Navigation – Plan du site
L’enquête ethnographique en mouvement : circulation et combinaison des sites de recherche

Le chercheur, la caméra et l’organisation

Réflexion autour de la vidéo-ethnographie multi-située
The Researcher, a Camera and an Organization: Discussion about Multi-sited Videoethnography
Sylvie Grosjean, Florian Grandena et Luc Bonneville

Résumés

Dans cet article, nous proposons une analyse du travail du chercheur circulant dans des sites multiples équipé d’une caméra. En nous appuyant sur une observation en situation dans une compagnie d’arpenteurs-géomètres, nous identifions les techniques et stratégies que le chercheur met en œuvre in situ pour rendre compte de l’activité réelle des acteurs organisationnels qui œuvrent dans des cadres spatio-temporels différents. Nous tentons ainsi de montrer en quoi le travail de captage d’une « réalité organisationnelle » dans des sites et temporalités multiples repose sur des choix interprétatifs faits en contexte et impliquant des techniques de filmage spécifiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis plusieurs années, un nombre grandissant de travaux en communication organisationnelle portent leur attention sur « l’organisation en mouvement » (« organization in-the-making »), terme qui renvoie à une vision processuelle, temporelle et dynamique de l’organisation (Cordelier, Vasquez & Mahy, 2011). Pour ce faire, de nombreux chercheurs optent dans leurs travaux pour une démarche ethnographique qui relève de l’ethnographie organisationnelle (Yanow et al., 2012) et dont le but est de mieux comprendre comment une organisation se constitue, évolue, se transforme, innove, apprend, négocie ses tensions, en se positionnant au cœur de l’action. Les chercheurs font l’hypothèse que la compréhension des pratiques effectives des acteurs, de la manière d’agir et d’être d’une organisation, passe par un travail de type ethnographique où l’on suit et filme les acteurs au travail (Czarniawska, 2007 ; Meunier & Vasquez, 2008). De plus, ils ne limitent plus leurs études ethnographiques à un site unique, mais entreprennent des recherches dites « multi-sites » ou « multi-situées » (Marcus, 1998, 2000).

2Une approche multi-située permet aussi l’observation des activités organisationnelles dans différentes temporalités, ce qui oblige le chercheur à s’interroger sur le choix des sites spatio-temporels à investiguer au moyen d’un travail de type ethnographique (Cefaï, 2003). De plus, faire de l’ethnographie multi-située c’est tenter (via des outils méthodologiques divers) de « restituer les emboîtements et les enchaînements de contextes, dans l’espace et dans le temps » (Malfilatre, 2011). C’est-à-dire que le chercheur tente de décrire, de « cartographier », par exemple au moyen d’une caméra, comme nous l’aborderons dans ce texte, les dynamiques organisationnelles et de faire des connexions à travers les divers espaces d’interactions qu’il va investir.

3Dans le cadre de cet article, nous mènerons une réflexion méthodologique et critique sur l’usage de la caméra en contexte d’ethnographie multi-située en nous appuyant sur l’analyse d’enregistrements vidéo d’activités de travail au sein d’une compagnie d’arpenteurs-géomètres. Nos analyses s’appuieront à la fois sur les travaux issus des « workplace studies » (Heath et al., 2010), de la linguistique interactionnelle (Mondada, 2012) et des études cinématographiques, notamment certains travaux de référence sur le réalisme cinématographique (Bazin, 1958a, 1958b). Notre objectif est d’identifier les techniques et stratégies in situ mises en œuvre par le chercheur pour rendre compte de l’activité réelle des acteurs organisationnels qui œuvrent dans des cadres spatio-temporels différents. Nous tenterons alors de montrer en quoi ce travail de captage d’une « réalité organisationnelle » dans des sites et temporalités multiples repose sur des choix interprétatifs faits en contexte.

La vidéo-ethnographie multi-située pour saisir l’organisation en mouvement

4L’usage de la vidéo en recherche a pris de l’importance ces dernières années – notamment au sein des approches processuelles de la communication organisationnelle – dans le but de saisir la constitution d’une organisation. Il s’agit donc de comprendre l’organisation en action, en la suivant, la traçant et en saisissant les multiples circuits de connexions/déconnexions qui la constitue. Pour cela, le point d’entrée du chercheur est tout évènement communicationnel s’accomplissant en contexte de travail (réunions, échanges informels, rencontre avec un client, rédaction d’un rapport, etc.) afin d’en saisir ses propriétés organisantes. Ainsi, la communication ne représente pas uniquement un aspect organisationnel comme les autres, mais bien « the means by which organizations are established, composed, designed, and sustained » (Cooren et al., 2011, p. 1150). L’objectif pour le chercheur sera donc de comprendre comment des moments d’interaction par définition toujours particuliers et éphémères se sédimentent pour former les réalités organisationnelles durables que l’on connaît. Or quelles sont les conséquences méthodologiques d’un tel positionnement théorique ?

5L’action organisée ne pourra être reconstruite qu’après coup, dans des moments où l’on fige le passage du temps grâce à certain instruments (Nicolini, 2013 ; Meyer, 2013). Pour Silvia Gherardi il s’agira de « suivre les pratiques », les actions, les activités plutôt que l’acteur, individuel ou collectif (Gherardi, 2006). L’idée est d’explorer les relations qui se tissent entre les individus, les collectifs, les organisations, les institutions, les contextes dans lesquels ces connexions prennent forme. L’objectif est alors de déterminer comment des connexions dans l’action s’établissent, comment des associations se forment, se maintiennent, changent et parfois se désagrègent entre les éléments. En adoptant une telle approche méthodologique, le chercheur procède à une analyse minutieuse des activités et des interactions qui se déroulent en contexte naturel (Streeck & Mehus, 2005).

