Navigation – Plan du site
Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l'enquête de terrain

Des loyautés incompatibles

Aspects moraux d’une immersion au Front National
Daniel Bizeul

Résumés

Faire l’expérience directe des phénomènes, en participant aux activités des milieux concernés, représente un des moyens les plus naturels et les plus sûrs pour atteindre la complexité du monde social. C’est aussi un des moyens les plus perturbants pour le chercheur, souvent confronté aux interdits de contact entre des groupes dont les intérêts ou les principes de vie sont antagonistes. Établir des relations étroites avec des militants du Front national, certains d’entre eux « néo-nazis », certains vivant à quelques rues de chez soi, tout en étant « homo », avec pour proches amis des hommes de couleur, de plus entouré de personnes hostiles à ce parti, oblige ainsi à gérer des liens inconciliables. Un risque possible pour le chercheur est alors d’être soumis à des sentiments contradictoires et de mettre du temps pour aboutir à une analyse exempte de toute influence indue.

Haut de page

Texte intégral

1Tout travail d’enquête comporte des décisions d’ordre moral et déontologique 1. Un des principes les plus usuels et les plus largement acceptés est ainsi de ne pas nuire aux personnes étudiées. D’où les diverses précautions pour éviter d’intimider, de provoquer, de séduire, de piéger ; d’où l’attention à garder pour soi ce qui est confié, à mettre à l’abri les documents compromettants, à respecter l’anonymat des lieux et des personnes au moment de publier. Un autre principe lui est rattaché, et conduit désormais à des codes de bonne conduite contraignants, notamment aux États-Unis et au Canada ; c’est celui du consentement éclairé. Il exige que les personnes enquêtées soient informées des tenants et des aboutissants de l’étude, de façon à donner leur accord au chercheur en toute connaissance de cause 2.

2Si le principe de ne pas nuire aux personnes est admis par tous les sociologues, rares cependant sont ceux qui en ont suivi à la lettre toutes les préconisations. Certaines sont contraires au fait même d’enquêter, ce qui oblige à s’immiscer dans la vie des groupes et des individus, d’autres au fait de rendre publiques des informations à leur sujet sans se plier à leurs inquiétudes d’image 3. Une partie des enquêtes désormais citées en exemples pour la façon de travailler du chercheur ou parce qu’elles offrent une vue pénétrante sur un milieu donné, n’auraient ainsi jamais eu lieu sans certaines tactiques ou ruses typiques de la vie sociale ordinaire et sans une certaine indifférence au désaveu des milieux concernés.

3Dans certains cas, ce principe est d’autant plus inopportun qu’il met le chercheur en porte-à-faux avec ses collègues et les lecteurs habituels de textes de sociologie. Il en est ainsi, notamment, quand le milieu étudié semble renier des valeurs parmi les plus sacrées à leurs yeux, comme le respect de la diversité humaine, l’égalité de droit entre tous les individus, la liberté de recherche et d’expression artistique. Les militants et sympathisants des mouvements d’extrême droite entrent dans cette catégorie. Dès lors, participer à leurs fêtes et à leurs actions publiques, devenir proche de certains d’entre eux, au point de les inviter chez soi ou d’éprouver de la sympathie pour eux, comme ce fut mon cas de mi-1996 à mi-1999 en région parisienne, fait craindre une affinité d’esprit ou un embobinement contraires aux principes mêmes des sciences sociales. Si le compte rendu d’enquête, sous forme d’un livre (Bizeul, 2003) 4, a suffi à résorber les inquiétudes de ceux qui étaient au courant de cette étude, ce n’est pas toujours le cas pour les lecteurs les plus sourcilleux en matière morale et politique, car ce livre n’est pas une dénonciation des militants, ou de leurs idées, ou de leur parti. S’il fait état de l’animosité ambiante et des montages accusateurs contre les immigrés et les juifs et signale la présence des adeptes d’une France blanche, c’est néanmoins un monde relativement ordinaire que ce livre dépeint. Loin de constituer une anomalie de la vie sociale, ce monde est en continuité avec ce dont les lecteurs peuvent avoir l’expérience au travers de voisins, de collègues, de membres de leur famille ou au sein de groupes militants exposés à la lutte pour la prééminence et constitués de segments rivaux.

