Navigation – Plan du site
Eros et Thanatos

L’extension illimitée du plaisir. La quête d’immortalité comme prolongation sans limites de la vie sexuelle

The unlimited extension of pleasure. The quest for immortality as an unlimited extension of sexual life
Fiorenza Gamba

Résumés

Dans la lutte entre l’affirmation de la vie d’Éros et son anéantissement entraîné par Thanatos, la quête d’immortalité a toujours engagé les hommes dans le dépassement des limites : de la fontaine de jouvence au projet moderne scientifique de l’amortalité. De nos jours, cette lutte et cette quête semblent aboutir à leur succès à l’aide de la médecine anti-aging qui a assumé la tâche de réaliser ce rêve. De ses quatre spécialisations majeures, la performance du corps, l’intégrité cognitive, l’apparence esthétique de la jeunesse, l’hybridation avec le numérique, c’est sans doute le maintien performant du corps sexué, à savoir la prolongation de la vie sexuelle à jamais, à l’usage du THS (traitement hormonal de substitution) pour les femmes en ménopause, qui montre comme la science s’implique elle aussi dans le conflit entre la vie et la mort où Éros l’emporte sur Thanatos. Trois lieux d’analyse ont été choisis : un forum d’une communauté discutant sur le sexe ; la section dédiée à la ménopause d’un site d’une gynécologue italienne reconnue ; un entretien avec un gynécologue engagé sur le front du traitement des pathologies invalidantes dans la femme.

Haut de page

Texte intégral

Les différentes options de l’immortalité

1La condition mortelle de l’homme témoigne de cet irréductible constat entre l’inéluctable dégénérescence et extinction de l’espèce humaine et notre volonté de voir la vie perdurer. Cette tension, d’essence tragique, s’est exprimée tout d’abord dans le mythe grec d’Éros et Thanatos, repris par Sigmund Freud et la psychanalyse (Freud, 2010a) en le développant dans les concepts de pulsion de vie et de pulsion de mort. Elle est finalement devenue un schème d’analyse des représentations sociales, issues de la philosophie et de la psychanalyse, mises en place par la sociologie et la thanatologie (Thomas, 1969 et 1981), dans des ouvrages faisant date tels que Éros et civilisation d’Herbert Marcuse ou, Sigmund Freud encore, Malaise dans la civilisation. Des représentations sociales reconnues qui puisent à la tension entre l’affirmation et la destruction de soi.

2La culture a apporté tout son lustre à cette opposition, jusqu’aux sphères de la religion, de l’art et de la connaissance scientifique. Elle a ainsi essaimé et diversifié dans les diverses formes de la vie sociale, échappant du même coup à sa condition primaire de nature, ou mieux d’instinct. Elle s’est aussi enracinée dans notre contemporanéité, en son lieu d’élection originaire : le corps. Ce corps qui est de nos jours, bien plus qu’auparavant, le champ où se joue cet affrontement tant physique que culturel entre désir d’affirmation de soi et de survie et limite biologique, en d’autres termes le périssable de la vie ; le champ où s’exercent la douleur, la souffrance, le plaisir, la reconnaissance, cette voie d’accès aux saveurs du monde dans ses oppositions et ses ambiguïtés (Le Breton, 2006).

3Pour Zygmunt Bauman, la culture, à savoir l’étendue de toute production humaine, les artefacts humains, correspond à cette tentative ininterrompue de donner un sens à la mort en la repoussant toujours plus loin selon des « stratégies de vie » (Bauman, 1992) qui agissent tant du point de vue individuel que de celui de l’espèce.

  • 1 À côté de l’option biologiste, d’autres s’imposent ou se sont imposées au cours du temps. Elles ne (...)

4Une autre perspective d’analyse, axée sur le corps, prend des formes différentes : une option biologique 1, tout d’abord, concerne la reproduction par le sexe et la possibilité pour les êtres humains de continuer de vivre en quelque sorte dans un autre individu qui est à la fois soi et tout autre que soi. Cette pratique, partagée avec d’autres espèces animales, montre toute son efficacité sous l’angle « macro » de la conservation de l’espèce, car il s’agit d’un outil en mesure d’en assurer la survivance dans le temps. Elle présente pourtant chez l’homme plusieurs cas d’insuccès comme l’infertilité, la stérilité ou la chasteté, tout en sachant que le sexe chez l’homme n’est pas nécessairement un équivalent de la reproduction, du fait de son lien avec les émotions et la condition psychique, sans compter ses implications culturelles qui rendent sa mission reproductrice parfois problématique (Gamba, 2015a).

5Aux côtés de cette option strictement biologiste, en voisine une autre, axée sur la performance du corps à atteindre – sans limites dans le temps – grâce aux avancées scientifiques. Issue de la Modernité, cette option scientifique a tout d’abord prit le nom d’amortalité, dont le but déclaré était de prolonger à l’infini la vie des hommes grâce à la connaissance scientifique censée ôter tout obstacle – pathologies, dégénérations, accidents – pouvant s’opposer au prolongement ininterrompu de la vie et de ses fonctions (Morin, 2002 ; Thomas, 1975, p. 499 ; Lenoir & Tonnac, 2004).

