Navigation – Plan du site
La consistance des êtres collectifs. Mode(s) d’existence, dilemmes ontologiques et politiques

Micropolitique d’un être collectif. Variation sur l’institution européenne

Micropolitics of a collective being. Variation on the European institution
Yann Bérard

Résumés

Le terme micropolitique ne fait pas directement référence à un pouvoir localisé ou à ses points d’application. Sa connotation spatiale est consécutive à sa fonction politique. Chez Gilles Deleuze et Félix Guattari, l’adjectif désigne ce qui fait à la fois coupure et couture avec l’horizon politique, selon des modalités d’assemblage définies par les « centres de pouvoir » qui ont en charge d’assurer la coordination et le contrôle des activités sociales. Transposée à la catégorie des objets institutionnels tels que l’Union européenne, l’entrée micropolitique conduit à prendre au sérieux le travail de traduction et les possibilités d’agir sur le monde à distance qui siéent aux agencements du pouvoir de cet être collectif. À partir d’une enquête ethnographique menée dans un bureau d’études spécialisé dans l’aide au développement, cette contribution explore l’hypothèse d’un lien consistant entre la nécessité de gouverner à une « bonne » échelle et la mobilisation d’une ingénierie de services modernes dédiée à des services de l’administration communautaire. L’opportunité de développer cette approche à d’autres êtres collectifs est interrogée.

Haut de page

Texte intégral

Contrepoint pragmatique

1Au cours de ces dernières années, des sociologues aux sensibilités variées se sont intéressés à l’Europe, prenant pour certains d’entre eux leur distance avec une spécialisation des études européennes jugée parfois trop excessive (Leonardi, 2007), à laquelle il pouvait être reproché de n’arpenter que la face émergée de l’« iceberg européen » (Favell & Guiraudon, 2009). Ce geste trouve écho avec celui que visait déjà, à la fin des années 1990, le développement d’une approche constructiviste des études européennes (Christiansen, Jørgensen & Wiener, 1999). L’objectif était celui de privilégier l’étude sociologique des variations politiques dans l’Union européenne (UE), au lieu de se limiter à son seul fonctionnement institutionnel, au sens où l’intégration européenne était supposée avoir un « impact transformationnel » sur le système politique des États membres. Par là, il s’agissait de sortir des débats entre inter-gouvernementalistes, qui présupposent l’absence de changement (les institutions européennes décrites comme des « créatures nationales » chargées de remplir des objectifs politiques définis par leurs « commanditaires nationaux ») et comparatistes, qui inscrivent les institutions de l’UE comme l’aboutissement d’un changement déjà réalisé. À cet égard, l’idée était non seulement de contrebalancer une tendance à l’hyperspécialisation des études européennes, alors en pleine expansion, mais aussi de redonner une consistance à l’UE, cet être collectif réputé pour son caractère lointain et abstrait. Les auteurs « constructivistes » proposaient ainsi d’examiner de plus près les processus d’européanisation qui sous-tendent l’existence de l’institution européenne. De cette initiative théorique découlait la nécessité de mobiliser d’autres cadres d’analyse et d’envisager d’autres domaines d’investigation, en termes de règles, de normes, d’identité, de valeurs, de discours, etc.

2Si elle demeure minoritaire dans le paysage actuel des European studies, la sociologie n’y est cependant plus en reste. Ann Zimmermann et Adrian Favell dressent un état des lieux selon trois grandes approches sociologiques de l’UE : la première s’inspire de Jürgen Habermas et met à l’épreuve l’hypothèse d’un « espace public européen » à partir d’études principalement quantitatives, sur les médias ; la deuxième se revendique de Pierre Bourdieu et porte un regard à la fois plus distancié et microsociologique sur les mécanismes de socialisation et de domination à l’œuvre au sein du système politique de l’UE ; la troisième s’appuie sur Michel Foucault et développe un point de vue macrosociologique sur l’institution européenne, à travers l’analyse de discours, la prise en compte des « technologies de pouvoir » et des réseaux variés qui la constituent comme autant de mécanismes de gouvernance (Zimmermann & Favell, 2011). Plus généralement, ces approches sociologiques conduisent à souligner l’intérêt d’un « retour aux classiques » dans une logique de contrepoint et non d’opposition aux études européennes (Weisbein, 2008). Si une telle démarche invite à multiplier les voies/voix possibles de l’enquête, c’est non pas en vue d’identifier « LA » sociologie de l’UE, mais bien d’indiquer l’existence d’une pluralité d’approches possibles autour d’un même objet de recherche. Dans l’optique de contribuer à la réflexion sur la consistance des institutions politiques, je souhaiterais ici questionner la possibilité et l’intérêt d’une sociologie pragmatique de l’UE.

3Quand bien même l’étiquette ne doit pas manquer de signaler la diversité des approches en la matière, le geste pragmatique apparaît comme le grand absent, à quelques exceptions près (Weisbein, 2011), des travaux sociologiques consacrés à l’UE au cours de ces dernières années. Dans la perspective d’alimenter cette orientation théorique, je voudrais plus particulièrement mettre l’institution européenne à l’épreuve d’une sociologie pragmatique inspirée par la pensée de Gilles Deleuze et Félix Guattari. Ces auteurs se démarquent des approches précédentes par le souci qu’ils accordent à la consistance du politique conçu en termes de multiplicité (Deleuze & Guattari, 1980). Pour eux, une multiplicité ne se définit pas par le nombre de ses éléments ni par un centre d’unification ou de compréhension, mais avant tout par une prolifération de connexions, qui peuvent donner consistance aussi bien à des institutions qu’à leur fracture(s) et leurs transformation(s). Une telle orientation de recherche invite à remettre le sujet d’énonciation du politique « à plat », si l’on peut dire, en montrant que l’intérêt n’est peut-être pas tant d’attribuer un but ou une finalité aux institutions, ni même de localiser un centre ou un sujet unique du pouvoir, que d’enquêter sur des formes variées de composition du collectif. Cette posture n’est toutefois pas assimilable à une interprétation du changement par ajustement aux « crises » ou par « débordement » mécanique (spillover), que l’on retrouve fréquemment dans le champ des études européennes. Tout au contraire, cette théorie des multiplicités conduit à appréhender l’institution européenne comme un objet en variations continues de direction.

4Concevoir l’UE en termes de multiplicité appelle d’abord à se déprendre de l’idée selon laquelle l’intégration européenne obéirait à un petit système universel de clé signifiante ou de référence unique. Dans ce cadre, l’institution européenne est produite et s’agence concrètement en actes – ce qui résume bien l’objet de la micropolitique. À ce titre, nous formulons l’hypothèse que la micropolitique peut constituer une voie utile et féconde à la réflexion sur la justesse et la légitimité des institutions politiques, autant que sur leur cadre d’action ou leurs frontières, et plus généralement sur l’art de gouverner à la « bonne » échelle. Pour appuyer mon propos, je mobiliserai une partie du matériau empirique rassemblé dans le cadre de mes recherches consacrées au rôle des experts et de l’expertise dans la fabrique de l’action publique européenne.

De la consistance des objets institutionnels

  • 1 Félix Guattari avait suggéré à Jacques Lacan de distinguer entre les objets partiels (notés a), les (...)

