Navigation – Plan du site
La consistance des êtres collectifs. Mode(s) d’existence, dilemmes ontologiques et politiques

La consistance des êtres collectifs. Mode(s) d’existence, dilemmes ontologiques et politiques

Introduction du Dossier
Virginie Tournay

Texte intégral

« Parapluie pour temps sec »

1Nombre d’entre nous ont gardé en mémoire la production télévisée d’animation Les Shadoks mettant en scène des oiseaux rondouillards absolument ridicules, bêtes et méchants, affublés de longues pattes, de petites ailes et de quelques poils sur la tête. S’inscrivant dans le registre de l’humour absurde, les saynètes de quelques minutes racontent la mise au point d’inventions improbables, coûteuses en énergie et inutiles, lancées par ces curieux personnages. Pourquoi démarrer le préambule d’un Dossier dédié à la consistance des êtres collectifs par le contenu de ce programme de télévision qui, par ailleurs, fut considéré comme éminemment subversif au moment de sa diffusion peu avant les évènements de Mai 68 ? Parmi ces inventions, certaines ne sont pas dénuées d’enseignement pour qui s’intéresse à la production de l’intelligibilité du monde social, au décodage perceptif des intentions, ou encore à ce qui fait spontanément sens et unité dans un environnement complexe aux yeux de différents publics et observateurs. Parmi les célèbres images des Shadocks, « Parapluie pour temps sec » pourrait correspondre à l’une des figures emblématiques de cette sociologie de la perception. Elle représente un parapluie surmonté en son centre d’un réservoir fontaine qui projette de l’eau sur la partie supérieure du parapluie tandis que le Shadock qui le tient se promène avec, en toile de fond, un grand ciel bleu ensoleillé. Cette vignette humoristique illustre le profond décalage entre la fonction utilitaire d’un outil et la réalité d’un contexte qui ne justifie en rien son utilisation. Au-delà, elle met en scène de façon remarquable les mécanismes de l’« apparence trompeuse du donné » pour reprendre l’expression de Nelson Goodman (2007). Celui qui est sous le parapluie perçoit l’eau qui tombe sur le parapluie : il l’entend et en ressent corporellement les impacts sur la toile. Il est donc sensoriellement plus enclin à adhérer à l’utilité du parapluie que celui (vous, moi) qui regarde le tableau général de cette scène sans ressentir la réception de la pluie. Le Shadock sous le parapluie a donc une vision singulièrement différente du monde qui l’entoure et de sa composition d’ensemble.

2Cette saynète schadokienne nous fournit une porte d’entrée pour comprendre les mécanismes de perception des êtres et de l’environnement. Elle montre que la perception immédiate du monde n’est pas un inventaire plus ou moins exhaustif d’un tableau partagé que chacun serait à même de recomposer progressivement afin d’atteindre une vision commune, rapportée à quelques nuances près. Pour reprendre les termes de Georges Perec (1982), la tentative d’épuisement d’un lieu opéré par l’observateur, aussi restreint que soit son périmètre, ne parvient qu’à reconstituer imparfaitement la mécanique de son propre ressenti individuel. Elle échoue drastiquement à déterminer les conditions possibles ou encore les caractéristiques du ressenti pour un autre observateur. Les perceptions restent singulières, inépuisables dans leur description et tributaires de la relation qu’établit l’observateur avec son environnement immédiat. Dès lors, l’interrogation porte sur ce qui fait la consistance des êtres, et en particulier celle des êtres collectifs, caractérisés par la réunion active d’éléments épars. C’est une question de nature cognitive mais également politique puisqu’elle est tributaire de nos perceptions individuelles ainsi que de l’établissement d’un consensus général permettant de dire que telle ou telle chose définit un être collectif consistant.

