaire de la perspective « relationnelle ». Alors qu’une perspective relationnelle se concentre sur les relations des « nœuds » du réseau entre eux, une perspective positionnelle se concentre sur la relation des nœuds par rapport à des tiers (Emirbayer & Goodwin, 1994).

  • 6 . Voir White, 1963. Un autre argument central de l’article cité est que l’existence de structures i (...)

20Un exemple simple d’équivalence structurelle peut se trouver dans les relations familiales et de parenté. Considérons par exemple une famille nucléaire, composée d’un père et d’une mère et de deux enfants. Supposons que la mère ait deux frères. Ces deux individus seront, par rapport aux deux enfants, en situation d’équivalence structurale si l’on considère les relations de filiation (ce seront leurs oncles maternels). Dans le cas qui est décrit, les groupements ainsi opérés correspondent à des rôles sociaux, ou positions sociales, classiques : parents et enfants. La notion d’équivalence structurelle permet donc de retrouver la notion classique de rôle (ou de position) mais d’un point de vue strictement structurel, par une analyse de réseau, sans faire d’hypothèse sur les contenus de ces rôles. Les relations familiales et les systèmes de parenté constituent un sujet privilégié des perspectives « positionnelles » en théorie des réseaux parce qu’ils se prêtent à une modélisation aisée et rigoureuse 6.

21Le monde économique offre de nombreux exemples supplémentaires pour lesquels la notion d’équivalence structurelle peut se révéler utile. Prenons comme entités des entreprises et considérons leurs relations avec leurs fournisseurs, en amont, et avec leurs clients, en aval. Chaque entreprise est donc située dans un réseau. Mais il existe d’autres entreprises en situation d’équivalence structurelle avec elle, ses concurrentes. Dans certaines situations, les firmes en situation d’équivalence et leurs clients sont suffisamment stables pour que s’établissent des conventions plus ou moins tacites sur la qualité des produits. Les entreprises n’ont plus alors à se préoccuper sans cesse de leurs clients, qu’elles perçoivent à travers ces conventions, et elles se contentent de se coordonner en se surveillant les unes les autres et en ajustant leurs prix et les quantités produites en fonction de ce que font les autres. Émerge ainsi des interactions marchandes une sorte de molécule sociale ordonnée, que Harrison White appelle un marché. Un marché est donc un ensemble de firmes en concurrence, en position d’équivalence structurelle, ensemble au sein duquel s’est établi un ordre émergent. Pour une entreprise, le marché, pris dans ce sens, est une protection contre l’incertitude, dans la mesure où elle peut toujours s’ajuster aux comportements de ses concurrents sur la base d’une certaine stabilité des conventions avec les clients. Le même raisonnement peut être effectué du côté des fournisseurs.

22Un marché est une forme collective, assez proche de la notion de champ dans la théorie de Pierre Bourdieu, dont les contours peuvent être fluctuants et poreux, mais au sein de laquelle règne un ordre partiel et durable. Le marché remplace les liens directs entre les entreprises et leurs clients par des conventions situées au niveau du marché, ce qui a pour effet de limiter les effets des réseaux entreprises-clients et de mettre en avant les effets des liens marché-clients. Cette autonomisation d’une entité collective de plus haut niveau par rapport à ses constituants et à leurs relations est décrite par la notion de découplage. L’inverse, l’absence d’autonomie de l’entité collective de plus haut niveau, est l’encastrement.

23Un marché réalise le lien des entreprises avec l’extérieur (les clients ou les fournisseurs) et les protège contre les incertitudes de la vie économique en les rendant solidaires entre elles. Mais pour rester dans le marché, elles doivent limiter leurs choix à ce qui est compatible avec les conventions existantes relativement aux clients. Les marchés constituent donc une sorte de discipline, à laquelle les firmes doivent se soumettre si elles veulent en bénéficier.

24Un ordre social peut donc émerger des réseaux et réguler en retour les relations et les échanges. C’est ce que Harrison White appelle une discipline, notion qui généralise ce qui se passe dans les marchés. La vie sociale donne lieu à de multiples disciplines et Harrison White en définit trois types fondamentaux (interface, arène, conseil) qui se retrouvent à travers tous les contextes sociaux.