5Si une multiplicité se définit par une prolifération incessante de connexions, une question sourd immédiatement aux oreilles du sociologue comme à celles du politiste : comment tout cela peut-il tenir et se maintenir au point de faire société ? Tel pourrait être formulé le problème des objets institutionnels 1. La micropolitique, quant à elle, ne serait qu’une manière – parmi d’autres – d’enquêter sur cette énigme propre au politique. À cet égard, il convient d’éviter un double contresens concernant la démarche micropolitique : l’adjectif ne désigne pas une politique locale ni même le fait d’agir localement, mais bien l’opération par laquelle est produit un agencement, qui mêle et distingue à la fois des êtres ou singularités d’échelles ou de grandeurs variables, suivant une logique transversale (Guattari, 2007, pp. 179 sq.). Pour se saisir de l’existence d’objets institutionnels, la micropolitique invite plus précisément à s’intéresser à la manière dont l’échelle des différences inscrites dans le corps social (au sens du « socius », c’est-à-dire de ce qui associe un être à son milieu) les plus larges (ou « molaires » dans le vocabulaire deleuzo-guattarien) croise l’échelle des différences inscrites dans le corps social les plus restreintes (« moléculaires »). La question dès lors ne devient pas tant celle de marquer la coupure entre ces deux ordres de grandeur que de montrer en quoi ceux-ci s’articulent ou résonnent et interagissent ensemble, de telle sorte que leur distinction n’apparaît plus pensable en dehors d’un certain mélange. C’est pourquoi, dans une optique micropolitique, nous pouvons avancer qu’il n’y a pas d’opposition distinctive qui dépendrait d’un principe logique de contradiction entre la grande échelle et la petite échelle, entre la structure et le désordre, entre la règle et son application, mais seulement des « lignes de fuite » ou bifurcations, dont la transversalité fait simultanément coupure et couture avec l’horizon politique. En ce sens, le « plan de consistance », pour reprendre l’une des expressions phares de Gilles Deleuze et Félix Guattari qui en découle, ne saurait procéder d’un équivalent général, mais seulement de voies de passage ou de singularités, appelant à produire des descriptions « anexactes » de la réalité (Deleuze & Guattari, 1980, pp. 15 sq.). À ce titre, la micropolitique ne saurait elle-même dépendre d’une analyse théorique impliquant des universaux, mais suppose une pragmatique capable de composer des multiplicités ou « ensembles de consistance ».

  • 2 De ce pluralisme ontologique résulte chez Gilles Deleuze et Félix Guattari un point de vue que l’on (...)

6Cette orientation de recherche invite à préciser ce que Gilles Deleuze et Félix Guattari définissent par consistance. S’inspirant de la théorie mathématique des ensembles flous, ces derniers appréhendent la consistance comme le « "tenir-ensemble" d’éléments hétérogènes » (Ibid., p. 398). Selon eux, le problème de la consistance concerne alors non seulement la manière dont tiennent ensemble les composantes d’un même agencement (« intra-agencement »), mais aussi la manière dont des agencements différents tiennent entre eux par ce qu’ils nomment des « composantes de relais ou de passage » (« inter-agencement »). Cette manière de problématiser la consistance conduit les deux auteurs à mettre l’accent sur une ontologie ou une vision du monde bien spécifique : à savoir que « la vie » n’irait pas d’un centre à une extériorité mais toujours d’un extérieur vers un intérieur, ou encore d’un ensemble flou et discret à sa consolidation. Ce processus de consolidation implique trois mécanismes concomitants. Premièrement, il n’y a pas de commencement mais une densification et une intensification par « renforcement, injection, truffage », comme autant d’« actes intercalaires ». Deuxièmement, il se manifeste des aménagements, des répartitions d’intervalles, au point que pour consolider, il faut aussi parfois « faire un trou ». Troisièmement, la consolidation suppose la superposition de rythmes disparates, de mouvements, ou d’articulation par le dedans d’« inter-rythmicité » (Ibid., pp. 405-406). En ce sens, la consolidation ne se contente pas de venir après-coup, mais elle décrit en elle-même un processus singulier, à la fois itératif et inventif. Parce que la consistance opère « par le milieu » et se consolide au milieu, elle s’oppose à tout plan de principe ou de finalité. On retrouve ainsi la problématique micropolitique : marquer le mélange des composantes et leur distinction pour chaque agencement 2.

  • 3 La coexistence cesse toutefois lorsque l’État devient totalitaire (fonctionnement en « vase clos ») (...)

7Cette approche de la consistance amène plus particulièrement à souligner la nature à la fois instituée et instituante de l’État. En effet, pour Gilles Deleuze et Félix Guattari, l’État correspond à un « phénomène d’intra-consistance » (Ibid., p. 539), au sens où il fait résonner ensemble des points ou des singularités d’ordre très divers : géographique, linguistique, ethnique, mais aussi sociologique, économique, juridique, technologique, etc. Dans ce cas, son existence se confond avec la production d’une « caisse de résonance » rendant possible la conservation, qui constitue pour les deux auteurs le souci numéro un de l’État (Ibid., p. 441). Cette caractéristique leur permet de définir ce dernier comme un « appareil de capture », ne consistant pas seulement à conserver tout ce qu’il peut, mais aussi à s’approprier ce qui lui résiste, avec sa puissance de métamorphose. Sous cet angle, l’État ne cesserait de « régler la vitesse » : décomposer, recomposer, transformer le mouvement, tel un « convertisseur ou échangeur routier » (Ibid., pp. 479-480). Dans ces conditions, toute forme de contestation ou de résistance distinctive de la machinerie étatique ne peut que rechercher l’invention d’une « autre vitesse » 3. Si l’UE ne se distingue pas à première vue de l’État en tant qu’institution à vocation régulatrice (Majone, 1996), c’est néanmoins par un changement d’échelle, par une distance ou une métrologie spécifique, qu’elle en accentue singulièrement le trait. Qu’il s’agisse de performer des « mots d’ordre » ou de les contester, la question de la « bonne » échelle de gouvernement constitue, comme l’ont bien montré les travaux de politistes, un enjeu saillant de l’action collective et des politiques publiques en Europe (Balme, Chabanet & Wright, 2002 ; Faure, Leresche, Muller & Nahrath, 2007). Sans exclure d’autres possibilités d’analyse, de tels jeux d’échelles pourraient être considérés comme l’un des points remarquables à partir desquels envisager l’action à distance du gouvernement de l’UE et les processus d’européanisation qui lui sont attachés.

