Navigation – Plan du site
Premiers textes
Premiers textes

De quelle épistémologie l’ethnométhodologie est-elle le nom ?

Of which epistemology is ethnomethodology the name?
Sophie Maunier

Résumés

Dans le cadre de notre recherche qui relève de l’ethnométhodologie, nous avons été amenée à nous interroger sur la posture épistémologique sous-jacente à notre démarche. Si des auteurs affirment que les sciences sociales sont nécessairement compréhensives et relèvent d’un autre paradigme que les sciences de la nature, un détour par l’anthropologie montre que ce point de vue n’est pas partagé. Les typologies des paradigmes épistémologiques englobent sous une même étiquette des perspectives et postures très différentes. Ainsi, l’ethnométhodologie est assimilée à une microsociologie, ce qu’elle n’est pas. L’ethnométhodologie est avant tout une praxéologie, qui conduit à respécifier les concepts et, pour ce faire, met en place des critères de rigueur scientifique. Est précisé le positionnement de l’ethnométhodologie aux niveaux ontologique, épistémologique et méthodologique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le cadre d’une recherche sur la compréhension, à l’aide de l’ethnométhodologie, de la mise en œuvre de politiques éducatives en matière d’enseignement de qualité, nous avons été amenée à réfléchir sur notre posture épistémologique, incontournable dans l’élaboration du cadre de référence et nécessairement à nous interroger sur la place qu’occupe l’ethnométhodologie dans les paradigmes épistémologiques (Gohier, 2011). Le choix de l’ethnométhodologie s’est imposé pour une double raison : la première est de comprendre ce que font les acteurs sociaux sur le terrain, sans imposer une grille de lecture a priori tout en évitant de ne s’en tenir qu’aux propos recueillis a posteriori par le chercheur ; la deuxième raison est de dépasser les dichotomies micro/macro et structures/individus avec une démarche qui les considère ensemble. Cependant, la démarche ethnométhodologique n’est pas sans poser de problèmes, d’autant qu’elle ne se réduit pas à n’être qu’une approche méthodologique comme on peut le lire encore aujourd’hui (St-Pierre, 2017). En effet, comme le souligne Louis Quéré, elle peut conduire à des apories quant à la place du chercheur et à l’ontologie (Quéré, 2000) : l’ethnométhodologie est-elle in fine une approche scientifique ? Cet article vise non seulement à questionner les classifications paradigmatiques utilisées, mais aussi à clarifier ce que peut être la posture épistémologique d’un chercheur qui inscrit sa démarche dans une perspective ethnométhodologique, sans occulter les difficultés qu’elle soulève.

Le désordre des classifications épistémologiques

  • 1 Si Jean-Pierre Olivier de Sardan ironise sur l’étiquetage théorique mené par les chercheurs américa (...)
  • 2 Comme l’indiquent R. J. Anderson et William W. Sharrock : « Harold Garfinkel recommended that socio (...)

2Une foison de classifications des paradigmes épistémologiques règne dans les textes scientifiques, ce qui tend à rendre confuse l’appréhension de ces derniers (Avenier, 2010 ; Avenier & Gavard-Perret, 2008 ; Bouveresse, 2011 ; Roussel & Wacheux, 2005). Alors qu’Hervé Dumez se range sous les auspices de Karl Popper pour rejeter l’expression de paradigmes épistémologiques et pour affirmer finalement qu’il n’y a qu’une voie scientifique possible, même en mêlant plusieurs « philosophies des sciences (Dumez, 2010 et 2016), d’autres auteurs distinguent des paradigmes ou programmes différents. Ces derniers utilisent des « étiquettes » 1 diverses pour décrire ce qui différencie telle ou telle posture épistémologique. Quand Marie-José Avenier évoque positivisme/néo-positivisme et constructivisme (Avenier, 2010), Marta Anadón distingue paradigme positiviste et paradigme interprétatif (Anadón, 2011). Egon G. Guba et Yvonna S. Lincoln séparent rationalisme et naturalisme (Guba & Lincoln, 1982). Jean-Michel Berthelot détermine trois pôles épistémologiques : pôle naturaliste, pôle intentionnaliste et pôle symbolique (Berthelot, 2001). D’autres auteurs défendent l’idée que les sciences sociales relèvent d’un autre paradigme que celui des sciences de la nature et celles-là ne peuvent être que compréhensives (Passeron, 1991 ; Pharo, 1985 ; Olivier de Sardan, 2008). Ce dernier débat se retrouve par exemple en anthropologie. Parce que l’ethnométhodologie partage avec l’ethnographie des éléments communs 2 (Anderson & Sharrock, 2013 ; Lynch, 1987 ; Pollner & Emerson, 2001), il nous a semblé intéressant pour notre propos de confronter la posture épistémologique de Martyn Hammersley (2003) à celle de Jean-Pierre Olivier de Sardan (2008).

3Ce détour par l’ethnographie nous permettra de revenir sur l’ethnométhodologie et sa particularité, ainsi que sur la posture épistémologique dans laquelle elle s’inscrit.