4Toutes les fois que je relate cette enquête, cependant, une même remarque incrédule m’est adressée : comment ai-je pu fréquenter des personnes aussi peu recommandables sans hauts-le-cœur et comment puis-je employer un ton aussi détaché, au point qu’il en paraît désinvolte, pour en parler ? Une réflexion s’y ajoute parfois : s’en tenir au principe de relater scrupuleusement ce qui est observé, sans mettre en valeur des conduites racistes et violentes et sans faire le lien avec les atrocités nazies, c’est offrir du Front national une image enjolivée, et, comme telle, dangereusement fausse ; c’est faire acte de complaisance et être sociologiquement dans l’erreur.

Un chercheur « socialisé à l’excès »

5Pour rendre raison de cette enquête, il me faut revenir sur ses aspects moraux, c’est-à-dire, en l’occurrence, sur ce qui la rend soupçonnable et répréhensible aux yeux d’une partie des lecteurs de sciences sociales, quand bien même ils en admettent le résultat. Le plus choquant, sans doute, est que j’ai pu aussi simplement laisser en suspens des valeurs jugées essentielles, jusqu’à mettre en péril ma propre assise morale, en me plaçant délibérément dans la peau d’un sympathisant du Front national. Pour accepter un tel péril, c’est que le ver était déjà dans le fruit, ont pensé certains collègues ; sans le savoir ni me l’avouer, j’étais un sympathisant en secret, qui n’aurait fait que rejoindre ce vers quoi il tendait au fond de lui. Les éléments biographiques présentés en début de livre peuvent alors être retenus à charge (un grand-oncle religieux favorable aux Allemands, un oncle engagé dans les armées coloniales, moi-même « catho tradi » jusque vers vingt ans), qu’importe mes explications sur le rôle décisif des nombreuses discussions avec des collègues concernant le choix de ce terrain d’enquête.

6Les mises en garde n’avaient pas manqué, pourtant, à de rares exceptions près, de la part de mes collègues, mes proches amis, les membres de ma famille : il fallait être suicidaire, me répétaient les uns et les autres, parfois avec colère ; il était hors de question qu’ils continuent à me fréquenter, ajoutaient quelques-uns. Non seulement je risquais de me faire « casser la gueule » et d’attirer des ennuis sur mes proches, mais surtout j’allais « perdre mon âme ». Dans les faits, je n’ai jamais eu à craindre pour ma sécurité physique, malgré quelques menaces sur le ton de la plaisanterie si je publiais des choses déplaisantes. Ainsi, quand je lui redis, au bout de deux ans, que je suis un sociologue, et non un DPS (membre du service de sécurité), comme il le croit, un ex-légionnaire connu pour ses excès de violence m’enserre la gorge et me dit en riant : « Tu sais ce qui t’attend si tu dis du mal de nous. »

7En revanche, j’ai bien succombé à un certain degré d’imprégnation idéologique, alors que j’étais persuadé d’en être indemne. Il a fallu les réactions renouvelées des proches collègues qui ont lu les premières versions du compte rendu pour m’amener à prendre conscience de ce conditionnement et en faire l’analyse. Avant d’aboutir à un compte rendu sociologiquement fondé, à la fin de 2001, j’ai ainsi rédigé trois versions différentes, à chaque fois empreintes de mes liens avec les militants. Le dé-conditionnement aura duré près de trois ans ; d’autres chercheurs ont fait face à une épreuve du même genre avant d’être à nouveau en phase avec les exigences de type scientifique 5.

