Navigation – Plan du site
Rationalités, référentiels et cadres idéologiques

Rationalités, référentiels et cadres idéologiques

Gérard Chevalier

Résumés

En s’appuyant sur les principaux paradigmes sociologiques, ce texte montre qu’à côté des grandes oppositions qui structurent le champ des sciences sociales (idées/structures, individu/société), l’alternative conscient/inconscient représente une difficulté incontournable. À considérer le débat sur les approches cognitives des politiques publiques, il apparaît que cette alternative trouve sa principale traduction dans l’opposition entre le caractère instrumental des idéologies, valeurs et croyances comme justifications ex post des décisions ou leur permanence comme structures mentales préréflexives. L’analyse des hésitations manifestées sur ce point par le modèle de Pierre Muller et l’examen des positions adoptées par différents politistes face à ce dernier, conduit à substituer la notion de cadre idéologique à celle de référentiel. Guidée à la fois par mes propres travaux sur la politique de la ville et par le souci de replacer les intérêts sociaux et les aspirations des acteurs au centre de l’analyse des décisions publiques, cette proposition entend saisir un niveau intermédiaire entre référentiel et habitus.

Haut de page

Texte intégral

1Qu’elle concerne les décisions publiques ou les actions individuelles, la théorisation sociologique de la rationalité se heurte à des difficultés auxquelles aucun paradigme n’a, à ce jour, apporté de solution indiscutable. Souvent implicite dans les recherches et parfois affrontée dans le cadre d’une théorie de l’individu, de l’action ou de la pratique, cette question doit son caractère irréductible à la relativité non seulement normative mais plus largement appréciative de la cognition. Cette idée n’est pas née d’hier. On peut en retrouver le principe dans la relation nécessaire qu’Emmanuel Kant posait entre l’usage des concepts et la faculté de juger, en reprenant les chapitres (entendement, jugement, raison) de la logique scolastique héritée d’Aristote. Bien que purement classificatoire dans la philosophie critique, le jugement, qui s’efforce d’ordonner « des représentations diverses sous une représentation commune » ou encore « de subsumer sous des règles » (Kant, (1781-1787), 1980) représente le préalable naturel de toute appréhension conceptuelle de la réalité. Qu’on l’identifie comme un « talent particulier » et inné à la manière d’Emmanuel Kant ou qu’on en analyse les modes opératoires suivant un ensemble de cadres subjectifs ou objectifs, il s’impose comme le lieu nodal de la rationalité des conduites. Rapporté aux modèles sociologiques existants, il ouvre un espace dans lequel peuvent prendre place l’ensemble des concepts médiateurs entre structures et pratiques, qui visent les conditions subjectives de l’appréciation : attitudes, habitus, dispositions, rôles, représentations, idéologies, frames, paradigmes et référentiels pour ne citer que les principaux.

2Pour paraître un peu abstraites, les lignes qui précèdent n’ont d’autre ambition que de tracer le cadre logique d’un problème plus général en sciences sociales, celui des oscillations générées par l’alternative conscient vs inconscient dans les principales théorisations des pratiques. Sans prétendre résoudre cette question de fond ni en saisir tous les aspects, cette contribution s’appliquera à en analyser les formes et les implications dans l’analyse des politiques publiques, avant d’exposer les raisons qui justifient le concept de cadre idéologique.

Finalités et valeurs

3Cette perspective impose de prolonger la discussion amorcée précédemment. Si l’on retient que l’identification des situations auxquelles les acteurs sont confrontés implique un jugement, alors il faut admettre aussi que des valeurs, croyances et représentations s’y trouvent engagées. Ce point ne justifie pas de longs développements. En un mot comme en mille, pour juger, apprécier ou, plus largement, donner un sens à une situation, il faut des critères. Implicites ou explicites, référables à une expérience antérieure ou acquis par d’autres voies, des schèmes d’interprétation sont mobilisés dans toutes les circonstances de l’existence. Partant et pour autant qu’un but puisse être défini, les moyens choisis sont, au moins en partie, le résultat de cette opération de déchiffrement. Certes, les moyens peuvent s’avérer justes alors que l’analyse de la situation était fausse ou l’inverse, mais pour suivre Raymond Boudon (2005), ils sont définis en fonction d’une théorie dont l’acteur est convaincu pour des raisons cognitives, c’est-à-dire suivant les ressources de connaissance accessibles dans son univers culturel. Même aberrantes, les conduites restent, selon lui, rationnelles du point de vue de l’acteur. Dès lors, aucun argument ne s’oppose à ce que les limites culturelles qui valent pour les deux niveaux précédents valent aussi pour les fins poursuivies. Outre qu’ils peuvent changer suivant l’évolution de la situation et la place qu’y occupent les individus, les buts qu’ils s’assignent, tout en restant « rationnels », n’en portent pas moins la marque de leurs caractéristiques culturelles.

