Navigation – Plan du site
L’expérience latino-américaine de la sociologie pragmatique francophone

Expertise et amour dans la défense de la nature 1

Expertise and love in the defense of nature
Consuelo Biskupovic

Résumés

À partir d’une ethnographie sur la quotidienneté politique d’une association de citoyens qui défendent la précordillère à Santiago du Chili, cet article aborde un enjeu central de la quête pour participer dans laquelle ces citoyens se lancent, à savoir le rôle de la dimension affective dans le succès ou la déroute des interactions. Mais au-delà des affects dans les échanges entre citoyens et fonctionnaires au sein de la démocratie chilienne, l’analyse de l’action collective de l’association dévoile comment les « failles » institutionnelles de cette démocratie – telles que le manque d’espaces de participation – peuvent être détournées et transformées en occasions pour penser des nouveaux projets politiques dans ces territoires ou, plus amplement, pour que les riverains envisagent comment ils veulent vivre.

Haut de page

Texte intégral

Expérience politique, action collective et affects

  • 1 Une version antérieure de cet article a été présentée en juin 2015 à Aix-en-Provence dans le cadre (...)

1L’expérience politique d’une association ne se limite pas seulement aux stratégies que ses membres mettent en place. Leur projet politique comprend la problématisation et la publicisation des situations qu’ils rencontrent et qu’ils soulèvent, tout comme l’effort entrepris pour organiser des espaces et des moments de participation susceptibles d’avoir une incidence dans les affaires qui les concernent. Mais encore, cette expérience doit aussi être lue en tant qu’elle reste empreinte d’un attachement à la cause, où se mêlent affects et émotions qui ont un rôle à jouer dans les dynamiques mises en place.

  • 2 Le Panul est une forêt sclérophylle, non exploitée et originelle de la précordillère.

2Le Réseau de défense de la précordillère (RDP) est une association citoyenne qui cherche à protéger la forêt de la précordillère de Santiago, au Chili, qu’ils considèrent comme étant la dernière forêt primaire (« Panul 2 »). C’est grâce à une ethnographie menée en trois étapes entre 2007 et 2010 que l’expérience de ce collectif est ici abordée et analysée. En 2007, pendant le mois de novembre, j’ai fait une pré-enquête où j’ai pris contact avec le RDP et des chercheurs travaillant sur la question de la précordillère à Santiago. J’ai pu engager mon premier terrain de recherche pendant environ huit mois (entre avril et novembre 2008). Il y a eu une seconde période d’ethnographie située entre octobre 2009 et mars 2010, puis enfin une troisième et dernière d’octobre à novembre 2010. Une fois rentrée en France, j’ai suivi à distance les processus dans lesquels étaient engagés les membres du RDP par le biais d’échanges par courriels, via Skype ou par téléphone. Au total, j’ai pu réaliser 59 entretiens et assister à 37 réunions (parmi lesquelles on compte les réunions internes de l’association et celles du RDP avec des fonctionnaires, chercheurs et d’autres experts). De plus, ma démarche ethnographique s’est appuyée sur la participation à dix-huit activités diverses parmi lesquelles des manifestations, des expositions, des débats et séminaires publics.

3Mais cette expérience de mobilisation a aussi été retracée grâce à l’analyse de différents dossiers sur la catastrophe occasionnée par les coulées de boue (en espagnol appelée el aluvión) qui, en 1993, inondèrent une grande partie de Santiago et touchèrent considérablement la précordillère de La Florida. Cet événement, transformé en récit lorsque j’arrive sur le terrain en 2007, a été rapporté et relancé à la lumière des nouveaux évènements vécus par les voisins, comme lorsque fut établie la « découverte » de la forêt primaire le Panul – d’environ cent hectares – cible d’un nouveau projet immobilier qui allait stimuler en réaction le processus d’action collective dans le quartier de Lo Cañas à partir de 2006 dans la commune de La Florida (362 903 habitants) à Santiago.

  • 3 « Hauts » parce qu’ils sont établis dans la précordillère des Andes.
  • 4 Marie (tous les noms ont été changés) a presque 70 ans, elle s’est installée avec sa famille dans u (...)

4Le RDP est inscrit en tant qu’association à la mairie de La Florida par les riverains du quartier de Lo Cañas (à l’époque, il s’agit d’un groupe de huit habitants des quartiers « hauts » 3 de La Florida). Quand je commence à assister aux réunions du RDP en 2008, je rencontre ce petit groupe – dont seulement cinq ou six personnes assistent régulièrement aux activités du RDP – surtout composé de femmes qui approchent la soixantaine, mis à part quelques jeunes de la commune de La Florida (entre 20 et 35 ans) qui vont s’y intégrer progressivement et plus intensément vers 2009. Ce groupe du début est assez peu hétérogène, convoque des habitants de la précordillère de la commune de La Florida, issus de la classe moyenne et aisée qui se retrouvent, deux à quatre fois par mois, le soir chez l’un d’entre eux pour discuter, prendre le thé et prévoir les actions au sein du RDP. Ces réunions sporadiques n’ont pas de calendrier fixe et connaissent des périodes d’intensité fluctuante. Ma principale personne de contact est Marie 4, c’est elle qui s’occupe de presque toutes les activités du réseau : organiser les réunions internes du RDP, répondre aux courriels, prendre contact avec d’autres acteurs, aller à la mairie pour obtenir des informations, écrire à différentes autorités et organisations, etc. Dans ce contexte, les réunions sont encore exceptionnelles et l’association n’est encore conduite que par Marie. Ce sont sa maison, ses archives, son téléphone et son adresse qui font exister le RDP. Je me suis proposé d’étudier cette forme particulière d’action collective et, ce faisant, mon analyse s’est progressivement déplacée : là où je ne voyais au début qu’un manque de motivation, une sorte d’apathie ou de démobilisation, j’ai commencé à saisir des particularités, des détails et un fonctionnement quotidien qui confèrent toute son importance à une action collective qui ne suit pas les formes de mobilisation classiques, comme les manifestations de rue et les actes massifs de protestation.

5L’objectif du RDP de « défendre la précordillère » et de la protéger des humains (concrètement, de la construction de condominios) peut être compris, au premier abord, comme un engagement semblable à l’écologie militante (Latour, 2004, p. 35 ; Thévenot & Lafaye, 1993). Cependant, les membres du RDP ne s’occupent pas seulement des menaces sur l’environnement mais aussi de science, de droit, de politique, de qualité de vie, de modes de vie, d’attachements, etc. Cet article s’intéresse donc à cette forme particulière de mobilisation où, dans un contexte caractérisé par le manque de dispositifs de participation, les membres du RDP essaient de montrer et de démontrer pourquoi la destruction de cette forêt El Panul devrait être évitée. Ce contexte s’explique en grande mesure par les héritages institutionnels de la dictature (Marques-Pereira, 2005). En effet, la nouvelle démocratie qui s’installe au Chili en 1990 suite à la dictature après le coup d’État de Pinochet en 1973 est le fruit d’une « transition pactisée » (Doran, 2010, p. 106) négociée entre les militaires et les partis politiques. Le pouvoir à la tête de cette transition – dont on pourrait dire qu’elle s’est faite « sans citoyens » – voit avec méfiance et distance les mouvements sociaux et la participation de citoyens et fera tout pour calmer ou dissiper toute forme d’« insurrection populaire ».

6Face à cela, un groupe de voisins de la précordillère, même avant de créer le RDP, engagés depuis les années 1990 dans ce qu’ils nomment « la défense de la précordillère » mettent en place diverses tentatives et stratégies de participation pour essayer d’avoir une incidence au sein des instances décisionnelles.

  • 5 Pour une analyse sur les différentes formes que peut prendre l’espace affectif, voir notamment les (...)

7Le travail a consisté à analyser comment, lorsque les membres du RDP mettent en avant des arguments experts pour essayer de discuter en faisant appel aux mêmes langage et raisonnements que les fonctionnaires, les émotions et les affects jouent un rôle tout aussi central dans les interactions. Le corpus concernant l’étude des émotions est aussi divers qu’abondant et, tel que l’explique Louis Quéré, « la façon de différencier l’espace affectif varie selon les auteurs » (Quéré, 2012, p. 273) 5.

8Cependant, plutôt qu’une analyse exhaustive de multiples registres et formes que peuvent prendre les affects, mon analyse se centre sur les affects eux-mêmes en ce qu'ils permettent de noter des moments de disruption, d’attachement ou d’accord dans les échanges. Comme le souligne Louis Quéré, les analyses dominantes des mouvements sociaux abordent les émotions collectives comme irrationnelles ou non contrôlées (Ibid., p. 287). L’objectif ici est pourtant d’explorer le fonctionnement de la dimension affective dans des situations données, surtout en ce qui concerne l’engagement citoyen. Quand les citoyens vont à la rencontre d’autorités, de fonctionnaires, d’experts, tant les affects que l’expertise technique sont au centre de ces interactions. Si la « défense de la nature » rencontre une certaine légitimité auprès de différents publics engagés dans la défense de la ville à Santiago (associations de quartiers, ONG, assemblées de quartiers, jeunes de la commune de La Florida, alpinistes et autres amateurs de la Cordillère des Andes) grâce au savoir des riverains, la relation affective avec l’environnement n’est pas facilement transformable en argument valide. « Aimer » l’environnement, le quartier, l’entourage, les forêts existantes n’est pas un argument contraignant lorsqu’il s’agit d’évaluer des projets et des transformations. Cependant, la dimension affective est inséparable de l’agir politique des riverains et du devenir de la nature. « Être affecté », pour reprendre l’expression de Jeanne Favret-Saada, ouvre la possibilité d’une communication (Favret-Saada, 1990). Cette communication ou « affectation » non seulement déclenche l’engagement envers ce qu’on aime (la nature) mais elle fait aussi perdurer la vie collective au sein de l’association. Il faut l’aimer pour vouloir la protéger, argumentent les membres du RDP. Dans un contexte marqué par l’absence de dispositifs citoyens de participation, l’expression des sentiments ou d’affection au cours des interactions – l’empathie, la rage ou la colère, par exemple – vont influencer le cours des rencontres.