8Les formes de cette emprise idéologique ont été suffisamment discrètes ou ambiguës pour que j’en nie en toute bonne foi la réalité au cours de cette étude. Mes réflexions sur la façon dont je m’y prenais ou aurais dû m’y prendre et sur les enjeux de ce travail me donnaient le sentiment d’être clairvoyant et maître de la situation d’enquête. Plusieurs passages des notes de terrain signalent ce mélange de naïveté et de lucidité, de vacillement identitaire et de double jeu consciemment mis en œuvre. Ils signalent aussi que je suis progressivement passé d’une position d’intrus, qui fait le point sur les tactiques et les risques de l’enquête, en avril 1996, à une position d’invité convenable, soucieux d’éviter les dissonances, un an plus tard. Ce n’est pas tant par volonté de double jeu que je me conduis désormais de la sorte que par inquiétude d’être déloyal envers mes hôtes, d’où la difficulté à combiner des actions de sens contraires, comme le suggère l’épisode du « vote blanc » lors des législatives de mai 1997.

[avril 1996] Je joue la carte « je suis votre voisin », « je suis facile à trouver », « je ne me défilerai pas », « je ne fais pas un coup de salope ». Position d’humilité et de bonne foi, « je ne connais pas votre monde », « je suis prêt à me laisser guider », « je ne cherche pas à faire un coup, je ne suis pas pressé, je m’y mets pour trois à cinq ans ».

[mai 1997] Il est question du vote prochain pour les législatives anticipées. M [un ami] demande à F [mon compagnon] pour qui il votera. F dit qu'il ne sait pas. M évoque le vote blanc en demandant si ça revient à voter pour le FN. F dit que ça revient à ne pas voter. M rapporte que la veille je lui ai dit que je voterai blanc. Fureur de F : « On commence blanc et on finit par voter fasciste. » Il m'intime de voter PS. Il a de la peine décidément à comprendre que je ne suis pas en mesure de prendre parti sans tricher en ce moment, car nécessairement en porte-à-faux.

[novembre 1997] Je repense à mes réactions avec le pasteur, responsable de l’association caritative, liée à la direction du FN, dont j’ai été un membre actif, me rappelant que j’étais de gauche, hier soir, et moi le déniant en partie. Je repense aussi à mes sentiments affectueux pour plusieurs des militants. Je me dis que je deviens « socialisé à l’excès ». C’est souhaitable pour le travail de terrain, car il existe des relations de confiance. Mais j’en suis troublé sur moi-même. En arrondissant les angles, en relativisant les obsessions des uns et des autres, sur les juifs, l’avortement, les étrangers, ou n’importe quoi, je n’ai aucune raison d’être réellement agressé et violemment en désaccord. Je peux me reconnaître dans une partie de leurs aspirations ou de leurs convictions : leur esprit de justice et de solidarité, leur souci de sécurité publique, leur sens de l’honneur (ainsi avec les harkis). De me sentir aussi proche de certains des militants, qui n’ont rien du fasciste répulsif, me trouble.

Des proches devenus « encombrants »

9Le travail d’enquête a impliqué par moments un dérèglement de ma personne, aspiré et rejeté que j’étais par chacun des bords, sans compromis possible. Le soir ou le week-end, j’étais sommé par mes amis de m’expliquer et de prouver que je n’étais pas devenu raciste, négationniste, ou embrigadé, en un mot, étranger à eux. De leur côté, s’ils ne m’ont pas questionné de façon incisive, les militants au courant de mon enquête ont fini par être irrités de ma présence affable et silencieuse, dont ils ne pouvaient que redouter le pire. À plusieurs reprises, refusant de s’en tenir à mes explications de sociologue sans parti pris, le pasteur s’est efforcé de me faire dire si j’étais un sympathisant ou un ennemi déguisé. Telle fois, il m’a fait miroiter des avantages après la venue au pouvoir du FN, telle autre fois, il a feint de découvrir en moi un envoyé de Ras l’front.