8Comment rendre empiriquement compte de ces enjeux d’un point de vue micropolitique ? Dans le chapitre de Mille plateaux consacré à la micropolitique, Gilles Deleuze et Félix Guattari insistent sur la capacité des « centres de pouvoir » à réguler les activités sociales, en précisant qu’ils n’ont pas d’autres fonctions que celle de traduire, d’associer, d’adapter, en un mot de « convertir des flux en segments » (Deleuze & Guattari, 1980, p. 275). La fonction remplie par ces centres – qui ne sont pas sans rappeler les « centres de forces » nietzschéens – appelle à décrire des modes d’assemblage ou de traduction, opérant essentiellement par « décodage-recodage » ou encore « transcodage », d’éléments les plus variés. Le pouvoir qui en découle, à la fois combinatoire et transformatif, conduit à mettre l’accent sur l’opération de « conjugaison » qui marque un ralentissement de la vitesse des flux ou, dans le vocabulaire deleuzo-guattarien, une « déterritorialisation relative », particulièrement apte au déploiement de formes instituantes. Au regard de la problématique transversaliste relevée plus haut, c’est là où la pragmatique des deux auteurs peut se révéler utile à l’enquête. Gilles Deleuze et Félix Guattari suggèrent en effet d’appréhender les centres de pouvoir eux-mêmes comme des multiplicités, en distinguant trois composantes. La première définit une « zone de puissance » qui entre en rapport avec la « machine de surcodage ». Elle renvoie à une dimension que l’on pourrait qualifier de macro-institutionnelle. La seconde compose une « zone d’indiscernabilité » qui entre en rapport avec un « tissu microphysique » ou « soupe moléculaire ». Elle désigne une dimension micro-institutionnelle. La troisième forme une « zone d’impuissance » ou de « conversion relative ». Elle indique le lieu même de la traduction, qui entre en rapport avec les « lignes de fuite » traversant les centres de pouvoir, eux-mêmes placés dans l’incapacité de déterminer entièrement tout ce qu’ils convertissent et qui passent par eux (Ibid., pp. 276-277). Sous ce triple rapport, nous avancerons que la micropolitique appelle non seulement à qualifier les agencements (qu’ils soient normatifs, personnels, cognitifs, matériels, etc.) qui croisent l’existence des centres de pouvoir, mais aussi à insister sur la manière dont ces mêmes agencements se voient travaillés et, en retour, partiellement transformés par l’action de ces centres. Le marquage de ce processus transversal indique en quoi les centres de pouvoir peuvent être considérés comme de puissants instruments de légitimation institutionnelle, malgré leur impuissance relative.

La mise en offre des projets d’aide européenne

  • 4 En Europe, on évalue ainsi à environ 10 000 le nombre de sociétés d’ingénierie-conseil, regroupant (...)
  • 5 Créée après-guerre sous l’autorité du ministère de la France d’Outre-mer et à l’origine spécialisée (...)
  • 6 Reprenant ici à notre compte l’expression d’Howard Becker, pour qui les « ficelles du métier » appe (...)

9À partir d’une enquête conduite sur l’ingénierie-conseil et les politiques publiques en Europe (Bérard, 2009a), je voudrais proposer une illustration de cette entrée par les « centres de pouvoir ». Il ne s’agit évidemment pas ici de prétendre épuiser les virtualités sociologiques d’une approche micropolitique de l’UE, mais bien d’en explorer l’une de ces possibles modalités en l’appliquant à un objet institutionnel précis, afin de mettre en évidence son intérêt et ses limites. Forme de pouvoir-savoir enracinée dans le développement de l’État moderne et dans l’extension des formes du gouvernement à distance (Carroll, 2006 ; Mitchell, 2002), l’ingénierie-conseil concerne aujourd’hui la plupart des domaines d’intervention stratégiques des autorités publiques propres aux démocraties de marchés occidentales (administration, infrastructure, développement du secteur financier et du secteur privé, santé, agriculture, gestion de l’environnement et des ressources naturelles, etc.) 4. À cet égard, l’étude des sociétés d’ingénierie-conseil peut s’inscrire dans le cadre d’une réflexion de portée plus générale quant à l’émergence d’intermédiaires de l’action publique, encore relativement peu connus (Lascoumes & Lorrain, 2007). L’une des sociétés d’ingénierie-conseil étudiée est spécialisée dans l’aide publique au développement et appartient à un grand groupe d’ingénierie français. Comptant une quarantaine de membres permanents en son siège pour une centaine d’experts « affiliés » à l’entreprise et régulièrement actifs à travers le monde, cette société répond depuis de longues années aux appels d’offres lancés par les principaux bailleurs de fonds nationaux, régionaux et internationaux. Son histoire suit elle-même de près celle des transformations des politiques d’aide 5. Dans ce cas, l’entrée par les bureaux d’études fournit un bon complément aux travaux davantage orientés vers les réformes de l’administration communautaire (Dimier, 2010), de ses politiques (Bué, 2011) et le déroulement des missions d’expertise « sur le terrain » (Le Naëlou, 1995). On peut à cet égard relever l’intérêt de la « ficelle » 6 du stage en entreprise (Villette, 2004 [1994]), utilisée pour conduire une partie de notre enquête.

L’immersion en bureau d’études offre plusieurs avantages pour étudier les activités de conseil : d’abord, parce que celui-ci présente un lieu de passage obligé des consultants, idéal pour accéder à ces derniers, éventuellement les suivre dans certaines de leurs missions et réaliser des entretiens ; ensuite, parce qu’il constitue un lieu de capitalisation de l’information, sous format papier et aujourd’hui surtout informatique, idéal pour la constitution de corpus documentaires spécifiques à l’étude de certains projets ; enfin, parce que le siège de ces entreprises apparaît également comme un lieu d’observation privilégié de pratiques d’expertise, souvent réputées pour leur discrétion, voire leur « invisibilité ».

10Sur ce point, il existe peu de travaux consacrés à l’aide au développement qui s’attachent à prendre au sérieux l’horizon politique des activités se déployant à partir de ses sites ou de ses modes de fabrication (Mosse & Lewis, 2005). Concernant les bureaux d’études, la tendance des analyses est de ramener les activités de conseil à la production de rapports – c’est-à-dire à un produit qui arrive généralement « en bout de chaîne ». Dans les développements à suivre, je voudrais insister sur un autre type de production, qui passe le plus souvent inaperçue lorsque l’on s’intéresse à ce type d’activités, bien qu’elle conditionne dans une large mesure le succès commercial et donc la pérennité de ces entreprises : il s’agit de la constitution d’offres. L’analyse de ce processus se prête bien à une démarche micropolitique car il repose, d’une part, sur une série d’agencements s’inscrivant dans une généalogie spécifique des formes du gouvernement à distance et il renvoie, d’autre part, à des pratiques concrètes (déplacements, rencontres, calculs, écritures, etc.) qui illustrent la variété des formes d’expertise dont font preuve les consultants. Sous ce rapport, la micropolitique invite à s’intéresser aux formes de production en actes de ces derniers aussi bien qu’à ce qui les agit et conditionne leur possible champ d’action. La désubstantialisation de l’objet à produire qui résulte de cette coupe transversale conduit à préférer l’expression de mise en offre. À ce titre, il convient d’abord de resituer cette activité sur une échelle de temps et d’espace longue, avant d’entrer plus dans le détail des opérations de traduction qui en découlent.

  • 7 Les débuts de la politique d’aide de la Communauté européenne remontent directement à la signature (...)
  • 8 Citons, par exemple, TACIS (Technical Assistance to the Commonwealth of the Independent States), de (...)

11Héritières des grands empires coloniaux, fortement marquées par la Guerre froide, les politiques d’aide au développement peuvent être considérées comme du domaine historique des formes d’internationalisation de l’expertise (Berque, 1965). Ce faisant, le recours aux experts par l’Union européenne (UE) a largement évolué depuis la mise en place des premières politiques d’aide. Si, au départ, cette pratique se révèle sur un mode mineur – du moins lorsque l’on observe les premiers Fonds européens de développement (FED), qui utilisent principalement les services des bureaux d’études implantés dans les anciennes colonies – elle devient, par la suite, beaucoup plus importante et joue progressivement comme un élément majeur de légitimation de l’action publique européenne en matière d’aide au développement 7. De ce point de vue, les années 1990 marquent certainement un tournant majeur. Face à l’essor des politiques d’aide dans le monde et à la diversification profonde des priorités qui les caractérisent à la fin du xxème siècle, la mobilisation des experts devient un enjeu déterminant pour la plupart des bailleurs de fonds. Hormis le FED, qui concerne les États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et représente l’instrument principal de la coopération européenne, l’UE commence, en outre, à développer des programmes plus limités dans le temps et circonscrits à d’autres aires géographiques 8. Cette même période voit l’adoption par la Commission de la méthode dite de « gestion du cycle de projet », directement inspirée des pratiques de la Banque mondiale, qui peut s’inscrire dans le cadre d’un mouvement plus vaste de réforme des méthodes de l’aide (Severino & Charnoz, 2005). La création au début des années 2000 du service EuropeAid, chargé de rationaliser la politique de coopération de l’UE dans la perspective d’une « meilleure gouvernance », conduit à accentuer cette tendance gestionnaire.

