Navigation – Plan du site
L’enquête ethnographique en mouvement : circulation et combinaison des sites de recherche

Retour sur une carrière, « tout-terrain » ?

Reflection on a career, “all-terrain”?
Anne Monjaret

Résumés

L’ethnographe ne peut concevoir sa recherche sans « terrain ». Ce terrain peut prendre des formes multiples, être déployé sur un site ou plusieurs à la fois, être transnational. Il a également toujours quelque chose de mouvant qui peut pousser à des prises de risque. Et en cela, l’expression « tout-terrain » prend tout son sens. C’est à partir de l’examen de ses propres expériences ethnographiques, sur le temps long d’une carrière (des années 1980 aux années 2000), que l’auteure souhaite saisir les adaptations et les réajustements qu’ont nécessité ses terrains d’enquête et par là les mouvements de perpétuel renouvellement de sa recherche. Selon elle, faire une ethnographie « tout-terrain » implique une capacité à la mobilité géographique, méthodologique, thématique et théorique.

Haut de page

Texte intégral

1Qu’il soit ethnologue ou sociologue, l’ethnographe ne peut concevoir sa recherche sans « terrain ». Ce terrain n’est pas seulement le « lieu » – les lieux – (Brochot & La Soudière, 2010) où s’ancre une enquête mais il est surtout ce qui la conditionne et, plus largement encore, ce qui oriente la recherche et la manière de la conduire. Faire du terrain suppose de suivre certaines pistes, d’en abandonner d’autres, de les quitter, de s’embourber, etc. Le terrain a toujours quelque chose de mouvant qui peut pousser à des prises de risque. Et en cela, l’expression « tout-terrain » prend tout son sens. Elle renvoie à la possibilité d’évoluer « hors des chaussées aménagées », « hors territoire » (Bourgeot, 1991, p. 705), autrement dit hors des cadres attendus ou conventionnels. Ainsi, le « travail de terrain » (Izart, 1991) en ethnographie consiste à être capable de manœuvrer n’importe où, dans n’importe quelles circonstances, les sorties de piste appartenant aussi à la dynamique de la recherche. Il implique une capacité d’adaptation, de mobilité et de pluralité, qui se renforce tout au long d’une carrière et qui forge l’« expérience » ethnographique (Copans, 2002, p. 13) du chercheur.

  • 1 Ici je ne soulignerai pas les logiques et mobilités thématiques de mes recherches, comme j’ai pu le (...)

2Pour saisir cette dynamique, je propose un retour sur quelques-uns de mes travaux, menés essentiellement à Paris et sur le contexte académique de leur déroulement. Cette lecture diachronique, surplombante et réflexive permettra d’expliciter ce que Howard S. Becker nomme les « ficelles du métier » (Becker, 2002), mettant en évidence mes façons de travailler, au fil du temps, sur ou avec le(s) terrain(s), de composer avec les difficultés rencontrées, de dégager des objets d’étude et de les traiter 1. Au travers de l’observation d’une recherche encore en train de se faire, en l’occurrence la mienne, je chercherai à montrer comment l’expérience ethnographique s’acquiert dans un mouvement de perpétuel renouvellement. Cet article n’a pas d’autres prétentions que celle d’apporter un témoignage.

« Un objet aux multiples terrains » 2 (les années 1980)

  • 2 Reprise du titre d’un de mes articles (Monjaret, 1989)

3Étudiante à l’université de Paris X - Nanterre en ethnologie dans les années 1980, j’ai très vite choisi de m’orienter vers une ethnologie de la France, c’est-à-dire de « chez soi » et qui plus est, pour mon mémoire de maîtrise, de m’intéresser à une fête professionnelle célébrée à Paris : la Sainte-Catherine.

4J’ai, pour ainsi dire, effectué d’emblée plusieurs sorties de piste compte tenu des attendus propres à l’anthropologie classique. En effet, mes choix n’allaient alors pas de soi, même si je n’étais pas la seule à les faire.

5L’option de la proximité géographique pouvait passer pour de la facilité, aux yeux de mes camarades, notamment africanistes. D’après eux, j’évitais l’épreuve du terrain. Pouvait poindre dans certaines attitudes du mépris disciplinaire : « Vous cherchez l’exotisme dans le papier peint », avait rétorqué un de nos enseignants. J’apprenais ainsi à mes dépens qu’il existait une hiérarchie au sein des champs de la discipline. Mais c’étaient aussi les frontières disciplinaires, entre l’anthropologie et la sociologie, qui s’exprimaient.

