Navigation – Plan du site
L’enquête ethnographique en mouvement : circulation et combinaison des sites de recherche

La « sortie de terrain » à l’épreuve de l’ethnographie multi-site

Repenser la territorialité et la temporalité de l’enquête au regard du désengagement ethnographique
"Exiting fieldwork" in a multi-sited ethnography. Reconceptualization of the notion of “spatiality” and “temporality” in ethnographic disengagement
Julien Debonneville

Résumés

Cet article interroge les modalités de « la sortie de terrain » dans l’ethnographie multi-site afin de revisiter la conception de « sortie » et de « terrain » dans le travail anthropologique. En décrivant comment se négocient les sorties de terrain et plus largement les va-et-vient entre les sites d’enquêtes, cet article propose de dépasser les conceptions traditionnelles de cette notion. Cette analyse amène ainsi à repenser la construction de la distance avec les sites d’enquête dans des termes processuels en mobilisant le concept de désengagement ethnographique. Au final, cet article montre comment le désengagement ethnographique représente un matériau heuristique pour repenser la spatialité, la temporalité et l’idée même de terrain dans l’enquête multi-site.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Iulia Hasdeu pour son travail de relecture et ses précieux conseils, ainsi que Pablo Diaz pour sa traduction et nos échanges fructueux tout au long de l’enquête de terrain.

« Lieues après lieues, la même phrase mélodique chantait dans ma mémoire sans que je puisse m’en délivrer […] Cette nouure devenait inextricable, au point qu’on se demandait comment elle pourrait bien se tirer de là ; soudain, une note résolvait tout, et cette échappatoire paraissait plus hardie encore que la démarche compromettante qui l’avait précédée, réclamée et rendue possible ; à l’entendre, les développements antérieurs s’éclairaient d’un sens nouveau : leur recherche n’était plus arbitraire, mais la préparation de cette sortie insoupçonnée » (Lévi-Strauss, 1955, p. 452).

  • 1 Les guillemets renvoient à la fluidité et la porosité des notions de « sortie » et de « terrain ». (...)

1Plongé dans la « solitude » et le « désespoir » après plusieurs années sous des Tristes tropiques, Claude Lévi-Strauss est saisi, puis « obsédé », par la mélodie de l’étude n° 3 opus 10 de Frédéric Chopin au détriment de son aventure ethnographique. Cet air musical résonne en lui comme un rappel de « la culture » dans une « nature » qu’il juge « chaotique » et « inhospitalière ». À travers ce rappel, Claude Lévi-Strauss rend compte, à sa façon, de l’un des chemins sinueux menant vers la « sortie du terrain » 1. En effet, bien que l’empreinte de la musique ne soit pas frontalement problématisée comme les préliminaires d’une sortie de terrain, ce basculement aux allures mystiques éclaire toutefois sur le caractère multidimensionnel du processus de désengagement ethnographique auquel sont confrontés les anthropologues. Un processus, qui à l’inverse de l’engagement ethnographique (Cefaï, 2010), demeure un thème encore quasi-inexploré dans la littérature des sciences sociales (Blatgé, 2014), au point que le principe même de sortie de terrain reste orné de zones d’ombre. En effet, cette notion réfère à diverses réalités sans avoir fait l’objet d’une définition approfondie du fait que « [d]ans l’enquête par observation directe, le moment de s’éloigner du terrain n’est pas prescrit d’évidence par le protocole d’investigation » (Arborio & Fournier, 2010, p. 43). Cette question de la sortie du terrain apparaît d’autant plus préoccupante dans le cadre de l’ethnographie multi-site où la sortie est réitérée et démultipliée, devenant une étape déterminante dans la pratique de l’enquête et, de surcroît, dans le cas où le-la chercheur-e est engagé-e simultanément sur plusieurs terrains. Si l’ethnographie multi-site s’est montrée très convaincante à bien des égards, certaines inconnues demeurent donc autour de ce processus de désengagement du(des) terrain(s). À ce titre, les écrits de George Marcus sont restés flous sur la manière de clore l’enquête, de délimiter les contours de l’objet ou encore sur la sélection des terrains, évacuant ainsi la dimension indicative du choix de ces derniers (Cefaï, 2010). Comme l’affirme Daniel Cefaï, il est temps de s’interroger sur « les principes qui guident l’anthropologue lorsqu’il suit son objet », mais également sur « les critères qui émergent de la longue fréquentation des terrains et du va-et-vient entre eux » (Ibid., p. 368). À travers ces constats, c’est donc la question du processus d’engagement et de désengagement ethnographique qui est soulevée afin d’en saisir les effets sur la circulation entre les différents sites observés, les relations d’enquête, ou encore la production et l’interprétation des matériaux par le-la chercheur-e. Cet article propose d’étudier les rouages de ce processus de désengagement ethnographique afin de saisir comment, dans le cadre d’une enquête de terrain multi-site, se négocient les différentes sorties de terrain. L’objectif est de revisiter l’idée de sortie de terrain en tant que moment situé dans le temps et l’espace afin d’entrevoir cette sortie comme un processus dans lequel existe une porosité des frontières du terrain et de l’après-terrain. En pensant l’emprise du terrain au-delà d’une circonscription spatiale et temporelle, cet article propose ainsi de repenser les temporalités et les territorialités de l’enquête, dépassant une conception classique du terrain forgée par les écrits d’Edward Evans-Pritchard, cantonnant le terrain à l’ailleurs et ce qui réside là-bas (being there).