Controverses dans un territoire : cibler les problèmes via le langage expert

  • 6 Le paysage, cet élément que personne n’a fabriqué, qui est visible, mais qui en même temps dépend d (...)
  • 7 « Frontera natural ». Les citations sont présentées en français. Quand la source mentionnée est un (...)

9La cordillère est sûrement le paysage iconique de Santiago ou, du moins, le paysage le plus prédominant et celui qui caractérise la ville 6. Or, bien que la cordillère des Andes soit l’emblème des paysages du Chili, la plupart du temps elle n’apparaît que comme la toile de fond de Santiago et n’est que rarement l’objet de travaux s’intéressant au territoire qui s’y configure, au-delà des images et des constructions nationales développées à partir de cette « frontière naturelle 7 » (Ahumada, 2012). Observable depuis presque tous les coins de la ville, la cordillère est une entité lointaine pour les habitants : elle fait partie de la ville mais n’est pas intégrée à leur vie quotidienne, si ce n’est sous la forme d’un paysage.

10Techniquement, la precordillera des Andes est l’espace qui se situe entre 800 et 1 500 mètres au-dessus du niveau de la mer (Romero & Vásquez, 2005b). Les façons de nommer cet espace varient ; pour ceux qui y vivent, le terme de precordillera est prédominant alors qu’auprès des chercheurs qui travaillent sur cet espace, les notions de piedemonte andino (Romero & Vásquez, 2005a) – piémont andin – ou de piedemonte (Hidalgo, 2004) – piedmont – priment. Mais c’est surtout le terme de precordillera (que je traduirai ici par précordillère) qu’on peut communément entendre à Santiago (et dans d’autres villes qui s’étendent jusqu’à la cordillère des Andes). Le problème de la précordillère est plutôt invisible dans le champ académique et institutionnel, surtout en ce qui concerne les transformations de ce territoire.

11La précordillère est l’objet de controverses, depuis les années 1990 elle est un espace convoité par différents acteurs : riverains, autorités, entrepreneurs immobiliers projettent des idées diverses, qui entrent en conflit et qui déclenchent des controverses sur la façon dont ce territoire devrait être géré.

12Lorsque les riverains s’engagent dans la « défense de la précordillère », leurs actions concrètes dialoguent d’emblée avec une dimension générale qui confine à un problème public (Gusfield, 2008). Et ce dialogue, puisqu’il appréhende la nature (qu’il s’agisse de la forêt El Panul ou de la précordillère) sous l’angle de problèmes, mobilise des citoyens, des fonctionnaires, des organismes de l’État, des défenseurs de causes diverses, des voisins, etc. Ce problème fait l’objet d’un travail collectif de construction (Ibid.). Comme le suggère Daniel Cefaï, ce travail collectif ne se centre pas sur les stratégies ou les ressources disponibles, mais nous conduit vers un chemin alternatif de l’espace public (Cefaï, 1996). Dans la discussion d’un problème public, les acteurs s’affrontent, devant aussi faire face à des controverses qu’ils essayent de définir et de maîtriser (Ibid., p. 52). Le problème public concernant la défense de la précordillère au Chili est différemment abordé, défini, traité, accepté ou pas, selon l’arène de débat où l’on se situe. Par exemple, au cours des réunions entre l’association et les fonctionnaires, le problème peut être débattu, évalué mais aussi nié. Or, ce n’est pas pour autant que le problème n’existe pas, au contraire, tous ces processus font partie du travail collectif qu’implique sa configuration.

  • 8 Un plébiscite consultatif (non contraignant), organisé par la mairie, a lieu fin janvier 2012 à La (...)

13Au sein de l’engagement politique, même si celui-ci est discontinu et polymorphe, « les personnes créent des contextes quotidiens qui rendent possible un dialogue politique » (Eliasoph, s. d.). Le travail politique du RDP, bien qu’éphémère, sporadique ou de petite échelle, contribue à la transformation de la participation des citoyens. Comme le remarquent Francisco Sabatini et Guillermo Wormald au sujet du caractère éphémère des mobilisations populaires qu’ils étudient : « Ces mobilisations si locales, éphémères, spécifiques dans leurs demandes et qui sont rarement reconnues par les médias, semblent être condamnées à ne pas avoir d’impact sur le système politique, les politiques publiques et les formes d’agir de l’État et des investisseurs » (Sabatini & Wormald, 2004). Cependant, ils ajoutent que ces mobilisations sont en train de « stimuler des changements importants, bien que subtils, dans la manière de pratiquer la politique au Chili » (Ibid., p. 82). De même, le RDP va réussir à instaurer un débat, puisque ses membres vont mener des enquêtes et organiser des excursions pour faire connaître El Panul auprès d’une population plus large. Ils vont aussi mobiliser les habitants de La Florida pour voter lors d’une consultation lancée par la mairie de la commune pour savoir si la forêt doit être préservée ou non 8.

  • 9 Voir aussi le résumé de l’Habilitation à diriger des recherches de Jacques Lolive, http://www.pacte (...)

14Même si ces actes n’ont pas de conséquences immédiates sur le devenir du Panul, s’ils n’impliquent pas de déterminations contraignantes, les citoyens installent un problème, sa définition, ses limites et proposent des solutions dans la sphère publique. Dans ce même domaine, Jacques Lolive analyse la relation entre l’émergence de la défense de l’environnement et les politiques d’aménagement pour montrer que les mobilisations associatives provoquent des changements dans les pratiques d’aménagement, ce qui, à long terme, influence la planification environnementale (Lolive, 1997, 2010) 9. Cette enquête souligne que les mobilisations, comme celles menées par le RDP, non seulement influencent la planification environnementale et urbaine, mais font également émerger des problèmes que les autorités prennent rarement en charge au sein des institutions politiques. Le processus de La Florida est proche de celui décrit par Jacques Lolive, car au moment où les membres du RDP tentent de se charger de la planification du territoire et se sentent menacés par ce qui se passe autour d’eux, il n’y a pas de planification environnementale. Les enjeux environnementaux ou les risques liés à la précordillère ne sont que pauvrement traités au sein des institutions, et ce sont les riverains qui vont progressivement installer le problème de la précordillère ; c’est à l’instar de riverains comme ceux du RDP que des problèmes sont portés au niveau du débat public. À force de dénoncer les problèmes de la précordillère et ceux liés au manque de participation des citoyens, ces riverains acquièrent peu à peu des compétences et se familiarisent avec un savoir technique, dépassant ainsi largement les connaissances des autorités et se transformant en une élite citoyenne d’incidence politique. Cette incidence se fait davantage via le savoir expert qu’à travers des relations traditionnelles de lobby.

  • 10 Pour une explication du concept de « culture », d’un point de vue de la sociologie politique de la (...)
  • 11 Nous étudierons plus loin et en détail ces différentes stratégies.

15Ainsi, bien que les demandes puissent être spécifiques, intermittentes et rarement retenues par les médias et la presse, ces mobilisations qui exigent des « droits citoyens » favorisent une renaissance de la culture politique (Cefaï, 2001) dans la période qui suit la dictature 10. Elles demandent non seulement à l’État d’apporter des solutions à certaines problématiques mais exigent une meilleure qualité de vie pour le plus grand nombre, en dénonçant des injustices « nouvelles ». Conscients que c’est à eux de prendre en charge les problèmes qui ne seront que difficilement pris en compte par d’autres, les habitants de la précordillère engagés dans le RDP – même s’il s’agit d’un engagement intermittent et discontinu à travers le temps – lorsqu’ils réussissent à se mettre d’accord, à concrétiser des actions ou activités, assument ce rôle très sérieusement. Cette responsabilité n’est pas toujours évidente ni visible, car pour certains membres, elle consiste en des activités qui relèvent plutôt de l’ordre privé (par exemple la lecture d’articles scientifiques) ; pour d’autres, il s’agit au contraire de prendre la parole en public et, pour d’autres encore, de se rendre à El Panul avec des élèves de maternelle. C’est ainsi que, chacun à sa manière, les membres du RDP passent du statut d’habitants passifs à celui de sujets politiques (Fourniau, 2007, p. 151) 11. Ce rôle de sujet politique émerge au bénéfice de tâtonnements, d’explorations et d’autres formes d’apprentissages in situ qui se distinguent clairement du chemin tout tracé d’une militance guidée par les dispositifs institutionnels. Généralement, les travaux qui analysent ces processus locaux d’expérience démocratique (Fourniau, 2007), en termes de participation (Zask, 2011) ou d’exercice de la citoyenneté (Carrel et al., 2009 ; Neveu, 2011 ; Carrel, 2013), observent comment les citoyens s’adaptent et affrontent les dispositifs du débat public et l’institutionnalisation de la participation (Fourniau, 2007). Alors que le langage expert et technique pourrait démotiver les citoyens (Cefaï, 2007), dans le cas du RDP, la connaissance est une motivation pour l’engagement ; devenir des « citoyens savants » (Nez, 2011) est, en partie, ce qui maintient l’association active. À ce sujet, Héloïse Nez explique qu’elle préfère l’idée de « savoirs citoyens » au détriment de celle de « savoirs habitants, car elle permet de dépasser la seule conception de l’habitant comme usager d’un territoire […] » (Nez, 2011, p. 388). De même, elle privilégie « la notion de "savoirs" à celle d’"expertise" ou de "compétences" car elle englobe "un ensemble de connaissances plus ou moins systématisées" (selon Le Petit Robert) au-delà de la seule connaissance technique ou approfondie en la matière » (Nez, 2011, p. 388). De la sorte, dans cette recherche, l’idée de savoirs comprend un ensemble de pratiques, d’expériences vécues au quotidien, de réponses pragmatiques apportées sur le terrain, de rapports circonstanciels, tandis que lorsque nous nous référons à une expertise, il s’agit d’un savoir plus spécifique s’appuyant sur une légitimité techno-scientifique, délimité et approfondi, comme lorsqu’un individu cherche à être informé de quelque chose. Alors que le savoir s’acquiert à travers l’expérience dans le quartier, l’expertise est la recherche d’une compétence ponctuelle, technique et spécifique au sein d’un thème ou sujet.