25Les marchés correspondent en général à l’un des trois types, qui est l’interface. En effet, l’effet principal des marchés est de prendre en charge les échanges avec l’extérieur. Les disciplines de ce type sont associées à un type de processus spécifique, l’engagement commitment »), qui inscrit les producteurs dans une dynamique d’échanges.

26« Une interface est un ensemble mutuellement contraignant de revendications de contrôle qui produit comme résultat net un flux dirigé, un flux engagé. » (Chapitre 3).

27Elles sont aussi associées à un type de valeur, la qualité (ce qui fait l’objet de la convention sur laquelle se construit l’interface). L’interface peut caractériser d’autres formes collectives, qui sont orientées par l’engagement vers l’extérieur, la qualité apparaissant comme primordiale.

28Il existe d’autres types de disciplines, qui ont pour objet d’associer par paires des entités complémentaires. Ce sont des arènes, dont le processus fondamental est la sélection et lavaleur la pureté.

« Une discipline de type "arène" peut émerger d’une dynamique d’hostilités et de sympathies dans des netdoms. Certains sont alors perçus comme des gardiens ("gatekeepers") et interviennent dans le jeu à la mesure de leur capacité à exclure rigoureusement, sélectionnant selon des degrés successifs de pureté, la pureté étant l’ordre de valeur. » (Chapitre 3).

29Enfin, un troisième type de discipline, les conseils, qui correspond à des situations de décision collective, dont le processus est la médiation, et la valeur le prestige.

« Dans les conseils, les jugements se concentrent sur le « prestige », c’est-à-dire sur la capacité à influer sur l’action collective. » (Chapitre 3).

  • 7 . Traditionnellement, la qualité du jeu est perçue selon des critères différents par les Italiens e (...)

30Les disciplines caractérisent plus des situations que des collectifs. Prenons l’exemple d’une équipe de football engagée dans la coupe du monde. Lorsqu’elle joue, elle est engagée dans un affrontement avec une autre équipe et se coordonne afin de produire un jeu de qualité, quelle que soit la façon dont la qualité est évaluée 7. C’est un interface. Avant la partie, les joueurs et les entraîneurs discutent pour élaborer une tactique. Certains joueurs pèsent plus que d’autres, à cause de leur prestige. C’est un conseil. Pour le prochain match, les 23 joueurs sont en compétition pour figurer dans l’équipe, et il faut associer un arrière droit et un milieu droit, la même chose à gauche, deux arrières centraux, etc. C’est une arène.

Figure 1. Disciplines, processus et valeurs

DISCIPLINE

PROCESSUS

ÉCHELLE

DE VALEUR

arène

sélection

pureté

conseil

médiation

prestige

interface

engagement

qualité

31Afin d’éclaircir la notion de discipline, divers exemples illustrant les trois types de discipline (et tirés d’Identity and Control) sont rassemblés ci-dessous :

321. Interfaces : Une armée en guerre ; un groupe de chasseurs-cueilleurs ; des enfants en compétition dans un jeu de marelle ou une récitation pour un professeur ; des mathématiciens dans un concours pour un prix ; des producteurs d’avions de tourisme ; des acteurs dans une pièce de théâtre ; une réunion de village en Inde ; des discussions chez le coiffeur ; une conversation pendant un déjeuner.

332. Arènes : La sélection des équipes pour des jeux d’enfants ; des soirées dansantes ; la production de comédies musicales de Broadway ; le diagnostic et le traitement de maladies courantes ; le marché d’échange pur mis en avant par la théorie économique ; une salle des ventes ; un marché de village ; la formation des couples ; les tours de parole dans une conversation ; un conseil de caste de village en Inde ; la bourse.

343. Conseils : Conseils d’université ; le lignage de parenté ; le Sénat Romain ; un cabinet d’avocats ; les commissaires de l’absolutisme français de la Renaissance.

35Reconnaître les disciplines « en action » dans un contexte social donné implique de comprendre comment les activités propres à ce contexte s’organisent.