2Afin d’éclairer ce processus de désengagement ethnographique, je mobiliserai les matériaux produits lors d’une enquête socio-anthropologique de dix mois à Manille dédiée à l’étude de la construction de l’altérité (otherness) dans les migrations des travailleuses domestiques philippines (Debonneville, 2014, 2016). En décidant de « suivre les gens » (Follow the people) (Marcus, 1995, p. 106), en l’occurrence les femmes candidates à l’émigration en tant que travailleuses domestiques lors des phases de recrutement et de formation aux Philippines, une constellation de sites d’observation s’est rapidement dessinée impliquant des formes diverses et variées de dés/engagement ethnographique. Cette recherche s’est ainsi appuyée sur la conduite d’observations directes dans huit centres de formation et cinq agences de recrutement de travailleuses domestiques migrantes dont les modalités d’observation ont varié de quelques semaines à plusieurs mois. Ces sites ont été choisis sur la base de leur influence dans le dispositif migratoire, de leur légitimité, de leur histoire, mais également en retraçant les réseaux de collaboration des actrices et des institutions. Cette ethnographie multi-site au sein du dispositif migratoire philippin a par ailleurs été conduite sur des sites d’enquêtes fortement interdépendants impliquant une importante circulation des actrices entre ces derniers. Une particularité, qui comme nous le verrons, n’est pas sans implication sur les modalités de désengagement ethnographique. À noter que l’insertion sur les sites d’enquête s’est parfois faite de façon simultanée, au point que pendant certaines périodes j’ai pu graviter entre quatre sites d’enquêtes, avec toutefois des degrés d’insertion différents.

3La première partie de cet article proposera une discussion théorique autour de la notion de sortie du terrain et de désengagement ethnographique afin de repenser les conceptions classiques de la temporalité et de la territorialité de l’enquête. Quant à la seconde partie, elle nous plongera dans les matériaux d’enquête afin de saisir les enjeux empiriques du désengagement ethnographique dans le cas de l’ethnographie multi-site.

De la « sortie du terrain » au désengagement ethnographique

  • 2 À cet égard, il est important de souligner que les nouvelles normes institutionnelles de management (...)
  • 3 Bien que la distance géographique se soit fortement réduite entre là-bas et ici au cours de l’histo (...)
  • 4 Si l’ethnographie multi-site permet de révéler les caractéristiques de ce désengagement ethnographi (...)

4La littérature des sciences sociales s’est accordée pour définir le moment le plus approprié pour sortir du terrain et se désengager (Snow, 1980). Ce dernier suit généralement le « point de saturation théorique » (Glaser & Strauss, 1967), c’est-à-dire lorsque la productivité de la collecte des données décroît et n’apporte plus d’informations nouvelles (Olivier de Sardan, 1995, p. 69) tout en étant agrémentée d’une certaine lassitude morale (Havard-Duclos, 2007, p. 21). Outre cet effet de saturation, on peut rappeler que la sortie du terrain est également liée à « des contraintes objectives » (fin de l’allocation de recherche, impératif académique, parentalités, etc.) (Ibid.) 2. En parallèle, cette sortie du terrain a généralement été définie comme un moment de prise de distance physique pour quitter le milieu d’enquête au point d’être souvent qualifiée de « rupture » ou de « séparation ». Cette sortie du terrain est en ce sens considérée comme une « transition entre l’engagement de l’enquêteur et la distanciation du scientifique, la participation du chercheur à son objet et sa séparation physique à l’égard de son objet d’étude » (Blatgé, 2014). La sortie du terrain a ainsi été reléguée à une étape de transition entre la collecte des données sur un site d’enquête là-bas et l’interprétation des matériaux et la rédaction ici 3. Une transition souvent dépeinte comme spatialement située et quasi-instantanée, cantonnant cette dernière à un acte unique et univoque. Toutefois, l’ethnographie multi-site, par le fait des va-et-vient qu’elle implique entre les sites d’enquête, représente une pratique heuristiquement féconde pour dépasser cette notion de sortie de terrain figée dans le temps et l’espace, tout en rendant compte de l’intérêt de se pencher sur ce processus. L’ethnographie multi-site amène ainsi à repenser la sortie de terrain, non pas comme l’acte de quitter physiquement le terrain à un moment donné, mais plutôt comme un processus de désengagement ethnographique 4.

Une sortie du terrain multidimensionnelle

  • 5 Notons que ce travail de prise de distance n’est pas unilatéral et ne se fait pas nécessairement da (...)