6Au fil du temps, l’amortalité est devenue, par le perfectionnement d’outils scientifiques de plus en plus puissants, l’une des représentations exemplaires d’une société post-mortelle (Lafontaine, 2008) où l’extension de la vie est désormais une valeur et un but tant individuel que social, dont les individus, mais aussi de nombreuses institutions, prennent en charge la réalisation.

7Ainsi, le corps redevient le lieu de l’opposition tout autant que celui de la tension nécessaire entre Éros et Thanatos, non du point de vue exclusif des pulsions ni comme lieu d’une démarche restreinte à la biologie mais s’offrant désormais comme terrain d’exploration et d’application d’un projet d’ampleur majeure, devenu désormais rationnel en dépit de sa naissance mythique et enraciné dans les différentes couches de la société. Mieux, un projet où Science, Imaginaire et Mythes se retrouvent étroitement liées (Balandier, 2004).

8En effet, le désir d’atteindre cet état de survie éternelle, tout en faisant du corps la raison même de cette survie, est présent depuis l’antiquité quelle que soit l’époque et dans toutes les cultures, en s’exprimant aussi sous les formes les plus diverses (Boia, 2006). La Fontaine de Jouvence, l’Arbre d’immortalité du jardin des Héspérides, l’Élixir de vie, ne sont que des exemples parmi d’autres d’un désir ancien qui s’est diffusé ultérieurement dans la culture de masse, notamment dans des productions artistiques, comme la littérature, le cinéma ou la télévision ; ainsi le roman désormais classique Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde ou la série télévisée américaine Forever. Un imaginaire désormais côtoyé par de nouvelles connaissances scientifiques dont les effets ne sont pas encore totalement maitrisés, puisque

« des organismes peuvent être génétiquement modifiés et de la matière vivante produite à des fins thérapeutiques ; des êtres vivants peuvent être dupliqués par clonage, et l’homme dans son corps même est davantage "fabriqué", prothésé, rectifié, assisté. [Enjeu] d’une vie continûment prolongée […] réduit l’emprise de la fatalité biologique et donne forme au rêve d’amortalité, sinon d’immortalité » (Balandier, 2006, p. 17).

9L’amortalité – concept spécialisé de l’anthropologie et de la thanatologie – devient dès lors un véritable rêve d’immortalité englobé dans les diverses aspirations diffusées par la médecine anti-aging la plus récente. Bien plus, celle-ci représente la forme paradigmatique de ce désir et de ce projet sous des aspects très concrets comme l’usage des hormones – pratique de plus en plus courante parmi les femmes âgées de plus de 50 ans (ce qui, grosso modo, correspond à l’âge moyen de l’entrée en ménopause) – leur permettant de conserver un état général très actif, notamment pour la vie sexuelle, comme l’affirme péremptoirement la recherche hormonale.

10Cette prolongation de la vie sexuelle des femmes au moyen d’hormones spécifiques, traitement connu sous le vocable « THS » dans le champ médical c’est-à-dire « traitement hormonal de substitution », montre bien comment cette tension dont nous parlions plus haut entre Éros et Thanatos se dérègle au bénéfice du premier et comment se conjugue cette prédominance de l’instinct de vie, tout particulièrement de plaisir, tirant sa force du défi de la quête actuelle d’immortalité.

La promesse d’immortalité de la médecine anti-aging

11La médecine anti-aging s’insère dans la quête d’immortalité en marquant significativement ce rapprochement entre le désir de perdurer dans la vie et le plaisir, la performance. En effet, la suprématie d’Éros sur Thanatos ne se manifeste pas simplement par un prolongement de la vie sous n’importe quelles conditions, mais elle exige de vaincre la mort par un ensemble de qualités qui relèvent du body enhancement, de la potentialisation du corps, parmi lesquelles le plaisir occupe une place majeure et des niveaux de performance élevés. Pour autant, il n’est pas question, au contraire de ce qu’écrivait Zygmunt Bauman (1995), de penser que cette quête du plaisir et de performance soit ressentie souvent comme un devoir auquel il est devenu impossible de se soustraire ; au contraire ce qui se joue ici de manière remarquable, c’est l’augmentation en qualité et en intensité que performance et plaisir peuvent acquérir.