4Comme on le conçoit, les réflexions sur ce thème ne peuvent ignorer la distinction wébérienne entre rationalité normative et rationalité par finalité. Au regard de la lecture « culturaliste » esquissée ici, il apparaît que la conception wébérienne a durablement imposé une vision téléologique des conduites, en transposant à la sociologie naissante le modèle du sujet conscient et calculateur de l’économie politique, discipline qu’enseignait Max Weber. Suivant ce schéma, des fins préexistantes conditionnent les moyens. Mais, même en restant dans ce cadre, l’idée d’une rationalité par valeur pose problème. En distinguant les actions répondant à un idéal – qui sont, en quelque sorte, à elles-mêmes leur propre fin – et celles motivées par des finalités, elle laisse échapper les logiques pratiques. Comme le soulignait Charles-Henri Cuin (2005), les acteurs peuvent avoir de bonnes raisons de croire ce qu’ils croient et de bonnes raisons objectives de faire ce qu’ils font, sans pour autant que les unes et les autres correspondent. Si l’on s’en tient au point de vue culturaliste, force est de reconnaître par ailleurs, que l’idée d’une « rationalité cognitive » récemment avancée par Raymond Boudon brouille la distinction wébérienne entre rationalité normative et rationalité par finalité. Elle conduit à admettre que des « croyances fortes » et donc des normes et des valeurs, guident aussi la définition des buts utilitaires ou instrumentaux.

  • 1  On pourrait d’ailleurs voir dans L’éthique protestante, la démonstration du processus historique pa (...)

5Mais encore faut-il reconnaître que l’héritage wébérien n’est pas facile à assumer. Comme l’activité traditionnelle ou affective, les rationalités ne valent que comme types idéaux, c’est-à-dire comme procédés d’analyse « purement expérimentaux » et provisoires, comme « concepts limites » construits pour guider la formulation des hypothèses (Freund, 1969). Dans l’esprit de son initiateur, la rationalité par finalité n’excluait pas certains rapports avec la rationalité par valeur. Dans les cas où les fins poursuivies au nom de tel ou tel principe sont inaccessibles à court terme, la rationalité des conduites peut s’apprécier au niveau du choix des moyens et de la planification de l’action 1. Charles-Henri Cuin notait également l’imprécision des frontières entre la rationalité normative et les routines, coutumes, traditions, conformismes, dont les valeurs de référence n’existent qu’à l’état latent. Si la thèse de la « rationalité pragmatique » qu’il défend repose essentiellement sur une vision du choix rationnel en termes de coût intellectuel minimal et de complexité des justifications à mettre en œuvre dans la plupart des pratiques impliquant des croyances, tout porte à croire que cette référence à l’idée d’une « boite noire » marque une inflexion parmi les tenants de l’individualisme méthodologique. Comme la « rationalité cognitive » de Raymond Boudon, elle lézarde les représentations intellectualistes de la pratique, en pointant l’existence de raisons qui échappent aux acteurs. Partant, ce débat montre qu’à côté d’autres grandes oppositions qui structurent le champ des sciences sociales (e.g. : individu/société, idées/structures), l’alternative conscient/inconscient représente une ligne de clivage en même temps qu’une difficulté permanente que les principaux paradigmes s’efforcent de négocier.

Conscient vs inconscient

6La sociologie de Max Weber n’y échappait pas plus qu’une autre. Comme il l’écrivait, les activités obéissant à une impulsion ou à la coutume s’opèrent dans une « obscure semi-conscience » ou dans la « non-conscience du sens visé » (Weber, 1921). La rationalité « métaconsciente » qui, pour Raymond Boudon, fonde les routines et la plupart des convictions suivant des « chaînes argumentatives » (Boudon, 2005) potentielles, traduit la même ambiguïté. Certes, l’individualisme méthodologique entend s’appuyer exclusivement sur la psychologie ordinaire et sur les compétences cognitives des acteurs, à l’exception de toute cause « occulte ». Bonnes ou mauvaises, les justifications posées à l’appui des croyances sont « fondées sur des arguments que le sujet a des raisons d’appréhender comme valides » (Boudon, 1997). De même, les croyances collectives sont-elles « l’effet agrégé » des croyances individuelles, moyennant le partage de raisons perçues comme fortes par l’ensemble d’un groupe. Mais, comme tous ses commentateurs, Raymond Boudon rappelle aussi que Max Weber considérait que le sociologue explique le sens des conduites par des motifs qui peuvent échapper aux acteurs. Vécus sur un mode intuitif, ils demandent à être « reconstruits ».

7Pour être moins prégnante dans la théorie de la rationalité limitée, cette difficulté n’y a pas moins sa place. Si l’on suit Michel Crozier et Erhard Friedberg, le rejet des perspectives déterministes et culturalistes présente toutes les apparences d’une position empiriquement fondée, notamment par leur incapacité à rendre compte des changements. Mais, au-delà de la théorie de l’action humaine – comme « processus actif » au cours duquel les individus parent au plus pressé en apprenant à se servir des instruments matériels et culturels à leur portée – le nécessaire « détour par l’intériorité des acteurs » (Crozier & Friedberg, 1977) qu’ils préconisaient aux chercheurs, débouche sur des nuances interprétatives comparables à celles rencontrées par la sociologie compréhensive et par les courants phénoménologiques, avec lesquels ils soulignaient d’ailleurs leurs liens. Au nom d’une représentation quasi-existentialiste de la liberté individuelle, les valeurs, croyances et attitudes sont vues comme des contraintes ou des ressources qui conditionnent les stratégies mais ne les déterminent pas. De fait, la conception des attitudes comme « orientations stratégiques » et plus généralement, la définition de tout ce qui ressortit à l’acquis culturel comme « instrument » ou « capacité » d’échange et d’action permet, comme les auteurs le soulignaient, de centrer l’analyse de l’action collective sur le « construit culturel » propre à chaque jeu étudié. Aussi respectable que soit cette démarche, sa formulation ne peut cependant éviter les ambivalences inhérentes à la représentation de la conscience. Bien que considérées comme instruments mobilisables au gré des circonstances et comme révélateurs des stratégies, les normes, valeurs et attitudes n’en agissent pas moins à l’insu des individus. Elles « conditionnent notamment pour une bonne part la perception que les acteurs auront des opportunités des jeux et surtout elles structurent leur capacité à s’en saisir » (Crozier & Friedberg, 1977, p. 407). De là à apparaître comme des déterminations inconscientes à part entière, qui interdisent aux protagonistes de voir certains aspects essentiels de leur action, il n’y a qu’un pas (Chevalier, 1996).

