Navigation – Plan du site
Eros et Thanatos

Éros, Thanatos et Sisyphe : le triangle d’incompatibilité du bodybuilding

Eros, Thanatos and Sisyphus: the triangle of incompatibility of bodybuilding
Guillaume Vallet

Résumés

Éros, Thanatos et Sisyphe sont des personnages mythologiques dont les particularités sont heuristiques pour comprendre les pratiques extrêmes de développement du corps de l’hypermodernité, comme le bodybuilding. En nous appuyant sur des données qualitatives collectées à partir de 120 observations directes réalisées dans trois salles de bodybuilding françaises pendant quatorze mois, complétées par des entretiens semi-directifs, nous mettons en évidence l’existence d’un « triangle d’incompatibilité du bodybuilding », au sens où un bodybuilder ne peut s’inscrire positivement et simultanément dans les trois références mythologiques. Il en ressort la diversité des motivations en présence dans la pratique et notamment le rapport aux risques et à l’engagement. Quand le degré d’engagement est très élevé, la question du libre arbitre du pratiquant est alors posée, dans la mesure où le risque est susceptible de se transformer en danger non maîtrisé.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le bodybuilding, en tant qu’activité sportive consistant à augmenter perpétuellement la masse maigre corporelle dans un souci de symétrie (Choi et al., 2002), est par ses principes lié à la société capitaliste (Vallet, 2014). Construit en tant que système sur cette logique, son cœur repose sur l’imaginaire genré qu’un corps bodybuildé est signe de santé et d’attractivité sexuelle (Vallet, 2013). Ce message simple mais efficace s’adresse prioritairement aux jeunes hommes hétérosexuels en quête d’identité masculine (Kein, 1993). Le corps bodybuildé serait alors le symbole même de l’« Éros ».

2Pour autant, augmenter le corps est un processus long et compliqué à réaliser, qui suppose un degré d’engagement nécessitant une rationalisation extrême de la vie quotidienne. Si les motivations des pratiquants sont très diverses, ceux qui s’y investissent fortement sont susceptibles d’adopter des comportements à risque ou risqués, où la vie et la mort sont simultanément en jeu, montrant une logique dialectique entre « Éros » et « Thanatos ».

3Or une telle dialectique révèle que le bodybuilding s’inscrit dans une autre ambivalence, celle de la construction/destruction et de la libération/aliénation. Si construire le corps, symbole de vie, implique de frôler la mort par les comportements adoptés, c’est à cause de la logique même du bodybuilding évoquée supra : « bigger is better ». Dans ce cadre, Éros et Thanatos rencontrent Sisyphe : tout résultat atteint doit être dépassé, dans un éternel recommencement. Ainsi, bien que ces trois personnages relèvent de la mythologie, ils constituent pourtant des modèles de références imaginaires susceptibles de rendre compte sociologiquement des projets de transformation du corps à l’œuvre dans l’ère hypermoderne.

4Il est important ici de noter que l’ère hypermoderne désigne la période historique des cinquante dernières années, où les grandes idéologies normatives et structurantes perdent de leur influence (Lyotard, 1979). L’autonomisation de chaque homme s’est accélérée, d’autant plus que le rejet de « l’universalisme » fait de l’individu la finalité de toute pratique. Il doit se construire par lui-même et pour lui-même au nom d’une singularité individuelle jugée toute puissante (Queval, 2008). S’il se réfère encore parfois aux grandes institutions collectives, c’est plus sur le mode de la libre adhésion que de l’obligation. L’individu est dans ce contexte célébré comme sujet autonome et responsable, ayant le pouvoir – et le devoir – de satisfaire des besoins « hédonistes », dans une société du bien-être et individualisante, où l’éventail des possibilités est démultiplié, puisque l’« hypermodernité » valorise les différences et les particularismes.

5Nous rendons compte de ces interactions entre ces trois personnages mythologiques dans le cadre du bodybuilding hétérosexuel, investigué à travers 30 interviews de pratiquants et une analyse détaillée de magazines spécialisés. Ainsi, après avoir précisé brièvement dans une première partie des éléments d’ordre méthodologique, une seconde explique en quoi Éros, Thanatos et Sisyphe sont heuristiques pour rendre compte de la production du « corps extrême » dans l’ère hypermoderne.

6Dans une troisième partie, nous montrons alors pourquoi le bodybuilding est au centre des rapports entre ces trois personnages mythologiques. La dernière partie indique que cette relation triadique est en fait un triangle d’incompatibilité, dans la mesure où un bodybuilder ne peut s’inscrire positivement dans les trois simultanément.

Précisions méthodologiques

7Les données dont nous disposons ont été collectées à partir de 120 observations directes réalisées dans trois salles de bodybuilding françaises pendant quatorze mois, complétées par des entretiens semi-directifs. Ce sont les observations qui nous permis d’identifier 30 bodybuilders hétérosexuels pour réaliser des entretiens, qui :

  • proviennent de façon équilibrée des trois salles de notre étude ;

  • sont représentatifs des différentes tranches d’âge des salles ;

  • possèdent différents types de profils « significatifs » dans le monde du bodybuilding (Sheldon, 1970) : moyennement musclés (ectomorphes-mésomorphes), musclés (mésomorphes), très musclés (mésomorphes-endomorphes);

  • donnent des signes d’engagement majeur dans la pratique : régularité, intensité, durée ;

  • sont des hommes hétérosexuels, ce qui correspond à un choix initial de recherche.