Le cas à l’étude : une compagnie d’arpentage

  • 1 La recherche sur le terrain a été menée par Sylvie Grosjean dans le cadre d’un projet subventionné (...)

6La recherche sur laquelle nous allons nous appuyer pour illustrer notre propos s’est déroulée dans une compagnie d’arpentage qui offre différents services à des municipalités, des organisations privées ou publiques 1 : certificat de localisation, arpentage de construction, bornage de propriétés, etc. Le but de tout projet d’arpentage est de produire des connaissances concernant un espace (un terrain), des connaissances qui servent de base à l’énoncé d’un jugement, d’une décision. La gestion d’un projet d’arpentage mobilise différents acteurs au sein de la compagnie : un arpenteur chargé d’aller enquêter sur le terrain pour y repérer des indices et effectuer des prises de mesure ; un géomètre chargé de diriger et superviser le projet, de faire des opérations de calcul impliquant l’usage de logiciels spécifiques ; et les dessinateurs chargés de produire un plan d’arpentage. Tout projet d’arpentage se termine par la réalisation d’une production (d’un rapport comprenant divers documents et un plan) qui est la concrétisation de connaissances créées par les membres de l’équipe.

7L’étude d’un projet d’arpentage repose sur un travail collaboratif entre différents points de vue mobilisant différents univers professionnels qui entrent en relation. Ainsi, il nous est apparu pertinent d’intégrer ces univers en suivant les acteurs dans leur activités quotidiennes (comme nous l’avons fait avec les techniciens arpenteurs), en observant le travail au bureau (les dessinateurs, un géomètre et des arpenteurs) et en interrogeant des acteurs clés afin de mieux connaître leurs tâches (géomètre, dessinateurs).

Les sites de la mise en image : les lieux, les temps et les acteurs

8Tout le défi de l’ethnographie multi-située, d’une ethnographie du mouvement, est la sélection des sites par le chercheur car la dispersion géographique des sites dans lesquels la recherche s’effectue provoque un éclatement de l’organisation en divers terrains d’investigation (Marcus, 1998). Repérer les sites dans lesquels le travail s’accomplit, dans lesquels des échanges ont lieu, exige une certaine mobilité du chercheur. Or, la mobilité dans des sites différents n’est pas seulement géographique, elle est aussi temporelle. En travaillant ainsi, il ne s’agit pas de fragmenter l’organisation, mais de tenter de la comprendre en décentrant le travail de l’enquête, en construisant un terrain empirique d’observation qui met en réseau différents sites. Par conséquent, la mobilité des acteurs organisationnels fait en sorte que le chercheur lui-même se doit d’être mobile et de circuler entre les différents sites. L’ethnographie multi-située est donc en quelque sorte une ethnographie mobile (Buscher et al., 2011).

9Comme l’illustre le tableau 1, la recherche sur laquelle s’appuie cet article met en scène plusieurs sites dans l’organisation : le bureau du géomètre, le terrain sur lequel l’arpenteur procède à des relevés et un « tiers-lieu » où l’arpenteur et le géomètre échangent à propos de projets en cours. Le choix de ces sites repose sur le fait que l’activité d’arpentage implique divers acteurs qui œuvrent dans des espaces différents et sont amenés à collaborer ensemble pour produire une décision ou un jugement.

Tableau 1 : Les sites d’enquête investis par le chercheur

Tableau 1 : Les sites d’enquête investis par le chercheur

Posture multi-située et mise en images : le ou les temps de l’observation

Le/les temps de la mise en images

Écologie de l’action et cadrage

10Dans le cadre de l’usage de la vidéo-ethnographie multi-située, le chercheur devra s’adapter aux circonstances et respecter plusieurs principes fondamentaux (Mondada, 2011) :

  • le principe de naturalité, c’est-à-dire que le chercheur collecte des « naturally occuring data » et saisit les interactions produites dans leur contexte ordinaire, sans qu’elles aient été orchestrées par le chercheur.

  • le principe de pertinence (Schegloff, 1991) qui renvoie à l’enregistrement des détails, ceux-ci étant traités par les participants eux-mêmes comme pertinents pour l’organisation de l’action et pour sa compréhension.

  • le principe de disponibilité, c’est-à-dire que les phénomènes observés doivent être disponibles à la fois sur les enregistrements et dans les transcriptions.

11En investissant les trois sites d’observation (tableau 1) le chercheur adapte aussi son mode de filmage aux espaces dans lequel il évolue (Dant, 2004). En effet, l’espace physique peut dicter des techniques de filmage précises. Par exemple, la vidéo 1, qui se passe dans un espace exigu (le bureau du géomètre), indique qu’un cadrage embrassant des espaces dans leur ensemble, dans la largeur, n’est pas la méthode la plus adéquate afin de saisir un phénomène de façon précise dans un espace délimité. En effet, c’est le gros plan, cherchant à suivre et à enregistrer le geste et les actions du géomètre sur et avec l’ordinateur, qui prédomine. De la même façon, un espace ouvert comme celui présent dans la vidéo 2 (l’arpenteur sur le terrain) peut inciter le chercheur à opter pour des plans plus larges. Ainsi, le chercheur, par ses choix de filmage, saisit l’arpenteur dans l’espace et tente d’enregistrer les interactions entre lui et d’autres acteurs humains (assistant, riverains) ou non humains (cartes, bornes, etc.). On mentionnera dans ce cas (vidéo 2) l’importance de la profondeur de champ. Même si celle-ci ne constitue pas un choix intentionnel de la part du chercheur – la profondeur de champ étant généralement automatique sur les caméras numériques – elle constitue néanmoins une source d’information importante pour un travail d’analyse des enregistrements vidéo a posteriori. Finalement, le « tiers-lieu » (vidéo 3), qui se situe entre l’espace restreint du bureau du géomètre et l’espace très ouvert de l’arpenteur, se prête plus facilement à des plans moyens et des gros plans.