Mode(s) d’existence de la consistance

Une réalité située

3Quelles sont les variables dépendantes de cette consistance ? Si on reprend l’image des Shadocks, l’identification d’un phénomène –ici la pluie – et en conséquence l’utilité protectrice du dispositif technique, sont indissociables de la localisation de celui qui perçoit ces éléments. Cette dimension est une première variable fondamentale qui préside à la répartition des éléments atteignant notre champ de perception. D’une part, la perception individuelle est un élément de relation et d’autre part, cet élément est incontestablement « échelle d’observation-dépendante ». Cette posture phénoménologique ne rejoint pas pour autant la pente glissante du relativisme qui soutiendrait qu’il n’y a pas de réalité partagée. L’appréhension sensible du monde détient ici une valeur épistémologique propre, objective, qui la rapproche de la phénoménologie d’Ernst Mach : la connaissance commence dans le fait même de percevoir (Mach, 1996). Il y a une objectivité de la sensation qui n’est pas réductible uniquement à une appréhension immédiate du connu, mais qui constitue surtout un point de passage obligé dans l’acquisition des connaissances. Reconnaître la portée objective du niveau sensoriel n’est pas incompatible avec une vision réaliste du monde social ni même avec sa modélisation scientifique. En revanche elle va de pair avec la reconnaissance d’un monisme neutre où la réalité est à la fois physique et psychique.

4Parce qu’elle est de nature relationnelle, toute perception est d’abord et avant tout située ; elle est susceptible d’aboutir à des raisonnements diamétralement opposés selon les points de référence de l’observateur, c’est-à-dire selon la façon dont il atteste les modes d’existence des entités qui l’entourent. Cette diversité des regards peut conduire à des divergences interprétatives susceptibles de dépasser le seul cadre privé ou culturel pour rencontrer des enjeux identitaires et politiques. Les controverses autour du burkini ou celles liées à la présence des crèches dans les mairies en sont une illustration flagrante : un même tableau donne lieu à une diversité interprétative et, plus encore, de ressentis. Simple vêtement de recouvrement pour les uns, symbole d’aliénation de la femme pour d’autres, le burkini met en opposition une diversité de référents culturels bien que le tableau descriptif soit le même pour tous. Les choses n’existent pas en soi mais s’articulent à des caractéristiques qui sont directement définies par nos sensations. Si bien que la réalité peut être partagée à travers ses formes d’attestation (tout le monde perçoit le burkini) mais elle n’est pas directement accessible de façon globale et entière.

Des médiateurs comme points de passage obligé

  • 1 Métaphore opératoire empruntée à Jon Elster (1989).

5Quelles que soient l’échelle et la nature de l’objet soumis à la discussion, depuis l’intime jusqu’au public, la problématique est donc éminemment politique puisqu’elle concerne une opération mentale de désignation des choses et des êtres. Face à une pluralité de manières de décoder un être ou de percevoir un même tableau social, l’analyse implique de désontologiser la connaissance. Cette opération repose sur le constat que la perception immédiate que nous avons des choses et des êtres n’est pas nécessairement partagée et qu’elle n’est rendue possible qu’à travers des médiations détenant un pouvoir de monstration, c’est-à-dire qui sont associées à un faire percevoir (Tournay, 2009). Les formes d’attestation constituent une deuxième variable fondamentale dans la détermination de la consistance des êtres. Il y a une diversité ontologique des manières de saisir les choses et les êtres, c’est-à-dire de les organiser entre-elles et de mettre en place des liaisons associatives. Ainsi, le « ciment » 1 des êtres, l’assignation de leurs propriétés et de leur forme est indissociable de la réduction de cette diversité ontologique. Dès lors, la métaphysique apparait indissociable d’une philosophie de la connaissance (Thiercelin, 2011). Cette réduction de la diversité dépend de la localisation de l’observateur et des médiations qui lui sont directement accessibles. Elle est donc éminemment relationnelle.

Dilemmes ontologiques et politiques

L’énigme de la consistance

  • 2 Cet aspect a été interrogé dans le cadre du colloque organisé à Cerisy sur « La consistance des êtr (...)