« Un dîner mondain réunissant des couples de professionnels est un exemple de discipline de type "arène". Il s’agit dans ce cas d’établir, mais aussi de délimiter, une sorte d’identité de la soirée avec un ensemble d’histoires qui évoquent le professionnalisme. Un souper d’église, en revanche, peut être une discipline de type "conseil", ordonné par une échelle de prestige dans un effort sans fin pour équilibrer et discipliner les conflits entre différentes factions. Une cafétéria au moment du repas peut être vue comme une discipline de type "interface". C’est la discipline de production, distribuant de la nourriture à des personnes disposées pour la recevoir. Une interface opère des médiations entre des mondes sociaux. » (Chapitre 3).

Encastrement et découplage

36Les notions d’encastrement et de découplage, déjà abordées à propos des marchés, se généralisent à tous les niveaux d’action. Un niveau d’action peut être contraint ou influencé par un autre niveau d’action et donc s’y encastrer, comme les identités dans les netdoms et les publics, et les publics dans les disciplines. Il peut aussi s’en découpler et s’autonomiser avant de s’encastrer dans un autre niveau d’action.

37L’encastrement (ou le couplage, pour prendre la terminologie utilisée par Harrison White dans les années 1970) désigne une forme de déterminisme faible. Être encastré dans un niveau d’action ne signifie pas être déterminé par ce niveau, mais à la fois être contraint par lui, et avoir la possibilité de s’en servir comme appui. Dire que l’action individuelle est encastrée dans les réseaux sociaux revient à dire qu’elle est à la fois contrainte et rendue possible par les réseaux. On doit prendre ceux-ci en compte pour comprendre l’action.

38L’encastrement et le découplage permettent de penser la dynamique d’émergence ou de dissolution d’entités agissantes ou de formes sociales, qu’il soit question d’identités individuelles, d’organisations, ou de marchés. Toute entité est à la fois encastrée dans les liens qu’elle a tissés avec d’autres identités, et découplée, c’est-à-dire disposant d’une marge de manœuvre spécifique. Tout découplage débouche sur un nouvel encastrement : par exemple, la formation d’un marché s’accompagne de l’établissement de liens entre ce marché et d’autres dans un réseau de marchés.

39Le découplage peut concerner des phénomènes aussi simples que la formation d’une file d’attente pour les taxis à l’aéroport ou devant un guichet : la file d’attente fait émerger un contexte d’action par rapport aux allées et venues non coordonnées.

40La dépendance et l’autonomie ne sont que l’une des dimensions du couple encastrement/découplage. Il existe deux autres dimensions : la différenciation (l’hétérogénéité des constituants de l’identité qui se découple) et l’involution ou spécialisation (la spécialisation des composants et le fait que les chaînes de liens dans lesquels ils sont insérés se replient sur leur origine).

Styles, rhétoriques et régimes

41Les identités et les disciplines peuvent se combiner au sein d’ordres de plus haut niveau comme les styles, les rhétoriques ou les régimes.

42Les styles, qui désignent aussi bien des genres artistiques que des modes vestimentaires ou des types de conversation, sont des formations sociales durables marquées par la récurrence dans le temps et une très grande autonomie. Ils peuvent aussi être caractérisés comme des façons d’être et des sensibilités qui canalisent et définissent les commutations d’identités entre différents netdoms. Les styles sont des formations spontanées et émergentes qui sont perçues par les identités et les observateurs mais ne sont pas sciemment créées par ceux-ci. Un style peut caractériser une identité dans sa persistance au fil du temps (la notion est alors proche de celle d’habitus chez Pierre Bourdieu) ou des formes collectives (proches de la notion de champ de Pierre Bourdieu). Un style caractérise une identité dans son adaptation à un contexte (l’équivalent d’une disposition associée à un champ). Il peut éventuellement caractériser une « personne » (combinaison d’identités rattachées à un individu). Dans tous les cas, la notion de style est assez flexible pour permettre de considérer dans un même mouvement différents niveaux d’analyse du monde social, rendant la distinction micro/macro peu pertinente.

« C’est par le partage d’un style que les personnes se lient au sein des populations-réseaux (…) Les personnes travaillent avec des ensembles de perceptions de leur situation et de celles des autres, à la fois sociale et physique. Certains seulement de ces ensembles se révèlent capables de se reproduire et de devenir de ce fait des contraintes objectives. De tels ensembles sont des styles, en ce qu’ils exercent des contraintes (…) Les acteurs individuels se perçoivent mutuellement au sein des disciplines et des réseaux sociaux, et absorbent des modèles concernant la façon de manœuvrer, d’en rendre compte dans des histoires, ainsi que les valeurs associées aux différentes manœuvres. C’est ainsi que les individus acquièrent un style. La stratification est un style. La rationalité est un style. » (Chapitre 4).