8Les principales caractéristiques de ces 30 pratiquants sont données dans le tableau 1 :

Tableau 1 : Principales caractéristiques des bodybuilders étudiés

Pseudonyme

Profil physique

Age

Pratique depuis (années)

Vie de famille

Diego

Ectomorphe

18

2

Célibataire

Marc

Mésomorphe

25

3

Célibataire

Patrick

Endomorphe

31

8

En couple

Thierry

Endomorphe

39

17

Célibataire

Gaël

Endomorphe

29

12

En couple

William

Endomorphe

48

8

En couple

Joris

Ectomorphe

18

2

Célibataire

Clément

Ectomorphe

18

4

Célibataire

Damien

Mésomorphe

44

20

Célibataire

Martin

Mésomorphe

37

7

En couple

Clovis

Mésomorphe

42

6

En couple

Nahel

Endomorphe

34

14

En couple

Benoît

Endomorphe

29

12

En couple

Benjamin

Mésomorphe

33

8

En couple

Boris

Mésomorphe

30

13

En couple

Thibault

Endomorphe

38

20

En couple

Cédric

Mésomorphe

50

26

En couple, avec enfants

Sébastien

Endomorphe

38

18

En couple, avec enfant

Lucas

Mésomorphe

27

9

En couple

Nathan

Mésomorphe

22

3

En couple

Loïs

Mésomorphe

32

8

En couple

Matis

Ectomorphe

22

5

Célibataire

Yvan

Endomorphe

28

10

En couple, avec enfants

Elliot

Endomorphe

32

15

En couple

Timéo

Mésomorphe

52

20

Célibataire (divorcé)

Elouan

Mésomorphe

45

20

En couple, avec enfants

Théo

Endomorphe

28

11

En couple

Pierre

Endomorphe

41

20

Célibataire, avec enfant

Mathieu

Ectomorphe

22

1

Célibataire

Romain

Endomorphe

32

15

En couple, avec enfants

  • 1 Plus précisément, 21 numéros consécutifs de Dynamag (juillet-août 2009 à janvier-février 2013), tro (...)

9De plus, l’engagement individuel dans la pratique étant fortement lié à un imaginaire collectif (Vallet, 2013), nous avons analysé 27 revues spécialisées 1, qui sont le trait d’union entre l’imaginaire collectif et le pratiquant, dans la mesure où ils occupent une place centrale dans la culture de la consommation de masse (Crossley, 2006). Plus précisément, le genre – lié à Éros – et le degré d’engagement – lié à Thanatos et Sisyphe – ont été investigués dans les revues à partir d’une grille d’analyse spécifique. Plus précisément, cette dernière reposait sur trois axes structurants, faisant référence au travail, à la performance et à la masculinité hégémonique (Carrigan et al., 1985). Ces axes ont été appréhendés dans chaque magazine à partir des photos (mise en scène des corps, autres éléments de mise en scène), du langage (choix des mots, référence à des modèles de ce sport pour illustrer les mots) et de la structure du magazine (choix des sections, références à des modèles de ce sport en termes de place, de statut et de rôle).

10Ces éléments d’ordre méthodologique étant précisés, nous développons notre analyse relative aux liens entre la pratique du bodybuilding et les références à Éros, Thanatos et Sisyphe.

Éros, Thanatos et Sisyphe dans l’hypermodernité : le corps extrême

11Éros, Thanatos et Sisyphe sont des personnages mythologiques. À ce titre, bien qu’« irréels », ils participent de façon euphémisée à la compréhension du monde social contemporain, dans la mesure où leurs attitudes et caractéristiques rappellent certains éléments du social. C’est fortement le cas en ce qui concerne le rapport au corps des individus, avec comme hypothèse que le bodybuilding en constitue l’incarnation extrême.

12Concernant Éros, Dieu de l’amour, on retrouve deux figures (Collognat, 2012) : l’un est un jeune homme nu resplendissant, l’autre est un bel adolescent, voire un enfant. Malgré ces différences, Éros incarne le principe de l’amour qui rend possible la création de l’univers et il est admiré pour ces raisons. Éros représente la vie, dans son perpétuel renouvellement et dans son esthétisme, à travers le plaisir de créer et de susciter le désir, amoureux comme sexuel.

13À l’opposé, se trouve le personnage de Thanatos. Fils de la nuit, il représente la mort. Ce personnage ailé se situe entre le monde des vivants et celui des morts, sachant que Thanatos habite aux enfers. Sans chercher à être cruel, il amène « simplement » les mortels à la mort par les rites nécessaires.

14Sisyphe possède des points communs avec Éros, au sens où il a connu de nombreux amours, mêmes tumultueux. Mais il est surtout fortement lié à Thanatos, car il l’a vaincu une première fois par la ruse, qui est une des caractéristiques de Sisyphe : c’est au moment de mourir qu’il tend un piège à Thanatos qui est venu le chercher et l’enchaîne. Mais Thanatos est finalement libéré et Sisyphe est emmené aux enfers. Il parvient cependant à nouveau à s’en extraire et à retourner à Corinthe où il réside en tant que roi, grâce à une nouvelle ruse.

15Cependant, aidé par Zeus, Thanatos est plus fort et parvient à le ramener aux enfers pour de bon cette fois-ci, avec un terrible supplice : jeté au fond du Tartare, gouffre profond, il doit y rouler un lourd rocher jusqu’au sommet d’une butte ; aussitôt qu’il y parvient, le rocher dévale à nouveau la pente. Il doit recommencer, à perpétuité. Le message est clair : on n’échappe à pas à la mort, qui gagne toujours ; on est simplement en sursis.