L’anthropologie : entre Karl Popper et Max Weber

4Martyn Hammersley fustige ce qu’il nomme l’anti-réalisme et « l’ethnographie post-moderne » défendue par Stephen Tyler. Il reproche à cette vision de délaisser les « canons scientifiques de validité comme normes d’évaluation » (Hammerlsey, 2003, p. 296) au profit de critères essentiellement esthétiques ou politiques. En substance, cet auteur reproche à Stephen Tyler et à ceux qui partagent sa vision d’abandonner l’autorité scientifique dont est détenteur l’anthropologue. Fort de ces arguments, il défend la posture épistémologique de Charles Sanders Peirce et Karl Popper, qu’il nomme « perspective épistémologique réaliste et néanmoins faillibiliste » (Ibid., p. 299). Ainsi, l’anthropologue peut « formuler des jugements, quoique faillibles, sur le degré de probabilité de la validité des propositions scientifiques » (Ibid.). Ainsi, Martyn Hammersley inscrit l’ethnographie sous les auspices poppériennes du faillibilisme.

5Jean-Pierre Olivier de Sardan fait valoir une autre posture épistémologique. L’auteur s’appuie notamment sur Jean-Claude Passeron, qui soutient une posture épistémologique non-popérienne des sciences sociales, une posture inspirée de Max Weber (Passeron, 1991). Jean-Pierre Olivier de Sardan reprend l’argumentaire de Jean-Claude Passeron pour affirmer que les sciences sociales ne peuvent relever d’une posture épistémologique poppérienne, car elles ne sont pas « falsifiables » et ne sont pas sujettes aux mêmes critères de « validité » (Olivier de Sardan, 2008, p. 98).

6Les deux auteurs ont le même souci de défendre une recherche soucieuse de rigueur. Toutefois, ils ne le font pas avec les mêmes connaissances d’arrière-plan. Et comme le souligne Jean-Pierre Olivier de Sardan, les typologies des paradigmes épistémologiques mêlent et assimilent sous une même étiquette des postures très différentes, sous prétexte qu’elles relèvent de la même discipline de recherche ou d’un courant disciplinaire perçu comme similaire (Ibid.). Il va de même avec l’ethnométhodologie, souvent englobée dans la microsociologie (Laberge, 2009).

L’ethnométhodologie n’est pas une micrososociologie

7Quand Harold Garfinkel crée l’ethnométhodologie, c’est dans la visée de rompre avec une sociologie conventionnelle (Garfinkel, 2007). L’expression sociologie conventionnelle désigne l’ensemble des recherches sociologiques qui théorisent la réalité sociale à l’aide de concepts spécifiques. Cette théorisation et cette conceptualisation du réel sont critiquées par les ethnométhodologues qui y voient une réification de la réalité sociale, à partir de laquelle les sociologues élaborent leurs discours supposés scientifiques (Garfinkel & Sacks, 2007). La conceptualisation du réel n’est pas l’apanage, aux yeux des ethnométhodologues, des macro-sociologues, penchés sur les structures, mais est également le fait des microsociologues (Cicourel, 1968). Les deux partagent ce même « défaut » : coller un langage sociologique au réel, sans vérifier que les individus étudiés l’utilisent ou le comprennent (Cicourel, 1968 ; Garfinkel & Rawls, 2006 ; Garfinkel & Sacks, 2007). L’ethnométhodologie est une proposition de dépassement des niveaux micro et macro (Cicourel, 1968 ; Sharrock & Button, 2010) et une proposition scientifique d’ancrage empirique pour éviter l’enflure et la réduction conceptuelle (Button, 1991). Nous pouvons faire un parallèle avec la microhistoria, qui, malgré son appellation, est avant tout une « variation d’échelles » dans l’analyse des phénomènes (Revel, 1996). Pourtant, l’ethnométhodologie est souvent assimilée aux perspectives microsociologiques (Delas & Milly, 2015 ; Laberge, 2009), ainsi qu’aux recherches qualitatives qualifiées d’inductives (Anadon & Guillemette, 2007) et de constructivistes (Mucchielli, 2005). L’ethnométhodologie n’est ni microsociologique, ni inductive, ni constructiviste et ni interprétative au sens wébérien du terme (Button & Sharrock, 1993 ; Pharo, 1985).

L’ethnométhodologie : une praxéologie

8Si l’ethnométhodologie estime, à l’instar du constructivisme, que l’ordre social est accompli hic et nunc dans l’intersubjectivité et de ce fait, n’est pas préexistant (Chanial, 2001), les deux perspectives diffèrent. Certes, les deux perspectives partagent certains éléments : le refus de la coupure épistémologique du (post)positivisme ; le rejet d’une démarcation radicale entre science et sens commun ; l’idée que le savoir construit par le chercheur se déploie dans le même champ ontologique que les autres pratiques sociales et donc, que l’interprétation et la pratique de la recherche ne sont pas en extériorité par rapport au phénomène. Cependant, dans le constructivisme, le sens de l’ordre social est construit ; dans l’ethnométhodologie, c’est l’ordre social qui est produit, il est un accomplissement (Button, 1991 ; Chanial, 2001 ; Garfinkel, 2007 ; Garfinkel & Sacks, 2007).