6L’objet d’étude de mon mémoire de maîtrise, que je poursuivrai en thèse, n’était pas non plus sans poser quelques problèmes. Si la fête est considérée comme une thématique classique de l’anthropologie, en revanche, la saisir sur les lieux du travail la rendait alors moins intelligible auprès des ethnologues. L’entreprise n’était pas encore un terrain assis en ethnologie, elle commençait tout juste à être investie (Monjaret, 2012). L’originalité du sujet ne semblait pas suffire à convaincre les plus réticents des enseignants. Aujourd’hui, je ne regrette pas d’avoir pris quelques risques. Avec le recul, je comprends mieux les enjeux d’alors, les changements qui s’opéraient au sein de la discipline et les difficultés qu’ils sous-entendaient. Mes travaux et la manière de les mener n’en sont que les reflets.

  • 3 C’est-à-dire un atelier dans lequel sont travaillés les modèles souples de jupe ou de robe, se dist (...)
  • 4 Je ne me suis jamais totalement désengagée de la thématique, publiant sur le sujet encore récemment (...)

7J’ai commencé en maîtrise par un premier terrain ethnographique dans une maison de haute couture qui, par chance, avait accepté de m’ouvrir ses portes, le jour de la fête corporative, le 25 novembre. Le hasard des bonnes rencontres… Au début de ma formation, apprenant la pratique du terrain « sur le tas » – il n’y avait pas encore les manuels disponibles aujourd’hui – je tâtonnais, essayais de faire au mieux pour réunir des informations nécessaires, pour analyser, interpréter cet événement. J’ai ainsi pu réaliser des observations dans un atelier de flou 3, puis dans les salons de la maison, suivant les couturières – des ouvrières donc – qui m’avaient accueillie tout le long de la journée. Ce terrain a donné lieu à mon mémoire, puis à une publication. Percevant très vite l’intérêt de ce sujet resté vierge, j’ai décidé de poursuivre la recherche. J’ai d’abord profité des réseaux constitués au moment de mon premier terrain, allant notamment chez la modiste qui avait fabriqué les chapeaux de catherinette pour la maison de haute couture. Pour mon doctorat, j’ai progressivement étendu mes investigations et repéré les établissements où se déroulaient les festivités dans et en dehors des lieux de travail : maisons de haute couture, banques, Hôtel de Ville de Paris, quartier du Sentier (2ème arrondissement), boîte de nuit, etc. Je travaillais donc sur plusieurs terrains à la fois 4.

8Optant clairement pour une approche thématique de la fête, le terrain ne m’apparaissait plus comme une unité territoriale à circonscrire mais comme des entités territoriales plurielles, me permettant de saisir autrement ce qui peut s’entendre comme un fait social total. Il faut dire qu’à l’époque, des changements méthodologiques sont en train de s’opérer. La monographie semble ne plus correspondre aux attendus des ethnologues qui se tournent davantage vers une approche thématique. Dans le contexte européen, la critique de cette démarche porte notamment sur l’illusion de la totalité, d’une homogénéité communautaire qui effacerait les différences (Barthélemy et al., 2014, pp. 16-17). On peut également se demander si le développement de l’ethnologie urbaine n’a pas concouru à délaisser cette approche qui privilégiait avant tout l’observation de petites unités comme les villages.

9En ces années 1980, le terrain prenait donc de nouvelles formes, il devenait possible de travailler sur plusieurs sites à la fois, et qui plus est « chez soi », mais, si l’on se réfère au Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie daté de 1991 (Bonte & Izard, 1991), on ne qualifiait pas encore cette démarche ethnographique de « multi-située ». Cette nouveauté qui remettait en question les principes classiques de l’enquête, adoptés par les générations précédentes, suscita quelques réflexions. Ainsi, en 1989, un numéro de L’Atelier, publication éditée par le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative à Nanterre, auquel je participais, était consacré à « L’ethnologie des terrains instables » (Augustins, 1989). Le titre est révélateur. Même s’il n’est pas explicité dans l’introduction du dossier, on comprend qu’il s’agit de définir les contours de nouveaux terrains dans nos sociétés contemporaines. C’est à partir des travaux des étudiants en ethnologie qu’une réflexion, à l’initiative d’un de nos enseignants, Georges Augustins, est menée sur la notion de terrain, car il nous semblait que nos terrains, pour la plupart urbains et français, ne collaient plus à la définition qui veut que celui-ci s’entende « comme une étude de communauté » (Augustins, 1989, p. 7). Nous sortions en quelque sorte des chemins battus. Dans ce même numéro, Gérard Lenclud s’interrogeait sur le rôle que « peut avoir le terrain dans une ethnologie résolument tournée vers la connaissance de la société moderne » : « Le terrain, à mon avis, est l’endroit désormais éclaté (sinon « délocalisé », auquel cas il n’y aurait plus de terrain) où une culture qui livre ses grandes lignes dans des textes au sens large est soumise à l’épreuve pratique, où l’ethnologue, grâce – et non malgré – à la connaissance qu’il en a va la voir dans ses œuvres, dans ses petites œuvres » (Lenclud, 1989, p. 46).