  • 2  Parmi de nombreuses citations de même sens, on peut notamment rapporter celle-ci : « c'est parce qu (...)

8Pour autant, il serait dommage de conclure ce point sans mentionner les ambiguïtés symétriques de la sociologie bourdieusienne. Dès la formation de sa théorie, Pierre Bourdieu 2 a fait sienne la posture d’extériorité adoptée par Émile Durkheim face aux « institutions sociales », c’est-à-dire par rapport à toute réalité collective s’imposant aux individus. Système de dispositions durables, transposables d’un univers à un autre et génératrices de conduites réglées et régulières, le concept d’habitus apparaît comme le symbole du réductionnisme déterministe à tous ceux qui privilégient les compétences cognitives et la liberté des acteurs. Cette assignation polémique, que conforte fréquemment un usage de la notion chimique de « propriété » peu attentif à la capacité des « agents socialisés » à jouer avec lesdites propriétés (e.g. : âge, statut, voire sexe), est cependant réductrice. Dans l’œuvre de Pierre Bourdieu comme dans la production scientifique qu’elle a suscitée, les structures mentales inconscientes saisies par l’habitus voisinent avec un ensemble de notions : intérêts, stratégies, capital, investissements, qui renvoient à l’action consciente des acteurs et à ses instruments. Comme le notait justement Catherine Paradeise (1988) cette reconnaissance de l’autonomie relative de l’action individuelle contraint à s’installer dans un « entre-deux conceptuel ». Chaque terme est alors qualifié de manière à s’accorder avec l’idée d’inconscient social : les anticipations et les calculs deviennent « implicites », la finalité des actions « sans fin », l’intentionnalité est « sans intention », les intérêts sont « objectifs » de même que les stratégies, les investissements et la rationalité sont « inconscients ».

9Cependant, si la théorie de la pratique développée par Pierre Bourdieu connaît des hésitations face à l’alternative conscient/inconscient qu’elle prétend dépasser, il faut souligner qu’en assumant une part de l’héritage marxiste, elle s’inscrit dans une problématique de la domination qui ouvre sur des aspects de la réalité sociale ignorés des théories d’inspiration cognitiviste ou utilitariste. Comme ensemble d’attitudes, de goûts et de dégoûts produits par tel ou tel milieu d’origine, c’est-à-dire comme incorporation d’une place dans une structure sociale, l’habitus est autant un principe générateur de pratiques et de représentations que de limites subjectives. Ayant « partie liée avec le flou et le vague » que Pierre Bourdieu considérait comme le « rapport ordinaire au monde » (Bourdieu, 1987), il décrit un mode d’orientation et d’appréciation qui balise ce qui est envisageable ou non, pensable ou non et contribue par là à ajuster les aspirations aux chances de leur réalisation.

10La difficulté à théoriser les rapports entre la conscience et la pratique pourrait trouver des illustrations dans nombre de sociologies sectorielles, qu’elles se réclament ou non d’un modèle théorique défini. Les travaux sur les politiques publiques présentent à cet égard l’intérêt d’être particulièrement sensibles à l’ambivalence relevée, notamment en raison des problèmes posés par la notion de référentiel introduite par Pierre Muller au début des années 1980.

Référentiels, paradigmes et représentations

  • 3  Pour un examen de différentes problématiques voir Jean-Pierre Gaudin (1999, pp. 103-130), et Paul A (...)

11De fait, l’univers de la décision publique semble peu propice à la recherche de facteurs inconscients. La représentation dominante de l’individu dans ce champ privilégie l’acteur plutôt que l’« agent socialisé », selon l’expression de Pierre Bourdieu. Modèle de la régulation croisée, théorie du choix rationnel institutionnel, perspectives pluralistes et utilitaristes, analyses des réseaux, de la gouvernance, problématiques de la régulation, advocacy coalition framework, une multitude d’approches 3 pourraient être exposées, auxquelles les questions de la genèse sociale des attitudes et de ses incidences sur les stratégies apparaissent étrangères. S’ils ont des intérêts, les protagonistes de l’action publique sont majoritairement envisagés suivant les présupposés de la « psychologie ordinaire » (Muller, 2000) dans le cadre de processus politico-administratifs appréhendés selon différents modèles interprétatifs.

12L’influence de cadres mentaux inconscients n’est certes pas une préoccupation absente de l’analyse des politiques publiques, mais elle prend des formes différentes de celles décrites plus haut. À considérer le débat sur les approches cognitives qui agite ce secteur depuis quelques années, il apparaît que l’alternative conscient/inconscient trouve sa principale traduction dans l’opposition entre le caractère instrumental (stratégique) des idéologies, valeurs et croyances comme justifications ex post adaptables aux contextes d’action ou leur permanence comme structures mentales préréflexives. Suivant cette seconde orientation, les textes de Pierre Muller flirtent depuis longtemps avec l’idée d’une influence externe s’imposant à la perception de acteurs. Initialement, son schéma d’analyse conjuguait les idées de régulation et de domination à deux niveaux : celui du « référentiel global », c’est-à-dire la vision du monde dominante à une époque et celui des « référentiels normatifs » ou « sectoriels », ensembles de représentations et de principes d’action définissant la philosophie économique d’un secteur d’activité. Les politiques publiques étaient vues comme le résultat d’un travail d’ajustement des seconds au premier. Concernant la formation du « référentiel global », il considérait qu’existait « une liaison forte et complexe entre la mise en place d’un nouveau système global de normes et l’émergence de nouveaux rapports de domination dans la société ». De même, en affirmant conjointement qu’un «référentiel normatif est une image sociale déformée à travers le prisme des rapports d’hégémonie sectoriels et globaux », il souscrivait, sans l’assumer explicitement, à l’idée selon laquelle les termes dans lesquels les représentants d’un secteur économique donné sont amenés à penser leur activité leur sont imposés sans qu’ils en aient une claire conscience (Muller, 1985).