16Les frontières entre le professionnel, l’expert, le citoyen, l’habitant, le voisin et le politique opèrent un « déplacement » (Nez, 2011), c’est là où naissent les forums hybrides, à partir desquels la controverse ou les problèmes détectés par des citoyens savants (comme les membres du RDP) loin d’attenter à la démocratie, aident au contraire à son développement et à l’émergence de nouveaux défis démocratiques (Callon et al., 2001 ; Callon, 2004).

Le passage au politique dans le quartier de Lo Cañas

17Pourquoi est-il devenu nécessaire pour les riverains de Lo Cañas de constituer une association citoyenne politique dans le quartier ? Ou, dit autrement, pourquoi le collectif politise-t-il un tel problème sous un angle indissociablement territorial, environnemental et quotidien ? Pour apporter une réponse à ces questions, il devient nécessaire de se pencher plus précisément sur le contexte d’émergence du geste politique et tout d’abord sur la vie de quartier et la manière dont elle a été affectée par la transformation de son environnement.

  • 12 Sur la question de l’attachement de l’enquêteur et des enquêtés, voir le texte de Marc Breviglieri (...)
  • 13 Emma, soixante ans, à la retraite après avoir travaillé à l’Université du Chili, habite avec ses en (...)

18La création du RDP relève de trois ordres d’argumentation soulevés par les riverains de Lo Cañas que j’ai interviewés ou avec qui j’ai pu engager certaines discussions. Il faut préciser que ces arguments sont bien évidemment construits a posteriori, tant par le chercheur lui-même que par les riverains 12 et qu’à cette construction participent donc des raisonnements et des ordres d’argumentation techniques, rationnels et logiques, lesquels s’entremêlent aux dimensions émotionnelles et affectives nouées avec le territoire auquel elles se sont attachées. Tout d’abord, le fait même de vivre dans la précordillère est crucial pour, d’une part, constater une situation problématique et, d’autre part, comprendre comment s’établit un ancrage affectif dans ce milieu naturel. Or, il semble important de pouvoir relier ces deux dimensions : l’expérience vive et attachante de la précordillère provoque chez certains riverains un attachement particulier envers cet environnement qui deviendra par la suite une puissance de mobilisation. Emma 13, par exemple, remarque que lorsqu’elle est arrivée avec sa famille, elle n’avait « aucune » idée de ce que signifiait vivre dans cette zone. Mais, après avoir vécu des années au pied de la cordillère, après avoir été témoins des coulées de boue, après avoir pris conscience de la gravité du phénomène, leur relation avec le milieu a profondément changé et l’intérêt porté à cet environnement a singulièrement grandi. C’est au creux de cet attachement lié à l’intérêt documentaire pour ce dernier, qu’elle s’est mobilisée pour coordonner des activités militantes et s’engager dans la défense du territoire habité. Comme le montre Marc Breviglieri, l’attachement est un « phénomène qui conditionne l’affirmation de soi dans la mesure où il a favorisé le maintien de soi à travers le temps et transmis à la personne une essentielle "assurance intime de pouvoir" » (Breviglieri, 2013).

  • 14 Habitant de Santa Sofía de Lo Cañas, proche de la soixantaine. Il travaillait dans le domaine de l' (...)
  • 15 La junta de vecinos est une institution officielle créée pour faire remonter les besoins des réside (...)

19Deuxièmement, les expériences communes des habitants de la précordillère et la multiplicité des pratiques qu’ils mettent en œuvre sont à la base de la constitution des quartiers de la précordillère, comme ceux de Marie, Emma ou Juan 14. La transformation de terres agricoles en quartiers urbains fut possible surtout grâce aux premiers habitants qui, dès la naissance du quartier en 1960, s’activèrent au sein de la junta de vecinos 15 (association de quartier) de Lo Cañas. Pour avoir construit les quartiers avec leurs propres moyens, les premiers arrivants se sentirent propriétaires non seulement de leurs terrains mais aussi de la précordillère. Les membres du RDP perçoivent la précordillère comme étant en leur possession, pour l’habiter et pour avoir fondé et développé un quartier à ses pieds. Dans cette organisation de quartier, les premiers habitants inventent des manières de saisir le monde (Trom & Zimmerman, 2001, p. 290) qui changent et s’adaptent aux circonstances vécues par les habitants. Et lorsque de nouvelles manières d’appréhender le monde sont nécessaires pour protéger le quartier, de nouvelles organisations sont également indispensables, engageant par là une « montée en politique », au-delà de l’association de quartier, pour faire front contre des menaces publiques.

  • 16 Cette expression est utilisée par le sociologue chilien Manuel Antonio Garretón pour nommer les « e (...)

20Le troisième ordre d’argumentation pour expliquer la création du RDP et le passage au politique qu’évoquent Marie et Emma relève de la dénonciation d’une injustice. Après s’être informées sur la forêt El Panul, elles apprennent que non seulement celle-ci appartient à un propriétaire privé qui veut y développer un projet immobilier, mais que le terrain, qui abrite une forêt primaire, a été acheté à un prix très bas au moment de la dictature et au bénéfice d’un lien d’amitié entretenu avec Pinochet. Mais les membres de cette association émergente n’ont pas, pour autant, cherché à prouver et documenter ce fait : la rumeur mettant en lien Pinochet et l’actuel propriétaire était en soi sans doute plus puissante et efficace. Ainsi ces derniers se contentèrent de croire la rumeur. La référence à Pinochet comme coupable de la vente (dont le prix a été jugé dérisoire par le RDP) est vécue comme un « enclave autoritario » 16, c’est-à-dire comme un empiètement hérité de la dictature et face auquel ils sont impuissants.

21Quand je demande à Emma de me raconter comment est née l’idée de créer une association, elle m’explique qu’elle ne peut me répondre qu’à partir de son expérience personnelle. En 2006, un voisin invite Emma, son mari et quelques voisins de Lo Cañas à se promener dans les collines de la précordillère. À quelques kilomètres de là où ils habitent, il leur fait découvrir une forêt exceptionnelle dans un grand fundo (propriété foncière) dans lequel ils ne s’étaient jamais rendus auparavant. Si ce parc n’avait pas attiré l’attention de Marie et de Emma depuis qu’elles étaient arrivées dans la précordillère dans les années 1980 pour y vivre, c’est qu’elles ne connaissaient ni l’histoire du Panul ni ses caractéristiques. C’est une fois plongées dans cet environnement que, surprises et émerveillées, elles commencent à s’y intéresser. C’est à partir de l’amour qu’elles développent pour ce lieu qu’elles commencent à se sentir affectées par ce qui s’y passe. Vu le langage qu’elles utilisent pour en parler, qui renvoie à un engagement personnel et parce que sa découverte provoque chez elles une forte identification à la précordillère, on peut affirmer que la découverte du Panul a changé leur vie.

22L’expérience vécue dans le quartier se transforme en description fine et en savoir approfondi, ce qui permet à Emma, Marie et à d’autres habitants de comprendre pourquoi certains des phénomènes tels que les coulées de boues ont lieu, ou pourquoi des forêts comme El Panul existent dans la précordillère. Dans le cadre de la configuration d’un mouvement politique comme le RDP, ce qui était quotidiennement vécu (précordillère, inondations, coulées de boues) « passe [progressivement] d’un "trouble" éprouvé à un "problème" constitué » (Mills, 1954 cité par Trom & Zimmerman, 2001, p. 282).

23L’interconnaissance, les réseaux initiaux, les multiples médiations (Boullier, 2009, p. 32) antérieures ont permis l’émergence d’un public, au sens de John Dewey pour qui la politique reste fondamentalement une expérimentation. Il s’agit, suivant la conception de ce dernier (Zask, 2008), d’un public compris comme un mouvement de personnes engagées, qui se forment une opinion, qui acquièrent des compétences, qui sont conscientes des conséquences qui les affectent, qui enquêtent et qui partagent des intérêts : « Lorsque les personnes indirectement affectées ont conscience du préjudice qu’elles subissent, elles peuvent développer des activités qui leur permettront à terme de transformer les affections sociales qu’elles subissent en une action politique » (Zask, 2003, p. 37). C’est dans ce contexte que la notion de citoyenneté émerge : le public n’est alors pas une audience passive, mais une entité cherchant à édifier un espace de participation.