10C’est donc dans ce contexte de recadrage de la démarche ethnologique que j’ai fait mes premiers pas d’ethnologue et que s’est inscrite ma propre pratique du terrain.

Quand le terrain (sur quatre sites) fait l’objet d’étude (les années 1990)

11Au milieu des années 1990, j’ai de nouveau fait l’expérience d’un terrain sur plusieurs sites. Mais dans ce cas, c’est le terrain qui m’a conduite à mon objet de recherche et non l’inverse comme lors de ma recherche sur la Sainte-Catherine.

  • 5 Le CEF a été mon premier laboratoire d’affectation comme chercheur en 1996.

12Il s’agissait d’une recherche collective, patrimoniale et ethnographique sur trois hôpitaux parisiens qui s’apprêtaient à fermer leurs portes pour fusionner dans un nouvel établissement. Le cadre institutionnel et les conditions de travail étaient complètement différents de la précédente recherche. Une convention associait le Musée national des arts et traditions populaires et le Centre d’ethnologie française (CEF : UMR CNRS - DMF) 5 à l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AH-HP), l’enquête devant être menée par une équipe de quatre ethnologues, sous la direction de Marie-Christine Pouchelle. Nous étions toutes des femmes, deux d’entre nous étions statutaire et avons travaillé de façon transversale d’abord sur les trois sites puis sur le quatrième. Quant aux trois autres, contractuelles, elles s’occupaient respectivement d’un site (Monjaret, 2001). Nous devions évoluer dans un « espace délimité géographiquement par l’autorité qui s’y exerce » (Bourgeot, 1991, p. 704), l’unité territoriale émanant de l’institution – AP-HP. Notre mobilité était donc contenue et circonstancielle. Et nous nous sommes vite aperçues que le terrain était miné (Albera, 2001). La fermeture d’un établissement n’est pas un contexte anodin et le commanditaire avait conscience de sa dimension sensible, au point de nous faire jouer le rôle d’accompagnateur social. L’idée de la commande était à l’origine d’aider à la fusion institutionnelle, en préparant un document commun. En réalité, il n’en a rien été car chacun des hôpitaux a tenu à conserver, dans cette restitution écrite, l’expression de son identité singulière, craignant sans doute une confusion des mémoires. Trois plaquettes distinctes ont été éditées par l’AP-HP. Je n’ai que peu participé à cette publication. Mon implication dans cette enquête collective a donc été autre, puisque au final, je ferai en quelque sorte cavalier seul et mènerai de mon côté mes enquêtes en travaillant sur les quatre sites à la fois, contrairement aux collègues contractuelles.