12Par ailleurs, pour respecter les principes fondamentaux énumérés plus haut, le chercheur semble procéder à un travail interprétatif et adapte son mode de filmage au contexte (LeBaron, 2008). Plus fondamentalement, que s’autorise-t-il à « voir » et à ne pas « voir » ? Ainsi la pratique de la vidéo-ethnographie multi-située en contexte organisationnel soulève aussi la question de la réflexivité, de l’improvisation et de l’adaptation du chercheur aux cadres participatifs (Goodwin & Goodwin, 2004). Un travail d’interprétation (en live) s’opère donc indéniablement lorsque l’on filme des activités quotidiennes de travail.

Réflexivité, improvisation et adaptation aux cadres participatifs

13Lors d’une ethnographie multi-sites, les espaces interactionnels investis par le chercheur sont complexes et impliquent des acteurs mais aussi des artefacts. Le niveau de détail que l’on souhaite saisir (ex. : la lecture d’un document à l’écran d’ordinateur, la lecture d’une carte sur un chantier) se pose alors et il ne faut jamais oublier que l’usage de la caméra peut procurer un faux sentiment de « toute puissance », comme l’explique Stéphane Martineau : « La vidéo peut ainsi provoquer un sentiment de toute puissance chez le chercheur, certain alors de ne rien rater. Cela est bien entendu une illusion qui peut inhiber l’acuité perceptive du chercheur » (Martineau, 2005, p. 12).

14Le chercheur devra donc procéder à une analyse réflexive au cours de l’action et les mouvements de la caméra traduiront indéniablement cette activité interprétative du chercheur qui opère un processus constant de construction de connaissances (Pink, 2007). Par ailleurs, les activités observées n’arrivent qu’une seule fois et doivent être documentées en temps réel. Il y a donc une forme d’improvisation, d’adaptation continuelle aux actions des participants. Afin de souligner ce travail interprétatif en situation que le chercheur entreprend, nous allons commenter les trois vidéos (tableau 1) et porter notre attention sur l’extrait #1 (tiré de la vidéo 2). Pour commenter ces vidéos, nous nous appuierons notamment sur des références issues des études cinématographiques, ce qui nous permettra de proposer une analyse de l’usage de la caméra en contexte d’ethnographie multi-située.

15Extrait #1 : Sur le terrain / suivre le travail de captation du chercheur

16[Les protagonistes sont Jim (le technicien arpenteur), Sylvie (la chercheure) et Ellen (une stagiaire d’été). La recherche se déroulant au Canada, les échanges ont eu lieu en anglais avec ce technicien arpenteur.]

171.9 Jim: Okay Okay there we go. Now I know where I'm at here [Jim ouvre la carte qui est dans le dossier] Evelyn, Bertha (7s) [Jim fait tourner la carte et positionne son index à un endroit précis. Il lève la tête en direction de son côté droit] What is that? (3s) [Jim frappe son index sur la carte] There should be a pin down the road (5s) #1 [Jim pointe un endroit précis sur la carte avec son index et lève la tête] And I'm not sure what::: that was supposed to BE [Jim pointe un endroit sur la carte avec son index et se tourne vers la droite en faisant un mouvement du buste d’avant en arrière] Right in this corner [Jim lève la tête et regarde] Maybe something right there (5s) [Jim regarde à nouveau la carte] Their job is right here so our job is right::: THERE (6s) #2 [Jim marque avec ses doigts un point précis sur la carte] This means nothing, that was just him drawing for that (8s) [Jim pointe un autre point sur la carte, il compte et mesure des distances avec ses doigts, ensuite il tourne la carte] About sixty-eight meters in::: about four lots [Jim lève la tête], there should be a pin down THERE [Jim pointe du doigt un lieu sur le terrain] maybe, but::: that is so far from the job [Jim replie la carte, la range dans son dossier, le ferme et prend un autre dossier]. That I can't see how that's helpful (5s) [Jim ouvre une autre dossier, déplie la carte] XXX (2s) One fifty-one, so this was done. Okay [Jim tourne la carte] This was done in (1s) [Jim lit la date sur la carte]

181.10 Sylvie: Oh::: [Sylvie regarde la carte ouverte sur le capot par Jim]

191.11 Jim: Eighty-four [Jim regarde la carte]

201.12 Sylvie: Eighty-four

211.13 Jim: Eighty-four also. Okay. So here we are, there used to be a pool, is their pool still, there's no pool in the backyard anymore? [Jim alternativement regarde la carte et lève la tête en direction de la maison sur sa gauche]

22

#1 Jim pointe un endroit sur la carte #2 Jim prend une mesure avec ses doigts

#1 Jim pointe un endroit sur la carte #2 Jim prend une mesure avec ses doigts

23[…]

242.1 Jim: Un XXX (zero) (Jim regarde l’écran de son instrument sur lequel sont affichées des coordonnées GPS. Le prisme émet des sons (bip))

252.2 Ellen: Is this good? (Jim is still looking at the screen of his instrument)

262.3 Jim: (Well. I don’t know), I do not understand. I want to go to Station Number One. It’s the one that is installed. Maybe this will not help because it tells us that we have already found it (.) XXX listen to this (.) (Jim looks at the screen of his instrument). Okay, well. We will do differently. XXX Okay (XXX we call it seventy-one) (Jim looks for coordinates by scrolling the GPS data) Okay:: It’s good. Could you bring the materials here, thanks (12s) #3 (Ellen grabs tools and Jim starts to walk guided by the prism) Okay (4s) (Jim stops himself and looks at the spot indicated by the instrument) it TELLS ME that the point of 1989 that is noted is here #4 (Jim indicates with his hand the precise spot where a reference point is situated) approximately one or two meters back, Oh::: the utility pole has changed, wooo::: there was something here, so let’s look at this more closely now (6s).