24Ces espaces formés par les réunions et les rencontres entre riverains et fonctionnaires ou experts montrent que les réseaux comme le RDP participent à la rénovation de la vie civique au Chili. Les actions du RDP réussissent à poser le problème de la précordillère alors qu’au sein de la mairie ou dans d’autres institutions il est nié. Ils créent de nouveaux espaces de débats et d’arènes publiques (Gusfield, 1980 ; Cefaï, 1996) où ni les autorités ni les riverains n’occupent des rôles neutres. Lorsqu’ils se rencontrent, ni les uns ni les autres ne restent indifférents : au contraire, ils expriment des savoirs, des émotions, des impressions sensibles. Dans ce contexte, la participation politique des citoyens est loin d’être un espace rigide, neutre, objectif où des décisions sont prises et où tous participent également. Elle est un espace imprégné de sentiments, de quêtes des riverains eux-mêmes qui suivent un long chemin d’apprentissage vers la cause défendue. Finalement, si au sein de la « défense » de ce territoire, le savoir citoyen joue un rôle central pour essayer d’avoir une incidence dans les affaires relatives à la forêt, les affects sont déterminants pour pouvoir s’engager, pour pouvoir nouer une relation avec la nature et surpasser les heurts avec les fonctionnaires.

La dimension affective dans l’engagement citoyen

  • 17 Voir au sujet du « mythe de la rationalité » Anthropological studies of feeling (Milton & Svasek, 2 (...)

25Le langage des émotions est peut-être le moyen à travers lequel la dimension affective (Cefaï, 2007) de l'engagement des membres du RDP est la mieux discernable. Par dimension affective, nous entendons les affects, les émotions, les sentiments et les attachements qui ici mobilisent et contribuent à organiser la défense de la nature. La dimension affective occupe un espace central dans le développement de la culture politique, ici pour défendre – dans le cas du RDP – une nature en danger, revendiquée et placée au centre du conflit (Trom, 1999). Mais loin de créer une typologie des emotional processes, comme le propose James M. Jasper (2011), il s’agit de voir concrètement comment et pourquoi ils surgissent. Comme l’a remarqué George E. Marcus dans Le Citoyen sentimental, la focale se pose sur le problème et la réaction émotionnelle au problème. Les émotions participent de l’action collective, non seulement elles la motivent mais elles s'avèrent même nécessaires au sein d’un cadre rationnel ou stratégique : elles ne sont pas l’envers de la rationalité de l’action (Marcus, 2008) 17.

26D’après Jeff Goodwin, James Jasper et Francesca Polletta, cette dimension est oubliée ou marginalisée par les sciences sociales (Goodwin et al., 2001). Nonobstant, il est indéniable que l'apparition du concept d’affective turn (Clough & Halley, 2007) dans les années 1990 a consolidé un débat important dans les études de théorie critique et de philosophie. Pour sa part, il est avéré que l’anthropologie a elle aussi toujours été attentive à « l’expérience émotionnelle des autres » (Leavitt, 1996, p. 514), mais cette altérité émotionnelle, du fait qu'elle impose ou attribue des émotions dans des contextes indigènes, fait courir le risque de rendre « les autres » encore plus exotiques.

27Les contextes, les circonstances et la temporalité ont une grande influence sur la façon dont les émotions se manifestent chez les acteurs. L’étude de la dimension affective est plus vaste et diverse que ce que suggèrent Jeff Goodwin, James Jasper et Francesca Polletta, elle s'étend à toutes les sciences sociales. Bien qu’à notre avis les émotions ne doivent pas être classées du côté de l’irrationalité, à certains moments les affects ou les passions peuvent installer des contradictions ou faire paraître les riverains comme étant irrationnels, notamment quand ils placent des arguments affectifs au-dessus des arguments techniques. C’est par exemple le cas lorsqu’ils s’opposent à la construction d’autres logements dans la précordillère alors qu’eux-mêmes y habitent. Bien que cela puisse paraître déraisonnable, ils argumentent qu’ils protègent l’endroit où ils habitent car ils l’aiment, qu’ils s’en occupent, qu’ils le gardent, qu’ils protègent la flore et la faune primaires tout en préservant les caractéristiques propres de la précordillère. Voir cela en termes d’intérêt et de NIMBY, comme si les membres du RDP argumentaient ainsi pour préserver rationnellement leurs privilèges, serait réducteur car leurs argumentations soulèvent aussi des contradictions, des désintéressements et des positions uniquement soulevées par amour de leur quartier.

28L’argumentation n’est pas uniquement analysable depuis les intérêts et la raison, à partir des connecteurs logiques qui structurent les entretiens et les échanges. Bien qu’ils essaient de trouver des arguments valides et rationnels pour défendre le Panul devant les autorités et à différents moments de leurs interactions, les membres du RDP ne font pas toujours prévaloir des arguments logiques et rationalisés. Derrière la défense d’un argument, il n’y a pas qu’une intention de démontrer une position rationnelle. Les émotions, les affects jouent un rôle tout aussi important dans la démonstration faite pour convaincre un auditoire. Pourtant, deux problèmes au moins émergent lorsque l’on essaie d’intégrer la dimension affective à l’étude des processus d’action collective. D’une part, la primauté donnée à la mobilisation en soi laisse de côté l’importance qu’ont tous les autres processus quotidiens au sein des revendications citoyennes. Lorsque la focale est par exemple placée sur la manifestation, tous les autres processus semblent moins importants. Bien que la manifestation permette l’existence du groupe (Soutrenon, 1998), ce n’est pas la seule manière dont il dispose pour créer les conditions pour qu’un débat surgisse. Deuxièmement, tel que l’a montré James Jasper, des émotions spécifiques sont communément abordées depuis le langage quotidien ou le sens commun (quand nous parlons de la rage ou la peur, par exemple), alors qu'elles couvrent en réalité un spectre plus ample de sentiments (Jasper, 2011). Il importe d'insister sur le fait que notre objectif n’est pas ici d’explorer explicitement les émotions en soi. En revanche, il nous semble intéressant d’examiner la composition de plusieurs sentiments et affects qui sous-tendent l’engagement des membres du RDP, dans leurs débats internes et lorsqu’ils échangent avec les autorités.

29Face à des situations problématiques, nous nous sentons affectés, « il faut qu’un problème soit senti pour pouvoir être énoncé » (Dewey, 1993). « On ne peut – insiste Dewey – séparer une émotion ni de son objet, ni de la situation qui la suscite » (Quéré, 2012, p. 274). Pour Louis Quéré, les émotions surgissent lorsque le déroulement d’une activité ne suit pas son cours normal, lorsqu’il y a un obstacle, imprévisible, quelque chose qui contredit ce que le public attend. De cette manière, en mettant la focale sur ces moments où les émotions se montrent, on peut détecter les disruptions survenues dans des situations qui sont importantes pour les acteurs (Quéré, 2012). Concrètement, il n’y a pas de relation causale entre le fait d’être affecté et être engagé. Comme le pointe Louis Quéré, les émotions ne feront pas nécessairement de celui qui est affecté un activiste, mais il aura une expérience différente du problème (Ibid., p. 285). En ce sens, les affects déclenchent des actions, des évaluations, des considérations, ils sont « des éléments moteurs de la conduite » (Ibid., p. 282) qui font que les personnes perçoivent et s’intéressent à des débats, des problèmes, des expertises. Ce sont les émotions qui motivent les citoyens à entreprendre des évaluations afin de déterminer ce qu’ils sont prêts à accepter ou pas, qui déclenchent leur intérêt pour un problème. De ce fait, les émotions font partie d’un système de relations qui nous permettent de mettre le monde en question et d’attribuer plus ou moins de valeur aux situations auxquelles nous sommes confrontés. Une émotion a donc un effet dans l’action, elle peut la compliquer ou la stimuler, changer le dénouement de celle-ci et affecter la vie quotidienne.

  • 18 Smog (contraction des mots smoke et fog) est le terme anglais par lequel on nomme communément la po (...)
  • 19 « La unidad fue en torno a la naturaleza, a la calidad del aire, recién estaba empezando el tema de (...)

30Dans notre enquête, les riverains placent au centre de leur engagement l’expression de sentiments envers la nature, motivant notamment la connaissance de celle-ci ; ils le justifient selon des cadres déjà existants (qui ne sont pas spécifiques au RDP), par exemple en faisant valoir leur amour pour la nature ou en faveur des générations futures. Dans un entretien avec Juan, celui-ci explique tout d’abord qu’il est venu vivre à Lo Cañas en raison des « bontés naturelles de la précordillère » : lorsqu’il était malade – avant de décider d’aller vivre à Lo Cañas – son médecin lui avait recommandé, au lieu de subir une opération, d’aller vivre dans un environnement moins pollué que le centre-ville de Santiago et c’est ainsi qu’il a décidé d’acheter une parcelle dans le piedmont. Pour Juan, la précordillère est, en quelque sorte, dotée de vertus particulières et ces vertus convoquent un travail communautaire : « l’unité était autour de la nature, la qualité de l’air… le problème du smog 18 au centre de Santiago venait de commencer » 19. Juan oppose la mauvaise qualité de l’air du centre-ville à la vie sans pollution dans la précordillère et il considère que le quartier et le collectif existent grâce à cette valeur naturelle. Cependant, plus loin, il analyse le problème de la précordillère en tant que problème politique, c’est-à-dire en tant que problème vécu et construit collectivement par des acteurs divers. Les attachements à la nature se renforcent grâce à l’appartenance communautaire vis-à-vis de la précordillère (Thévenot, 2001) qui « réunit les gens de différents partis politiques (de droite, gauche…) » (entretien avec Juan, 29/05/2008). D’après lui, c’est la « défense de la précordillère » qui a permis le « développement » du quartier et la fondation d’un sentiment d’unité collective.

L’empathie pour surmonter la défaite : les émotions en action

  • 20 « Sometimes people experience feelings that, rather than becoming legible by being named, become le (...)