13L’hôpital était alors pour moi un milieu inconnu et j’avoue avoir hésité au départ à accepter d’intégrer cet ambitieux projet. Mes réticences étaient liées à ma vision morbide et angoissante du lieu, mais l’intérêt scientifique a fini par l’emporter. Il faut dire que l’anthropologie des institutions étaient en train de se développer sous l’impulsion, notamment, de Marc Abélès (Abélès, 1995) et que la thématique de la fermeture (et des déménagements) rentrait dans mes préoccupations du moment (Monjaret, 2005a). Je réalisais que grâce à cette convention et aux possibilités d’accès au terrain qu’elle donnait, je trouvais là l’occasion de travailler sur ces deux dimensions. En commençant fin 1997 la pré-enquête sur les trois sites et dans différents services (médicaux, administratifs et techniques), j’étais cependant loin d’imaginer l’orientation qu’allait prendre ma recherche. Il était convenu que je ne me consacre pas uniquement à l’étude d’un site : j’ai donc navigué d’un hôpital à l’autre. Il fallait que je trouve ma place : c’est par effet d’élimination et d’intérêt qu’elle a émergé. N’étant pas spécialiste du monde médical, je me suis tournée vers les services, administratif et technique, pour ne me consacrer très vite qu’à ce dernier. Intriguée en début de terrain par l’absence des personnels du service technique sur une liste fournie par l’une des directions d’établissement pour nous aider à cadrer notre enquête, je n’ai eu ensuite qu’une hâte, c’est de tenter de les rencontrer. Sans doute mon intérêt pour les catégories ouvrières, les « gens de peu », n’a pas été étranger à ce choix. L’accueil que m’ont réservé les ouvriers et les jardiniers dans les différents sites a également largement contribué à l’amorce d’une ethnographie sur ces corps professionnels en particulier. J’ai été une femme reçue dans un monde d’hommes (Monjaret & Pugeault, 2014) et c’est la première fois que j’en faisais l’expérience.

14Ce sont donc les opportunités relationnelles qui ont délimité le territoire de mon enquête, un territoire regroupant quatre sites. Faire du terrain a donc impliqué de circuler sur plusieurs terrains à la fois. J’ai effectué des visites fréquentes sur chacun d’eux. Mes visites se sont progressivement espacées. Happée par d’autres projets sur Paris ou ailleurs, mon terrain s’est à ce moment-là effectué en pointillé, moins constant, plus distendu, sonnant sa fin. Ne venant plus suffisamment le voir, un de mes « informateurs privilégiés » s’impatientait de nos rencontres au point de me contacter pour que nous prenions rendez-vous, m’incitant à passer. Le départ à la retraite de celui-ci, au début des années 2000, alors qu’il avait intégré le nouvel hôpital, a été l’annonce de l’arrêt de l’enquête. Je peux dire que cet évènement biographique est venu en quelque sorte chambouler le fil de l’ethnographie, bien qu’ayant déjà pris un autre rythme.

15Pour autant, ces circonstances n’ont finalement pas interrompu le terrain lui-même. Je suis restée habitée par lui longtemps après la fin de l’enquête ; et aujourd’hui, il me semble n’en être pas encore sortie, malgré le passage à l’écriture. Et même si j’ai déjà écrit des articles restituant une part de l’étude, tant que je n’aurai pas achevé l’ouvrage que je lui destine, il me semble que j’aurai du mal à le quitter. En cela, je rejoins Michel Izard quand il écrit :

« Considérer que le projet intellectuel de l’anthropologie disparaît avec la fin des terrains, c’est oublier que le progrès de la connaissance ne passe plus par l’accumulation du savoir sur les sociétés "autres", dans la mesure même où la masse des matériaux inexploités est immense et où l’on constate que la théorie anthropologique n’a bien souvent progressé que par de nouveaux examens de données que l’on avait régulièrement cru définitivement analysées » (Izard, 1991, p. 472).

16Cette attitude n’est-elle pas simplement l’expression de l’engagement ethnographique (Céfaï, 2010) ? Le devoir de mémoire (Monjaret, 2005b) m’y pousse certainement. N’avais-je pas été accueillie par ces ouvriers hospitaliers, souffrant d’une invisibilité sociale, pour dire ce qu’ils sont ? Ne dois-je pas assumer jusqu’au bout cette fonction de passeur ? Ainsi, l’analyse d’un terrain ne peut se concevoir qu’en prenant en compte ses temps et ses lieux pluriels (Monjaret, 2014). Les expériences d’enquête qui suivront ne viendront pas démentir ce principe.

Sur les pas... d’un terrain l’autre (les années 2000)

17Au début des années 2000, à peine arrivée au CERLIS, mon nouveau laboratoire de rattachement, si j’ai accepté de participer à une enquête commanditée par le Musée national d’art d’Afrique et d’Océanie (MAAO) qui se préparait à fermer ses portes – déménageant ses collections au Musée du quai Branly (MQB) – c’est que ce nouveau terrain assurait une continuité thématique de mes travaux, contrebalançant ma mobilité de terrains.