  • 9 Journal officiel des Communautés européennes du 18.1.2000, L12/9, annexe IV relative aux « Principe (...)

12Dans le même temps, ces évolutions s’accompagnent d’un lent processus de normalisation des pratiques du recours aux experts, dont on peut relever certaines traces dès le milieu des années 1980. À une procédure ouverte comportant un appel général à la concurrence, la Commission ajoute notamment une procédure restreinte qui se superpose à la première, destinée à des expertises de plus courte durée. Selon cette procédure, l’autorité contractante invite un nombre limité de candidats à participer à l’appel d’offres en établissant une liste restreinte, plus communément appelée « short list » 9. S’inscrivant dans la lignée de techniques néo-managériales, ces pratiques de listing permettent à l’UE de se voir recommander des meilleures recrues tout en faisant activement (et efficacement) jouer les inégalités entre candidats. Ainsi, seuls les candidats présélectionnés ont accès au dossier d’appel d’offres qui les autorise à postuler aux différents projets. De son côté, la Commission préside tous les comités d’évaluation et nomme, avant le lancement des appels, un ensemble d’évaluateurs, dont l’un d’entre eux au moins doit venir de l’institution destinataire du programme. De là découle un lobbying d’expertise particulièrement actif de la part des bureaux d’études auprès des délégations permanentes dans les pays tiers et de la Commission à Bruxelles, bien en amont de l’attribution des marchés. Le développement d’autres procédures, à l’instar des contrats-cadres qui appellent la constitution de consortiums internationaux, pourrait encore venir illustrer une même tendance de ces politiques à introduire, aux côtés d’une logique du faire, une logique que l’on pourrait qualifier du « faire faire ».

13D’une fonction d’assistance technique classique dans les pays en développement, essentiellement liée à une compétence sectorielle, les bureaux d’études se voient ainsi progressivement investis d’une nouvelle responsabilité de gestion et de coordination, voire de contrôle, des politiques d’aide européenne. Appréhender les transformations associées à ces politiques sous l’angle des pratiques expertes amène à s’intéresser de plus près à des acteurs qui, bien que situés dans l’ombre des institutions « visibles » du pouvoir, n’en jouent pas moins un rôle essentiel dans la consolidation d’une action publique à grande échelle. Dans cette optique, l’un des ressorts sans doute les plus féconds d’une approche micropolitique de l’UE réside dans la possibilité de passer d’une description globale des situations d’action publique et de consultance à une analyse localisée de certains sites, sans induire de rupture conceptuelle. Sur ce point, l’immersion en bureau d’études permet d’approfondir l’existence d’un « devenir-expert » (Trépos, 1996), entendu comme l’enrôlement ponctuel de professionnels dans une situation d’expertise, spécifique à l’UE. À cet égard, certains éléments d’observation permettent d’enrichir directement la description des agencements qui précède.

  • 10 Les TDR d’un projet contiennent à ce titre de nombreuses informations utiles au cadrage de l’activi (...)

14Une lecture attentive des recommandations ou lignes directrices (guidelines) produites par le service communautaire en charge de l’aide permet de dégager six étapes dans la gestion du cycle de projet : la programmation, l’identification, la formulation, le financement, la mise en œuvre et l’évaluation. De leur côté, les bureaux d’études sont susceptibles d’intervenir à chaque étape : au moment de la programmation du projet, à travers la réalisation d’études dites d’opportunité ou de faisabilité, dans le cadre de son suivi ou de son évaluation. Ce faisant, l’élaboration d’un projet appelle, par itération continue, la définition de « termes de référence » (TDR), qui servent de base au lancement des appels d’offres 10. Dans cette perspective, pour les consultants, chaque offre comporte deux enveloppes séparées l’une de l’autre : la première enveloppe, dite « technique », comprend à la fois la description d’une méthodologie, un choix d’experts ainsi que les références du ou des contractants ; la seconde enveloppe, dite « financière », essentiellement basée sur une logique comptable, n’est ouverte que si la première répond correctement aux attentes du bailleur de fonds. Le choix des experts, dont les CV figurent dans la partie technique de l’offre, conditionne fortement l’ouverture de la seconde enveloppe. Il est donc un élément essentiel auquel les consultants accordent un soin tout particulier. Pour cela, deux options s’offrent aux bureaux d’études : soit de mettre à disposition leurs propres consultants qui endossent ainsi le rôle d’« experts » (ce qui montre, au passage, l’interchangeabilité remarquable de ces figures) ; soit de recruter des professionnels sur contrat, le temps du projet. En matière d’aide au développement, le recours à des experts indépendants (free lance) constitue une pratique courante des bureaux d’études. Dans ce cas, la grande diversité des projets rend nécessaire la gestion d’une base de CV spécifique, interne à l’entreprise. De son côté, la Commission européenne fournit des formats de CV standardisés, relativement identiques d’un programme à un autre, à commencer par le nombre de pages (souvent limité à trois) et un goût particulièrement prononcé pour les chiffres, voire l’étalonnage de certaines références (années d’expérience, nombre de missions, maîtrise des langues, publications, etc.), qui en facilitent le classement.

  • 11 Certaines de ces entreprises « virtuelles » proposent des bases de plusieurs milliers de CV électro (...)

15L’immersion auprès des consultants vient utilement compléter ce tableau. À l’intérieur du bureau d’études, il est fréquent que la recherche des experts, sans être exclusive d’autres activités, soit prise en charge par un personnel spécifique. À ce niveau, l’usage d’Internet et en particulier de la messagerie électronique se révèle fondamental dans la prise de contact. Ce faisant, les consultants peuvent aussi faire appel aux services basés sur le Web d’autres entreprises (solution « B to B ») qui, moyennant finances, leur permettent d’avoir accès à d’importantes bases de CV électroniques 11. Pour autant, il ne s’agit pas de négliger l’établissement d’une relation plus personnelle entre le consultant et le professionnel ainsi repéré, comme en témoignent ces extraits d’entretiens :

« J’aime bien créer une bonne relation avec les experts. Les bons experts ne sont pas très nombreux. Ils peuvent tous présenter un très bon CV sur le papier. Après, ils peuvent faire un travail très mauvais sur place ».

« Je commence à très bien connaître les CV, les experts, ils ne sont pas des millions, les bons, les meilleurs on va dire, ils ne sont pas des dizaines. J’ai créé des relations avec certains d’entre eux et je les contacte en fait dès que… je n’ai même pas les termes de référence, mais je les contacte parce que je sais que la personne pourrait aller sur le projet ».