12Ainsi, de par ses outils qui puisent notamment à la biotechnologie, la médecine anti-aging (Fishman, Binstock & Lambrix, 2008) couvre quatre secteurs spécifiques : la performance du corps par des interventions portant principalement sur la réactivation musculaire et le maintien d’une vie sexuelle active ; l’intégrité cognitive grâce à des thérapies, développées sans cesse, en mesure de comprendre voire de traiter des pathologies liées à l’âge – comme l’Alzheimer ou la démence fronto-temporelle – impliquant une dégénération progressive et irréversible ; la conservation d’une apparence esthétique toujours jeune à l’aide des traitements rajeunissants gérés par les industries de la beauté ; et finalement, avec une visée encore marginale, l’hybridation virtuelle qui propose d’achever une hybridation nouvelle entre biotechnologies, nanotechnologies et outils numériques pour atteindre une nouvelle immortalité. Dans leurs spécificités, ces domaines de la médecine anti-aging convoquent des exigences individuelles, des conséquences sociales, des questions éthiques et des politiques publiques d’interventions (Holstein, Waymack & Parks, 2010 ; Mykytyn, 2006 ; Gamba, 2015b) qui, à la fois, se complètent mais sont aussi très différentes.

13D’un point de vue exclusivement scientifique, la médecine anti-aging voit, d’un côté, une partie de la communauté scientifique la stigmatiser comme un ensemble de pratiques inutiles ou – pire – dangereuses, n’ayant jamais produit une évidence scientifique quelconque et se limitant à exploiter la peur de la mort (Olshansky & Carnes, 2001). Mais des associations professionnelles, telles que l’American Academy of Anti-Aging Medicine, revendiquent la légitimité scientifique de la discipline par la tenue de congrès annuels et la publication des recherches accomplies au sein de revues scientifiques reconnues (Vincent, Tulle & Bond, 2008).

14Toutefois, dans une perspective sociologique aussi bien que socio-anthropologique – laquelle examine les effets de ces pratiques dans la vie sociale et leurs significations culturelles et symboliques touchant aux sphères du politique, de l’économie et de l’éthique – la médecine anti-aging assume ce désir d’une vie sans limites, tant temporelles qu’au niveau des performances. En d’autres termes, il ne s’agit pas seulement d’une prolongation de la vie selon le principe de l’amortalité faisant référence à une vie longue et en bonne santé mais, bien plus, à la fois de l’intensification de toute perception de puissance et de plaisir qu’elle nous dispense en diminuant leur affaiblissement naturel, de manière que l’affirmation d’Éros coïncide avec la réalisation d’un plaisir vécu à jamais.

15Cette identification de la vie avec le plaisir, qui a notamment comme conséquences l’accomplissement de la perfection comme rejet de la souffrance et de la douleur (Le Breton, 2010 ; Gamba, 2015a), fait affleurer un aspect sans doute sous-estimé de la prolongation de la vie humaine. Justement, la forme « naturelle » de la survie de soi a été depuis toujours entendue comme l’issue de la reproduction, ce qu’Alfred Schütz a défini par l’expression « horizon de successeur », à savoir le monde de ceux qui nous survivront : un horizon qui comprend et retient également en lui notre horizon contemporain (Schütz, 1966).

16Toutefois, la survie dans le totalement autre accueille aussi la possibilité, toujours plus encombrante, d’une survie de soi dans le totalement soi-même qui prévoit, parmi d’autres expressions, l’actualisation immanente du plaisir.

17Si les expressions de cette recherche du plaisir qui s’est emparée de nos différents styles de vie sont multiples – il suffit de se référer à l’érotisation de la nourriture (Gamba, 2011) – il est de même incontestable que la médecine anti-aging incarne littéralement cette quête, notamment dans l’attention portée non seulement à la conservation, mais aussi à l’enhancement de performances sexuelles tout au long de la vie et en particulier dans la période où il semble naturel de les voir s’arrêter ou fortement se réduire.

L’extension illimitée du désir et du plaisir : données scientifiques et représentations socio-anthropologiques

18Le développement et le grand succès – quoique suscitant des positions controversées comme il a été évoqué plus haut – de la médecine anti-aging résulte des avancées de la science. Mais si nous considérons les aspects socio-anthropologiques de la diffusion et de la posture de la médecine anti-aging, nous ne pouvons ignorer d’autres perspectives qui ne tiennent pas exclusivement aux données objectives de la science. Au contraire, afin de comprendre comment et par quelle voie un résultat scientifique, et par conséquent sa fortune, s’affirme comme pratique médicale, nous devons nous pencher sur le fait que cette dernière est décidée moins pour sa force objective que par sa réception dans l’esprit du temps.

  • 2 En Italie, en 2011, seulement 3 % de la population féminine concernée utilisait le THS (Source : Fo (...)

19Prenons l’exemple de l’usage des hormones utilisées afin de maintenir la sexualité des femmes en ménopause à un niveau très satisfaisant, visant même à le maintenir à celui dont elles bénéficiaient jusqu’alors. Il s’agit (du point de vue de l’observation) d’une situation qui exige certaines conditions : le progrès des études dans le champ des effets d’hormones spécifiques dans le corps de la femme à partir de 45 ans ; la prise en compte par les gynécologues de ces résultats et en conséquence leur communication aux patientes ; enfin, de la part des femmes concernées 2, leur accord et par suite l’utilisation des dites hormones… ce qui ne manque pas d’ambiguïté : d’une part, on est en présence de représentations positives, de l’autre la thérapie est considérée toxique et peu naturelle (Thoër-Fabre, Garnier & Dufort, 2007).