18Ainsi, je suis passée de la fermeture d’hôpitaux à la fermeture d’un musée. Ce musée était hébergé au Palais de la Porte Dorée, ancien musée des Colonies, édifié à l’occasion de l’exposition coloniale de 1931. Ce lieu, à la forte charge historique et symbolique (Monjaret, 2004, 2016b), va guider la réflexion que je développe, encore aujourd’hui, en collaboration avec Mélanie Roustan, sur ce monument, héritage colonial, et les personnels qui y ont exercé ou y exercent toujours, notamment les conservateurs et les gardiens. À ce moment-là, les études sociologiques et anthropologiques autour des musées et de la question coloniale (voire postcoloniale) se développent, ce qui n’a pu que conforter, à nos yeux, l’intérêt de ce nouveau terrain.

19La première enquête collective, menée à trois, visait à saisir la mémoire d’une organisation à un moment particulier de son histoire (Eidelman, Monjaret & Roustan, 2003 ; Monjaret, Roustan & Eidelman, 2005). Nous avons ainsi rencontré des agents ayant des statuts et des postes différents. Chacun nous a fait découvrir le musée, ou plus exactement leur Palais, du toit au sous-sol. Cette enquête s’ancrait donc dans un lieu et un unique lieu et contrairement aux précédentes, nous engageait dans la réalisation d’une sorte de monographie. Cette situation, inédite pour moi, a sans doute contribué à l’émergence d’un intérêt scientifique prégnant, si ce n’est une fascination qui va me conduire à poursuivre le travail dans la durée, hors et dans un cadre contractuel, selon les opportunités.

  • 6 Depuis 2012, la CNHI a été renommée Musée national de l’histoire de l’immigration.
  • 7 Par exemple, les débats portaient notamment sur l’inversion du symbole – le passage des colonies au (...)

20Nous nous sommes intéressées notamment au passage du MAAO à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI) 6, établissement qui s’est installé en 2007 au Palais. Nous avons suivi les polémiques 7 lors son ouverture (Monjaret & Roustan, 2013), son occupation par les travailleurs sans-papiers (Monjaret & Roustan, 2012a). Plus récemment encore, nous avons étudié la manière dont les artistes contemporains ayant des œuvres entrées dans les collections du musée de l’histoire de l’immigration, appréhendent la question de l’immigration et l’intérêt pour eux d’exposer dans ce lieu, sujet à controverse (Monjaret & Roustan, 2015).

  • 8 Poursuivant ma réflexion sur les « gens de peu » et de la marge, au moment du travail de dépouillem (...)

21Le Palais a été au cœur de notre travail, mais l’une de nos enquêtes se distingue cependant de toutes les autres, car elle nous a conduit à en sortir tout en revenant, d’une certaine manière, sur le terrain passé du MAAO. Nous sommes allées à la rencontre des personnels qui y avaient travaillé (Monjaret & Roustan, 2012b), en l’occurrence les agents de surveillance que nous avons parfois retrouvés sur place 8 (Monjaret, 2016a) mais aussi les conservateurs, dont certains avaient suivi leur collection au MQB (Roustan, 2016). Nous sommes passées d’un terrain à l’autre, d’un musée à l’autre. Nous avons suivi en quelque sorte le mouvement des personnels en mobilité professionnelle. Cette démarche nous a permis de mieux comprendre l’impact distinct d’un changement institutionnel, d’une fermeture d’établissement sur les individus aux statuts différents : les « gardiens » de catégorie C, sédentaires, car attachés au propre et au figuré au Palais et les conservateurs, de catégorie A, plus mobiles car liés à des collections, qui peuvent migrer.

22En entamant ce terrain consacré au Palais de la Porte Dorée, tout semblait nous avoir fait prendre le contrepied des recherches fondées sur des terrains multi-situés ; en réalité, en choisissant de retrouver les anciens du MAAO, sans doute imprégnées par les tendances scientifiques du moment (sur la circulation, la globalisation, etc.), nous avons été conduites à cerner les effets socio-professionnels du passage, à enquêter sur des individus travaillant dans des établissements différents et par là sur des sites différents. Il reste que la recherche trouve son sens dans le fait qu’elle s’ancre dans un lieu originel et original, ici le Palais de la Porte Dorée.