9L’ancrage de l’ethnométhodologie est phénoménologique (Chanial, 2001), même si elle s’en détache (Rawls, 2006) : non seulement elle n’oublie pas les phénomènes (Quéré, 2004), mais elle est une « sociologie des phénomènes » (Pharo, 1985). Pour autant, l’ethnométhodologie n’est pas inductive, contrairement à ce que certaines classifications de la recherche qualitative supposent en l’associant à des démarches inductives (d’Arripe, Oboeuf & Routier, 2014 ; Guillemette & Luckerhoff, 2009) ; elle est plutôt une forme de « sociologie sans induction » (Lecerf, 1985). L’induction ne serait qu’une interprétation hasardeuse d’un phénomène, puisque l’induction est une inférence qui passe de cas particuliers au général, sans observation de tous les cas. Ce refus de l’induction découle de deux principes théoriques de l’ethnométhodologie : l’indexicalité et l’indifférence ethnométhodologique (Lecerf, 1985). L’indexicalité est une notion centrale de l’ethnométhodologie (Conein, 1984 ; Garfinkel, 2007 ; Quéré, 1987). Bernard Conein définit l’indexicalité en fonction de trois caractéristiques :

10« a) Ce sont des expressions dont la signification ne peut être donnée sans recours à des éléments liés au contexte pragmatique (espace, temps, sujets présents, objets présents).

11b) Chaque fois que le contexte pragmatique change, la signification de l'expression change, car dans chaque contexte elle se réfère à des états de choses différents.

12c) Ces expressions comportent des indicateurs réflexifs sans valeur descriptive, les déictiques et les index qui marquent la dépendance contextuelle. (Une note renvoie au fait que, suivant les auteurs, le nom donné à ces index change : « expressions occasionnelles » chez Willard Van Orman Quine, « embrayeurs » chez Roman Jacobson, etc.) » (Conein, 1984, p. 19).

13Les phénomènes sociaux sont inévitablement indexicaux (Quéré, 1987). De ce fait, vouloir opérer une inférence inductive à partir de cas particuliers ne peut être que sujet à remise en question.

14Cependant, nous pouvons nous demander si le raisonnement inductif est évitable, puisque ce raisonnement est utilisé quotidiennement par tout un chacun, sinon nous serions dans l’incapacité même de parler (Lecerf, 1985). Pour sortir de cette impasse, l’ethnométhodologie propose un « système cognitif à deux étages », selon l’expression de Yves Lecerf (Ibid., p. 67). Ce système consiste à utiliser le langage des membres. Les membres ont recours aux inductions dans leurs activités langagières quotidiennes, inductions reprises « comme outils » sans que le chercheur ait à les assumer (Ibid.). Nous reviendrons sur ce point infra.

15Ce faisant, l’ethnométhodologie remet en question les dichotomies habituelles entre réalisme et constructivisme (Chanial, 2001) et présente une version alternative à la sociologie compréhensive de type wébérien (Pharo, 1985 ; Quéré, 2004). Comme l’explique Louis Quéré, l’ethnométhodologie consiste en « l'élaboration d'une approche pragmatique du sens et de la rationalité » (Quéré, 1987, p. 128). La démarche ethnométhodologique engage également à respécifier les dichotomies usuellement utilisées comme celles entre paradigmes épistémologiques, en les considérant comme des problèmes pratiques (Chanial, 2001). Comme l’indique Michael Lynch : « L'obsession de l'ethnométhodologie est claire : les conduites scientifiques sont des ensembles organisés et merveilleusement circonstanciés d'actions, d'instruments, de textes et d'autres pratiques » (Lynch, 1987, p. 52).

16Au demeurant, Harold Garfinkel a envisagé de délaisser le terme d’ethnométhodologie au profit de celui de « néopraxéologie » (Garfinkel, 1974), entendue comme « sociologie qui se donne pour objet les pratiques sociales et qui sait s’identifier elle-même en même temps comme une pratique socialisée » (Amiel, 2010, p. 12).

17Par ailleurs, Harold Garfinkel affirme que « la validité praxéologique de l’action guidée par des instructions : tel est le phénomène central de l’ethnométhodologie » (Garfinkel, 2002, p. 37). Par validité praxéologique, il faut entendre le fait de considérer les descriptions comme des instructions d’action (Ibid.). Cette recommandation de Harold Garfinkel a pour objectif d’éviter qu’un chercheur impose ses propres représentations et idéaux-types aux phénomènes étudiés (Ibid.). Cette préoccupation est constante chez les ethnométhodologues, qui proposent des postures de recherche afin de garantir rigueur et scientificité de la démarche. C’est l’objet de la section suivante.