#3 Jim se déplace avec le prisme #4 Jim indique l’endroit de la main droite

#3 Jim se déplace avec le prisme #4 Jim indique l’endroit de la main droite

27Dans l’extrait #1 (vidéo 2), l’arpenteur fait face à un problème. Il recherche depuis une vingtaine de minutes un point précis sur le terrain (normalement matérialisé par un clou d’arpentage). Dans un premier temps, il va rechercher des informations dans d’anciens dossiers d’arpentage afin d’identifier des coordonnées précisant l’emplacement d’une borne qui normalement devrait être présente sur le terrain et donc visible. Le chercheur décide donc de capter ce moment où l’arpenteur prend le temps de consulter d’anciennes cartes d’arpentage (datant de 1989 et intégrées au dossier). Une fois ce travail de recherche dans les cartes effectué, l’arpenteur utilise un instrument (un prisme) dans lequel il a téléchargé les données GPS et qui vont guider son déplacement sur le terrain. Dans ce cas, la caméra est mobile et tente de suivre l’action. Le chercheur est constamment pris en tension entre le fait de vouloir « voir » avec une caméra l’action en cours (par exemple les mouvements de la main de l’arpenteur sur la carte ou les déplacements de celui-ci sur le terrain) et en même temps enregistrer, documenter l’action pour une utilisation, une analyse ultérieure. Ainsi faut-il se résigner à l’impossibilité de « tout » capter, alors même que la caméra procure un sentiment de « toute puissance » comme nous l’avons évoqué plus haut. Regardons maintenant plus en détail le travail de captation entrepris par le chercheur.

28Dans l’extrait #1, il est particulièrement intéressant de voir comment le chercheur doit s’adapter aux cadres participatifs (Goodwin & Goodwin, 2004) qui fluctuent au cours d’une interaction. Par exemple, dans l’extrait #1 (1.10-1.12), l’arpenteur opère une transformation du cadre participatif, la position du chercheur passant d’observateur équipé à co-acteur. Il y a donc un processus de co-construction qui s’opère en situation, et l’enregistrement vidéo est en quelque sorte le produit de cette réalité filmée.

  • 2 Le réalisme cinématographique est compris comme un système de conventions et de stratégies, entre a (...)

29Ainsi, pour restituer aussi fidèlement que possible (c’est-à-dire avec un minimum de distorsions ou d’altérations) une situation donnée, le chercheur muni d’une caméra s’appuie sur l’indexicalité de celle-ci et se pose des questions d’ordre formel, voire esthétique, proches de celles soulevées aussi bien dans les pratiques que dans les analyses du réalisme cinématographique 2. Le chercheur doit en effet choisir de façon stratégique, généralement in situ, le meilleur cadrage, le meilleur angle, la longueur des plans la plus appropriée, la distance adéquate entre lui-même et le phénomène filmé, afin de saisir et de rendre compte d’une situation avec la plus grande fidélité. Le chercheur, afin d’aborder le terrain par l’image (mais aussi par le son), doit établir sa propre « rhétorique de l’image » (Barthes, 1964), ou plus justement une rhétorique filmique apte à saisir de façon aussi exacte que possible le travail des arpenteurs-géomètres dans trois lieux différents. Dans les trois vidéos à l’étude, cette rhétorique est basée grandement, à l’instar du réalisme cinématographique, sur l’amplification de diverses techniques et sur leur utilisation simultanée, à savoir ici le plan resserré (gros et très gros plans dans les trois vidéos), le plan séquence, la profondeur de champ parfaite (principalement la vidéo 2) et les mouvements de caméra.

  • 3 Selon la théorie du Kino-pravda (ciné-vérité) du cinéaste soviétique Dziga Vertov, la caméra permet (...)

30Les trois vidéos s’appuient sur des plans-séquences (de plus de deux heures dans le cas de la vidéo 2) qui garantissent la captation d’un phénomène dans son déroulement réel et au sein du même cadre (Bazin, 1958a). Ainsi, le chercheur tente de saisir avec le plus de fidélité possible une action, sans interruption au moment du filmage. En ce sens, la vidéo 2, qui s’appuie sur la recherche parfois laborieuse de bornes, est révélatrice de l’importance de la réflexion, de la déduction et du travail sur le terrain de l’arpenteur. Ici, le plan-séquence permet de saisir les interactions entre l’arpenteur et son assistante, entre l’arpenteur et certains riverains, mais aussi de représenter l’arpenteur au sein de l’un de ses espaces de travail qu’il strie de ses mouvements et qu’il tente de recomposer, d’une certaine façon, par le biais de diverses mesures et analyses de données (des cartes, des chiffres, des images tous filmés en très gros plans). L’enregistrement des interactions entre l’arpenteur et, par exemple, son assistante ou certains riverains peut être renforcé par un cadrage large (un plan d’ensemble ou un plan moyen, pour reprendre le jargon cinématographique) permettant de saisir les échanges entre individus à la fois au sein d’un même cadre, temps et espace dont on respecte par l’enregistrement ininterrompu l’unité et l’intégrité : tel est le cas de la vidéo 2. Les vidéos 1 et 3 sont différentes car, même si elles sont basées sur un échange entre deux personnes (l’arpenteur et le géomètre, le géomètre et le chercheur), leur cadrage, en partie déterminé par un espace physique plus exigu que celui de la vidéo 2, ne saisit qu’une partie des interactions et des données sélectionnées in situ par le chercheur. Par exemple, en commençant par un plan rapproché des deux participants, la vidéo 3 est ensuite constituée de gros et de très gros plans motivés par des gestes et des paroles immédiatement perçus comme pertinents et potentiellement importants dans la production de connaissances. Dans cette vidéo 3, l’arpenteur mentionne, en pointant un point précis sur une carte, l’existence d’un piquet en bois pouvant aider à la délimitation d’un terrain et c’est à ce moment précis que le chercheur utilise le zoom de la caméra afin de se rapprocher des mains et des instruments de travail (une carte sur laquelle on situe le piquet). Il y a donc une adéquation entre cette intensification du regard du chercheur et l’intérêt accru de celui-ci pour l’objet filmé, suggérant, à l’instar de Dziga Vertov et de sa théorie du Kino-pravda,que la caméra peut potentiellement révéler certains aspects de la réalité difficilement perceptibles autrement 3.