Transterritoire ? (Montmartre ici et ailleurs)

23Il n’en est pas différemment d’une autre recherche que je consacre depuis quelques années, avec Michela Niccolai, musicologue, à Montmartre, quartier typé de la capitale, à cheval sur plusieurs arrondissements. Nous avions déjà croisé dans nos travaux respectifs ce territoire parisien, sans jamais en faire un terrain d’enquête à part entière. Nous avons donc entamé une première enquête sur la relation qui s’établit entre ce qui est appelé « la Butte » et Paris (Monjaret & Niccolai, 2016). Ce terrain est caractérisé par son unité territoriale et la façon dont nous l’avons d’abord approché pourrait s’apparenter à une monographie : en effet, nous avons travaillé et travaillons encore en tandem sur les différentes facettes historiques, géographiques, économiques, sociales, politiques, culturelles qui définissent ce territoire ainsi que sur la manière dont les habitants se sont emparés de la valorisation de ce patrimoine. Très vite, nous nous sommes cependant rendu compte que nous ne pouvions pas faire fi de sa renommée internationale, de l’attractivité qu’il suscite, des imaginaires associés à un Paris Bohème qui s’exportent dans le monde.

24Nous avons commencé à être attentives à la façon dont est récupérée cette image, aux emprunts, aux formes de la translation : par exemple un décor de café à Marseille, la scénographie du musée des automates de La Rochelle. Dans ce cadre, nous venons juste de commencer à enquêter sur le jumelage scellé en 2005 entre Montmartre et un quartier de Kobe, sur les hauteurs de la ville, baptisé pour l’occasion « le quartier de l’amitié » et qui possède un musée – le Kitano Yamamoto – dédié à Montmartre. Cette nouvelle enquête s’inscrit nettement dans une approche « transnationale » (Copans, 2002, p. 32) car il ne s’agit pas seulement de comparer des territoires mais bien de saisir les déplacements d’un territoire à l’autre, les va-et-vient entre la France et le Japon. C’est ainsi encore pour moi une autre manière de penser et de conduire mon terrain pour mieux interroger aussi une anthropologie de la glocalisation.

Pour terminer

  • 9 Dans le cadre de mon habilitation à diriger des recherches, consacrée aux relations entre le domici (...)

25Au terme de ce parcours rétrospectif, il me semble que la réflexion sur le « tout-terrain » n’est pas exclusivement à réduire à la question du terrain multi-situé, de la comparaison des sites ou même de leur combinaison ou de leur accumulation. Mon expérience, ici relatée dans la durée, montre que la réflexion doit intégrer celle des liens entre les sites d’enquête et surtout celle de la dynamique du mouvement et des formes de la mobilité que stimule l’ethnographie : sédentarité, continuum, circularité, va-et-vient, etc. 9 sont autant d’expressions qui pourraient être utiles pour définir l’approche d’un terrain, dès lors que plusieurs sites nécessitent la présence de l’ethnographe.

26Faire une ethnographie « tout-terrain » implique une capacité à la mobilité. Cette mobilité est également intellectuelle, institutionnelle, car la manière d’appréhender le terrain peut être redessinée certes par le contexte de l’enquête mais également par la discipline, elle-même en mouvement. La conduite du terrain n’est jamais facile, jamais acquise. Elle demande une préparation puis une adaptabilité. Elle sous-tend des choix pratiques et théoriques.

27Faire une ethnographie « tout-terrain » implique également une pluralité des terrains – des sites – au risque d’une trop grande hétérogénéité de la recherche, « tout-terrain » pouvant s’entendre alors comme pleins de terrains, « trop de terrains ».

28« Mais le terrain n’est pas simplement un autre lieu ou un lieu autre. C’est d’abord une expérience » (Copans, 2002, p. 13). « Épreuve initiatique et légitimation de la production intellectuelle, le terrain, dans une conception la plus traditionnelle de l’ethnologie, fait l’ethnologue » (Augustins, 1989, p. 7). Cette acception reste toujours vraie. Chaque terrain renouvelle l’expérience ethnographique, lui donne autrement corps, tissant, par la répétition et dans le temps, la particularité d’une carrière « tout-terrain ».

Haut de page

Bibliographie

Albera D. (dir.) (2001), « Terrains minés », Ethnologie française, n° 1.

Augustins G. (dir.) (1989), « L’ethnologie des terrains instables », L’Atelier, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Nanterre, n° 10.

Abélès M. (1995), « Pour une anthropologie des institutions », L’Homme, n° 135, pp. 65-85.

Becker H. S. (2002 [1998]), Les Ficelles du métier. Conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, Éditions La Découverte.

Berger L. (2004), Les Nouvelles ethnologies. Enjeux et perspectives, Paris, Éditions Nathan.