16Nous considérons que ces personnages et leur histoire sont heuristiques pour comprendre le rapport au corps contemporain. Effectivement, en Occident, d’une conception du corps « tombeau » de Platon aux ivème et vème siècle avant J.-C., c’est celle du corps « objet » qui s’impose à partir du xviiième siècle, puis celle du corps « sujet » (Crossley, 2006) : ce serait à travers la sollicitude d’un corps malléable que l’individu parviendrait à se redécouvrir et donc à réunir harmonieusement corps et âme (Vallet, 2014). Or nous serions aujourd’hui dans une « hypermodernité » (Bonetti et al., 1998) du corps, telle que nous l’avons définie en introduction. Plus qu’une pure continuité, le préfixe hyper met en évidence la radicalisation et l’exacerbation de la centration de l’individu sur son propre corps.

17Le corps serait sollicité dans l’excès, le risque et le dépassement, puisqu’il apparaîtrait comme créateur de sens voire moyen de salut (Moore, 1996). Le corps jouit alors d’un statut important dans les interactions sociales, en particulier dans une quête de reconnaissance et d’érotisme associé à ce « support physique et social » (Lasch, 2008), mais aussi comme indicateur objectif de santé. Cet idéal de la santé incite à privilégier la forme à (sur ?) l’essence corporelle et pousse les individus à se « responsabiliser » grâce au sport, à une nutrition adaptée, au recours à la supplémentation et aux contrôles réguliers opérés par le corps médical. Ainsi, la libération du corps repose sur le principe sous-jacent du « toujours plus » et du « toujours mieux ».

18Les points précédents nous rappellent alors dans quelle mesure les mythes d’Éros, de Thanatos et de Sisyphe sont susceptibles d’être transposés à notre époque pour comprendre ce corps « hypermoderne ». Patrick Baudry montre justement que les individus se situent dans la production de corps extrêmes, soit des corps situés toujours à leurs limites, ce qui leur donne la sensation d’exister et d’être libérés des contraintes physiques (Baudry, 1991). Les individus deviennent non pas animaux, mais bestiaux, c’est-à-dire porteurs d’une puissance qui rassemble Éros et Thanatos. C’est en jouissant qu’ils s’exposent à des risques qui leur font frôler la mort, dans un « processus suicidaire » : « tout semble donc se passer comme si, « montant d’un cran » dans l’érotisme, on en venait également, parallèlement [souligné par l’auteur], à une "coloration thanatique" plus prononcée : comme si érotisme et thanatisme étaient liés » (Baudry, 1991, p. 131).

19Dans cette configuration particulière, la mort est dans la vie, et vice versa. Les deux ne sont plus séparées, avec l’idée que l’une succéderait à l’autre ; elles fonctionnent ensemble de façon dialectique, car reposant à la fois sur la construction et la destruction de l’individu. Or, comme nous l’avons indiqué avec les rapports de Thanatos et de Sisyphe, la mort gagne toujours : le projet de sollicitude permanente du corps, où Éros est symboliquement présent, est à terme voué à prendre fin, ce qui constitue une forme d’échec par rapport à la philosophie fantasmée de repousser la mort.

20Face à la dégénérescence biologique certaine du corps, il n’y a en tout cas jamais d’acquis, ce qui oblige l’individu à, sans cesse, recommencer ses efforts, tel Sisyphe avec son rocher. En somme, la logique devient triadique : l’individu est libre de jouir de son corps pour repousser la mort, mais sa « punition » est d’être pris dans une logique de perpétuel recommencement et d’efforts croissants, qui le rapprochent de la mort. Si la prise de risque revêt des modalités différentes selon les individus (Russell, 2005), ces derniers se rattachent en tout cas à cette même norme. Nous expliquons à partir de là pourquoi nous considérons que le bodybuilding est l’incarnation extrême de cette logique.

Trois personnages mythologiques au cœur de la philosophie et de la pratique du bodybuilding

21Le bodybuilding, bien que trouvant certaines de ses racines dans des pratiques antiques valorisant l’exhibition de corps musclés esthétiques (Vallet, 2013), s’inscrit surtout dans la philosophie des sports modernes apparus à partir du xixème siècle visant la performance physique et maîtrisée des corps (Chartier & Vigarello, 1982). Progressivement, c’est alors plus l’esthétique des muscles (la forme) que leur utilisation (la fonction) qui va être valorisée dans ce sport, notamment à travers les compétitions mettant en avant le bodily display (Monaghan, 2001), où seuls les corps hypermusclés, « secs » et symétriques deviennent valorisés.

22Or ces caractéristiques sont fortement visibles dans les revues spécialisées, révélant la présence simultanée d’Éros, de Thanatos et de Sisyphe. Tout d’abord, elles mettent en scène des corps masculins bodybuildés « parfaits », exhibés en couverture comme en quatrième de couverture, en gros plan. Les bodybuilders sont dans des situations de poses musculaires où ils sont fortement dénudés : les muscles contractés font ressortir les stries du muscle et un certain esthétisme, pour donner l’impression d’une sculpture (Dutton, 1995) qui rappelle l’esthétisme de la Grèce antique.

