Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison mai 2017

En publiant un dossier consacré à l’Amérique latine, entièrement rédigé par des auteurs latino-américains, SociologieS entend témoigner son souci d’échapper à ce qui pourrait devenir un « risque » ou un « carcan », celui d’une sociologie francophone s’intéressant aux seuls pays francophones. Coordonné et introduit par Marc Breviglieri, Paola Diaz et Gabriel Nardacchione, le dossier donne la parole à des chercheurs qui, en raison de liens avec la sociologie pragmatique française, ont passé une partie de leur carrière dans les pays francophones et en maîtrisent donc la langue. Dans la première contribution, Fabio Reis Mota propose une approche comparative de l’acceptation de « l’autre » en France – les Antillais – et au Brésil – les Noirs et les autochtones. L’article de Pia V. Rius s’intéresse aux spécificités des engagements associatifs en Argentine. C’est à la complète dégradation des services publics au Vénézuela que Pedro José García Sánchez consacre son approche ethnographique. Sebastián Pereyra propose ensuite une analyse des scandales politiques liés à la dénonciation de la corruption en Argentine, en insistant notamment sur le rôle des médias. Les réformes du système éducatif argentin sont analysées par Gabriel Nardacchione sous l’angle des stratégies pour les promouvoir ou pour les freiner, notamment au travers des enjeux de financement. Consuelo Biskupovic s’intéresse aux engagements citoyens portant sur la préservation de la nature en réfléchissant à la place que peut y occuper l’affirmation de « l’amour de la nature ». Le texte proposé par Jussara Freire porte sur le combat de mères dont les enfants ont été assassinés par la police dans les favelas de Rio de Janeiro. Et, enfin, Paola Diaz réfléchit aux différents régimes de publicisation des crimes politiques au Chili, en s’intéressant particulièrement à la difficile articulation entre les exigences d’objectivation propres à au traitement public de la torture et sa nature même.

 

Un deuxième dossier, coordonné et introduit par Joan Stavo-Debauge, Marta Roca i Escoda et Cornelia Hummel enrichit la rubrique « La recherche en actes ». Il s’intéresse à une question peu investiguée, alors que les chercheurs s’y trouvent régulièrement confrontés : les « ratés du terrain ». Cherchant à analyser la question de la vieillesse en milieu carcéral, Cornelia Hummel montre les obstacles et les impossibilités qu’elle a rencontrés dans un milieu où la vieillesse demeure un « impensé ». Valérie Rolle évoque ensuite les aléas et les coûts de l’entrée dans un milieu, celui des bikers, à mille lieues de ses propres attachements normatifs. L’article de Miriam Odoni s’intéresse aux inconforts d’une recherche dans un milieu en crise, celui des bibliothécaires confrontés à la montée des technologies numériques et aux effets des ambiguïtés quant à son propre positionnement. Comment être à la fois bergère et anthropologue, tout en développant des recherches sur ses propres activités : tel est l’objet des réflexions proposées par Émilie Richard-Frève. À partir d’une analyse rétrospective de ses enquêtes dans les milieux hospitaliers, Clara Barrelet attire l’attention sur le potentiel heuristique des ratés. Dans le même ordre d’idées, analysant de manière comparative les associations de lutte contre les violences conjugales en France et aux États-Unis, Pauline Delage montre comment les difficultés qu’elle a rencontrées aux USA ont été pour elles éclairantes quant à la constitution des problèmes publics dans les deux pays. Enfin, Pierre Verdrager propose une réflexion plus générale sur son expérience des ratages, leur inévitabilité et leur potentielle productivité.

 

Pour terminer, deux textes complètent la rubrique « Théories et recherches ». À partir des études de Jean Starobinski sur Montaigne, Rousseau et Stendhal, Éric Gagnon retrace ce qu’il appelle les « aventures de la subjectivité », nous montrant comment et en quoi les analyses de la littérature peuvent nous éclairer sur la subjectivité moderne et contemporaine. Dans leur contribution, Philippe Deuffic et Jacqueline Candau montrent comment la problématique du bois mort, au départ politiquement « insignifiante », a progressivement gagné en vraisemblance et en légitimité, pour s’imposer comme un référentiel crédible des politiques de gestion de la nature.

Derniers textes