Rigueur de l’ethnométhodologie et démarche scientifique

18« L’ethnométhodologie est une science uniquement dans le sens dans lequel la phénoménologie entend l’être quand elle se déclare une science rigoureuse » (Sharrock & Button, 1991, p. 139, selon notre traduction). Se pose donc la question de ce que seraient des critères de rigueur de l’ethnométhodologie, qui ne suivent pas les critères de Karl Popper, ni ceux de Max Weber ou autres auteurs relevant du paradigme interprétatif. Non sans provocation, William Sharrock et Graham Button renvoient dos à dos positivisme et paradigme concurrent, tant leur quête de ce qu’est un point de vue scientifique de la réalité, de ce que sont des critères de rigueur et de validité d’une telle recherche scientifique illustrent, à leurs yeux, une même façon de faire : construire des schèmes explicatifs de la réalité sociale, forcément artificiels (Ibid.). Pour ces auteurs, ces schèmes explicatifs de la réalité sociale, quelque soit le paradigme retenu, relèvent de questionnement métaphysique et finissent pas s’équivaloir dans leur « oubli du phénomène ». Ils réaffirment avec force le travail de respécification des concepts sociologiques, que réalise l’ethnométhodologie, en « revenant aux choses mêmes » (Quéré & Terzi, 2013, p. 2). « Construct methods which would inhibit the construction of further theories and which would enable the recovery of pre-theoritical perceptions of phenomena » (Sharrock & Button, 1991, p. 142). Pour cela, éviter d’élaborer un « écran » fait de théories et de concepts, qui ne seraient que ce que pense le chercheur et non la réalité même (Anderson & Sharrock, 2013). Ceci étant dit, il convient dès lors de s’interroger sur ce qui peut assurer ce retour aux perceptions préthéoriques des phénomènes. Les ethnométhodologues, notamment Harold Garfinkel, ont élaboré des garde-fous pour éviter la construction de schèmes par trop théoriques qui se substitueraient à la réalité sociale. Ces garde-fous sont les suivants : être un membre, l’adéquation unique, l’indifférence ethnométhodologique et la triangulation indéfinie (Garfinkel, 2007).

19Être membre. Le chercheur doit être un membre du groupe étudié. Cela ne signifie pas partager la même appartenance sociale, mais utiliser, ou tout au moins comprendre, le « langage naturel » utilisé par les membres. La maîtrise du langage naturel favorise la compréhension des connaissances d’arrière-plan en jeu dans les activités quotidiennes des membres (Garfinkel, 2007). Notons que ce critère va dans le droit fil de l’idée chère à l’ethnométhodologie selon laquelle les connaissances produites par le chercheur et celles des membres ne sont pas fondamentalement différentes. D’ailleurs, dans les textes d’ethnométhodologues, la distinction entre sociologue professionnel et sociologue profane est remise en question (Cicourel, 1968 ; Garfinkel, 2007 ; Leiter, 1980 ; Lynch, 1987). Être membre, donc partager le langage naturel, ne suffit pas. Harold Garfinkel y adjoint de respecter le principe de l’adéquation unique (Garfinkel, 2002). Comme l’indique Michael Lynch, c’est devenir comme un « natif » (Lynch, 1993). Ainsi,

« cela ne consiste pas, en d’autres termes, à observer les gens au travail et à revenir avec un récit glosant leurs activités, ni à s’engager dans les activités étudiées pour en revenir avec une carte cognitive ou une représentation de la culture ; cela consiste à acquérir la connaissance associée à n’importe quel type de travail en sorte d’être capable de le pratiquer de manière compétente et dès lors de le décrire adéquatement » (Dupret & Ferrié, 2012, p. 5).

20Ce principe d’adéquation unique est une méthode permettant de valider une description des activités pratiques des membres, ainsi prises au sérieux (Lynch, 1993). Cela renvoie à la construction d’un système cognitif en deux étages, comme indiqué supra. Le chercheur produit une description des activités pratiques quotidiennes, qui elles-mêmes s’arc-boutent sur les connaissances d’arrière-plan des membres et leurs propres comptes-rendus. Ce faisant la description du chercheur relève d’une accountability discursive, essentiellement destinée à ses pairs : le chercheur écrivant pour des destinataires prend part à une production textuelle normée (Emerson, Fretz & Shaw, 2010 ; Lourau, 1988). D’ailleurs les textes de Harold Garfinkel lui-même étaient écrits pour être lus par d’autres chercheurs. Cette production textuelle marque la différence entre le membre et le chercheur membre : si leurs méthodes sont les mêmes et ne diffèrent pas en nature, le chercheur membre participe par ailleurs à l’activité scientifique qu’il manifeste par ses écrits. Mais pour Harold Garfinkel, le chercheur doit rester fidèle aux accounts des membres. Cela est possible si le chercheur respecte l’indifférence ethnométhodologique.

21L’indifférence ethnométhodologique désigne la posture selon laquelle le chercheur s’abstient de toute partialité dans ses descriptions des phénomènes. Comme le soulignent Harold Garfinkel et Harvey Sacks :

« Les études ethnométhodologiques sur les structures formelles sont destinées à l’étude de phénomènes tels que leurs descriptions par des membres, quels qu’ils soient, en s’abstenant de tout jugement sur leur pertinence, leur valeur, leur importance, leur nécessité, leur "praticalité", leur succès, ou leur conséquence. Nous appelons cette procédure "indifférence ethnométhodologique" » (Garfinkel & Sacks, 2007, p. 345).