31De plus, une profondeur de champ étendue, alliée au plan séquence et à un certain cadrage, peut s’avérer déterminante pour l’enregistrement de données importantes et pour le travail d’analyse a posteriori du chercheur. En effet, la profondeur de champ étendue, capable de saisir tous les objets devant la caméra, proches ou éloignés, avec la même précision, peut permettre une observation à la fois accrue et, comme les analyses d’André Bazin d’une certaine utilisation de cette technique au cinéma l’affirment, « libérale et démocratique » (Bazin 1958a, p. 160). Une telle combinaison de techniques peut en effet permettre au chercheur de mieux saisir et respecter la réalité.

Le travail de construction du « réel »

Une mise en ordre du réel par le chercheur

  • 4 L’anthropomorphisme consiste à attribuer des caractéristiques des comportements ou de la morphologi (...)
  • 5 Le Dogme 95 est un mouvement cinématographique d’avant-garde représenté par Lars von Trier et Thoma (...)

32Rapidement au cours de notre analyse des vidéos, nous avons pu voir comment le chercheur utilise la caméra ; celle-ci permettant l’intensification du regard du chercheur mais pouvant aussi agir comme l’extension des mouvements corporels de celui-ci. Les trois vidéos montrent bien que, dans l’impossibilité de reproduire une action par le biais du montage et du découpage, le chercheur ne se contente pas d’effets de zoom ou de cadrages rapprochés mais engage son corps entier dans la captation de la réalité en calquant les mouvements de caméra sur ceux de son corps. En d’autres termes, le filmage s’appuie sur un anthropomorphisme spontané et nécessaire 4. Par exemple, les échanges entre les divers participants ne sont généralement pas rendus par un plan large ou par le truchement d’un champ/hors-champ qui nécessiterait soit plusieurs caméras, soit une mise en scène, mais par des mouvements de caméra suivant les mouvements de tête du chercheur. Dans la vidéo 3, la caméra ne cesse de passer des schémas sur l’écran de l’ordinateur à des données imprimées et aux mains du géomètre. De la même façon, durant les premières minutes de la vidéo 2, la caméra exerce un va-et-vient entre l’arpenteur, proche et l’assistante, en plan large. La caméra cherche aussi à suivre les participants au plus près, filmant l’arpenteur dans ses moindres mouvements alors qu’il tente de trouver une borne, et exerçant ainsi un mode de filmage et une esthétique de la filature rappelant certaines formes récentes de réalisme cinématographique (particulièrement le réalisme brut du Dogme 95) 5. En somme, le chercheur utilisant la caméra, plus ou moins consciemment, de façon anthropomorphique, opère in situ un travail interprétatif. Ainsi la perspective adoptée par le chercheur est davantage constructiviste que réaliste, la vidéo étant considérée comme une construction entre celui qui filme et celui/ce qui est filmé (Pépin, 2014).

33À titre d’exemple, on constate que dans l’extrait #1 (vidéo 2), le chercheur tente de suivre les mouvements des acteurs comme il le ferait du regard, la caméra devenant alors le prolongement de son propre corps, et il s’agit de savoir à partir de quand le chercheur adopte une approche intuitive qui vise à suivre les mouvements des acteurs, se laissant guider par leurs actions qu’il tente de saisir et de capter. Il est évident, comme nous l’avons dit, que l’espace physique dicte la nature de l’enregistrement vidéo par le chercheur. Filmer dans le bureau du géomètre en plan fixe n’est pas la même chose que filmer dans des espaces extérieurs en suivant les acteurs sur le terrain. Le chercheur opère donc des choix quant à la manière de positionner sa caméra. De plus, lorsqu’il décide de déclencher la caméra, de l’arrêter, de procéder à un plan large ou à un cadrage plus serré sur des acteurs ou des artefacts, il le fait car il a pris la décision en situation de mettre le « focus » sur des éléments de la scène qu’il filme tout en en mettant d’autres de côté. Il opère donc une interprétation en situation, qui est d’autant plus riche qu’elle repose sur la capacité du chercheur à être « réflexif ». Comme Lionel H. Groulx le souligne, « la réflexivité renvoie à un travail constant d’auto-analyse […]. Elle oblige le chercheur à constamment réinterroger les conditions sociales et le sens de chacun des actes de recherche qu’il pose » (Groulx, 1999, p. 322 ; cité par Charmillot & Dayer, 2007, p. 129). Ainsi, en faisant usage de la caméra, le chercheur a l’obligation, en quelque sorte, d’être conscient de ses choix et du travail de « construction » qu’il effectue conséquemment sur le « réel ». L’extrait #1 de la vidéo 2 est représentatif de la rhétorique filmique du chercheur qui cherche à saisir sur le vif et avec autant de précision que possible des actions jugées pertinentes in situ. Par exemple, la caméra saisit par un plan très large et une profondeur de champ étendue l’espace dans lequel évoluent l’arpenteur et sa stagiaire. Les mouvements de ces derniers sont, selon la nature de leurs actions et de leurs échanges, filmés soit à distance et de façon relativement fixe (avec quelques effets de zoom), soit en accompagnant la marche et les mouvements de l’arpenteur au plus près (un filmage proche de la filature par le biais de mouvements de caméra de nature anthropomorphique).