23Pour ces raisons, la mise en scène de ces corps s’effectue clairement en référence à Éros, dans une perspective fortement genrée, puisque le message sous-jacent est que le muscle est masculin et qu’il attire les femmes, dans une logique hétérosexuelle « évidente » (Griffet & Roussel, 2004). Cela signifie qu’ils laissent entendre que les femmes sont à la fois dominées et attirées par ce genre de physiques (Klein, 1993 ; Alexander, 2003). Non seulement l’exercice améliore l’aspect masculin extérieur (« la plastique »), mais il le fait aussi de l’intérieur, en stimulant la production endogène de testostérone.

24D’ailleurs, une publicité pour un produit promouvant les bienfaits de la stimulation de cette hormone est accompagnée d’une jeune femme en bikini, la bouche ouverte et regardant fixement le lecteur, avec le message suivant : « Get Into This Box… And You Will Understand… » (Science & Muscle, 2008, p. 35). Dans une perspective similaire, citons cette couverture sans équivoque du Dynamag n° 84, sur laquelle un bodybuilder, torse nu, pose à côté d’une femme dénudée qui s’apprête à lui enlever son short.

25Cette démonstration nous révèle à quel point l’Éros du bodybuilding est lié à la « masculinité hégémonique » (Carrigan et al., 1985). Effectivement, le bodybuilding s’est construit historiquement sur une image de la masculinité et de la virilité dominantes, associées à l’hétérosexualité, où le corps esthétique, volumineux et puissant est présenté comme le principal marqueur de l’identité de sexe. Dans ce cadre, le bodybuilding s’apparente à la recherche pour certains hommes d’un corps permettant à la fois de se différencier par la négation du féminin et d’être en mesure d’affronter les autres hommes grâce à un capital corporel visible (Klein, 1993). Le corps bodybuildé est alors perçu non pas seulement comme une fin, mais comme un moyen d’apparaître « maximâle » dans un monde en profond changement.

26Or c’est en jouant sur cette quête qu’Éros est mobilisé par l’imaginaire collectif « construit » du bodybuilding, avec la dimension économique associée. Joe Weider, le « père » du bodybuilding moderne, ayant eu sous contrôle les compétitions et les médias de ce sport le précisait (Steere et al., 2006) : « Ya know? In every age, the women, they always go for the guy with muscles, the bodybuilder. They [the women] never go for the studious guy » (Klein, 1993, pp. 154-155). Arnold Schwarzenegger lui-même se rappelle que Joe Weider l’a fait venir aux États-Unis en partie pour cette raison (Schwarzenegger, 2013, p. 140).

27De même, d’après nos entretiens réalisés, ce facteur émerge dans 25 cas sur 30, évoquant les motivations d’entrée dans la pratique : le bodybuilding est plébiscité pour sa capacité à combler physiquement une fragilité corporelle. Parmi ceux-ci, 24 la relient à une fragilité physique et un seul à une fragilité sociale (besoin de reconnaissance). Sur les 24, deux parlent de fragilité fonctionnelle (blessure), dix-neuf du sentiment de s’être sentis trop maigres, un de vouloir « se développer » et deux de s’être estimés trop gros. En somme, si les motivations de la pratique du bodybuilding sont diverses, ceux qui l’ont choisi pour « se faire un corps », parlent souvent de cette volonté de rendre plus « attractif » le corps, dans la perspective d’Éros évoquée.

28C’est le cas de Diego : « Pour séduire forcément » car « c’est vrai qu’à la piscine, quand on se met torse nu, ben, on regarde surtout les pectoraux, les abdos, les bras… elles font vachement attention aux formes, ça peut plus séduire d’avoir des formes ». Damien pense aussi que c’est la volonté d’être plus regardé par les femmes qui l’a aussi attiré dans la pratique : « C’est sûr que c’est un but d’attirer l’œil des filles et puis de les séduire, ça c’est clair ». William précise : « Je me suis dit "pour plaire à une fille faut ressembler un peu à quelque chose". Tu sais, les filles, elles sont rarement attirées par le petit chétif de la classe ». On retrouve ici les aspects esthétiques, mais aussi « bestiaux » de Patrick Baudry cités plus haut, où dans la compétition de la masculinité hégémonique, le bodybuilder est au sommet et à ce titre, possède une attractivité supérieure.

29C’est pourquoi les champions présentés dans les magazines sont assimilés à des « héros » qui possèderaient un pouvoir supérieur grâce à leur corps d’élu, symbole de perfection mais aussi de « prise en mains » majeure à travers un travail méthodique et ascétique (Klein, 1993) : « Ses séances pouvaient durer jusqu’à six heures et il passait plusieurs semaines sans jour de repos » (Flex, n° 100, p. 30) ; « Il utilisait les charges que les bodybuilders plus musclés n’osaient pas approcher » (Flex, n° 100, p. 28) ; « Pendant près de 25 ans, les séances du Guerrier de la côte ouest ont été légendaires » (Flex, n° 100 , p. 33).

30De même, pour revenir aux magazines spécialisés, notons que les photos sont dans les deux tiers des cas réalisées au moment d’un effort, valorisé par l’importance des poids et par la mise en scène de la douleur poussant à aller plus loin. Telle est la concrétisation de la fameuse philosophie du bodybuilding, « no pain, no gain ». C’est une lutte contre les éléments qui est suggérée, d’où l’utilisation d’un vocabulaire ou de tenues guerriers. La masculinité hégémonique repose sur l’agon (Carrigan et al., 1985), qui suppose de se mettre en jeu, donc de prendre des risques. C’est à ce niveau que dans la pratique, Éros rencontre Thanatos : chacun est confronté à ses limites, ses doutes, ses angoisses et à l’incertain, même s’il faut pour cela se situer dans l’excès (Weiss, 2001).