5Comme son nom l’indique, le désengagement ethnographique représente le pendant de l’engagement ethnographique. En effet, si le travail d’immersion est au cœur de l’engagement ethnographique, le désengagement ethnographique doit, à l’inverse, être pensé comme un processus de détachement progressif impliquant une distanciation physique, mais surtout psychologique, émotionnelle et intellectuelle du terrain. Ce processus a la particularité de révéler les implications émotionnelles (positives ou négatives) qui se sont jouées sur le terrain tels « l’identification avec les enquêtés ; la place des motivations et des sentiments personnels dans le travail de la recherche ; le rôle crucial pour les enquêtés de l’équation personnelle de l’enquêteur » (Emerson, 2003, pp. 413-414). La sortie du terrain dans l’enquête ethnographique comporte en ce sens un certain coût subjectif (Havard-Duclos, 2007). À titre illustratif, Daniel Bizeul décrit les glissements moraux et émotionnels qui se sont révélés lors de sa sortie de terrain du Front national, au point que l’auteur confie avoir eu besoin d’un « dé-conditionnement » de près de trois ans après son enquête afin « d’être à nouveau en phase avec les exigences de type scientifique » (Bizeul, 2007, p. 7) 5. L’expérience de Daniel Bizeul rend compte de l’emprise du terrain sur le-la chercheur-e et permet d’entrevoir la sortie de terrain au-delà de sa dimension physique, tout en repensant la spatialité et la territorialité de la sortie de terrain dans une continuité. En effet, cette dimension processuelle de la sortie de terrain révèle le fait que lorsque le-la chercheur-e quitte le milieu d’enquête, la récolte des données n’est cependant pas terminée. L’auto-analyse et l’objectivation de ces conditions de transition permettent aux chercheur-e-s d’affiner leurs analyses et de saisir de nouvelles facettes de la réalité sociale qu’elles étudient. En ce sens, l’empreinte du terrain sur le-la chercheur-e constitue un matériau complémentaire pour étayer le travail interprétatif et guider les réflexions analytiques.

  • 6 Dans le cas de mon enquête de terrain, les sentiments de jalousie ou de tromperie vécus par les enq (...)
  • 7 À noter que les implications émotionnelles du désengagement touchent également les enquêté-e-s comm (...)

6Lorsque l’on se penche sur cet état « émotionnel », on constate que ce dernier est souvent agrémenté de sentiments de nostalgie, de soulagement, d’(in)satisfaction, mais également de regret, de tristesse, de rancœur, de jalousie 6, d’agacement, d’impatience, d’inconforts, de rupture, ou encore d’abandon, que peuvent vivre les chercheur-e-s (et les enquêté-e-s 7) au moment de mettre un terme au terrain. En effet, les chercheur-e-s interprètent leurs matériaux au prisme de présupposés théoriques, mais également à la lumière de leurs expériences de terrain et « des échanges remémorés et expriment donc la structure des processus mnémoniques » (Emerson, 2003, p. 404). Des souvenirs ancrés dans les recoins émotionnels et les ressentis que le-la chercheur-e emporte avec lui-elle lorsqu’il-elle quitte les lieux de l’enquête. Derrière le souvenir se cachent en effet des émotions, parfois fortement contrastées selon les différents sites d’enquêtes, qui peuvent guider l’interprétation des matériaux. Comme nous le verrons par la suite, cette dimension émotionnelle du désengagement ethnographique peut devenir particulièrement prégnante dans le cas de l’ethnographie multi-site où les immersions empiriques sont démultipliées. Dans ce cas, la confrontation des divers états émotionnels, parfois contradictoires, peut devenir un révélateur des dynamiques sociales qui structurent les espaces sociaux étudiés (notamment lorsque les sites d’enquêtes sont interconnectés). L’idée d’un désengagement ethnographique processuel nous permet en ce sens de saisir que « les temps de l’enquête ne sont pas réductibles au simple recueil des données ; les événements prenant place en début et en fin d’enquête – en apparence quasi insignifiants – constituent des matériaux sociologiques porteurs de sens et dignes d’analyse » (Blatgé, 2014).

Repenser l’idée de « terrain »

  • 8 D’autant que les terrains dits « locaux » et « ici », c’est-à-dire là où le-la chercheur-e vit, son (...)
  • 9 Traduction de l’auteur.

7Cette réflexion sur la sortie du terrain m’amène directement à questionner la notion même de terrain et de co-présence dans la veine des réflexions d’Andreas Glaeser (2006) et d’Édouard Gardella, Paul Costey et Daniel Cefaï (2010). En inscrivant la sortie de terrain dans une temporalité étendue, on comprend donc que la caractéristique principale du terrain n’est plus le fait d’être là-bas. Cette caractéristique est également mise en lumière par le rôle que jouent les nouvelles technologies (réseaux sociaux, téléphonie mobile, etc.) qui renforcent les attaches de le-la chercheur-e à ses sites d’enquêtes malgré la distance, floutant ainsi la frontière entre présence et absence. À ce titre, la notion de terrain peut être comprise comme une construction sociale et culturelle (Gupta & Ferguson, 1997). Certain-e-s auteur-e-s postulent ainsi que « today “the field is everywhere,” and there is no division between home and the field because both exist in the same holistic context of globalized power relations » (D’Amico-Samuels, 1991, p. 83 cité par Sluka & Robben, 2007, p. 25). Cette déconstruction du terrain dans le temps et l’espace implique dès lors que les anthropologues « never really leave the field entirely and thus their fieldwork never really ends » (Sluka & Robben, 2007, p. 25) 8. À cet égard, Marilyn Strathern appelle à repenser cette logique d’immersion/émersion du terrain, suggérant que le moment d’écriture et d’interprétation constitue un « second terrain », car il replonge le-la chercheur-e dans les conditions d’enquête (Strathern, 1999). Elle postule ainsi que « l’écriture ethnographique constitue un second terrain » 9 en interdépendance avec le premier (Ibid., p. 2), tout en précisant que la relation entre ces deux terrains s’avère « complexe [complex] » et constitue ce qu’elle nomme « le moment ethnographique [the ethnographic moment] » (Ibid., pp. 5-6). En ce sens, il apparaît nécessaire de porter une attention poussée sur les modes de transition afin de rendre compte de cette complexité qui se noue dans le va-et-vient entre les sites de recherche. La transition devenant en effet un matériau en soi, l’ethnographie multi-site apparaît dès lors particulièrement intéressante du fait qu’elle implique une démultiplication de ces transitions entre les sites d’enquête. Ce va-et-vient produit des interstices à partir desquels peut être développé le travail interprétatif sur la base de la comparaison des sites d’enquête. Bien que le-la chercheur-e quitte physiquement un site d’enquête, il-elle est amené-e à se replonger (socialement, émotionnellement et intellectuellement) dans ses conditions d’enquête afin de comparer ses matériaux. Cet exercice, qui dans le cas de l’ethnographie multi-site est récurrent, devient l’essence même de la pratique interprétative. L’ethnographie multi-site représente dès lors une ressource afin de repenser la notion de terrain au-delà de l’ancrage territorial usuel. L’engagement et le désengagement, qu’ils soient momentanés ou définitifs, permettent à le-la chercheur-e d’affiner sa lecture des mécanismes sociaux à l’œuvre. Avant de plonger dans la complexité de ces transitions, il est préalablement nécessaire d’analyser les modalités de l’enquête ethnographique qui ont structuré la conduite de mon enquête.