34Nous venons donc de voir qu’en investissant divers lieux avec sa caméra, le chercheur fait des choix en situation qui reposent indéniablement sur un travail interprétatif en contexte. Ainsi, les mouvements de la caméra, les déplacements du chercheur, les prises de vue sont différents d’un lieu à l’autre.

Le/les temps de l’observation

35Faire de l’ethnographie multi-située muni d’une caméra nous conduit maintenant à nous interroger sur le/les temps de l’observation : l’observation sur le terrain versus l’observation à l’écran. Nous avons vu que l’observation sur le terrain était appuyée par une interprétation en situation. Mais l’observation menée par le chercheur au moment du visionnement de l’enregistrement vidéo offre de multiples possibilités. Par exemple, le chercheur a la possibilité d’avancer, de ralentir, de pré-sélectionner des moments, des séquences d’actions ; mais il peut aussi faire des arrêts sur image, des zooms, il peut décider de suivre des artefacts, des gestes, une discussion, etc. Le chercheur peut aussi procéder à un découpage et au montage d’une vidéo, autrement filmée en plan séquence, afin de faire ressortir et d’assembler divers moments considérés importants (un procédé qui, bien entendu, peut porter sur une sélection de divers extraits pris de plusieurs vidéos). Dans ce cas, le montage peut permettre et faciliter un travail de comparaison et d’appréciation analytique entre divers extraits choisis par le chercheur, indiquant que, dans ce cas précis, c’est autant la relation dialectique entre les éléments choisis que ces derniers qui peuvent être porteurs de sens. Ainsi, la vidéo va faire l’objet d’un ensemble hétérogène de pratiques d’analyse. Il est important d’identifier ces différents moments de l’observation et de les caractériser pour en saisir leur spécificité et leur complémentarité dans le travail du chercheur.

36Tout d’abord, le temps de l’observation sur le terrain est le temps de l’observation équipée. Une séquence vidéo nous renseigne sur ce que le chercheur a voulu observer, enregistrer, montrer, mais pas sur son interprétation. Équipé de sa caméra, le chercheur investit divers espaces, suit des acteurs en situation. Il doit demeurer alerte, s’adapter aux situations et aux personnes. Dans son approche, il tente de préserver le plus possible le caractère naturel du contexte.

37Ensuite, il y a le temps de l’observation à l’écran, qui est un temps de réflexion et d’action sur le film. La caméra a été utilisée par le chercheur pour enregistrer une série d’actions impliquant des sujets humains, des objets, des technologies ; autrement dit un évènement communicationnel complexe que le chercheur devra disséquer et comprendre. L’enregistrement lui permet donc d’y revenir autant de fois que nécessaire pour l’analyser et le comprendre, avec l’aide de techniques de ralentis, d’arrêts sur image et autres qui peuvent être mis à profit (Pépin, 2014). Pour une mise en forme des enregistrements afin qu’ils soient visionnés, présentés lors de conférences, le chercheur opère des modifications sur le film qui ne sont pas neutres. Il propose un montage, une mise en scène afin de mettre en avant des épisodes, des évènements qu’il juge significatifs pour sa recherche. Ce travail de mise en forme, de mise en ordre est un travail de construction d’une réalité qu’il souhaite révéler et mettre à jour.

38Mais après avoir investi divers espaces, après avoir fragmenté (en quelque sorte) le phénomène étudié, le chercheur doit s’interroger sur la manière dont il s’y prend pour « restituer les emboîtements et les enchaînements de contextes » et de temporalités (Malfilatre, 2011). Ici encore, le chercheur se doit d’être réflexif. Il doit être conscient de sa démarche à la fois méthodologique et d’analyse, par « opportunisme méthodologique » (Girin, 1989). Le chercheur doit être à l’écoute de ses terrains, notamment en contexte d’ethnographie multi-située.

Discussion/conclusion

39L’analyse des enregistrements produits sur des sites multiples (trois sites représentés par les vidéos) déterminent en partie trois différentes façons de filmer. Nous avons vu que l’étendue du périmètre des lieux de tournage (allant de quelques mètres carrés, comme dans la vidéo 1, à un « tiers-lieu » ouvert dans la vidéo 3) a un impact direct sur l’utilisation de certaines techniques de filmage par le chercheur. Par exemple, le recours à la profondeur de champ devient particulièrement pertinent dans un espace ouvert tandis que le gros ou très gros plan, cherchant à pallier les restrictions physiques des espaces exigus et fermés, s’avère essentiel. Ajoutons à ceci que le chercheur, à travers ses cadrages, prises de vue, plans larges et serrés, constitue un contexte situationnel (setting) via lequel il rend visibles et accessibles des actions, des activités, des interactions s’accomplissant dans différents lieux et à différents moments. Comme nous l’avons vu, l’arpenteur dans la vidéo 2 déroule son activité dans un espace (le terrain à arpenter) délimité géographiquement (une arena au sens de Jean Lave [Lave, 1988]). Or, tout l’espace n’est pas accessible au chercheur et celui-ci ne pourra parcourir que la zone couverte par l’arpenteur. Lors de son déplacement sur le terrain, l’arpenteur opère aussi un travail de structuration de son espace : en lisant la carte représentant le terrain, en se déplaçant sur le terrain avec un instrument de mesure, etc. De son côté, le chercheur, lui aussi, cherche à structurer son espace filmé et à se représenter le terrain qu’il va investiguer et filmer. L’extrait #1 (vidéo 2) permet de se rendre compte de la manière dont le chercheur (tout comme l’arpenteur qu’il filme) cherche à structurer via sa caméra l’espace dans lequel s’accomplit un évènement communicationnel, une interaction. Et ce travail de structuration de l’espace repose sur des techniques de filmage qui sont différentes dépendamment des lieux dans lesquels s’accomplissent les enregistrements vidéo.