22Ce principe de l’indifférence ethnométhodologique peut sembler paradoxal au regard du critère précédent qui pose que le chercheur doit être un membre et participer aux activités quotidiennes du groupe étudié. L’indifférence ethnométhodologique signifie simplement que le chercheur s’abstient d’infirmer ou de confirmer ce que font et décrivent les membres dans leurs activités (Heritage, 1991). Ce principe n’est pas sans rappeler celui de la « neutralité axiologique » de Max Weber ou l’épochè d’Edmund Husserl (Corcuff, 2011 ; Heritage 1991). Certes, l’indifférence ethnométhodologique « absolue » est impossible, mais cette posture garantit une prise de distance nécessaire pour rendre compte des activités pratiques quotidiennes dans une perspective scientifique (Olivier de Sardan, 2008).

23Afin de parvenir à produire des comptes-rendus d’activités pratiques, Aaron Cicourel propose d’opérer ce qu’il nomme une « triangulation indéfinie » (Cicourel, 1974). Cela permet de rendre visible la réflexivité inhérente des comptes-rendus quotidiens. Autrement dit, les comptes-rendus produits par les membres d’une activité pratique font partie de l’activité pratique même. De ce fait, pour Aaron Cicourel, il convient de mettre en œuvre une triangulation indéfinie « pour générer différents comptes-rendus d’une même "scène" » afin d’exhiber leur réflexivité (Ibid., p. 126). L’étude d’Aaron Cicourel sur la délinquance juvénile est une illustration de cette procédure par laquelle il croise les discours des différents acteurs impliqués dans le phénomène étudié (Cicourel, 1968). Cependant, comme le souligne Martyn Hammersley, cette triangulation permet plus d’accéder à des interprétations divergentes d’une situation que de constituer une validation des données (Hammersley, 2008). Cependant, rien n’empêche un ethnométhodologue d’utiliser d’autres types de triangulation (Hammersley, 2008 ; Flick, 1992).

24Ces critères posés, l’ethnométhodologie peut être utilisée par le chercheur sur sa propre démarche, afin d’en vérifier la rigueur (Pollner, 1991), ce qui va dans le sens de la transparence des pratiques de recherche et d’une démarche éthique (Gohier, 2004 ; Mukamurera, Lacourse & Couturier, 2006).

25Est-ce que ces critères – être membre, adéquation unique, indifférence et triangulation – suffisent pour faire de l’ethnométhodologie une approche scientifique ? Pour répondre à cette question, encore faudrait-il qu’il y ait une définition claire et consensuelle de ce qu’est une approche scientifique en science sociale. Or, comme le rappelle Jean-Michel Chapoulie, il n’y a pas de « conception stabilisée des critères d’appréciation des pratiques et des caractéristiques des savoirs produits » (Chapoulie, 2017, p. 85). Aussi déroutant ou incommodant que cela puisse être, le chercheur ne peut que poser clairement des critères qui soient reconnus en partie par ses pairs. Si l’on admet que les sciences sociales s’inscrivent dans un espace non poppérien (Passeron, 1993) et que les critères de scientificité sont des critères de rigueur (Olivier de Sardan, 2008), nous pouvons répondre par l’affirmative à la question.

Niveaux de questionnement et perspective ethnométhodologique

26Pour clarifier la perspective ethnométhodologique, la distinction de niveaux de questionnement introduite par Egon G. Guba et Yvonna S. Lincoln est intéressante (Guba & Lincoln, 1989). Dans cette classification sont distingués trois niveaux de questionnement : ontologique, épistémologique et méthodologique. Le niveau ontologique concerne le rapport de la perspective théorique à la nature du réel. Au niveau épistémologique est interrogé le lien entre le chercheur et le phénomène étudié. Avec le niveau méthodologique est précisée la manière dont les connaissances sont élaborées. Détaillons chacun de ces niveaux en les appliquant à la perspective ethnométhodologique.

Niveau ontologique

27Au niveau ontologique se pose la question du réel et de ce que le chercheur retient comme entité (Livet, 2000). Pour l’ethnométhodologie, le réel est énacté par les acteurs sociaux qui le produisent dans le cadre de leurs interactions. Autrement dit, le réel est produit par intersubjectivité, de façon locale et contextualisée. Ainsi, un fait social a bien une objectivité contrairement à ce qu’affirme Yves Lecerf (1985), mais d’accomplissement (Quéré, 1987 et 2000). Le réel est expérimenté et il n’est, ne peut être qu’unique. Il est impossible, selon les ethnométhodologues, de décrire et d’épuiser toute la réalité sociale, car il faudrait pouvoir saisir tous les détails, aussi infinitésimaux qu’ils soient, pour pouvoir appréhender la réalité dans sa totalité (Garfinkel, 2007). Aussi, pour les ethnométhodologues, c’est se fourvoyer que de prétendre construire un système théorique général (Zimmerman & Power, 1970). C’est ce que nous allons aborder au point suivant.