31La dimension affective se montre en termes langagiers ou expressifs, tant dans la manière dont les membres du RDP perçoivent ce qui passe dans le Panul (comment ils décrivent ce territoire qu’ils aiment), que lorsqu’ils entrent en interaction pour essayer d’expliquer leurs arguments pour défendre la précordillère. On sait aussi que les personnes ressentent des sentiments qui, au-delà d’être observables du fait qu'ils sont dits, sont également exprimés à travers l’expression corporelle. Ou comme le précise Deborah B. Gould : « Parfois, les gens éprouvent des sentiments qui, au lieu d’être lisibles du fait d’être nommés, le deviennent et se transforment en motivation, à travers une expérience plus physique, telle que s’engager dans un rituel ou une action de protestation, par exemple » (Gould, 2009, p. 241) 20. Au cours de leurs réunions, les membres du RDP peuvent partager ce qu’ils ressentent envers le Panul, leur rage provoquée par une situation qu’ils trouvent révoltante, leur indignation vis-à-vis des injustices endurées. Et les rencontres du RDP deviennent des moments propices pour laisser libre cours à des émotions, des affects ou des sentiments. C’est notamment grâce à ces moments de rencontre que la dimension affective de l’engagement se potentialise.

32Par ailleurs, c’est aussi au fil de mes conversations individuelles avec Marie, Emma ou d’autres habitants, que j’ai pu constater l’émergence manifeste des affects dès que l’on abordait le sujet du Panul, de la précordillère, des plantes ou des arbres. En me faisant visiter leurs jardins, en me racontant l’histoire de chaque arbre, en me détaillant l’histoire de la forêt de la précordillère, elles laissent affleurer leur sensibilité, visiblement touchées et émues. De même, dans les réunions, leurs réactions corporelles traduisent leurs émotions de manière visible et conditionnent l’émergence même de leur citoyenneté.

33Tout acte de connaissance de la nature, toute démarche experte, juridique ou bureaucratique s’imprègne des affects relatifs à cette nature blessée : « Cela, il faut l’aimer pour le défendre », me dit Alberto (65 ans), dirigeant d’une coopérative de potagers familiaux que je rencontre dans une réunion à laquelle assiste aussi le RDP. Dans un entretien, lorsque je lui rends visite dans sa belle parcelle, je lui demande si, à partir de son expérience comme dirigeant, dans sa commune et son quartier, les gens sont intéressés, comme lui, par la participation citoyenne et par la défense de la coopérative et des potagers. Il me répond en distinguant les voisins arrivés pour habiter les logements sociaux attribués par l’État qui, en résumé, n’avaient pas d’ancrage préalable dans le quartier, de ceux qui, comme lui, y habitent depuis cinquante ans. Pourtant, la distinction essentielle qu’il opère se situe principalement au niveau des affects :

  • 21 « Aunque estemos defendiendo lo nuestro, es lo más, es lo más triste hoy día, si uno no defiende lo (...)

« Oui, c’est vrai, nous défendons ce qui est à nous […] si l’on ne défend pas ce qu’on a… Parce que cela il faut l’aimer pour pouvoir le défendre, il faut l’aimer, et… Il y a une étude de l’Université du Chili, que j’ai lue l’autre jour, qui dit qu’en 2040, le désert va arriver jusqu’à Santiago et qu’il est déjà dans la région de Valparaiso, alors s’ils [en référence aux autorités et à l’État] continuent à détruire bêtement les parcelles, le désert va arriver… » 21.

  • 22 Quartier populaire situé en périphérie sud de la ville de Santiago.

34Alberto explique que ceux qui aiment s’engagent, tandis que ceux qui n’aiment pas l’endroit où ils habitent seront toujours en difficulté pour le défendre. Il est également intéressant de noter que, dans cet extrait, Alberto plaide pour la défense de parcelles et potagers de La Pintana 22, en juxtaposant des propos qui renvoient à la relation affective avec le territoire et des justifications scientifiques (la désertification). Il agit ainsi de la même manière que les membres du RDP. La nature, le territoire et son devenir sont intégrés au discours de défense, autant via l’expertise que via les affects. La dimension affective est incorporée à la défense des parcelles ou de la forêt Panul (que ce soit à Lo Cañas ou à La Pintana) lorsque les individus font référence à la nature en danger, en expliquant qu’ils sont tristes ou qu’ils aiment cet endroit, ou encore quand ils décrivent l’environnement qu’ils veulent protéger, telles Marie ou Emma lorsqu’elles me montrent leurs jardins, la précordillère, le quartier ou le Panul.

  • 23 « No decir aquí no se puede construir porque no me gusta, no... porque está todo comprobado, geográ (...)
  • 24 « I vigorously reject a false opposition between reason and emotion that demeans the intelligence o (...)

35Aimer implique d’être lié à un endroit, non seulement au sens de le garder, le protéger, mais aussi de mener des investigations pour mieux l’appréhender sous divers angles objectifs. Ainsi les membres du RDP savent ce qui est précieux dans le Panul, pour quelles raisons et ils sont capables d’évaluer cette qualité (voir à ce sujet Dewey, 2008). Quand Marie m’explique qu’il ne s’agit pas de dire que dans le Panul il ne faut pas construire « parce que je ne veux pas : non, c’est parce que tout est prouvé, géographiquement, géologiquement, du point de vue du climat aussi » 23. Elle tente ainsi d’argumenter rationnellement la défense du Panul, tout comme Emma ou les autres membres du RDP qui témoignent d’un « attachement incarné » (embodied attachment) (Heatherington, 2006, p. 152) envers le territoire en question. Évidemment, les membres du collectif cherchent des arguments valides, reconnaissables par le plus grand nombre. Mais ces arguments rationnels sont inséparables du vécu, de l’expérience, de l’histoire et des sentiments nourris envers la précordillère. Comme l'explique Tracey Heatherington, il est important de « rejeter vigoureusement cette fausse opposition entre la raison et l’émotion qui méprise toute intelligence dont la posture est passionnée. Au contraire, les émotions peuvent résumer et condenser symboliquement des pensées "rationnelles" ou littérales » (Heatherington, 2006, p. 146) 24. Cette auteure remarque que le travail conceptuel que nous réalisons personnellement conditionne l’expérience incarnée et vice-versa. De cette manière, un débat politique qui peut paraître insipide, neutre et théorique (telles que les discussions juridiques que nous verrons plus loin), se transforme pour certains en une expérience intensément désagréable pouvant faire émerger rage et indignation.

36Lorsque les acteurs entrent en interaction, leurs émotions peuvent devenir un problème, notamment quand les membres du RDP sont désorientés par les évitements des autorités au moment d’affronter le problème du Panul et qu’ils perdent patience et finissent par s’en indigner. Toutefois, les émotions peuvent aussi faciliter les échanges démocratiques.

  • 25 « Es una bendición… deberíamos estar todo el día golpeándonos el pecho », SEREMI, réunion au Secrét (...)
  • 26 « Interpretación mañosa y de mala fe, porque no hay otra palabra, va a aceptar que se corte el bosq (...)
  • 27 « No creo que actúe tan así, como dice usted, de mala fe ¿ah?... Voy a hablar con él, voy a hablar (...)
  • 28 « O sea nosotros, preocupación tenemos, cómo no vamos a tener preocupación de la precordillera ».

37Le 6 octobre 2010, lors d’une réunion avec le RDP, le Secrétaire régional ministériel (SEREMI) se montre excessivement compatissant vis-à-vis de ses interlocuteurs. Il ne réprime ni ses émotions ni ses croyances. Il débute la réunion en dissertant sur le climat méditerranéen de Santiago, alors que les membres présents (du RDP et d’autres organisations civiles de Santiago) essaient de lui présenter le problème du Panul. Le Secrétaire ne prend pas le temps de les écouter, il continue par des remarques sur les bienfaits de ce climat et la chance de pouvoir en jouir à Santiago, il signale qu’il s’agit « d’une bénédiction… On devrait se frapper la poitrine toute la journée » 25 car, selon lui, le climat méditerranéen ne concerne que 5% des climats du monde. Sortant de son rôle de fonctionnaire, ou du rôle que le sens commun attribue à un fonctionnaire de l’État (donner des informations aux citoyens, expliquer des faits de la manière la plus neutre possible et représenter les intérêts de l’État), il se lance dans un discours sur le changement climatique au niveau global et divague sur le rôle des entreprises privées dans le pays, s’éloignant complètement des sujets présentés par les citoyens. Il recherche cependant à captiver l’attention de son auditoire, multipliant les tentatives d’empathie envers lui. À ma grande surprise, l’assemblée lui donne toute son attention. Habituée à ce que généralement les membres du RDP ne laissent rien passer, à ce qu’ils interrompent les fonctionnaires qui s’éloignent du sujet qui les intéresse, je suis étonnée du respect avec lequel ils écoutent le Secrétaire de l’agriculture. Ce n’est pas le fait que le Secrétaire évacue les aspects mis en jeu par les membres du collectif qui soit surprenant, puisqu’en général les fonctionnaires évitent de donner des informations précises ou décisives. Mais ce jour-là, les interactions entre le fonctionnaire et les citoyens sont notablement plus amènes. La salle est plus confortable et intime que les bureaux dans lesquels j’ai accompagné à d’autres occasions le RDP, il y a du café, du thé, des biscuits. Le Secrétaire est un bon orateur, sa façon de parler est calme, posée, il n’interrompt pas les membres quand ils prennent la parole et se montre même réceptif à leurs propos. Marie prend la parole et elle expose qu’ils veulent au sein du RDP faire entendre leurs arguments concernant la défense du Panul, expliquant au Secrétaire les indéterminations des lois, les ambigüités des interprétations des décrets. Le Secrétaire lui propose son mail pour qu’elle lui envoie la documentation et ajoute même : « Et là, vous avez mon téléphone portable ». Quand Marie accuse les institutions publiques de ne rien faire pour protéger le Panul, surtout la Corporation nationale forestière (CONAF) qui, « avec des interprétations capricieuses, de mauvaise foi, parce qu’il n’y a pas d’autres mots, vont accepter que la forêt soit élaguée » 26, comment réagit le Secrétaire ? Il nomme par son nom propre le directeur des entités qu’évoque Marie, qu’il affirme connaître et fait remarquer : « Je ne pense pas qu’il agisse, comme vous dites, de mauvaise foi, d’accord ?… Je vais parler avec lui, je vais parler avec lui » 27. Et puis, après que Marie ait expliqué la situation du Panul, et profitant d’un moment pendant lequel plusieurs personnes parlent en même temps, il détourne de nouveau respectueusement la conversation vers d’autres sujets, évacuant par là-même les thèmes les plus sensibles ou conflictuels comme ceux du décret évoqué par Marie. Il parle ainsi des projets qu’ils ont au sein de l’institution qu’il dirige et souligne de façon rhétorique leur grande préoccupation pour la précordillère : « Comment pourrait-il en être autrement ? » 28. Ensuite, d’autres représentants prennent la parole et les sujets se multiplient. Implicitement, il y a une tension présente et constante entre les membres qui mentionnent leurs exigences et le Secrétaire qui essaie de se défendre ou qui tente de se montrer réceptif à leurs sollicitations. Mais, le Secrétaire ne perd aucune opportunité de se montrer sensible et empathique avec son auditoire. Ainsi, lorsque qu’un citoyen évoque des arbres de sa commune qui ont plus de 60 ans, le Secrétaire intervient soudainement et avec habileté :