Les modalités du désengagement ethnographique dans l’ethnographie multi-site

8Approcher la question du désengagement au prisme de l’ethnographie multi-située (et inversement) apparaît particulièrement intéressant dans le sens où ce processus de désengagement est d’une part démultiplié et, d’autre part, donne la mesure de la circulation des objets, personnes et symboles entre ces mêmes sites d’enquête. En effet, l’essence de l’ethnographie multi-site repose sur la « capacity to make connections through translations and tracings among distinctive discourses from site to site »(Marcus, 1995, p. 105). Avec l’ethnographie multi-site, ce sont donc bien les liens qui se nouent entre les sites étudiés qu’il s’agit de suivre, ce qui demande à l’ethnographe une capacité à s’engager et se désengager pour circuler entre les sites. Ce désengagement a la particularité de s’inscrire sur deux axes : la spatialité et la temporalité. Il a par ailleurs la caractéristique de pouvoir être unique ou multiple (désengagement auprès d’un ou plusieurs sites) et synchronique (au même moment de tous les sites d’enquête) ou diachronique (le désengagement se fait site après site dans la durée). La décision qui soutient cette prise de distance peut être prise de façon unilatérale (le-la chercheur-e ou les enquêté-e-s décident seul-e-s de mettre fin à l’enquête), bilatérale (la décision émane d’une consultation entre le-la chercheur-e ou les enquêté-e-s) et finalement multilatérale (la décision résulte de le-la chercheur-e, des enquêté-e-s et/ou d’une tierce-personne). La présente enquête de terrain a la caractéristique d’avoir eu un ancrage simultané sur plusieurs sites d’enquête et d’avoir impliqué des sorties physiques de ces sites d’enquête de façon diachronique. Quant à la décision de prise de distance, elle était unilatérale, soit prescrite par la saturation théorique ou des conditions matérielles et sociales (visa, billets d’avion, contraintes professionnelles) ; soit dictée par les enquêté-e-s.

L’ethnographe au prisme de la multiplication des « sorties de terrain »

Une entrée par le « haut » : les prémisses de l’engagement ethnographique

  • 10 À ce titre, je tiens à remercier mes collègues de l’University of the Philippines Diliman, les prof (...)

9Afin d’analyser ce désengagement ethnographique, il importe de revenir brièvement sur les modalités d’insertion et d’engagement sur le terrain. Dans le cas de mon enquête, l’insertion a commencé par un terrain exploratoire à Manille de deux semaines en novembre 2012. L’arrivée dans l’archipel prend des saveurs de retrouvailles deux ans après avoir clôturé une précédente enquête de terrain sur les Conditional Cash Transfert aux Philippines. À l’instar de mon précédent terrain, je fais appel à mes collègues 10 de l’Université des Philippines Diliman afin d’être introduit auprès des institutions gouvernementales en charge des questions migratoires. Ma précédente expérience de terrain aux Philippines m’a en effet enseigné l’importance des réseaux et des recommandations personnelles lors de l’insertion sur le terrain, notamment dans le cadre d’institutions gouvernementales où les prises de contact formel par lettres ou courriels sont coûteuses en termes de temps et surtout ponctuées d’incertitudes. Un collègue m’a alors introduit à l’un de ses amis qui occupe aujourd’hui une place de haut fonctionnaire dans l’une des principales institutions gouvernementales en charge des questions migratoires. Quelques SMS plus tard, j’avais rendez-vous dans un café sur le campus avec ce dernier pour un entretien exploratoire. Lors de l’entretien, j’apprends qu’il fut en charge du principal centre de formation gouvernemental dans lequel sont dispensés les cours de langue des pays de destinations, les cours de stress management et de culture familiarization pour l’ensemble des femmes philippines candidates à l’émigration en tant que travailleuse domestique. Lorsque je lui explique l’importance de ce lieu dans mon enquête, il met fin à la conversion, règle la note et m’invite à le suivre. Je me retrouve à bord de sa voiture en direction du centre de formation. Arrivés sur place, il m’introduit à sa successeure qui, sans trop poser de questions, m’autorise à conduire mon enquête au sein du centre. Dès mon retour en janvier 2013 et pour les dix mois qui ont suivi, ce centre a constitué le socle de mon enquête. Un site d’enquête ressource à partir duquel j’ai pu élaborer mon ethnographie multi-site. Cette entrée privilégiée « par le haut » a largement facilité mon immersion, bien qu’elle ait nécessité plusieurs semaines afin de pouvoir me démarquer de l’autorité de mon informateur privilégié et nouer des liens au-delà du cadre professionnel avec celles et ceux qui feront mon quotidien. Ce centre fut ainsi l’objet d’une importante immersion au point qu’après quelques mois certains acteurs institutionnels extérieurs au centre m’assimilaient à un formateur pour les migrantes à destination de l’Europe. Cette immersion fut par ailleurs bénéfique afin d’avoir accès aux autres institutions. En effet, ce centre fait graviter autour de lui de nombreux acteurs institutionnels (gouvernementaux, agences de recrutement, centres de formation privés) et des migrantes. Il fut par conséquent l’une des voies principales à partir desquelles j’ai pu suivre les personnes, les réseaux d’acteurs et entrer en contact avec mes autres sites d’enquête.