6Comment la perception de ce qui nous entoure nous conduit-elle intuitivement à concevoir l'existence de collectifs consistants et à leur donner une désignation intégrée sans que ce travail cognitif soit laborieux ou continument controversé ? Si des débats plus ou moins étendus dans la société portent fréquemment sur le périmètre, de même que sur ce qui compose ces êtres, l’Être même de collectif ni leur Raison d’être ou leur Raison à être, ne sont remis en cause. Il en est ainsi des communautés animales, des espèces, des peuplades humaines, des mobilisations sociales, du peuple, de l’État ou encore des entités supra-étatiques comme l’Union européenne. On ne remet que très rarement en cause l’impératif classificatoire de ces regroupements qui correspondent à des sujets collectifs auxquels on accole une intentionnalité 2. Certaines avancées technologiques sont susceptibles de déstabiliser ces ontologies solidement ancrées dans nos imaginaires collectifs comme par exemple les prospectives actuelles sur l’intelligence artificielle qui pointent du doigt le risque que notre souveraineté politique est en train de se diluer au profit d’une transformation des États européens en colonies numériques des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) américains (Alexandre, 2017). Ce qui provoque des phénomènes d’angoisse collective et de controverses.

7Par quels procédés les individus sont-ils amenés à doter ces totalités singulières (Kaufmann & Trom, 2010) d'une intentionnalité et d'objectifs bien précis ? L’évidence phénoménologique de cette personnification n’est ici qu’apparente puisque la principale difficulté pour tout agencement institutionnel n’est pas de parvenir à une totalité. Elle réside plutôt dans le fait, comme nous le rappelle Georges Renard, un disciple du constitutionnaliste Maurice Hauriou, qu’il y a plusieurs manières de parvenir à un tout (Renard, 1939). Chaque observateur confronté à la vaste forêt ontologique du monde social compose sa totalité en fonction des formes d’attestation qu’il a à disposition. Ainsi, la consistance des politiques de l’emploi est tout autant définie à partir de ses indicateurs de lutte contre le chômage, des aides aux entreprises, des commentaires de presse que par le mécontentement du citoyen lambda lorsque celui-ci, par exemple, est victime d’un licenciement économique.

La totalisation des êtres collectifs intentionnels : de l’ontologie à une sociologie de l’engagement

8À la question de savoir comment les individus s’accordent sur une totalité sociale donnée quand il y a plusieurs manières d’être un tout, une journée d’étude consacrée aux travaux de Philippe Descola au Centre Jacques Berque (Ferrié, 2012) a été organisée afin d’approfondir les travaux conventionnalistes. Elle nous a amenés à envisager cet accord comme un phénomène de composition momentanée inscrivant un schème particulier de relations entre les parties et à distinguer deux types d’êtres collectifs selon cet élément de relation (Tournay, 2012). La première catégorie – non institutionnelle – amène l’individu à penser la totalité comme la congruence de choses partageant des propriétés communes. C’est par exemple le cas du parterre de pâquerettes dont le liant résulte des similitudes morphologiques entre les fleurs situées à proximité les unes des autres. Envisagé comme un simple être de nature, il concrétise de façon univoque une totalité donnée plutôt qu’une autre. Tandis que la deuxième catégorie – institutionnelle – regroupe les êtres collectifs qui semblent animés d’une causalité intentionnelle propre, c’est-à-dire « personnifiée ».