Niveau épistémologique

28La remise en question de la place de la science, en surplomb de la réalité sociale, et l’effacement de la séparation nette entre chercheur et non-chercheur, entre savoir scientifique et savoir profane, est un des points nodaux de l’ethnométhodologie (Cicourel, 1973 ; Garfinkel, 2007 ; Zimmerman & Power, 1970). Les ethnométhodologues récusent l’idée selon laquelle le chercheur serait extérieur au phénomène étudié ; par sa présence et ses interactions, il participe à la production du phénomène en train de se faire (Cicourel, 1968, 1974 et 2002). Et comme tout acteur social, le chercheur analyse, interprète et agit selon un « mode de connaissance pratique » (Coulon, 2007, p. 47). Autrement dit, l’activité scientifique ne diffère en rien des activités sociales ordinaires dans la mesure où elle est une activité d’accomplissement pratique lors de laquelle les acteurs sociaux œuvrent avec leurs connaissances d’arrière-plan. Il n’y a donc pas de différence de nature entre sociologie professionnelle et sociologie profane : les deux utilisent la « méthode documentaire d’interprétation » (Garfinkel, 2002 et 2007), définie comme « procédure naturelle d’interprétation que nous mettons en œuvre à chaque fois qu’il s’agit de comprendre et d’interpréter des échanges verbaux, ou des situations sociales en général » (Mucchielli, 2012, p.62).

Niveau méthodologique

29Le rejet d’une interprétation savante des pratiques ordinaires conduit les ethnométhodologues à privilégier des méthodes ethnographiques d’investigation du terrain, tout en se gardant de toute généralisation ou universalisation des pratiques situées. Ainsi, une « filature ethnographique » (Coulon, 2007), qui consiste surtout à observer (et entendre) les activités ordinaires des acteurs sociaux, est opérée. Pour ce faire, le chercheur est un membre parmi d’autres.

30Et décrire convenablement suppose un « dédoublement cognitif constant » (Lecerf, 1985, p. 20), puisqu’il convient de raisonner comme un membre, tout en exhibant les procédures des membres.

Conclusion

31Au vu de ce qui précède, nous pouvons énoncer, pour conclure ce texte, ce que propose l’ethnométhodologie. L’ethnométhodologie est une perspective scientifique praxéologique qui s’attache à exhiber les procédures utilisées par les membres dans leurs pratiques ordinaires, dont l’élaboration des connaissances scientifiques fait partie. Ainsi, pour notre recherche, le curriculum est perçu comme un accomplissement pratique situé tout en analysant la production textuelle officielle et institutionnelle (Smith, 2005) et la nôtre (Emerson, 2010).

32À l’instar de ce que suggèrent Étienne Anheim et Enrico Castelli Gattinara à propos de la microhistoria (Anheim & Castelli Gattinara, 2009) , nous nous demandons s’il ne reste pas à poursuivre le travail de clarification épistémologique des sciences sociales, entamé par Jean-Claude Passeron (1991) et Jean-Michel Berthelot (2001), tant la confusion ou l’indigence règnent. L’ouvrage récent de Jean-Michel Chapoulie constitue de ce fait un éclairage important dans ce sens, du fait de son apport sur les particularités du régime de preuve et les caractéristiques des savoirs dans les sciences sociales (Chapoulie, 2017) .

Haut de page

Bibliographie

Amiel P. (2010), Ethnométhodologie appliquée, Saint-Denis, Presses du LEMA.

Anadón M. & F. Guillemette (2007), « La recherche qualitative est-elle nécessairement inductive ? », Recherches qualitatives Hors Série, n° 5, pp. 26-37.

Anderson R. J. & W. W. Sharrock (2013), « The Gentle Seer: The Unappreciated Prescience of Egon Bittner’s "Objectivity and Realism in Sociology" », Ethnographic Studies, n° 13, pp. 18-29.

Anheim É. & E. Castelli Gattinara (2009), « Jeux d’échelles. Une histoire internationale », Revue de Synthèse, vol. 130, n° 4, pp. 661-677.

Avenier M.-J. (2010), « Pourquoi jeter le bébé avec l’eau du bain ? Méthodologie sans épistémologie n’est que ruine de la réflexion », Le Libellio d’AEGIS, vol. 7, n° 1, pp. 39-52.

Avenier M.-J. & M.-L. Gavard-Perret (2012), « Inscrire son projet de recherche dans un cadre épistémologique », dans Gavard-Perret M.-L, Gotteland D., Haon C. & A. Jolibert (dir.), Méthodologie de la recherche en sciences de gestion, Montreuil, Éditions Pearson France, pp. 11-62.

Berthelot J.-M. (2001), « Programmes, paradigmes, disciplines : pluralité et unité des sciences sociales », dans Berthelot J.-M. (dir.), Épistémologie des sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, pp. 457-520.

Bouveresse J. (2011), Essais VI. Les lumières des positivismes, Marseille, Éditions Agone.