  • 3 Pour un panorama de l’intersection entre âge, génération et genre nous renvoyons au dossier « Genre (...)

20Cette situation et les réponses apportées ont été abordées par plusieurs études en anthropologie et en sociologie, pertinentes principalement pour les études de genre ou des parcours de vie, de la vieillesse ou de la santé (Lalive d’Épinay & Spini, 2005 ; Caradec, 2008 ; Elder, Johnson & Crosnoe, 2005) 3. Elles amènent, bien que se situant dans une autre perspective d’analyse que la mienne, plusieurs constatations importantes à retenir : les transformations physiques relevant de certaines étapes du parcours de vie obligent à un réinvestissement de la part du sujet qui lui est propre ; la ménopause correspond à un temps incertain où les femmes sont mises dans la condition de pouvoir « vivre pour soi » (Diasio & Vinel, 2007).

21Ces études montrent très clairement aussi l’ampleur des effets des transformations envisageant la conquête d’une nouvelle conscience de soi et – pour emprunter les mots d’Anthony Giddens – la possibilité de réaliser un parcours autobiographique du soi (Giddens, 1991) appliqué à un champ spécifique, celui de la sexualité, et en ce cas spécifique, de la sexualité féminine.

  • 4 Nous renvoyons ici à notre essai « Body Enhancement ou écologie corporelle ? Le défi de l’immortali (...)

22Néanmoins, le but de mon analyse est de parvenir à un deuxième niveau d’approfondissement visant à mettre en relief la requête de désir et de plaisir et de l’entendre moins liée à des affirmations de genre ou de statut social qu’à la recherche sans cesse d’un body enhancement qui traduit un désir de perdurer dans le temps, et pour longtemps, dans les meilleures conditions physiques et en particulier par l’extension illimitée de la performance et du plaisir sexuel 4.

Éros et Thanatos chez le gynécologue

23Pour tester mon hypothèse, j’ai tout d’abord sélectionné de possibles contextes d’observation. Deux formes en ligne tout d’abord, portant chacune sur une narration différente – informelle ou officielle : la première réalisée de manière spontanée par les usagers comprend des forums ou blogs traitant des thématiques liées à « ménopause et sexualité » ou plus généralement au « sexe » ; la seconde concerne des sites institutionnels ou du moins représentant la connaissance scientifique sur le sujet. Puis des entretiens en compagnie de patientes concernées par le sujet et des gynécologues.

  • 5 Ma recherche en cours est basée sur plusieurs items : une courte récognition du matériel numérique (...)

24Le choix de l’échantillon initial a été fait dans le but de voir si la recherche intensive de la réalisation de différentes formes du body enhancement, dont la forme sexuelle est la plus aigüe, met en relief un désir d’immortalité très puissant et si ce désir entraîne une primauté d’Éros sur Thanatos. La phase pilote de la recherche que je viens de commencer, semble se diriger en ce sens 5 : c’est ce qui ressort des trois loci choisis parmi ceux ayant été analysés jusqu’à présent : un forum d’une communauté dont l’objet des échanges est le sexe ; la section dédiée à la ménopause d’un site d’une gynécologue italienne reconnue ; un entretien avec un gynécologue engagé à propos du traitement des pathologies invalidantes chez la femme.

Le forum : la narration ludique du sexe à jamais

25Dans le web on retrouve des réactions et des réflexions mises en récit par des femmes parvenues à cette étape de la vie et de la sexualité et participant à des blogs ou à des forums dédiés. Au-delà de la requête de simple information, ce qui se détache de la narration de ces femmes est un désir, parfois caché, ou à peine exprimé, de s’échapper des troubles liés à la ménopause et (re)-conquérir ou maintenir le plaisir sexuel pour en bénéficier à jamais. Quelquefois, se glissent dans les divers commentaires un brin d’ironie ou d’attitude ludique comme dans ce forum où un hôte occasionnel (masculin) a lancé une discussion sur une question apparentement naïve 6, sexe et âge de la femme, ce qui a déclenché des réponses de la part des inscrits (femmes, hommes et indéfinis) certes dans un registre ludique, mais exprimant aussi l’affirmation d’une représentation de la sexualité féminine désirée (souhaitée) à jamais.