9Le deuxième dispositif de totalisation est l’objet de notre attention dans le cadre de ce dossier spécial parce qu’à la différence des simples êtres de nature qui se conçoivent aisément comme êtres collectifs, le mode d’existence des êtres dits intentionnels repose sur l’hypothèse d’interactions réciproques, de médiateurs matériels et de rituels symboliques à la base de leur attestation collective. Cette partition entre le mode d’identification des êtres collectifs naturels et des êtres « artificiels » ou plutôt institués, n’est cependant pas rigide. Les êtres intentionnels « non humains » comme les divinités, les esprits ou les animaux ne se donnent pas directement à voir dans une structure matérielle mais à travers des indices qui manifestent leur présence. L’article de Dominique Guillo – « Ce que nous apprend l’animal sur l’intentionnalité des êtres. De l’importance de l’ajustement interactionnel des intentions » – permet de réfléchir à la manière dont l’être humain attribue une intention. L’auteur met l’accent sur l’ajustement pragmatique des interactions, en relation avec la structure ou les mouvements des dispositifs vivants en présence. À ce titre, les formes d’attestation de l’intentionnalité animale sont à distinguer de celles des divinités dont la présence est supposée à travers une diversité d’êtres matériels selon les observateurs et les croyances.

10Cette diversité des signes de présence ne conduit pas toujours à un même dispositif de totalisation. Elle interroge ainsi la continuité dynamique permettant à ceux qui en parlent de fixer les enchaînements causaux et d'en retracer l'histoire. Si bien que leur intention, leur forme et leur existence sui generis ne sont rendues possibles que par ceux qui leur en prêtent une. L’être collectif, qu’il soit divin ou humain, est constamment reconstitué par la répétition de rituels et d’opérations de communion (Sfez, 1993). Un double constat en découle. Premièrement, il faut privilégier le principe asymétrique d’interdépendance en situation d’interactions réciproques (Ferrié, 2012) plutôt que celui de symétrie généralisée, puisque l’existence particularisée de l’être collectif en dehors de celle des individus ne vaut que si elle est vécue en tant que telle par ses publics. La perception est donc vectorisée puisqu’elle est définie par ceux qui la portent, elle n’est donc pas symétrique. Virginie Tournay et Frédéric Forest montrent à travers la consistance des marques publicitaires et des robots conversationnels, que l’être collectif est avant tout un processus de mise en relation entre l’individu hyper-connecté et le monde extérieur sursaturé en messages ainsi que par de multiples entreprises de captation. Ajoutés aux analyses de la sociologie pragmatique des engagements, les travaux psychanalytiques sont d’un grand secours pour comprendre comment un individu parvient à mettre en relation des signes pour former un tout signifiant, pour faire apparaître un être collectif consistant et déconnecté des publicitaires qui la portent ou encore de ceux qui en ont conçu les algorithmes. Structuré comme un rêve, l’être collectif s’incarne dans la parole d’une marque ou d’un assistant virtuel personnalisé et propose de répondre aux besoins des publics.

11Deuxièmement, il faut interroger les formes d’ajustement et de désajustement entre la perception des systèmes intégrés et leur modalité linguistique. Impossible de comprendre la force des labels publicitaires et des assistants personnels intelligents sans inventorier les manières dont chacun s’engage auprès de ces êtres collectifs. C’est un travail de fond auquel s’est attelé Jean-Louis Genard qui saisit la consistance des êtres collectifs à partir des différentes modalités de l’engagement. La façon dont nous donnons une existence linguistique aux êtres qui composent notre environnement est indissociable de la façon dont nous les appréhendons comme un tout, c’est-à-dire de la façon dont nous articulons chacun des éléments de ces êtres entre eux pour figurer une totalité. L’auteur pointe les différentes formes par lesquelles les individus prêtent une agentivité aux collectifs et va ainsi bien au-delà des enjeux méréologiques. La variable du langage, tout comme ce qui motive et formate les engagements au sein des êtres collectifs, ne peut être éludée dans la production de l’ordonnancement partagé du monde social. Du marché aux groupes sur Facebook en passant par la musique classique, la structure que l’on assigne à ces différentes totalités est directement tributaire de la façon dont on s’y engage.