31Or cette recherche de l’amélioration permanente, censée éloigner de façon fantasmée la maladie et la mort, est susceptible de contrecarrer le sens originel du projet : elle amène le bodybuilder sur des « terrains inconnus » où il se met potentiellement en danger, notamment au niveau de sa santé. En effet, celui qui se « prend au jeu » (Vallet, 2013) est susceptible de dériver vers le « trop corps », dans l’idée que le souci de soi devient obsessionnel. C’est à ce stade que la mort peut être frôlée, pour plusieurs raisons.

32En premier lieu, cela concerne le rapport au dopage. Si cette pratique est difficile à circonstancier et à délimiter clairement, elle s’assimile dans notre cas à la consommation régulière de produits assimilés comme tels par le Comité international olympique. C’est le cas de Lucas : « Ça t’amène… ça te donne tout ». Frédéric en consomme aussi : « Oui, ben comme tout le monde, t’essayes ». Le problème est la question de l’engrenage créé par la prise de ces produits : en consommer provoque des sensations positives qui incitent à toujours en vouloir plus et surtout, à ne pas pouvoir s’en passer. Thibault le confirme : « Tu n’as plus de limites. C’est un sport de comparaison, on a le collègue à côté qu’est mieux fait, on fait comme lui. C’est de la surenchère, c’est là que c’est dur, tu es dans un engrenage, comme un drogué ».

33En second lieu, outre le dopage, nous retrouvons la problématique des phénomènes de surentraînement et de surexploitation de leur corps. À titre d’illustration, Marc pense « que, y a des moments, je t’avouerais que j’ai vraiment pas envie d’aller à la salle mais si j’y vais pas je perds le travail que j’ai effectué, donc des fois c’est une contrainte ». C’est pourquoi nous constatons que ce « trop » corps concerne aussi tous les aspects psychosociologiques chez un individu : à trop, voire uniquement, vouloir se définir par son corps, il y a la peur de tout perdre, de ne pas s’aimer, d’être « moins » qu’un autre, de se couper du monde et la probabilité associée de développer certaines pathologies. C’est ce que pense vivre Martin : « C’est clair que, me voyant tous les jours dans le miroir, je me dis psychologiquement que je suis pas assez gros ». Gaël est même conscient d’éprouver le côté pathologique de son rapport au bodybuilding : « Moi, je vois une glace, je me regarde. Je te le dis, c’est maladif. Je vois une glace, je me regarde, je mange, je touche mon ventre pour savoir si j’ai pas pris de la graisse ».

34En résumé, l’hypercorps bodybuildé ne sécurise au mieux que la forme corporelle, mais pas l’essence de la personnalité (Klein, 1993) et c’est bien la logique du sans fin qui guette l’individu. D’Éros à Thanatos, le bodybuilder vit alors au quotidien le mythe de Sisyphe, au sens où lorsqu’il atteint son objectif, il est sommé de recommencer et d’accepter la souffrance associée. L’« hypercorps » bodybuildé contient de ce fait une dimension illusoire, car il y a la possibilité pour le pratiquant de ne jamais atteindre l’objectif fixé, ce qui le recentre encore plus sur son corps.

35Or, si nous avons ici tenté de mettre en évidence ce fait à travers le cas de bodybuilders très engagés dans la pratique, il est important de comprendre que ce ne sont pas des cas à part : d’après nos données, 26 des 30 bodybuilders interviewé – même ceux qui sont peu engagés dans la pratique – déclarent être obsédés par leur corps en citant ce terme. Certes, l’interprétation de ces chiffres doit être considérée avec précaution par rapport à l’étroitesse de notre groupe de bodybuilders de référence ; mais elle porte cependant à la réflexion et à une investigation plus poussée.

36De ce fait, l’investissement de l’« objet » corps nécessaire à son hypertrophie crée des nouvelles dépendances, donc des nouvelles faiblesses. L’extérieur fort et en perpétuelle augmentation se couple d’un intérieur fragilisé, qui fait que le bodybuilder se situe dans un continuum entre santé et maladie, entre vie et mort, donc entre Éros et Thanatos, avec comme trait d’union Sisyphe. Cependant, chaque participant, au cœur de cette triade, va pencher plus ou moins vers un pôle ou un autre. C’est ce que nous expliquons dans une dernière partie à travers l’image du « triangle d’incompatibilité » dans le bodybuilding.

Éros, Thanatos, Sisyphe : un triangle d’incompatibilité dans le bodybuilding

37En fonction de leur parcours, de leur motivation et de leurs caractéristiques de vie, les bodybuilders vont individualiser leur « rencontre » avec Éros, Thanatos et Sisyphe. Cela ne signifie pas que la pratique s’effectue dans l’isolement. Au contraire, ces degrés d’engagement, parce qu’ils s’inscrivent dans des pratiques de transformation du corps, correspondent à ce que Nick Crossley qualifie de reflexive embodiment : les individus sont leur corps, situé et encastré dans l’espace social (Crossley, 2006).

38Comme le corps n’est pas seulement un « signe », mais aussi un « sens » (Waskul & Vannini, 2006), les perceptions corporelles sont « encorporées » (Haraway, 1991) socialement, notamment au moment de l’effort consenti et pas toujours dans la direction envisagée – ou pas – initialement. En d’autres termes, la production de ces corps a toujours un lien avec d’autres « collective bodies » (Ibid., p. 3), ainsi que d’autres « trained bodies » (Ibid., p. 45), qui renvoient à un contrôle social externe. Le corps conscientisé dans un projet réflexif ne peut l’être que parce qu’il est perçu, disponible et évalué extérieurement par les autres (Waskul & Vannini, 2006). Nous en prenons conscience en adoptant les perspectives que les autres ont de nous, ce qui renvoie à la dimension sociale soulignée dans l’analyse des magazines, sortes de puissants « miroirs ».