Button G. (dir.) (1991), Ethnomethodology and the Human Sciences, Cambridge, Cambridge university press.

Button G. & W. W. Sharrock (1993), « A Disagreement over Agreement and Consensus in Constructionist Sociology », Journal for the Theory of Social Behaviour, vol. 23, n° 1, pp. 1-25.

Chanial P. (2002), « L’ethnométhodologie comme anticonstructivisme », dans De Fornel M., Ogien A. & L. Quéré (dir.), L’Ethnométhodologie, Paris, Éditions La Découverte, pp. 297-314.

Chapoulie J.-M. (2017), Enquête sur la connaissance du monde social, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Cicourel A. (1968), The Social Organization of Juvenile Justice, New York, John Wiley & Sons Inc. Editors.

Cicourel A. (1974), Cognitive Sociology, London, Penguin Education Editor.

Cicourel A. (2002), Le Raisonnement médical, Paris, Éditions du Seuil.

Conein B. (1984), « L'enquête sociologique et l'analyse du langage : les formes linguistiques de la connaissance sociale », Arguments ethnométhodologiques, Problèmes d'épistémologie en sciences sociales III, Centre d'études des mouvements sociaux, EHESS-CNRS.

Corcuff P. (2011), « Le savant et le politique », SociologieS, URL : http://sociologies.revues.org/3533

Coulon A. (2007), L’Ethnométhodologie, Paris, Presses universitaires de France.

D’Arripe A., Oboeuf A. & C. Routier (2014), « L’approche inductive : cinq facteurs propices à son émergence », Approches inductives, vol. 1, n° 1, pp. 96-124.

Delas J.-P. & B. Milly (2015), Histoire des pensées sociologiques, Paris, Éditions Armand Colin.

Dumez H. (2016), Méthodologie de la recherche qualitative, Paris, Éditions Vuibert.

Dumez H. (2010), « Éléments pour une épistémologie de la recherche qualitative en gestion », Le Libellio d’AEGIS, vol. 7, n° 1, pp. 3-16.

Dupret B. & J.-N. Ferrié (2012), « Données, contexte et savoir d’arrière-plan. Audience, correction procédurale et pertinence législative dans un débat parlementaire syrien », dans Olszewska B., Barthélémy M. & S. Laugier (dir.), Les Données de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France, pp. 125-147.

Emerson R., Fretz R. & L. Shaw (2010), « Prendre des notes de terrain », dans Céfaï D. (dir.), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 129-168.

Flick U. (1992), « Triangulation Revisited: Strategy of Validation or Alternative? », Journal for the Theory of Social Behaviour, vol. 22, n° 2, pp. 175-97.

Garfinkel H. (1974), « The Origins of the Term Ethnomethodology », dans Turner R. (dir.), Ethnomethodology, Harmondsworth, Penguin Books, pp. 15-18.

Garfinkel H. (2002), Ethnomethodology’s Program, Oxford, Rowman & Littlefield Publishers.

Garfinkel H. (2007), Recherches en ethnométhodologie, Paris, Presses universitaires de France.

Garfinkel H. & A. Rawls (2006), Seeing Sociologically The Routine Grounds of Social Action, London, Paradigm Publishers.

Garfinkel H. & H. Sacks (2007), « Les structures formelles des actions pratiques », dans Garfinkel H. (2007), Recherches en ethnométhodologie, Paris, Presses universitaires de France, pp. 429-474.

Gohier C. (2004), « De la démarcation entre critères d’ordre scientifique et d’ordre éthique en recherche interprétative », Recherches qualitatives, n° 24, pp. 3-17.

Gohier C. (2011), « Le cadre théorique », dans Karsenti T. & L. Savoie-Zajc (dir.), La Recherche en éducation : étapes et approches, Saint-Laurent, ÉRPI, pp. 83-108.

Guba E. & Y. Lincoln (1982), Effective Evaluation, San Francisco, Jossey-Bass Editor.

Guba E. & Y. Lincoln (1989), Fourth Generation Evaluation, Thousand Oaks, Sage Publications.

Guillemette F. & J. Luckerhoff (2009), « L’induction en méthodologie de la théorisation enracinée », Recherches qualitatives, vol. 28, p. 2, pp. 4-21.

Hammersley M. (2003), « Un tournant rhétorique en ethnographie. Une réponse poppérienne au textualisme », dans Cefaï D. (dir.), L’Enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte, pp. 295-308.

Hammersley M. (2008), « Troubles with Triangulation », dans Bergman M. (dir.), Advances in Mixed Methods Research, London, Sage Publications, pp. 22-36.

Heritage J. (1991), « L'ethnométhodologie : une approche procédurale de l'action et de la communication », Réseaux, vol. 9, n° 50, pp. 89-130. Doi : 10.3406/reso.1991.190

Laberge Y. (2009), « Interactionnisme symbolique, ethnométhodologie et microsociologie », Recherches sociologiques et anthropologiques, pp. 40-2. URL : http://rsa.revues.org/180

Lecerf Y. (1985), « L’ethnométhodologie, un hyper-rationalisme », Cahier d’ethnométhodologie, n° 2, pp. 11-21.