Les tensions du désengagement ethnographique comme révélateur socio-anthropologique

  • 11 Cette multiplicité des ancrages a été mise en scène à plusieurs reprises tout au long de l’enquête (...)

Lors des mois d’avril et de mai 2013, un nouveau site d’enquête a occupé le premier plan de ma recherche. Il s’agissait du centre de formation privé Good Luck Center dans lequel les compétences professionnelles du travail domestique étaient enseignées. Un centre de formation inauguré en 2011 par deux femmes qui, après avoir respectivement passé une dizaine d’années en tant que travailleuses domestiques en Asie de l’Est, ont décidé d’investir leurs dernières économies dans l’« industrie de la migration ». La prise de contact avec ce centre s’est faite par l’intermédiaire d’un responsable d’un centre d’évaluation des compétences qui collabore avec elles, qui m’a lui-même été recommandé par une agence de recrutement. La négociation des modalités d’enquête qui en résulte est relativement détendue, ce qui me permet de commencer rapidement le travail ethnographique. Je constate d’entrée que le centre est en quête de visibilité. Le travail de publicisation afin de recruter davantage de migrantes est au cœur du quotidien des gérantes. Les cours sont filmés puis mis en ligne sur les réseaux sociaux. L’une des gérantes fait un travail quotidien de lobbying auprès des agences de recrutement afin que ces dernières leur envoient des candidates. Je fais également l’objet de photographies qui sont par la suite mises en ligne sur les pages Internet du centre. Plus d’un mois après le début des observations, un intérêt pour mon travail se manifeste fortement à travers des séries de questions telles que : « Quel format va prendre mon enquête ? Qui va lire mon texte ? Dans quels pays ? ». Je saisis rapidement que mon travail d’enquête est assimilé à une sorte de pratique journalistique, apparaissant ainsi comme un médium potentiel de médiatisation aux yeux des gérantes. Je comprends en outre que ma posture et mon identité sociale, « homme blanc occidental » selon leurs dires, constituent un vecteur de valorisation pour les gérantes. Ma présence et mon intérêt pour ce site font dès lors l’objet d’une instrumentalisation afin de valoriser le centre. Je décide donc de clarifier à nouveau les raisons de ma présence et la visée de mon travail afin de dissiper les quiproquos. Je reprécise que j’ai mené des observations au sein d’autres centres de formation. À la suite de cette annonce, les gérantes deviennent curieuses, m’interrogent sur l’identité de ces centres, le bien-fondé et la justesse de leurs propres pratiques et m’invitent soudainement à évaluer leurs compétences. Je décide de rester flou et d’éclipser les questions qui dérangent, tout en maintenant un discours relativement neutre et technique à l’égard de leur pratique. Leur ton vacille néanmoins rapidement. Méfiance et inquiétude ont éclipsé la bienséance d’usage. J’apparais d’un coup comme suspect, au point de devenir une sorte d’espion envoyé par un centre concurrent à leurs yeux. La suspicion augmente d’un cran lorsqu’elles me demandent explicitement si je projette d’ouvrir un centre de formation à Manille ou dans mon pays, suggérant à demi-mots que je serais un potentiel usurpateur de leurs « bonnes pratiques ». Je tente de les rassurer en présentant, photographies à l’appui, l’ensemble de mes sites d’observation (agences de recrutement, centres de formation, institutions gouvernementales) tout en assurant la confidentialité des sites d’enquêtes et des enquêté-e-s. La multiplication de mon ancrage auprès d’institutions variées semble apaiser la situation 11. Si ma présence sur ce site d’enquête n’est finalement pas remise en question, mon accès est toutefois drastiquement restreint aux observations des formations, m’évinçant ainsi des enjeux économiques et stratégiques du centre tel que la visite de brokers de Hong Kong. Progressivement, je sens l’accès du terrain se faire de plus en plus étroit et ma présence de moins en moins désirée (en comparaison avec l’enthousiasme débordant des premières semaines). Mes questions trouvent de moins en moins de réponses. Je me résigne au regard de ces conditions d’enquête, mais également face à la saturation théorique, à me désengager de ce site d’enquête. Je quitte le terrain avec un sentiment d’inconfort.
(Vignette construite à partir d’extraits de journal de terrain, printemps 2013)