« Les femmes font du sexe jusqu’à quel âge ?
- Hôte occasionnel : mais les femmes font du sexe jusqu’à quel âge ? Jusqu’à la ménopause et puis plus rien... après un certain âge le désir ne tombe pas ? excusez-moi c’est un sondage bête, ciao.
- Bau : cela dépend, généralement avec la ménopause le désir des femmes tombe... mais je pense qu’il y a quelques exceptions.
- Frederika (modérateur) : Je parle par expérience personnelle, il n’y a pas de limites [...] Quand on est jeune, on pense que lorsqu’on arrive à un certain âge c’est fini avec le sexe, ce n’est pas comme ça...
- Zork64 : Moi je peux vous dire que mes parents, âgés les deux de 73 ans, sont encore beaucoup actifs et à mon avis cela les aide à se maintenir jeunes et heureux.
- Parisi : mais qu’est-ce que tu fais, toi tu les contrôles ?
- Messina : Mais Les Femmes Jusqu’à Quel Âge Peuvent Faire Du Sexe ?
- Cianuro : jusqu’à 135-136 ans.
- Lucciolexlanterne : jusqu’à quand elles en ont envie !!!

Le site professionnel : la narration scientifique de l’extension du plaisir

26De la même manière, dans un registre tout autre que la narration ludique de participants à un forum, les discours des médecins spécialisés, en premier lieu les gynécologues, produisent une narration scientifique, mais aussi empathique qui favorise la diffusion de ce désir d’immortalité comme extension illimitée du désir, du plaisir, de la performance et qui nous permet à la fois de comprendre quels sont les aspects de cette extension. Dans le site de la Fondation Graziottin, l’information scientifique concernant la ménopause est destinée – c’est son but explicite – à fournir aux femmes tous les moyens afin de garder actif un aspect spécifique de leur vie, le sexe, qui n’est pas seulement lié à la santé, mais devient presque une métonymie de la vie elle-même. Dans cette perspective, le body enhancement qu’assurent les hormones du THS, a pour effet celui d’extraire le sexe de sa condition d’exceptionnalité à laquelle il est destiné à partir d’un certain âge pour le transformer en une expérience heureuse et presque même normalisée, par les aides pharmacologiques accompagnant la femme toute sa (longue) vie durant.

27Il ne s’agit pas seulement de la quantité, de l’exactitude et de la richesse des informations que la gynécologue Alessandra Graziottin met à disposition dans les pages de son site, mais d’une narration savante qui insiste sur la possibilité de l’extension d’une sexualité heureuse en franchissant l’âge butoir que la ménopause a depuis longtemps représenté. C’est exactement cette association de mots que l’on retrouve à plusieurs reprises dans les textes visionnés, comme « THS » et « heureuse », « sexualité » et « heureuse », mais aussi « testostérone » et « plaisir », dont l’exemple le plus emblématique est ce commentaire d’Alexandra Graziottin « Dix bonnes raisons pour être heureuse du traitement hormonal » à la suite de l’article scientifique de John Studd sur le même sujet (Studd, 2010), retraçant la possibilité de prolonger de manière heureuse sa propre vie sexuelle et de bénéficier aussi de nombreux autres effets positifs par l’usage de plusieurs hormones combinées dans le THS.

Le témoignage du gynécologue 7

  • 7 Je tiens à remercier le docteur Francesco Deltetto pour m’avoir permis d’utiliser librement le cont (...)

28La contribution euristique la plus importante pour notre recherche provient d’un entretien en compagnie d’un spécialiste, un gynécologue particulièrement actif dans le questionnement du binôme santé/bien-être. Le docteur Francesco Deltetto est en effet non seulement un médecin dont la réputation professionnelle est particulièrement connue dans le domaine de la chirurgie mini-invasive en gynécologie, mais il représente aussi le point de rencontre entre compétence professionnelle et donc scientifique, expérience importante, connaissance des réactions et des désirs des femmes. C’est un homme qui a également développé une réflexion personnelle par rapport à la femme et son univers sexuel.

29De notre échange, en préparation à un travail plus approfondi, il ressort plusieurs points de repère, donnant la mesure des représentations de l’usage des hormones en relation au plaisir sexuel et au body enhancement comme emblème d’immortalité, et spécialement la position du médecin, la diffusion et la motivation à l’usage parmi les patientes ainsi que le pouvoir symbolique du THS.

30Le gynécologue se déclare ainsi être un grand supporter du THS et dénonce même l’entreprise de découragement et de désinformation menée généralement par les médias italiens, en dépit de la réalité scientifique avérée de l’efficacité du traitement, ayant des effets collatéraux fort limités, spécialement par rapport à la modalité transcutanée et des prix très raisonnables. Les hormones n’ont, dit-il, que des effets positifs pour le maintien des niveaux originaires d’œstrogènes, donc de la jeunesse des organes sexuels, mais aussi de l’élasticité des tendons, des muscles, de la peau, car les récepteurs d’œstrogènes sont partout dans l’organisme « et il n’y a pas un organe qu’il ne soit pas impliqué, en réalité le THS c’est bien pour toutes ». Étalées dans le temps elles ont aussi d’autres effets, plus délicats à estimer, concernant l’ostéoporose ou l’activité cérébrale, notamment en produisant une action de protection envers certaines maladies de dégénérescence comme l’Alzheimer ou la démence fronto-temporelle.