16Dans ces conditions, l’instauration et le maintien d’un contact plus personnel entre experts et consultants suggèrent l’existence d’un mode de relation qui, à la lettre, n’a pas de prix. À la base de données impersonnelle des CV propre au bureau d’études s’ajoute une base de données plus personnelle, à la fois plus sélective et plus restreinte, qui, tout en l’éloignant d’une logique purement marchande, contribue à placer l’objet au centre d’un « monde connexionniste » (Boltanski & Chiapello, 1999). La relation de confiance qui en résulte, essentiellement liée à la structuration d’un « marché-réseau » fait de nombreux agencements personnels, apparaît en ce cas comme le meilleur moyen de surmonter les incertitudes inhérentes à l’existence d’un marché de type plus conventionnel, autorisant pour les consultants non seulement à mobiliser mais aussi à fidéliser les experts. Toutefois, la constitution d’une équipe d’experts se doit également de répondre « au plus près » des attentes du bailleur de fonds et des destinataires de l’aide. Prise en charge par les bureaux d’études, cette opération de traduction s’avère à son tour essentielle dans le processus de mise en offre. Celle-ci suppose en particulier de mettre en relations ou d’« adapter », comme disent certains consultants, les CV des experts aux TDR des projets, élément clé de l’évaluation concernant la partie technique de l’offre :

« On adapte les CV en fonction des missions. C’est même une grande partie de notre activité dans la profession : adapter les CV aux profils requis dans les offres. Tu as dû comprendre comment ça fonctionnait. En gros, tu as des bailleurs de fonds qui financent certains types de projets, qui recherchent des profils particuliers, et nous en face on va trouver des gens qui correspondent à ces profils. Et quand les offres sont évaluées, on a tout intérêt à avoir des CV qui répondent mot à mot aux profils décrits. Alors, c’est pas toujours possible, mais il faut essayer de coller au plus près… en essayant de rester juste. Si on a un banquier, on dit pas qu’il est spécialiste… on va pas prétendre que c’est un dentiste… mais on rajoute un peu de vocabulaire pour que ça corresponde bien à ce qui est demandé ».

17En dépit de situations variées, le parcours de ces pratiques retracées dans ce témoignage apparaît surtout lié à la capacité à savoir « lire entre les lignes ». Dans le cas présent, cette lecture ressortit à une double opération de traduction : d’une part, à travers la confrontation et la mise en commun des informations contenues dans les TDR et le CV « à l’état brut » ; de l’autre, en faisant ressortir ce qui, le cas échéant, dans le CV, mérite d’être appuyé ou renforcé et à l’inverse, ce qui doit être minoré, voire supprimé. Ce faisant, le consultant rend plus visibles certaines qualités des candidats et d’autres moins perceptibles, voire invisibles. De cette manière, en s’attachant à faire correspondre les profils d’experts avec les projets, les consultants participent à la fixation des liens de causalité entre savoirs et pouvoirs qui caractérisent la stratégie d’expertise des services de la Commission et, par leur intermédiaire, des projets qu’elle entend financer. Dès lors, on comprend mieux comment et pourquoi certains consultants peuvent apparaître comme de véritables « experts en experts » ou « méta-experts » (Collins & Evans, 2007). De la même manière, lorsqu’il maîtrise le calcul des composantes d’un projet et éventuellement une partie des agencements qui le portent ou l’encadrent, le consultant qui examine les CV a également le pouvoir de les reproduire et donc potentiellement de les contrefaire :

« Alors tu réinventes le CV, ça existe…
− Q. : C’est-à-dire ?
− Ah, mais tu peux trafiquer un CV, ça existe, y’a des gens qui le font, même dans la maison. Moi, j’essaye de valoriser vraiment l’existant, en le présentant…
− Q. : Mais ça veut dire quoi "trafiquer un CV" ?
− Bah, c’est d’insérer une expérience fictive.
− Q. : Et toi, dans ton activité, tu as constaté que ça existait ?
− Oui, oui, bien sûr, tu as des spécialistes. Mais moi, je me refuse à cette approche, je reste quelqu’un de très… par rapport à cette formation et à la volonté de travailler dans le développement, je reste avec une éthique très forte et très marquée. Un jour [Z] m’a dit : "tu devrais travailler pour une ONG quoi !" ».

18Dans ces conditions, produire un faux de l’objet ou une contrefaçon rapproche l’expert du faussaire, qui mobilisent tous deux une capacité à entrer dans les agencements et à se saisir des « plis virtuels » du réel (Bérard, 2009b). Afin d’assurer la continuité de leur action et de se prémunir d’éventuelles « mauvaises surprises », les options retenues par chacune des parties, à défaut d’être identiques, apparaissent pour le moins congruentes : du côté des bureaux d’études, la solution la plus efficace consistera à externaliser au maximum leurs activités d’expertise pour ne plus avoir à « tourner le cou » indéfiniment aux CV, selon l’expression d’un consultant ; du côté des bailleurs de fonds, la solution la plus sûre consistera à mettre en place de nouveaux « filtres », c’est-à-dire de nouvelles contraintes normatives ou de transparence (attestations de diplômes, certificats de travail, etc.), impliquant une traçabilité supplémentaire des agencements du pouvoir.

19Une fois assemblée, la partie technique de l’offre donne généralement lieu à la formation d’un épais classeur transmis au bailleur de fonds, accompagné d’une enveloppe au format plus menu. Dans cette enveloppe se trouve la partie financière de l’offre. Essentiellement composée de tableaux et de chiffres, cette seconde partie permet de traduire dans un autre langage – en l’occurrence, le langage comptable – l’ensemble des informations contenues dans la partie technique de l’offre. Ce faisant, l’adoption d’un langage chiffré conduit à démultiplier les espaces de calculs à l’intérieur de l’offre, tout en permettant d’asseoir la valeur financière du projet, sa validité technique et son transfert progressif dans la réalité. À travers ces différentes couches d’équipements et les plis d’écriture ou « tactiques sémantiques » associés, se précisent les éléments structurants du projet, qui permettent de prendre la mesure des possibles et, par extension, des actions à entreprendre. En multipliant les formes d’alliance ou d’équivalence susceptibles de rapprocher experts et bailleurs de fonds, les consultants contribuent ainsi, dès le stade de la mise en offre, à réduire les incertitudes qui entourent l’existence des projets, tout en légitimant l’expertise comme mode d’administration des politiques communautaires (Robert, 2003).

Puissance et impuissance des centres de pouvoir

20Quels enseignements, à la fois théoriques et méthodologiques, retirer de cette ethnographie d’un bureau d’études concernant la consistance des objets institutionnels et le gouvernement à distance de l’UE ? L’entrée micropolitique conduit à se saisir de l’histoire des politiques d’aide au développement à partir d’une problématisation d’acteurs, de lieux et d’objets singuliers. Au regard du processus de mise en offre, les consultants disposent d’une capacité à mettre en mouvements et de là, à convertir un grand nombre de textes et d’instruments, mais aussi de compétences et de qualités personnelles à des pratiques réglées sur des agencements extrêmement variés. Répondant moins à un modèle d’action publique linéaire qu’à un développement par ramification de réseaux enchevêtrés, le processus de mise en offre que nous venons de décrire apparaît inséparable d’un approfondissement de la division du travail entre bailleurs de fonds et bureaux d’études, dont résulte la formation d’un marché d’experts mobilisés – et fidélisés pour certains d’entre eux autour des politiques d’aide européenne, qui croisent des réseaux de relations situés à mi-chemin entre l’institution et la personne. Les formes du gouvernement à distance qui découlent de ces jeux d’échelles ne décrivent alors pas seulement une « montée en généralité », mais renvoient aussi à ce que l’on pourrait qualifier de transversalité institutionnelle, qui se signale par l’orchestration d’un nombre toujours plus grand de différences ou de singularités comme degré de performance d’un système, octroyant à l’UE des possibilités inédites d’agir à distance. Ainsi, l’analyse du processus de mise en offre souligne l’importance du travail d’assemblage ou de sommation que l’on peut associer à l’exercice d’une fonction de « back-office » des institutions politiques, ce qui suppose, vis-à-vis d’elles, l’acceptation d’un rôle de délégué et de porte-parole.