Les dilemmes politiques de l’être collectif

12L’être collectif est également un être qui est éprouvé (Cantelli, 2007) et que l’on dote de pouvoirs. Il est éprouvé lorsque les acteurs lui prêtent une intentionnalité ou un engagement. C’est ce que démontre Guy Saez dans sa contribution « L’être collectif du peuple à l’épreuve du projet d’un théâtre national populaire de Wagner ». L’idéal de démocratisation de la culture se heurte continument à la réalité hétérogène de ce que recouvre le mot « peuple » et engrange, par ce fait même, la structure déceptive qui caractérise toute politique culturelle. Cette fétichisation institutionnelle du peuple, c’est-à-dire la volonté d’en faire un être collectif consolidé, est propre aux représentants de l’ordre établi dont le projet « d’art élitaire pour tous » –pour reprendre l’expression d’Antoine Vitez – ne peut aboutir qu’à des échecs répétés : les intentionnalités, qu’elles proviennent de l’artiste ou de l’homme politique, sont régulièrement cassées par les publics qui sont mutables et qui ne se laissent jamais pleinement saisir.

  • 3 La multiplicité peut également trouver écho dans la phrase suivante : « il y a autant de limites qu (...)

13L’être collectif est-il doté de pouvoirs ? La contribution de Yann Bérard s’intéresse à la micropolitique de l’Union européenne. Il investit les plis du gouvernement à distance de cet être collectif et interroge la consistance de ce macro-acteur à partir de son échelle de gouvernementalité sans évacuer la problématique de la multiplicité à l’origine des formes variées de composition du collectif de l’Union européenne. L’auteur envisage sa limite comme une négociation entre les choses qui n’a qu’un temps (Garcia, 2011) 3. Faisant simultanément coupure et couture avec l’horizon politique, cet être collectif est ainsi rapporté à un ensemble flou dont la consistance réside dans le fait de « tenir-ensemble » des éléments hétérogènes, et plus encore dans ce qui le définit comme un appareil de « capture » lui permettant de s’approprier ce qui lui résiste et de produire des énoncés aptes à circuler rapidement dans l’espace social. Cette dynamique appuyée sur l’étude des centres de pouvoir invite à réfléchir à la notion d’intentionnalité qui n’est ainsi plus réductible à l’expression d’intériorités mais à une entreprise de circulation. La plus-value de ce type d’approche est sans équivoque la possibilité de décrire ces espaces flous en tenant compte de leur matérialité sans passer par une découpe spatiale de l’analyse (en « secteurs » ou en « dimensions ») (Weisbein, 2011 ; White, 2010).

14Tandis que nos démocraties pluralistes sont livrées à la globalisation, nos vies individuelles sont en proie à une recomposition accélérée (Rosa, 2010), avec un essoufflement des différents ordres de totalité et des collectifs politiques (David & Le Dévédec, 2016). Aussi, l’objectivation des pluralités constitutives du réel et la compréhension du consensus conduisant à telle modalité collective plutôt qu’à telle autre constituent un défi qui relève autant des sciences du politique que de la vie politique, ou encore de l’anticipation politique. Elle est indissociable de la reconnaissance d’une transformation radicale de nos capacités collaboratives et de nos capacités à fabriquer des croyances communes en raison de la numérisation de nos sociétés (Noah Harari, 2017). En ce sens, une voie possible consisterait à se rapprocher du cadre épistémologique de Jean Leca qui conjugue un réalisme attentif à un pluralisme réaliste (Leca, 2012 ; Zaganiaris, 2017). Il faut y déceler la nécessité de rompre avec le pluralisme radical, de repenser nos catégories avec prudence sans toutefois abandonner nos croyances en un monde commun et aux valeurs qui l’accompagnent. Tel est le difficile pari du chercheur et du citoyen.

Haut de page

Bibliographie

Alexandre L. (2017), La Guerre des intelligences, Paris, Éditions J.-C. Lattès.

Cantelli F. (2007), L’État à tâtons. Pragmatique de l’action publique face au sida, Bruxelles, Éditions PIE-Peter Lang.