40C’est donc une particularité de l’ethnographie multi-sites qui exige du chercheur un travail d’interprétation constant, travail qui se traduit par des formes et des techniques de filmage spécifiques aux lieux et actions qui se déroulent. En effet, l’accomplissement du captage vidéo, de la prise de vue du chercheur, sont liés non seulement à la structuration de l’espace (ex. : dans l’extrait #1, la carte présente sur le capot de la voiture, le nom des rues, les marques de clous d’arpentage au sol, etc.), mais aussi aux activités interactionnelles par lesquelles cette structuration est rendue visible (interactions de l’arpenteur avec sa collègue, avec la carte, etc.). Le chercheur procède, en quelque sorte, à une analyse incarnée (embodied) de son environnement ; c’est en s’immergeant dans cet environnement qu’il est en mesure de l’interpréter et lui donner sens. Filmer l’activité d’arpentage dans différents sites est donc pour le chercheur un travail qui prend appui sur différentes ressources, éléments présents dans l’environnement qui lui permettent de construire le contexte pertinent pour son action de filmage en cours.

41Pour terminer cet article, nous soulignerons quelques défis auxquels est confronté le chercheur. Dans le cadre de la vidéo-ethnographie multi-située, l’objectif du chercheur est de restituer d’une manière cohérente et ordonnée les différentes trajectoires d’objets et d’acteurs qu’il a suivis et observés. Mais surtout, il va lui falloir montrer comment ces trajectoires composent une histoire, autrement dit comment ces trajectoires saisies via la caméra se rencontrent, s’affectent, s’influencent et dessinent progressivement les relations qui se nouent entre les acteurs, les objets, les situations et les temporalités. Il s’agira alors au chercheur d’opérer une forme de « montage », de tenter de prendre de la hauteur et de décrire et comprendre ces connexions dans l’action qu’il a observées. Alors que l’outillage méthodologique que nous avons mobilisé nous a permis d’investir des contextes spatio-temporels différents, de rendre compte d’une forme de fragmentation du réel ; il faut ensuite au chercheur tenter de rendre fluide le tout en cherchant à révéler les connexions dans l’action qui sont constitutives de l’organisation même.

Haut de page

Bibliographie

Barthes R. (1964), « Rhétorique de l’image », Communications, n° 4, pp. 40-51.

Bazin A. (1958a), « William Wyler ou le janséniste de la mise-en-scène », dans Qu’est-ce que le cinéma ?, vol. 1, pp. 149-173.

Bazin A. (1958b), « Montage interdit », dans Qu’est-ce que le cinéma ?, vol. 1, pp. 117-129.

Buscher M., Urry J., & K. Witchger (dir.). (2011), Mobile Methods, London, Routledge Editor.

Cefaï D. (2003), L’Enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte.

Charmillot M. & C. Dayer (2007), « Démarche compréhensive et méthodes qualitatives : clarifications épistémologiques », Recherches qualitatives, Numéro Hors-Série, pp.  26-139.

Cooren F., Kuhn T., Cornelissen J. P. & T. Clark (2011), « Communication, Organizing and Organization: An Overview and Introduction to the Special Issue”, Organization Studies, vol. 32, n° 9, pp. 1149-1170

Cordelier B., Vasquez C. & I. Mahy (2011), « L’organisation en mouvement : action, temporalité et processus », Communiquer [En ligne], URL : http://communiquer.revues.org/1396

Czarniawska B. (2007), Shadowing and Other Techniques for Doing Fieldwork in Modern Societies, Malmö, Liber Editor.

Dant T. (2004), « Recording the "Habitus" », dans Pole C. (dir.), "Seeing is believing?" Approaches to Visual Methodology, Studies in Qualitative Methodology, vol. 7, pp. 43-63.

Gherardi S. (2006), Organizational Knowledge. The Texture of Workplace Learning, Oxford, Blackwell Publishing.

Girin J. (1989), « L'opportunisme méthodique dans les recherches sur la gestion des organisations », Communication à la journée d'étude la recherche-action en action et en question, AFCET, Collège de systémique, École Centrale de Paris, 10 mars.

Goodwin C. & M. H. Goodwin (2004), « Participation », dans Duranti A. (dir.), A Companion to Linguistic Anthropology, Oxford, Blackwell Publshing, pp. 222-244.

Groulx L. H. (1999), « Le pluralisme en recherche qualitative : essai de typologie », Revue suisse de sociologie, vol. 25, n° 2, pp. 317-339.

Heath C., Hindmarsh J. & P. Luff (2010), Video in Qualitative Research, London, Sage Editor.

Lave J. (1988), Cognition in Practice, Cambridge, Cambridge University Press.

LeBaron C. (2008), « Microethnography », dans Donsbach W. (dir.), The International Encyclopedia of Communication, vol. 7: Media Corporations, Forms of Objectivity in Reporting, Oxford/Malden, MA, Wiley-Blackwell Publishing, pp. 3120-3124.

Malfilatre M. G. (2011), « À propos de L’Engagement ethnographique. Entretien avec Daniel Cefaï », Revue du MAUSS permanente, 20 septembre 2011 [en ligne] http://www.journaldumauss.net/./?A-propos-de-L-Engagementhttp://www.journaldumauss.net/./?A-propos-de-L-Engagement

Marcus G. E. (2000), « What is at Stake —and is Not— in the Idea and Practice of Multi-Sited Ethnography », Canberra Anthropology: the Asia Pacific Journal of Anthropology, vol. 22, n° 2, pp. 6-14.