  • 12 La théorie de l’« acteur-réseau » (Latour, 2006), qui s’est développée à partir d’une analyse des l (...)
  • 13 Au sens où « les objets frontières ne prétendent pas représenter une vérité universelle et transcen (...)

21Si les activités de conseil restituées plus haut consistent essentiellement à opérer des conversions et des calculs au sens large du terme, les consultants n’en sont pas moins dans l’incapacité de suivre et de déterminer entièrement tout ce qu’ils convertissent et qui passe par eux. C’est pourquoi, dans une optique micropolitique, la puissance de ces centres doit également se mesurer par leur impuissance, à commencer par ce qui leur échappe. Dans cette veine, les bureaux d’études comme les consultants n’exercent pas de pouvoir absolu : ce sont avant tout des échangeurs, des médiateurs, des traducteurs. Cette nuance conduit à mettre l’accent sur des horizons sociologiques à la fois proches et distincts de la micropolitique. L’impuissance des consultants peut d’abord être ramenée à la multiplicité des agencements et des sites interconnectés dans lesquels s’inscrit leur action. Si ces derniers disposent de « vues parfaites » sur certains points des réseaux et sont le plus souvent sollicités comme tels afin d’en contrôler les entrées et les sorties, voire de les connecter, ces vues n’en demeurent pas moins incomplètes sur la réalité des agencements dans laquelle ils se trouvent généralement impliqués 12. De même, les « objets frontières » qui résultent de ces activités, à l’instar des offres ou des rapports régulièrement produits par les consultants, ne doivent pas être considérés comme « tout puissants », mais bien comme des constructions elles-mêmes pragmatiques 13. Considéré sous ces différents aspects, l’intérêt d’appréhender la « boîte noire » des bureaux d’études comme des centres de pouvoir n’apparaît pas négligeable, pour au moins trois raisons. Premièrement, la texture de ces centres permet de rassembler en un seul et même lieu les nombreux fils ou composantes d’un même agencement ou d’agencements séquents. Cela met en lumière un jeu avec et sur les frontières d’univers sociaux ou professionnels réputés à la fois hétérogènes et disparates, constituées en ressources potentielles pour l’action. Deuxièmement, ces centres décrivent une fonction de traduction, d’adaptation ou de conversion des « flux moléculaires » aux « segments durs », qui renseignent directement la fabrique du discours d’institution et du potentiel normatif qu’il recèle – ce qui n’exclut pas, comme le relèvent Gilles Deleuze et Félix Guattari, qu’il puisse « y avoir beaucoup d’invention perverse dans ces adaptations » (Deleuze & Guattari, 1980, p. 276). Troisièmement, malgré les limites inhérentes à leur action, ces centres de pouvoir témoignent d’une capacité à produire des supports d’énonciation aptes à circuler rapidement et donc plus ou moins facilement, susceptible d’offrir un éclairage complémentaire à l’analyse de leur réception, de leur appropriation ou de leur légitimation, dans d’autres arènes ou sphères d’activités sociales.

22Bien sûr, l’étude de ces centres ne saurait à elle seule épuiser tous les ressorts des processus d’européanisation ou du fonctionnement de l’UE. Néanmoins, elle contribue à pointer du doigt certains de leurs aspects ou rouages constitutifs, jusque-là peu explorés par les études européennes (Radaelli, 2003). Au regard des questions de méthode soulevées par l’étude de la consistance des institutions politiques, les centres de pouvoir constituent un domaine d’enquête privilégié de l’UE parce qu’ils tiennent précisément lieu au pouvoir d’agencer tout en permettant de « situer une totalité ». Du point de vue micropolitique, la question ne serait donc pas tant de savoir si l’institution européenne dans sa constitution et son fonctionnement actuels remplit un certain nombre de critères, plus ou moins rigides, tirés de l’expérience de l’État moderne, mais bien si les comptes rendus d’enquête que l’on peut en proposer permettent de mieux comprendre, expliquer, voire critiquer, certaines modalités concrètes du processus d’intégration communautaire (à commencer par sa capacité à changer d’échelle) ou d’autres processus institutionnels qui y sont liés. Si l’on s’en tient à approfondir la micropolitique de l’UE par les centres de pouvoir, il convient alors d’indiquer plusieurs points d’entrée ou de passage possibles de l’enquête, non exclusifs les uns des autres. L’un d’entre eux consiste à s’intéresser aux acteurs qui travaillent directement à la « conversion » du système, qu’il s’agisse de l’optimiser, de l’adapter ou de le réformer. Peut être appréhendée sous cet angle la multitude des organisations intermédiaires qui composent l’UE : du « triangle institutionnel » aux institutions du respect de la régularité, instances de consultation ou organes financiers, en passant par les agences décentralisées, comités ou groupes d’experts, groupes d’intérêts, think tanks, law firms, cabinets de consultants, médias spécialisés, écoles, centres de formation ou de recherche, etc. Ce faisant, une telle approche ne doit pas non plus exclure les intermédiaires qui évoluent en marge de l’agencement institutionnel ou « contre lui » – point aveugle de l’illustration retenue dans cet article – et qui cherchent à forger des alternatives. C’est là une autre dimension dont l’enquête micropolitique est appelée à se saisir et à rendre compte. Ne répondant pas d’une logique binaire, la micropolitique appelle en effet à porter tant sur la promotion de l’institution européenne que sur l’inscription de la résistance à cette dernière, qui caractérise également les processus d’européanisation (Coman & Lacroix, 2007 ; Mischi & Weisbein, 2004). De là à parler d’« anti-centres de pouvoir » européens, il n’y aurait qu’un pas…

23Au regard des enjeux à la fois théoriques et méthodologiques soulevés par l’étude de la consistance de l’institution européenne, un défi majeur pour la sociologie reste bien celui de contribuer à dresser une analyse toujours plus précise des forces en présence, en articulant une praxéologie (les acteurs et leurs pratiques), une cartographie (les « lieux de pouvoir » ou espaces de traduction) et une topologie multi-située des formes d’action (les objets, les inscriptions qui circulent, mettent ces espaces en relations) (Mbongo & Vauchez, 2009). Plus largement, la mise au jour d’une telle écologie de l’action ne peut qu’inciter à discuter des présupposés d’un « européanisme méthodologique » (Beck & Grande, 2007), qui définit l’UE comme échelle naturelle des problèmes. Que cette échelle ait prise sur le réel ou que ce réel lui échappe partiellement, elle ne saurait faire abstraction des multiples micropolitiques qui en sous-tendent l’existence et donc la définition, y compris en la contestant ou en la contournant.