David P.-M. & N. Le Dévédec (2016), « Des communs au commun : un nouvel horizon sociologique ? », SociologieS [En ligne], Dossiers, Des communs au commun : un nouvel horizon sociologique ?, mis en ligne le 19 octobre, consulté le 22 décembre 2016. URL : http://sociologies.revues.org/5652 .

Elster J. (1989), The Cement of Society: A study of social order, Cambridge, Cambridge University Press.

Ferrié J.-N. (2012), Introduction. « Ce qui fait les êtres : la caractérisation des êtres naturels et surnaturels », Les rencontres du CJB, n° 2, pp. 1-6.

Garcia T. (2011), Forme et objet. Un traité des choses, Paris, Presses universitaires de France.

Goodman N. (2007), Manières de faire des mondes, Paris, Éditions Gallimard.

Kaufmann L. & D. Trom (dir.) (2010), Qu’est-ce qu’un collectif ? Du commun au politique, Paris, Raisons pratiques, no 20, EHESS.

Leca L. (2012), « Les deux sciences politiques. En relisant George Burdeau », Revue française de science politique, vol. 62, n° 4, pp. 658.

Mach E. (1996) (traduction F. Eggers et J.-M. Monnoyer), L’Analyse des sensations. Le rapport du physique au psychique, Paris, Éditions Jacqueline Chambon.

Noah Harari Y. (2017), Homo deus : une brève histoire de l'avenir, Trad. de l'anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Éditions Albin Michel.

Perec G. (1982), Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, Paris, Éditions Christian Bourgeois.

Renard G. (1939), La Philosophie de l’institution, Patis, Librairie du recueil Sirey.

Rosa H. (2010), Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, Éditions La Découverte.

Sfez L. (1993), La Politique symbolique, Paris, Presses universitaires de France.

Thiercelin C. (2011), Le Ciment des choses. Petit traité de métaphysique réaliste, Paris, Éditions Ithaque.

Tournay V. (2009), « Ce que revendiquer veut dire. Éléments pour une pragmatique de la monstration », Quaderni, vol. 1, n°68, Militantisme médical et fabrique des politiques de santé, pp. 5-9. [En ligne] http://quaderni.revues.org/172

Tournay V. (2012), « Les êtres collectifs. Comment parvenir à une totalité donnée quand il y a plusieurs manières d’être un tout ? », Les rencontres du CJB, n° 2, pp. 46-51. http://www.cjb.ma/images/stories/Rencontre_2_Ce_qui_fait_les_tres_final.pdf

Weisbein J. (2011), « Vers une sociologie pragmatique de l'UE ? », Politique européenne, note de lectures, vol. 1, n° 33, pp. 263-276.

White J. (2010), « European Integration by Daylight », Comparative European Politics, n° 8, pp. 55-73.

Zaganiaris J. (2017), « Perspectives giacomettiennes : l’apport épistémologique de Jean Leca à la science politique », Revue française d’histoire des idées politiques (à paraître).

Haut de page

Notes

1 Métaphore opératoire empruntée à Jon Elster (1989).

2 Cet aspect a été interrogé dans le cadre du colloque organisé à Cerisy sur « La consistance des êtres collectifs. Échanges pragmatiques et enjeux épistémologiques, 10-17 juin 2013. http://www.ccic-cerisy.asso.fr/etrescollectifs13.html

3 La multiplicité peut également trouver écho dans la phrase suivante : « il y a autant de limites que de rapports possibles entre les choses » (Garcia, 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Tournay, « La consistance des êtres collectifs. Mode(s) d’existence, dilemmes ontologiques et politiques », SociologieS [En ligne], Dossiers, La consistance des êtres collectifs. Mode(s) d’existence, dilemmes ontologiques et politiques, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6526

Haut de page

Auteur

Virginie Tournay

Directrice de recherche au CNRS, Centre de recherche politique de Sciences Po (UMR CEVIPOF) à SciencesPo, Paris, associée UMR-PACTE (France) - virginie.tournay@sciencespo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page