13Plus tard, tandis que certains concepts (référentiel normatif, éléments de transaction) étaient abandonnés, la référence à cette conception a disparu au profit de considérations inspirées par l’ouvrage bien connu de Peter Berger et Thomas Luckmann (1966). Pour quelques années, l’accent fut mis sur la « construction du sens » dans les politiques publiques ou encore sur les changements de leur « contexte de sens ». En conduisant à référer les évolutions du référentiel global à une forme de « détermination structurelle » inéluctable.(Muller, 1995) et à concevoir les politiques publiques comme l’expression « d’une sorte de vérité du moment » (Muller, 2000), ce déplacement de perspective ne faisait que diluer dans l’air du temps le principe d’une orientation des consciences indépendante des volontés. Une fois épuisés les charmes du constructivisme, Pierre Muller est cependant resté fidèle à la conception d’un « espace de sens » (i.e. : référentiel global) qui « délimite des valeurs, des normes et des relations causales qui s’imposent comme un cadre cognitif et normatif pour les acteurs engagés dans la confrontation de leurs intérêts » (Muller, 2005).

14Souvent perçue comme « simple reproduction d’un discours dominant dont on évacue les mécanismes causaux essentiels » (Surel, 2000) et comme dépourvue de méthodologie fiable, l’approche par les référentiels ou par les matrices cognitives et normatives se relie cependant à l’idée d’inconscient social par un biais plus conforme à l’alternative énoncée. Pour Pierre Muller comme pour d’autres politistes tels que Bruno Jobert ou Yves Surel, les référentiels ont une dimension identitaire. L’engagement des protagonistes dans les processus de concertation ou de décision met en jeu leur existence en tant que groupe, « sur la base des représentations qu’ils ont d’eux-mêmes et de leur position sociale » (Surel, 2000). Avec des accents quasi-marxistes, Pierre Muller écrivait que le poids de cette détermination identitaire ne permettait pas à tel ou tel groupe d’acteurs de « construire n’importe quel système de croyances en fonction de ses besoins stratégiques, les croyances étant le résultats d’une interaction très complexe entre la place du groupe dans la division du travail et l’identité construite à partir de cette place » (Muller, 1995). Même s’il précisait plus récemment qu’un référentiel n’est pas assimilable à une forme d’idéologie puisqu’il ne concerne pas le monde social en général mais seulement que ce que doit être le « pilotage de la société » (Muller, 2005), il demeure que la relation posée entre la place dans la division du travail et les représentations que les acteurs publics ou privés ont d’eux-mêmes et de leur position sociale entre en résonance avec la conception matérialiste de l’idéologie. S’y trouvent engagées mécaniquement les idées de permanence structurelle et de genèse sociale. Si l’on ajoute le principe de la domination, auquel les chercheurs cités se réfèrent chacun à des degrés divers, il suit que la définition des référentiels mobilise des réflexes sociaux, des représentations stables que les acteurs ont de leur position et de leur rôle et dont ils n’ont pas la pleine maîtrise. Sans opérer ici un rapprochement contre nature avec le « rapport imaginaire des individus aux rapports réels sous lesquels ils vivent », selon un premier niveau de définition que Louis Althusser apportait à l’idéologie (Althusser, 1970), il s’avère que la référence conjointe aux conditions sociales de formation des représentations de l’identité et à l’idée de domination tire ce modèle d’analyse vers une conception de la conscience de soi et de la conscience tout court, partagée par une tradition sociologique qui court de Karl Marx à Pierre Bourdieu. Une remarque convergente pourrait être faite à propos du concept de représentation, que Pierre Moscovici définissait comme un système cognitif structurant l’appréhension de l’environnement et les conduites sociales (Moscovici, 1972).

15Une autre perspective mérite d’être mentionnée qui rejoint l’idée de cadres mentaux préréflexifs, moins par les profils individuels que par les cultures politiques nationales. Afin de saisir ce qu’il y a de spécifique dans les différentes manières « de sélectionner et d’interpréter les faits et de considérer que certains d’entre eux constituent des problèmes appelant des solutions politiques », François-Xavier Merrien fait l’hypothèse de « paradigmes sociétaux » qui surplombent la définition des faits dans chaque pays (Merrien, 1993). Ces « constructions sociales du monde à forte connotations éthiques, idéologiques, religieuses, économiques et politiques » éclairent, par exemple, les différences de fond qui séparent la citoyenneté universaliste à la française de la « citoyenneté divisée » propre à la société américaine. Suivant une définition comparable à celle apportée par Yves Surel (Surel, 1995) François-Xavier Merrien intègre à ce concept des traits fonctionnels soulignés plus haut. Les paradigmes manifestent une permanence structurelle et ils sont hors de prise de la conscience ordinaire. Ils participent « de représentations lourdes, tenaces, et qui ne sont pas explicites ». Les « schèmes cognitifs » qu’ils mobilisent comportent une dimension identitaire, car ils « engagent notre place dans le monde, la représentation de soi et du groupe auquel on appartient » (Merrien, 1993).