31Lors de l’entretien, le docteur Deltetto a mis en relief que, si parmi ses patientes concernées le pourcentage utilisant le THS ne dépasse pas 10 %, chez ces dernières le taux de satisfaction est pratiquement total. Mais il ne faut pas négliger, nous prévient le gynécologue, qu’il s’agit d’un pourcentage très largement tributaire du niveau culturel de ses patientes : plus il est élevé, plus les requêtes augmentent en quantité et se font raffinées en qualité : les hormones, à partir de leur effet immédiat et efficace sur la possibilité de la performance sexuelle – elles vont ainsi éliminer les situations de sécheresse vaginale empêchant le rapport – sont aussi utilisées pour améliorer et garder performantes bien d’autres activités du corps tant physiques que cérébrales. Autrement dit, elles sont un moyen, à partir d’une dimension sexuelle, d’ouverture à une forme de body enhancement globale, axée sur le désir de perdurer en bonne santé et pour longtemps. La motivation à l’usage du THS donc est pour la majorité des femmes de prime abord liée au sexe : il est recherché en raison d’un malaise ressenti et du soulagement immédiat qu’il peut y apporter. Mais il est apprécié ensuite parce qu’il offre la possibilité d’accès à une vie performante et prolongée, en se présentant, comme pour le plaisir sexuel, telle une clé pour l’immortalité sous les formes qui sont les siennes actuellement.

32Le succès du THS tant scientifique – portant donc sur ses caractéristiques techniques – que public – s’exprimant alors par la satisfaction des femmes – ne se limite pas à des données objectives à collecter et à analyser, mais il produit aussi une narration et un imaginaire qui, dans ce cas spécifique, incluent aussi la sphère des experts. En effet, le traitement hormonal acquiert dans le discours du spécialiste un pouvoir symbolique, étant donné qu’il efface les problèmes notamment sexuels liés à la ménopause jusqu’à en effacer le mot même. Il est tellement efficace dans les représentations communes qu’il ne se limite pas à résoudre les aléas liés à cette phase de la vie des femmes, mais qu’il la transfigure, la franchit, jusqu’à sa disparition, car quand l’on « fait » le THS on a le droit de dire de n’être pas en ménopause. C’est ce que le docteur Deltetto a souligné pendant l’entretien :

« [...] dans le livre de l’histoire de l’humanité il y avait écrit : ménopause ! Alors qu’aujourd’hui l’on peut dire, comme je dis toujours à mes patientes qui font le THS, si l’on vous pose la question : "Es-tu en ménopause ?", tu dois répondre "Non, je ne suis pas en ménopause". Parce que, si une femme fait le THS elle n’est pas en ménopause, dans ce cas-là même à 70 ans une femme peut dire "je ne suis pas en ménopause"... elle est officiellement et psychologiquement autorisée à dire "je ne suis pas en ménopause" ».

Quelques dernières constatations

33À la fin de cette incursion préliminaire dans un territoire encore à parcourir, où l’on a proposé la recherche d’une forme particulière de body enhancement, notamment la prolongation du plaisir sexuel féminin après la ménopause, une prolongation soutenue ou peut-être induite par la médecine anti-aging, comme une liaison entre le désir d’immortalité et la pulsion d’Éros, ces quelques constatations.

34En ce qui concerne Éros, il s’agit d’une tendance biologique qui se pose en tension/équilibre avec la pulsion opposée et inséparable de mort, de manière que le plaisir ainsi étendu demeure aussi un plaisir hanté par l’inéluctabilité de la mort comme limite extrême qui lui mettra fin un jour. Il s’agit aussi d’une pulsion biologique qui, ainsi que l’écrivait Sigmund Freud dans Malaise dans la civilisation, « est menacé de trois côtés : dans notre propre corps qui, destiné à la déchéance et à la dissolution [...] ; du côté du monde extérieur, lequel dispose de forces invincibles et inexorables pour s’acharner contre nous et nous anéantir ; la troisième menace enfin provient de nos rapports avec les autres êtres humains » (Freud, 2010b, p. 14), soumise également à une régulation culturelle, sociale et historique, produisant – pour suivre le père de la psychanalyse – une sublimation de ce principe, de cet instinct.

35Toutefois dans notre société actuelle, analysée à la loupe de la perspective socio-anthropologique, ce schème montre quelques variations. Notre société se représente et se veut comme affirmant de la pulsion, de l’instinct de vie ; Éros, sous quelque forme que ce soit – et le plaisir en est une très représentative, y compris comme nous venons de le voir en des formes élaborées, fortement structurées – en décrétant par cette voie la défaite de la mort, Thanatos, en lui érodant toute sa place. On le doit à l’ancien projet moderne de l’amortalité qui, de nos jours, prend toujours plus la forme et l’élan d’un projet d’immortalité développé à l’appui d’un savoir et d’outils techno-scientifiques, assumé également de manière emblématique par la médecine anti-aging se révélant ainsi d’une aide non négligeable.