  • 29 Petit mimosa (acacia caven) typique de la forêt sclérophylle du Chili qui se trouve aussi dans des (...)
  • 30 « Les voy a decir una cosa, nosotros tenemos, mire pa’ que vea usted lo coordinados, no sé si tendr (...)

« Je vais vous dire une chose… Pour que vous voyiez combien nous sommes en phase, je ne sais pas si on en a une… [Pensif]. Excusez-moi mais je vais crier, "Don Hernán [s’adressant à quelqu’un qui est dans une autre salle], est-ce que vous avez la photo du mimosa 29?" [Un fonctionnaire répond depuis l’autre salle et se met à chercher la photo]. Nous allons déclarer le mimosa l’arbre du bicentenaire de la région [de nouveau, à la salle], alors tout ce que vous me racontez, voyez-vous, je suis complètement d’accord ! » 30.

  • 31 « Se piensa que es precolombino [] y lo vamos a hacer, lo estamos arreglando para monumento histór (...)
  • 32 « Y para que sepan, ah, es mi fondo de pantalla ».

38La quête de complicité auprès de ses interlocuteurs se noue à une volonté de captiver leur attention. Dans l’attente de la photo, un citoyen prend la parole et commence à expliquer pourquoi il s’oppose au changement des plans urbains de Santiago. Mais dès que la photo est apportée, on n’entend plus qu’exclamations et cacophonie. Tout le monde s’extasie devant la photo du mimosa du Chili : « regardez comme il est beau ! » admire le Secrétaire ; « quelle merveille ! », s’exclame un citoyen ; « oh ! », soupirent quelques-uns. Lorsque Marie, surprise, demande l’âge de l’arbre, le Secrétaire, répond fièrement qu’il doit dater de l’époque précolombienne. L’ambigüité de la datation de l’arbre – car précolombien veut dire avant l’arrivée de Christophe Colomb, c’est-à-dire une période comprise depuis l’existence de l’homme sur le continent américain jusqu’à l’arrivée des Européens (1492) – attise l’imagination des membres. « On est en train de faire des démarches pour qu’il devienne monument historique » 31, ajoute le Secrétaire. « Fabuleux ! » s’exclame l’un des membres. « Et en plus, c’est mon fond d’écran, hein ! Juste pour information » 32, achève le Secrétaire.

39Tous les membres de l’assemblée demandent ensuite des copies de la photo de l’arbre en question, ce que le Secrétaire accepte en proposant de lui laisser leurs courriels. L’assemblée semble dans sa totalité surprise, émue, émerveillée ; elle manifeste son étonnement en disant ne jamais avoir vu un arbre pareil. En plus de capter leur attention, le Secrétaire réussit à toucher chez ses interlocuteurs une corde sensible. Le « débordement émotionnel » (Eliasoph & Lichterman, 2011, p. 396) semble s’étendre à toutes les interactions et une sorte d’harmonie s’installe. Les membres ne sont plus contre le fonctionnaire, comme dans la plupart des réunions auxquelles j’ai assisté ; l’épisode de la photo et l’émotion qui s’ensuit sert à dépasser les petits conflits entre les deux parties, au moins momentanément.

  • 33 « Estos decretos, que usted debe conocer ».
  • 34 « No, esos decretos, lo que pasa es que la gente mía sí los debe conocer... ».

40Grâce à l’empathie, à l’émerveillement et à la sensibilité devant la photo de l’arbre, les moments de disruption s’apaisent et laissent place à une forme de complicité envers un sujet qui les unit. Par exemple, à un moment où Marie parle des décrets qui pourraient sauver le Panul s’ils étaient appliqués, elle interpelle le Secrétaire en lui disant : « Ces décrets que vous devez connaître » 33. Puis elle continue son explication, mais devant le silence du Secrétaire, elle insiste : « Vous les connaissez, n’est-ce pas ? » ; le Secrétaire ne pouvant plus faire omission de la question répond : « Non, ces décrets… Ce qui se passe, c’est que mes gens [avec lesquels il travaille] doivent les connaître… » 34. Marie ne s’arrête pas sur sa méconnaissance et d’autres membres interviennent alors pour compléter l’information et expliquer à quels décrets elle fait allusion. Alors qu’une situation semblable, à d’autres moments et dans d’autres circonstances aurait pu faire émerger une indignation chez les membres, ce jour-là, on constate qu’une certaine solidarité et une forme d’empathie se sont tissées envers le Secrétaire. Les membres se montrent plus enclins à expliquer leur position et à éviter le conflit.

  • 35 Cette réunion se tenait à Santiago le 01/09/2008.
  • 36 « Pero en el regulador se puede hacer, pero efectivamente Agricultura protege para los que tienen v (...)

41Ce cas d’empathie est rare puisque dans la plupart des cas analysés, soit les fonctionnaires font en sorte d’évacuer les affects mis en jeu, soit, lorsqu’il s’agit de réunions où sont discutés des aspects techniques, les dimensions affectives qui accompagnent la mobilisation des citoyens semblent déplacées. Par exemple, dans une réunion avec un fonctionnaire du ministère du Logement et de l’Urbanisme, je lui demande à quel niveau la protection légale de la précordillère peut être mise en œuvre : chaque organisme public applique-t-il ses propres décrets ou existe-il des lois nationales de protection des forêts, comme celle de la précordillère 35 ? Il me répond que « le Plan d’urbanisme de Santiago est en mesure de le faire, mais c’est effectivement le ministère de l’Agriculture qui protège les sols à valeur agricole, hors de toute valeur sentimentale, ceux qui ont une valeur agricole d’espèces spéciales […] » 36. Il est intéressant de noter la manière dont le fonctionnaire se protège, en excluant la « valeur sentimentale » qui n’a pas de valeur légale, mais tout en connaissant la place que les citoyens confèrent à des éléments de nature affective.

42Les affects et l’expérience, bien qu’ils occupent un rôle central dans la défense du territoire, sont éclipsés par les membres engagés qui savent que finalement la protection de la précordillère doit être argumentée en termes juridiques et que seulement les lois peuvent « protéger » et « sauver » le Panul.

Réflexions finales

43La vie du collectif RDP met en œuvre un milieu social animé par une volonté d’apprentissage, de communication des savoirs, d’élaborations de significations partagées qui finissent par structurer des manières d’agir et de ressentir. Un certain climat affectif convergent mobilise ses membres et les arme tout particulièrement pour affronter les conditions liées aux controverses relatives à la précordillère.

44Les controverses autour de la protection du Panul sont généralement perçues avec « mépris » ou « indifférence » (Callon et al., 2001, p. 50) par les autorités publiques car elles encombrent leur travail au sein de l’État et retardent les projets tels que ceux prévus dans la précordillère. « Les controverses constituent un enrichissement de la démocratie » puisque leur développement favorise de nouvelles connaissances et apprentissages (Ibid., p. 49). Elles sont « de puissants dispositifs d’exploration et d’apprentissage des mondes possibles » (Ibid., p. 50). Lorsqu’elles sont méprisées, soulignent ces auteurs – notamment lorsque des décisions sont imposées autoritairement ou unilatéralement – les effets et les coûts peuvent être majeurs. J’ajouterai, en m’appuyant sur le travail de John Dewey que, pour les membres du RDP impliqués dans la résolution des controverses, la principale motivation est l’expérience de « ce rapport étroit entre faire, souffrir et subir » (Dewey, 2005, p. 83). C’est donc à partir de cette expérience vécue qu’ils créent des lieux d’apprentissage (Callon et al., 2001, p. 50) et d’expérimentation (Zask, 2003).