Les cadres idéologiques entre habitus et référentiels

16Les concepts de référentiel ou de paradigme ont été fait l’objet de lectures critiques dont on ne fera qu’évoquer différents exemples ici. Olivier Mériaux les considérait  comme un moyen d’occulter le rôle de l’idéologie dans la reproduction des rapports de domination mais les jugeait néanmoins utiles pour saisir comment les partenaires légitiment leurs pratiques (Mériaux, 1995). Moyennant certaines précautions, Gilles Pollet leur reconnaissait le mérite d’ajouter une dimension cognitive à l’étude des relations entre les administrations centrales et leur environnement (Pollet, 1995). Réinterprétés comme instruments de définition permanente des identités et des positions dans le cadre des réseaux d’action publique (Warin, 1995), ils ont aussi été estimés inadaptés à l’étude des gestions locales en raison des multiples enjeux qui les transforment en « rhétoriques consensuelles » à usage communicationnel (Faure, 1995).

17Toutefois, un article rédigé par deux jeunes chercheurs, propose une mise en cause plus radicale de la perspective cognitive (Desage & Godard, 2005). Assimilant idéologies, référentiels, paradigmes et autres matrices cognitives à des variantes de l’idéalisme, les auteurs se proposent de questionner le rôle de variable indépendante dévolu aux idées dans les travaux qui utilisent ces concepts. Selon une inspiration stratégique classique, ils considèrent les systèmes de valeurs ou les idéologies comme des « ressources pour bâtir l’équilibre d’un système » et légitimer les pratiques par une « mise en récit » rétrospective. Face à ces « répertoires mobilisables au gré du contexte », l’importance accordée aux discours des acteurs et la forte « résonance » qu’ils trouvent dans les analyses cognitivistes les conduisent à une interrogation sur les biais méthodologiques imputables à la place secondaire dévolue aux pratiques. De même, mettent-ils en doute certaines notions à l’interface des registres politico-administratifs et scientifiques, telles que « partenariat », « communauté de sens » ou « apprentissage ».

18Inscrit dans une veine connue, ce texte doit cependant plus sa capacité de conviction aux résultats de l’investigation dont il est tiré qu’à ses innovations théoriques. Il s’appuyait sur l’analyse du transfert, dans le Nord-Pas-de-Calais, d’une méthode danoise de formation professionnelle consistant schématiquement à former des chômeurs pour remplacer des salariés en poste, pendant que ceux-là suivent une formation aux nouvelles technologies. À l’encontre des idées de référentiel et de « communauté de sens », les résultats et l’évolution du dispositif mis en place montrent que les partenaires publics ou privés ne se sont engagés que dans la mesure où « leurs intérêts et leurs représentations spécifiques » étaient préservés. Pour le Conseil régional, il importait de marquer son « volontarisme » en matière d’emploi mais aussi d’affecter les fonds d’État consacrés au transfert d’expériences européennes, ligne budgétaire qui risquait d’être supprimée dans le prochain contrat de plan État-région.

19Plus qu’une mobilisation des entreprises, le dispositif a, par ailleurs, principalement impliqué des structures de représentation : chambres consulaires, syndicats patronaux et organisations de branches professionnelles sans prise directe sur les politiques de recrutement. Les petites sociétés en difficulté qui ont participé à ce programme en ont essentiellement retenu la possibilité de former des chômeurs en alternance, en bénéficiant d’un « surcroît de main d’œuvre à coût quasi-nul ». Enfin, selon un processus bien connu, le rôle des structures de pilotage s’est limité à l’élaboration des projets et à la construction des partenariats, au détriment des mises en œuvre et de l’évaluation. Fidèles leur ambition démystificatrice, les auteurs concluent que le programme étudié a essentiellement fonctionné comme une « ressource permettant d’attirer l’attention – et les financements – des pouvoirs publics et permis à ses animateurs successifs de se poser […] comme promoteurs d’un savoir-faire innovant » contre le chômage.

20Pour apparaître tranchée, leur position n’est cependant pas exempte d’ambiguïtés et d’approximations. La lecture qu’ils font de l’implication des différents protagonistes montre en particulier que leur intention critique débouche sur les mêmes apories que les modèles sociologiques considérés plus haut. Certes, on ne peut que souscrire à leur souci de privilégier les pratiques en se défiant des déclarations des acteurs, sources d’illusions cognitivistes. Suivant cette voie, leur description des utilisations politiques du dispositif de formation professionnelle par les élus départementaux et régionaux rejoint des observations plus anciennes concernant l’instrumentalisation du discours sur la ville par les maires (Chevalier, 1996). Mais, en affirmant que « l’étude des politiques locales ne peut faire l’économie d’un examen attentif des intérêts positionnels et de leur confrontation au sein de configurations et de rapports de forces complexes…», les auteurs mettent le doigt dans l’engrenage logique qui va des positions sociales aux intérêts, via l’ensemble des considérations attachées aux rapports entre la conscience et les conditions d’existence. Leur intention d’identifier les « régimes de croyance » des acteurs locaux – ce qui mène inévitablement à distinguer des modalités d’adhésion et donc des sources de variation – manifeste également l’impossibilité d’évacuer ce registre médian.