10Je m’étais préparé à la suspicion des militants, équivalente à celle existant dans nombre de situations d’enquête, pas à l’animosité de mes proches. Par la force des choses, je me suis progressivement installé dans une double vie, prenant soin de séparer les liens avec les militants et ceux avec mes amis. Chez moi, notamment, je me suis habitué à ne rien relater de mes fréquentations de la journée, car c’était risquer de m’entendre dire sur un ton acerbe : « Je sais, ils sont tous très sympathiques », ou, comme la fois où j’ai ramené un prix à la suite d’un concours de tir à la carabine à air comprimé : « Comme ça tu pourras faire des ratonnades. » Discuter d’un sujet d’actualité suffisait à réamorcer le soupçon que j’étais sous le charme des militants et envahi par leurs idées. Je me suis muré, au point de devenir inaccessible aux interrogations qui m’étaient adressées, y voyant seulement le signe que mes amis étaient obtus et soumis à l’atmosphère collective. Leur existence m’est devenue encombrante, par moments, car ils risquaient de s’immiscer dans mon autre vie et d’apparaître liés à moi aux yeux des militants, ce qui aurait pu compromettre mon enquête, vue leur allure, notamment pour l’un d’eux.

[mai 1997] Le samedi, j’ai décidé d’aller à Chartres dans l'espoir de voir Sophie au marché [elle est candidate aux législatives et a prévu une distribution de tracts]. F est mécontent que je veuille aller sans lui. La veille, j’ai aussi dit à M que s'il m'accompagnait il resterait à l'écart. Il n'est pas réveillé de toute façon quand je pars. Je ne souhaite pas être marqué par ma relation avec un grand métis avec locks plus jeune que moi et un peu dandy. Je crains un mouvement ou un propos critiques de l'un ou l'autre des militants et la réaction agressive de M en retour.

11Ces incompatibilités d’engagement relationnel sont inévitables dans nombre de situations d’enquête, dès que le mode de vie du chercheur s’oppose à celui qui est valorisé parmi ceux qu’il étudie. Une solution ordinaire est de mettre à profit la ségrégation spatiale et sociale existant entre des univers mutuellement incompatibles, ce qui évite le risque des malaises relationnels et des conflits moraux. Quand j’ai fréquenté les milieux nomades, je suis allé sur les terrains de stationnement et dans les caravanes, sans que la réciproque ait existé une seule fois. Je faisais raconter leur vie aux voyageurs, en m’efforçant d’obtenir des détails, et demeurais obstinément vague sur ma propre vie s’il arrivait à l’un ou l’autre de me poser des questions. L’étanchéité était parfaite. Même à Thérèse, une voyageuse avec laquelle ont existé des liens affectueux, et à qui j’ai rendu visite une fois par an jusqu’à sa mort, j’ai évité de dire ce qui aurait pu la choquer et la blesser dans son affection pour moi. Elle était au courant de beaucoup de choses sur ma famille, mon activité professionnelle, mes voyages à l’étranger, d’où je lui envoyais des cartes postales. Concernant la vie de couple ou la vie amoureuse, il lui a fallu m’accorder que je n’avais aucun mal à rencontrer les femmes que je voulais, même si elle a soupçonné la vérité, selon un éducateur, à savoir que je n’étais pas « porté vers les femmes ».

Un « néo-nazi » dans la rue d’à côté

12Dans le cas de l’étude sur le FN, c’est à proximité de chez moi que j’ai enquêté, sans véritable coupure d’avec ma vie ordinaire. J’avais à l’esprit que certains de mes voisins d’immeuble ou des rues alentours pouvaient être des militants ; le coiffeur de ma rue, lui-même gay, m’avait d’ailleurs indiqué que l’une de ses clientes avait des responsabilités au FN. Quand j’ai commencé à réaliser des interviews avec des militants du quartier, il m’a d’emblée paru naturel de leur laisser le choix du lieu ; à plusieurs reprises, ce fut chez moi. Par la suite, d’autres militants sont venus à mon domicile, deux d’entre eux à plusieurs reprises ; certaines fois, je les invitais à déjeuner.

13Si j’avais eu pleinement conscience dès le début de ce que cette situation pouvait impliquer, et, surtout, si j’avais été assez raisonnable pour en tirer les conséquences, il est probable que je n’aurais jamais adopté l’idée d’une enquête au sein du FN, à plus forte raison par immersion. Être homosexuel, vivre avec un copain dont le nom peut faire juif, héberger un grand Noir avec des locks qui fume des joints, c’était offrir toutes les marques d’un antagonisme viscéral. Me savoir ainsi discréditable a probablement fait peser sur mon travail un sentiment de peur et de fragilité. Cette évidence s’est brièvement imposée à moi, en tout début d’enquête, à la suite d’une interview avec un militant qui habite à quelques minutes de mon immeuble.