36Si cette tension est représentée en surface par un souci de santé, mais aussi bien de plaisir, comme le THS, il ne faut pas négliger qu’elle exprime par ailleurs une véritable quête, désormais explicite, d’immortalité, à bâtir pas à pas à l’intérieur d’un horizon d’immanence.

37De nombreuses questions restent pourtant ouvertes, comme il advient toujours au début d’une recherche, et notamment celles frappant à nos portes de manière criante : la suite confirmera-t-elle l’hypothèse ? Et cette condition de désir d’immortalité manifesté comme pulsion d’Éros sillonnée dans la sphère du plaisir sera-t-elle maintenue stable et répandue dans le futur ? Aura-t-elle un sens dans une étude socio-anthropologique ? Les réponses dépendent de plusieurs facteurs, dont le facteur méthodologique demeure le plus instrumental. Bien plus important sera d’observer quel système de classement et de connaissance l’emportera sur les autres ou quel modèle de pensée sera produit par l’interaction de différents acteurs : les institutions, les professionnels, les groupes et les individus (Douglas, 1986) ; en d’autres termes quel pouvoir symbolique l’emportera ?

38Autrement dit, la médecine anti-aging, et en particulier sa promesse d’extension illimitée du plaisir, sera-t-elle une pensée gagnante, comme elle semble l’être actuellement ? Représentera-t-elle la tension vers l’immortalité assumée par l’extension du plaisir ? Confirmera-t-elle la disproportion actuelle d’Éros sur Thanatos ?

Haut de page

Bibliographie

Balandier G. (2004), « D’une espérance à l’autre. L’émergence de l’homme amortel », dans Lenoir F. & J.-P. Tonnac (dir.), La Mort et l’immortalité. Encyclopédie des savoirs et des croyances, Paris, Éditions Bayard, pp. 871-887.

Balandier G. (2006), Le Pouvoir sur scènes, Paris, Éditions Fayard.

Bauman Z. (1992), Mortality, Immortality and Other Life Strategies, Stanford, Stanford University Press.

Bauman Z. (1995), Life in Fragments. Essays in Postmodern Morality, Oxford, Blackwell Editor.

Boia L. (2006), Quand les Centenaires seront jeunes. L'imaginaire de la longévité de l'Antiquité à nos jours, Paris, Éditions Les Belles Lettres.

Caradec V. (2008), Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Éditions Nathan.

Diasio N. & V. Vinel (2007), Il tempo incerto. Antropologia della menopausa, Milan, Franco Angeli Editore.

Douglas M. (1986), How Institutions Think, Syracuse N. Y., Syracuse University Press.

Elder G., Johnson M. K. & R. Crosnoe (2005), « The Emergence and Development of Life Course Theory », dans Mortimer J. T. & M. J. Shanahan (dir.), Handbook of the Life Course, New York, Klumer Academic Publishers.

Fishman J. R., Binstock R. H. & M. A. Lambrix (2008), « Anti-aging Science: The Emergence, Maintenance, and Enhancement of a Discipline », Journal of Aging Studies, n° 22, pp. 295-303.

Freud S. (2010a [1920]), Au-delà du Principe de plaisir, Paris, Éditions Payot.

Freud S. (2010b [1930]), Malaise dans la civilisation, Paris, Éditions Payot.

Gamba F. (2011), « Slittamenti progressivi del piacere e della privazione », Quaderni d'altri tempi, vol. 7, n° 35. En ligne : http://www.quadernidaltritempi.eu/rivista/numero35/mappe/q35_m05.htm.

Gamba F. (2015a), « Vaincre la mort : reproduction et immortalité à l’ère du numérique », Thanatologie, « Études sur la mort », n° 147, pp. 169-180.

Gamba F. (2015b), « Soffro, dunque sono », Quaderni d’altri tempi, vol. XI, n° 54. En ligne : http://www.quadernidaltritempi.eu/rivista/numero54/mappe/q54_m02.html.

Gamba F. (2016), Mémoire et immortalité aux temps du numérique. L'enjeu de nouveaux rituels de commémoration, Paris, Éditions L'Harmattan.

Gamba F. (à paraitre), « Body Enhancement ou écologie corporelle ? Le défi de l’immortalité contemporaine », Corps.

Giddens A. (1991), Modernity an Self Identity, Stanford, Stanford University Press.

Hulin M. (1985), La Face cachée du temps : l’imaginaire de l'au-delà, Paris, Éditions Fayard

Lafontaine C. (2008), La société postmortelle, Paris, Éditions du Seuil.