43Les rhétoriques sont des théories pratiques, des prescriptions concernant l’enchaînement des actions. Elles peuvent désigner aussi bien des ouvrages de théorie sociologique comme Identity and Control, que des procédures de triage des arrivées dans un service d’urgence ou de traitement des demandes dans un service administratif (« First in, first out » est une rhétorique). Une organisation est une rhétorique « privée », valable seulement pour les membres. Les rhétoriques sont liées aux institutions qui constituent des ensembles connus et reconnus d’attentes comportementales.

« L’action et l’organisation dérivent toutes deux de l’identité et du contrôle (…) Fondre action et organisation induit des théories de la part des participants, ainsi que de la part des observateurs. Ce sont des théories populaires (…) Une rhétorique est une théorie pour les participants d’institutions données, une théorie populaire en action. Le sens commun est la forme prééminente de théorie populaire, qui va comme un gant aux institutions de la vie quotidienne. » (Chapitre 5).

44Les régimes (ou régimes de contrôle) sont des combinaisons durables de différentes formations sociales de haut niveau (des réseaux, des disciplines, des styles, et des institutions) dans des systèmes plus massifs. À l’instar des disciplines, les régimes offrent des cadres dans lesquels les activités humaines se déploient et se coordonnent, mais contrairement aux disciplines ils se caractérisent par une spécificité contextuelle. Une économie considérée comme un système existant dans une période donnée, un système social comme le dualisme médiéval entre l’État et l’Église, le management des grandes entreprises actuellement, sont des exemples de régimes. À titre d’illustration, Harrison White distingue quatre types idéaux de régimes : le corporatisme, le clientélisme, le féodalisme normand, et le professionnalisme. D’autres régimes sont possibles, et contrairement aux disciplines, leur nombre n’est pas limité a priori.

« Un régime de contrôle surveille les processus sociaux, les canalise et les configure en fonction d’un cadre qui se révèle être durable, puisqu’il concilie toute une série de réseaux, de disciplines, de styles et d’institutions dans un domaine spécifique qu’il produit. Ainsi, un régime contrôle du contrôle à travers ce cadre, en tant qu’architecture de configurations. » (Chapitre 6).

45Au-delà des concepts nouveaux de style, rhétorique ou régime, Harrison White utilise aussi des termes plus classiques en théorie sociologique (« acteur », « institution », « rôle », etc.) mais en les dérivant de ses propres concepts.

Remarques : l’approche théorique de Harrison White en perspective

46Les concepts présentés dans l’article ci-après constituent le cœur de la théorie développée par Harrison White dans Identity and Control. Et pourtant, le présent texte ne constitue que la carte sommaire d’un monde nouveau, en construction, encore largement inexploré, dans lequel tous les cheminements possibles n’ont pas été repérés. Les remarques qui précèdent visaient à proposer quelques pistes d’interprétation. Les indications qui suivent constituent quelques remarques préliminaires concernant le positionnement théorique d’Identity and Control au sein de la tradition sociologique.

47Les théories sociologiques peuvent être divisées en trois grandes familles, fondées sur une perspective à la fois ontologique et méthodologique : individualiste (les individus sont le point de départ) ; holiste (la « société » dans son ensemble est le point de départ) ; interactionniste (les interactions sont le point de départ). Il est facile d’associer chaque famille à un « grand ancêtre » (respectivement Max Weber, Émile Durkheim, Georg Simmel). Cette division est évidemment arbitraire et contestable, comme toutes celles que l’on peut faire, et de nombreux auteurs (y compris les grands ancêtres cités) proposent des chemins de traverse entre les trois familles de théories, selon les écrits que l’on choisit de commenter. Mais cette division permet de se repérer.

  • 8 . Harrison White signale à plusieurs reprises les similitudes entre son approche et celle de Niklas (...)