10Comme le laisse transparaître cette situation de dés/engagement ethnographique, les acteurs de cette industrie des migrations sont en quête de visibilité afin d’accroître leur légitimité et le nombre de candidates dans un contexte de forte concurrence qui compte plus de 500 centres de formation. Une concurrence et des enjeux économiques qui pèsent directement sur les représentations sociales associées à la figure de « la travailleuse domestique philippine » (Debonneville, 2013). Cette situation d’enquête révèle d’une part les tensions de l’ethnographie multi-site lorsque celle-ci est menée sur des sites d’enquête interdépendants et de surcroit en situation de concurrence. Cet exemple souligne par ailleurs comment ce cadre d’enquête particulier basé sur le va-et-vient entre les sites peut provoquer une sortie physique du terrain précipitée. D’autre part, ce récit de sortie de terrain illustre comment le désengagement dans le cadre d’une ethnographie multi-site peut devenir un guide pour le-la chercheur-e dans l’interprétation de l’ensemble de ces matériaux. L’auto-analyse et l’objectivation de ce désengagement (et la comparaison avec les autres sites) permettent en effet de guider l’analyse afin de saisir les rouages de cette industrie migratoire. Finalement, elle révèle comment l’objectivation de la posture du/de la chercheur-e à ce moment de l’enquête représente un matériau en soi.

Désengagement ethnographique et nouvelles technologies : les nouvelles frontières du terrain

  • 12 Traduction : « Prends soin de toi Bunso [surnom que les instructrices du CPED m’ont assigné signifi (...)

Jeudi, 13 février 2014, Intramuros, Manille. Le CPDEP est en fête ce soir. Une soirée festive videoke est organisée dans l’une des salles de classe au nom de ma despedida (fête de départ). Le processus de désengagement a déjà été amorcé sur les autres sites d’enquête, il ne reste que le CPDEP. Vers vingt-trois heures, je réalise brusquement que la fin de la célébration se profile. J’improvise un discours ponctué de remerciements et de gratitude, teinté également d’émotion auprès de ceux qui m’ont accompagné dans ma recherche pendant plus d’un an, tout en (me) dissimulant l’épineuse question sociologique de la sortie du terrain. Après quelques étreintes d’adieu avec le reste du personnel, je salue Mam Mabel l’une des instructrices en charge des cours de stress management et de culture familiarization qui est devenue d’abord une informatrice privilégiée, puis une amie. Après m’avoir souhaité le meilleur pour la suite, elle me prie de la tenir au courant sur l’évolution de ma recherche et m’invite à garder contact tout en me proposant de me tenir au courant de l’évolution des activités du centre. Après une accolade, elle conclut sur ces mots : « Ingat Bunso, we keep in touch through Facebook » 12. Je poursuis mon chemin. La porte du terrain semble s’être paradoxalement fermée sur cette ouverture.

  • 13 Si les raisons pour lesquelles le-la chercheur-e maintient ces liens apparaissent relativement évid (...)

11À ce moment, ce désengagement est motivé par des contraintes objectives (reprises des enseignements en Suisse, fin de visa), mais surtout par le fait d’être arrivé à ce point de rupture du terrain où « la connaissance semble être sans cesse plus profonde » et le risque « de diluer le projet d’analyse dans l’infinie particularité de la situation observée » est palpable (Fournier & Arborio, 1999, p. 43). Si ces adieux marquent un tournant important dans le désengagement avec les enquêté-e-s avec une prise de distance physique, ils n’impliquent toutefois pas une rupture et la fin proprement dite du terrain. En effet, jusqu’à ce jour, les échanges avec les «enquêté-e-s» demeurent fréquents. Ces échanges vont des compléments d’information à la mise à jour des activités, en passant par des discussions approfondies sur des thèmes d’enquêtes, ou de façon plus triviale, d’échanges sur nos quotidiens respectifs. Les nouvelles technologies de communication rendent un peu plus floues les frontières entre l’absence et la présence sur le terrain et provoquent une reconsidération radicale des liens sociaux, des temporalités et des spatialités d’enquête, rapprochant un peu plus les personnes, ainsi que l’ici du là-bas, bien que les modalités d’insertion et le type de matériaux qui en résultent peuvent différer. Au final, cet exemple de désengagement à la lueur des technologies invite à penser la sortie du site d’enquête non pas comme une forme de rupture, mais plutôt comme une continuité, malgré le fait que le régime relationnel évolue avec le temps 13.

12Si cette réflexion sur la continuité du désengagement ethnographique peut s’appliquer aux recherches en sciences sociales en général, elle apparaît particulièrement intéressante dans le cas de l’ethnographie multi-site, car c’est elle qui permet de guider le-la chercheur-e dans les déplacements d’un site à l’autre. Les liens cultivés avec les sites d’enquête permettent en effet d’orienter et d’ajuster la suite des observations sur les autres sites d’enquêtes lorsque l’enquêteur-trice quitte physiquement le terrain. Dans le cas de la présente enquête, ces contacts prolongés avec les différents sites d’enquête m’ont donné l’occasion de saisir comment les dynamiques propres à cette industrie migratoire évoluaient. En effet, l’analyse des propos rapportés par les enquêté-e-s au-delà de la présence sur le site d’enquête permet de voir qu’est-ce qui est dit (et non-dit) selon les actrices en fonction de leurs positions dans le champ. À titre d’exemple, j’ai pu constater que certaines réformes dans la politique migratoire gouvernementale avaient été rapportées de façons différentes selon les types d’institutions, éclairant un peu plus les dynamiques sociales qui relient les différents sites d’enquête.