45Finalement, nous pouvons dire que les citoyens de l’association étudiée s’engouffrent dans les « failles institutionnelles » de la démocratie chilienne (manque de dispositifs participatifs, absence de consultations citoyennes et d’espaces formels de négociation face à de nouveaux projets, manque d’expérience des fonctionnaires concernant des questions techniques et méfiance vis-à-vis des citoyens) pour les transformer en « occasions politiques », en opportunités pour s’exprimer. Les carences de la démocratie chilienne, qu’aujourd’hui aucun expert ne remettrait en question, sont appréhendées par ce groupe de citoyens, qui s’affirment en passeurs d’information, qui deviennent des traducteurs de l’expertise scientifique et légale et qui sont capables de transformer les défaillances d’une démocratie peu participative et inclusive (au regard des citoyens) en petites réussites quotidiennes.

Haut de page

Bibliographie

Ahumada P. (2012), « Paisaje y nación: la majestuosa montaña en el imaginario del siglo XIX », Arteologie [En ligne], Dossier Thématique - Image de la nation : art et nature au Chili. URL : http://cral.in2p3.fr/artelogie/spip.php?article144

Austin J. (1991), Quand Dire, c’est faire, Paris, Éditions du Seuil.

Berger M., Cefaï D. & C. Gayet-Viaud (2011), Du Civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Éditions P.I.E.-Peter Lang.

Boullier D. (2009), « Choses du public et choses du politique. Pour une anthropologie des inouïs », dans Carrel M., Neveu C. & J. Ion, Les Intermittences de la démocratie. Formes d’action et visibilités citoyennes dans la ville, Paris, Éditions L’Harmattan. pp. 21-38.

Breviglieri M. (2013), « Peut-on faire l’histoire d’un attachement ? », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 05 mai 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4403

Callon M. (2004), « The Role of Hybrid Communities and Socio-technical Arrangements in the Participatory Design », Journal of the Center for Information Studies, vol. 5, n° 3, pp. 3-10.

Callon M., Lascoumes P. & Y. Barthe (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Éditions du Seuil.

Carrel M. (2013), Faire participer les habitants ? Pauvreté, citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires, Lyon, Éditions de l’ENS.

Carrel M., Neveu C. & J. Ion (2009), Les Intermittences de la démocratie. Formes d’action et visibilités citoyennes dans la ville, Paris, Éditions L’Harmattan.

Cefaï D. (1996) « La construction des problèmes publics. Définitions de situations dans des arènes publiques », Réseaux, vol. 14, n°75, pp. 43-66.

Cefaï D. (2001), Cultures politiques, Paris, Presses universitaires de France.

Cefaï D. (2007), « Le quartier comme contexte, ressource, enjeu et produit de l’action collective. Belleville, Paris XXème », dans Vitale T., Partecipazione e rappresentanza nelle mobilitazioni locali, Milano, Franco Angeli Edizione, pp. 135‑161.

Cefaï D. (2007), Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, Edition La Découverte.

Clough P. & J. Halley (2007), The Affective Turn: Theorizing the Social, Durham, Duke University Press.

Dewey J. (1993), Logique. La théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France.

Dewey J. (2005), « La réalité comme expérience », Tracés. Revue de Sciences humaines, n° 9, pp. 83-91.

Dewey J. (2008), « La théorie de la valuation », Tracés. Revue de Sciences humaines, n° 15, pp. 217‑228.

Doran M. (2010), « Les effets politiques des luttes contre l’impunité au Chili : de la revitalisation de l’action collective à la démocratisation », Revue internationale de politique comparée, vol. 17, n° 2, pp. 103‑126.

Eliasoph N. (s.d.), Moral and Political Ethnography, Manuscrit en ligne en accès restreint sur le site https://fr.scribd.com/document/246268578/Eliasoph-Moral-and-Political-Ethnography-Eliasoph-Paper

Eliasoph N. & P. Lichterman (2003), « Culture in Interaction », American Journal of Sociology, vol. 108, n° 4, pp. 735794.

Eliasoph N. & P. Lichterman (2011), « Culture en interaction. Une ethnographie des styles de groupe de deux organisations civiques en Californie », dans Berger M., Cefaï D. & C. Gayet-Viaud, Du Civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Éditions P.I.E. Peter Lang, pp. 355‑399.

Esquerre A. (2007), « La machine à coudre le monde de Jeanne Favret-Saada », EspacesTemps.net, In the air, 30.07.2007, [En ligne] http://www.espacestemps.net/en/articles/la-machine-a-coudre-le-monde-de-jeanne-favret-saada-en/

Favret-Saada J. (1990), « Être affecté », Gradhiva, n° 8, pp. 3‑9.

Fourniau J. (2007), « L’expérience démocratique des "citoyens en tant que riverains" dans les conflit d’aménagement », Revue européenne des sciences sociales, vol. 45, n° 136, pp. 149‑179.

Garreton M. A. (1996), « Movimientos sociales y procesos de democratización. Un marco analítico », Excerpta, n° 2, pp. 116.

Goffman E. (1986), « La condition de félicité », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 65, n° 1, pp. 87‑98.

Goodwin J., Jasper J. & F. Polleta (2001), Passionate Politics: Emotions and Social Movements, Chicago, University of Chicago Press.

Gould D. (2009), Moving Politics: Emotion and ACT UP’s Fight against AIDS, Chicago, University of Chicago Press.

Gusfield J. (2008), La Culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Éditions Economica.

Hidalgo R. (2004), « De los pequeños condominios a la ciudad vallada : las urbanizaciones cerradas y la nueva geografía social en Santiago de Chile (1990-2000) », EURE, vol. 30, n° 91, pp. 2952.

Heatherington T. (2005), « "As if Someone Dear to me Had Died": Intimate Landscapes, Political Subjectivity and the Problem of a Park in Sardinia », dans Milton K. & M. Svasek (dir.), Mixed Emotions. Anthropological Studies of Feeling, Oxford, Berg Publishers, pp. 145162.

Jasper J. (2011), « Emotions and Social Movements: Twenty Years of Theory and Research », Annual Review of Sociology, vol. 37, pp. 285303.

Latour B. (1992), Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie asymétrique, Paris, Éditions La Découverte.

Latour B. (2004), Politiques de la nature, Paris, Éditions La Découverte.

Leavitt J. (1996), « Meaning and Feeling in the Anthropology of Emotions », American Ethnologist, vol. 23, n° 3, pp. 514539.

Livet P. (2002), Émotions et rationalité morale, Paris, Presses universitaires de France.

Lolive J. (1997), « La montée en généralité pour sortir du Nimby. La mobilisation associative contre le TGV Méditerranée », Politix, vol. 10, n° 39, pp. 109‑130.

Lolive J. (2010), « Mobilisations environnementales », dans coutard o. & j-p. lévy, Écologies urbaines, Paris, Éditions Economica, pp. 276‑302.

Marcus G. (2008), Le Citoyen sentimental. Emotions et politique en démocratie, Paris, Les Presses de Sciences Po.

Marques-Pereira B. (2005), « Le Chili : une démocratie de qualité pour les femmes ? », Politique et Sociétés, vol. 24, n° 2-3, pp. 147.

Milton K. & M. Svasek (dir.) (2005), Mixed Emotions: Anthropological Studies of Feeling, Oxford, Berg Publishers.

Neveu C. (2011), « Démocratie participative et mouvements sociaux : entre domestication et ensauvagement ? », Participations, vol. 1, n° 1, pp. 186‑209.

Nez H. (2011), « Nature et légitimités des savoirs citoyens dans l’urbanisme participatif », Sociologie, vol. 2, n° 4.

Quéré L. (2012), « Le travail des émotions dans l’expérience publique », dans L’Expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 265‑291.

Red por la Defensa de la Precordillera (2012), « Declaración Red Defensa Precordillera ante triunfo en plebiscito La Florida », El Ciudadano.

Romero H. & A. Vasquez (2005), « Evaluación ambiental del proceso de urbanización de las cuencas del piedemonte andino de Santiago de Chile », EURE, vol. 31, n° 94, pp. 97-118.

Sabatini F. & G. Wormald (2004), « La guerra de la basura de Santiago : desde el derecho a la vivienda al derecho a la ciudad », EURE, vol. 30, n° 91, pp. 6786.

Soutrenon E. (1998), « Le corps manifestant. La manifestation entre expression et représentation », Sociétés contemporaines, vol. 31, n° 1, pp. 37‑58.

Thévenot L. (2001), « Constituer l’environnement en chose publique. Une comparaison franco-américaine », dans Blais J.-P., Gillio C. & J. Ion, Cadre de vie, environnement et dynamiques associatives, Paris, PUCA, pp. 203-219.

Thévenot L. & C. Lafaye (1993), « Une justification écologique ? Conflits dans l’aménagement de la nature », Revue française de sociologie, vol. 34, n° 4, pp. 495‑524.

Trom D. (1999), « De la réfutation de l’effet NIMBY considérée comme une pratique militante. Notes pour une approche pragmatique de l’activité revendicative », Revue française de science politique, vol. 49, n° 1, pp. 31‑50.

Trom D. (2001). « À l’épreuve du paysage », Revue du MAUSS, vol. 17, n° 1, pp. 247-260.

Trom D. & B. Zimmerman (2001), « Cadres et institution des problèmes publics. Les cas du chômage et du paysage », dans Les Formes de l’action collective : mobilisations dans des arènes publiques, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 281‑315.

Zask J. (2003), « La politique comme expérimentation », dans Dewey J., Le Public et ses problèmes, Pau, Éditions Léo Scheer, pp. 7‑43.

Zask J. (2008), « Le public chez Dewey : une union sociale plurielle », Tracés. Revue de Sciences humaines, n° 15, pp. 169-189.

Zask J. (2011), Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation. Lormont, Éditions Le Bord de l’eau.