48La théorie sociologique de Harrison White semble partir d’un point de vue individualiste. En effet, les « unités fondamentales » de l’analyse sont des identités qui recherchent le contrôle. Pourtant, cette théorie s’inscrit dans la famille interactionniste parce que les identités et le contrôle, qui sont définis de façon volontairement très ouverte, ne se révèlent et se construisent que dans l’interaction. Et que l’on va très rapidement se concentrer sur un dérivé de l’interaction qui est constitué par les relations, stabilisation plus ou moins éphémère des interactions. Il n’est donc pas surprenant que les critiques de Harrison White soient adressées à la fois aux fonctionnalistes et aux théoriciens individualistes. Pourtant, il signale à plusieurs reprises des proximités avec certains théoriciens « holistes » comme Niklas Luhmann 8 ou Pierre Bourdieu. Cela s’explique assez bien si l’on considère que, à travers les relations, puis les réseaux, puis les disciplines et les divers concepts évoqués, il produit une théorie de ce qu’il appelle l’« organisation sociale ». L’expression « interactionnisme structural », utilisée par Alain Degenne et Michel Forsé pour caractériser l’analyse des réseaux sociaux, semble assez bien adaptée (Degenne & Forsé, 1994). En effet, les réseaux « solidifient » l’interaction et font structure. Et cette structure peut être formalisée, au moins partiellement. C’est là que se situent les différences avec d’autres approches de la même famille.

  • 9 . Voir par exemple Latour, 2006.

49La tradition interactionniste « classique » (par exemple, Robert Park, Everett Hughes ou Howard Becker), propose aussi une perspective sur des niveaux sociaux qui dépassent largement l’interaction (les « carrières », les « mondes », etc.), mais cette perspective ne va pas jusqu’à une formalisation qui puisse se prêter à la quantification, voire à la modélisation. Par ailleurs, l’interactionnisme classique tient en général plus ou moins pour acquis l’intégrité et la cohérence des acteurs individuels, qui sont déconstruits par les approches comme celle d’Erving Goffman, Aaron Cicourel ou de Harold Garfinkel. Harrison White partage avec ces derniers auteurs la critique de la naturalisation des acteurs individuels, sans renoncer pour autant à formaliser les phénomènes sociaux, au moins à certains niveaux. Harrison White est aussi par bien des aspects proche de la théorie dite « de l’acteur-réseau » (entre autres l’insistance sur les relations, sur le caractère « fluide » du monde social, le caractère « distribué » de l’action, le refus de la notion de société 9) à ceci près qu’il considère qu’il existe une différence claire entre les humains et les non-humains, qui fonde sa notion d’histoire, et qu’il ne formalise pas les relations entre humains et non-humains.

  • 10 . Selon les propres termes de White : « sociology is a hard field ». Voir l’entretien avec Harrison (...)

50La théorie de Harrison White, riche en concepts et notions spécifiques, est présentée dans un langage abstrait et non conventionnel qui peut dérouter le lecteur ou l’inciter à fermer le livre avant d’en avoir extrait toute la « sève » intellectuelle. Cependant, ceux qui font l’effort de s’y confronter peuvent y découvrir des idées et des perspectives stimulantes. Sur bien des points, Harrison White a exploré des chemins qui vont au-delà de la connaissance sociologique ordinaire et a ouvert des itinéraires nouveaux dans l’exploration sociologique du monde. Là où beaucoup se sont arrêtés à des solutions approximatives, il s’est décidé à provoquer le sens commun, sa démarche débouchant sur des questions et des orientations nouvelles, situées en quelque sorte « un cran au-delà » de ce qui se fait généralement. À tous ceux qui l’ont critiqué, le critiquent et le critiqueront sans doute encore, pour avoir produit une œuvre complexe et difficile d’accès, Harrison White répond que la sociologie est une discipline exigeante qui requiert une approche exigeante 10. Nous ne pouvons qu’adhérer à cette vision.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Azarian E. (2005), The General Theory of Harrison C. White. Chaos and Order in Networks, New York, Palgrave MacMillan

Degenne A. & M. Forsé (1994), Les Réseaux sociaux. Une Analyse structurale en sociologie, Paris, Éditions Armand Colin.

Emirbayer M. & J. Goodwin (1994), « Network Analysis, Culture, and the Problem of Agency », American Journal of Sociology, vol. 99, n° 6, pp. 1411-1454.