21La même difficulté se retrouve, sous une forme plus symptomatique encore, à travers la contradiction entre la volonté de mettre en question le « prisme idéaliste » et la lecture des stratégies rapportée plus haut. Il est en effet malaisé de concevoir à la fois que les différents protagonistes ne s’engagent que dans la mesure où ils préservent « leurs représentations spécifiques » et que les idées jouent un rôle secondaire dans leur action. Souligner l’utilisation instrumentale des rhétoriques d’action publique revient, en ce sens, à admettre l’efficace de référentiels divergents et à en réaffirmer le principe plutôt qu’à l’infirmer.

22Pour autant, ces objections n’enlèvent que peu aux qualités de ce travail. Outre les aspects déjà soulignés, il présente l’intérêt d’étendre la critique au constructivisme, perspective qui fournit un mode d’intelligibilité consensuel à tout un ensemble de travaux traitant de la part idéelle des formes d’action ou d’existence collective. Les auteurs s’interrogent en particulier sur la réalité des processus d’apprentissage en matière d’action publique ainsi que sur le rôle des « forums », « arènes » et autres « scènes partenariales », dans la définition des thèmes d’intervention. Bien que cette question ne soit que très brièvement évoquée, Fabien Desage et Jérôme Godard ont sur les instances de concertation des formulations : « partage d’un certain nombre d’objectifs ou de connivences (qui) ressemblent souvent à une condition d’entrée préalable », « inégalité d’accès à ces forums », acteurs « acquis dès le départ à l’opération », qui posent implicitement l’influence de lectures prédéfinies des problèmes ainsi que l’existence de fonctionnements en réseau soumis à des codes spécifiques.

23À l’inverse de leur intention déclarée, ces observations militent en faveur de l’influence de systèmes de valeurs et de représentations plus efficacement encore que les balancements soulignés précédemment. Car, au delà des orientations propres aux participants pris individuellement, les formes de filtrage, de reconnaissance et de cooptation évoquées mettent en jeu des profils indissociablement sociaux et idéologiques, Comme l’avait déjà souligné Jean-Pierre Gaudin, ce sont sinon les mêmes, du moins des protagonistes aux trajectoires et aux caractéristiques comparables, qu’on retrouve dans les différentes instances de concertation locales (Gaudin, 1999). Au niveau central, un réseau de sensibilités idéologiques et éthiques formé dans les mouvements de contestation des années 1970 a maintenu contre vents et marées les fondements doctrinaux de l’action « sociale urbaine » pendant plus de deux décennies (Chevalier, 2005).

  • 4  Bien que le concept de référentiel ait été conçu pour l’analyse de l’action d’État et des politique (...)

24Cette permanence des idéologies, cadres normatifs et cognitifs, systèmes de représentations, etc., comme structures mentales conduit à proposer le concept intermédiaire de cadre idéologique. La dimension identitaire que Pierre Muller et Yves Surel conféraient au concept de référentiel (cf supra) et le lien qu’ils posaient avec la position des groupes concernés dans une division du travail l’inscrivent dans le même registre. L’un et l’autre renvoient à l’idée d’une vision des problèmes et de leurs solutions imposée sur un mode préréflexif comme naturelle ou « normale » par ladite position. Mais, outre que les référentiels décrivent un ensemble de représentations limité, selon leur champ d’application, au « pilotage de la société » ou au fonctionnement d’un secteur d’activité particulier, ils laissent échapper des facteurs susceptibles d’en modifier la réception et l’application. S’ils mettent l’accent sur l’opposition des logiques d’expertise et des rôles sociaux, ils peinent à rendre compte des effets de domination et de l’influence des aspirations ou des groupes de référence dans la représentation de soi et de ses intérêts 4. Aspects vers lesquels le concept de cadre idéologique apparaît plus à même d’orienter l’analyse et que des notions issues de la distinction marxiste entre l’objectif et le subjectif telles que fausse conscience, aliénation ou illusio, se sont efforcées de saisir.

  • 5  On  peut ajouter que l’ambition d’embrasser toutes les occurrences de situation contraint Erving Go (...)
  • 6  Sur la variété des cadres (e.g. : cadres des droits, cadre d’injustice, cadre du pluralisme culture (...)

25La référence à la place des acteurs dans une organisation sociale démarque également cette conception de la frame analysis d’Erving Goffman. Conformément à la perspective interactionniste, ce volumineux système conceptuel repose sur une représentation de la société comme espace unifié par un ensemble de ressources cognitives communes. En tant que principes d’identification des évènements et guides de l’engagement individuel, les cadres de l’expérience visent un moyen terme entre une phénoménologie des pratiques ordinaires et une vision structurale des conditionnements sociaux. À la fois subjectifs et objectifs, ils gouvernent les évènements en suscitant un travail d’ajustement des conduites à la réalité. Outre les difficultés inhérentes à l’alternative fonction instrumentale des idées/cadres mentaux, ce modèle souffre cependant de l’absence de mise en perspective des catégories de perception. Car, bien qu’il puisse formellement être articulé à une caractérisation sociale des attitudes 5, il ne s’agit pas seulement de considérer les « inégalités de ressources dans la maîtrise des situations » comme l’écrivait Nathalie Heinich (Heinich, 1991), mais d’inscrire la relativité sociale des représentations et des jugements parmi les postulats de l’analyse des cadres mentaux. Selon toute vraisemblance, cette erreur de perspective est à l’origine de l’application « homogénéisante » et « réificatrice » qui a été faite du concept de cadre dans l’analyse des mouvements sociaux. Avec à la clef, la mise en œuvre de toute une casuistique de « l’alignement des cadres » (connexion, amplification, extension, transformation) dans l’explication des mobilisations et une profusion des cadres mis en avant par la littérature américaine sur l’action collective 6.