Leiter K. (1980), A Primer of Ethnomethodology, Oxford, Oxford University Press.

Livet P. (2000), « Ontologie, institution et explication sociologique », dans Livet P. & R. Ogien (dir.), L’Enquête ontologique, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 15-42.

Lourau R. (1988), Le Journal de recherche, Paris, Éditions Méridiens Klincksieck.

Lynch M. (1993), Scientific Practice and Ordinary Action, Cambridge, Cambridge University Press.

Lynch M. (1987), « Ethnométhodologie et pratique scientifique : la pertinence du détail », Cahiers de recherche sociologique, vol. 5, n° 2, pp. 45-62.

Mucchielli A. (2005), « Le développement des méthodes qualitatives et l’approche constructiviste des phénomènes humains », Recherches qualitatives Hors Série, n° 1, pp. 7-40.

Mucchielli A. (2012), Dictionnaire des méthodes qualitatives en sciences humaines, Paris, Éditions Armand Colin.

Mukamurera J., Lacourse F. & Y. Couturier (2006), « Des avancées en analyse qualitative : pour une transparence et une systématisation des pratiques », Recherches qualitatives, vol. 26, n° 1, pp. 110-138.

Olivier de Sardan J.-P. (2008), La Rigueur du qualitatif, Louvain-La-Neuve, Éditions Academia-Bruylant.

Passeron J.-C. (1991), Le Raisonnement sociologique, Paris, Éditions Nathan.

Pharo P. (1985), « Problèmes empiriques de la sociologie compréhensive », Revue française de sociologie, vol. 26, n° 1, pp. 120-149.

Pollner M. (1991), « Left of Ethnomethodology: The Rise and Decline of Radical Reflexivity », American Sociological Review, vol. 56, n° 3, pp. 370-380.

Pollner M. & R. M. Emerson (2001), « Ethnomethodology and Ethnography », dans Atkinson P., Coffey A. & S. Delamont (dir.), Handbook of Ethnography, Thousand Oaks, Sage Publications, pp. 118-135.

Quéré L. (1987), « L'argument sociologique », Réseaux, vol. 5, n° 27, pp. 97-136.

Quéré L. (2000), « Sortir de l’aporie de l’ethnométhodologie », dans Berthelot J.-M. (dir.), Sociologie. Épistémologie d’une discipline, Bruxelles, Éditions DeBoeck Université, pp. 357-362.

Quéré L. (2004), « II faut sauver les phénomènes! Mais comment ? », Espaces Temps, n° 84-86, pp. 24-37.

Quéré L. & C. Terzi (2013). Ethnométhodologie : le tournant problématique, Paris, Institut Marcel Mauss – CEMS.

Rawls A. (2006), « Respecifying the Study of Social Order-Garfinkel's Transition from Theoretical Conceptualization to Practices in Details », dans Garfinkel H. & A. Rawls, Seeing Sociologically The Routine Grounds of Social Action, London, Paradigm Publishers, pp. 1-98).

Revel J. (1996), « Micro-analyse et construction du social », dans Revel J. (dir.), Jeux d’échelles, Paris, Éditions du Seuil/Gallimard, pp. 56-84.

Roussel P. & F. Wacheux (2005), Management des ressources humaines. Méthodes de recherche en sciences humaines et sociales, Bruxelles, Éditions De Boeck.

Sharrock W. & G. Button (1991), « The Social Actor: Social Action in Real Time », dans Button G. (dir.), Ethnomethodology and the Human Sciences, Cambridge, Cambridge university press, pp. 137-175.

Sharrock W. & G. Button (2010), « The Structure Problem in the Context of Structure and Agencies Controversies », dans Martin P. J. & A. Dennis (dir.), Human Agents and Social Structures, Manchester, Manchester University Press, pp. 17-33.

Zimmerman D. H. & M. Power (1970), « The Everyday World as a Phenomenon », dans Douglas J. (dir.), Undertanding Everyday Life, London, Routledge Editor, pp. 80-104.

Haut de page

Notes

1 Si Jean-Pierre Olivier de Sardan ironise sur l’étiquetage théorique mené par les chercheurs américains, qui pratiqueraient ainsi un « sport » (Olivier de Sardan, 2008, p. 265), les chercheurs francophones ne semblent pas épargnés par cette pratique.

2 Comme l’indiquent R. J. Anderson et William W. Sharrock : « Harold Garfinkel recommended that sociologists should treat social life as ‘anthropologically strange’. What he meant by this was that they should pay the same attention to things which sociologists are hugely familiar with, by virtue of belonging to their own society, as is paid by anthropologists to the ways of some society which are strange both to us and, initially, the anthropologist too » (Anderson & Sharrock, 2013, p. 22).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Maunier, « De quelle épistémologie l’ethnométhodologie est-elle le nom ? », SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6397

Haut de page

Auteur

Sophie Maunier

Doctorante en éducation, Université du Québec à Trois-Rivières, Qc., Canada - Sophie.maunier@uqtr.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page