39L’encorporation étant parfois tellement forte, la réflexivité du sujet peut devenir difficile et donner l’impression d’une « perte » du corps. Nous pouvons alors mesurer en quoi la pratique du bodybuilding n’a pas un déterminant unique et qu’elle est vécue de façon hétérogène, car la transformation des reflexive bodies dépend aussi de la variabilité des situations, sociales, corporelles (Crossley, 2004) et techniques, puisque celles-ci sont adaptées à un projet précis (Crossley, 2006). De même, tous les bodybuilders ne réagissent pas de la même manière face aux injonctions systémiques de la culture consommatoire, notamment par rapport aux magazines (Ibid.). Cela fait que le corps, d’autant plus dans le bodybuilding, n’est pas un support statique, mais au contraire « ekstatic » (Waskul & Vannini, 2006), c’est-à-dire un état fluide d’être et de devenir, non totalement défini et maîtrisé, repensant sans cesse la frontière entre le corps et l’esprit.

40La démonstration précédente est fondamentale pour comprendre dans quelle mesure plusieurs groupes de bodybuilders peuvent être distingués, selon qu’ils penchent plutôt du côté d’Éros, de Thanatos ou de Sisyphe. Pour en rendre compte, nous avons construit :

41- un axe dédié à l’identité de sexe masculine où, dans une perspective hétérosexuelle, la volonté à la fois d’attirer les femmes et de se sentir supérieur aux autres hommes est centrale. Cela concerne surtout la référence à Éros ;

42- un axe relatif au degré d’engagement dans la pratique, ce dernier étant susceptible d’induire la prise de risque (santé, isolement social) plus ou moins prononcé pour atteindre un objectif musculaire (Thanatos) et le sentiment de vivre la pratique de façon obsessionnelle (dépendance avouée, peur de « tout perdre ») (Sisyphe).

43Ainsi, une analyse plus fine des données à partir de ces axes permet de comprendre que dans le bodybuilding, Éros, Thanatos et Sisyphe forment un « triangle d’incompatibilité ». Cela signifie qu’un bodybuilder ne peut s’inscrire positivement dans les trois références mythologiques simultanément, comme indiqué dans le schéma ci-dessous :

Source : Auteur.

44En fait, un bodybuilder ne s’inscrit positivement que dans deux pôles au maximum, le troisième devant être sacrifié. Ainsi :

45- s’il privilégie Éros et Thanatos, il renonce à Sisyphe : le bodybuilder souhaite construire son corps pour plaire, mais a conscience des limites à s’imposer, du fait des risques encourus qui peuvent amener à la mort. Dans ce cas, il faut accepter le niveau acquis, pour sortir de l’idée du perpétuel recommencement. En d’autres termes, l’individu s’inscrit dans une vision modérée de la pratique. Neuf bodybuilders sont dans cette situation, dont Nathan : « Au début c’était ça [progresser continuellement]. Et puis après je me suis dit "c’est un peu trop quand même", tout le monde me le disait. Du coup je me suis calmé ».

46Quant à Benoît, il établit une « différence entre ce palier que tu franchis et tu deviens un peu neuneu et tu penses qu’à ça, et la situation dans laquelle je suis, où j’ai mes limites. Mais je pense qu’une fois que t’es dedans, t’es accroc au résultat, mais après on en veut toujours plus et tu t’arrêtes où ? ». Il précise : « la priorité c’est pas la muscu, c’est pas le centre de ma vie. Depuis que j’ai rencontré ma femme, j’ai changé de boulot, j’ai fait autre chose de ma vie, du coup la priorité c’est ma famille et ma réussite professionnelle, la muscu vient en trois ».

47Citons également le cas de Cédric, qui a connu un engagement très fort, mais a changé de « pôle » : « Faut faire autre chose, quand t’as des enfants, t’es moins dans le truc ». Enfin, Elliot, qui lui aussi parvient à se modérer grâce à son épouse : «  Ma femme est totalement au courant de ce que je prends et au contraire, je voulais que quelqu’un dans ma famille soit au courant pour… pouvoir me dire : "stop, ça va trop loin" et qui me contrôle ».

48- s’il privilégie Éros et Sisyphe, il renonce à Thanatos : on a à faire ici à un bodybuilder qui conscientise le côté obsessionnel de sa pratique pour atteindre les résultats souhaités, mais se situe dans le déni de la mort. Pour cela, une minimisation de la prise de risque existe, que ce soit par une relativisation du degré d’engagement, ou par la recherche d’éléments « compensateurs » (suivi médical, produits reconstituants…). Dix bodybuilders sont concernés par ce profil, comme Clovis : « Tu pourras jamais dépasser ton naturel. Si tu peux prendre des produits pour aller au-dessus de ce cap-là, ouais, faut le faire ». Il est conscient des risques, mais semble les avoir pris en compte dans une logique coûts/avantages, avec les remédiations nécessaires (suivi médical, produits compensatoires…).