Latour B. (2006), Changer de société. Refaire de la Sociologie, Paris, Éditions La Découverte.

Luhmann N. (1984), Soziale Systeme. Grundriß einer allgemeinen Theorie, Frankfurt-am-Main, Suhrkamp.

White H. (1963), « Uses of Mathematics in Sociology », in James Charlesworth (dir), Mathematics and the Social Sciences, Philadelphia, American Academy of Political and Social Science.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

White H. (1981), « Where Do Markets Come From ? », American Journal of Sociology, 87, 3, 517-47.
DOI : 10.1086/227495

White H. (1992), Identity and Control : A Structural Theory of Social Action, Princeton, Princeton University Press.

White H. & C. White (1993), Canvases and Careers : Institutional Change in the French Painting World, Chicago, University of Chicago Press, (traduction française, La Carrière des Peintres au XIXe Siècle : Du système académique au marché des impressionnistes, traduction d’A. Jaccottet, préface de J.-P. Bouillon, Paris, Éditions Flammarion, 1991).

White H. (1993), Careers and Creativit  : Social Forces in the Arts, Boulder, Westview.

White H. (2002), Markets from Network : Socioeconomic Models of Production, Princeton, Princeton University Press. Prix Zelizer de sociologie économique en 2004.

Haut de page

Notes

1 .Pour une présentation générale de l’œuvre et de la carrière de Harrison White en langue anglaise, voir Azarian, 2005.

2 . Sauf mention contraire, toutes les citations qui suivent sont extraits de la nouvelle version d’Identity and Control et sont traduites par les auteurs de cet article. Les concepts principaux sont en gras. Le chapitre d’origine de la citation est indiqué entre parenthèses. Les différents chapitres de la nouvelle version d’Identity and Control sont : chapitre 1 : Introduction à Identité et Contrôle ; chapitre 2 : Réseaux et histoires ; chapitre 3 : Trois disciplines ; chapitre 4 : Styles ; chapitre 5 : Institutions et rhétoriques ; chapitre 6 : Régimes de contrôle ; chapitre 7 : Créer de l’action ; chapitre 8 : Vue d’ensemble.

3 . Dans ce texte, « lien » et « relation » sont considérés comme synonymes.

4 . Kurosawa, A., Rashōmon [film], Tokyo, Daiei, 1950.

5 . Il y a différentes définitions « techniques » de l’équivalence structurelle. Par exemple, l’équivalence peut n’être que partielle, les entités avec lesquelles les relations sont mesurées peuvent elles-mêmes être en équivalence ou pas, etc. Nous n’explorons ici que les principes de base de l’équivalence structurelle.

6 . Voir White, 1963. Un autre argument central de l’article cité est que l’existence de structures innées dans les systèmes de parenté est un fait très pertinent en faveur d’approches de type structuraliste.

7 . Traditionnellement, la qualité du jeu est perçue selon des critères différents par les Italiens et les Brésiliens par exemple… mais tous s’accordent sur le critère de la victoire.

8 . Harrison White signale à plusieurs reprises les similitudes entre son approche et celle de Niklas Luhmann. Par exemple, il souligne la proximité entre le concept luhmannien de « communication » et son propre concept de netdom dans la mesure où les deux concepts capturent l’importance du « sens » dans la structuration des relations sociales. Voir Luhmann, 1984.

9 . Voir par exemple Latour, 2006.

10 . Selon les propres termes de White : « sociology is a hard field ». Voir l’entretien avec Harrison White par Alair MacLean et Andy Olds duquel cette citation est tirée sur le site suivant : http://www.ssc.wisc.edu/theory@madison/papers/ivwWhite.pdf [page consultée le 5 décembre 2006].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Grossetti et Frédéric Godart, « Harrison White : des réseaux sociaux à une théorie structurale de l'action », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Harrison White, mis en ligne le 17 octobre 2007, consulté le 27 juin 2016. URL : http://sociologies.revues.org/233

Haut de page

Auteurs

Michel Grossetti

LISST-CERS, Université de Toulouse II-Le Mirail - Michel.Grossetti@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Frédéric Godart

Columbia University - fcg2102@columbia.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page