Marcus G. E. (1998), « Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-sited Ethnography », dans Ethnography Through Thick and Thin, Princeton, Princeton University Press, pp. 79-104.

Martineau S. (2005), « L’observation en situation : enjeux, possibilités et limites », Recherches qualitatives, Hors Série, n° 2, pp. 5-17.

Meunier D. & C. Vásquez (2008), « On Shadowing the Hybrid Character of Actions: A Communicational Approach », Communication Methods and Measures, vol. 3, n° 3, pp. 167-192.

Meyer M. (2013), « Éléments pour une ethnographie visuelle des organisations. L’aire du photographiable et l’aire du photographié », Revue internationale de psychosociologie et de gestion des comportements organisationnels, Supplément (HS), pp. 131-153.

Mondada L. (2012), « Video Analysis and the Temporality of Inscriptions within Social Interaction: The Case of Architects at Work », Qualitative Research, vol. 12, n° 3, pp. 304-333.

Mondada L. (2011), Exigences analytiques pour l’enregistrement de la parole-en-interaction (version 3.0.2), Protocole pour les enregistrements vidéo, Lyon, Laboratoire ICAR.

Nicolini D. (2013), Practice Theory, Work, & Organization, Oxford, Oxford University Press.

Pépin M. (2014), « Intégrer les points de vue des élèves dans les recherches en contexte scolaire : promesses théoriques et écueils pratiques de l’ethnographie visuelle », Revue canadienne de l’éducation, vol. 37, n° 1, pp. 163-184.

Pink S. (2007), Doing visual ethnography, London, Sage Editor.

Schegloff E. A. (1991). « Reflections on Talk and Social Structure », dans Boden D. & D. H. Zimmerman (dir.), Talk and Social Structure, Berkeley, University of California Press, pp. 44-70.

Streeck J. & S. Mehus (2005), « Microethnography. The Study of Practices », dans Fitch K., Sanders L. & E. Robert (dir.), Handbook of Language and Social Interaction, Mahwah, NJ/London, Lawrence Erlbaum Editor, pp. 381-404.

Williams R. (1980), Realism and the Cinema: A Reader, London, Routledge & Kegan Paul Editors.

Yanow D., Ybema S. & M. Van Hulst (2012), « Practicing Organizational Ethnography », dans Simon G. & C. Cassel (dir.), The Practice of Qualitative Organizational Research: Core Methods and Current Challenges, London, Sage Editor, http://www.academia.edu/366068/Practicing_Organizational_Ethnography (consulté le 21 mai 2013).

Haut de page

Notes

1 La recherche sur le terrain a été menée par Sylvie Grosjean dans le cadre d’un projet subventionné par le Conseil de la recherche en Sciences humaines du Canada. Les données vidéo ont donc été collectées par ce chercheur. Florian Grandena et Luc Bonneville sont intervenus plus tard pour procéder – en collaboration avec Sylvie Grosjean – à l’analyse des enregistrements vidéos.

2 Le réalisme cinématographique est compris comme un système de conventions et de stratégies, entre autres stylistiques et formelles, qui ont pour fonctions de créer divers documents audiovisuels, fictionnels ou non-fictionnels et qui ont pour ambition d’entretenir une relation privilégiée avec la vérité, en tentant de dire celle-ci ou de dire quelque chose à son sujet (Williams, 1980).

3 Selon la théorie du Kino-pravda (ciné-vérité) du cinéaste soviétique Dziga Vertov, la caméra permet à la fois de représenter la réalité et de révéler certains de ses aspects grâce au potentiel du cinéma et à certaines techniques propres à celui-ci (tels que les très gros plans, les arrêts sur image, les ralentis, les accélérés etc.).

4 L’anthropomorphisme consiste à attribuer des caractéristiques des comportements ou de la morphologie humaine à des entités non-humaines telles que les objets, les animaux, les dieux etc. Dans le contexte de cet article, l’anthropomorphisme se retrouve dans les mouvements de caméra qui suivent généralement de façon très précise les mouvements corporels du chercheur.

5 Le Dogme 95 est un mouvement cinématographique d’avant-garde représenté par Lars von Trier et Thomas Vinterberg, cinéastes et auteurs du manifeste éponyme. Écrit en 1995, ce dernier contient des « vœux de chasteté », un ensemble de dix règles cherchant à promouvoir la production d’œuvres sobres et expressives en contact « direct » avec le réel. Les œuvres du Dogme 95, tournées par une caméra portée à la main et rejetant les artifices visuels tels que traitements optiques et filtres, se caractérisent par un style nerveux, brut et réaliste tourné.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Les sites d’enquête investis par le chercheur
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/6475/img-1.png
Fichier image/png, 139k
Titre #1 Jim pointe un endroit sur la carte #2 Jim prend une mesure avec ses doigts
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/6475/img-2.png
Fichier image/png, 166k
Titre #3 Jim se déplace avec le prisme #4 Jim indique l’endroit de la main droite
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/6475/img-3.png
Fichier image/png, 144k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Grosjean, Florian Grandena et Luc Bonneville, « Le chercheur, la caméra et l’organisation », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, L’enquête ethnographique en mouvement : circulation et combinaison des sites de recherche, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6475

Haut de page

Auteurs

Sylvie Grosjean

Professeure agrégée, Département de communication, Université d’Ottawa (ONT), Canada - sylvie.grosjean@uOttawa.ca

Florian Grandena

Professeur agrégé, Département de communication, Université d’Ottawa, (ONT), Canada - florian.grandena@uOttawa.ca

Luc Bonneville

Professeur agrégé, Département de communication, Université d’Ottawa, (ONT), Canada - luc.bonneville@uOttawa.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page