Conclusion

  • 14 On retrouve ce même aspect lorsque que les chercheur-e-s doivent/décident d’opérer un travail de re (...)

13L’étude des modalités du désengagement ethnographique dans le cadre de l’ethnographie multi-site m’a permis d’envisager la sortie de terrain au-delà d’une transition située dans le temps et l’espace. Ce concept de désengagement ethnographique, en tant que processus de dé-conditionnement (physique, psychologique, intellectuel et émotionnel) et de construction progressive de la distance avec le terrain, a révélé comment, lorsque le-la chercheur-e quitte le site d’enquête, la récolte des matériaux peut se poursuivre 14. En effet, l’auto-analyse et l’objectivation de ces conditions de transition de le-la chercheur-e entre des sites d’enquête constituent des matériaux à même de le-la guider dans ses interprétations sur la circulation des personnes, objets et symboles observés. En ce sens, le terrain, en tant que site de récolte des matériaux, ne devrait pas être uniquement cantonné à ce qui se passe là-bas. Plus concrètement, nous avons vu que le désengagement ethnographique dans le cadre de l’enquête multi-site pouvait, de par les interdépendances entre les sites dans lequel l’ethnographe se retrouve lié, générer des tensions (sociales, émotionnelles, voire psychologiques) mobilisables au profit de l’analyse. D’autre part, mon enquête souligne le rôle des nouvelles technologies dans le floutage des frontières entre présence et absence tout en revisitant l’idée de temporalité et de spatialité de l’enquête, rendant par conséquent l’idée de terrain plus complexe. Au final, la sortie du terrain ne doit pas être réduite à l’acte de quitter physiquement le site d’enquête, mais plutôt être pensée en termes de processus de désengagement ethnographique afin de mettre en lumière ce qui lie le-la chercheur-e au terrain au-delà du site d’enquête. Les processus d’engagement et de désengagement ethnographique apparaissent ainsi comme les deux faces d’une même médaille et donc comme des étapes cruciales dans la conduite de l’ethnographie multi-site.

Haut de page

Bibliographie

Bizeul D. (2007), « Des loyautés incompatibles », SociologieS, La recherche en actes, Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l'enquête de terrain, [En ligne] https://sociologies.revues.org/227

Blatgé M. (2014), « Objectiver sa position à la sortie du terrain : l’exemple d’une enquête parmi les déficients visuels », Revue ¿ Interrogations ?, n° 18 [En ligne] http://www.revue-interrogations.org/Objectiver-sa-position-a-la-sortie

Cefaï D. (dir.) (2010), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS.

Debonneville J. (2013), « De la lutte contre la vulnérabilité aux transferts d’argent. La migration des travailleuses domestiques au prisme du dispositif migratoire philippin », Autrepart, vol. 4, n° 67-68, pp. 69-85.

Debonneville J. (2014), « Les écoles du care aux Philippines », Revue Tiers Monde, n° 217, pp. 61-78.

Debonneville J. (2016), Les Écoles de la servitude aux Philippines : des carrières migratoires de travailleuses domestiques aux processus d’altérisation. Pour une approche socio-anthropologique des études postcoloniales, Thèse de doctorat, Université de Genève.

Emerson R. (2003), « Le travail de terrain comme activité d’observation. Perspectives ethnométhodologistes et interactionnistes », dans Cefaï D., L’Enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte, pp. 399-424.

Fournier P. & A.-M. Arborio (2010), L'Enquête et ses méthodes : l'observation directe, Paris, Éditions Armand Colin.

Gardella É., Costey P. & D. Cefaï (2010), « Circonscrire le site d’enquête : un nœud de réseaux et de processus », dans Cefaï D. (dir.), L'Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l'EHESS, pp. 219-272.

Glaeser A. (2006), « An Ontology for the Ethnographic Analysis of Social Processes: Extending the Extended-Case Method », dans Evens T. M. S. & D. Handelman (dir.), The Manchester School: Practice and Ethnographic Praxis in Anthropology, New York, Oxford, Berghahn Books, pp. 64-93.

Glaser B. & A. Strauss (1967), The Discovery of Grounded Theory: Strategies for Qualitative Research, Chicago, Aldine Editor.

Gupta A. & J. Ferguson (1997), Anthropological Locations Boundaries and Grounds of a Field Science, Berkeley, University of California Press.

Hannerz U. (2003), « Being there... and there... and there! Reflections on Multi-Site Ethnography », Ethnography, vol. 4, n° 2, pp. 201-216.

Havard-Duclos B. (2007), « Les coûts subjectifs de l’enquête ethnographique », SociologieS, La recherche en actes, Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l'enquête de terrain, [En ligne] https://sociologies.revues.org/4212.

Lévi-Strauss C. (1955), Tristes Tropiques, Paris, Éditions Plon.

Marcus G. E. (1995), « Ethnography In/Of the World System: The Emergence of Multisited Ethnography », Annual Review of Anthropology, vol. 24, pp. 95-117.

Olivier de Sardan J.-P. (1995), « La politique de terrain. Sur la production des données en anthropologie », Enquête, vol. 1, pp. 71-109.

Robben A. & J. Sluka (2007), « Fieldwork in Cultural Anthropology: An Introduction », dans Robben A. & J. Sluka, Ethnographic Fieldwork. An Anthropological Reader, New York, Wiley-Blackwell Editors, pp. 1-28.