26À la différence de ceux-là, le concept de cadre idéologique présente l’intérêt d’impliquer à la fois les conditions de vie ou d’activité, les représentations de la position sociale et la vision du monde. De façon moins constitutive que les habitus mais plus structurante et générale que les référentiels, il décrit un tropisme qui conduit à voir ou à ne pas voir, en toute bonne foi, tel ou tel aspect du fonctionnement sociétal, à travers le prisme d’une construction intellectuelle liée aux intérêts sociaux et aux valeurs de son milieu d’appartenance. S’attarder longuement sur l’objection parfois opposée à la théorie de l’habitus, selon laquelle cette problématique est incapable d’expliquer les changements de conduite (Bouffartigue, 2004) reviendrait à conférer aux cadres idéologiques plus de permanence qu’ils n’en ont. Pour être générateurs de représentations et de pratiques, ils ne peuvent prétendre à la même stabilité que les dispositions acquises dans le milieu d’origine. Ce qui, en raison de la variété des influences susceptibles de s’exercer, implique d’admettre leur hétérogénéité interne ainsi que l’existence de régimes de conviction variables dans le temps et d’un individu à l’autre, aspects que seule l’analyse des caractéristiques sociales et culturelles peut aider à comprendre.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Althusser L. (1970), « Idéologie et appareils idéologiques d’État », La Pensée, n°151

Berger P. & Luckmann T. (1966), The Social Construction of Reality, New-York, Éditions Doubleday, réédition La Construction sociale de la réalité, Paris, Éditions Méridiens-Klincksiek, 1986

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Boudon R. (1997 ), « L’explication cognitiviste des croyances collectives », dans Boudon, R., Bouvier A & F. Chazel, Cognition et sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France
DOI : 10.7202/1002223ar

Boudon R. (2005), « "Le vernis logique" à manier avec précaution », Revue française de sociologie, n°46-3

Bouffartigue P. (dir) (2004), Le Retour des classes sociales. Inégalités, dominations, conflits, Paris, Éditions La Dispute

Bourdieu P. (1965), Un Art moyen, Paris, Éditions de Minuit

Bourdieu P. (1972), Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Éditions Droz

Bourdieu P. (1987), Choses dites, Paris, Éditions de Minuit

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Chevalier G. (1990), « Administrations de mission et luttes d’influence. Le cas du secteur socio-préventif », Revue française de sociologie, XXXI-3
DOI : 10.2307/3322288

Chevalier G. (1996), « Volontarisme et rationalité d’État », Revue française de sociologie, XXXVII-2

Chevalier G. (2005), Sociologie critique de la politique de la ville. Une action publique sous influence, Paris, Éditions L’Harmattan

Crozier M. & E. Friedberg (1977), L’Acteur et le système, Paris, Éditions du Seuil

Cuin C.H. (2005), « Le paradigme cognitif : quelques observations et une suggestion », Revue française de sociologie, 46-3

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Desage F. & J. Godard (2005), « Désenchantement idéologique et réenchantement mythique des politiques locales », Revue française de science politique, vol 55, n°4
DOI : 10.3917/rfsp.554.0633

Faure A., Pollet G. & Ph. Warin (dir) (1995), La Construction du sens dans les politiques publiques. Débats autour de la notion de référentiel, Paris, Éditions L’Harmattan

Freund J. (1969), Sociologie de Max Weber, Paris, Presses universitaires de France

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Gaudin J.-P. (1995), « Politiques urbaines et négociations territoriales. Quelle légitimité pour les réseaux de politiques publiques ? », Revue française de science politique, vol 45, n°1
DOI : 10.3406/rfsp.1995.403501

Gaudin J.-P. (1999), Gouverner par contrat. L’action publique en question, Paris, Presses de Sciences Po

Heinich N. (1991), « Pour introduire à la cadre-analyse », Critique, n°535

Jobert B. (1981), Le Social en plan, Paris, Éditions Ouvrières

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Jobert B. (1985 ), « L’État en action. L’apport des politiques publiques », Revue française de science politique, vol 35, n°4
DOI : 10.3406/rfsp.1985.394207

Jobert B. (1995), « Rhétorique politique, controverses scientifiques et construction des normes institutionnelles : esquisse d’un parcours de recherche », dans Faure A., Pollet G. & Ph. Warin (dir), La Construction du sens dans les politiques publiques. Débats autour de la notion de référentiel, Paris, Éditions L’Harmattan

Jobert B. et Muller P. (1987), L’État en action. Politiques publiques et corporatismes, Paris, Presses universitaires de France

Kant E. (1980), Critique de la raison pure (1781-1787), Paris, Éditions Gallimard

de Lara Ph. (1997), « Un mirage sociologique. La construction sociale de la réalité », Le Débat, n°97

Mathieu L. (2002), « Rapport au politique, dimensions cognitives et perspectives pragmatiques dans l’analyse des mouvements sociaux », Revue française de science politique, vol 52, n°1

Mériaux O. (1995), « Référentiels, représentations(s) sociale(s) et idéologie », dans Faure A., Pollet G. & Ph. Warin (dir), La Construction du sens dans les politiques publiques. Débats autour de la notion de référentiel, Paris, Éditions L’Harmattan, 1995

Merrien F.-X. (1990), « État et politiques sociales : contribution à une théorie néo-institutionnaliste », Sociologie du travail, n°3