Micropolitique et macropolitique

24Comme stratégie d’enquête, la micropolitique conduit à se saisir d’une réalité non pas cachée, mais plutôt opaque ou que l’on pourrait qualifier de « hors champ » au regard de la mise en visibilité habituelle des institutions politiques. Du point de vue micropolitique, il n’y a cependant pas un monde visible qui s’opposerait à un monde invisible, mais seulement des êtres ou des singularités qui possèdent une plus ou moins grande variété d’échelles, d’attaches et de dimensions – ou, en un mot, d’intensité. La micropolitique permet d’insister sur cette qualité anthropologique du politique, en rendant visible ou plus exactement explicite la texture de toute « macro-politique » – on peut sans doute dès lors mieux comprendre cette affirmation de Gilles Deleuze et Félix Guattari, selon laquelle : « tout est politique, mais toute politique est à la fois macropolitique et micropolitique » (Deleuze & Guattari, 1980, p. 260). En cela, la politique ne saurait décrire une science apodictique : elle procède par expérimentations, tâtonnements, injections, retraits, avancées, reculades, etc. De ce point de vue, celle-ci a aussi fondamentalement à voir avec un problème de consistance, tel que présenté et mis en perspective dans les autres contributions à ce Dossier.

  • 14 Une perspective qui peut ici rejoindre l’approche pragmatique des institutions que propose Virginie (...)

25La micropolitique conduit à se saisir de l’UE non pas à partir d’un référent global mais elle opère selon une démarche que l’on peut qualifier d’inverse : marquer les points de singularités susceptibles de donner consistance aussi bien à un système d’équivalence ou de traductibilité institutionnelle, qu’à sa fracture ou à son débordement. Sur ce point, au lieu d’un sujet ou même d’une institution, Félix Guattari préfère parler de « processus d’institutionnalisation » (Guattari, 2007, p. 360), pour marquer le caractère à la fois expérimental et transversal des objets institutionnels 14. Mais en soulignant l’emprise qu’exercent certains acteurs sur ces processus, ce regard théorique donne également consistance subjective à des élites, comme « pointes de singularisation », par l’ouverture d’un champ de valorisation sociale où les différents individus ou strates de la société auront à se situer, telles que l’illustrent d’autres recherches sociologiques consacrées à l’UE (Georgakakis, 2012). Or l’étude des centres de pouvoir constitue un outil privilégié de saisie empirique de ce mode d’existence spécifique des institutions politiques, quoique non propre à l’institution européenne. En privilégiant l’étude de ces centres, il est en effet possible de donner accès à une description renouvelée de l’ordre sociotechnique européen où la consistance de ces acteurs est prise au sérieux. Ainsi, on ne saurait exclure de l’observation des activités des consultants telle que proposée dans cet article, y compris à partir des plus modestes ou ordinaires d’entre elles, qui se présentent presque toujours sous les auspices d’une forme socialement neutre, juste et vertueuse (Boussard, 2008), toute l’importance des formes de délégation ou de « faire faire » aujourd’hui rendues nécessaires par la mise en œuvre d’une organisation néo-managériale des politiques européennes. À cet égard, traduire n’est pas un acte secondaire, mais une opération qui consiste à dompter, à maîtriser autant qu’à métriser l’espace tant physique que social, tout en lui donnant un milieu de propagation, d’extension, de réfraction et de renouvellement. Une anthropologie de l’UE (Bellier & Wilson, 2000), si on l’aborde comme une « usine » des temps modernes, devrait également pouvoir rendre compte de ces variations.

26Cette contribution a voulu montrer l’intérêt d’étudier des centres de pouvoir pour analyser l’institution européenne. Par l’attention qu’elle prête aux énoncés, à ceux qui s’en emparent et aux techniques qu’ils mobilisent, cette approche micropolitique s’avère non seulement utile mais aussi complémentaire à d’autres approches sociologiques de cet être collectif, en termes d’information des publics, de domination sociale ou d’instrumentation de l’action publique. Parce que la micropolitique s’attache plus largement à prendre au sérieux certains invariants des objets institutionnels (discours, normes, acteurs, pratiques, équipements, etc.), on pourrait sans aucun doute envisager des développements et des applications de cet apport théorique dans d’autres contextes sociopolitiques ainsi qu’à d’autres échelles d’action publique et de gouvernement.

Haut de page

Bibliographie

Balme R., Chabanet D. & V. Wright (dir.) (2002), L’Action collective en Europe/Collective Action in Europe, Paris, Presses de Sciences Po.

Beck U. & E. Grande (2007), Cosmopolitan Europe, Cambridge, Polity Press.

Becker H. S. (2002 [1998]), Les Ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, Éditions La Découverte.

Bellier I. & T. M. Wilson (dir.) (2000), An Anthropology of the European Union: Building, Imagining and Experiencing the New Europe, Oxford, Berg Editor.

Bérard Y. (2009a), Gouverner à distance. Ingénierie-conseil, bureaucratie technique et transnationalisation des politiques publiques en Europe, Thèse de l’Université de Rennes 1.

Bérard Y. (2009b), « Rendre visible l’existence d’un pouvoir à distance. Esquisse d’une sociologie pragmatique du CV d’expert appliquée à l’UE », dans Cantelli F., Roca i Escoda M., Stavo-Debauge J. & L. Pattaroni (dir.), Sensibilités pragmatiques. Enquêter sur l’action publique, Bruxelles, Éditions P.I.E. Peter Lang, pp. 375-397.

Berque J. (1965), « Pour une sociologie de l’assistance technique », dans Berque J. & J.-P. Charnay (dir.), De l’Impérialisme à la décolonisation, Paris, Éditions Minuit, pp. 433-444.

Boltanski L. & È. Chiapello (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

Boussard V. (2008), Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance, Paris, Éditions Belin.

Bowker G. & S. L. Star (1997), « Problèmes de classification et de codage dans la gestion internationale de l’information », dans Conein B. & L. Thévenot (dir.), Cognition et information en société, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 293-309.

Bué C. (2011), « Les politiques de développement de l’Union européenne : réformes et européanisation », Critique internationale, n° 53, pp. 83-99.

Carroll P. (2006), Science, Culture, and Modern State Formation, Berkeley, University of California Press.

Christiansen T., Jørgensen K. E. & A. Wiener (1999), « The Social Construction of Europe», Journal of European Public Policy, vol. 6, n° 4, pp. 528-544.

Coman R. & J. Lacroix (dir.) (2007), Les Résistances à l’Europe. Cultures nationales, idéologies et stratégies d’acteurs, Bruxelles, Éditions de l’ULB.

Collins H. & R. Evans (2007), Rethinking Expertise, Chicago, The University of Chicago Press.

Deleuze G. & F. Guattari (1980), Capitalisme et schizophrénie 2. Mille plateaux, Paris, Éditions de Minuit.

Dimier V. (2010), « "Adieu les artistes, here are the managers" : les réformes managériales au sein de la DG Développement de la Commission européenne », Sociologie du travail, vol. 52, n° 2, pp. 234-254.

Faure A., Leresche J.-P., Muller P. & S. Nahrath (dir.) (2007), Action publique et changements d’échelles : les nouvelles focales du politique, Paris, Éditions L’Harmattan.

Favell A. & V. Guiraudon (2009), « The Sociology of the European Union: An Agenda », European Union Politics, vol. 11, n° 4, pp. 550-576.

Georgakakis D. (dir.) (2012), Le Champ de l’Eurocratie. Une sociologie politique du personnel de l’UE, Paris, Éditions Economica.

Guattari F. & S. Rolnik (2007), Micropolitiques, Paris, Éditions Les empêcheurs de penser en rond.

Lascoumes P. & D. Lorrain (2007), « Trous noirs du pouvoir. Les intermédiaires de l’action publique », Sociologie du travail, vol. 49, n° 1, pp. 1-9.

Latour B. (2006), Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, Éditions La Découverte.