[juin 1996] Je viens de sortir de chez Z. Besoin de parler à quelqu’un. Choqué par ce que j’ai entendu et ce que ça implique. Ce type se déclare engagé dans une lutte de type racial et se dit à la fois raciste, antisémite, admirateur de Hitler. Écoutant certains de ses propos, qui excluent le côtoiement de toute personne de couleur, je me revoyais avec M, ou J, ou d’autres. Je m’imaginais ses réactions s’il le savait, et si en plus il me découvrait « pédé », forniquant avec des « nègres » ou des « Arabes ».

À un moment de l’interview, il m’a montré des photos de néo-nazis et de négationnistes aux visages tuméfiés, suite aux agressions du Betar [un groupe juif d’autodéfense] selon lui, puis m’a fait arrêter l’enregistrement. « La vengeance est un plat qui se mange froid », a-t-il dit nerveusement. De toute façon, une « guerre civile » est inévitable, déjà entamée à travers ce qui se passe dans les banlieues. Lui et ses amis ont tout le matériel nécessaire ; il y en a d’autres comme eux dans des réseaux ; ils seront conduits à tuer.

Ce jeune homme avenant de milieu aisé a des certitudes qui me mettent en état de choc, contraires à ma propre sensibilité, antagonistes de ma façon de vivre et de mes fréquentations. Je ne puis m’empêcher d’avoir à l’esprit le mot de « dangereux » pour le qualifier. Je me sens pouvoir être de la « merde » pour lui, être tenu pour répugnant, bon à éliminer peut-être même s’il pouvait un jour aller au bout de ses idées. Crainte d’être soumis malgré moi à des pensées semblables aux siennes, de voir M comme un « macaque », quand il m’irrite le soir et les jours suivants, de rejeter « les bâtardises » du rock, du jazz, du reggae, et de la peinture contemporaine, de nier ma propre homosexualité ou d’en faire une maladie dont je suis victime. En voiture sur la N 12 [vers Dreux] à la nuit tombée, fraction d’absence, sur le point d’aller dans le décor, tant je suis sous le choc. En fait, son objectif est celui d’une « purification ethnique », même s’il n’utilise pas la notion, et même si l’évoquer à propos de la France fait sursauter.

14Suite à cette rencontre, j’ai passé plusieurs jours à me demander si je ne devais pas stopper cette enquête encore à ses débuts. C’était la vie de ceux que j’aime, et ce à quoi je suis le plus attaché, qui se trouvait mis en cause, et menacé, à travers ces propos 6. Un de mes amis m’avait assuré qu’ils éliminaient physiquement les personnes gênantes, d’autres qu’ils pouvaient s’en prendre à mes proches pour m’intimider ou se venger de mon étude ; des scènes de films me sont revenues à l’esprit, notamment celles d’un film où Dustin Hoffman est poursuivi par d’anciens nazis (il s’agit de Marathon man). Rapidement, toutefois, j’ai repris mes esprits. Les militants de ce genre étaient sûrement minoritaires, me suis-je dit ; ils profitaient des occasions pour attirer l’attention sur eux et ainsi peser davantage.

15De fait, il existait des militants aux vues mesurées ; j’en avais rencontrés peu de temps avant dans le quartier ; ils m’avaient parlé de leur départ traumatisant d’Algérie, de leur confrontation à des jeunes d’origine immigrée, de leur horreur du communisme, de leur attachement aux formes traditionnelles de la foi, sans jamais émettre l’idée d’une France racialement pure, ou sans immigrés, de toute façon irréaliste. Aussi prosélytes et vindicatifs qu’ils aient été, les militants désireux d’une Franche blanche ne pouvaient avoir gain de cause dans la société française telle qu’elle existait, ai-je fini par me convaincre. Cependant, ils avaient une audience au sein du FN, notamment parmi les jeunes, et certains des dirigeants leur adressaient des signes manifestes d’approbation ; la formule de Le Pen sur « l’inégalité des races » a été un de ces signes.