Barthèlemy T., Combessie P., Fournier L. S. & A. Monjaret, « Introduction. Ethnographies plurielles. De la diffusion de l’ethnographie dans les sciences sociales », dans Barthèlemy T., Combessie P., Fournier L. S. & A. Monjaret (dir), Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines, Paris, Éditions du CTHS, pp. 9-27.

Bourgeot A. (1991), « Territoire », dans Bonte P. & M. Izard (dir.), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, Presses universitaires de France, pp. 704-705.

Brochot A. & M. de La Soudière (dir.) (2010), « Autour du lieu », Communications, n° 87.

Céfaï D. (dir.) (2010), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS.

Copans J. (2002 [1999]), L’Enquête ethnologique de terrain, Paris, Éditions Nathan.

Eidelman J., Monjaret A. & M. Roustan (2003), « Musée des Arts d’Afrique et d’Océanie, mémoire d’une organisation », revue Culture et musées « Musées et organisation », n° 2, pp. 101-127.

Izard M. (1991), « Méthode ethnographique. 1. L’enquête ethnographique », dans Bonte P. & M. Izard (dir.), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, Presses universitaires de France, pp. 470-475.

Lenclud G. (1989), « Le terrain dans l’anthropologie des sociétés modernes », dans Augustins G. (dir.), L’Atelier « L’ethnologie des terrains instables », Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Nanterre, n° 10, pp. 37-47.

Monjaret A. (1989), « La fête de sainte Catherine : un objet aux multiples terrains », dans Augustins G. (dir.), L’Atelier « L’ethnologie des terrains instables », Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Nanterre, n° 10, pp. 11-14.

Monjaret A. (2001), « Fermeture et transfert de trois hôpitaux parisiens. L’ethnologue, accompagnateur social », Ethnologie française « Terrains minés », n° 1, pp. 103-115.

Monjaret A. (2004), « La cour des "prisonniers" : graffiti et métaphore carcérale dans un musée parisien », Le Monde Alpin et Rhodanien « Cicatrices murales. Les graffiti de Prison », décembre, pp. 77-88.

Monjaret A. (dir.) (2005a), « Fermetures : crises et reprises », Ethnologie française, n° 4.

Monjaret A. (2005b), « La fermeture d’établissements publics : commande et devoir de mémoire », dans Traimond B. (dir.), L’Anthropologie appliquée aujourd'hui, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, pp. 97-108.

Monjaret A. (2008), Penser le continuum travail et hors travail : comment, pourquoi et sous quelle forme ? Mémoire pour l’obtention de l’habilitation à diriger des recherches, université Paris Descartes.

Monjaret A. (2012), « Ethnographier les liens entre travail et domicile : manières de traiter un questionnement (1970-2010) », note de recherches, Sciences de la Société, n° 82, pp. 143-157.

Monjaret A. (2014), « Ethnographie d’hôpitaux parisiens en situation de fermeture : entre l’urgence d’une sauvegarde et l’inscription dans une relation sociale durable », dans Barthèlemy T., Combessie P., Fournier L. S. & A. Monjaret (dir), Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines, Paris, Éditions du CTHS, pp. 181-209.

Monjaret A. (2015), « Jour de fête pour les midinettes. L’envers de la Sainte-Catherine : les normes derrière la dérision festive », Modes pratiques. Revue d'histoire du vêtement & de la mode « Normes et transgressions », n° 1, pp. 70-95.

Monjaret A. (2016a), « Surveiller et transmettre » ? Être "gardien" au Palais de la Porte Dorée, histoire d’une transition », dans Hottin C. & C. Voisenat (dir.), Le Tournant patrimonial. Mutations contemporaines des métiers du patrimoine, Paris, Éditions de la MSH/Ministère de la Culture et de la Communication, pp. 159-181.

Monjaret A. (2016b), « À l’ombre des murs palimpsestes. Les graffiti carcéraux ou faire avec les aveux de l’histoire », Gradhiva « ARTchives », pp. 164-189.

Monjaret Anne (à paraître), « Entre travail et domicile. Pérégrination intellectuelle d’une ethnographe », dans Chevalier S. & A. Monjaret (dir.), Carrières, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre.

Monjaret A. & M. Niccolai (2016), « Montmartre ou l’autre Paris », Ethnologie française « Les petites capitales », n° 4, pp. 709-718.