49Théo partage cette philosophie, en faisant référence à sa consommation de drogues : « Je reste dans les normes, je veux pas non plus me niquer la santé, une cure de temps en temps, je vais pas me tuer non plus, je fume pas… ». Loïs hésite, en étant réflexif sur son degré d’engagement : « Le bien, le mal, tu prends des trucs pour compenser : à la fin tu équilibres, tu as pris du muscle, mais le problème c’est jusqu’à quand ? Quand tu arrêtes ? ».

  • 2 Expression très fréquente dans le monde du bodybuilding, qui signifie devoir toujours s’entraîner.

50- s’il privilégie Thanatos et Sisyphe, il renonce à Éros : c’est parce qu’il est « condamné à toujours pousser 2 » pour atteindre ses objectifs que le bodybuilder est à la recherche de comportements (surentraînement, dopage, isolement social) susceptibles de l’amener vers la mort. Éros ne l’intéresse plus, c’est le résultat, quel qu’en soit le coût, qui importe. Onze pratiquants ont été classifiés dans cette catégorie, tel que Lucas : « Quand on est dans le monde des bodybuilders, c’est qu’on veut toujours plus. Et ça sera sans fin, parce que t’auras toujours quelque chose à améliorer… ». Benjamin résume : « je pense qu’on est tombé… enfin à mon niveau c’est de l’obsession ».

51Ce ressenti de dépendance et de volonté de « devoir » sans cesse repousser les limites est présent chez de nombreux bodybuilders, tel Marc : « Faut que je puisse m’entraîner quoi qu’il arrive ». Thibault sait aussi qu’il va trop loin : « C’est de l’esclavage quoi, tu peux pas faire autrement ». Matis le confirme, en faisant référence implicitement à l’usage des drogues : « C’est là que c’est dur, tu es dans un engrenage, comme un drogué, tu te dis "j’ai ce que je voulais" et maintenant, pour continuer à avoir ce que je veux, il faut continuer à prendre ça…». Yvan est prêt à tout pour s’entraîner : « Je suis obsédé de moi… tout s’organise en fonction de ça…[long blanc en regardant son épouse, présente au moment de l’entretien]. Si ma femme elle me dit "divorce, ou sinon c’est la muscu, je divorce !" C’est vrai, c’est une obsession ».

52De même, pour Gaël, le bodybuilding est un système de vie à part entière : « C’est la première chose à laquelle je pense quand je me lève. Quand je me lève, ma journée je l’organise en fonction de ma musculation et de mon entraînement. Je suis égoïste mais si Caro [sa conjointe] me dit "ce soir tu t’entraînes pas" je suis désolé mais j’y vais. C’est une vie, c’est un mode de vie. Donc ou tu prends tout, ou tu prends rien ».

53En somme, par rapport au groupe de bodybuilders considéré dans notre étude, il semble que le facteur « protecteur » dominant, qui permet de rester dans une vision modérée de la pratique, est clairement le capital familial (plus que le capital culturel). Les citations l’indiquent, mais quand le bodybuilder déclare être en couple, il limite son engagement. Les tableaux suivant vont dans ce sens :

Tableau 2 : Bodybuilders renonçant à Sisyphe

Pseudonyme

Diplôme

PCS

Situation matrimoniale

Nathan

Bep

Ouvrier

Couple

Benoit

Bts

Cadre

Couple

Cédric

Bac + 3

Chef d’entreprise

Couple + Enfants

Elliot

Bep

Chef d’entreprise

Couple

Sébastien

Sans diplôme

Employé

Couple + Enfants

Romain

Bep

Ouvrier

Couple + Enfants

Elouan

Bep

Ouvrier

Couple + Enfants

Diego

Bac

Inactif

Célibataire

William

Bep

Employé

Célibataire

Tableau 3 : Bodybuilders renonçant à Thanatos

Pseudonyme

Diplôme

PCS

Situation matrimoniale

Clovis

Bep

Ouvrier

Couple

Théo

Bep

Employé

Couple

Loïs

Bac + 4

Cadre

Couple

Pierre

Bac + 3

Profession intermédiaire

Célibataire + Enfants

Patrick

Bac + 3

Cadre

Couple

Damien

Sans diplôme

Employé

Célibataire

Martin

Bac + 3

Profession intermédiaire

Couple

Nahel

Bep

Ouvrier

Couple

Boris

Bac + 3

Profession intermédiaire

Couple

Clément

Bac

Inactif

Célibataire

Tableau 4 : Bodybuilders renonçant à Éros

Pseudonyme

Diplôme

PCS

Situation matrimoniale

Lucas

Bts

Cadre

Couple

Benjamin

Bac Pro

Ouvrier

Couple

Marc

Bac Pro

Chômeur

Célibataire

Joris

Bac

Inactif

Célibataire

Thibault

Sans diplôme

Chef d’entreprise

Couple

Yvan

Bep

Ouvrier

Couple + Enfants

Gaël

Bep

Employé

Couple

Timéo

Bac + 3

Cadre

Célibataire

Mathieu

Bac Pro

Ouvrier

Célibataire

Matis

Bep

Ouvrier

Célibataire

Thierry

Bep

Employé

Célibataire

54Ainsi, s’il y a environ 55 % de célibataires dans le dernier groupe et 30 % au sein du second, ils ne sont que 22 % dans le premier. Cela signifie qu’Éros devient plus fort que Thanatos et Sisyphe, car la situation familiale module le degré d’engagement.