Snow D. (1980), « The Disengagement Process: A Neglected Problem in Participant Observation Research », Qualitative Sociology, vol. 4, n° 2, pp. 100-122.

Strauthen M. (1999), Property, Substance and Effect. Anthropological Essays on Persons and Thing, London, The Athlone Press.

Haut de page

Notes

1 Les guillemets renvoient à la fluidité et la porosité des notions de « sortie » et de « terrain ». Dans un souci d’alléger le texte ces derniers ne seront plus appliqués par la suite.

2 À cet égard, il est important de souligner que les nouvelles normes institutionnelles de management de la recherche pèsent directement sur les modes de sortie du terrain. Ulf Hannerz souligne ainsi que « the growing number of anthropologists, and governmental financial restrictions on purely academic research, are factors which probably matter more to changes in styles of doing research than does intellectual debate » (Hannerz, 2003, p. 213). À ce titre, la présente enquête a bénéficié de conditions structurelles relativement privilégiées (Thèse et terrain financés par l’Université de Genève, possibilité de faire un terrain de huit mois, être détenteur d’un visa pour les Philippines et de pouvoir le renouveler, bénéficier du statut de chercheur invité à l’Université des Philippines, ne pas avoir de responsabilités familiales, etc.) ayant peu pesé sur la sortie de terrain.

3 Bien que la distance géographique se soit fortement réduite entre là-bas et ici au cours de l’histoire de la discipline, la frontière semble néanmoins demeurer.

4 Si l’ethnographie multi-site permet de révéler les caractéristiques de ce désengagement ethnographique, ces dernières ne sont pour la plupart pas exclusives à l’ethnographie multi-site et peuvent s’étendre à toutes enquêtes de terrain.

5 Notons que ce travail de prise de distance n’est pas unilatéral et ne se fait pas nécessairement dans la solitude. Il passe par une « co-construction de la distance » (Blatgé, 2014). Cette dernière « ne dépend pas uniquement de la relation entre enquêteur et enquêtés, elle fait également intervenir des acteurs » tels que les collègues, les cercles familiaux ou relationnels de le-la chercheur-e (Ibid.).

6 Dans le cas de mon enquête de terrain, les sentiments de jalousie ou de tromperie vécus par les enquêté-e-s se sont par exemple manifestés au moment où je confiais à ces dernier-e-s la nécessité de devoir retourner vers un autre site d’enquête.

7 À noter que les implications émotionnelles du désengagement touchent également les enquêté-e-s comme le raconte David Snow, révélant ainsi que certains groupes sociaux (p.ex. mouvements religieux), tolèrent mal la défection des membres du groupe au point de mener des actions de ralliement (rallying action) comme le chantage, la pression psychologique, etc. (Snow, 1980, p. 110).

8 D’autant que les terrains dits « locaux » et « ici », c’est-à-dire là où le-la chercheur-e vit, sont de plus en plus fréquents en anthropologie, ce qui rend un peu plus floues les frontières entre « home » et le « field ». Néanmoins, dans ce cas de figure, bien que la distance spatiale ne soit pas opérante, la distance sociale demeure opérante et continue de peser sur les processus d’engagement et de désengagement. Le cas d’étude mobilisé ici, marqué par une forte distance géographique et sociale, peut sembler a priori paradoxal, car il semble réifier l’altérité anthropologique et la distance avant de les déconstruire. Cependant, ce cas permet de rendre plus visible ce qui se joue dans l’engagement et le désengagement ethnographique de manière générale.

9 Traduction de l’auteur.

10 À ce titre, je tiens à remercier mes collègues de l’University of the Philippines Diliman, les professeur-e-s Mary Lou Alcide, Emmanuel Luna et Roselle Leah Rivera, pour leur précieuse aide tout au long de mon enquête.

11 Cette multiplicité des ancrages a été mise en scène à plusieurs reprises tout au long de l’enquête afin de « rassurer » et suscité l’intérêt des enquêté-e-s au point de constituer progressivement une stratégie d’immersion, voire un « droit d’entrée » selon les institutions de référence citées.

12 Traduction : « Prends soin de toi Bunso [surnom que les instructrices du CPED m’ont assigné signifiant « le plus jeune »], on garde contact via Facebook»

13 Si les raisons pour lesquelles le-la chercheur-e maintient ces liens apparaissent relativement évidentes, on peut toutefois s’interroger sur les raisons des enquêté-e-s de maintenir ces derniers. Plusieurs hypothèses peuvent être avancées dans ce cas précis. J’avancerai surtout ici l’idée qu’entretenir des liens transnationaux est devenu une pratique relativement courante dans le contexte philippin. En effet, celui-ci est marqué par une forte culture de la migration et l’avènement d’un modèle de « famille transnationale ». À ce titre, maintenir des liens transnationaux avec un chercheur peut dans une certaine mesure se recouper avec des pratiques sociales préalablement existantes, bien que les finalités puissent différer.

14 On retrouve ce même aspect lorsque que les chercheur-e-s doivent/décident d’opérer un travail de restitution de leur enquête auprès des enquêté-e-s une fois cette dernière terminée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Debonneville, « La « sortie de terrain » à l’épreuve de l’ethnographie multi-site », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, L’enquête ethnographique en mouvement : circulation et combinaison des sites de recherche, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6432

Haut de page

Auteur

Julien Debonneville

Institut des études genre, Université de Genève (Suisse) - Julien.debonneville@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page