Monjaret A. & Pugeault C. (dir.) (2014), Le Sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques, Lyon, ENS Éditions.

Monjaret A. & M. Roustan (2015), Art contemporain et patrimonialisation de l’immigration, au prisme de l’interculturalité. L’exemple du Musée de l’Histoire de l’Immigration, à Paris, Rapport final CREAPATIM CNHI, Ministère de la Culture et de la Communication, Association PAVAGES, Laboratoire IIAC-LAHIC / CNHI, Paris, septembre.

Monjaret A. & M. Roustan (2013), « La repatrimonialisation du Palais de la Porte Dorée : du musée des Colonies à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration », dans Mazé C., Poulard F. & C. Ventura (dir.), Les Musées d’ethnologie. Culture, politique et changement institutionnel, Paris, Éditions du CTHS, pp. 101-126.

Monjaret A. & M. Roustan (2012a), « Digestion patrimoniale. Contestations autour d’un ancien musée des colonies à Paris », Civilisations, « Au-delà du consensus patrimonial. Résistances et usages contestataires du patrimoine », n° 61-1, pp. 23-42.

Monjaret A. & M. Roustan (2012b), Surveillants et conservateurs dans les musées des « Autres ». Retour sur un terrain, ethnologie d’une transformation : du MNAAO à la CNHI, au MQB et au MuCEM, Rapport, convention Ministère de la Culture et de la communication, Association PAVAGES, Paris, novembre.

Monjaret A., Roustan M. & J. Eidelman (2005), « Fin du MAAO : un patrimoine revisité », Ethnologie française « Fermetures : crises et reprises, n° 4, pp. 605-616.

Roustan M. (2016), « Des clefs des réserves aux mots-clefs des bases de données. Mutations du rapport aux objets pour les conservateurs du MAAO au musée du quai Branly », dans Hottin C. & C. Voisenat (dir.), Le Tournant patrimonial. Mutations contemporaines des métiers du patrimoine, Paris, Éditions de la MSH/Ministère de la Culture et de la Communication, pp. 117-139.

Haut de page

Notes

1 Ici je ne soulignerai pas les logiques et mobilités thématiques de mes recherches, comme j’ai pu le faire dans un autre article en cours de publication (Monjaret, à paraître) et ce même si elles apparaîtront en creux, pour insister plutôt sur la réalisation et la fabrique même du terrain.

2 Reprise du titre d’un de mes articles (Monjaret, 1989)

3 C’est-à-dire un atelier dans lequel sont travaillés les modèles souples de jupe ou de robe, se distinguant de l’atelier dit « tailleur », réservé aux pièces de costumes (vestes, pantalons, jupes).

4 Je ne me suis jamais totalement désengagée de la thématique, publiant sur le sujet encore récemment (Monjaret, 2015). L’écriture m’apparaît comme un espace qui me permet de poursuivre mon engagement scientifique, au-delà de la réalisation des terrains d’enquête qui se sont clos avec la thèse.

5 Le CEF a été mon premier laboratoire d’affectation comme chercheur en 1996.

6 Depuis 2012, la CNHI a été renommée Musée national de l’histoire de l’immigration.

7 Par exemple, les débats portaient notamment sur l’inversion du symbole – le passage des colonies aux immigrations, et par là sur l’incompatibilité du Palais incarnant les Colonies à accueillir le musée de l’histoire de l’immigration.

8 Poursuivant ma réflexion sur les « gens de peu » et de la marge, au moment du travail de dépouillement des données puis de la rédaction, j’ai choisi de me consacrer « aux agents de surveillance », autrement dit aux « gardiens de musée », Mélanie Roustan préférant quant à elle s’attacher aux conservateurs. Là encore, l’enquête collective a conduit à prendre des chemins différents, suivant des intérêts scientifiques respectifs.

9 Dans le cadre de mon habilitation à diriger des recherches, consacrée aux relations entre le domicile et le lieu de travail, je retrouve ces dynamiques qui explicitent les formes du mouvement entre deux territoires (Monjaret 2008).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Monjaret, « Retour sur une carrière, « tout-terrain » ? », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, L’enquête ethnographique en mouvement : circulation et combinaison des sites de recherche, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6491

Haut de page

Auteur

Anne Monjaret

Directrice de recherche au CNRS – IIAC / équipe LAHIC (CNRS – EHESS), Paris (France) - anne.monjaret@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page