16Ayant découvert l’existence d’autres militants « néo-nazis », et conduit à avoir des liens réguliers avec certains d’eux, je me suis abstenu d’en faire état auprès de mes amis. Il était inutile de les inquiéter et d’accroître leur animosité à mon égard ; de toute façon, je faisais en sorte qu’ils en sachent le moins possible concernant mon enquête. Ce secret difficile à partager a probablement contribué à me faire l’otage d’un devoir de protection envers ce cercle d’attachement mutuel ; une façon d’instaurer cette protection a été de m’assimiler plus avant parmi les militants, au point de passer pour un quasi-membre. Si je la savais bénéfique pour le travail d’enquête, cette proximité me permettait également de me sentir « comme un poisson dans l’eau », en quelque sorte libéré de l’inquiétude d’être rejeté ou agressé et de voir mes amis pris pour cibles. Mon isolement professionnel a également contribué à cette absorption par l’objet d’étude ; je voyais rarement mes proches collègues ; la plupart de toute façon désapprouvaient cette recherche et n’avaient pas l’expérience d’une enquête de ce genre ; les autres jugeaient complaisant l’aveu de perturbations personnelles.

17La certitude d’avoir acquis ma place parmi les militants, aussi réversible et ambigu que cela ait été, est ce qui m’a permis de redevenir moi-même et de parler de façon directe à plusieurs d’entre eux, qui me paraissaient ouverts d’esprit, à partir de la troisième année d’enquête. Les deux points de friction qui me tenaient à cœur, à savoir la couleur de peau et l’orientation sexuelle, me semblaient permettre de tester le degré d’acceptation d’autrui par ces militants. Je leur ai dit ce qu’il en était de ma situation. Aucun d’eux n’a paru choqué ; ils ont plutôt vu dans ma sincérité une marque de confiance à leur égard, ce qui était en partie le cas. Un de leurs plus proches amis était homo, m’a dit un jeune couple aux convictions catholiques ; son meilleur copain de stage était homo et juif m’a dit un autre, qui ne manquait jamais de me faire part de ses engouements néo-nazis ; chacun d’eux disait avoir « des amis de couleur », notamment des sympathisants du FN qu’il m’est arrivé de croiser.

18Avec les militants néo-nazis, la ligne de démarcation était claire, tout comme elle l’était avec les individus aux emportements vulgaires. Ce ne fut pas le cas avec d’autres militants, qui se distinguaient peu du tout venant des personnes de bonne compagnie, une fois entériné qu’ils étaient de droite, si ce n’est le fait qu’ils militaient au FN ou portaient ses couleurs lors des élections locales. Les manifestations réciproques de sympathie ont agi à la façon d’un baume, apaisant mes inquiétudes, rendant d’autant plus absurde l’exaspération de mes proches. La réalité du cadre dans lequel j’évoluais s’est estompée, au profit de la diversité directement observable des interactions. J’en ai oublié que le FN était une organisation doctrinaire, de fonds raciste et anti-humaniste, à la main de dirigeants usant des moyens usuels de la propagande pour faire exister leur entreprise, regrouper des adeptes en nombre suffisant, donner crédit à leur projet de société dans un cadre électoral.

19Du moins, ai-je toujours eu clairement à l’esprit que ce parti ne serait jamais le mien ; les propos du « néo-nazi » rencontré en début d’enquête m’ont d’emblée « vacciné » contre toute impression d’avoir à faire à un parti ordinaire, ou, du moins, à un parti pouvant s’accorder à ce qui est constitutif de ma personne.

20Cette étude a été une épreuve à laquelle je n’étais pas préparé, contrairement à ce que je croyais. Jusqu’à récemment, j’en ai sous-estimé la dureté, préférant donner l’image d’un chercheur resté maître de la situation et inflexible dans ses fidélités.