Haut de page

Notes

1 Une version antérieure de cet article a été présentée en juin 2015 à Aix-en-Provence dans le cadre du Congrès de l’AFSP et publiée dans le livre La Politique à l’épreuve des émotions, paru aux Presses universitaires de Rennes en 2017, sous la direction d’Alain Faure et Emmanuel Négrier. Je tiens à remercier Marc Breviglieri ainsi que Paola Díaz pour leurs commentaires avisés qui m’ont aidée à approfondir certaines des idées que je développe ici.

2 Le Panul est une forêt sclérophylle, non exploitée et originelle de la précordillère.

3 « Hauts » parce qu’ils sont établis dans la précordillère des Andes.

4 Marie (tous les noms ont été changés) a presque 70 ans, elle s’est installée avec sa famille dans une grande maison en bois dans une parcelle de 5 000 m2 en 1988 à Lo Cañas. Elle n’est pas seulement présidente du Réseau de défense de la précordillère, elle l’est aussi de la junta de vecinos (association de quartier). Elle se charge en outre des questions d’irrigation (agua de riego), ce qui l’engage dans un grand nombre d’activités pour lesquelles elle est constamment sollicitée.

5 Pour une analyse sur les différentes formes que peut prendre l’espace affectif, voir notamment les travaux de Pierre Livet. Celui-ci établit une catégorisation de l’espace affectif fort intéressante pour comprendre les types d’actions collectives, ce qui permet en outre de rendre compte de la diversité d’émotions et de leurs dynamiques (Livet, 2002).

6 Le paysage, cet élément que personne n’a fabriqué, qui est visible, mais qui en même temps dépend du sujet qui le saisit (Latour, 1992 ; Trom, 2001).

7 « Frontera natural ». Les citations sont présentées en français. Quand la source mentionnée est un texte étranger, la traduction est de l’auteure.

8 Un plébiscite consultatif (non contraignant), organisé par la mairie, a lieu fin janvier 2012 à La Florida. La question posée est « Approuvez-vous la décision de la municipalité de défendre la forêt El Panul et de modifier le Plan d’urbanisme afin de protéger la précordillère de La Florida ? ». Ce plébiscite est durement critiqué par le RDP, tant parce que la question est posée de façon peu claire à leurs yeux, que parce qu’ils se méfient des intentions (voire de l’opportunisme politique) du maire qui instrumentalise la cause du Panul, car la mairie de La Florida n’a jamais réellement défendu le Panul, selon le RDP. Cependant, l’association va faire appel aux habitants pour aller voter en faveur du Panul et ils se mobilisent tant dans les bureaux de vote que dans les espaces publics de la commune. Finalement, 22.000 habitants se sont prononcés en faveur du Panul, ce qui représente 98% des votes (sur un total de presque 400.000 habitants), résultat dont les membres du RDP, s’attribuant ce succès, se sont sentis extrêmement fiers (Red por la Defensa de la Precordillera, 2012). Or, comme l’annonçaient les membres du RDP depuis le début, ce résultat ne changea en rien le sort du Panul ni ne concrétisa sa protection. Malheureusement, je n’étais pas sur le terrain lorsque ce plébiscite quelque peu improvisé eut lieu mais j’ai pu suivre l’évènement à travers les journaux locaux et les courriels des membres.

9 Voir aussi le résumé de l’Habilitation à diriger des recherches de Jacques Lolive, http://www.pacte.cnrs.fr/spip.php?article1166 (consulté en septembre 2009).

10 Pour une explication du concept de « culture », d’un point de vue de la sociologie politique de la vie quotidienne et des interactions voir Eliasoph & Lichterman, 2003.

11 Nous étudierons plus loin et en détail ces différentes stratégies.

12 Sur la question de l’attachement de l’enquêteur et des enquêtés, voir le texte de Marc Breviglieri sur les derniers travaux de Fanny Colonna où il réfléchit et réactualise le phénomène de l’attachement au prisme des enquêtes menées par celle-ci (Breviglieri, 2013).

13 Emma, soixante ans, à la retraite après avoir travaillé à l’Université du Chili, habite avec ses enfants et son mari à Lo Cañas.

14 Habitant de Santa Sofía de Lo Cañas, proche de la soixantaine. Il travaillait dans le domaine de l'édition.

15 La junta de vecinos est une institution officielle créée pour faire remonter les besoins des résidents. Les présidents ainsi que les trésoriers et les secrétaires des juntas sont élus. Cette structure permet aux voisins d’avoir une représentation face aux autorités de la mairie. La junta de vecinos de Lo Cañas se réunit essentiellement pour des questions liées à la gestion du quartier : eau potable, problèmes de voisinage, certificats de résidence, problèmes de sécurité, entre autres. D’après Marie, les membres de la junta de vecinos de Lo Cañas sont environ 400, parmi lesquels 120, approximativement, participent aux élections, et 30 ou 40 dans les assemblées.

16 Cette expression est utilisée par le sociologue chilien Manuel Antonio Garretón pour nommer les « enclaves » dont hérite la démocratie chilienne suite au régime autoritaire (Garretón, 1989, p. 51). D’après lui, des enclaves se perpétuent après la dictature sur trois plans : au niveau des institutions, des droits de l’Homme et des acteurs (Garretón, 1996, p. 2). Lorsque, en 1989, il analyse la transition et la consolidation démocratique au Chili après le plébiscite de 1988, qu’il se demande si la démocratie est possible après cela et qu’il pose la question de savoir comment dépasser les problèmes hérités de la dictature (les « enclaves autoritaires »), il finit par insister sur la manière précaire et partielle avec laquelle la transition va se mettre en place (Garretón, 1989).

17 Voir au sujet du « mythe de la rationalité » Anthropological studies of feeling (Milton & Svasek, 2005).

18 Smog (contraction des mots smoke et fog) est le terme anglais par lequel on nomme communément la pollution de l’air à Santiago. Ce problème a fait l’objet de plusieurs plans de dépollution mais il persiste au point que Santiago figure parmi les villes les plus polluées d’Amérique latine, d’après l’Organisation mondiale de la santé.

19 « La unidad fue en torno a la naturaleza, a la calidad del aire, recién estaba empezando el tema del smog en Santiago », entretien avec Juan avant une réunion du RDP, 29/05/2008.

20 « Sometimes people experience feelings that, rather than becoming legible by being named, become legible, and motivating, through a more bodily experience, such as engaging in a ritual or a protest action, for example ».

21 « Aunque estemos defendiendo lo nuestro, es lo más, es lo más triste hoy día, si uno no defiende lo que tiene, que ellos no aman lo que tienen, porque esto hay que amarlo para poder defenderlo, hay que amarlo, y … Hay un estudio hecho por la Universidad de Chile que lo estuve leyendo el otro día, que dice que de aquí al año 2040 el desierto, el desierto va a llegar a Santiago, y que ya el desierto ya, entró en la Quinta Región, entonces y si se siguen haciendo todas estas brutalidades de destrucción de las tierras y… el desierto va a llegar… ».

22 Quartier populaire situé en périphérie sud de la ville de Santiago.

23 « No decir aquí no se puede construir porque no me gusta, no... porque está todo comprobado, geográficamente, geológicamente, desde el punto de vista del clima también... », Marie, entretien du 13/11/2010.

24 « I vigorously reject a false opposition between reason and emotion that demeans the intelligence of anyone whose stand is passionate. On the contrary, emotions can summarize and symbolically condense "rational" or literal thought ».

25 « Es una bendición… deberíamos estar todo el día golpeándonos el pecho », SEREMI, réunion au Secrétariat régional ministériel de l’agriculture, 06/10/2010.

26 « Interpretación mañosa y de mala fe, porque no hay otra palabra, va a aceptar que se corte el bosque ».

27 « No creo que actúe tan así, como dice usted, de mala fe ¿ah?... Voy a hablar con él, voy a hablar con él ».

28 « O sea nosotros, preocupación tenemos, cómo no vamos a tener preocupación de la precordillera ».

29 Petit mimosa (acacia caven) typique de la forêt sclérophylle du Chili qui se trouve aussi dans des pays comme l’Argentine, l’Uruguay, le Brésil et le Paraguay. Il est communément connu sous le nom d’Espino, sa croissance est très lente. Source : http://parquedelasesculturas.providencia.cl/arboles/16espino.html (consulté en mars 2015).

30 « Les voy a decir una cosa, nosotros tenemos, mire pa’ que vea usted lo coordinados, no sé si tendré una, perdóneme que voy a gritar, don Hernán ¿tiene la foto del espino? Sí, nosotros vamos a declarar un espino, árbol bicentenario de la región, así que todo lo que ustedes me cuentan yo estoy totalmente de acuerdo, me entienden, o sea yo sin esta reunión, hago todo lo que estamos haciendo ».

31 « Se piensa que es precolombino [] y lo vamos a hacer, lo estamos arreglando para monumento histórico ».

32 « Y para que sepan, ah, es mi fondo de pantalla ».

33 « Estos decretos, que usted debe conocer ».

34 « No, esos decretos, lo que pasa es que la gente mía sí los debe conocer... ».

35 Cette réunion se tenait à Santiago le 01/09/2008.

36 « Pero en el regulador se puede hacer, pero efectivamente Agricultura protege para los que tienen valor agrícola, no sentimental, si tiene valor agrícola de especies especiales, de bosques o de todo tipo de plantación agrícola […] ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Consuelo Biskupovic, « Expertise et amour dans la défense de la nature  », SociologieS [En ligne], Dossiers, L’expérience latino-américaine de la sociologie pragmatique francophone, mis en ligne le 23 mai 2017, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6255

Haut de page

Auteur

Consuelo Biskupovic

Docteure en Anthropologie, EHESS, Paris. École d’Anthropologie, Universidad Academia Humanismo Cristiano, Santiago (Chili) - cbiskupovic@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page