Merrien F.-X. (1993), « Les Politiques publiques entre paradigmes et controverses », dans Les Raisons de l’action publique. Entre expertise et débat, Paris, Éditions L’Harmattan

Moscovici P. (dir) (1972), Introduction à la psychologie sociale, Paris, Éditions Larousse

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Muller P. (1985), « Un schéma d’analyse des politiques sectorielles », Revue française de science politique, vol 35, n°2
DOI : 10.3406/rfsp.1985.396182

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Muller P. (1992), « Entre le local et l’Europe. La crise du modèle français de politiques publiques », Revue française de science politique, vol 42, n°2
DOI : 10.3406/rfsp.1992.404297

Muller P. (1995), « Les politiques publiques comme construction d’un rapport au monde », dans Faure A., Pollet G. & Ph. Warin (dir), La Construction du sens dans les politiques publiques. Débats autour de la notion de référentiel, Paris, Éditions L’Harmattan

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Muller P. (2000), « L’analyse cognitive des politiques publiques : vers une sociologie politique de l’action publique », Revue française de science politique, vol 50, n°2
DOI : 10.3406/rfsp.2000.395464

Muller P. (2005), « Esquisse d’une théorie du changement dans l’action publique. Structures, acteurs et cadres cognitifs. », Revue française de science politique, vol 55, n°1

Paradeise C. (1988), « Acteurs et institutions. La dynamique des marchés du travail », Sociologie du travail, n°1

Pollet G. (1995), « Analyse des politiques publiques et perspectives théoriques », dans Faure A., Pollet G. & Ph. Warin (dir), La Construction du sens dans les politiques publiques. Débats autour de la notion de référentiel, Paris, Éditions L’Harmattan

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Sabatier P.-A. & E. Schlager (2000), « Les approches cognitives des politiques publiques : perspectives américaines », Revue française de science politique, vol 50, n°2
DOI : 10.3406/rfsp.2000.395465

Surel Y. (1995), « Les politiques publiques comme paradigmes », dans Faure A., Pollet G. & Ph. Warin (dir), La Construction du sens dans les politiques publiques. Débats autour de la notion de référentiel, Paris, Éditions L’Harmattan

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Surel Y. (2000), « L’intégration européenne vue par l’approche cognitive et normative des politiques publiques », Revue française de science politique, vol 50, n°2
DOI : 10.3406/rfsp.2000.395466

Warin Ph. (1995), « Les politiques publiques, multiplicité d’arbitrages et construction de l’ordre social », dans Faure A., Pollet G. & Ph. Warin (dir), La Construction du sens dans les politiques publiques. Débats autour de la notion de référentiel, Paris, Éditions L’Harmattan

Weber M. (1964), L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Éditions Plon

Weber M. (1995), Économie et société, Paris, Éditions Plon (1ère édition 1921)

Haut de page

Notes

1 On pourrait d’ailleurs voir dans L’éthique protestante, la démonstration du processus historique par lequel une rationalité par valeur a produit de la rationalité par finalité, si Max Weber n’avait pris soin de distinguer le « système de pensée » ou les « bénéfices psychologiques » d’une éthique ancrée dans la religion. Cf. également Weber, 1964, p. 57.
2 Parmi de nombreuses citations de même sens, on peut notamment rapporter celle-ci : « c'est parce que les sujets ne détiennent pas toute la signification de leurs comportements comme donnée immédiate de la conscience et que les comportements enferment toujours plus de sens qu'ils ne le savent et ne le veulent, que la sociologie ne peut être une science purement réflexive accédant à la certitude absolue par le seul retour sur l'expérience subjective et qu'elle peut être, du même coup, une science objective de l'objectif (et du subjectif) c’est à dire une science expérimentale… » (Bourdieu, 1965, pp. 18-19).
3 Pour un examen de différentes problématiques voir Jean-Pierre Gaudin (1999, pp. 103-130), et Paul A Sabatier et Edella Schlager (2000).
4 Bien que le concept de référentiel ait été conçu pour l’analyse de l’action d’État et des politiques publiques en particulier, Bruno Jobert et Pierre Muller posaient cependant le problème de l’identification des intérêts sociaux lorsqu’ils soulignaient les tentations contradictoires : solidarités entre pairs ou alliances multistatuts, entre lesquelles oscille la construction des allégeances collectives. (Jobert & Muller, 1987, pp. 37-38).
5 On  peut ajouter que l’ambition d’embrasser toutes les occurrences de situation contraint Erving Goffman à une sur-production de notions : cadres primaires, modes, fabrication, cérémonie, re-transformation, stratification, activités franches, etc., qui confère à sa théorie un degré de complexité au moins équivalent à celui de la réalité qu’elle prétend saisir. Ce qui contredit le principe premier de toute théorie scientifique.
6 Sur la variété des cadres (e.g. : cadres des droits, cadre d’injustice, cadre du pluralisme culturel, cadre du terrorisme sexuel, etc.) recensés outre-atlantique et pour une analyse éclairante des applications de la théorie goffmannienne en sciences politiques, voir Lilian Mathieu (2002).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Chevalier, « Rationalités, référentiels et cadres idéologiques », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Rationalités, référentiels et cadres idéologiques, mis en ligne le 27 avril 2008, consulté le 20 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/2023

Haut de page

Auteur

Gérard Chevalier

Laboratoire Cultures et Sociétés Urbaines – CNRS - chevaliergerard@neuf.fr

Articles du même auteur

Haut de page