21Ce qu’il me semble avoir compris, au travers de cette épreuve quasi-initiatique, peu éloignée de celles affrontées ailleurs par d’autres chercheurs, ne pouvait probablement pas l’être par une enquête selon des principes usuels. Se perdre soi, au point de voir des étrangers dans ses propres amis et des semblables dans ceux qui se trouvent définis comme monstrueux du fait de leurs idées ou leurs affects, équivaut à passer de l’autre côté du miroir et à y rencontrer des personnages qui auraient pu être soi-même si les mouvements du monde et le point de naissance en avaient décidé. En cela, c’est être conduit à prendre abruptement conscience de la relativité socio-historique des choix moraux auxquels chacun est conduit ; et c’est devoir se faire à l’idée qu’il n’existe probablement pas d’individus purs, vertueux, altruistes sur un mode accompli, pas plus qu’il n’existe des bourreaux ou des agents de haine entièrement identifiables au Mal 7.

22Faire valoir ces principes d’un humanisme radical, et les mettre à l’épreuve dans les liens avec d’autres, en tant que sociologue, n’est en rien l’abandon de ses propres convictions. C’est, tout au contraire, les rendre plus lisibles. C’est, du même coup, être en mesure de mieux fonder ses engagements.

Haut de page

Bibliographie

Bizeul D. (2003), Avec ceux du FN. Un Sociologue au Front national, Paris, Éditions La Découverte

Blee K. M. (1998), « White-Knuckle Research : Emotional Dynamics in Fieldwork with Racist Activists », Qualitative Sociology, 21, 4, 381-399

Fine G. (1993), « Ten Lies of Ethnography. Moral Dilemmas of Field Research », Journal of Contemporary Ethnography, 22, 3, 267-294

Haggerty K. D. (2004), « Ethics Creep : Governing Social Science Research in the Name of Ethics », Qualitative Sociology, 27, 4, 391-414

Krieger S. (1991), Social Science and the Self. Personal Essays on an Art Form, New Brunswick (NJ), Rutgers University Press

Wax R. (1971), Doing Fieldwork. Warnings and Advice, Chicago (Ill), University of Chicago Press

Quelques autres textes en lien avec l’article

Bizeul D., « Le récit des conditions d’enquête. Exploiter l’information en connaissance de cause », Revue française de sociologie, 39, 4, 1998, 751-787

Bizeul D., « Faire avec les déconvenues. Une enquête en milieu nomade », Sociétés contemporaines, 33, 1999, 111-137

Bizeul D., « Que faire des expériences d’enquête ? Apports et fragilité de l’observation directe », Revue française de science politique, 57, 1, 2007, 69-89

Haut de page

Notes

1Ce texte doit beaucoup aux échanges avec Izabela Wagner, Jérôme Heurtaux et leurs étudiants des départements de sociologie et de science politique de l’université de Varsovie. Il a également bénéficié des remarques de Séverin Muller.
2Pour une vue récente de la situation, notamment au Canada, voir Haggerty, 2004.
3Voir par exemple Fine, 1993.
4. Dans ce livre sont relatées et analysées quelques-unes des anecdotes auxquelles il est fait allusion dans le présent article. Le premier chapitre présente les raisons qui m’ont fait retenir le FN comme lieu d’insertion, la façon dont se sont développés les liens avec les militants et certaines particularités d’ordre biographique sur lesquelles je me suis appuyé.
5Par exemple Wax, 1971, chap. 4 et Krieger, 1991, chap. 13.
6Pour une expérience similaire de la peur lors d’interviews avec des militants racistes adeptes de la violence, voir Blee, 1998.
7C’est une conclusion du même ordre à laquelle aboutissent un ethnologue détenu dans un camp des Kmers rouges (François Bizot, Le Monde, 16 avril 2005) et un romancier ex-reporter de guerre (Arturo Pérez-Reverte, Le Monde, 28 janvier 2007).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Bizeul, « Des loyautés incompatibles », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l'enquête de terrain, mis en ligne le 21 juin 2007, consulté le 27 août 2016. URL : http://sociologies.revues.org/226

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page