Le Naëlou A. (1995), « Experts, expertise et coopération européenne », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 98, pp. 129-160.

Leonardi L. (dir.) (2007), Opening the European Box: Towards a new sociology of Europe, Firenze, Firenze University Press.

Majone G. (1996), La Communauté européenne : un État régulateur, Paris, Éditions Montchrestien.

Mosse D. & D. J. Lewis (dir.) (2005), The Aid Effect: Giving and Governing in International Development, London, Pluto Press.

Mbongo P. & A. Vauchez (dir.) (2009), Dans la Fabrique du droit européen. Scènes, acteurs et publics de la Cour de justice des Communautés européennes, Bruxelles, Éditions Bruylant.

Mischi J. & J. Weisbein (2004), « L’Europe comme cause politique proche ? Contestation et promotion de l’intégration communautaire dans l’espace local », Politique européenne, n° 12, pp. 84-104.

Mitchell T. (2002), Rule of Experts: Egypt, Techno-Politics, Modernity, California, University of California Press.

Radaelli C. (2003), « The Europeanization of Public Policy », dans Featherstone K. & C. Radaelli (dir.), The Politics of Europeanization, Oxford, Oxford University Press, pp. 27-56.

Robert C. (2003), « L’expertise comme mode d’administration communautaire : entre logiques technocratiques et stratégies d’alliance », Politique européenne, n° 11, p. 57-78.

Severino J.-M. & O. Charnoz (2005), « Les "mutations impromptues". État des lieux de l’aide publique au développement », Afrique contemporaine, n° 213, pp. 13-131.

Trépos J.-Y. (1996), La Sociologie de l’expertise, Paris, Presses universitaires de France.

Tournay V. (2009), Vie et mort des agencements sociaux. De l’origine des institutions, Paris, Presses universitaires de France.

Villette M. (2004 [1994]), Guide du stage en entreprise. De la recherche du stage à la rédaction du mémoire, Paris, Éditions La Découverte.

Weisbein J. (2008), « L’Europe à contrepoint. Objets nouveaux et classicisme théorique pour les études européennes », Politique européenne, n° 25, pp. 115-135.

Weisbein J. (2011), « Vers une sociologie pragmatique de l’Union européenne ? », Politique européenne, n° 33, pp. 263-276.

Zimmermann A. & A. Favell (2011), « Governmentality, Political Field or Public Sphere? Theoretical Alternatives in the Political Sociology of the EU», European Journal of Social Theory, vol. 14, pp. 489-515.

Haut de page

Notes

1 Félix Guattari avait suggéré à Jacques Lacan de distinguer entre les objets partiels (notés a), les objets transitionnels (Donald Winnicott) (b) et les objets institutionnels (c), qui sont l’objet de la micropolitique (Guattari, 2007).

2 De ce pluralisme ontologique résulte chez Gilles Deleuze et Félix Guattari un point de vue que l’on pourrait qualifier à la fois d’éthique et de critique, qui suppose, d’une part, que chaque agencement dispose de qualités expressives ou intensives irréductibles à un seul type de langage, à un seul mode d’expression, au point de forcer le langage lui-même à s’y reprendre sans cesse, comme un « étrange bégayement de la langue » et appelle, d’autre part, à destituer tous les « blocages » susceptibles d’opérer une uniformisation substantielle de l’énonciation sous le registre du signifiant (la Substance qui devient Sujet, le Sujet qui devient Centre, etc.).

3 La coexistence cesse toutefois lorsque l’État devient totalitaire (fonctionnement en « vase clos ») ou fasciste (bifurcation qui tourne en « ligne de mort »).

4 En Europe, on évalue ainsi à environ 10 000 le nombre de sociétés d’ingénierie-conseil, regroupant des entreprises de toutes tailles et des métiers de toutes sortes, pour un marché annuel de 70 milliards d’euros. Source : www.efcanet.org, site de l’EFCA (European Federation of Engineering Consultancy Association).

5 Créée après-guerre sous l’autorité du ministère de la France d’Outre-mer et à l’origine spécialisée dans le développement agricole, cette société voit par la suite ses activités lentement redéployées en direction de différentes aires géographiques (pays africains, latino-américains, européens, etc.) et de la gestion de projets (incluant actions de communication et de formation), qui la conduisent à œuvrer davantage auprès des bailleurs de fonds bi- et multilatéraux (Bérard, 2009a).

6 Reprenant ici à notre compte l’expression d’Howard Becker, pour qui les « ficelles du métier » appellent à « se libérer des modes de pensée routiniers et confortables que la vie universitaire favorise et soutient » (Becker, 2002 [1998], p. 29).

7 Les débuts de la politique d’aide de la Communauté européenne remontent directement à la signature du traité de Rome en 1957, date de la mise en place du FED. Les pays et territoires d’outre-mer (PTOM) en sont les premiers destinataires. Il faut toutefois attendre la signature du traité de Maastricht, en 1993, pour voir les politiques d’aide européenne se doter d’une solide base juridique (articles 177 à 181 TCE).

8 Citons, par exemple, TACIS (Technical Assistance to the Commonwealth of the Independent States), destiné aux États partenaires d’Europe orientale et d’Asie centrale, lancé en 1991 suite à l’éclatement du bloc soviétique, ou MEDA (Mediterranean European Development Assistance), principal instrument de coopération économique et financière du partenariat euroméditerranéen, lancé en 1996 et inspiré du premier.

9 Journal officiel des Communautés européennes du 18.1.2000, L12/9, annexe IV relative aux « Principes régissant l’attribution des marchés par voie d’appel d’offres, notamment d’appel d’offres restreint ».

10 Les TDR d’un projet contiennent à ce titre de nombreuses informations utiles au cadrage de l’activité des experts comme des consultants : historique du projet, définition du ou des objectifs assignés aux études, éventuels risques encourus, moyens mis à disposition, méthodologie envisagée, expertise requise, obligations en matière de rapports, évaluation et suivi du projet, plans de travail, etc.

11 Certaines de ces entreprises « virtuelles » proposent des bases de plusieurs milliers de CV électroniques préformatés selon les exigences des bailleurs de fonds. Dans certains cas, ces entreprises peuvent également mettre à disposition de leurs clients un système d’alerte qui les informe régulièrement des appels d’offres, des entreprises « shortlistées », des projets en cours et à venir.

12 La théorie de l’« acteur-réseau » (Latour, 2006), qui s’est développée à partir d’une analyse des laboratoires comme « centres de calcul », illustre bien ce trait avec la notion d’« oligoptique » (oligo- venant du grec oligos, qui signifie « petit, peu nombreux »), en référence à la figure (renversée) du panoptique (Jeremy Bentham, Michel Foucault).

13 Au sens où « les objets frontières ne prétendent pas représenter une vérité universelle et transcendante : ce sont des constructions pragmatiques qui effectuent le travail requis ou reconnaissent leur propre impuissance à le faire » (Bowker & Star, 1993, p. 299).

14 Une perspective qui peut ici rejoindre l’approche pragmatique des institutions que propose Virginie Tournay en termes de tissu social « à densité variable » (Tournay, 2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Bérard, « Micropolitique d’un être collectif. Variation sur l’institution européenne », SociologieS [En ligne], Dossiers, La consistance des êtres collectifs. Mode(s) d’existence, dilemmes ontologiques et politiques, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6570

Haut de page

Auteur

Yann Bérard

Université des Antilles, Faculté de droit et d’économie de la Martinique, France - yann.berard@univ-antilles.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page