Conclusion

55Cet article a cherché à comprendre la pratique du bodybuilding à travers la référence à trois personnages mythologiques, à savoir Éros, Thanatos et Sisyphe. Bien que renvoyant à un certain imaginaire, l’articulation des mythes qu’ils portent permet de saisir le sens matériel de la production du muscle dans un tel sport. Notre analyse met ainsi en avant qu’il n’est pas possible pour un bodybuilder de s’inscrire simultanément dans la logique que ces trois personnages mythologiques incarnent : c’est que nous appelons le « triangle d’incompatibilité du bodybuilding ». Autrement dit, cela signifie d’une part que le degré d’engagement dans le bodybuilding est très différencié selon le projet de développement corporel. D’autre part, il est important de comprendre qu’un degré d’engagement très élevé est susceptible de conduire à des prises de risque majeures, qui posent la question de la frontière avec l’entrée dans une situation incertaine. Dans ce cas, le libre choix de l’individu est mis à mal, et des effets d’engrenage négatifs se déclenchent. En somme, bien qu’en apparence très « exotique », le bodybuilding nous démontre à quel point il est au contraire clairement ancré dans le fonctionnement des sociétés capitalistes actuelles, pour le meilleur comme pour le pire parfois.

Haut de page

Bibliographie

Alexander S. M. (2003), « Stylish Hard Bodies: Branded Masculinity in Men’s Health magazine », Sociological Perspectives, n° 46, pp. 535-554.

Baudry P. (1991), Le Corps extrême, Paris, Éditions L’Harmattan.

Bonetti M., de Gaulejac V., Descendre D. & M. Pagès (1998), L’Emprise de l’organisation, Paris, Éditions Desclée de Brouwer.

Carrigan T., Connell R. & J. Lee (1985), « Toward a New Sociology of Masculinity », Theory and Society, n° 14, pp. 551-604.

Chartier R. & G. Vigarello (1982), « Les trajectoires du sport. Pratiques et spectacles », Le débat, n° 19, pp. 34-58.

Choi P., Harrison P. & R. Olivardia (2002), « Muscle Dysmorphia: A New Syndrome in Weightlifters », British Journal of Sports Medicine, n° 36, pp. 375–377.

Collognat A. (2012), Dictionnaire de la mythologie gréco-romaine, Paris, Éditions Omnibus.

Crossley N. (2004), « The Circuit Trainer’s Habitus: Reflexive Body Techniques And The Sociality Workout », Body and Society, vol. 10, n° 1, pp. 37-69.

Crossley N. (2006), Reflexive Embodiment in Contemporary Society, Berkshire, Open University Press.

Dutton K. (1995), The Perfectible Body: The Western Ideal of Physical Development, London, Cassell Editor.

Griffet J. & P. Roussel (2004), « Le muscle au service de la beauté : la métamorphose des femmes culturistes », Recherches féministes, vol. 17, n° 1, pp. 143-172.

Haraway D. (1991), Simians, Cyborgs and Women: The Reinvention of Nature, New York, Routledge Editor.

Klein A. (1993), Little Big Men: Bodybuilding Subculture and Gender Construction, Albany, State University of New York Press.

Lasch C. (2008), La Culture du narcissisme, Paris, Éditions Flammarion.

Lyotard J.-F. (1979), La Condition postmoderne, Paris, Éditions de Minuit.

Monhagan L. F. (2001), Bodybuilding, Drugs and Risk, London, Routledge Editor.

Moore S. (1996), God’s Gym, New York and London, Routledge Editor.

Queval I. (2008), Le Corps aujourd’hui, Paris, Éditions Gallimard.

Russell J. (2005), « The Value of Dangerous Sport », Journal of the Philosophy of Sport, n° 32, pp. 1-19.

Schwarzenegger A. (2013), Total Recall, Paris, Éditions Pocket.

Sheldon W. H. (1970), The Varieties of Temperaments: A Psychology of Constitutional Differences, London, Collier Macmillan Editor.

Steere M., Weider B. & J. Weider (2006), Brothers of Iron, Champaign, Sports Publishing LLC.

Vallet G. (2013), « L'imaginaire collectif du bodybuilding : un recours au passé ? », STAPS, n° 101, pp. 47-67.

Vallet G. (2014), « Mass Production in the Mass Consumption Societies: the Case of Male Bodybuilding », Journal of Literature and Art Studies, vol. 4, n° 3, pp. 208-218.

Waskul D. & P. Vaninni (2006), Body/Embodiment. Symbolic Interaction and the Sociology of the Body, Burlington, Ashgate Editor.

Weiss O. (2001), « Identity Reinforcement in Sport. Revisiting the Symbolic Interactionist Legacy », International Review for the Sociology of Sport, n° 36, pp. 393-405.

Haut de page

Notes

1 Plus précisément, 21 numéros consécutifs de Dynamag (juillet-août 2009 à janvier-février 2013), trois numéros consécutifs de Flex (juin-juillet 2010 à octobre-novembre 2010) et un numéro de Science & Muscle (été-automne 2008).

2 Expression très fréquente dans le monde du bodybuilding, qui signifie devoir toujours s’entraîner.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Source : Auteur.
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/6337/img-1.png
Fichier image/png, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Vallet, « Éros, Thanatos et Sisyphe : le triangle d’incompatibilité du bodybuilding », SociologieS [En ligne], Dossiers, Eros et Thanatos, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6337

Haut de page

Auteur

Guillaume Vallet

Centre de recherche en économie de Grenoble (CREG), Université Pierre Mendès-France, Grenoble (France). Chercheur associé à l’Institut de recherches sociologiques de Genève (Suisse) et au CADIS, Paris, (France) - guillaume.vallet@univ-grenoble-alpes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page