Lalive d’Épinay C. & D. Spini (2007), Les Années fragiles. La vie au-delà de quatre-vingt ans, Québec, Les Presses de l’Université Laval.

Le Breton D. (2006), La Saveur du monde. Une anthropologie des sens, Paris, Éditions Métailié.

Le Breton D. (2010), Expérience de la douleur. Entre destructions et renaissance, Paris, Éditions Métailié.

Legrand M. & I. Voléry (2012), « Introduction », Dossier « Genre et vieillissement », SociologieS - En ligne : https://sociologies.revues.org/4116

Lenoir F. & J.-P. Tonnac (2004), La Mort et l'Immortalité. Encyclopédie des savoirs et des croyances, Paris, Éditions Bayard.

Mykytyn C. E. (2006), « Anti-Aging Medicine: Predictions, Moral Obligations, and Biomedical Intervention », Anthropological Quarterly, vol. 79, n° 1, pp. 5-31.

Morin E. (2002), L'Homme et la Mort, Paris, Éditions du Seuil.

Olshansky J. S. & B. A. Carnes (2001), The Quest for Immortality: Science at the Frontiers of Aging, New York, W.W. Norton & Co Editors.

Schütz A. (1966), Collected Paper III Studies in Phenomenological Philosophy, La Haye, Éditions Martinus Nijhoff.

Studd J. (2010), « Ten Reasons to be Happy about Hormone Replacement Therapy: A Guide for Patients », Menopause International, n° 16, pp. 44-46.

Thoër-Fabre C., Garnier C. & F. Dufort (2007), « Rappresentazioni e funzioni simboliche della terapia ormonale: parole di donne francesi dopo la "Women Health Initiative" », dans Diasio N. & V. Vinel (dir.), Il tempo incerto. Antropologia della menopausa, Milano, FrancoAngeli Edizione.

Thomas L.-V. (1969), Cinq essais sur la mort africaine, Dakar, Faculté de Lettres et Sciences humaines.

Thomas L.-V. (1975), Anthropologie de la mort, Paris, Éditions Payot.

Thomas L.-V. (1978), Mort et pouvoir, Paris, Éditions Payot.

Vincent J. A., Tulle E. & J. Bond (2008), « The Anti-aging Enterprise: Science, Knowledge, Expertise, Rhetoric and Values », Journal of Aging Studies, n° 22, pp. 291-294.

Haut de page

Notes

1 À côté de l’option biologiste, d’autres s’imposent ou se sont imposées au cours du temps. Elles ne sont pas abordées dans ce propos, car liées au corps sous une forme que l’on pourrait définir d’« indirecte ». Par exemple l’option eschatologique, issue notamment de la religion chrétienne qui invoque une résurrection de la chair à la fin des temps (Thomas, 1988 ; Hulin, 1985) ; ou l’option numérique toute récente, qui envisage soit une dématérialisation du corps à la faveur d’une identité étendue et immortelle soit une recomposition posthume du corps à l’aide de la synergie entre le numérique et les nouveaux acquis scientifiques (Gamba, 2016).

2 En Italie, en 2011, seulement 3 % de la population féminine concernée utilisait le THS (Source : Fondation Graziottin /www.alessandragraziottin.it/).

3 Pour un panorama de l’intersection entre âge, génération et genre nous renvoyons au dossier « Genre et vieillissement » édité par Monique Legrand et Ingrid Voléry dans SociologieS (Legrand & Voléry, 2012).

4 Nous renvoyons ici à notre essai « Body Enhancement ou écologie corporelle ? Le défi de l’immortalité contemporaine », Corps, à paraitre.

5 Ma recherche en cours est basée sur plusieurs items : une courte récognition du matériel numérique disponible en ligne, notamment blogs et forums ; l’analyse des textes indexés par le mot « ménopause », relevant des documents numériques de l’une des gynécologues italiennes les plus engagées dans le champ, Alessandra Graziottin ; des entretiens semi-structurés en compagnie du gynécologue turinois Francesco Deltetto et avec un échantillon de 20 patientes utilisant un traitement hormonal de substitution ou s’y soumettant actuellement (les entretiens avec les patientes ne sont pas encore disponibles, car elles sont en phase de sélection).

6 http://www.sanihelp.it/forum/sesso-dintorni/5654-donne-eta-fanno-sesso.html (la traduction des billets est la mienne).

7 Je tiens à remercier le docteur Francesco Deltetto pour m’avoir permis d’utiliser librement le contenu de l’entretien, jusqu’à la forme abrégée présentée ici.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fiorenza Gamba, « L’extension illimitée du plaisir. La quête d’immortalité comme prolongation sans limites de la vie sexuelle  », SociologieS [En ligne], Dossiers, Eros et Thanatos, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6313

Haut de page

Auteur

Fiorenza Gamba

Université de Sassari (Italie) et IRS (Institut de recherches sociologiques), Université de Genève (Suisse) - Fiorenza.Gamba@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page